Fusillade du 18 mars 2019 à Utrecht

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fusillade du à Utrecht
Image illustrative de l’article Fusillade du 18 mars 2019 à Utrecht
Carte

Localisation Utrecht, Pays-Bas
Cible Civils
Coordonnées 52° 04′ 51″ nord, 5° 05′ 29″ est
Date
10 h 45
Armes Arme à feu
Morts 4
Blessés 6
Auteurs présumés Gökmen Tanış
Organisations Inconnue
Mouvance Terrorisme islamiste

Géolocalisation sur la carte : Pays-Bas

(Voir situation sur carte : Pays-Bas)
Fusillade du 18 mars 2019 à Utrecht

La fusillade du s'est produite dans un tramway à Utrecht (Pays-Bas) aux alentours de 10 h 45 ainsi que dans plusieurs endroits de la ville. L’agence nationale pour la sécurité et le contre-terrorisme (NCTV (nl)) fait état de « plusieurs victimes » lors d'un acte « potentiellement terroriste »[1]. La fusillade fait quatre morts et six blessés.

Selon la police, le suspect serait Gökmen Tanış, un homme né en Turquie âgé de 37 ans[2] qui avait fait un voyage en Tchétchénie en contact avec des individus partis faire le djihad au sein de l'État Islamique[3]. Dans la soirée du 18 mars 2019, la police néerlandaise a indiqué avoir arrêté un autre homme suspecté d'avoir participé à la fusillade[4].

La piste terroriste est donc privilégiée, même si un différend familial n'est pas à exclure[5]. Les enquêteurs assurent cependant n'avoir trouvé « aucun lien » entre le suspect principal et les victimes[6].

L’assaillant a laissé une note dans la voiture détournée: «Je le fais pour ma foi, vous tuez des musulmans et vous voulez nous priver de notre foi, sans y parvenir. Allah est grand»[7]

Contexte[modifier | modifier le code]

La fusillade a lieu quelques jours après les attentats de Christchurch ayant fait une cinquantaine de morts parmi des musulmans dans deux mosquées de Nouvelle-Zélande. La vidéo du tueur, équipé d'une caméra lors de ses actes, est diffusée en Turquie par le président Recep Tayyip Erdoğan, qui la projette lors de rassemblements de campagne pour les élections municipales. Erdogan est par la suite accusé d'avoir attisé la haine chez ses supporters, menant le quotidien saoudien Arab News a envisager l'hypothèse d'une vengeance en lien avec les événements néo-zélandais[8].

La fusillade d'Utrecht a lieu deux jours avant les élections provinciales.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Un mort et plusieurs blessés: un acte «potentiellement terroriste», le tireur en fuite (vidéos) », sur sudinfo.be (consulté le 18 mars 2019)
  2. « Pays-Bas. Plusieurs morts dans la fusillade à Utrecht, un homme de 37 ans recherché », sur Courrier international, (consulté le 18 mars 2019)
  3. (en) « Dutch shooting: Utrecht police arrest suspect after three killed », sur BBC News, (consulté le 19 mars 2019)
  4. (nl) « Hoofdverdachte schietincident aangehouden », sur www.politie.nl (consulté le 19 mars 2019)
  5. « EN DIRECT - Trois morts dans un fusillade à Utrecht : une lettre retrouvée par les enquêteurs accrédite la piste terroriste », sur LCI (consulté le 19 mars 2019)
  6. Pays-Bas: attaque d'Utrecht, la piste terroriste «sérieusement» suivie
  7. (nl) « Strong indication of terrorist aim in the fatal shooting event in and around the Utrecht tram », sur Public Prosecution Ministry of the Netherlands, Openbaar Ministerie, (consulté le 7 octobre 2019) : « le texte manuscrit sur une lettre trouvée dans la voiture de l'avion se lit comme suit: «Je le fais pour ma foi, vous tuez des musulmans et vous voulez nous priver de notre foi, sans y parvenir. Allah est grand. »
  8. Utrecht attack: The Erdogan connection?

Liens externes[modifier | modifier le code]