Crise migratoire en Europe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Demandes d'asile dans les États membres de l'Union européenne et de l'EFTA en entier 2015 selon données Eurostat. La hauteur des barres symbolise le nombre de demandes d'asile par pays. La coloration des pays représente le nombre de demandeurs d'asile rapporté à leur population.

La crise migratoire en Europe fait référence à l'augmentation, dans les années 2010, du nombre de migrants — certains étant des réfugiés — arrivant dans l'Union européenne via la mer Méditerranée et les Balkans, depuis l'Afrique, le Moyen-Orient et l'Asie du Sud. L'Europe fait alors face à l'une des plus importantes crises migratoires de son histoire contemporaine[1].

Des réfugiés syriens venant de Turquie et du Liban se sont joints à ce mouvement, ce qui a amplifié le phénomène et provoqué une crise à l'échelle européenne. Durant la seule année 2015, plus d'un million de personnes entrent illégalement dans l'espace Schengen[2].

Cette recrudescence cause des divisions et des tensions diplomatiques importantes entre les pays d'Europe[3], qui peinent à se mettre d'accord sur l'attitude à adopter : alors que la Commission européenne cherche à imposer des quotas à chaque pays de l'Union, et qu'Angela Merkel et François Hollande poussent dans cette direction[4], des pays d'Europe de l'Est s'y opposent fermement, le Premier ministre hongrois ayant notamment fait savoir qu'il considérait qu'un afflux d'immigrés musulmans constitue une menace pour l'identité chrétienne de l'Europe. En septembre 2016, Angela Merkel est finalement contrainte de reconnaître l'échec et l'abandon du mécanisme de répartition obligatoire. Cette révision de la politique européenne d'accueil des réfugiés est renforcée par l'accord conclu entre l'UE et la Turquie en mars 2016[5].

Les termes employés pour qualifier les migrants sont multiples et dépendent des situations de chacun. Dans certains cas, il s'agit de demandeurs d'asile ou de réfugiés, dans d'autres de personnes qui cherchent de meilleures perspectives économiques. Comme les mots employés peuvent avoir des conséquences juridiques non négligeables, l'utilisation des termes migrants et réfugiés fait l'objet d'un débat sémantique qui cacherait un débat politique.

Sommaire

Contexte[modifier | modifier le code]

Policiers bloquant un groupe de migrants essayant de passer la frontière entre la Grèce et la République de Macédoine, le 24 août 2015.

Les tentatives d'immigration en Europe ont augmenté à la suite des guerres civiles (notamment la guerre civile syrienne), des problèmes en Turquie, l'aggravation du conflit en Libye qui a contribué à l'augmentation des départs depuis ce pays, des troubles, des persécutions ou pour des raisons économiques. Elles concernent des personnes venues d'Afghanistan, Algérie, Bangladesh, Tchad, Égypte, Érythrée, Éthiopie, Gambie, Ghana, Guinée, Inde, Irak, Côte d'Ivoire, Libye, Mali, Mauritanie, Maroc, Nigeria, Pakistan, Sénégal, Somalie, Soudan, Syrie, Tunisie, et Zambie[6],[7],[8],[9],[10],[11],[12],[13],[14],[15],[16].

Les ambassades n'offrant pas directement le statut de réfugiés, les réfugiés sont conduits à rémunérer des passeurs pour se rendre sur le territoire de l'Union européenne, en prenant des risques. Le nombre de demandeurs d'asile est ainsi passé de 435 000 en 2013 à 626 000 en 2014[17]. Début septembre 2015, les Syriens ayant fui leur pays (environ 4,282 millions) se trouvent essentiellement au Liban (27 %) et en Turquie (42,1 %)[18]. Le « principal flux » de migrants syriens vers l'Europe part de ce pays qui connait des troubles et serait « quasiment en état de guerre » à la suite de fortes tensions avec les Kurdes du PKK[19].

Au cours de la période 2011-2015, la proportion de migrants originaires de pays en conflit a fortement augmentée. Pour ceux dont l'arrivée a été enregistrée en Grèce ou en Italie, le taux d'acceptation des demandes d'asile est passé de 33,5% en 2011 à 75,7% en 2015. Ceci confirme que le récent flux de migrants est majoritairement composé de réfugiés[20].


Immigration[modifier | modifier le code]

La version adoptée pour la clôture grillagée entre Hongrie et Serbie, parmi les modèles de la section d'essai près de Mórahalom en juillet 2015.

Entre 2007 et 2011, un grand nombre de migrants sans papiers du Moyen-Orient, d'Afrique et d'Asie du Sud ont franchi la frontière entre la Turquie et la Grèce, menant la Grèce et l'agence Européenne de gestion des frontières extérieures (Frontex) à renforcer les contrôles aux frontières[21]. En 2012, l'afflux de migrants arrivant en Grèce par voie terrestre a baissé de 95 % à la suite de la construction d'une barrière sur une partie de la frontière gréco-turque ne suivant pas le cours du fleuve Maritsa[22]. En 2015, la Bulgarie a poursuivi en renforçant une barrière pour limiter l'arrivée de migrants depuis la Turquie[23].

D'après l'Organisation internationale pour les migrations, environ 3 072 personnes sont mortes ou ont disparu en mer Méditerranée en 2014 en tentant d'immigrer en Europe[24]. Fin 2014, selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, l'Union européenne accueille 6 % des réfugiés du monde entier[25].

Décès[modifier | modifier le code]

Opération Triton, 15 juin 2015.

Le 3 octobre 2013, une embarcation transportant quelque 500 migrants clandestins africains fait naufrage près de Lampedusa. Cette catastrophe fait 366 morts.

Les accidents les plus graves ont lieu en avril 2015, avec la mort d'environ 1 200 personnes. Le premier naufrage se produit le 13 avril, suivi de plusieurs autres naufrages les 16, 19 (le plus meurtrier) et 20 avril[26],[27],[28],[29]. Beaucoup de ces navires de migrants voyageaient depuis la Libye vers l'île de Lampedusa, ou le port d'Augusta (Italie)[28] bien que les incidents du 20 avril se produisirent au large de l'île de Rhodes, dans l'est de la Méditerranée.

Le 27 août 2015, 71 personnes sont retrouvées mortes dans un camion en Autriche, près de Neusiedl am See. Les victimes seraient mortes asphyxiées et le chauffeur aurait pris la fuite[30]. Le 2 septembre 2015, Aylan Kurdi (3 ans) est retrouvé mort sur une plage de Turquie, ainsi que sa mère de 27 ans et son frère de 5 ans. Originaire de Kobané en Syrie, sa famille tentait de rejoindre l’Europe[31]. Le 4 septembre 2015, ils sont inhumés à Kobané. En septembre 2015, un article rapporte que la ville de Catane (Sicile) est débordée par cette crise. Les corps de victimes de naufrage y reposent dans des sépultures nues. Le gardien du cimetière souligne le manque de place pour accueil de nouveaux morts[32].

La Voix de l'Amérique publie une galerie photo en octobre 2015 montrant les résultats de la cruauté des passeurs envers les migrants africains qui tentent de gagner l'Europe : des brûlures, la gale et les abus corporels et sexuels. « Outre la privation de liberté, les passeurs leur font aussi subir les pires supplices et de nombreux migrants sont brûlés par les trafiquants dans le Sahara, de la Libye jusqu'au Tchad en passant par le Soudan et l'Égypte »[33]. La crise actuelle est également liée aux conditions de vie des camps de réfugiés turcs et jordaniens. Sur ce point l'Europe porterait une part de responsabilité en n'ayant versé aux autorités compétentes que 50 millions d'euros sur les 4 000 promis[34],[35].

Le nombre de victimes en Méditerranée n'a cessé de croître entre 2014 et 2016 pour atteindre 5098 pour cette dernière année[36]. C'est ainsi qu'en mai 2016, trois naufrages au large de la Libye provoquent la mort de près de 700 migrants[37]. Des événements semblables se sont produits en 2017. En mars , deux canots gonflables surchargés chavirent à une quinzaine de milles des côtes libyennes , entraînant la mort d’environ 250 personnes, d'origine africaine Avant cette dernière tragédie, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) avait estimé à 440 le nombre de migrants morts en tentant de gagner l’Italie à partir de la Libye depuis le début de 2017[38].

Itinéraires[modifier | modifier le code]

Migrants en Hongrie, à proximité de la frontière serbe, le 24 août 2015.

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) compte cinq routes de voyages privilégiées par les migrants et les réfugiés : la route de l'Afrique de l'Ouest, la route de l'Ouest méditerranéen, la route des Balkans, la route de l'Est méditerranéen et enfin la route centrale qui mène de la Tunisie et de la Libye vers l’Italie. Frontex publie une carte des trajets migratoires et schématise les trajets suivants :

Nom donné à la route par Frontex[39] Point d'entrée européen concerné Migrants décomptés (de janvier à novembre 2015) 3 premiers pays d'origine
Afrique de l'Ouest Canaries Îles Canaries (Drapeau de l'Espagne Espagne) 690 Drapeau de la Guinée Guinée, Drapeau du Maroc Maroc, Drapeau de la Gambie Gambie
Ouest méditerranéen Drapeau de l'Espagne Espagne 14 078 Drapeau de la Syrie Syrie, Drapeau de la Guinée Guinée, Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
Méditerranée centrale Drapeau de l'Italie Italie 157 220 Drapeau de l'Érythrée Érythrée, Drapeau du Nigeria Nigeria, divers
Est Méditerranée Drapeau de la Grèce Grèce, Drapeau de la Bulgarie Bulgarie, Drapeau de Chypre Chypre 880 820 Drapeau de la Syrie Syrie, Drapeau de l'Afghanistan Afghanistan, Drapeau de l'Irak Irak
Pouilles et Calabre Drapeau de l'Italie Italie 5 000
(chiffre non précisé)
Drapeau de la Syrie Syrie, Drapeau du Pakistan Pakistan, Drapeau de l'Égypte Égypte
Albanie et Grèce Drapeau de la Grèce Grèce 8 645 Drapeau de l'Albanie Albanie, Drapeau de la Géorgie Géorgie, Drapeau de la Macédoine Macédoine
Balkans de l'Ouest Drapeau de la Hongrie Hongrie, Drapeau de la Croatie Croatie, Drapeau de la Slovénie Slovénie 763 958 Drapeau de l'Afghanistan Afghanistan, Drapeau de la Syrie Syrie, Drapeau du Kosovo Kosovo
Balkans de l'Est Drapeau de la Pologne Pologne, Drapeau de la Roumanie Roumanie, Drapeau de la Slovaquie Slovaquie, Drapeau de l'Estonie Estonie, Drapeau de la Lituanie Lituanie, Drapeau de la Lettonie Lettonie 1 764 Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Viêt Nam, Drapeau de l'Afghanistan Afghanistan, Drapeau de la Géorgie Géorgie

Les itinéraires ont toutefois changé en s'adaptant aux différentes conditions locales. Ainsi, lorsque la frontière hongroise a été fermée, les populations ont migré vers la Croatie, qui les a redirigés vers la Hongrie[40]. Face au bagotement de l'ouverture et de la fermeture des frontières, les itinéraires sont instables, ce qui a même conduit au développement d'une application pour suivre l'ouverture et la fermeture des frontières[41].

Origine des migrants[modifier | modifier le code]

  •      Immigration des non-nationaux d'un État membre (vert)[42]
  •      Demandeurs d'asile : réfugiés (orange)[43]
  •      Passage de frontière hors cadre légal (bleu)[44]
  • .
    Dans l'Union européenne entre 2010 et 2014.

D'après Frontex, les trois principaux pays d'origine des migrants au cours de l'année 2014 sont : la Syrie (27,9 %), l'Érythrée (12,2 %) et l'Afghanistan (7,8 %)[45].

Pays d'origine 2011 2012 2013 2014
Drapeau de la Syrie Syrie 1,1 % 10,9 % 23,8 % 27,9 %
Drapeau de l'Érythrée Érythrée 3,6 % 10,5 % 12,2 %
Drapeau de l'Afghanistan Afghanistan 16,3 % 18,2 % 8,8 % 7,8 %
Somme des 3 18,5 % 32,7 % 43,1 % 47,9 %
Autres provenances 81,5 % 67,3 % 56,9 % 52,1 %

Six des dix plus importants pays d'où sont originaires les immigrants sont africains : Somalie, Soudan, Sud Soudan, République démocratique du Congo, République centrafricaine et Érythrée[46]. D'après le HCR, les cinq principaux pays d'origine des réfugiés au cours de l'année 2015 sont[47] la Syrie (50 %), l'Afghanistan (20 %), l'Irak (7 %), l'Érythrée (4 %), et le Pakistan (2 %) (chiffres provisoires, décembre 2015).

Origine des passeurs[modifier | modifier le code]

L'origine des passeurs qui viennent leur proposer leurs services est sensiblement différente de celle des migrants. Sur 880 personnes arrêtées en Italie pour ces faits entre janvier 2014 et août 2015[48], il y aurait 279 Égyptiens, 182 Tunisiens, 77 Sénégalais, 74 Gambiens, 41 Syriens, 39 Érythréens, 29 Marocains, 24 Nigérians et 22 Libyens[49],[50].

Pays d'origine 2014 -2015
Drapeau de l'Égypte Égypte 31,70 %
Drapeau de la Tunisie Tunisie 20,68 %
Drapeau du Sénégal Sénégal 8,75 %
Drapeau de la Gambie Gambie 8,41 %
Drapeau de la Syrie Syrie 4,66 %
Drapeau de l'Érythrée Érythrée 4,43 %
Drapeau du Maroc Maroc 3,62 %
Drapeau du Nigeria Nigeria 2,73 %
Drapeau de la Libye Libye 2,5 %
Autres pays 12,84 %

Évolution[modifier | modifier le code]

L'Europe a enregistré 210 000 demandes d’asile au deuxième trimestre 2015, le pic se trouvant en juin 2015, où 88 230 demandes d'asile ont été déposées. En juillet 2015, 25 955 Syriens ont en outre demandé l'asile[51].

Arrivées de migrants en Europe par mois (via la Méditerranée)[47]
Année Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Total
2014 3 270 4 369 7 283 17 084 16 627 26 221 28 303 33 478 33 944 23 050 13 318 9 107 216 054
2015 5 550 7 271 10 424 29 864 39 562 54 588 78 433 130 839 163 511 221 374 154 975 118 687 1 015 078
2016 73 135 61 074 36 923 13 248 22 112 24 583 25 930 25 611 21 222 31 429 16 352 10 757 362 376
2017 6 895 10 641 13 378 14 988 25 103 6 013 (p) 75 044 (p)


Source: table ci-dessus

Gestion opérationnelle[modifier | modifier le code]

Cadre juridique[modifier | modifier le code]

L'espace Schengen en bleu, les pays oranges étant les membres de l'UE candidats à l'intégration dans l'espace de libre-circulation.

L’accueil des réfugiés est réglementé par le droit international : plusieurs textes dont la convention de Genève sur les réfugiés du 28 juillet 1951[52] (étendu par le protocole relatif au statut des réfugiés conclu à New York le 31 janvier 1967) qui engage les 145 Pays signataires à accueillir toute personne qui fuit la guerre ou toute persécution du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques. Ces pays s’engagent donc à accueillir les réfugiés sans discrimination quant à la race ou la religion des réfugiés.

À ces dispositions, s’ajoute en droit français, l'asile qui a également une valeur constitutionnelle, en vertu du préambule de la Constitution de 1946 (alinéa 4) et de la Constitution de 1958 (article 53-1). On parle alors d'"asile constitutionnel"[53].

- Article 53-1. de la Constitution de 1958[54]

L’application du droit des réfugiés et du droit d’asile est confiée à une administration spécialisée placée sous la tutelle du ministère de l’Intérieur : L’OFPRA, qui est un établissement public administratif créé par la loi du 25 juillet 1952 chargé de l'application de la Convention de Genève du 28 juillet 1951 relative au statut des réfugiés.

Application pratique[modifier | modifier le code]

Souvent en violation de la convention de Genève de 1951[réf. nécessaire], dans l'espace Schengen, 26 États membres (dont 22 des 28 États de l'UE, et quatre États AELE) se sont unis pour former un espace où les contrôles aux frontières intérieures (c'est-à-dire entre les États membres) sont abolis, et remplacés par des contrôles approfondis aux frontières extérieures de la responsabilité des États où se trouvent ces frontières. Le Règlement Dublin II détermine l’État membre responsable de l’examen du droit d'asile afin d'éviter d'une part que les demandeurs d'asile ne puissent choisir le pays le plus laxiste dans le contrôle en multipliant les demandes dans différents États membres, et d'autre part qu'aucun État membre ne prenne la responsabilité d'examiner une telle demande. Sauf cas spécifiques, le premier État membre où entre un demandeur d'asile et où les empreintes digitales sont prises est responsable de la demande d'asile. Si le demandeur d'asile se déplace dans un autre État membre, il peut être transféré dans l’État membre où il est entré pour la première fois. L'accord de Dublin a été critiqué pour donner trop de responsabilité aux États membres situés sur les frontières extérieures (comme l'Italie, la Grèce et la Hongrie), au lieu d'un système partageant ces responsabilités entre tous les États membres[55],[56],[57].

Dans le système Schengen, tout dépend de la façon dont les pays situés à la frontière de la zone gèrent la situation. En particulier, il s'agit de faire le tri entre les personnes qui peuvent bénéficier du droit d'asile et les autres. Théoriquement, ceux qui ne peuvent pas bénéficier du droit d'asile devraient repartir dans leur pays d'origine ou vers le pays où ils ont transité. Dans les faits, la Commission européenne reconnaît que peu repartent[58]. Le règlement de Dublin pose un problème clé de répartition des demandeurs d'asile reconnus comme tels dans l'Union européenne.

Institutions et coopération de support[modifier | modifier le code]

Orion P-3 avion américain participant à la Navfor Med.

Frontex est l'Agence de l'Union européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des États membres de l'Union (en abrégé « Frontières extérieures »). Son siège est installé à Varsovie (Pologne). Elle est responsable de la coordination des activités des garde-frontières dans le maintien de la sécurité des frontières de l'Union avec les États non-membres[note 1]. Frontex a été créée par le règlement (CE) no 2007/2004 du Conseil du 26 octobre 2004[59]. L'agence est opérationnelle depuis le . Son directeur exécutif est le Français Fabrice Leggeri depuis janvier 2015[60].

L'EU Navfor Med est chargée de lutter contre les réseaux de trafiquants de migrants opérant à partir de la Libye. La force navale comprend cinq navires de guerres, deux sous-marins, deux drones et trois hélicoptères. Le quartier général est à Rome. Cette force est relativement limitée dans son action car en l'absence d'une résolution du conseil de sécurité des Nations Unis, elle ne peut intervenir dans les eaux territoriales libyennes[61].

Gestion des institutions politiques[modifier | modifier le code]

Demandes d'asile dans les États membres de l'Union européenne et de l'EFTA au 1er janvier jusqu'au 30 juin 2015 selon données Eurostat. La hauteur des barres symbolise le nombre de demandes d'asile par pays. La coloration des pays représente le nombre de demandeurs d'asile rapporté à leur population.
Données sur l'origine des afflux d'immigrés de la crise européenne de 2015, d'après Eurostat.

La présence de ces nombreux migrants et leur situation de détresse, ainsi que la difficulté dans laquelle se trouvaient les pays frontaliers (Italie, Espagne, Grèce, Hongrie) ont conduit à un changement de la donne politique et des paradigmes dominants dans l'Union européenne.

Les controverses autour des propositions de Jean-Claude Juncker[modifier | modifier le code]

Alors que la crise était à ses débuts et que certains pays à la mi-2015 faisaient face à un nombre de demandes d'asile important : 121 400 pour l'Allemagne, 49 095 pour la Hongrie, 24 875 pour l'Italie, 24 300 pour la France, 19 690 pour la Suède, 19 620 pour l'Autriche, 9 390 pour le Royaume-Uni, 6 185 pour la Belgique et 5 760 pour les Pays-Bas, Jean-Claude Juncker imagine de répartir les migrants entre pays selon un système de clé de répartition qui aurait conduit à la répartition suivante : 31 443 pour l'Allemagne, 24 031 pour la France, 14 931 pour l'Espagne, 9 287 pour la Pologne, 7 214 pour les Pays-Bas, 4 646 pour la Roumanie, 4 564 pour la Belgique, 4 469 pour la Suède, 3 640 pour l'Autriche[62]. C'est ainsi qu'en mai 2015, la Commission européenne propose de relocaliser 40 000 demandeurs d'asile depuis la Grèce et l'Italie vers d'autres États de l'Union européenne[63], puis le 9 septembre, 120 000 supplémentaires depuis la Grèce, l'Italie et la Hongrie, selon un pourcentage de répartition calculé à partir de chiffres objectifs : population, PIB, demandes d'asile antérieures, chômage[64].

Dans une lettre en marge de son discours sur l'état de l'Union de 2015, Jean-Claude Juncker plaide pour une nouvelle politique migratoire qui devrait, selon lui, offrir une réponse rapide, déterminée et globale à la crise des réfugiés. Ses propositions comprennent

  • un mécanisme de relocalisation d’urgence et un mécanisme de relocalisation permanent ;
  • des efforts renouvelés pour mieux gérer les frontières extérieures au travers d'un renforcement de Frontex, et la création de systèmes européens de garde-côtes et de gardes-frontières ;
  • un renforcement de la mise en œuvre du régime d’asile européen commun, au travers de l'évaluation globale du règlement Dublin II et de nouvelles étapes comme le renforcement du rôle du Bureau européen d’appui en matière d’asile et la mise à disposition de voies d’entrée sûres et légales pour les personnes ayant besoin de protection. À l'inverse, il faudrait adopter une approche plus efficace de la gestion des retours pour ceux qui ne remplissent pas les conditions ou ceux qui viennent de pays "sûrs" ;
  • un régime permanent de réinstallation, assorti de régimes de protection renforcée dans le voisinage proche de l’UE ainsi qu'une approche renouvelée de la gestion des migrations légales, comprenant la révision de la directive Carte bleue[réf. nécessaire].

De ce fait, Juncker souhaitait que les 28 pays membres de l'UE s'accordent sur la répartition de 160 000 réfugiés dès le mois de septembre 2015. Angela Merkel souhaitait promouvoir un accord sur une répartition « contraignante » des réfugiés, avec un système de quotas sans plafond (une répartition). L'Américain John Kerry a par ailleurs indiqué que les États-Unis seront prêts à accueillir de 5 000 à 8 000 réfugiés syriens à l'automne 2016[65]. Le système de clé de répartition proposé accorde par exemple 26 % des réfugiés à l'Allemagne, et 0,11 % à Malte[66].

Les oppositions aux propositions de Juncker[modifier | modifier le code]

L'opposition au Plan Juncker vient principalement des pays de l'Europe de l'Est où l'opinion publique est peu favorable à l'accueil de réfugiés. Alors qu'en moyenne 56 % des Européens ont des réticences à l'accueil de migrants, ce taux est de 81 % en République tchèque, de 78 en Lettonie, de 77 en Slovaquie et de 70 en Lituanie. La Pologne se situe pour sa part dans la moyenne européenne[67]. Entre pays de l'Ouest et pays de l'Est, les débats sont vifs. Fin août 2015, le ministre autrichien de l'Intérieur avait proposé de réduire leurs aides européennes. Angela Merkel s'y est refusée pour l'instant mais l'idée semblait toujours d'actualité début septembre 2015[67] avec sa remise sur table par le Premier ministre néerlandais Mark Rutte. Ce dernier a cependant accueilli avec joie l'instauration du système de quotas, ne voulant pas diviser l'UE en deux blocs.

Le président français, François Hollande, a proposé que le sommet du 23 septembre étudie les trois possibilités suivantes[68] : aider la Turquie pour que les réfugiés restent sur son sol ; décider la création des « hotspots », qui sont des centres d'accueil et d'enregistrement des demandeurs d'asile avant raccompagnement respectueux des personnes déboutées ; et travailler à aider les pays où se trouvent les centres de réfugiés, pour éviter que la sortie des camps conduise à des mouvements non maîtrisables.

Accusations de manipulation du chiffre des nombres de migrants[modifier | modifier le code]

Selon le site Politico, le chef de cabinet de Jean-Claude Juncker, Martin Selmayr, a falsifié dans un mail adressé aux dirigeants de l'UE les chiffres du nombre de migrants illégaux entrés dans l'UE par la Turquie en décembre 2015, parlant d'une baisse de 52249 migrants à fin octobre, contre 9 093 à mi-décembre. Le chiffre réel serait du triple, soit 27 069 migrants. Selon Politico, le but de cette communication, s'appuyant sur des documents inexacts fournis par Frontex, est de donner une image efficace du rôle d'État-tampon que joue la Turquie dans l'arrêt des migrations illégales, en vue de convaincre les États membres d’adopter le plan Juncker pour accueillir les réfugiés au sein de l’Europe[69].

Décisions des sommets européens[modifier | modifier le code]

Conseil des ministres de l'Intérieur[modifier | modifier le code]

Le lundi 14 septembre 2015, un Conseil de l'Union européenne réunissant les ministres de l'Intérieur de l'Union n'a pas pu arriver à un accord sur la répartition de 120 000 migrants actuellement stationnés en Grèce, en Italie et en Hongrie. Ce pays est d'ailleurs le fer de lance des opposants (de l'Est) au projet. Pour son gouvernement, ce mécanisme est « inapplicable et néfaste à long terme car il créerait un appel d'air vers l'Europe ». Aucun accord global n'est intervenu. Malgré tout, il a été décidé de transférer ailleurs 40 000 migrants massés en Italie et en Grèce. Pour Paris et Berlin, ce dispositif doit être concomitant à « la mise en place rapide de hotspots (des centres d'accueil recensant efficacement les réfugiés) » et prenant leurs empreintes digitales. Des hotspots devraient être mis rapidement en place en Italie et en Grèce, qui recevront une aide à cet effet. Par ailleurs, la question du renvoi des migrants non acceptés (personnes ne répondant pas notamment aux critères du droit d'asile) a été abordée. Pour traiter cette question, il a été envisagé à la fois une meilleure coopération avec les pays voisins de l'Europe et l'établissement de centres de rétentions[70].

Le mardi 22 septembre 2015, lors du Conseil de l'Union européenne, l'ensemble des ministres de l'Intérieur a voté à la majorité qualifiée pour un arrêt de l'immigration et pour la répartition de 120 000 demandeurs d'asile syriens, irakiens et érythréens arrivés au plus tard il y a un mois en Grèce et en Italie[71]. Toutefois, en raison de l'opposition des pays d'Europe centrale, cette répartition n'est ni obligatoire, ni permanente[72],[73],[74]. « Il faut empêcher que d'autres n'arrivent », a notamment déclaré le ministre allemand Thomas de Maizière. « Nous ne devons pas envoyer le signal que nous pouvons accueillir tout le monde, tout de suite. Ce ne serait pas responsable » a renchéri le Français Bernard Cazeneuve[72].

Une minorité de pays a cependant voté contre ; il s'agit de la République tchèque, de la Slovaquie, de la Roumanie et de la Hongrie[73]. La Finlande s'est abstenue. L'opération de répartition de 120 000 personnes est prévue en deux temps. Lors du premier temps, la répartition concernera 66 000 demandeurs — 50 400 de Grèce et 15 600 d'Italie — (qui s'ajoutent aux 60 000 de juin). Une offre de 54 600 places est en réserve, la Hongrie n'ayant pas souhaité participer au mécanisme[72]. Les personnes concernées ne pourront pas choisir leur destination ; 17 036 d'entre elles iront en Allemagne, alors que 1 294 seront destinées à la Hongrie. Celles qui refuseront de demander l'asile dans le pays d'accueil seront refoulées en mer Méditerranée[72]. Des hotspots seront créés et gérés par l'Union européenne en Italie et en Grèce[72]. En réaction, Melissa Fleming, de l'ONU a indiqué qu'« un programme de relocalisation ne suffira pas à stabiliser la situation à ce stade de la crise », souhaitant un renforcement des capacités d'accueil permanente[73]. Le président de la République française, François Hollande a apprécié le fait que l'Union européenne prenne ses responsabilités[75]. Le lendemain, soit mercredi, les chefs d’État et de gouvernement devraient se prononcer sur une aide financière à la Turquie qui souhaite toujours entrer dans l'Union européenne[73].

En décembre 2015, des recours demandant l'annulation de cette décision du Conseil de l'Union européenne sont introduits devant la Cour de justice de l'Union européenne par la Slovaquie[76] et par la Hongrie[77].

Réunions du Conseil européen[modifier | modifier le code]

Les tensions entre États ont été vives. Le 23 septembre 2015, à son arrivée au Conseil européen sur les réfugiés, le président François Hollande, par exemple, a invité les pays qui, selon lui, ne partagent pas les valeurs européennes « à se poser la question de leur présence au sein de l'Union européenne ». Les débats ont surtout porté sur les solutions pour interrompre ou limiter le flux d'immigration en provenance notamment de Syrie, qui compte « huit millions de personnes déplacées à l'intérieur et 4 millions » qui ont émigré vers la Turquie, le Liban, la Jordanie, et l'Irak[78]. Il a été proposé deux solutions[78] : donner un milliard d'euros aux organisations humanitaires de l'ONU (Programme alimentaire mondial et Unicef), pour améliorer la condition des migrants dans les actuels pays d'accueil (Turquie, Liban, entre autres) ; et renforcer les contrôles extérieurs en augmentant d'1,3 milliard les crédits des agences européennes (Frontex, Europol, Bureau européen d’appui en matière d’asile (EASO)) chargées de l'immigration illégale. Par ailleurs, il a été décidé de mettre la pression sur la Grèce afin « qu'elle fasse la preuve qu'elle peut contrôler ses frontières »[78].

Les pays ont constaté que la Turquie était « devenue la porte d'entrée pour des centaines de milliers de réfugiés vers l'Europe »[79]. Aussi ils ont estimé qu'il était important de négocier avec ce pays. Mais, ce pays qui est en position de force dans les négociations avance un certain nombre de revendications. Tout d'abord la Turquie s'est vue allouer 1 milliard d'euros, mais elle estime que l'accueil des réfugiés lui a coûté 6,7 milliards de dollars depuis 2011. Aussi elle voudrait que l'aide soit portée à trois milliards. Par ailleurs, Ankara demande une libéralisation des visas pour ses nationaux[80]. François Hollande et Angela Merkel sont réticents sur ce point et ne veulent pas que les visas soient accordés sans contrôle. Enfin, la Turquie demande une accélération de son processus d'adhésion à l'Union européenne avec « l'ouverture de six nouveaux chapitres dans le processus d'adhésion … et l'inscription du pays sur la liste des pays sûrs »[79]. Angela Merkel doit se rendre en Turquie dimanche 18 octobre 2015 afin d'évoquer notamment ces problèmes[79].

Les discussions ont également porté sur les hotspots (centres d'enregistrement et de tri des migrants). Les pays situés en première ligne (Italie et Grèce) sont assez réticents envers ces centres dont le rôle n'est pas encore clairement établi. Enfin, la France a proposé la création d'un corps européen de gardes-frontières, un projet qui heurte les pays de l'Est soucieux de leur souveraineté[79].

Demande d'asile[modifier | modifier le code]

Pays d'origine et de destination des migrants.

L'actuel système de demande d'asile permet de connaître le pays d'origine et le pays de destination des demandeurs d'asile.

En avril 2017, le Daily Mail fait état d'une étude des Nations unies indiquant que moins de 3 % des migrants ayant atteint l'Italie en 2016 ont été admis au titre de l'asile[81].

Débats politiques[modifier | modifier le code]

Débats sémantiques[modifier | modifier le code]

La chaîne qatarie Al Jazeera estime que le terme « réfugié » est plus adapté à la situation que celui de « migrant ». Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés indique qu'un migrant part de lui-même pour chercher de meilleures conditions, alors qu'un réfugié est chassé par la guerre, un conflit ou la persécution[82],[83]. En particulier, pour les Syriens, l'on parle souvent de réfugiés de la guerre civile syrienne. Le choix des termes, migrant, exilé ou réfugié reste délicat[84].

Pour le journaliste Adrien Lelièvre, le nombre de Syriens venant chercher refuge en France aurait conduit à un changement sémantique : les personnes qui viennent en France et qui jusque là étaient décrites comme des migrants ont depuis été décrites comme des réfugiés[85]. Pour lui, « ce mot [de migrant] ne remplit plus son rôle quand on en vient à décrire l’horreur de ce qui se passe en Méditerranée. Loin de sa simple définition telle qu’on peut la trouver dans le dictionnaire, c’est devenu un outil visant à déshumaniser ce qui se passe et nous mettre à distance. Avec une forte connotation péjorative. ». Il ne s'agirait donc pas d'une question sémantique, mais plutôt d'un problème de flou des statuts[85].

Certaines personnalités politiques françaises, notamment Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen, continuent à utiliser le terme de migrant[86].

Pour Hubert Védrine, la confusion entre les termes réfugiés, migrants, clandestins, aurait pour finalité d'éviter de reconnaître la spécificité du droit d'asile. Elle serait alimentée par deux grands courants d'idées[87] : Ceux qui pensent qu'il faut accueillir tout le monde. Sont compris dans cette catégorie : une partie de la gauche, « beaucoup d'associations, d'organisations catholiques, de people sympathiques ». « L'extrême droite qui alimente délibérément cette confusion inquiétante, parce qu'elle vit de ce fonds de commerce ».

Accueil des réfugiés[modifier | modifier le code]

Parmi ces migrants se trouvent des demandeurs d'asile qui sont éligibles au statut de réfugiés. C'est notamment le cas des réfugiés syriens, qui traversent d'abord la frontière entre la Serbie et la Hongrie (bloquée), puis la Hongrie, avant d'arriver en Autriche ou en Allemagne, principal point de ralliement[88].

L'Union européenne alloue aux États d'accueil 6 000 euros par personne accueillie. Cette somme peut permettre de financer six mois d'accueil[89]. Après les annonces de l'Australie, du Canada et des États-Unis, de leur intention de recevoir quelques milliers de réfugiés, diverses voix se font entendre pour dénoncer l'absence de soutien à ces initiatives dans la plupart des pays musulmans. En effet, le Qatar, le Koweït, Bahreïn, l'Arabie Saoudite ou les Émirats arabes unis, pays riches du Golfe, n'en veulent accueillir aucun. Les journalistes d'opposition aux régimes en place dans ces États estiment que leurs pays devraient « avoir honte » de ne pas soutenir les réfugiés syriens[90].

Conduite de la relocalisation[modifier | modifier le code]

Le plan de relocalisation de 160 000 réfugiés arrivés en Italie ou en Grèce, a été décidé en septembre 2015 par les pays de l’Union européenne ; il a pour objectif d'être accompli avant septembre 2017[91].

Avancement
Sources : Commission européenne, Le Monde[91]
Bilan à mi-étape (septembre 2016)
Pays Avancement Explication
UE
5 %
À mi-échéance 5651 personnes sur 98 255 ont effectivement été relocalisées[91].

dont 1196 depuis l'Italie[92] et 4455 depuis la Grèce[93]

France
11 %
À mi-échéance, 1952 personnes sur 17762 ont effectivement été relocalisées[91].
Allemagne
1 %
À mi-échéance, 215 personnes sur 27536 ont effectivement été relocalisées[91].
Finlande
34 %
À mi-échéance, 690 personnes[94] sur environ 2018 (719 depuis l'Italie[92]

et 1299 depuis la Grèce[93]) ont effectivement été relocalisées, soit environ 35%[91].

Sources : Commission européenne, Le Monde[91]

Pour Yannis Mouzalas, « un an après le lancement de ce programme, les partenaires européens n’ont pris en charge que 5 000 réfugiés au départ de la Grèce, alors qu’ils avaient promis d’en accueillir 33 000 la première année, et autant d’ici fin 2017. »[95]

Pour Filippo Grandi, les pays européens n'ont réparti que 10 000 réfugiés alors qu'il s'étaient accordés pour en relocaliser 160 000 avant la fin 2017[96].

En 2017, la commission européenne admet que la relocalisation est un échec, et que seul 25% de l'objectif peut être atteint[97].

Union européenne[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

Angela Merkel, chancelière fédérale allemande.

En 2015, l'Allemagne compte accueillir 800 000 migrants. Cette démarche semble obéir à trois principaux motifs[98] :

  • Démographique : si rien n'est fait, la population allemande va décliner passant de 81,1 millions d'habitants mi-2015 à 76 millions d'habitants en 2050. À cette date, selon les prévisions, la population française devrait atteindre 77 millions[99]. La baisse de la population aurait, selon Jean-Louis Thiériot, deux grandes conséquences économiques : des problèmes de financement des retraites et un moindre dynamisme économique[98].
  • Économique : pour de nombreux économistes néanmoins, sous l'apparente générosité de façade, ces décisions sont avant tout pragmatiques et économiques, Angela Merkel s'étant rangée à l'avis des patrons allemands qui manquent de main-d'œuvre[100].
  • Éthique : toujours pour Jean-Louis Thiériot, il faut aussi tenir compte de « motivations éthiques » liées notamment à la « Seconde Guerre mondiale et à ses traumatismes ». À cela s'ajoute la mémoire des 5,5 millions d'Allemands chassés d'Europe orientale après 1945[98].

L'afflux de migrants en Europe a suscité diverses réactions. Selon Paolo Gentiloni, il existe un risque que les pays d'Europe cherchent à fermer leurs frontières, provoquant l'effondrement de l'accord de Schengen ; la crise des migrants pourrait amener l'Europe à « redécouvrir son âme ou à la perdre pour de bon[101]. »

Pour accueillir et intégrer les 800 000 réfugiés le pays compte lancer un plan de 6 milliards d'Euros. La moitié de cette somme étant destinées aux Länder (régions) et aux communes. Par ailleurs, le pays prévoit d'embaucher 3000 agents de police supplémentaires. Enfin, l'Allemagne compte surtout aider les réfugiés en nature (hébergement, etc.) et limiter l'octroi d'espèces[102]. Toutefois, ces mesures s'accompagnent de la volonté de considérer comme « sûrs » les États des Balkans (Kosovo, Albanie, Monténégro) ce qui conduirait à refuser de considérer comme réfugiés leurs ressortissants. En contrepartie l'Allemagne pourrait être plus souple avec les ressortissants de ces pays dans l'octroi de permis de travail[102].

Un camp à Hamburg-Jenfeld.

Confrontée à l'afflux des réfugiés dont le nombre atteint en 2015 le chiffre d'un million et aux critiques de plusieurs pays européens de cette politique d'accueil[103], l'Allemagne rétablit sa frontière avec l'Autriche le 13 septembre 2015, le ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière déclarant que « la solidarité allemande ne peut pas être abusée »[104]. Quelques jours auparavant, le leader de la CSU, Horst Seehofer avait sévèrement critiqué la politique d'accueil d'Angela Merkel confirmant les déclarations de son collègue Hans-Peter Friedrich affirmant que l'accueil de ses réfugiés constituait « une erreur de jugement sans précédent », le plus gros quotidien allemand, la Frankfurter Allgemeine Zeitung, publiant un éditorial intitulé « L’Europe de l’Est a raison »[105].

Principale instigatrice du mécanisme de répartition obligatoire des migrants et confrontée à une très forte opposition notamment des pays d'Europe centrale, Angela Merkel est contrainte d'annoncer en septembre 2016 au sommet de Bratislava l'abandon du système des « quotas » nationaux[106].

Gare de l'Ouest (Vienne), , des migrants en chemin vers l'Allemagne.

La ville de Munich, n'arrive pas en septembre 2015 à gérer l'arrivée de migrants. Ces problèmes font surface alors que : le nombre de réfugiés arrivant ne faiblit pas, alors que plus de réfugiés arrivent qu'il n'en repart ; Munich ne dispose pas de suffisamment de places pour les mineurs isolés, alors qu'une loi interdit de transférer un mineur d'un land vers un autre land ; il manque matériellement de lits disponibles ; les migrants ne sont pas systématiquement enregistrés en Allemagne ; et l'Oktoberfest débute le 19 septembre 2015[107].

Plus généralement, le 21 septembre 2015, le quotidien allemand de gauche Die Tageszeitung écrit : « Étant donné l’afflux massif de réfugiés, la société allemande arrive à sa limite maximale d’accueil[108]. ». Après les agressions sexuelles du Nouvel An 2016 en Allemagne, dont les assauts sont coordonnés et commis par des groupes de 2 à 40 hommes, décrits comme nord-africains ou arabes et dont les suspects sont principalement des demandeurs d’asile ou des immigrés en situation illégale selon la police[109], Angela Merkel annonce vouloir faciliter les expulsions d'immigrés coupables d'agression[110].

Conséquences économiques[modifier | modifier le code]

Les conséquences de la crise migratoire sur l'économie allemande et celles sur l'économie française sont très différentes selon Charles Wyplosz. En effet, la population allemande décroit et le pays a tout à gagner de l'entrée de nouveaux travailleurs et consommateurs qui en outre permettront à terme de financer les pensions de retraite. Par contre, la France ne connaît pas le même déclin démographique que l'Allemagne et surtout ne semble pas pouvoir ou vouloir s'investir avec les personnes immigrantes comme le font les Allemands qui vont y consacrer 6,6 milliards d'euros. Or pour cet économiste « les immigrants coûtent cher au début. Il faut les loger, scolariser les enfants, construire des logements, etc. » mais à terme « c'est un investissement très rentable »[111].

Néanmoins, selon le rapport économique mensuel de la Bundesbank rendu en décembre 2015, une grande partie des réfugiés qui sont attendus en Allemagne risque de se retrouver au chômage et de n'entrer que très progressivement sur le marché du travail.

L'importance du facteur travail en économie amène les économistes à se soucier de la démographie. À ce niveau, les projections démographiques montrent que l'Europe géographique devrait voir sa population passer de « 738 millions d'habitants aujourd'hui à 707 millions en 2050 », pendant que celle de l'Afrique devrait doubler sur la même période passant de « 1,2 milliards d'habitant à 2,5 milliards ». Ces chiffres amènent Éric Le Boucher à craindre des crises « à répétition ». Aussi est-il souvent suggéré d'accroître l'aide au développement pour permettre à ces pays de se développer car cela constitue un encouragement à rester sur place[112].

Après une période de déclarations euphoriques des représentants du grand patronat allemand concernant les avantages économiques que représenteraient l'arrivée en masse de nouvelles forces de travail, ceux-ci commencent à reconnaître en 2016 que l'intégration des migrants sera beaucoup plus longue et difficile que prévu : ainsi 80 % d'entre eux n'ont pas le niveau d'un simple ouvrier spécialisé allemand. Ils ne parlent pas la langue locale ni ne connaissent l'alphabet latin et un nombre non négligeable d'entre eux sont analphabètes[113]. Selon un institut de recherche économique allemand, « il faut cinq à sept ans à un réfugié pour produire plus qu'il ne coûte à l'État »[113].

En février 2016, un sondage réalisé auprès de 220 économistes en Allemagne révèle qu'une majorité des professeurs allemands d'économie voit l'afflux actuel des demandeurs d'asile de manière critique. 40 % attendent de la venue des immigrés plutôt des inconvénients pour l'Allemagne, contre 23 % des avantages, le reste demeurant indécis. Dans l'ensemble, la plupart des économistes jugent de façon critique la politique d'asile allemande, à la différence de celle du Canada et de l'Australie, ces deux pays ayant une forte sélection selon le niveau de qualification des immigrants[114].

D'une manière générale, il existe un consensus chez les économistes allemands concernant « la piètre employabilité des "réfugiés" », ce qui se traduit par un sous-emploi qui « devrait perdurer un certain nombre d’années »[115]. Les migrants risquent ainsi de constituer un poids financier pendant longtemps. Les réfugiés syriens habituellement présentés comme étant qualifiés sont en réalité souvent originaires des régions rurales les plus pauvres de Syrie et « leur niveau de qualification est dramatiquement bas ». Ils sont issus de familles paysannes qui savent à peine lire et écrire, l’analphabétisme étant plus largement répandu parmi ces populations que dans le reste de la Syrie[115]. Pour l’industrie allemande qui a besoin essentiellement d'ouvriers qualifiés, c'est une main d'œuvre inadaptée[115].

Conséquences en matière de sécurité[modifier | modifier le code]

En Allemagne, les migrants ont officiellement commis plus de 200 000 crimes et délits en 2015[116]. Selon les chiffres officiels partiels du Bureau pénal fédéral (BKA), les réfugiés (essentiellement Syriens, Afghans et Irakiens) ont commis 92 000 infractions de plus qu’en 2014, dans l’ensemble du pays, ce qui représente une augmentation de 79 % par rapport à 2014[116] alors que dans le même temps le nombre de migrants accueillis a bondi de 440 % (1,1 million de demandeurs d'asile supplémentaires)[117],[118]. Les chiffres ne comprennent pas ceux des 3 États d'Hambourg, de Brême et de Rhénanie du Nord-Westphalie, gouvernés par des Parlements SPD qui n’ont pas souhaité transmettre leurs données criminelles au BKA[116]. Pour cette raison, les vols et agressions sexuelles de Cologne, perpétrés le , ne sont pas inclus dans ces statistiques. Il y eut en outre 240 tentatives de meurtre par des migrants et, dans les deux tiers des cas, les auteurs et les victimes étaient de même nationalité[116]. En définitive, le BKA, estime que la criminalité des migrants est du même niveau que le reste de la population[119], il indique aussi que les réfugiés fuyant les conflits comme les Syriens, Afghans et Irakiens sont sous-représentés parmi les délinquants au contraire de ceux en provenance des pays voisins, comme le Kosovo, la Serbie et l'Albanie[120].

Sur cette même année 2015, les actes de violences contre les réfugiés ont augmenté de 427 % selon le ministre de l’Intérieur allemand, Thomas de Maizière[121]. Celui-ci s'inquiétait à nouveau en mai 2016 des nombreuses attaques contre les réfugiées commises les premiers mois de l'année 2016 : 654 attaques contre les réfugiés, 449 contre les structures d'accueil, 45 incendies criminels, et 5 attaques aux explosifs[122].

Les statistiques de criminalité sont particulièrement hautes pour les Marocains : ces derniers ont perpétré 33,6 % des actes de délinquance concernant les migrants. Les Algériens, pour lesquels ce taux atteint 38,6 %[123], sont également pointés du doigt.

Certains des auteurs des attentats du 13 novembre 2015 en France et de mars 2016 à Bruxelles sont entrés sur le continent en se faisant passer pour des réfugiés[124]. En juillet 2016, l'Allemagne connaît ses premiers attentats islamistes. Ceux-ci, impliquant des demandeurs d'asile, font 15 morts et plusieurs dizaines de blessés en moins d'un mois[125],[126]. De surcroit, les services secrets allemands assurent avoir la preuve que des commandos de l'État islamique ont pénétré en Europe en profitant de l’afflux de réfugiés[127]. En novembre 2016, le ministère de l'Intérieur annonce que le nombre de crimes enregistrés en 2015 par la police fédérale a augmenté de 31,6 % par rapport à 2014, les infractions liées au non-respect des lois en matière d'immigration ayant « explosé » de 151,6 %. Le rapport annuel de la police fédérale pointe du doigt le nombre très limité d'expulsions autorisées par les juges. En 2015, seulement 22 369 immigrants illégaux ont été renvoyés dans leur pays d'origine[128]. Le même mois, les journaux Der Spiegel et Die Welt am Sonntag confirment que l'État islamique prépare spécifiquement des combattants à se cacher parmi les réfugiés en Europe et à ne pas attirer l'attention. Selon eux, il n'existerait pas de solutions simples au danger que représentent ces éléments infiltrés[129]. En décembre 2016, un crime sexuel commis à Fribourg-en-Brisgau sur une jeune étudiante par un migrant suscite une importante émotion dans le pays[130],[131],[132].

En avril 2017, la police allemande confond un militaire allemand qui s’est fait passer pour un réfugié syrien. Il est soupçonné d’avoir préparé un attentat dans le but de mettre en cause les migrants[133].

Autriche[modifier | modifier le code]

L'Autriche crée une polémique lorsque le chancelier Werner Faymann compare la politique hongroise concernant la gestion des réfugiés avec les victimes de la déportation nazie, ce qui entraîne une convocation de l'ambassadeur d'Autriche en Hongrie le 12 février 2015 et des critiques publiques de la part du ministre des affaires étrangères hongrois Péter Szijjártó[134]. Paradoxalement, au cours de l'année 2015, l'Autriche finit par rétablir l'ensemble des contrôles aux frontières du pays sauf pour la Suisse[134],[135] et fait construire le premier mur en barbelés intra-Schengen de l'histoire contre la Slovénie[136].

Belgique[modifier | modifier le code]

Selon Bart De Wever, président de la N-VA et bourgmestre d'Anvers, la Belgique attire les réfugiés[137]. La Belgique va accueillir 250 réfugiés venant de Bavière[138]. Jean-Claude Juncker pourrait lui demander d’accueillir 4564 réfugiés supplémentaires, mais le Secrétaire d’État à l’Asile et la Migration Theo Francken (N-VA) reste réservé sur la question. En raison d'une possible évacuation de la Jungle de Calais, la Belgique rétablit ses contrôles à la frontière franco-belge le 23 février 2016 par crainte d'un afflux de migrants expulsés du Calaisis[139],[140],[141]. Ce démantèlement sera d'ailleurs effectif après le rétablissement des contrôles[142].

Conséquences économiques[modifier | modifier le code]

De janvier à octobre 2016, les coûts de l'accueil et de l'accompagnement des migrants représentent 1,3 milliard d'euros pour la Belgique, soit un doublement en deux ans[143]. En novembre 2016, une étude montre que moins de 3,5 % des 57 000 réfugiés qui sont arrivés en Belgique en 2015 occupent un emploi[144].

Croatie (hors espace Schengen)[modifier | modifier le code]

La Croatie (pays de l'Union européenne, n'appartenant pas à l'espace Schengen), qui a connu récemment[Quand ?] des situations de guerre a laissé transité les migrants. Le pays et son voisin la Hongrie se sont entendus pour laisser entrer en Hongrie les migrants vulnérables[145].

Danemark[modifier | modifier le code]

Le royaume nordique n'accorde aux migrants que des droits d'asile temporaires, ne facilite pas les regroupements familiaux et a réduit les allocations aux nouveaux arrivants. Aussi, ces derniers refusent de descendre des trains dans ce pays et préfèrent continuer jusqu'en Suède. Le 9 septembre 2015, le Danemark a dû, pour cette raison, suspendre les relations ferroviaires avec l'Allemagne[146]. Le 11 septembre, le Danemark fait savoir qu'il ne participera pas à la politique de quotas proposée par Jean-Claude Juncker[147]. Le gouvernement mène par ailleurs une campagne de publicité au Liban, décriée par l'opposition, afin de prévenir les réfugiés de la réduction des aides sociales qui leur seraient accordées[148]. Le 18 décembre 2015, le Danemark prépare un projet de loi visant à autoriser la fouille des bagages des migrants et de confisquer tout objet de valeur ou argent liquide au-delà de 3.000 couronnes danoises, soit environ 400 euros (remonté à 1 840 euros le 8 janvier[149]) pour financer l'accueil des migrants, les alliances et téléphone portable n'étant pas concernés[150]. Ce projet est condamné par l'ancien grand rabbin du Danemark Bent Melchio et par la presse internationale dont notamment le Washington Post, mais soutenu par le gouvernement, la ministre de l'intégration Inger Stojberg du parti libéral, le député issu de l'immigration Naser Khader et le président du parti populaire danois Kristian Thulesen Dahl.

Le Danemark décide notamment de prolonger les contrôles aux frontières pour le 4 mars 2016[151]. En novembre de la même année, le gouvernement annonce qu'il cesse d'accueillir jusqu'à nouvel ordre les réfugiés proposés chaque année par le Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR). Il motive sa décision par la « responsabilité de maintenir la cohésion économique, sociale et culturelle du Danemark »[152].

Espagne[modifier | modifier le code]

En Espagne, un réseau d'au moins une dizaine de municipalités, sous l'impulsion du parti du Mouvement des Indignés souhaite accueillir des réfugiés. À Barcelone, capitale de Catalogne, le maire Ada Colau, a lancé le mouvement avec le poème « Notre maison est votre maison, s’il peut exister la maison de quelqu’un. Le soleil pourrait se lever n’importe quelle nuit[153]. » L'Espagne accepte le programme proposé par la Commission européenne pour répartir des réfugiés fuyant notamment le conflit en Syrie, ce programme attribue 14 931 personnes à l'Espagne. Ajouté aux 2 749 personnes comptées par ailleurs, le nombre cumulé de réfugiés sera de 17 680 personnes[154].

En Espagne, la région autonome de Valence a décidé d'envoyer un bateau en Grèce, sur l'île de Lesbos pour y recueillir des réfugiés qui viendront en Espagne[155].

En 2017, 160000 personnes ont manifesté à Barcelone, pour demander que l'Espagne accueille les 16000 réfugiés qu'elle s'est engagée à accueillir en 2015[156],[157].

Europe centrale[modifier | modifier le code]

Quatre pays d'Europe de l'Est, la Hongrie, la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie ont estimé que le nombre de réfugiés à accueillir ne devait pas être décidé de manière centrale, mais qu'il devait être décidé en fonction des capacités d’accueil[158],[159]. La Roumanie, après s'être montrée hostile aux quotas, accepte d'accueillir le nombre de quotas demandé par l'Union européenne[160],[161].

D'une manière générale, les sondages en Europe centrale montrent un rejet beaucoup plus fort des migrants qu'en Europe de l'Ouest : ainsi, en septembre 2015, 80 % des Slovaques, 75 % des Polonais seraient hostiles à l’accueil des migrants[162].

En mars 2017, le groupe de Visegrád critique à nouveau la répartition des nouveaux venus par quote part d'une part, et la corrélation entre la distribution des fonds européens et l'adhésion à la politique migratoire commune d'autre part qu'ils décrient comme « chantage » et « diktat » européens à leur égard concernant la politique migratoire commune[163].

Hongrie[modifier | modifier le code]

En avril 2014, les élections législatives sont marquées par la poussée du Jobbik. En juin 2014, La Hongrie fustige la politique « libérale » de l’UE en matière d’immigration[164]. Le 25 août 2014, le Premier ministre Viktor Orbán déclare qu’après avoir gagné les élections législatives en avril dernier, l’un des principaux objectifs de son mandat serait de mener une lutte farouche contre l’immigration : « l’objectif est de mettre fin à l’immigration par tous les moyens […]. Je pense que l’actuelle politique libérale en matière d’immigration, pourtant considérée comme évidente et moralement fondée est en fait hypocrite[164]. »

Migrants traversant la barrière en barbelés entre Serbie et Hongrie en août 2015.

Le 12 janvier 2015, après les attentats islamistes en France, Orbán réaffirme son opposition à l’immigration[165]. En février 2015, 8 000 migrants sont interceptés en 6 jours[166]. En avril 2015, un record de décès est constaté[167]. En mai 2015[168], le gouvernement mène une campagne de consultation et de communication vis-à-vis de sa population[169]. Le 23 juin 2015, la Hongrie se déclare incapable de gérer seule les immigrés[170]. Le pays veut en outre rapidement construire un mur de séparation avec la Serbie[171]. Le coût de la migration et de la politique d'immigration est par ailleurs dévoilé[172]. En août 2015, la Hongrie érige un grillage à sa frontière avec la Serbie, la déclaration de juin étant mise en action[173]. En septembre, après la clôture du pays, la police est débordée par les migrants[174]. Le gouvernement envoie l'armée en renfort à la frontière serbe, et le Parlement lui donne le droit exceptionnel de tirer si un passage illégal est constaté et que le migrant refuse de coopérer. Aucun cas de tir n'a cependant été recensé depuis.

Marche de réfugiés en Hongrie, se dirigeant vers l'Autriche le [175].
Campement dans la gare de l'Est de Budapest (Keleti pu.), .

La Hongrie devient avec cette crise l'un des pays les plus affectés par l'immigration illégale ; plus de 100 000 entrées illégales dans ce pays sont rapportées par Frontex de janvier à juillet 2015[176]. En juin, le gouvernement hongrois décide la construction d'une barrière entre la Hongrie et la Serbie, estimant que l'Union européenne ne prend pas les mesures nécessaires pour contenir les importants flux de population entrant illégalement dans l'espace européen par la frontière serbo-hongroise[177]. Le , une loi est votée au parlement hongrois, rendant le franchissement de la barrière passible d'une peine de prison pouvant atteindre trois ans[178],[179],[180],[181].

Le pays débute également la construction d'une barrière entre le et le à la frontière entre la Croatie et la Hongrie[182].

Le gouvernement décide en février 2016 d'organiser un référendum sur la possibilité pour l'Union européenne d'imposer l'installation d'étrangers en Hongrie[183],[184]. Après divers recours infructueux liés au fait que la Constitution (art. 8) ne prévoit la possibilité de référendum que sur les questions du domaine de compétences du Parlement en excluant explicitement les obligations des traités internationaux[185], la date en est fixée par le président de la République János Áder au 2 octobre 2016[186]. Les partis de la coalition gouvernementale appellent à voter « non », les partis de la gauche parlementaire à s'abstenir[187]. Le « non » remporte une victoire écrasante, représentant plus de 98 % des votes exprimés. Bien que la proportion d'électeurs s'étant exprimés soit de 40 % et que le référendum ne soit pas valide, il renforce la position prise par le gouvernement hongrois au sujet des quotas de migrants, en lui donnant « une forte légitimation populaire »[188].

Pologne[modifier | modifier le code]

Le 12 septembre 2015, plusieurs milliers de manifestants défilent en Pologne à Varsovie pour s'opposer à la venue de migrants[189]. Le 23 mars 2016, à la suite des attentats de Bruxelles, la présidente du Conseil des ministres de Pologne Beata Szydło, qui s'était déjà montrée hostile aux vagues migratoires, annonce que son pays n'accueillera finalement pas de migrants sur son sol dans le cadre du programme de répartition de l'Union. Elle renonce ainsi au projet de son prédécesseur Ewa Kopacz d'accueillir environ 7 000 migrants[190]. En mai 2017, le gouvernement polonais renouvelle son opposition à une politique de quotas. Affirmant que l'acceptation des migrants serait « certainement pire pour la Pologne » que l'action de l'UE, Mariusz Blaszczak, le ministre de l'Intérieur, déclare à la radio publique que la « sécurité de la Pologne et des Polonais » était en jeu et établit un lien entre les attaques terroristes en Europe et la vague migratoire[191].

Tchéquie et Slovaquie[modifier | modifier le code]

Le 12 septembre 2015, des manifestations contre les migrants ont lieu à Prague et à Bratislava. Fin septembre 2015, dans une tribune du quotidien allemand Die Welt, l'ancien président tchèque Václav Klaus condamne sévèrement la politique d'ouverture d'Angela Merkel, avançant que la plupart des migrants sont mus par des considérations économiques et ne peuvent être considérés comme des réfugiés et que la véritable motivation des hommes politiques prônant une telle « politique d'accueil » est « de durablement détruire la cohésion des sociétés existantes en Europe »[192].

En juin 2016, Lubomír Zaorálek, ministre tchèque des Affaires étrangères accuse l'Union européenne de diviser l'Europe avec sa politique d'immigration. Il avance qu'un système de quotas est absurde. « Le sentiment qui règne ici en République tchèque est : Pourquoi devrions-nous être tolérants avec quelqu'un qui à ce jour ne montre aucune tolérance envers nous ? »[193] Début août 2016, et après les attaques terroristes ayant eu lieu en Europe, le porte-parole de la présidence tchèque précise que « le président s'oppose à tout accueil des migrants sur le territoire tchèque. Notre pays ne peut pas se permettre de risquer des attaques terroristes comme celles qui ont été perpétrées en France et en Allemagne »[194].

Slovénie[modifier | modifier le code]

La Slovénie, dans l'espace Schengen depuis 2007, dispose de capacités d'accueil limitées. Ce pays de 2 millions habitants pense pouvoir accueillir 10 000 personnes, mais au-delà de cette limite, il aura besoin de l'aide européenne[145]. « Lorsque les réfugiés déposent une demande d'asile chez nous, nous les accueillons et les protégeons. Nous avons les capacités pour cela. Nous pourrions en accueillir jusqu'à 10 000 » déclare Marta Kos Marko, ambassadrice slovène en Allemagne. Elle affirme aussi : « Nous aussi, nous avons connu la solidarité quand nous étions en guerre en 1991. À cette époque, l'Autriche et l'Italie avaient été immédiatement prêtes à nous aider. Par conséquent, nous sentons être un devoir moral d'aider les réfugiés ». Si le nombre de 10 000 réfugiés est dépassé, des couloirs de transit seront créés pour rejoindre l'Europe occidentale dans de bonnes conditions.

France[modifier | modifier le code]

Rassemblement de soutien aux réfugiés à Toulouse ().
François Hollande, président de la République française.

Le 13 mai 2015, à Bruxelles, la Commission européenne propose des quotas pour réguler l’accueil des réfugiés : « Agenda européen sur la migration ». Le gouvernement français, dans un premier temps opposé à la mesure des quotas, soutient par la suite le principe d'un « mécanisme permanent et obligatoire » pour répartir les réfugiés en Europe, en référence au système de quotas de réfugiés proposé par la Commission européenne[195]. Le président de la Commission européenne a proposé d'ajuster à 27 000 le nombre de réfugiés à accueillir en France, en se basant sur une clé de répartition (également connue sous le terme de méthode des quotas) qui consiste à répartir les 160 000 demandeurs d'asile de l'Union européenne[196].

La mort d'Alan Kurdi, un enfant syrien retrouvé sur une plage de Turquie, entraîne des manifestations de plusieurs milliers de personnes en soutien aux migrants le 5 septembre dans plusieurs villes de France[197]. Le comédien Alex Lutz fait publier dans Le Journal du dimanche[198] du 6 septembre 2015[199], « La main tendue », un appel signé par soixante-six artistes français demandant à l'Europe d'assumer le devoir d'asile. Le lendemain, le lundi 7 septembre 2015, le président François Hollande indique que la France est prête à accueillir 24 000 réfugiés sur deux ans[200]. La semaine suivante, dix fonctionnaires de l'OFPRA étaient en gare/foire expo de Munich, pour y préparer la venue de 1 000 réfugiés syriens et irakiens en France, dans le cadre d'un programme spécial visant à appliquer les règles qui préfigurent le futur dispositif européen. Le taux d'admission des syriens est de 97 %[201]. Certaines communes ont souhaité participer à l'effort d’accueil des réfugiés. L’État a promis à ces communes un accompagnement financier[200].

En septembre 2015, le ministre de l'Intérieur propose une concertation avec les maires souhaitant accueillir des réfugiés[202]. Lors d'une réunion avec le ministre, l'Association des maires des grandes villes de France (AMGVF) a souhaité l'aide de l’État en échange de quoi elle serait prête à accueillir des réfugiés sans discrimination[203]. Certaines mairies sont hostiles à l'accueil des réfugiés. C'est notamment le cas de mairies dirigées par le Front national[204] : « aucune mairie Front national ou du Rassemblement Bleu Marine n'accueillera le moindre immigré clandestin [...]. Le système UMPS cherche à tromper nos compatriotes en insinuant que les migrants seraient des réfugiés temporaires. Il n'en est rien. ».

La crise conduit le gouvernement français à vouloir s'impliquer plus dans le conflit syrien de façon à tarir la source principale des mouvements migratoires[205]. C'est dans cette optique que François Hollande a, début septembre 2015[205], annoncé que la France allait mener des frappes aériennes en Syrie contre Daesh[206], alors que la France n'opérait jusque là qu'en Irak.

En France, l'opinion concernant l'accueil des réfugiés montre un fort clivage politique. Entre 75 à 80 % des sympathisants de gauche et du centre se prononcent en faveur de l'accueil, tandis que 60 % des sympathisants de droite et 85 % des sympathisants d'extrême droite y sont opposés[86]. Globalement, la population française reste très partagée, en 2015, sur l'accueil des migrants avec, selon les sondages, entre 37 % à 49 % de personnes opposées et entre 37 et 53 % de personnes favorables[207],[208]. En mai 2016, Amnesty International publie un sondage qui montre que 82% des Français interrogés sont favorable à l'accueil en France des personnes fuyant les guerres[209]. En septembre 2016, 62% des Français se déclarent opposés à la répartition et à l'accueil en France des migrants qui arrivent sur les cotes grecques et italiennes, un rejet en forte hausse par rapport aux sondages précédents[210].

En France, le Front national considère, par la voix de sa présidente, Marine Le Pen, que les réfugiés sont ultra-minoritaires parmi les migrants. Pour elle, il s'agit d'« une immigration économique, d'une immigration d'installation, qui est la conséquence du laxisme gigantesque de nos gouvernants successifs[211]. » La porte-parole du Parti socialiste, Corinne Narassiguin, estime que la provenance actuelle de la majorité de ces réfugiés est connue : Syrie, Irak kurde, Érythrée[211]. Le maire Les Républicains de Roanne s'est prononcé en faveur d'un accueil en priorité des réfugiés chrétiens persécutés en Syrie. Il est soutenu par le président du parti, Nicolas Sarkozy, qui considère que les élus doivent pouvoir « continuer à s’exprimer librement »[212].

Le 9 septembre 2015, la France accueille les 53 premiers réfugiés syriens et irakiens en provenance d'Allemagne[213]. Depuis le 12 septembre, le gouvernement octroie 1 000 euros aux communes par place créée[214].

Position des communautés religieuses françaises[modifier | modifier le code]

L’accueil des migrants reste un travail nécessitant de nombreuses ressources notamment médicales, et juridiques. Les chrétiens se sont mobilisés dans un premier temps pour accueillir des chrétiens d'orient, mais aussi dans la volonté d’accueillir[215]. Le grand rabbin Haïm Korsia a mis en regard la situation de ces réfugiés avec celle des juifs persécutés pendant la Seconde Guerre mondiale au cours de laquelle 6 millions de juifs ont été assassinés[216]. Il a ainsi souhaité un « sursaut civique et humain » en faveur de « ces réfugiés qui affluent depuis des mois dans des conditions insupportables vers les terres européennes, fuyant la guerre, la pauvreté, la souffrance indicible ».

Les mosquées de l’Essonne se sont manifestées pour apporter leur contribution, des responsables de mosquées ou d’associations cultuelles se sont réunis en ce sens le mercredi 9 septembre 2015: « L’objectif est de trouver des idées », a détaillé Djamel Riazi de l'association Fraternité interculturelle génovéfaine. Il ajoute « On pourrait par exemple profiter de l’Aïd pour demander aux fidèles de faire des dons qui reviendraient aux réfugiés syriens. Ou encore proposer aux maires de financer des nuitées dans des hébergements d’urgence. »[217].

Conséquences économiques[modifier | modifier le code]

Des analystes soulignent que l'immigration pourvoit les pays qui reçoivent les migrants à la fois en travailleurs et en consommateurs. L'afflux de population provoque une hausse de la population active qui est, selon Patrick Artus, avec la hausse de la productivité une de deux grandes sources de croissance potentielle[218]. Enfin, des économistes considèrent que les migrants qui ont eu « le courage et la volonté d'entreprendre "le grand voyage" » sont plus enclin à travailler dur que le reste de la population, les épreuves qu'ils ont dû affronter ayant en quelque sorte « sélectionné » les plus volontaires[111]. Philippe Wenger de l'hebdomadaire Investir avance qu'en France, le taux d'emploi des hommes immigrés est supérieur à celui des nationaux « respectivement 80 et 74,6% »[219], néanmoins les taux de chômage des immigrés en France montrent que 17,2 % des immigrés actifs sont au chômage contre 9 % des Français nés en France[220]. En mars 2016, les représentants du patronat français et allemand demandent à la Communauté européenne de « ramener sous contrôle » le flux des réfugiés et de le réduire « sensiblement »[221].

Risque terroriste[modifier | modifier le code]

Par ailleurs, Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur français, n'exclut pas que des terroristes de Daesh utilisent les flux migratoires pour venir en Europe[222], ce qui s'est d'ailleurs concrétisé par l'attentat du Bataclan[223] entraînant une polémique à propos de l'objectivité de certains médias sur la question[224],[225].

Selon Patrick Calvar, patron de la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI), 500 terroristes seraient entrés en France à la faveur de la crise migratoire. Selon Europol, 3000 à 5000 « djihadistes » se seraient infiltrés en Europe et prépareraient des actes terroristes isolées ou en groupes[226].

Xavier Bertrand, président du Conseil régional de Nord-Pas-de-Calais-Picardie, demande l'intervention de l'armée concernant la gestion du camp de réfugiés de Calais[227].

Grèce[modifier | modifier le code]

La Grèce, après avoir mis sous les yeux de l'Union européenne l'exode en cours, a proposé de « mieux surveiller ses frontières », en échange de la mise en œuvre du plan de répartition des réfugiés syriens, irakiens et érythréens, proposé par la Commission européenne[228]. « Il est désormais possible que l'Europe prenne conscience de sa grande responsabilité dans un problème européen, qui ne peut pas peser seulement sur nous, les pays de la région », selon son Premier ministre Alexis Tsipras.

En mars 2016, la route des Balkans se ferme aux réfugiés[229], et un accord pour refouler les migrants illégaux arrivant en Grèce est trouvé entre l'Union Européenne et la Turquie, qui est considérée comme pays sûr en provenance duquel les migrants peuvent voir leur demande d'asile refusée, et qui compense les refoulés vers son sol par le même nombre d'envois vers l'Europe depuis ses camps de réfugiés[230],[231].

En juin 2016, l'AFP fait état de rixes entre les migrants bloqués sur les iles de Samos et Lesbos en attente de leur transfert vers la Turquie[232].

Irlande (hors espace Schengen)[modifier | modifier le code]

Dans un premier temps, l'Irlande, pays de l'Union européenne, n'appartenant pas à l'espace Schengen, s'engage à accepter 600 personnes sur son territoire. Par la suite, en 2015, 520 autres personnes s'y sont installées. Au mois de septembre 2015, le ministre de la Justice, Frances Fitzgerald a indiqué que l'Irlande a décidé d'héberger 2 800 réfugiés en plus, ce qui porte le total à 4 000, alors que le pays n'a pas adhéré au projet européen de répartition des migrants[233]. Pour ce faire, l'Irlande compte utiliser « tous les bâtiments construits pendant le boom immobilier avant la crise de 2008 et qui n’ont jamais trouvé preneurs »[234].

Italie[modifier | modifier le code]

À la demande de l'Allemagne, l'Italie établit des contrôles à la frontière autrichienne le 2 septembre 2015[235],[236],[237],[238].

En 2016, le système de relocalisation a difficilement fonctionné : environ 176 290 des 180 392 migrants n'ont pas bénéficié du plan de relocalisation[239].

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Les Pays-Bas ouvrent un centre d'hébergement de 3 000 places près de leur frontière avec l'Allemagne, dans les environs de Nimègue, pour traiter les demandes officielles et ainsi maîtriser les flux migratoires. Le Premier ministre Rutte souhaite par ailleurs faire dégager quelques digues dans le Flevoland pour y installer des logements temporaires d'asile[240]. Il appelle également les citoyens de l'Union européenne à ne pas paniquer face à l'afflux massif de réfugiés[241].

En novembre 2015, il déclare que l'Union pourrait s'écrouler « comme l'Empire romain » à cause des migrants, si les frontières ne sont pas contrôlées[242]. Le président de l'Eurogroupe, également de nationalité néerlandaise, Jeroen Dijsselbloem, déclare que l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, les Pays-Bas et la Suède entre autres pourraient former un mini-Schengen, car ils accueillent beaucoup de réfugiés mais ne sont pas aidés par certains autres pays, de l'est majoritairement. Il affirme cependant que cette solution serait dommageable pour tous. Le ministre des Affaires étrangères Bert Koenders, appelle dans un même temps à maintenir l'espace Schengen en vie.

En 2015, les Pays-Bas ont reçu environ 59 000 demandes d’asile provenant en majorité de Syriens, d’Érythréens et d’Irakiens. Le gouvernement a par conséquent annoncé sa volonté de doubler sa capacité d’accueil, avec 42 500 lits et logements supplémentaires. Par ailleurs, 500 millions d'euros seront dépensés en 2016 pour l'intégration des réfugiés, par des aides à l'emploi et des cours de langue néerlandaise : « Rester, c'est participer. », annonce le ministère de l'Intérieur[243].

Royaume-Uni (hors espace Schengen)[modifier | modifier le code]

La Grande-Bretagne a reproché à la France de ne pas savoir défendre l'accès au tunnel sous la Manche[244]. Un éditorialiste du Daily Mail a publié un article comparant l'afflux des migrants à l'invasion par Hitler[245], ce qui a provoqué une vive protestation d'une partie de la société civile, en particulier après la mort de Aylan Kurdi. Des Anglais ont manifesté leur indignation vis à vis de cette position[246], certains sont venus à Calais pour apporter des fournitures à la jungle. Ces bénévoles ont été agressés par la police britannique qui a utilisé contre eux des moyens anti-terroristes[247]. Toutefois la société anglaise reste partagée, organisant des manifestations pour et contre[248].

Selon l'AFP, citée par Valeurs actuelles : « Le Royaume-Uni a accueilli « 216 personnes vulnérables […] en tant que réfugiés […] depuis mars 2014 ». Seulement « 5 000 Syriens ont obtenu l'asile au cours des quatre dernières années » »[249]. David Cameron s'est depuis déclaré prêt à en accueillir davantage sans donner de chiffres. Il refuse toutefois la politique des quotas[249]. En juin 2016, le Brexit l'emporte dans le référendum sur le maintien dans l'Union européenne. La question de l'immigration (y compris européenne) a été au cœur de la campagne.

Conséquences en matière de sécurité[modifier | modifier le code]

En juillet 2016, les forces de police révèlent que 897 Syriens ont été arrêtés en 2015 en Angleterre et au Pays de Galles pour une série de délits qui comprennent viols, menaces de mort et maltraitance des enfants[250].

Autres États de l'espace Schengen hors Union européenne[modifier | modifier le code]

Suisse[modifier | modifier le code]

Le 18 septembre 2015, la Suisse, pays de l'espace Schengen, n'appartenant pas à l'Union européenne, envisage d'accueillir 1 500 requérants enregistrés en Italie et en Grèce, sur deux ans, dans le cadre du programme de répartition de 40 000 personnes à protéger adopté en juillet par l’Union européenne[251],[252]. La Suisse conditionne cette décision au respect des engagements de Dublin. Elle ne s'est pas encore positionnée sur la participation au programme concernant 120 000 personnes à protéger supplémentaires arrivant de Hongrie, de Grèce et d’Italie.

Vatican[modifier | modifier le code]

L’État du Vatican, pays de l'espace Schengen de facto, accueille une famille syrienne chrétienne, composée d'un père, d'une mère et de leurs deux enfants, originaires de Damas[253]. Le 6 septembre 2015, le pape François demande au cours de la prière de l'angélus, place Saint-Pierre, que chaque paroisse ou communauté religieuse catholique d'Europe accueille une famille de réfugiés[254]. Les évêques français ont salué l'appel du pape François à accueillir une famille de réfugiés dans chaque paroisse d'Europe[255],[256]. En septembre 2015, la Conférence épiscopale hongroise déclare que l'Église catholique hongroise suivra « volontiers et avec joie » l'appel du pape à ce que chaque paroisse accueille une famille de réfugiés[257]. Un diocèse de Versailles décide de célébrer une messe en arabe chaque mois, pour les chrétiens de langue arabe[258].

Le samedi 16 avril 2016, le pape François se rend à Lesbos, une île grecque située à quelques dizaines de kilomètres des côtes turques et qui par conséquent voit transiter de nombreux réfugiés. Il y appelle l'Europe à bâtir des ponts plutôt que des murs, et crée la surprise en repartant avec 3 familles musulmanes à bord de son avion[259],[260].

Autres États[modifier | modifier le code]

Libye[modifier | modifier le code]

Le , le ministre libyen des Affaires étrangères, Taher Siala, rejette la proposition européenne d'installer des camps de transit dans son pays[261].

Russie[modifier | modifier le code]

Pour le russe Alexandre Prokhanov, la vague de migrants fait partie d'un plan de « chaos dirigé », qui menacerait la Russie au même titre que l'Europe[262].

Syrie[modifier | modifier le code]

En Syrie, Bachar al-Assad considère que l'Occident tient un double discours sur les réfugiés, car selon lui, d'un côté il les accueille pour leur permettre de fuir la guerre, et de l'autre côté il fournit des armes aux terroristes[263].

Autres organisations internationales : l'Otan[modifier | modifier le code]

Le commandant en chef de l’Otan, le général Philip Breedlove estime en se basant sur les services de renseignement qu'au moins 1500 « combattants du jihad » seraient revenus en Europe[264].

Positionnement d'acteurs non-étatiques[modifier | modifier le code]

État islamique[modifier | modifier le code]

Dans sa propagande, l'État islamique critique les Syriens qui cherchent à se réfugier en Europe, lorsqu'ils sont musulmans. L’organisation base sa critique sur la division par le Coran du monde en deux zones : une zone islamique, le Dar al-Islam où règne la paix et les règles de l'Islam, et une zone non islamique, Dar al-Kufr. Dans cette vision, selon l'ÉI, la Syrie serait une zone d'Islam, et l'Europe une « zone de chaos »[réf. souhaitée]. Dans ses visuels de communication, l’organisation terroriste présente les combattants comme des héros qui pourraient être fiers, et avertit les émigrés qu'ils vont vivre une vie d'humiliation soumis aux diktats d'une société multiculturelle non islamique (en utilisant le terme de « tawaghit »)[265].

ONG[modifier | modifier le code]

En juin 2016, MSF renonce aux subventions de l'UE, dénonçant une politique migratoire jugée « honteuse »[266].

L'organisation Médecins sans Frontières a critiqué la négligence cynique des politiques des pays européens, aggravée par des températures glaciales et un manque de préparation à l'hiver[267].

L'association SOS Méditerranée est créée en 2015 pour mettre en place une action citoyenne de sauvetage des migrants en mer après la fin de l'Opération Mare Nostrum.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il s'agit des frontières terrestres et maritimes des États membres, y compris ses aéroports et ports maritimes, auxquels s'appliquent les dispositions du droit de l'Union européenne.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « L'Europe aux prises avec l'une des plus graves crises migratoires de l'Histoire », Sud ouest,‎ (lire en ligne)
  2. Le 22 décembre, l’Organisation internationale pour les migrants (OIM) et le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) fait état de 1 005 504 entrées de migrants en Europe, par voies maritime et terrestre. Cf. « Le cap du million de migrants arrivés en Europe en 2015 a été franchi », lemonde.fr, (consulté le 22 décembre 2015)
  3. Au-delà des frictions bilatérales entre la France et le Royaume-Uni concernant le grand nombre d'immigrés illégaux cherchant à rentrer en Angleterre via Calais (selon Véronique le Jeune, « Migrants de Calais : tension diplomatique entre Paris et Londres », FranceTVInfo, 29 juillet 2015), la crise des flux migratoires en Europe révèle une forte opposition de plusieurs pays d'Europe de l'Ouest à certains membres orientaux de l'UE, le ministre allemand de l'Intérieur menaçant même ouvertement les pays de l'Europe de l'Est, qui ont reçu des fonds structurels depuis leur entrée dans l'UE, de voir ces dotations abaissées s'ils ne se pliaient pas aux volontés allemandes d'accepter des quotas (selon Laurent Rbadeau Dumas, « Réfugiés : un rideau de fer culturel au centre de l'Europe ? », FranceTVInfo, 16 septembre 2015
  4. « Hollande et Merkel s’accordent sur des quotas contraignants d’accueil de migrants », Le Monde, 3 septembre 2015.
  5. Pour les Vingt-Huit, exit le droit d’asile , Libération, 18 mars 2016 [1]
  6. D'Emilio 2015
  7. Pagella Politica 2015
  8. Associated Press - 4 octobre 2013
  9. BBC News - 11 octobre 2013
  10. Reuters - 14 mai 2011
  11. (it) « Sbarchi al 2 marzo 2015 », sur ISMU (consulté le 21 avril 2015)
  12. La Tribune - 3 janvier 2014
  13. Zaragoza Cristiani 2015
  14. BBC News - 21 avril 2015
  15. Malta Today - 5 avril 2015
  16. BBC News - 15 mars 2011
  17. Dix priorités de la Commission européenne
  18. Wenger 2015
  19. Bourdillon 2015
  20. Philippe Fargues, « Un million de migrants arrivés sans visa en Europe en 2015 : Qui sont-ils? », Population et Sociétés N°532,‎ , p. 4 (ISSN 0184-7783, lire en ligne).
  21. (en) « Mapping Mediterranean migration », BBC News,‎ (lire en ligne)
  22. (en) « Greece completes anti-migrant fence at Turkish border », ekathimerini.com,‎ (lire en ligne)
  23. Krasimirov et Tsolova 2015
  24. (en) « Migrant deaths crossing Mediterranean top 3,000 in 2014 », BBC News,‎ (lire en ligne)
  25. Bellanger, Imbach et Papin 2015
  26. « 400 migrants die in shipwreck off Libya, survivors say » (consulté le 15 avril 2015)
  27. « 700 migrants feared dead in Mediterranean shipwreck », (consulté le 19 avril 2015)
  28. a et b Frei 2015
  29. « Two more Mediterranean migrant boats issue distress calls as EU ministers meet » (consulté le 20 avril 2015)
  30. Plusieurs dizaines de migrants retrouvés morts en Autriche, Merkel appelle à la solidarité
  31. Schneider 2015
  32. « #Jourdemigrants : « Ici, il y aura le soleil, ou la pluie ? » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  33. « La cruauté des passeurs envers les migrants africains qui tentent de gagner l'Europe », sur VOA, (consulté le 1er novembre 2015)
  34. Ducourtieux - 17 septembre 2015
  35. FranceInfo - 20 septembre 2015
  36. http://missingmigrants.iom.int/mediterranean
  37. http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/monde/201605/29/01-4986233-pres-de-700-migrants-morts-en-une-semaine-en-mediterranee.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_vous_suggere_4985739_article_POS2
  38. [2] Le Monde 23.03.2017
  39. « Frontex | Migratory routes map », sur frontex.europa.eu (consulté le 12 septembre 2015)
  40. Tensions entre la Hongrie et la Croatie autour du sort des réfugiés http://www.challenges.fr/europe/20150918.CHA9531/refugies-la-croatie-ferme-une-partie-de-ses-frontieres.html
  41. Depuis la Croatie ou la Serbie, des milliers de réfugiés recherchent désespérément l’itinéraire le plus favorable http://fr.euronews.com/2015/09/20/depuis-la-croatie-ou-la-serbie-des-milliers-de-refugies-recherchent/
  42. « Immigration in the EU », European Commission
  43. « Asylum and first time asylum applicants by citizenship, age and sex Annual aggregated data (rounded) », EUROSTAT
  44. « Annual Risk Analysis 2015 », Frontex,
  45. (en)Frontex - Annual Risk Analysis 2015
  46. « The dispossessed », The Economist,‎ (lire en ligne)
  47. a et b (en)UNHCR - Refugees/Migrants Emergency Response - Mediterranean
  48. Sur le site du journal suisse Le Temps
  49. Sur le site du journal français l'Express
  50. le site sur journal belge Le Soir
  51. Union européenne : plus de 210 000 demandes d’asile au deuxième trimestre http://fr.euronews.com/2015/09/18/union-europeenne-plus-de-210-000-demandes-d-asile-au-deuxieme-trimestre/
  52. Convention de Genève sur les réfugiés du 28 juillet 1951
  53. http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/la-constitution/les-constitutions-de-la-france/constitution-de-1946-ive-republique.5109.html
  54. http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/la-constitution/la-constitution-du-4-octobre-1958/texte-integral-de-la-constitution-du-4-octobre-1958-en-vigueur.5074.html#titre6
  55. « EU legal framework on asylum and irregular immigration 'on arrival' », European Parliamentary Research Service
  56. « Asylum in the EU: Facts and Figures », European Parliamentary Research Service
  57. « Dublin regulation leaves asylum seekers with their fingers burnt », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  58. [Cinq questions pour comprendre la crise migratoire http://www.lalibre.be/dernieres-depeches/afp/cinq-questions-pour-comprendre-la-crise-migratoire-55e47feb3570ebab3d70f101] Consulté le 16/09/2015.
  59. Règlement n° 2007/2004
  60. (en) « Frontex - Executive Director » (consulté le 13 novembre 2015).
  61. [Opération EUNAVFOR Med, Libération, 23 juin 2015.] Consulté en septembre 2015.
  62. Réfugiés. Les chiffres pour comprendre la crise http://www.ouest-france.fr/refugies-les-chiffres-pour-comprendre-la-crise-3671079
  63. « La Commission européenne progresse sur l'agenda en matière de migration », sur Commission européenne, .
  64. « Crise des réfugiés: la Commission européenne engage une action décisive », sur Commission européenne, .
  65. UE : Juncker et Merkel font le forcing pour que l'Europe accueille des réfugiés en masse http://www.franceguyane.fr/actualite/france/ue-juncker-et-merkel-font-le-forcing-pour-que-l-europe-accueille-des-refugies-en-masse-258502.php
  66. Réfugiés : Comment veut les répartir la Commission européenne http://www.caen.maville.com/actu/actudet_-refugies-comment-veut-les-repartir-la-commission-europeenne-_54135-2826943_actu.htm
  67. a et b Honoré - 9 septembre 2015
  68. Hollande demande d'aider la Turquie à garder les réfugiés sur son sol http://www.challenges.fr/politique/20150917.AFP0020/hollande-demande-au-prochain-sommet-ue-d-aider-la-turquie-a-garder-les-refugies.html
  69. Vandecasteele 2015
  70. Honoré - 15 septembre 2015
  71. Décision 2015/1601
  72. a, b, c, d et e L'UE s'ouvre à 120 000 migrants, sans quotas http://www.lefigaro.fr/international/2015/09/22/01003-20150922ARTFIG00351-l-ue-s-ouvre-sans-quotas-a-120000-migrants.php
  73. a, b, c et d L'UE s'accorde sur la répartition des migrants http://www.tdg.ch/monde/ue-trouve-accord-repartition-migrants/story/19178558
  74. « Conseil JAI extraordinaire – Les ministres adoptent à la majorité qualifiée le mécanisme provisoire pour une relocalisation d’urgence de 120 000 personnes ayant besoin d'une protection internationale », sur Présidence du Conseil de l'Union européenne, .
  75. L'Europe s'accorde pour accueillir 120 000 migrants, Hollande se réjouit http://www.europe1.fr/politique/leurope-saccorde-pour-accueillir-120000-migrants-hollande-se-rejouit-2518793
  76. « Recours introduit le 2 décembre 2015 – République slovaque/Conseil de l'Union européenne (Affaire C-643/15) », sur Cour de justice de l'Union européenne, .
  77. « Recours introduit le 3 décembre 2015 – Hongrie / Conseil (Affaire C-647/15) », sur Cour de justice de l'Union européenne, .
  78. a, b et c Chatignoux et Honoré - 24 septembre 2015
  79. a, b, c et d Chatignoux et Honoré - 17 octobre 2015
  80. Honoré et Robert - 24 septembre 2015
  81. http://www.dailymail.co.uk/news/article-4442910/Less-3-migrants-reached-Italy-refugees.html
  82. (en) « Why Al Jazeera will not say Mediterranean 'migrants' », Al Jazeera,‎ (lire en ligne)
  83. (en) Karl Ritter, « Refugees or migrants? Describing the crisis on Europe’s borders », The Globe and Mail,‎ (lire en ligne)
  84. Lucien Jedwab, « Migrant, exilé, réfugié : les mots pour le dire », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  85. a et b Adrien Lelièvre, « Faut-il parler de crise des migrants ou des réfugiés  ? », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  86. a et b « Réfugiés: quand l'opinion se retourne contre Sarkozy et Marine Le Pen » (consulté le 12 septembre 2015)
  87. « Hubert Védrine : “Les opinions publiques ont le sentiment que l'on ne contrôle rien” », Le Figaro, 18 septembre 2015.
  88. L’arrivée des réfugiés en Autriche, en Allemagne et en France http://fr.euronews.com/2015/09/09/l-arrivee-des-refugies-en-autriche-en-allemagne-et-en-france/
  89. Accueil des migrants : les enjeux financiers http://www.francetvinfo.fr/monde/europe/migrants/accueil-des-migrants-les-enjeux-financiers_1088321.html
  90. Honte aux pays du Golfe, Courrier International Consulté en octobre 2015.
  91. a, b, c, d, e, f et g Geoffroy 2016
  92. a et b ANNEX 2 to the COMMUNICATION FROM THE COMMISSION TO THE EUROPEAN PARLIAMENT, THE EUROPEAN COUNCIL AND THE COUNCIL Sixth report on relocation and resettlement ec.europa.eu/dgs/home-affairs/what-we-do/policies/european-agenda-migration/proposal-implementation-package/docs/20160928/sixth_report_on_relocation_and_resettlement_annex_2_en.pdf
  93. a et b ANNEX 1 to the COMMUNICATION FROM THE COMMISSION TO THE EUROPEAN PARLIAMENT, THE EUROPEAN COUNCIL AND THE COUNCIL Sixth report on relocation and resettlement ec.europa.eu/dgs/home-affairs/what-we-do/policies/european-agenda-migration/proposal-implementation-package/docs/20160928/sixth_report_on_relocation_and_resettlement_annex_1_en.pdf
  94. « http://ec.europa.eu/dgs/home-affairs/what-we-do/policies/european-agenda-migration/background-information/docs/20160928/factsheet_relocation_and_resettlement_-_state_of_play_en.pdf »,
  95. « Crise des migrants : la Grèce se révolte contre l’Union européenne », Minutenews,‎ (lire en ligne)
  96. http://www.lemonde.fr/international/article/2017/01/18/pour-filippo-grandi-hcr-il-faut-accelerer-le-processus-de-relocalisation-des-refugies_5064869_3210.html
  97. http://internacional.elpais.com/internacional/2017/03/27/actualidad/1490633607_068260.html
  98. a, b et c Thiériot 2015
  99. "Démographie : Nous serons plus de 70 millions de français en 2050 [3], Ouest France du 10/09/2015
  100. Migrants: ce que cache la "générosité" d'Angela Merkel, lexpansion.lexpress.fr, 8/09/2015
  101. Migrants et réfugiés : Europe, réveille-toi !, le Monde, 24 août 2015
  102. a et b Thibaut Madelin, Accueil des réfugiés : Merkel lance un plan à 6 milliards d'Euros", Les Echos, 8/09/2015
  103. Angela Merkel : la générosité au prix de l’isolement, lesechos.fr, 20 février 2016
  104. Migrants : Berlin rétablit sa frontière avec l'Autriche, lefigaro.fr, 13/09/2015
  105. En Bavière, la CSU se désolidarise d’Angela Merkel, lemonde.fr, 12.09.2015
  106. Europe: Merkel enterre les «quotas» de réfugiés, lefigaro.fr, 16 septembre 2016
  107. « À Munich, cinq soucis autour des réfugiés », Libération, 10 septembre 2015, en ligne.
  108. Réfugiés. Face aux migrants, les Verts allemands perdent leur idéalisme, courrierinternational.com, 21/09/2015
  109. « Agressions à Cologne : Merkel pour l’expulsion des réfugiés condamnés », sur Le Monde.fr (consulté le 11 janvier 2016)
  110. « Angela Merkel durcit le ton sur les réfugiés après les agressions de Cologne », sur Le Figaro (consulté le 11 janvier 2016)
  111. a et b Charles Wyplosz, « Les migrants peuvent-ils être une chance pour l'économie ? », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  112. Eric Le Boucher, « Quand le souverainisme provoque les migrations », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  113. a et b Réfugiés : un miracle économique pour l'Allemagne ?, lepoint.fr, 1er février 2016
  114. Ökonomen unzufrieden mit Merkels Asylpolitik, jungefreiheit.de, 18. février 2016
  115. a, b et c Pourquoi l'intégration économique des réfugiés en Allemagne se révèle déjà plus compliquée que prévu, entretien avec Laurent Chalard, atlantico.fr, 7 novembre 2016
  116. a, b, c et d (en) Germany's migrant crisis: Refugees committed more than 200,000 crimes last year, express.co.uk, 17 février 2016.
  117. « Allemagne, migrants, criminalité ou comment détourner des statistiques », sur lemonde.fr, (consulté le 14 novembre 2016)
  118. « L'Allemagne a accueilli 1,1 million de demandeurs d'asile en 2015 », sur francetvinfo.fr,
  119. (de) « le rapport qui montre que les réfugiés n'ont pas fait augmenté la criminalité en Allemagne », sur dw.com, 31 novembre 2015
  120. « Allemagne, migrants, criminalité ou comment détourner des statistiques », sur lemonde.fr, (consulté le 15 novembre 2016)
  121. « Hausse de 427 % des violences contre les réfugiés en Allemagne en 2015 », sur lemonde.fr, (consulté le 14 novembre 2016)
  122. « La violence contre les réfugiés s'accentue », sur http://eurojournalist.eu, (consulté le 15 novembre 2016)
  123. (de) NRW nimmt keine Marokkaner mehr auf, bild.de, 19 février 2016.
  124. Attentats de Paris et Bruxelles: faux réfugiés, vrais terroristes, lexpress.fr, 31 mars 2016
  125. L'Allemagne devrait durcir sa législation antiterroriste après les attentats, franceinter.fr, 10 août 2016
  126. Malgré les attentats, Angela Merkel ne cède rien sur sa politique d’accueil des réfugiés, lemonde.fr, 28 juillet 2016
  127. Des commandos de Daesh entrés en Europe déguisés en réfugiés ?, directmatin.fr, 11 août 2016
  128. Immigration illégale : le rapport que Berlin aurait préféré étouffer, lepoint.fr, 9 novembre 2016
  129. (de) IS tarnt Kämpfer als Flüchtlinge, spiegel.de, 13 novembre 2016
  130. L'ARD a-t-elle passé sous silence le meurtre de la jeune Maria par un migrant?, 7sur7.be, 6 décembre 2016
  131. (de) Warum die "Tagesschau" nun doch über den Mord in Freiburg berichtet, spiegel.de, 6 décembre 2016
  132. (de) Jetzt berichten sie doch, faz.net, 5 décembre 2016
  133. Thomas Wieder, « Ce que l’on sait du soldat allemand soupçonné d’avoir préparé un attentat », lemonde.fr, (consulté le 30 avril 2017)
  134. a et b lefigaro.fr, « Autriche: des contrôles aux frontières avec l'Italie, la Slovénie, la Hongrie », sur Le Figaro (consulté le 27 février 2016)
  135. « Untitled », sur www.lefigaro.fr (consulté le 27 février 2016)
  136. lefigaro.fr, « L'Autriche va ériger une barrière à la frontière avec la Slovénie », sur Le Figaro (consulté le 27 février 2016)
  137. "La Belgique est un aimant à réfugiés" http://www.7sur7.be/7s7/fr/34762/Crise-des-refugies/article/detail/2446558/2015/09/05/La-Belgique-est-un-aimant-a-refugies.dhtml
  138. La Belgique accueillera 250 réfugiés arrivés en Bavière http://deredactie.be/cm/vrtnieuws.francais/Politique/1.2434743
  139. lefigaro.fr, « La Belgique rétablit des contrôles à la frontière française », sur Le Figaro (consulté le 24 février 2016)
  140. « Inquiète de l'évacuation de la "jungle" de Calais, la Belgique va rétablir les contrôles à la frontière », sur La Tribune (consulté le 24 février 2016)
  141. « "Jungle" de Calais : la Belgique rétablit des contrôles à la frontière française par crainte d'un afflux de migrants », sur francetv info (consulté le 24 février 2016)
  142. « Calais ou la capitulation de l'Etat de droit », sur Yahoo Actualités France (consulté le 2 mars 2016)
  143. « La crise de l'asile représente 1.3 milliards d'euros en Belgique », sur levif.be, Le Vif/L'Express, (consulté le 5 novembre 2016).
  144. « La politique d’asile belge : sur les 57 000 réfugiés, seulement 2000 sont au travail », sur fr.express.live, Express.be, (consulté le 5 novembre 2016).
  145. a et b Migrants : la Slovénie d'accord pour en accueillir 10 000 http://www.leparisien.fr/international/migrants-la-slovenie-d-accord-pour-en-accueillir-10-000-19-09-2015-5107405.php
  146. Crise des migrants : le Danemark suspend ses liaisons ferroviaires avec l’Allemagne, Les Échos du 9 septembre 2015, consulté le 13/09/2015
  147. Le Danemark ne participera pas aux quotas, lefigaro.fr, 11/09/2015
  148. Taylor 2015
  149. « Comment le Danemark décourage les candidats à l'asile de tenter leur chance », sur www.lexpress.fr (consulté le 26 janvier 2016)
  150. « Le Danemark veut confisquer les bijoux et l'argent des réfugiés », sur Le Figaro (consulté le 23 décembre 2015)
  151. lefigaro.fr, « Danemark: les contrôles frontaliers prolongés », sur Le Figaro (consulté le 24 février 2016).
  152. « Jusqu'à nouvel ordre, le Danemark cesse d'accueillir des réfugiés de l'ONU », (consulté le 23 novembre 2016).
  153. Espagne: regroupement de municipalités pour accueillir les réfugiés http://www.rfi.fr/europe/20150913-espagne-regroupement-municipalites-accueillir-refugies-carmena-colau-madrid-barcelon
  154. Permettre aux réfugiés syriens de rejoindre l’Espagne en passant par Sebta et Mellilia http://www.libe.ma/Permettre-aux-refugies-syriens-de-rejoindre-l-Espagne-en-passant-par-Sebta-et-Mellilia_a66553.html
  155. Espagne : Valence enverra un bateau chercher des réfugiés en Grèce http://www.lepoint.fr/monde/espagne-valence-enverra-un-bateau-chercher-des-refugies-en-grece-19-09-2015-1966230_24.php
  156. AFP, « Espagne: manifestation géante à Barcelone pour l’accueil des réfugiés », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  157. « A Barcelone, manifestation géante pour l’accueil des réfugiés en Espagne », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  158. Migrants. Qui va accueillir les 160 000 réfugiés?
  159. Réfugiés: quatre pays de l’Est refusent officiellement les quotas voulus par l’Union européenne
  160. European Refugee Crisis: Romanian Government Mulls Accepting Up To 1,700 Refugees, International Buiseness Times, 2 septembre 2015.
  161. Romania Changes Heart on EU Refugee Quota, Balkan Insight, 24 septembre 2015.
  162. L'Europe de l'Est antimigrants : « Un lourd héritage d’une conception ethnico-linguistique de la nation », Marc Semo, liberation.fr, 15 septembre 2015
  163. Migrations: le groupe de Visegrad dénonce "le chantage" européen, actu.orange.fr, 28 mars 2017
  164. a et b http://www.observatoire-migration.org/la-hongrie-fustige-la-politique-liberale-de-lue-en-matiere-dimmigration/
  165. http://www.hu-lala.org/orban-attentats-france-immigration/
  166. http://www.sudinfo.be/1209891/article/2015-02-10/hongrie-pres-de-8000-migrants-interceptes-en-6-jours
  167. http://fr.euronews.com/2015/04/21/migrants-avril-2015-mois-le-plus-cruel-en-mediterranee-selon-l-oim/
  168. http://www.vuesdebudapesthongrie.com/2014/05/action-en-faveur-des-refugies-residant-en-hongrie-par-cristina-ciobanu.html
  169. http://www.itele.fr/monde/video/hongrie-le-gouvernement-va-consulter-la-population-sur-les-migrants-121300
  170. http://resistancerepublicaine.eu/2015/accueil-des-migrants-la-hongrie-dit-merde-a-lunion-europeenne-il-nous-faut-un-orban/
  171. http://www.rfi.fr/europe/20150618-migrants-viktor-orban-veut-construire-mur-frontiere-serbe-serbie-union-europeenne/
  172. http://www.rfi.fr/europe/20150618-migration-prix-europe-barricade-expulsions-migrants/
  173. http://www.liberation.fr/monde/2015/08/12/face-aux-migrants-la-hongrie-se-barricade_1362606
  174. http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2015/09/16/repousses-en-hongrie-migrants-et-refugies-se-dirigent-vers-la-croatie_4759001_1654200.html
  175. « Hongrie : des centaines de réfugiés marchent sur une autoroute en direction de l’Autriche », sur Le Monde.
  176. (en) Jeanner Park, Europe's Migration Crisis, Council on Foreign Relations, 9 septembre 2015
  177. (en) Daniel Nolan, « Hungary orders 100-mile Serbia border fence to keep out migrants », The Telegraph,‎ (lire en ligne)
  178. « La Hongrie va transporter des milliers de migrants vers l'Autriche », sur Le Figaro
  179. « La Hongrie assure que sa loi anti-migrants respecte les critères de l'Onu », sur Le Parisien
  180. « La Hongrie assure que sa loi anti-migrants respecte les critères de l'Onu », sur L'Express
  181. « Crise migratoire : la fermeté hongroise », sur Euronews
  182. « Hongrie: début d’installation d'une clôture à la frontière croate », sur Le Figaro.
  183. « La Hongrie veut un référendum sur les quotas de migrants », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  184. (hu) « Orbán bejelentette: népszavazást kezdeményez a kormány » [« Déclaration d'Orbán : le gouvernement prend l'initiative d'un référendum »], Népszabadság,‎ (lire en ligne) — Traduction littérale de la question du référendum : « Voulez-vous que l'UE, même sans accord du Parlement hongrois, puisse prescrire l'installation obligatoire en Hongrie de citoyens non hongrois ? ».
  185. Miklósi 2016
  186. Reuters, « Référendum le 2 octobre en Hongrie sur les quotas de migrants », L'Obs,‎ (lire en ligne).
  187. (hu) MTI, « Október 2-án lesz a kvótareferendum » [« Le référendum sur les quotas sera le 2 octobre »], sur Origo, .
  188. Georges Károlyi, « Le Mot de l’Ambassadeur », sur Facebook : Ambassade de Hongrie à Paris, .
  189. Plusieurs milliers de manifestants anti-migrants défilent à Varsovie, rtbf.be
  190. La Pologne refuse d'accueillir des migrants suite aux attentats de Bruxelles, Le Figaro, 23 mars 2016
  191. (en) Poland's Prime Minister says country will accept no refugees as EU threatens legal action over quotas, independent.co.uk, 18 mai 2017
  192. (de) Merkel erweist Europa einen Bärendienst, Václav Klaus, welt.de, 20 septembre 2015.
  193. (de) Tschechiens Außenminister wirft EU Spaltung vor, jungefreiheit.de, 16 juin 2016
  194. Le président tchèque Zeman opposé à "tout accueil de migrants", lepoint.fr, 2/08/2016
  195. Boy 2015
  196. « La France devrait accueillir plus de réfugiés », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  197. « 8 500 personnes réunies à Paris en soutien aux migrants », Le Point,‎ (lire en ligne)
  198. « EXCLUSIF. 66 artistes appellent à tendre la main aux réfugiés », Le Journal du dimanche,‎ (lire en ligne)
  199. http://www.lejdd.fr/Culture/66-artistes-ont-signe-l-appel-Une-main-tendue-pour-aider-les-refugies-749689
  200. a et b « Réfugiés : les communes d'accueil recevront "un accompagnement financier" », sur sudouest.fr,
  201. « A Munich, l’Ofpra sélectionne des réfugiés syriens et irakiens pour la France », sur liberation.fr,
  202. Migrants : Cazeneuve va réunir les maires prêts à accueillir des réfugiés, sudouest.fr, 6/09/2015
  203. VIDEOS. Accueil des réfugiés : les maires demandent des mesures durables http://www.leparisien.fr/politique/accueil-des-refugies-les-maires-demandent-des-mesures-durables-09-09-2015-5076791.php
  204. INTERACTIF. Accueil de réfugiés : les maires entre bonne volonté, inquiétude et réticence http://www.leparisien.fr/politique/interactif-accueil-des-refugies-les-maires-entre-bonne-volonte-inquietude-et-reticence 08-09-2015-5073381.php
  205. a et b « Daech : la France prête à des frappes aériennes en Syrie, pas de troupes au sol » (consulté le 25 juillet 2016)
  206. Hubert-Rodier 2015
  207. Réfugiés : En France, la mort d'Aylan n'a rien changé, liberation.fr, 12 septembre 2015
  208. BFMTV, « Après la photo d'Aylan Kurdi, une majorité de Français favorables à l'accueil des réfugiés » (consulté le 21 septembre 2015)
  209. « 82% des français se disent favorables l'accueil des réfugiés », sur ouestfrance.fr,
  210. 62% des Français sont opposés à l'accueil des réfugiés sur le territoire français, un plus haut depuis le pic de la crise des migrants de l’été 2015, atlantico.fr, 14 septembre 2016
  211. a et b Le Pen: une "immigration d'installation", les réfugiés ultra-minoritaires http://www.lepopulaire.fr/france-monde/actualites/a-la-une/national/2015/09/08/migrants-une-immigration-d-installation-marine-le-pen-fn_11575178.html
  212. Accueillir en priorité les réfugiés chrétiens : le maire de Roanne persiste http://www.lamontagne.fr/france-monde/actualites/2015/09/12/accueillir-en-priorite-les-refugies-chretiens-le-maire-de-roanne-persiste_11580382.html
  213. « Les premiers réfugiés en provenance d'Allemagne sont arrivés en France », sur francetvinfo.fr,
  214. Réfugiés : Cazeneuve annonce 1 000 euros par place d'hébergement créée d'ici 2017 http://www.guadeloupe.franceantilles.fr/actualite/france/refugies-cazeneuve-annonce-1-000-euros-par-place-d-hebergement-creee-d-ici-2017-339093.php
  215. « Paroisses et communautés s’interrogent sur l’accueil des réfugiés », sur la-croix.com,
  216. « Les migrants sont nos frères en humanité », rappelle le grand rabbin de France, sur la-croix.com,
  217. « Les mosquées de l’Essonne se mobilisent pour les réfugiés », sur leparisien.fr,
  218. Patrick Artus, "Pourquoi la crise migratoire est une chance pour l’Europe" Challenges du 11/09/2015 [4]
  219. Philippe Wenger, "Immigration : L'Europe adopte des mesures déjà insuffisantes", Investir du 12 septembre 2015
  220. Le taux de chômage des immigrés en France, inegalites.fr, 12 mai 2015.
  221. Les patronats français et allemand appellent à mieux "contrôler" l'immigration, 7sur7.be, 16 mars 2016
  222. Cazeneuve n'exclut pas que des terroristes profitent des flux migratoires, europe1.fr, 13 septembre 2015
  223. « Attentats : le passeport syrien retrouvé serait celui d'un soldat tué », sur leparisien.fr (consulté le 27 février 2016)
  224. Alexandre Piquard, « Des médias accusés de minimiser le risque terroriste parmi les migrants », Le Monde.fr,‎ 17:11:2015 (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  225. Réfugiés-terroristes: du «fantasme» à la réalité, causeur.fr, 15 novembre 2015
  226. Terrorisme et migration, la dangereuse politique d’Angela Merkel, Zoltan Bécsi, letemps.ch, 20 avril 2016
  227. « Migrants de Calais : Xavier Bertrand réclame de nouveau l’armée », sur La Voix du Nord (consulté le 11 janvier 2016)
  228. Crise migratoire : l'Union européenne doit en faire plus selon Tsipras http://actu.orange.fr/une/crise-migratoire-l-union-europeenne-doit-en-faire-plus-selon-tsipras-afp-s_CNT000000e2R1Y.html
  229. Lévy 2016
  230. Ducourtieux - 19 mars 2016
  231. « Déclaration UE-Turquie, 18 mars 2016 », sur Conseil européen,
  232. http://www.lapresse.ca/international/crise-migratoire/201606/02/01-4987798-grece-affrontements-entre-migrants-dans-un-camp.php
  233. L'Irlande va héberger au total 4 000 réfugiés sur son sol http://www.zamanfrance.fr/article/lirlande-va-heberger-total-4000-refugies-sol-17525.html
  234. Quatre pays, quatre attitudes face aux réfugiés http://www.la-croix.com/Actualite/Europe/Quatre-pays-quatre-attitudes-face-aux-refugies-2015-09-14-1355890
  235. « À la demande de l’Allemagne, l’Italie va renforcer les contrôles frontaliers », sur Le Monde.fr (consulté le 27 février 2016)
  236. lefigaro.fr, « L'Italie va renforcer les contrôles frontaliers », sur Le Figaro (consulté le 27 février 2016)
  237. « Migrants: l'Italie prête à renforcer les contrôles frontaliers », sur Challenges (consulté le 27 février 2016)
  238. « Europe - L’Italie va renforcer les contrôles à sa frontière avec l'Autriche pour soulager l'Allemagne », sur France 24 (consulté le 27 février 2016)
  239. http://fr.radiovaticana.va/news/2016/12/27/hausse_du_nombre_de_migrants_arriv%C3%A9s_en_italie_en_2016/1281998
  240. (nl) OmroepFlevoland.nl, Mark Rutte veut de la place pour les réfugiés.
  241. (en) Dutch PM Mark Rutte calls for calm in refugee crisis, Free Press Journal, consulté en octobre 2015.
  242. L'Europe risque de s'écrouler comme l'Empire romain à cause des migrants, Le Vif, consulté le 27 novembre 2015.
  243. Les Pays-Bas allouent 500 millions d'euros pour l'intégration des réfugiés, Le Monde, consulté le 27 avril 2016.
  244. France égoïste et irresponsable.
  245. nous avons réussi à arrêter Hitler
  246. des dizaines de britanniques veulent accueillir des réfugiés
  247. Les volontaires anglais à Calais
  248. les pour et les contre
  249. a et b Cameron à Lisbonne, 4 septembre 2015.
  250. (en) Hundreds of Syrians in UK arrested over string of offences including rape and child abuse, thesun.co.uk, 31 juillet 2016
  251. Le Conseil fédéral veut accueillir 1 500 requérants enregistrés en Italie et en Grèce et donner 70 millions http://www.lesobservateurs.ch/2015/09/18/conseil-federal-veut-accueillir-1500-requerants-enregistres-italie-grece-donner-70-millions/
  252. La Suisse participe au premier programme de répartition des réfugiés mis sur pied par l’Union européenne http://www.albinfo.ch/fr/zvicra-merr-pjese-ne-ndarjen-evropiane-te-refugjateve-pranon-1500-sish-3/
  253. « Réfugiés : le Vatican accueille deux familles de chrétiens syriens », sur actu.orange.fr
  254. Nicolas Senèze, « Le pape appelle « chaque paroisse d’Europe » à accueillir une famille de réfugiés », La Croix,‎ (lire en ligne)
  255. http://www.lepopulaire.fr/france-monde/actualites/a-la-une/national/2015/09/06/des-eveques-francais-qui-accueillent-deja-des-refugies-saluent-l-appel-realiste-du-pape_11573007.html
  256. http://www.leberry.fr/france-monde/actualites/a-la-une/international/2015/09/06/refugies-le-pape-appelle-chaque-paroisse-d-europe-a-accueillir-une-famille_11572870.html
  257. (hu) « A magyar katolikus egyház teljesíti a pápa kérését » [« L'Église catholique hongroise satisfera à la demande du Pape »], Népszabadság,‎ (lire en ligne)
  258. Réfugiés: une messe en arabe dans le diocèse de Versailles chaque mois, respectmag.com
  259. Jean-Marie Guénois, « Le Pape est reparti de Lesbos avec trois familles de réfugiés syriens », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  260. Le pape François et le patriarche de Constantinople à Lesbos : l’accueil inconditionnel des migrants est-il nécessairement l’attitude la plus charitable ?, Bertrand Vergely, atlantico.fr, 16 avril 2016
  261. « Libye : Tripoli s'oppose à la proposition de l'UE d'installer des camps de migrants sur son sol - JeuneAfrique.com », sur JeuneAfrique.com (consulté le 7 octobre 2016)
  262. (ru) Le Chaos dirigé, sur izvestia.ru, 31 août 2015.
  263. Le président syrien accuse l'Occident de duplicité sur les migrants http://www.laprovence.com/article/actualites/3578563/le-president-syrien-accuse-loccident-de-duplicite-sur-les-migrants.html
  264. Europe: combien de terroristes parmi les réfugiés?, lexpress.fr, 4 mars 2016
  265. L’État islamique s’immisce dans le débat sur les réfugiés http://www.lemonde.fr/international/article/2015/09/16/l-etat-islamique-s-immisce-dans-le-debat-sur-les-refugies_4759514_3210.html
  266. http://www.lapresse.ca/international/crise-migratoire/201606/17/01-4992906-msf-renonce-aux-fonds-de-lue.php
  267. http://www.lefigaro.fr/international/2017/01/10/01003-20170110ARTFIG00279-en-grece-les-refugies-manquent-de-tout-pour-lutter-contre-l-hiver.php

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Publications institutionnelles[modifier | modifier le code]

  • Commission européenne, État d'avancement des dix priorités de la Commission européenne, , 12 p. (lire en ligne)

Droit dérivé[modifier | modifier le code]

  • Règlement  2007/2004 du Conseil portant création d'une Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des États membres de l'Union européenne, 32004R2007, adopté le 26 octobre 2004, JO du 25 novembre 2004, p. 1-11, entré en vigueur le 26 novembre 2004 [consulter en ligne, notice bibliographique]
  • Décision  2015/1601 du Conseil instituant des mesures provisoires en matière de protection internationale au profit de l'Italie et de la Grèce, 32015D1601, adoptée le 22 septembre 2015, JO du 24 septembre 2015, p. 80-94, entrée en vigueur le 25 septembre 2015, abrogée le 26 novembre 2017 [consulter en ligne, notice bibliographique]

Articles[modifier | modifier le code]

  • (en) Frances d'Emilio, « Survivor: Smugglers locked hundreds in hold of capsized boat », Associated Press,‎ (lire en ligne)
  • (it) Pagella Politica, « Analisi: Paolo Gentiloni », Pagella Politica,‎ (lire en ligne)
  • (en) Associated Press, « Witness: Boat migrants used bottles to stay afloat », USA Today,‎ (lire en ligne)
  • (en) BBC News, « Migrant boat capsize leaves 27 dead in Mediterranean », BBC News,‎ (lire en ligne)
  • (en) « Hundreds more migrants reach Italy from Africa », Reuters,‎ (lire en ligne)
  • (en) « Italian navy rescues Pakistani migrants from boats », Reuters,‎ (lire en ligne)
  • Jonathan Zaragoza Cristiani, « Lampedusa and Immigration at the Mediterranean: Tragedies, Dilemmas and International Conflicts. A Crossroad for Europe », Festival d'Europa, (consulté le 21 avril 2015)
  • (en) « Why is EU struggling with migrants and asylum? », BBC News,‎ (lire en ligne)
  • « Updated: Italy rescues 1,500 migrants off Libyan coast, pregnant migrant brought to Malta », Malta Today,‎ (lire en ligne)
  • « Italy blocks ferry of Moroccans fleeing Libya », BBC,‎ (lire en ligne)
  • Philippe Wenger, « Immigration : L'Europe adopte des mesures déjà insuffisantes », Investir,‎
  • Yves Bourdillon, « La Turquie, refuge des Syriens s'enfonce dans la crise », Les Échos,‎
  • (en) Angel Krasimirov et Tsvetelia Tsolova, « Bulgaria to extend fence at Turkish border to bar refugee influx », Reuters,‎ (lire en ligne)
  • Élisa Bellanger, Romain Imbach et Delphine Papin, « En Europe, une politique d'asile en ordre dispersé », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  • Matt Frei, « Italy's migrant crisis: on the frontline in Augusta », Channel 4, (consulté le 17 avril 2015)
  • Paola Schneider, « Aylan, mort sur une plage turque : l’histoire de l’enfant derrière la photo », Le Soir,‎ (lire en ligne)
  • Cécile Ducourtieux, « Crise des migrants : les aides financières européennes au plus bas », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  • FranceInfo, « Crise des migrants : encourager la fuite est une erreur, selon Ephrem Azar », FranceInfo,‎ (lire en ligne)
  • Renaud Honoré, « Entre Europe de l'Est et de l'Ouest, un clivage culturel sur les réfugiés », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  • Mylène Vandecasteele, « Le cabinet de Juncker a publié des chiffres faux concernant le nombre d'immigrants clandestins », sur Express,
  • Renaud Honoré, « Réfugiés : Les Européens échouent à s'entendre », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  • Catherine Chatignoux et Renaud Honoré, « Réfugiés : les Européens tentent de reprendre le contrôle de leurs frontières », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  • Catherine Chatignoux et Renaud Honoré, « Réfugiés : L'Europe avance à reculons vers un accord avec la Turquie », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  • Renaud Honoré et Virginie Robert, « La Turquie, un partenaire essentiel, mais difficile pour gérer la crise des migrants », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  • Jean-Louis Thiériot, « Pourquoi l'Allemagne ouvre ses portes », Le Figaro,‎
  • Louis Boy, « Quotas de réfugiés : la volte-face de François Hollande », francetvinfo,‎ (lire en ligne)
  • Jacques Hubert-Rodier, « Diplomatie: les raisons du changement de cap français », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  • (en) Adam Taylor, « Denmark puts ad in Lebanese newspapers: Dear refugees, don’t come here », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  • Cécile Ducourtieux, « Migrants : pacte sans gloire entre l’Union européenne et la Turquie », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  • Alexandre Lévy, « Réflexes sécuritaires après la fermeture de la route des Balkans », Courrier international,‎ (lire en ligne)
  • (hu) Gábor Miklósi, « Valójában nem is lehet népszavazást tartani Orbán kérdéséről » [« En fait on ne peut même pas organiser de référendum sur la question d'Orbán »], sur Index.hu,
  • Romain Geoffroy, « Relocalisation des réfugiés : l’UE encore loin de ses objectifs », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]