Coalition arabo-occidentale en Irak et en Syrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article concerne un événement en cours.

Ces informations peuvent manquer de recul, ne pas prendre en compte des développements récents ou changer à mesure que l’événement progresse. Le titre lui-même peut être provisoire. N’hésitez pas à l’améliorer en veillant à citer vos sources.
 

Coalition internationale
en Irak et en Syrie

Pendant la seconde guerre civile irakienne et la guerre civile syrienne

Description de cette image, également commentée ci-après

Irak et Syrie en 2016, au cours de la seconde guerre civile irakienne et de la guerre civile syrienne

La coalition arabo-occidentale en Irak et en Syrie[18], aussi appelée coalition contre l'État islamique ou coalition anti-EI, est formée en 2014 lors de la seconde guerre civile irakienne et la guerre civile syrienne – qui peut être appelée en 2015 guerre du Levant – afin d'intervenir militairement contre l'État islamique (dit aussi « Daech ») et le Front al-Nosra en Irak et en Syrie. Elle intervient à partir d', et rassemble vingt-deux pays[19],[20],[21]. Ces interventions militaires, principalement aériennes et américaines, s’inscrivent dans le contexte de la seconde guerre civile irakienne et de la guerre civile syrienne[22]. Elles visent à contrer l'expansion des djihadistes salafistes de l'État islamique qui ont conquis durant l'année les villes de Racca, Falloujah, Mossoul, ou encore Tikrit.

Cette coalition dirigée par les États-Unis rassemble les principales armées européennes, l'Australie, le Canada, l'Arabie saoudite, la Jordanie, le Qatar, Bahreïn et les Émirats arabes unis[23]. L'Iran intervient également pour soutenir les gouvernements irakiens et syriens mais indépendamment de la coalition[24].

Les premières frappes contre des positions de l'État islamique débutent le 8 août 2014 en Irak et le 23 septembre en Syrie[19],[20]. Au début d'octobre 2014, l'armée américaine estimait être à l’origine de 90 % des deux mille raids menés depuis le début du conflit[22]. À noter que la Russie mène parallèlement sa propre intervention depuis septembre 2015.

Entre le 8 août 2014 et le 12 juillet 2016, la coalition a mené 13803 frappes aériennes, dont 9273 en Irak et 4530 en Syrie[25].

Origines de la coalition[modifier | modifier le code]

Le 15 août 2014, l'ONU adopte la résolution 2170 qui condamne les actes terroristes d'ISIL violant les droits humains, condamne fortement diverses tueries et massacres sauvages de civils, rappelle le concept de crime contre l'humanité, demande à l'ISIL et l'ANF de cesser immédiatement les violences et actes terroristes, presse tous les États à accomplir leurs obligation relatives à la résolution 1373 (2001), pour trouver et juger les individus et groupes concernés, réitère son appel à chaque État pour contrer l'incitation à des actes terroristes motivés par l'extrémisme ou l'intolérance, et la subversion, condamne le recrutement de combattants terroristes étrangers, appelle les États membres à maîtriser les flux de combattants terroristes étrangers, encourage les États membres à décourager les voyages vers l'Irak ou la Syrie, réaffirme la décisions visant à ce que chaque État contre le commerce d'arme avec ces individus et groupes[26]. La résolution traite aussi de la question du financement des anctions et du reporting.

Le , la conférence internationale de Paris s'engage à fournir « une aide militaire appropriée » à l'Irak pour lutter contre l'État islamique[27],[28].

Forces de la coalition[modifier | modifier le code]

Lutte militaire contre l'EI en Irak et en Syrie (janvier 2016)
  •      Localisation des zones de luttes (Irak et Syrie)
  •      Pays intervenant militairement en Irak et en Syrie
  •      Pays intervenant militairement uniquement en Syrie
  •      Pays intervenant militairement uniquement en Irak
  •      Coalition de la Russie et de l'Iran (comprenant la Syrie et l'Irak)

Allemagne[modifier | modifier le code]

L'Allemagne envoie 40 instructeurs militaires en Irak[29]. Elle livre également aux peshmergas 30 systèmes de missiles antichars, 16 000 fusils d'assaut et 8 000 pistolets[30].

Arabie saoudite[modifier | modifier le code]

L'Arabie saoudite prend part aux opérations aériennes en Syrie, elle engage 15 avions, dont quatre F-15S Eagle, quatre Tornado, quatre Typhoon, un E-3 Sentry, un KE-3 et un Beechcraft 200[7].

Le , le poste-frontière saoudien de Souaïf, situé près de la ville d'Arar, est attaqué par quatre hommes armés. Trois assaillants sont tués lors de la fusillade et un autre est fait prisonnier, mais il actionne ensuite sa ceinture explosive et tue trois militaires, dont le général Oudah al Belaoui, commandant de la garde-frontière de la province de la Frontière du Nord[31].

À partir de mi-août 2015, l'Arabie saoudite et les pays du Golfe cessent leur opérations aériennes en Syrie et concentrent tous leurs moyens au Yémen, théâtre également d'une guerre civile[32]. Le royaume saoudien participe cependant à nouveau aux frappes aériennes en Syrie à partir de février 2016[33].

Australie[modifier | modifier le code]

Un soldat australien supervise l'entraînement des forces iraquiennes.

L'Australie prend part aux opérations aériennes en Irak, elle engage huit chasseurs F/A18F Super Hornet, un E-7A Wedgetail et un ravitailleur KC-30A, soit un contingent de 400 aviateurs de la Force aérienne royale australienne ainsi que 200 membres des forces spéciales. Les forces australiennes sont basées aux Émirats arabes unis[34],[7].

Le , l'Australie annonce avoir mené ses premières frappes aériennes en Syrie[35].

Bahreïn[modifier | modifier le code]

Bahreïn prend part aux opérations aériennes en Syrie, il engage quatre F-16 Fighting Falcon[7].

Belgique[modifier | modifier le code]

La Belgique prend part aux opérations aériennes en Irak, elle engage six F-16 Fighting Falcon. Les forces belges sont basées en Jordanie[7].

Le 24 septembre 2014, le ministre belge de la Défense Pieter De Crem annonce le déploiement de 6 F-16 de la Composante Air[36]. Le contingent comprend 120 personnes stationnées sur la base aérienne d'Azraq en Jordanie[37]. Le 5 octobre 2014, l'armée belge mène ses premières frappes, suivie le 7 par l'armée de l'air royale néerlandaise[37]. Au 8 janvier 2015, la Belgique indique avoir effectué 298 missions[38].

En novembre 2015, la frégate Léopold Ier est déployée en soutien du porte-avions français Charles de Gaulle[17].

Le 13 mai 2016, le premier ministre Charles Michel annonce que la Belgique va étendre ses actions militaires à la Syrie[39].

La Belgique et les Pays-Bas se sont accordés pour organiser une rotation régulière de leurs appareils. Les avions belges engagés à l'automne 2014 sont relevés au bout de plusieurs mois par les F-16 néerlandais, avant que les appareils belges ne reprennent à nouveau le relais à l'été 2016[40].

Canada[modifier | modifier le code]

Le Canada prend part aux opérations aériennes en Irak, il engage six chasseurs de combat CF-18 Hornet, deux avions de patrouille maritime CP-140 Aurora, un avion ravitailleur CC-150 Polaris et 600 personnels naviguant et non naviguant. Les forces canadiennes sont basées au Koweït[41],[7].

Le 2 novembre, le Canada effectue ses premières frappes près de Falloujah[42].

Le 19 janvier 2015, l'état-major canadien annonce que les forces spéciales canadiennes ont eu un accrochage avec les troupes de l'EI en Irak les jours précédents. C'est le premier affrontement au sol opposant des soldats de la coalition à des djihadistes de l'État islamique en Irak[43].

Le 6 mars, un soldat canadien des forces spéciales est tué par un tir fratricide des forces kurdes[44].

Le 24 mars, le Canada décide de prolonger la mission canadienne d'un an et d'étendre celle-ci à la Syrie, ce qui en fait le premier pays à intervenir en Syrie après les États-Unis[45]. Les opérations en Syrie commencent le 31 mars. Le 8 avril, l'Aviation royale canadienne mène sa première frappe en Syrie.

Le Canada annonce cesser ses frappes aériennes en Syrie et en Irak le , il maintient cependant ses deux patrouilleurs Aurora, son ravitailleur Polaris et augmente ses forces spéciales de 70 à 210 hommes[46]. Le 18 février, des avions chasseurs F18 de l'aviation canadienne bombardent une position de combat de l'EI proche de Falloujah. Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, annonce qu'il s'agissait des derniers bombardements canadiens effectués en Irak et en Syrie[47]. Cependant, il prévoit une grande augmentation des forces canadiennes directement déployées en Irak : triplement du contingent de forces spéciales canadiennes qui conseillent les combattants kurdes « jusqu'à 210 soldats », déploiement de 4 hélicoptères de combat Griffon, maintien de 2 avions de reconnaissance Aurora et de 1 avion de ravitaillement en vol Polaris ainsi que de 830 militaires déployés en soutien à ces opérations aériennes non offensives[47].

Danemark[modifier | modifier le code]

Le Danemark prend part aux opérations aériennes en Irak, il engage sept avions F-16[7],[48], un avion de transport C-130J Super Hercules[48], ainsi que 400 soldats, dont 60 des forces spéciales[48]. Les forces aériennes danoises sont basées au Koweït[7].

En août 2014, le Parlement danois avait également envoyé en Irak un avion de transport C-130J Hercules ainsi que 55 militaires pour le garder et le charger.

Les avions danois sont retirés du théâtre irakien en octobre 2015, puis redéployés à l'été 2016[48].

Le 5 août 2016, le Danemark mène ses premières frappes aériennes en Syrie[49].

Le 2 décembre 2016, le Danemark annonce le retrait de ses avions mais maintient ses forces spéciales, pour les opérations de déminage et des missions de formation[48]. Le 20 janvier 2017, il donne également l'autorisation à ses forces spéciales au sol en Irak d'effectuer des incursions en Syrie[50].

Espagne[modifier | modifier le code]

L'Espagne envoie 300 instructeurs militaires en Irak à parti d'octobre 2014[51].

Estonie[modifier | modifier le code]

L'Estonie déploie à partir d'août 2016 une unité de 10 instructeurs opérant au sein du contingent danois[52].

Émirats arabes unis[modifier | modifier le code]

Les Émirats arabes unis prennent part aux opérations aériennes en Syrie, ils engagent 12 avions, dont six F-16 Fighting Falcon et six Mirage 2000[7].

En décembre, les Émirats arabes unis suspendent leur participation aux raids aériens à la suite de la capture d'un pilote jordanien. Les Émirats avaient alors mené plus de missions aériennes que tous les autres pays de la coalition[53]. Les Émirats reprennent les frappes le 10 février 2015[54].

États-Unis[modifier | modifier le code]

Article principal : Opération Inherent Resolve.

À partir de juillet 2014, plusieurs centaines de soldats américains sont déployés en Irak afin de sécuriser des sites tels que l'ambassade des États-Unis en Irak ou le consulat général d'Erbil, la capitale kurde[55],[56].

Des commandos Delta Force tentent sans succès de secourir l'otage américain James Foley, qui sera exécuté le 19 août par l'État islamique[57].

Depuis le début de l'été 2014, les forces américaines mènent des missions de reconnaissance dans le nord de l'Irak par drones, et chasseurs McDonnell Douglas F/A-18 Hornet[réf. nécessaire].

Le 8 août, devant la progression des djihadistes de l'EI au Kurdistan, les États-Unis lancent des frappes aériennes en Irak, trois ans après leur retrait du pays. Les opérations sont dirigées par un état-major de coalition, situé sur la base aérienne Al Udeid au Qatar, servi par le 380e détachement aérien expéditionnaire (Air Expeditionary Wing)[58]. Cependant, l'armée américaine ne donne initialement aucun nom à son opération, les documents du Pentagone ayant pour titre « Opération en Irak et en Syrie »[59]. Ce n'est que le 15 octobre, que le Pentagone baptiste l'intervention Détermination absolue (Inherent Resolve)[60].

Le 26 août, les États-Unis lancent des surveillances aériennes par drones en Syrie, afin de collecter de plus amples informations sur les cibles à frapper[61],[62].

Cependant le 28 août, le président américain Barack Obama reconnait que les États-Unis n'ont « pas encore de stratégie » en Irak et en Syrie[63].

La nuit du 22 au 23 septembre, l'aviation et les missiles de croisière des forces armées des États-Unis soutenus par l'Arabie saoudite, la Jordanie et les Émirats arabes unis, intervient pour la première fois en Syrie en bombardant une vingtaine de sites, principalement dans le gouvernorat de Racca ainsi que ceux d'Hassaké et de Deir ez-Zor[64].

Le 4 octobre, des hélicoptères d'attaque Boeing AH-64 Apache de l'US Army sont engagés de nouveau en Irak tandis que des éléments de l'état-major de 1re division d'infanterie américaine sont en cours de déploiement pour coordonner les forces américaines en Irak qui passeront de 1 200 à 1 600 hommes[65].

Le 7 novembre, les États-Unis annoncent l'envoi de 1 500 conseillers militaires en Irak[4]. Le 10 juin 2015, les États-Unis annoncent encore 450 hommes en renforts, montant les forces américaines en Irak à 3 500 hommes[66].

Si les États-Unis se veulent interventionnistes en Irak et en Syrie, notamment par voie aérienne, il apparait clairement, en juin 2015, qu'ils ne veulent pas engager des forces au sol afin d'éviter un enlisement[67].

Le jeudi 15 octobre 2015, le saoudien Abdul Mohsen Abdullah Ibrahim al-Sharikh, alias Sanafi al-Nasr, chef du groupe Khorasan affilié à Al-Qaeda, est tué lors d'une frappe aérienne dans la région d'Alep en Syrie. Bien que les États-Unis visent en priorité les forces de l'État islamique, rivales de celles d'Al-Nosra, les frappes américaines frappent occasionnellement des membres d'Al-Qaeda. Ashton Carter affirme que « Les États-Unis ne céderont rien sur leur mission d'avilir, perturber et détruire Al-Qaeda et ses vestiges »[68].

Le 30 octobre 2015, Barack Obama annonce avoir autorisé l'envoi de 50 soldats des forces spéciales américaines dans les zones kurdes au nord de la Syrie, afin d'aider et de coordonner les forces rebelles et kurdes contre l'État islamique. Le 12 octobre, les États-Unis parachutent également 50 tonnes de munitions pour les brigades arabes du nord de la Syrie[69],[70]. Le 25 avril 2016, le président américain annonce l'envoi de 250 militaires américains supplémentaires en Syrie[71].

En Irak, à la mi-janvier 2016, il est décidé le déploiement de 1 800 parachutistes de la 101e division aéroportée en support des forces irakiennes pour la reprise de Mossoul[72]. Après s'être longtemps limités à l'envoi de conseillers militaire, les États-Unis déploient 200 Marines en Irak, au camp de Makhmour[73]. En mars 2016, si 3 870 militaires américains sont officiellement déployés en Irak, on estime leur nombre à 5 000[74].

France[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Opération Chammal.

La France prend part aux opérations aériennes en Irak à partir de septembre 2014, en excluant toute intervention en Syrie pour n'y favoriser ni l'EI ni le régime de Bachar El-Assad[75]. Les révélations d’août 2015 sur les projets d'Abdelhamid Abaaoud ont conduit la France à changer de politique: En septembre 2015, le président François Hollande annonce que l'engagement des forces aériennes françaises contre l'EI se fera aussi en Syrie, ce qui nécessite de s'associer à la « coordination de fait scellée entre les forces américaines et celles de Damas »[76], et de manière plus générale c'est « une approche beaucoup plus attentiste [que l'objectif de la chute du régime syrien], calquée sur l’attitude américaine, qui privilégie l’endiguement de la crise et la lutte contre le terrorisme djihadiste »[77].

La France engage neuf chasseurs Rafale, six chasseurs Mirage 2000, un ravitailleur C-135 Stratolifter, un avion de patrouille maritime Atlantique 2 et un E-3F Sentry. Les forces françaises sont basées en Jordanie, au Qatar et aux Émirats arabes unis[réf. nécessaire].

Dès août 2014, la France entreprend des livraisons d'armes aux Kurdes d'Irak « pour soutenir la capacité opérationnelle des forces engagées contre l'État islamique »[78]. À partir du 15 septembre, deux avions Rafale français basés à Al Dhafra aux Émirats arabes unis effectuent des missions de reconnaissance au-dessus de l’Irak[79],[80] et le 19 septembre, la France effectue ses premières frappes en Irak[81], l'intervention française est baptisée opération Chammal[82].

Le 1er octobre 2014, la France annonce l'appareillage de la frégate Jean Bart pour le golfe Persique[83]. Elle embarque, lors d'une escale à Djibouti, des marins américains chargés d'équiper le vaisseau afin de dialoguer directement avec les centres de commandement alliés[84].

Le 5 octobre, trois Rafales basés à St-Dizier ainsi qu’une trentaine de personnes chargées de la mise en œuvre et du pilotage des aéronefs, rejoignent le dispositif militaire français engagé dans l’opération Chammal[85].

Le 23 février 2015, le groupe aéronaval du Charles de Gaulle arrive dans le Golfe persique. Commandé par le contre-amiral Éric Chaperon[86], il est composé du porte-avions, d'un sous-marin nucléaire d'attaque, de la frégate de défense anti-aérienne Chevalier Paul et d'une frégate britannique anti sous-marine (HMS Kent), ainsi que du pétrolier ravitailleur Meuse, soit quelque 2 700 marins embarqués[87],[8]. Le Charles de Gaulle part le 13 janvier de Toulon pour une mission d'environ cinq mois[88], il emporte avec lui douze Rafale, neuf Super-Étendard, un E-2 Hawkeye et quatre hélicoptères[8].

En septembre 2015, invoquant les attentats de janvier 2015 dont la France a été victime et l'arrivée de nombreux réfugiés syriens en Europe, le président François Hollande engage les forces aériennes françaises en Syrie pour des missions d'observations en vue de préparer des frappes contre l'EI[76],[89]. Le 27 septembre, l'Élysée annonce que la France a effectué ses premières frappes en Syrie[90],[91].

Le 16 novembre 2015, à la suite de nouveaux attentats terroristes survenus à Paris et Saint-Denis en novembre 2015, le président de la République et chef des armées François Hollande annonce, devant le Parlement réuni en Congrès, avoir ordonné « l'intensification des frappes aériennes »[92]. La veille, 12 chasseurs bombardiers Rafale bombardent le fief de l'État islamique, Raqqa.

En septembre 2016, l'armée française déploie quatre CAESAR et 150 soldats dans la base de Qayyarah, en Irak. Les pièces d'artillerie effectuent leurs premiers tirs le 15 septembre[93],[94].

Italie[modifier | modifier le code]

L'effort militaire italien se situe essentiellement en Irak avec des livraisons d'armes aux peshmergas et l 'envoie de 4 Tornado et 2 drones Predator uniquement pour des missions de reconnaissances ainsi qu' un ravitailleur en vol KC-767 . En décembre 2015, Rome a décidé d'envoyer 450 militaires pour protéger la digue de Mossoul lieu très stratégique dans le nord du pays

Jordanie[modifier | modifier le code]

La Jordanie prend part aux Opérations aériennes en Syrie, elle engage quatre F-16 Fighting Falcon et un C-130 Hercules[7].

Le 24 décembre, la coalition perd son premier appareil au combat, un avion jordanien est détruit près de Racca et son pilote, le capitaine Mouath al-Kassaesbah, est fait prisonnier[95],[96]. L'État islamique affirme avoir abattu l'appareil, mais selon l'armée jordanienne, le United States Central Command et des témoignages recueillis par l'OSDH il se serait plutôt écrasé à cause d'une panne technique[97]. Le 3 février 2015, l'EI annonce que le pilote jordanien a été exécuté en étant brûlé vif dans une cage[98]. En représailles, la Jordanie exécute le lendemain deux djihadistes par pendaison : l'Irakienne Sajida al-Rishawi, impliquée dans les attentats du 9 décembre 2005 à Amman et dont l'État islamique avait réclamé la libération, et Ziad Karbouli, membre d'al-Qaïda[99].

Maroc[modifier | modifier le code]

Le Maroc prend part aux opérations aériennes en Syrie et en Irak, il engage six avions F-16C/D Fighting Falcon. Les forces marocaines sont basées aux Émirats arabes unis[7].

En décembre 2014, le Maroc confirme avoir envoyé des avions de chasse F-16 et des pilotes des Forces aériennes royales pour combattre en Irak. Ces derniers sont placés sous commandement émirati[100]. À la date du 7 janvier 2015, les Marocains ont effectué environ 20 missions[7].

Le 15 avril 2015, le Maroc se retire de la coalition[101].

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Un F-16 de l'armée néerlandaise engagé dans une mission de nuit s'approche d'un avion ravitailleur américain.

Les Pays-Bas prennent part aux opérations aériennes en Irak, ils engagent dix F-16 Fighting Falcon. Les forces néerlandaises sont basées en Jordanie[7].

Le 7 octobre 2014, l'armée de l'air royale néerlandaise mène ses premières frappes après approbation par le Parlement des missions militaires en Irak. Le pays envoie alors 8 chasseurs F-16 à la base aérienne d'Azraq où les soldats néerlandais (entraîneurs, tacticiens, mécaniciens et pilotes) sont regroupés avec 250 membres de la force aérienne royale jordanienne, aux côtés du contingent belge de 120 personnes[37]. En date du 8 janvier 2015, ont été effectuées 375 sorties de chasseurs[38]. Le gouvernement a fait savoir qu'en aucun cas il n'enverrait des troupes au sol combattre directement l'EI. Les huit avions néerlandais font essentiellement du soutien à l'armée irakienne et du repérage. Deux aéronefs supplémentaires sont mis à disposition de la coalition en réserve, en 2015.

Le 29 janvier 2016, le ministère de la Défense annonce que les Pays-Bas vont étendre leurs actions militaires à la Syrie.

La Belgique et les Pays-Bas se sont accordés pour organiser une rotation régulière de leurs appareils. Les avions belges engagés à l'automne 2014 sont relevés au bout de plusieurs mois par les F-16 néerlandais, avant que les appareils belges ne reprennent à nouveau le relais à l'été 2016[40].

Portugal[modifier | modifier le code]

Le Portugal envoie en Irak 30 instructeurs militaires du Troupe Command Center (CTC) et fournit 230 000 euros pour l'aide humanitaire[102].

Qatar[modifier | modifier le code]

Le Qatar prend part aux opérations aériennes en Syrie, il engage deux Mirage 2000 et un C-130 Hercules[7].

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Le Royaume-Uni prend part aux opérations aériennes en Irak, il engage huit avions Tornado, un C-130J Super Hercules, un Voyager, un RC-135W et quatre drones MQ-9A Reaper. Les forces britanniques sont basées à Chypre et au Koweït[7].

Le 26 septembre, le Royaume-Uni, répond favorablement à la demande formelle du gouvernement irakien. La participation de l'armée britannique devient possible en Irak dans le cadre de l'opération Shader. Le 25 octobre, il effectue ses premières frappes en Irak en détruisant un poste d'artillerie et un véhicule équipé d’une mitrailleuse lourde[103].

Fin novembre, selon le Mail on Sunday, les SAS auraient mené plusieurs raids en Irak et tués 200 djihadistes en quatre semaines[104],[105]. Selon le ministère de la Défense du Royaume-Uni, la RAF effectue 7 frappes en octobre, 8 en novembre, 12 en décembre, 18 en janvier et 12 en février[106].

Le , le Royaume-Uni mène ses premières frappes aériennes en Syrie[107].

Turquie[modifier | modifier le code]

La Turquie, alliée de longue date des États-Unis, a une frontière de 900 km avec la Syrie, et a donc une position stratégique pour l'action militaire de la coalition sur le territoire syrien.

Avant l'été 2015, bien que membre de la coalition anti-EI, la Turquie s'était refusée à intervenir militairement contre l'EI. La Turquie a été accusée de privilégier la chute du régime syrien de Bachar Al-Assad sur toute autre considération, de fermer les yeux sur des passages de djihadistes à travers son territoire, voire de permettre qu'ils soient soignés dans des hôpitaux turcs proches de la frontière turquo-syrienne, ou même d'avoir livré des armes à l'EI. Les États-Unis ont dû longuement négocier avec la Turquie pour permettre aux rebelles kurdes du PKK de passer par son territoire au début de la deuxième bataille de Kobané. La Turquie considére que certains de ses intérêts stratégiques sont contradictoires avec ceux de la coalitions anti-EI, notamment l’engagement du PKK aux côtés des États-Unis lui fait craindre que les Kurdes de Syrie soient récompensés par la création d'un État ou d'une « zone autonome » considérés comme mettant en cause son intégrité territoriale[108].

Au cours de l'été 2015, la position de la Turquie évolue à l'égard de l'EI. À la demande de l'OTAN dont la Turquie est membre, les contrôles se font plus stricts à la frontière turco-syrienne. Le 20 juillet 2015, l'attentat de Suruç est une attaque terroriste qui a eu lieu en Turquie à proximité de la frontière avec la Syrie. Il s'agit vraisemblablement de la première attaque de l'État islamique en Turquie. En réponse, l'armée turque concentre des troupes à la frontière. Des négociations entre la Turquie et les États-Unis, engagées dès la création de la coalition, ont abouti à un accord dont la teneur n'a pas été rendue publique, mais incluant peut-être les deux conditions avancées depuis longtemps par la Turquie : que « le renversement du président syrien Bachar Al-Assad soit parmi les objectifs de la coalition au même titre que la lutte contre l’EI et qu’une zone d’exclusion aérienne soit créée au nord de la Syrie[109] ». À la suite de cela, la Turquie décide le 22 juillet 2015 de permettre à l'OTAN de mener des frappes aériennes contre les djihadistes de l'EI à partir de plusieurs de ses bases aériennes[110]. C'est un changement diplomatique important sur la scène régionale. Le 24 juillet 2015, à la suite d'échanges de tirs de djihadistes contre des soldats turcs, la Turquie décide de bombarder des bases de l'EI en Syrie. En Turquie, une intervention spectaculaire mobilisant 5000 policiers et plusieurs hélicoptères vise le même jour à la fois les cellules dormantes de l'EI et les militants du PKK à Istanbul. 251 personnes ont été arrêtées[111]. Désormais, pour la Turquie, «  la guerre contre l’EI est totale[109] », en mettant sur « un même plan l’EI et les rebelles kurdes du PKK[112] ». Les États-Unis ont officiellement déclaré respecter « pleinement le droit de notre allié turc à l’autodéfense » et condamné les récentes « attaques terroristes » du PKK en Turquie, mais ont indiqué qu'il n'y avait « aucun lien entre [les] frappes aériennes contre le PKK et les accords récents pour intensifier la coopération américano-turque contre l’EI »[113].

Mais l'aviation turque bombarde surtout du PKK ; au 1er août plusieurs dizaines de frappes aériennes ont été menées contre les rebelles kurdes tandis que trois seulement ont été menées contre l'État islamique[114].

La Turquie tient également à empêcher les YPG de franchir l'Euphrate pour attaquer les forces de l'État islamique à l'ouest de Kobané, ce qui pourrait amener les Kurdes syriens à contrôler toute la frontière turque. Le 27 octobre 2015, le gouvernement turc reconnait notamment avoir mené des bombardements pour dissuader les YPG de poursuivre leur progression[115].

Autres pays[modifier | modifier le code]

L'Albanie, la Pologne, et l'Estonie livrent également des équipements militaires, ainsi que l'Italie qui remet 30 000 kalachnikovs et des roquettes antichars aux combattants kurdes[30].

Bilan[modifier | modifier le code]

On estime qu'entre août et octobre 2014, deux mille raids aériens ont été menés par la coalition, dont 90 % par les États-Unis[22].

Au 31 décembre 2014, le bilan annoncé est d'environ 5 000 visant plus de 3.000 cibles différentes au cours de 1 679 frappes pour un total de 15 465 sorties. Les cibles sont 58 chars de combat, plus de 900 véhicules, dont 184 Humvee et 26 véhicules blindés, 52 bunkers, 673 postes de combat et près d’un millier de bâtiments divers[116].

Le 5 juin 2015, le général John Hesterman, chef de la composante aérienne du commandement militaire au Moyen-Orient, affirme que plus de 10 000 djihadistes de l'EI ont été tués depuis le début des opérations aériennes, soit plus de 1 000 par mois. Depuis août 2014, la coalition a mené 15 675 missions aériennes, dont 4 423 ont donné lieu à un bombardement[117],[118].

Du au , la coalition arabo-occidentale mène 4 787 frappes aériennes en Syrie et 9 514 en Irak[119]. Le , le général Sean MacFarland, commandant de la coalition, prétend que 45 000 hommes de l'État islamique ont été tués dans ces deux pays par les bombardements de la coalition en deux ans d'opérations[120]. Un bilan probablement très exagéré[121].

Le , Airwars, un collectif de journalistes d’investigation, publie un rapport dans lequel il affirme que 459 à 1 086 civils ont été tués par les frappes aériennes de la coalition en Syrie et en Irak entre le et le . De plus, 111 à 185 soldats appartenant à des forces alliées ont également été tués par des tirs fratricides. Airwars indique également que selon des estimations officielles les pertes de Daech seraient de 10 000 à 13 000 morts. Au total, la coalition a mené 4 924 frappes[122],[123],[124]. Le Airwars estime que les frappes de la coalition ont tué au moins 1 582 civils, dont au moins 245 femmes et 441 enfants, ainsi que 183 à 341 soldats alliés victimes de tirs fratricides[125].

Toujours selon Airwars, le Canada est le seul État membre de la coalition à donner systématiquement le lieu et la date de ses frappes aériennes, ce qui permet d'établir la responsabilité de chaque action. Les États-Unis, la France et le Royaume-Uni le font de façon partielle, les autres belligérants, pratiquement pas[126].

Les États-Unis ne reconnaissent que 41 morts et 28 blessés parmi les civils, tant en Syrie qu'en Irak, à la date du 22 avril 2016[127]. Cependant à la même date, Airwars estime entre 1 064 et 1 638 le nombre des civils tués en Irak et en Syrie par les frappes de la coalition[128].

Défense anti-aérienne de l'État islamique[modifier | modifier le code]

Alors qu'il était auparavant connu que la technologie de défense anti-aérienne de l'État islamique ne pouvait abattre un avion de combat de quatrième génération tels que ceux engagés par la coalition, celle-ci tend à évoluer car le chef d'État-major néerlandais Tom Middendorp a révélé qu'un de ses appareils avait été accroché par un missile sol-air au cours d'une mission. Il a pu déclencher ses couvertures électroniques pour l'éviter mais le général fait part de son inquiétude quant à cette prouesse technologique des djihadistes. Il a rappelé que les forces spéciales des États-Unis s'occupaient des récupérations des pilotes de la coalition tombés en territoire ennemi[129].

Prises d'otages visant à entraver l'action de la coalition[modifier | modifier le code]

Le 19 août 2014, une vidéo est mise en ligne sur Internet dans lequel un homme, membre de l'organisation État islamique, habillé en noir et armé d'un couteau se tient aux côtés de James Foley. La vidéo montre Foley blâmant l'intervention américaine et exprimant son désir de vouloir passer plus de temps avec sa famille. L'homme en noir, parlant en anglais avec un accent britannique, critique alors les actions du gouvernement américain contre l'ISIS. Selon le journal en ligne The Guardian[130], un ancien otage aurait reconnu cet homme, qui se ferait appeler John et serait originaire de Londres. Plus loin dans la vidéo, il décapite Foley avec son couteau, et menace par la suite d'exécuter un autre otage, Steven Joel Sotloff[131],[132]. Les frappes américaines se poursuivent tout de même.

Le 2 septembre 2014, une autre vidéo est mise en ligne, mettant en scène le même bourreau que la vidéo précédente, et Steven Sotloff à ses côtés. Il exécute Sotloff et menace d'exécuter David Haines, un otage britannique[133],[134]. Réagissant à ces images, Barack Obama affirme que les États-Unis ne se laisseraient pas « intimider » par l'organisation État islamique[135].

Le 13 septembre 2014, une vidéo intitulée Un message aux alliés de l'Amérique est diffusée. Le groupe djihadiste reproche au Royaume-Uni d'avoir rejoint la coalition des États-Unis, qui mène des frappes aériennes contre l'organisation État islamique en Irak. En représailles, ils exécutent David Haines, un humanitaire britannique[136],[137]. Ils menacent, à la fin de la vidéo, d'exécuter un autre otage britannique.

Le 22 septembre 2014, le groupe Soldats du califat en Algérie revendique l'enlèvement d'Hervé Gourdel, un touriste français de 55 ans guide de haute montagne à Saint-Martin-Vésubie, dans le massif du Djurdjura près du village d'Aït Ouabane, dans la commune d'Akbil[138]. Il menace de l'exécuter dans les 24 heures si la France ne cesse pas ses opérations aériennes contre l'organisation État islamique en Irak[139],[140]. Le gouvernement français refuse l'ultimatum et les recherches de l'armée algérienne ne donnent rien. Le 24 septembre 2014, les djihadistes de Jund al-Khalifa annoncent que l'otage a été décapité en diffusant la vidéo de son exécution[141]. François Hollande annonce que Hervé Gourdel a été assassiné « lâchement, cruellement, honteusement et qu'il est mort parce qu'il était français. »

Le 3 octobre 2014, le groupe djihadiste diffuse une nouvelle vidéo dans laquelle on découvre Alan Henning, deuxième otage britannique, se faire exécuter par décapitation. Le procédé est identique aux précédentes vidéos. Son titre est « un nouveau message à l'Amérique et à ses alliés. » Alan Henning fut capturé en décembre 2013[142]. Un nouvel otage est directement menacé en conclusion de la vidéo : Peter Edward Kassig, otage américain de 24 ans déployé au Proche-Orient et retenu captif à la fin 2013.

Le 16 novembre, l'État islamique publie une nouvelle vidéo où il revendique l'exécution de l'otage américain Peter Kassig, 26 ans, un ancien ranger de l'armée américaine devenu humanitaire. La vidéo est différente des précédentes car elle montre également la décapitation de 18 prisonniers de l'armée syrienne. Symboliquement, les djihadistes enterrent le corps de l'otage américain à Dabiq, lieu de la bataille de Marj Dabiq en 1516 qui avait marqué l'abolition du califat des Abbassides d'Égypte. « Jihadi John », le djihadiste suspecté d'avoir tué Peter Kassig et les quatre autres otages occidentaux déclare : « Nous voilà en train d’enterrer le premier croisé américain à Dabiq. Et nous attendons avec impatience l’arrivée de vos autres soldats pour qu’ils soient égorgés et enterrés ici même »[143],[144],[145].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://abcnews.go.com/International/us-airstrikes-syria/story?id=25686031
  2. Michael Crowley, « Obama’s Mission Creep in Iraq », Time,‎ .
  3. William M. Welch, « U.S. sending 350 more troops to Iraq », USA Today,‎ .
  4. a et b France 24 : Les États-Unis doublent le nombre de militaires combattant en Irak contre l’EI
  5. Dan Lamothe, « U.S. companies pulling contractors from Iraqi bases as security crumbles », The Washington Post,‎ (consulté le 13 août 2014).
  6. Dion Nissenbaum, « Role of U.S. Contractors Grows as Iraq Fights Insurgents - WSJ », Online.wsj.com,‎ (consulté le 13 août 2014).
  7. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac et ad Media 24 : 6 F-16 marocains participent aux frappes contre Daech
  8. a, b, c, d, e, f, g, h et i Le Figaro : La France engage le Charles-de-Gaulle contre Daech
  9. a et b Ouest France : Attentats. Le Charles de Gaulle en position de combat dès ce lundi
  10. Laurent Lagneau, « L’armée de l’Air a engagé un avion E3F Awacs en Irak », sur http://www.opex360.com,‎ (consulté le 2 novembre 2014).
  11. « État islamique : la France « renforce son dispositif militaire » en Irak », sur leparisien.fr,‎ (consulté le 5 octobre 2014)
  12. Brendan Nicholson, « Australia to deploy military to help fight Islamic State », The Australian,‎ (consulté le 14 septembre 2014).
  13. Unknown Unknown, « Prime Minister Tony Abbott promises to send military to Gulf in response for help to fight Islamic State », News.com,‎ (consulté le 14 septembre 2014).
  14. Le Monde : Le Royaume-Uni s'engage militairement en Irak
  15. AFP : Le Danemark envoie sept chasseurs F-16 en Irak
  16. « Déjà en vol, les F-16 belges reçoivent le feu vert de la Chambre », sur RTBF Info,‎
  17. a et b [1]
  18. France 24 : Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI
  19. a et b « Les États-Unis bombardent des positions d'artillerie de l'État islamique en Irak », sur Le Figaro,‎
  20. a et b « Etat islamique : les Etats-Unis se félicitent des premières frappes en Syrie », sur Le Parisien,‎
  21. « Lutte contre Daech : la coalition des 22 réunie à Washington en quête d'une stratégie », sur Le Parisien,‎
  22. a, b et c Le Nouvel Observateur avec AFP : SYRIE. L'État islamique prend trois quartiers de Kobané
  23. http://lemonde.fr/politique/article/2014/09/18/francois-hollande-annonce-un-soutien-aerien-en-irak_4490278_823448.html
  24. « En Irak, Iran et Etats-Unis alliés malgré eux face à l’EI », sur Le Monde,‎ (consulté le 26 juillet 2015)
  25. La-Croix.com, « La coalition internationale contre Daech réunie à Washington » (consulté le 22 juillet 2016)
  26. unscr.com/files/2014/02170.pdf
  27. Reuters, 15 septembre 2014
  28. RFI : Conférence de Paris: un plan d’action contre le groupe jihadiste EI
  29. « Germany Sending 40 Soldiers to Iraqi Kurdistan », Naharnet,‎ .
  30. a et b Irak : qui participe à la coalition internationale contre l'État islamique ?, Le Point avec AFP, 9 septembre 2014.
  31. Reuters : LEAD 3-Trois gardes-frontières saoudiens tués dans une attaque suicide
  32. Nathalie Guibert, Les limites de l’engagement militaire français en Syrie, Le Monde, 15 septembre 2015.
  33. L'Arabie saoudite a renouvelé sa participation aux frappes anti-EI, Belga, 16 février 2016.
  34. (en) Lincoln Feast, « Australia authorizes special forces troops to go to Iraq », sur Reuters,‎ (consulté le 7 octobre 2014).
  35. Syrie : l'Australie effectue sa première frappe aérienne contre l'EI, Le Point avec APF, 16 septembre 2015.
  36. Johanne Montay, « F16 belges dans la coalition: entre deux règnes, une équipe de trop », sur Radio-télévision belge de la Communauté française,‎ (consulté le 7 octobre 2014).
  37. a, b et c Laurent Lagneau, « Les F-16 belges et néerlandais ont effectué leurs premières frappes en Irak », sur Zone militaire,‎ (consulté le 8 octobre 2014).
  38. a et b Helen Chapaty, « Opération Chammal, les frappes continuent », sur Journal de l'aviation,‎ (consulté le 8 janvier 2015).
  39. Belga, « Conflit en Syrie: Le gouvernement décide d'élargir à la Syrie le mandat des F-16 », sur www.lalibre.be (consulté le 13 mai 2016)
  40. a et b Christophe Wasinski, Après 40.000 bombes, quelle logique d’action pour les F-16 belges en Irak et en Syrie?, Le Soir, 13 juin 2016.
  41. « Le Canada mènera des frappes aériennes en Irak contre l'EI », sur Radio Canada,‎
  42. Radio-Canada avec La Presse Canadienne et CBC : Les frappes canadiennes en Irak visaient à empêcher une inondation programmée par l'EI
  43. AFP : L'armée canadienne a combattu l'EI au sol en Irak
  44. 45e Nord.ca : Le sergent Andrew Doiron des forces spéciales canadiennes tué par un tir ami en Irak
  45. (fr+en) « Motion du gouvernement Harper sur le prolongement de la mission canadienne contre l'EI. »
  46. Le Canada cesse ses frappes contre l’EI en Syrie et en Irak, Le Monde avec AFP, 8 février 2016.
  47. a et b Les Canadiens effectuent leurs dernières frappes contre Daesh, 20minutes.
  48. a, b, c, d et e Le Danemark va retirer ses F-16 qui bombardent l'EI, Le Figaro, 2 décembre 2016.
  49. Premiers bombardements danois sur l'EI en Syrie, ATS, 5 août 2016.
  50. Le Danemark autorise à ses soldats des incursions en Syrie, AFP, 20 janvier 2017.
  51. Miguel Gonzalez, « Spain to deploy 300 troops in Iraq to train army against Islamic State », El Pais,‎
  52. (en) « Estonian Defence Forces training team heads to Iraq »,‎ (consulté le 22 octobre 2016).
  53. OLJ : Coalition internationale contre l'EI : Les Émirats arabes unis ont suspendu leur participation aux raids aériens
  54. AFP : Les Emirats reprennent les frappes contre le groupe jihadiste EI
  55. Nancy A. Youssef, « WASHINGTON: 480 U.S. troops now in Baghdad as officials move to secure access to airport | Iraq », McClatchy DC,‎ (consulté le 13 août 2014).
  56. « Baghdad airport 'seized by US troops' », Daily Mail (consulté le 13 août 2014).
  57. Ruth Sherlock, « The failed US mission to try and rescue James Foley from Islamic State terrorists », Telegraph (consulté le 23 août 2014).
  58. Nicolas Gros-Verheyde, « Le dispositif militaire contre Daech. Un état-major de coalition au Qatar », sur Bruxelles2,‎ (consulté le 13 octobre 2014).
  59. Slate : L’opération militaire américaine en Irak et en Syrie a un problème: elle n’a pas de nom
  60. AFP : Le Pentagone baptise sa mission en Irak et en Syrie "Détermination absolue"
  61. http://online.wsj.com/articles/u-s-military-prepares-for-surveillance-flights-over-syria-1409005925
  62. http://abcnews.go.com/Politics/wireStory/ap-source-obama-backs-surveillance-syria-25122308
  63. L'Obs avec AFP : Obama reconnaît ne pas "avoir de stratégie" contre l'EI en Syrie
  64. RFI : Syrie: frappes de la coalition contre le groupe EI
  65. (en) Paul McLeary, « US Army Apache Helos Used in Strikes Against Islamic State », sur Defense News,‎ (consulté le 6 octobre 2014).
  66. Le Monde : Les États-Unis en Irak, ou comment éviter un nouvel enlisement, par Gilles Paris.
  67. Les États-Unis en Irak, ou comment éviter un nouvel enlisement, article sur le site du lemonde.fr, daté du 12 juin 2015.
  68. Le Pentagone affirme avoir tué le chef du groupe Khorasan lors d'une frappe en Syrie AFP du 18 octobre 2015
  69. Luc Mathieu, Des forces spéciales américaines envoyées en Syrie, Libération, 30 octobre 2015.
  70. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Lib.C3.A9121115.
  71. Barack Obama prévoit d’envoyer 250 soldats supplémentaires en Syrie, Le Monde avec AFP et Reuters, 25 avril 2016.
  72. (en) Corey Dickstein, « Carter to Army’s 101st: You will prepare Iraqis to retake Mosul », sur Stars and Stripes,‎ (consulté le 28 janvier 2015).
  73. Lutte contre le groupe EI: les Marines reviennent en Irak, RFI, 23 mars 2016.
  74. « Le Pentagone va proposer de renforcer les forces américaines en Irak », sur http://www.45enord.ca/,‎ (consulté le 26 mars 2016).
  75. Syrie, qui de l’EI ou du régime de Bachar Al-Assad a fait le plus de victimes ?, article sur le site lemonde.fr, daté du 8 septembre 2015.
  76. a et b Des avions Rafale français ont effectué un premier vol de reconnaissance en Syrie, article sur le site lemonde.fr, daté du 8 septembre 2015.
  77. Comment Paris a changé de cible en Syrie, article sur le site lemonde.fr, daté du 8 septembre 2015.
  78. « La France livre des armes aux Kurdes d'Irak », sur Le Figaro,‎
  79. « Irak: première mission de reconnaissance aérienne », sur Ministère de la Défense,‎
  80. « Irak : Deuxième vol de reconnaissance », sur Ministère de la Défense,‎
  81. « Irak : Premières frappes françaises », sur Ministère de la Défense,‎
  82. « Irak : la France n'enverra pas de troupes au sol, annonce François Hollande », sur RTL,‎
  83. « La frégate Jean-Bart va appareiller de Toulon pour le Golfe Persique en Irak », sur Var Matin,‎
  84. « Les Rafale français ont procédé à une quatrième frappe en Irak », sur France 24,‎
  85. « Opération Chammal : arrivée de trois Rafale supplémentaires », sur Ministère de la Défense,‎
  86. Contre-amiral Chaperon : «L'engagement de la France à partir du Golfe est un signal»
  87. http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/le-journal-de-7h30-le-charles-de-gaulle-engage-contre-daesh-7776715141
  88. Le porte-avions Charles de Gaulle s'engage dans la coalition contre l'État islamique
  89. Conférence de presse du président de la République, lundi 7 septembre 2015
  90. http://www.francetvinfo.fr/monde/revolte-en-syrie/la-france-a-mene-ses-premieres-frappes-en-syrie-contre-le-groupe-etat-islamique_1102025.html
  91. Communiqué de l'Elysée, 27 septembre 2015
  92. Discours du président de la République devant le Parlement réuni en Congrès, 16 novembre 2015
  93. Samuel Forey, Irak : les artilleurs français pilonnent Daech, Le Figaro, 28 octobre 2016.
  94. Philippe Chapleau, Les quatre Caesar de Qayyarah ont déjà donné de la voix, Lignes de défense, 29 septembre 2016.
  95. AFP : Syrie: l'EI affirme avoir capturé le pilote jordanien d'un avion abattu
  96. Wassim Nasr, twitter
  97. AFP : Syrie: l'avion jordanien victime d'une "panne technique" (militants et ONG)
  98. libération : Le pilote otage de l’EI brûlé vif dans une cage, par Jean-Pierre Perrin.
  99. Le Figaro : La Jordanie exécute deux djihadistes après le meurtre de son pilote
  100. Jeune Afrique : Le Maroc envoie ses F-16 en Irak contre l'État islamique
  101. Yabiladi.com, « Le Maroc s'est retiré de la coalition anti-Daesh selon le roi de Jordanie » (consulté le 10 août 2016)
  102. « Portugal treina militares iraquianos contra o Estado », Público,‎ 13 diciembre 2014.
  103. AFP : Premières frappes britanniques en Irak
  104. SAS quad bike squads kill up to 8 jihadis each day... as allies prepare to wipe IS off the map: Daring raids by UK Special Forces leave 200 enemy dead in just four weeks
  105. Le Figaro : Des SAS britanniques combattraient l'État islamique en Irak
  106. Lignes de défense : La RAF publie mensuellement le nombre de ses frappes contre l'EI, par Philippe Chapleau
  107. Christophe Dansette, Londres lance ses premières frappes contre l'EI en Syrie,France 24 avec AFP et Reuters, 3 décembre 2015.
  108. lemonde.fr, « Ankara veut empêcher la création d’un Etat kurde à ses portes » (consulté le 26 juillet 2015)
  109. a et b Les frappes turques en Syrie, tournant dans la guerre contre l’EI, article sur lemonde.fr, daté du 24 juillet 2015.
  110. lefigaro.fr, « Frappée par Daech, la Turquie riposte » (consulté le 24 juillet 2015)
  111. lefigaro.fr, « La Turquie bombarde des bases de l'État islamique » (consulté le 24 juillet 2015)
  112. La Turquie joue son propre jeu dans la coalition contre l’État islamique, article sue lemonde.fr, daté du 25 juillet 2015.
  113. lemonde.fr, « Les Etats-Unis condamnent mollement l’escalade entre Turques et rebelles kurdes » (consulté le 26 juillet 2015)
  114. Turquie: 260 rebelles kurdes tués en une semaine de raids, AFP, 1er août 2015.
  115. Kurdes: la Turquie reconnaît avoir bombardé le PYD en Syrie, RFI, 27 octobre 2015.
  116. « Près de 5.000 bombes lâchées contre l’EI », sur 45e Nord,‎ (consulté le 8 janvier 2014).
  117. AFP : Les frappes aériennes tuent plus de 1.000 combattants de l'EI par mois
  118. AFP : Plus de 10 000 djihadistes de l'EI tués
  119. Deux ans de frappes de la coalition antidjihadistes: les chiffres (infographie), T.M. et AFP, 8 août 2016.
  120. 45.000 combattants de l'Etat islamique tués ces deux dernières années, AFP, 10 août 2016.
  121. Jean-Pierre Filiu, Comment l’Amérique d’Obama ment sur la menace jihadiste, Un si Proche orient, 19 août 2016.
  122. Des centaines de civils victimes collatérales des bombardements aériens contre l’État islamique, Le Monde, 3 août 2015.
  123. Étienne Combier, Plus de 400 civils tués dans les frappes des occidentaux en Syrie et en Irak, Les Echos, 3 août 2015.
  124. Cause For Concern, Airwars, 3 août 2015.
  125. Airwars.org
  126. http://newirin.irinnews.org/dataviz/us-bombing-isis-civilian-deaths "US bombing of ISIS 'kills hundreds of civilians'", IRIN, 3 août 2015
  127. Les Etats-Unis admettent avoir tué 20 civils en Irak et en Syrie, AFP, 22 avril 2016.
  128. Airwars, Civilian and ‘friendly fire’ casualties?
  129. Un général confirme qu'un F-16 a déjà été atteint par la défense anti-aérienne djihadiste, Médias-Presse, consulté le 22 mars 2016.
  130. « British Isis militant in James Foley video 'guards foreign hostages in Syria' », The Guardian (consulté le 1er octobre 2014)
  131. « ISIS beheading U.S. journalist James Foley, posts video - CNN.com », Edition.cnn.com (consulté le 21 août 2014).
  132. Tim Walker, « James Foley 'beheaded': Isis video shows militant with British accent 'execute US journalist' – as hunt begins for killer - Middle East - World », The Independent,‎ (consulté le 21 août 2014).
  133. (en) « Steven Sotloff: Islamic State 'kills US hostage' », sur BBC News,‎ (consulté le 2 septembre 2014)
  134. « L'État islamique revendique la décapitation du journaliste Steven Sotloff », sur Le Point,‎ (consulté le 2 septembre 2014)
  135. « Exécution de Steven Sotloff : les Etats-Unis « ne se laisseront pas "intimider" », sur nouvelobs.com,‎ (consulté le 3 septembre 2014)
  136. Le Monde.fr avec AFP et Reuters, Londres en première ligne contre l'État islamique après l'exécution d'un otage britannique, Le Monde, 14 septembre 2014
  137. Renaud Février, Qui était David Haines, l'humanitaire britannique décapité par l'État islamique ?, Nouvel Observateur, 3 septembre 2014
  138. « Otage français en Algérie : recherches en cours pour retrouver Hervé Gourdel », Le Parisien, 23 septembre 2014.
  139. « Un Français enlevé dimanche soir dans l'est de l'Algérie », Libération, 22 septembre 2014.
  140. « Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'État islamique », Le Parisien, 22 septembre 2014.
  141. « EN DIRECT. L'otage français en Algérie a été décapité par ses ravisseurs », tempsreel.nouvelobs.com, 24 septembre 2014.
  142. http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2014/10/03/l-otage-britannique-alan-henning-decapite-par-l-etat-islamique_4500320_3218.html
  143. L'Obs avec AFP : L'État islamique affirme avoir assassiné l'otage américain Peter Kassig
  144. L'Express : L'EI publie une vidéo de décapitation de masse de soldats syriens et de Peter Kassig
  145. AFP : Hollande: les décapitations de l'EI sont «des actes barbares»

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]