Attaque du 23 avril 2021 à Rambouillet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Attaque du 23 avril 2021 à Rambouillet
Image illustrative de l’article Attaque du 23 avril 2021 à Rambouillet
Le commissariat de police de Rambouillet, lieu de l'attaque

Localisation Commissariat de police de Rambouillet, Yvelines, Drapeau de la France France
Cible Adjoint administratif de police
Coordonnées 48° 38′ 55″ nord, 1° 49′ 28″ est
Date
Vers 14 h 20 (UTC+1)
Type Attaque au couteau
Armes Couteau
Morts 2 (dont le terroriste)
Auteurs Jamel Gorchene
Mouvance Terrorisme islamiste
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Attaque du 23 avril 2021 à Rambouillet
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Attaque du 23 avril 2021 à Rambouillet
Géolocalisation sur la carte : Yvelines
(Voir situation sur carte : Yvelines)
Attaque du 23 avril 2021 à Rambouillet

L'attaque du à Rambouillet est une attaque terroriste islamiste au couteau perpétrée au commissariat de police de Rambouillet. L'attaquant fait une victime, une adjointe administrative du commissariat, avant d'être abattu.

Victime[modifier | modifier le code]

Stéphanie Monfermé
Description de l'image defaut.svg.
Naissance
Coutances (Manche)
Décès (à 49 ans)
Rambouillet (Yvelines)
Nationalité Drapeau de la France Française
Pays de résidence Drapeau de la France France
Profession
Autres activités
Distinctions
Famille
2 enfants

La victime, Stéphanie Monfermé, est une policière, agente administrative au secrétariat du commissariat de Rambouillet[2], née le à Coutances. Elle a grandi à Montmartin-sur-Mer, département de la Manche, avant d'emménager à Saint-Léger-en-Yvelines[3]. Elle y vivait avec son mari, boulanger, et leurs deux filles, âgées de 13 et 18 ans au moment des faits[4]. Elle présidait le club de danse country local, le Saint-Léger Western, depuis plusieurs années, et était investie dans l'association des affaires scolaires et périscolaires du village. Elle était très proche de Jean-Pierre Ghibaudo, le maire divers droite de la commune, dont elle était la voisine[5].

Hommage[modifier | modifier le code]

Elle est faite chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume le , lors de l'hommage national qui lui est rendu à Rambouillet[1],[6].

Déroulement de l'attentat[modifier | modifier le code]

La porte d'entrée du sas, où Stéphanie Monfermé a été mortellement agressée par Jamel Gorchane.

Le , vers 14 h 20, Jamel Gorchene, chauffeur-livreur âgé de 36 ans, arrive aux abords du commissariat de police de Rambouillet, dans les Yvelines. Il repère sa victime et moins de 15 minutes plus tard[7],[8] il l'enserre d'un bras, la plaque contre une vitre du sas d'entrée et la poignarde au moyen d'un couteau doté d'une lame de 22 cm[9],[10]. Gorchene lui assène deux coups : le premier à l'abdomen et le second, fatal, à la gorge[8],[10], avant d'être abattu par un brigadier de police[11],[12]. La victime, transportée à l'hôpital en état d'urgence absolue, décède des suites de ses blessures à l'âge de 49 ans[13]. Selon des témoins, il a crié « Allahu akbar »[7],[14].

Enquête[modifier | modifier le code]

Auteur[modifier | modifier le code]

Jamel Gorchene
Terroriste islamiste
Image illustrative de l’article Attaque du 23 avril 2021 à Rambouillet
Information
Naissance
M'saken (Tunisie)
Décès (à 36 ans)
Rambouillet (France)
Cause du décès Abattu par la police
Nationalité Drapeau de la Tunisie Tunisien
Idéologie Salafisme djihadiste
Sexe Masculin
Actions criminelles Attentat
Attentats Attaque du 23 avril 2021 à Rambouillet
Victimes 1 mort

L’assaillant, Jamel Gorchene[15], est un ressortissant tunisien né le [11] à M'saken[8], arrivé en France en 2009 en situation irrégulière[16]. Souffrant de « graves troubles psychologiques » et « dépressif », il était suivi par un psychiatre[7],[17].

Il est resté en situation irrégulière pendant environ dix ans avant de bénéficier d'une régularisation en 2019[18]. Selon Le Point, Gorchene « a biaisé, voire triché »[Quoi ?], en profitant de la circulaire dite « Valls » avec « pouvoir discrétionnaire » du préfet[19]. Selon le parquet national anti-terroriste, « il avait bénéficié en 2019 d'une autorisation exceptionnelle de séjour salarié, puis d'une carte de séjour en décembre 2020, valable jusqu'en décembre 2021 »[20].

Lors de son arrivée sur le territoire français, Jamel Gorchene rejoint à Nice un autre Tunisien, Mohamed Lahouaiej Bouhlel, l’auteur de l’attentat du à Nice, installé depuis cinq ans en France. Ils sont amis d’enfance et originaires de la même ville en Tunisie[16].

Il était inconnu des services de police français et tunisiens. Selon son profil Facebook, jusqu'en 2020, ses publications concernent la lutte contre l'islamophobie, la défense de la communauté musulmane et les déclarations du polémiste Éric Zemmour[7],[15],[21],[22],[23],[24]. Mais ses interventions, depuis , se restreignent à des prières et des versets coraniques[7].

Quelques jours après l'assassinat de Samuel Paty, qui a montré en cours des caricatures de Mahomet, Jamel Gorchene rejoint une campagne intitulée Respectez Mohamed prophète de Dieu et change sa photo de profil[7]. Selon le journaliste Nicolas Beau, tout montre que depuis 2009, Jamel Gorchène a été l’objet d’une radicalisation lente mais progressive, même si cette dernière semble avoir échappé à toute surveillance des services anti-terroristes[16]. Il aurait été influencé par les prêches radicaux du cheikh Ali al-Qaradaghi (en) qu'il suivait religieusement et retweetait[25].

Jamel Gorchene a regardé des vidéos glorifiant le martyre et le jihad juste avant l'attaque[26].

Investigations[modifier | modifier le code]

Le parquet national antiterroriste se saisit de l'affaire[27].

Selon une source policière, les faits se sont produits vers 14 h 20 dans le sas du commissariat[27].

Des perquisitions sont effectuées et trois personnes sont dans un premier temps placées en garde à vue[28]. Une quatrième personne, membre de la famille de l'assaillant résidant en Seine-Saint-Denis, est placée en garde à vue le lendemain des faits[29], puis un cousin de l'assaillant est à son tour placé en garde à vue[30]. Les cinq personnes gardées à vues sont finalement toutes libérées sans poursuites[31].

Réactions[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Pouvoirs publics[modifier | modifier le code]

Le Premier ministre Jean Castex et le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin se rendent sur place. Depuis le Tchad où il assiste aux obsèques d'Idriss Déby, le président de la République Emmanuel Macron salue la mémoire de la victime : « Elle était policière. Stéphanie a été tuée dans son commissariat de Rambouillet, sur les terres déjà meurtries des Yvelines. La Nation est aux côtés de sa famille, de ses collègues et des forces de l’ordre. Du combat engagé contre le terrorisme islamiste, nous ne céderons rien. » Il rencontre la famille de la victime le lendemain des faits[32].

  • Le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, déclare : « Nos forces de l'ordre ont été lâchement attaquées. La Nation tout entière perd une fonctionnaire de police, dévouée à la sécurité de tous. »[33]
  • Le président du Sénat, Gérard Larcher, déclare : « J'apprends avec effroi l'assassinat d'une fonctionnaire de police du commissariat de Rambouillet. Une victime de plus du terrorisme islamiste. »[33]
  • La présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, déclare : « À Rambouillet, le terrorisme islamiste a frappé le visage de la France. Face à cette volonté de nous déstabiliser nous devons mobiliser toutes nos forces. » Elle déclare qu'« il faut cesser de nier le lien entre terrorisme et immigration »[34],[35]

Monde policier[modifier | modifier le code]

Dans plusieurs lieux en France, des fonctionnaires de police observent une minute de silence, par exemple à Reims[36]. La mairie de Loriol-sur-Drôme a mis en berne le drapeau[37]. Sur les réseaux sociaux, les comptes officiels de la gendarmerie nationale et de la police nationale rendent hommage à la fonctionnaire de police assassinée[réf. nécessaire].

Partis politiques[modifier | modifier le code]

Pour les partis politiques, la présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, critique la décision de régulariser un immigrant en situation irrégulière[38]. Le président de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, dénonce un « meurtre révoltant »[39]. Le secrétaire national d'Europe Écologie Les Verts, Julien Bayou, exprime sa « solidarité avec les forces de l’ordre face à cette terrible et lâche attaque. »[40].

À l'étranger[modifier | modifier le code]

Dans un communiqué officiel, la Tunisie condamne fermement l'attaque perpétrée par l'un de ses ressortissants[41].

L'attaque est relayée par des médias internationaux[42],[43],[44],[45],[46],[47].

Fait à caractère islamophobe[modifier | modifier le code]

Le , le centre culturel islamique Avicenne de Rennes, qui avait déjà été la cible de dégradations islamophobes trois semaines auparavant, en est une nouvelle fois victime. L'un des graffiti fait cette fois-ci explicitement référence à l'attaque de Rambouillet survenue une semaine plus tôt : « On vous avait prévenu, l'immigration tue... #Rambouillet »[48].

Hommage national[modifier | modifier le code]

Analyses[modifier | modifier le code]

Après l'attaque de Rambouillet, plusieurs médias se penchent sur la situation du terrorisme islamiste en Tunisie[52],[53].

Le journal tunisien La Presse de Tunisie note que c’est la deuxième fois en cinq mois qu’un ressortissant tunisien commet un acte terroriste en France. Selon Chokri Ben Nessir, cette récurrence des actes terroristes commis par des concitoyens tunisiens « écœure les Tunisiens, fait honte à la diaspora et inquiète les autorités »[54].

Pour cet éditorialiste, un travail de prévention contre la radicalisation des Tunisiens à l’étranger est indispensable, car c’est une responsabilité qui incombe également à l’État tunisien[54]. Le juriste tunisien Yadh Ben Achour, pointe, lui, le rôle du mouvement islamiste Ennahdha au pouvoir dans l’essor du djihadisme en Tunisie. Il existe, selon lui, « un laisser-aller en Tunisie face aux questions de radicalisation et de terrorisme[55]. » Hazem Ksouri, avocat au barreau de Tunis et titulaire d’un master en droit international sur la lutte antiterroriste, plaide pour une meilleure coopération interétatique dans la lutte contre le terrorisme islamiste[56].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Cérémonie d'hommage à Stéphanie Monfermé à l'hôtel de police d'Albi », La Dépêche du Midi, (consulté le )
  2. Antoine Albertini, « Ce que l’on sait à propos du meurtre d’une agente administrative à Rambouillet », Le Monde, (consulté le ).
  3. « Qui était Stéphanie Monfermé, la policière tuée ? », La Manche libre, (consulté le )
  4. « Qui est Stéphanie, la fonctionnaire de police tuée à Rambouillet », L'Alsace, (consulté le )
  5. « Yvelines. Attentat à Rambouillet : “Steph, nous ne t’oublierons pas” ! », sur Actu.fr, (consulté le ).
  6. « Cérémonie d’hommage national en mémoire de l’agente administrative tuée à Rambouillet », Le Monde, (consulté le )
  7. a b c d e et f « Rambouillet : ce que l'on sait de l'assaillant qui a tué une fonctionnaire de police », France Info, 24 avril 2021.
  8. a b et c « Fonctionnaire de police tuée à Rambouillet : L’énigmatique parcours de l'assaillant, Jamel G. », 20 Minutes, (consulté le ).
  9. « Rambouillet : attaque au couteau dans un commissariat, une policière tuée », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  10. a et b « L’édito de Taoufik Habaieb: De Msaken à Rambouillet », Leaders, (consulté le )
  11. a et b « Fonctionnaire de police tuée à Rambouillet : trois personnes de l'entourage de l'assaillant ont été placées en garde à vue », France Info, (consulté le ).
  12. « Yvelines : une attaque au couteau tue une fonctionnaire de police », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  13. « EN DIRECT - Attaque au couteau à Rambouillet : “Contre le terrorisme islamiste, nous ne céderons rien”, affirme Macron », sur lci.fr, (consulté le ).
  14. Jean Chichizola, « Rambouillet : la terreur islamiste frappe encore la police », sur lefigaro.fr (ISSN 0182-5852, consulté le ).
  15. a et b « Attentat de Rambouillet : ce que l’on sait », leparisien.fr, 24 avril 2021.
  16. a b et c Nicolas Beau, Les questions sans réponses sur l’agression terroriste de Rambouillet, mondafrique.com, 28 avril 2021
  17. « Policière tuée à Rambouillet : l'assaillant était "dépressif" selon ses proches », sur RTL.fr (consulté le )
  18. « Rambouillet : ce que l’on sait du meurtre au couteau d’une fonctionnaire de police », sur nouvelobs.com, (consulté le ).
  19. Aziz Zemouri, « Comment Jamel Gorchene, radicalisé, a obtenu sa régularisation », Le Point, (consulté le )
  20. FranceInfo, « Rambouillet : ce que l'on sait de l'assaillant qui a tué une fonctionnaire de police », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  21. « EN DIRECT - Attentat à Rambouillet: un hommage à Stéphanie M. aura lieu lundi à 17h30 », sur LEFIGARO, lefigaro (ISSN 0182-5852, consulté le ).
  22. « Attaque au couteau à Rambouillet : « Jamais je n’aurais pensé que ça puisse arriver ici » », sur Libération, Libération (consulté le ).
  23. « Attaque terroriste à Rambouillet », sur 94 Citoyens, Actu.94.Citoyens, (consulté le ).
  24. « Attaque au couteau contre une fonctionnaire de police à Rambouillet: le point sur l’enquête », sur Journal L'Union, (consulté le ).
  25. https://atlantico.fr/article/rdv/les-filieres-islamistes-tunisiennes-et-l-attentat-de-rambouillet-entretien-avec-l-avocat-des-victimes-du-bardo-philippe-de-veulle-terrorisme-alexandre-del-valle
  26. « Radicalisation, troubles de la personnalité : nouvelles révélations sur l'assaillant de Rambouillet », sur LCI (consulté le )
  27. a et b « Attaque au couteau à Rambouillet : une fonctionnaire de police tuée, le Parquet national antiterroriste saisi », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  28. « Attaque au couteau à Rambouillet : “Il a complètement changé”, confie un ami de l'assaillant », sur rtl.fr, (consulté le ).
  29. « Attaque de Rambouillet : une quatrième personne en garde à vue », sur lefigaro.fr (consulté le ).
  30. « Attentat de Rambouillet : une cinquième personne en garde à vue », sur France Bleu, (consulté le )
  31. « Attaque de Rambouillet: les dernières gardes à vue levées », sur LEFIGARO (consulté le )
  32. « Attaque de Rambouillet : Emmanuel Macron a rencontré la famille de la fonctionnaire de police tuée », France 24, 24 avril 2021.
  33. a et b Policière tuée à Rambouillet : de très nombreuses réactions politiques, ladepeche.fr, 23 avril 2021
  34. Attentat de Rambouillet : pour Valérie Pécresse, il existe un «lien entre terrorisme et immigration», leparisien.fr, 25 avril 2021
  35. Rambouillet : "Il y a un lien entre terrorisme et immigration", estime Valérie Pécresse, europe1.fr, 25 avril 2021
  36. « Attaque de Rambouillet : une minute de silence des policiers de Reims pour leur collègue assassinée », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  37. « Drapeau en berne à la mairie », sur ledauphine.com, (consulté le ).
  38. (en) Angelique Chrisafis, « French police worker killed in knife attack at station near Paris », sur theguardian.com, (consulté le ).
  39. Fonctionnaire de police tuée à Rambouillet : trois personnes en garde à vue, leparisien.fr, 23 avril 2021
  40. Attaque à Rambouillet : « Contre le terrorisme islamiste, nous ne céderons rien », assure Macron, leparisien.fr, 23 avril 2021
  41. La Tunisie «condamne énergiquement» l'attentat, lefigaro.fr, 25 avril 2021
  42. (en) « French police station stabbing: Terror inquiry into Rambouillet knife attack », bbc.com, 23 avril 2021.
  43. (en) Aurelien Breeden, « France Opens Terrorism Inquiry After Killing at Police Station », nytimes.com, 23 avril 2021.
  44. (en) Emily Goddard, « Terror investigation launched after woman stabbed to death in French police station », independent.co.uk, 23 avril 2021.
  45. (de) « Polizistin ermordet: Terrorverdacht nach “barbarischer” Tat », zeit.de, 23 avril 2021.
  46. (ru) « Нападение на сотрудницу полиции под Парижем признали терактом », LƐNTA.RU, 23 avril 2021.
  47. (es) « Emmanuel Macron visita a la familia de la policía asesinada en Rambouillet », elmundo.es, 24 avril 2021.
  48. Justine Sauvage et Maxime Glorieux, « Rennes : le centre musulman Avicenne une nouvelle fois visé par des insultes islamophobes », sur FranceBleu.fr, (consulté le )
  49. Jeanne Cassard, « “C’était quelqu’un de notre communauté” : à Rambouillet, les habitants rendent hommage à la policière assassinée », Le Parisien, (consulté le )
  50. Jeanne Cassard, « Enterrement de Stéphanie, policière assassinée à Rambouillet : «C’est tout un village qui s’est écroulé» », Le Parisien, (consulté le )
  51. Thibault Roques, « Rambouillet : ce qui est prévu pour l'hommage national à Stéphanie Monfermé ce vendredi », sur lci.fr, (consulté le ).
  52. Attentats djihadistes – Pourquoi la Tunisie est en proie au démon du terrorisme, tdg.ch, 29 avril 2021
  53. Attentat terroriste de Rambouillet : La Tunisie plaide non coupable, kapitalis.com, 24 avril 2021
  54. a et b Chokri Ben Nessir, « Prévenir la radicalisation des Tunisiens à l’étranger », sur lapresse.tn,
  55. « Attentat de Rambouillet : “Il y a un problème tunisien” », lepoint.fr, 25 avril 2021.
  56. Martine Gozlan, « Policière tuée à Rambouillet : la Tunisie, base arrière du terrorisme islamiste », marianne.net, 26 avril 2021.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]