Tuerie de masse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Tueries de masse)
Aller à : navigation, rechercher
Mark Rutte, Premier ministre des Pays-Bas, devant un mémorial de fortune érigé à Alphen aan den Rijn, après qu'un tueur solitaire eut abattu 6 personnes dans un centre commercial en 2011.

Une tuerie de masse est un acte qui consiste à assassiner plusieurs personnes pendant une courte période de temps[1]. Selon le FBI, les tueries de masse sont définies comme quatre meurtres ou plus survenant pendant un événement particulier sans répit entre les meurtres. Une tuerie de masse survient typiquement en un seul endroit dans lequel un nombre important de victimes sont tuées par un individu ou plus[2]. Les actes de tueries de masse finissent généralement par la mort de l'auteur, tué par les forces de l'ordre, ou ayant commis un suicide. La tuerie peut être orchestrée dans un but terroriste (en visant des bâtiments resprésentatifs d'une culture, tels un cinéma ou un centre commercial), ou en raison de troubles psychologiques de l'individu ou de son groupe.

Auteurs de massacres[modifier | modifier le code]

Les tueries de masse peuvent être le fait d'individus ou d'organisations. Les tueries de masse peuvent être aussi des meurtres intentionnels et sans discrimination où une grande quantité de personnes est assassinée par des agents de l'autorité d'un gouvernement[3]. Par exemple le tir sur des manifestants désarmés, les tapis de bombes sur des villes, le jet de grenades dans des cellules de prisons ou l'exécution au hasard de civils[4].

Les tueurs de masse sont différents des tueurs à la chaîne, lesquels tuent dans deux sites ou plus, sans marquer de temps d'arrêt entre les meurtres et ne se définissent pas par le nombre de victimes. On les distingue aussi des tueurs en série qui peuvent tuer un grand nombre de personnes sur de longues périodes de temps.

Grandes tueries connues[modifier | modifier le code]

Les plus grandes tueries de masse connues dans l'histoire ont été les tentatives d'exterminer des groupes entiers ou des communautés de personnes, souvent sur la base de leur ethnicité ou de leur religions. Quelques-unes de ces tueries de masse sont connues comme génocides ou crimes contre l'humanité mais souvent de tels crimes ont été menés sans convictions d'aucune sorte.

Tueries de masses par un État[modifier | modifier le code]

Le concept de tueries de masse sous l'autorité d'un gouvernement couvre une certaine gamme de tueries potentielles définies comme meurtres intentionnels et non-discriminés d'un grand nombre de personnes par des agents d'un gouvernement. Nous avons cités les exemples de tirs sur des manifestants désarmés, de lancement de grenades dans des cellules de prisons ou d'exécutions au hasard de civils. D'autres exemples de tels massacres comprennent :

Pour plus d'exemples historiques de tueries de masse, les états engagés et en temps de guerre, voir ici, ce lien.

Tuerie de masse par un individu[modifier | modifier le code]

Article connexe : Tueur de masse.

L'expression « tuerie de masse » est utilisée de plus en plus communément dans les médias au début du XXIe siècle pour décrire le geste d'individus se livrant à des actions meurtrières, sans mobile apparent, dans des lieux publics (le plus souvent dans des centres scolaires). Typiquement, les tueries de masse se soldent par le suicide de leur auteur ou leur exécution par les services de police, mais il arrive que les meurtriers se constituent prisonniers ou parviennent à être arrêtés vivants. La question se pose alors pour la société de savoir si elle doit considérer de tels individus comme malades mentaux, ou comme pénalement responsables de leurs actes.

Certaines « tueries de masse » de la fin du XXe siècle et du début du XXIe siècle ont été l'objet de films ou documentaires tels que Bowling for Columbine par Michael Moore ou Elephant de Gus Van Sant, retraçant l'histoire de la fusillade de Columbine aux États-Unis, ou même de romans tel que Sugar Baby, de Philippe Bartherotte.

De nombreux analystes, psychiatres et criminologues, s'intéressent désormais à ces crimes de plus en plus fréquents, en y apportant des justifications d'ordre social, psychologique ou sociologique diverses, comme le désir morbide de leurs auteurs de « marquer l'histoire ». Certains, comme Michael Moore, mettent en avant la facilité de se procurer des armes légères technologiquement de plus en plus meurtrières.

Tueries de masse par le terrorisme[modifier | modifier le code]

Les attentats du 11 septembre 2001, avec leurs milliers de victimes, constituent une si importante tuerie de masse qu'elle est exclue des statistiques annuelles du FBI sur le crime, de peur de biaiser les statistiques[7].

En France, le concept de terrorisme se développe au XIXe siècle avec les attentats de la rue Saint-Nicaise en 1800 (22 morts) contre Bonaparte, celui de Fieschi en 1835 contre Louis-Philippe (19 morts) et celui d'Orsini contre Napoléon III en 1858 (12 morts)[8]. Il reste toutefois ciblé contre une personne, même si dans ces trois cas, la cible n'est pas atteinte et des victimes civiles sont touchées.

Au XXIe siècle, le terrorisme islamiste banalise la tuerie de masse avec les attentats de Madrid de mars 2004 (191 morts), ceux de Londres de juillet 2005 (56 morts), ceux de Bombay de novembre 2008 (188 morts), ceux de Moscou de mars 2010 (39 morts), celui de Nairobi de septembre 2013 (68 morts) et ceux de Paris de novembre 2015 (130 morts).

Au Moyen-Orient, l'organisation État islamique commet des tueries de masse en Irak et et en Syrie à partir de 2013[9],[10]. Au Nigéria, au Tchad et au Cameroun, le groupe armé Boko Haram affilié à l'État islamique, commet de multiples massacres dans les années 2010.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Aggrawal A. (2005) Mass Murder. In: Payne-James JJ, Byard RW, Corey TS, Henderson C (Eds.) Encyclopedia of Forensic and Legal Medicine, vol. 3, p. 216-223. Elsevier Academic Press, London
  2. Selon le FBI.
  3. Ce dernier cas est celui du gouvernement nazi de l'Allemagne après l'avènement du chancelier Hitler.
  4. a et b R. J. Rummel, Irving Louis Horowitz, Death by Government, page 35, (ISBN 1-56000-927-6)
  5. Rudolph Joseph Rummel. Chapter 1: 61,911,000 Victims: Utopianism Empowered
  6. Rudolph Joseph Rummel. Reevaluating China's Democide to be 73,000,000. 20 novembre 2005.
  7. (en) James Alan Fox et Jack Levin, Extreme Killing: Understanding Serial and Mass Murder, SAGE Publications,‎ (lire en ligne)
  8. « Les attentats politiques au XIXe siècle », sur Réunion des Musées nationaux
  9. Gilles Munier, france-irak-actualite.com Mais où est donc passée la résistance irakienne ?, 2 novembre 2013
  10. « L'ONU évoque des crimes de guerre en Irak », lemonde.fr, 16 juin 2014

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

(en) « Serial Murder - Federal Bureau of Investigation », Fbi.gov (consulté le 7 mars 2012)