Gare de Bruxelles-Central

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gare centrale.
Bruxelles-Central
Brussel-Centraal
Image illustrative de l'article Gare de Bruxelles-Central
Gare centrale
Localisation
Pays Belgique
Ville Bruxelles-Ville
Coordonnées géographiques 50° 50′ 43″ N 4° 21′ 26″ E / 50.845278, 4.35722250° 50′ 43″ Nord 4° 21′ 26″ Est / 50.845278, 4.357222  
Gestion et exploitation
Exploitant SNCB
Caractéristiques
Ligne(s) Jonction Nord-Midi
Voies 6
Quais 3 quais centraux
Transit annuel ~51 000 000
Historique
Mise en service 4 octobre 1952
Architecte Victor Horta, Maxime Brunfaut

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Bruxelles-CentralBrussel-Centraal

Géolocalisation sur la carte : Bruxelles

(Voir situation sur carte : Bruxelles)
Bruxelles-CentralBrussel-Centraal

La gare de Bruxelles-Central (en néerlandais : Station Brussel-Centraal), communément appelée gare Centrale, est une gare située sur la jonction Nord-Midi qui relie en souterrain la gare du Nord et la gare du Midi. Elle est la gare la plus fréquentée de Belgique avec près de 180 000 passagers par jour, soit 55 millions/an, bien qu'elle ne possède que six voies.

Tous les trains utilisant la jonction Nord-Midi s'arrêtent ici sauf les Thalys et les ICE.

Les trains sont annoncés de manière automatique (affichage numérique et annonces vocales) par le système EMMA.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les quais (à noter qu'ils se situent dans une courbe).

L'idée de construire une gare centrale remonte à la fin du XIXe siècle avec le projet d'établir une liaison dite Jonction Nord-Midi entre les gares en cul-de-sac du Nord et du Midi, installées au nord et au sud des quartiers centraux de Bruxelles. La conception du bâtiment est confiée à Victor Horta dans les années 1930, alors que le creusement en souterrain de la jonction avance lentement, après avoir été interrompu par la Première Guerre mondiale et alors que la crise économique compromet les budgets. La Seconde Guerre mondiale ayant à nouveau arrêté le chantier, c'est après la mort de l'architecte, en 1947, que Maxime Brunfaut, déjà président de l'Office de la Jonction Nord-Midi, se voit confier la réalisation de la gare, alors que le tunnel à six voies est en construction.

Brunfaut modifie les sorties qui étaient très complexes et élabore des finitions intérieures luxueuses autour d'un hall central prestigieux repectant le programme qui était de doter le centre de Bruxelles d'une gare exceptionnelle destinée à accueillir des visites officielles. En effet, le palais royal et le quartier des ministères où aboutissent toujours les visites officielles, sont proches. Et avant 1914, époque où fut décidée l'implantation de la gare, les visites de chefs d'État ne se faisaient pas encore en avion. Cela resta le cas dans l'entre-deux guerre.

L'entrée principale donnant sur le carrefour de l'Europe, par où passe le boulevard construit au-dessus du tunnel ferroviaire, se situe dans une façade en coin avec neuf hautes verrières symbolisant les provinces belges (elles n'étaient que neuf à l'époque). La gare est inaugurée le 4 octobre 1952 et la seule visite officielle qu'elle accueillit fut celle de la reine des Pays-Bas. Par contre, l'évolution urbanistique de Bruxelles a amené au centre de la ville une foule grandissante de navetteurs qui viennent occuper bureaux et magasins passant, chaque matin et chaque soir, par la gare centrale.

Une augmentation de la capacité d'accueil de la gare était devenue nécessaire dès les années 1980. Déjà en 1975, elle fut connectée par un vaste couloir souterrain au principal axe du métro bruxellois (les lignes 1 et 5). Entre 2005 et 2009 se déroule une importante rénovation, entreprise notamment par le bureau d'architecture MA², pour adapter la gare aux exigences nouvelles pour un total de près de 22 millions d'euros. Ces travaux débutent avec le remodelage des accès et la construction d'une nouvelle entrée à proximité du mont des Arts où se trouvent le Palais des Congrès de Bruxelles, la Bibliothèque royale de Belgique et, non loin, d'importants musées. Situation qui favorise les visiteurs belges et internationaux désireux de connaître les institutions culturelles belges en venant à Bruxelles en train.

Ainsi, outre le rôle primordial que la gare joue dans la vie économique belge et bruxelloise, elle en exerce un autre de nature culturelle et touristique, en y ajoutant l'attraction du quartier gourmand de la Grand-Place qui est proche. Pour répondre à cette évolution, d'importants et délicats remaniements ont affecté le gros œuvre de la gare pour permettre l'installation d'ascenseurs et d'escaliers roulants supplémentaires. Enfin, les quais souterrains sont allongés pour être adaptés à l'évolution des convois, d'autant plus que grâce à la jonction les TGV, de même que les Inter-cités, peuvent traverser Bruxelles pour relier celle-ci aux villes de province et aux capitales étrangères sans rupture de charge. On voit que la gare centrale offre un accès court au centre-ville et au réseau de métro, ramenant au minimum la communication directe avec les quartiers d'affaires et de tourisme, et cela tout en assurant un rôle dans le trafic international.

Services Réguliers[modifier | modifier le code]

Station précédente SNCB national et International Station suivante
Bruxelles-Midi ou Bruxelles-Chapelle Train IC Poperinge - St-Nicolas Bruxelles-Nord ou Bruxelles-Congrès
Train L Zottegem - Alost
Train IC Ostende - Eupen
Train IC Gand-Genk
Train IC Quiévrain - Liège
Train IC Blankenberge/Knokke-Tongres/Genk
Train IR La Panne-Landen
Train IC Bruxelles-Visé
Train IC Anvers-Central - Charleroi-sud
Train IC Benelux Bruxelles - Amsterdam
Train IC Bruxelles-Thurnout
Train IC Bruxelles-Luxembourg(Ville) et Bruxelles-Dinant
Train L Bruxelles-Midi - Anvers-Central
Train L Hal - Vilvorde
Train IC Mouscron - Ath - Schaerbeek
Train IR Bruxelles-Essen
Train IR Airport-Express
Train IR Louvain-la-Neuve - Binche
Train L Bruxelles-Louvain-la -Neuve

Métro et bus[modifier | modifier le code]

Métro de Bruxelles
Ce site est desservi par la station de métro : Gare Centrale.

Un peu plus au nord de la gare se situe une station de métro du même nom (Gare Centrale/Centraal Station). Celle-ci se situe sur les lignes 1 et 5 et est reliée par un couloir à la gare.

Le tunnel abritant le métro se trouve pris "en sandwich" entre la voirie de surface et le pertuis de la jonction Nord-Midi, ce qui a deux conséquences: au nord des quais du tunnel de la Gare Centrale, on peut entendre les rames de métro roulant dans leur propre tunnel au-dessus du tunnel ferroviaire; d'autre part, la voirie du boulevard surmontant les deux tunnels empilés l'un sur l'autre a dû être légèrement surélevée, ce qui explique la légère bosse présente au croisement du Cantersteen et de la Rue de Loxum.

Juste à côté de l'entrée principale de la gare se situe un grand arrêt de bus qui est desservi par les lignes 29, 38, 63, 65, 66,71 et 86 de la STIB. À proximité de la Gare Centrale ne passe aucun tram, mais ceux de la rue Royale (92 et 94) passent à quelques centaines de mètres, leur itinéraire passant aussi par le Palais de justice, d'une part, et par le quartier du château royal de l'autre, communiquant avec les quartiers résidentiels de la deuxième couronne des communes bruxelloises.

Gare Centrale comme décor[modifier | modifier le code]

L'entrée principale de la gare.

Cinématographe[modifier | modifier le code]

Lieux remarquables à proximité[modifier | modifier le code]

Située en plein centre ville, proche de sites historiques de diverses époques, la gare centrale de Bruxelles permet aux touristes arrivant par le train dans la capitale de se rendre aisément dans le quartier touristique du centre, l'Ilôt Sacré, dont le nom vise l'aspect authentique des ruelles du quartier avec ses nombreux restaurants et cafés, ainsi qu'une auberge de jeunesse et des hôtels de diverses catégories et prix.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (nl) Hugo De Bot, Stations architectuur in België, Turnhout, Brepols, 2003 (ISBN 90-5622-052-7).
  • Cécile Berthaud, Bruxelles-Central et ses pépites surréalistes, L'Echo, 25 août 2011, p. 7.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]