Ismaël Omar Mostefaï

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mostefaï.
Ismaël Omar Mostefaï
Terroriste islamiste
Information
Naissance
Courcouronnes (Essonne, France)
Décès (à 29 ans)
Paris (France)
Cause du décès Abattu par la BRI
Nationalité Français
Allégeance Drapeau de l'État islamique État islamique
Idéologie Salafisme djihadiste
Attentats Attentats du 13 novembre 2015 en France

Ismaël Omar Mostefaï [note 1] né le à Courcouronnes (Essonne)[1] et mort le à Paris, est un terroriste islamiste français.

Il est l'un des trois auteurs, avec Samy Amimour et Foued Mohamed-Aggad, de la tuerie du Bataclan qui a causé la mort de 90 personnes lors des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Il s'agit de la plus importante tuerie survenue en France depuis la Seconde Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ismaël Omar Mostefaï est né en 1985 à Courcouronnes d'un père algérien et d'une mère portugaise convertie à l'islam. Il suit une filière BEP dans cette ville et est noté comme étant un élève difficile[2]. Vers 2005, il s’installe avec sa famille à Chartres dans le quartier de La Madeleine. Il y reste jusqu'en 2012[3]. Ismaël Omar Mostefaï est condamné à huit reprises entre 2004 et 2010 pour des faits de petite délinquance. Il n'est toutefois pas incarcéré[3]. Il travaille entre 2008 et 2010 dans une boulangerie industrielle à Créteil dans le Val-de-Marne. Il épouse en 2008 une cousine, originaire d'un village près d’Oran. Ensemble, ils ont deux enfants, en juin 2010 puis en août 2013, quelques semaines avant son départ pour la Syrie[4],[1].

Radicalisation[modifier | modifier le code]

Entre 2007 et 2010, Mostefaï fait partie du mouvement Tabligh, une mouvance islamiste piétiste et fréquente la mosquée du mouvement à Lucé[3]. Il quitte brusquement ce groupe en 2010. Il fréquente ensuite assidûment la grande Mosquée de Chartres jusqu'en 2012[3]. C'est aussi en 2010 qu'il est signalé pour sa radicalisation et fait l'objet d'une fiche « S ». Il a en effet été repéré en compagnie d'Abdelilah Ziyad, un Marocain condamné à huit ans de prison en France pour sa participation à la préparation de l'attentat de 1994 à l'hôtel Asni à Marrakech qui a fait deux morts[5],[6].

Les services secrets turcs le repèrent le 6 septembre 2013 sur le territoire turc en compagnie de Samy Amimour, avec qui il commettra le massacre du Bataclan en 2015 et d'un de ses amis[7]. Selon un responsable gouvernemental turc, la Turquie a signalé Ismaël Omar Mostefaï à deux reprises, en décembre 2014 et juin 2015, aux autorités françaises sans recevoir aucune réponse en retour[8]. Sa fiche « S » est renouvelée en octobre 2015[9].

Dans une vidéo de l'EI filmée avant les attaques et sortie le 24 janvier 2016, il apparaît en treillis, menaçant puis décapitant un homme au couteau.

Participation à la tuerie du Bataclan[modifier | modifier le code]

Le 13 novembre 2015, il participe, avec Foued Mohamed-Aggad et Samy Amimour à la tuerie du Bataclan[10], l'une des trois séries d'attentats visant l'Île-de-France ce jour là. Les trois hommes, munis de kalachnikov et de ceintures explosives commencent leur attaque à 21 h 40. Elle durera plusieurs heures, causant la mort de 90 spectateurs[10]. Après la mort d'Amimour, tué par un policier de la BAC à 22 h 7, les deux derniers terroristes se retranchent avec une dizaine d'otages[11]. La BRI décide, après des négociations infructueuses, de donner l'assaut pour libérer les spectateurs retenus par les deux djihadistes. Il durera cinq minutes[11]. Le premier binôme de la colonne d'intervention ouvre la porte, abrité derrière un bouclier Ramsès[12]. Il recevra vingt-sept impacts[11]. Les hommes de la BRI avancent vers l'endroit où les terroristes se sont réfugiés[12] des otages se mettent à l'abri en rampant[11]. Les terroristes, positionnés au fond et essayant de s'abriter derrière les otages répondent à l'assaut des policiers par des tirs nourris. Une partie des policiers lancent des grenades détonantes et défensives, au fur et à mesure de leur avancée, les autres aident les otages à quitter les lieux[12]. Arrivés face aux terroristes, les hommes de la BRI tirent. Foued Mohamed-Aggad, mortellement touché, déclenche sa ceinture explosive. La déflagration tue Ismaël Mostefaï[11],[13]. Tous les otages sont évacués sains et saufs[14].

Son père et son frère sont mis en garde à vue le 14 novembre 2015 dans le cadre de l'enquête sur les attentats du 13 novembre 2015 à Paris[15]

Le 12 février 2016, il est inhumé dans l'intimité dans le carré musulman du cimetière parisien de Thiais, sa sépulture est anonyme[16]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ismaël est son premier prénom, Mostefaï son nom de famille. Il accolait lorsqu'il se nommait, son second prénom sous la forme Ismaël-Omar. Ce choix provient peut être de la volonté d'insister sur le caractère islamique de ses origines, Omar étant le second calife de l'islam « Ismaël Mostefaï venait d’avoir un second enfant juste avant de partir en Syrie », L'écho républicain,‎ (lire en ligne).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Ismaël Mostefaï venait d’avoir un second enfant juste avant de partir en Syrie », L'écho républicain,‎ (lire en ligne)
  2. Jacques-Henri Digeon, « De Courcouronnes au Bataclan, parcours d’un terroriste », Paris dépêches,‎ (lire en ligne)
  3. a, b, c et d « Ismaël Mostefaï : la métamorphose d’un petit délinquant de Chartres en tueur fanatique », L'écho républicain,‎ (lire en ligne)
  4. Ismaël Omar Mostefaï, profil d’un kamikaze français, Paris Match, 16 novembre 2015
  5. Éric Moine, « Mostefaï, le tueur du Bataclan passé entre les mailles », L'Echo républicain,‎ (lire en ligne)
  6. « Qui se cache derrière Abdelilah Ziyad? », L'Est Eclair,‎ (lire en ligne)
  7. « Attentats de Paris : inhumé pour Noël, Amimour, l'introverti devenu assassin au Bataclan », Sud-Ouest,‎ (lire en ligne)
  8. « La Turquie a signalé un suspect à la France », lefigaro.fr, (consulté le 17 novembre 2015)
  9. « La fiche S d'un des terroristes, Ismaël Mostefaï, avait été renouvelée en octobre, d'après des informations de France Info », sur nouvelobs.com, (consulté le 16 novembre 2015)
  10. a et b Simon Piel, Emeline Cazi, Soren Seelow, « Attentats de Paris : l’assaut du Bataclan, raconté heure par heure », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  11. a, b, c, d et e Simon Piel, Emeline Cazi, Soren Seelow, « Attentats de Paris : l’assaut du Bataclan, raconté heure par heure », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  12. a, b et c « Attentats à Paris : le récit glaçant de l'assaut final au Bataclan », sur Ouest-France.fr (consulté le 17 novembre 2015)
  13. Simon Piel, « Au Bataclan, deux heures d’intervention policière sans négociation », sur Le Monde, (consulté le 17 novembre 2015)
  14. « Comment la BRI a mené l'assaut au Bataclan », sur francetvinfo.fr,
  15. Simon Piel et Laurent Borredon, « Ismaël Omar Mostefaï, l’un des kamikazes français du Bataclan », lemonde.fr, (consulté le 15 novembre 2015)
  16. « Attentats: Omar Mostefaï, assaillant du Bataclan, enterré vendredi près de Paris », sur Libération.fr (consulté le 12 février 2016)