Koen Geens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Geens.

Koen Geens
Illustration.
Koen Geens, 2015
Fonctions
Ministre fédéral belge de la Justice
En fonction depuis le
(3 ans, 11 mois et 11 jours)
Monarque Philippe
Premier ministre Charles Michel
Gouvernement Michel
Prédécesseur Maggie De Block
Ministre fédéral des Finances, chargé de la Fonction publique

(1 an, 7 mois et 6 jours)
Monarque Philippe
Albert II
Premier ministre Elio Di Rupo
Gouvernement Di Rupo
Prédécesseur Steven Vanackere
Successeur Johan Van Overtveldt
Biographie
Nom de naissance Koenraad Frans Julia Geens
Date de naissance (60 ans)
Lieu de naissance Brasschaat (Belgique)
Nationalité Belge
Parti politique CD&V
Diplômé de Katholieke Universiteit Leuven
Faculté de droit de Harvard

Koen Geens
Membre du gouvernement fédéral belge

Koenraad Frans Julia (Koen) Geens est un homme politique belge flamand né à Brasschaat le . Il est actuellement Ministre fédéral de la Justice au sein du gouvernement Michel.

Biographie[modifier | modifier le code]

Koen Geens est avocat, professeur de droit des entreprises et de droit financier à la KU Leuven et cofondateur du cabinet d'avocats Eubelius, le plus grand de Belgique[1].

Il est chef de cabinet du Ministre-Président flamand Kris Peeters entre 2007 et 2009. En 2013, il devient le ministre des Finances du gouvernement Di Rupo, après la démission de Steven Vanackere qui a été déstabilisé à la suite d'une affaire compliquée d'accords commerciaux supposés entre l'Algemeen Christelijk Werknemersverbond (ACW), le mouvement ouvrier chrétien flamand et la banque Belfius[2],[3].

Lors de sa nomination en tant que ministre des finances, il est immédiatement critiqué à cause de son appartenance au bureau Eubelius qui a aidé l'ACW à effectuer des accords commerciaux avec Belfius, situation qui a amené Steven Vanackere à démissionner. Ce bureau a également participé à la liquidation d’Arco, également source de tensions politiques. Après sa désignation, il annonce qu’Eubelius ne représentera plus l'ACW et Arco[1].

Il avait été nommé par le gouvernement comme administrateur de BNP Paribas Fortis, mais cette fonction n'est pas compatible avec celle de ministre. Il est également l'une des personnes clés de « Vlaanderen in Actie » (la Flandre en Action), un projet des autorités flamandes envisageant de faire de la Flandre une des régions les plus dynamiques de l'Europe du futur[2].

Il est membre du département des sciences humaines de la Académie Royale Flamande de Belgique des Sciences et des Arts[4] et de l'Academia Europaea. Il est également président du conseil d'administration de la haute école Thomas More. En 2009, il est candidat à la succession de Marc Vervenne comme recteur de la Katholieke Universiteit Leuven, mais c'est son rival Mark Waer qui est élu.

Lors des élections fédérales du 25 mai 2014, il se présente dans la circonscription du Brabant flamand et est élu avec plus de 45 000 voix de préférence[5]. Il devient alors ministre de la Justice, le 11 octobre 2014, au sein du gouvernement Michel. Koens Geens a présenté sa démission après attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles, refusée par Charles Michel[6].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a et b « Koen Geens nouveau ministre des Finances: "J'aurais aimé le devenir dans d'autres circonstances" », sur RTL info, (consulté le 6 mars 2013)
  2. a et b « Koen Geens remplace Steven Vanackere aux Finances », sur Le Soir, (consulté le 6 mars 2013)
  3. Fabien Van Eeckhaut, « ACW-Belfius: enfoncer le CD&V, l'objectif des nationalistes flamands - RTBF Belgique », sur RTBF Info, (consulté le 6 mars 2013)
  4. « Koen Geens benoemd tot lid van de Koninklijke Vlaamse Academie van België voor Wetenschappen en kunsten – Faculteit Rechtsgeleerdheid KU Leuven », sur www.law.kuleuven.be (consulté le 6 mars 2013)
  5. Candidats circonscription Brabant flamand. Sur le site du Soir
  6. Bernard Demonty, Véronique Lamquin et David Coppi, « Jan Jambon et Koen Geens ont présenté leur démission, Charles Michel les refuse » dans lesoir.be, quotidien belge en ligne, 24 mars 2016.