Ligne 6 du métro de Bruxelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ligne 6.
Ligne 6
image
Carte

Réseau STIB
Ouverture
Terminus Roi Baudouin
Elisabeth
Exploitant STIB
Conduite (système) Conducteur (manuelle)
Matériel utilisé U5
Dépôt d’attache Jacques Brel
Points d’arrêt 26
Longueur 15.5 km
Temps de parcours 30 min
Communes desservies 8
Lignes connexes (1) (2) (5)

La ligne 6 du métro de Bruxelles est une ligne en forme de 6 dont le tracé suit pour sa majeure partie la Petite Ceinture entourant le centre de la ville. Son point de départ se fait à la station Roi Baudouin et son autre terminus se fait à la station Simonis, à deux niveaux différents. Dans un souci de clarté, le niveau supérieur est dénommé Simonis et le niveau inférieur Elisabeth[1]. Elle emprunte le trajet de l’ancienne ligne (1A) et suit le bouclage de la ligne (2).

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la réorganisation de 2009, l’arrêt en station à Beekkant de la ligne (1A) (Herrmann-Debroux - Roi Baudouin) prenait beaucoup de temps car le conducteur devait marcher d’un poste de conduite à l’autre pour pouvoir repartir dans le bons sens. La réorganisation de 2009 a mis fin à cette situation : la ligne 6 venant de roi Baudouin vers Gare de l’Ouest continue tout droit sans devoir changer de sens et de poste, et inversement. Ainsi, le temps d’arrêt est fortement réduit.

La ligne 6 offre une liaison directe entre la Gare du Midi, gare la plus importante du pays, et le plateau du Heysel, à Laeken, dans le Nord de Bruxelles.

Histoire de la ligne 2[modifier | modifier le code]

La ligne de prémétro en dessous de la petite ceinture fut inaugurée en 1970 entre les stations Madou et Porte de Namur. En 1974, la ligne a été prolongée vers la place Rogier et en 1985, la ligne partant de la Porte de Namur se prolongea jusqu’à la Place Louise, premier nom de la station. En 1987, en dessous de la Place Simonis à Koekelberg, un petit tunnel et une station ont été construits. L’exploitation en métro lourd, sous le numéro 2, et l’extension vers la Gare du Midi au sud et vers Simonis au nord ont été inaugurés le . L’allongement de la ligne vers Clemenceau/Jorez a été inauguré le et le la ligne a atteint la station Delacroix.

Réorganisation de l'année 2009[modifier | modifier le code]

Lors de la réorganisation du réseau de métro le , la ligne a été prolongée de Delacroix à Simonis via la Gare de l’Ouest, Beekkant et Osseghem, le tout formant une boucle ayant pour départ et terminus la station Simonis (à des niveaux différents nommés Leopold II et Elisabeth). Elle inaugure 2 nouvelles stations Gare de l’Ouest, une au niveau -2 pour destination vers Gare du Midi et l’autre au niveau -3 pour destination de Simonis (Leopold II) et elle modernise aussi le niveau -1 de la station Gare de l’Ouest (desservie par les lignes 1 et 5) et agrandi le hall de la station, l’ouverture d’un point de vente, des magasins… Cet itinéraire est exploité en parallèle par la nouvelle ligne 6.

Station fantôme[modifier | modifier le code]

La station de métro Sainctelette non-exploitée est située à proximité de la place du même nom en dessous du Canal Bruxelles-Charleroi. Le gros-œuvre de celle-ci a été construit mais elle n’a jamais été utilisée à cause de la forte proximité des stations Yser et Ribaucourt.

Changement de nom des stations[modifier | modifier le code]

Quelques-unes des stations de la ligne 2 ont changé de nom, surtout avant leur inauguration, les noms usités étant des noms provisoires utilisés pour repérer leur position géographique ou des noms en une seule langue.

Noms changés après l’inauguration :

  • La station Place Louise (ouverte en 1985) est devenue Louise en 1988 lors de la conversion de la ligne en métro lourd ;
  • La station Arts (ouverte en 1969) est devenue Arts-Loi ;
  • La station Luxembourg (ouverte en 1970) est devenue Trône en 1993.
  • Les deux niveaux de la station Simonis furent rebaptisés en novembre 2013 :
    • Simonis (anciennement Simonis (Léopold II)) pour le niveau supérieur ;
    • Elisabeth (anciennement Simonis (Elisabeth)) pour le niveau inférieur[1].

Noms changés avant l’inauguration :

Tracé et stations[modifier | modifier le code]

Les stations[modifier | modifier le code]

      Stations Communes desservies Correspondances
  o   Roi Baudouin Bruxelles (Laeken) (84) (88) (N18) De Lijn
  o   Heysel Accessible Bruxelles (Laeken) (7) (84) (88) (N18)
  o   Houba-Brugmann Bruxelles (Laeken) (N18) De Lijn
  o   Stuyvenbergh Bruxelles (Laeken) (19) (N18)De Lijn
  o   Bockstael Bruxelles (Laeken) (49) (53) (62) (88) (89) (93) (N18) De Lijn SNCB
  o   Pannenhuis Bruxelles (Laeken) SNCB
  o   Belgica Accessible Jette/Molenbeek (14) (15) (51)
  o   Simonis Koekelberg (2) (13) (14) (15) (19) (20) (87) (N16) De Lijn TEC SNCB
  o   Osseghem Molenbeek (N16) De Lijn
  o   Beekkant Molenbeek (1) (5) (87) De Lijn
  o   Gare de l’Ouest Accessible Molenbeek (1) (5) (82) (86) De Lijn TEC SNCB
  o   Delacroix Accessible Anderlecht (89)
  o   Clemenceau Anderlecht (46) N18
  o   Gare du Midi Accessible Saint-Gilles (3) (4) (27) (32) (49) (50) (51) (78) (81) (82) De Lijn TEC SNCB
  o   Porte de Hal Bruxelles/Saint-Gilles (3) (4) (27) (48) (51) (N12) De Lijn TEC
  o   Hôtel des Monnaies Bruxelles/Saint-Gilles De Lijn TEC
  o   Louise Bruxelles/Saint-Gilles (92) (93) (94) (97) (N08) (N09) (N10) (N11)
  o   Porte de Namur Accessible Bruxelles/Ixelles (34) (54) (64) (71) (80) (N06) (N08) (N11)
  o   Trône Bruxelles (22) (27) (34) (38) (54) (64) (71) (80) (95)
  o   Arts-Loi Bruxelles (1) (5) (22)
  o   Madou Bruxelles/Saint-Josse-ten-Noode (29) (63) (65) (66) (N05) De Lijn
  o   Botanique Saint-Josse-ten-Noode (61) (92) (93) (N04) De Lijn
  o   Rogier Bruxelles/Saint-Josse-ten-Noode (3) (4) (25) (32) (55) (47) (58) (61) (88) De Lijn
  o   Yser Bruxelles (47) (51) (58) (88) (N18) De Lijn
  o   Ribaucourt Molenbeek (51) (89) De Lijn
  o   Elisabeth Koekelberg (2) (13) (14) (15) (19) (20) (87) (N16) De Lijn SNCB
Plan de la ligne 6 avec la liste des stations desservies.

Exploitation de la ligne[modifier | modifier le code]

Fréquence[modifier | modifier le code]

La ligne est exploitée avec les intervalles suivants :

  • Du lundi au vendredi : 6 minutes en heures de pointe, 7 minutes 30 en heures creuses, 10 minutes en soirée.
  • Du lundi au vendredi pendant les vacances scolaires hors juillet-août : 7 minutes 30 en heures de pointe, 8 minutes en heures creuses, 10 minutes en soirée.
  • Le samedi : 10 minutes le matin, 7 minutes 30 l’après-midi, 10 minutes en soirée.
  • Le dimanche : 10 minutes du début à la fin du service.

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Tarification et financement[modifier | modifier le code]

La tarification de la ligne est identique à celles des autres lignes de tramway exploitées par la STIB ainsi que les réseaux urbains bruxellois TEC, De Lijn, SNCB et accessible avec les mêmes abonnements sauf sur le tronçon NATO-Brussels Airport des lignes 12 et 21. Un ticket peut permettre par exemple 1, 5 ou 10 voyages avec possibilité de correspondance.

Le financement du fonctionnement de la ligne, entretien, matériel et charges de personnel, est assuré par la STIB[2].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Belga, « La Stib adapte le plan de son réseau et donne un nouveau nom à Simonis », RTBF,‎ (lire en ligne)
  2. STIB - Tickets.