Raúl Castro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Castro.
Raúl Castro
Raúl Castro en 2012.
Raúl Castro en 2012.
Fonctions
Premier secrétaire du Parti communiste cubain
En fonction depuis le
(6 ans, 2 mois et 3 jours)
Prédécesseur Fidel Castro
Président des Conseils d'État et des ministres de la République de Cuba[N 1]
En fonction depuis le
(9 ans, 3 mois et 29 jours)
Élection
Réélection
Vice-président José Ramón Machado Ventura
Miguel Díaz-Canel
Prédécesseur Fidel Castro
Premier vice-président des Conseils d'État et des ministres de la République de Cuba

(31 ans, 2 mois et 22 jours)
Président Fidel Castro
Prédécesseur poste créé
Successeur José Ramón Machado Ventura
Ministre des Forces armées révolutionnaires

(49 ans et 8 jours)
Successeur Julio Casas Regueiro
Biographie
Nom de naissance Raúl Modesto Castro Ruz
Date de naissance (86 ans)
Lieu de naissance Birán (Cuba)
Nationalité cubaine
Parti politique Parti communiste de Cuba (Depuis 1953)
Fratrie Ramón Castro Ruz
Fidel Castro
Juanita Castro
Conjoint Vilma Espín Guillois († 2007)
Enfants Deborah Castro Espín
Mariela Castro Espín
Nilsa Castro Espín
Alejandro Castro Espín
Diplômé de Belen Jesuit Preparatory School
(Miami)
Profession militaire

Signature de Raúl Castro

Raúl Castro
Chefs d'État cubains

Raúl Castro Ruz, né le à Birán, est un homme d'État cubain. Président par intérim à partir du 31 juillet 2006, il est élu président des Conseils d'État et des ministres le , succédant à son frère Fidel Castro. Membre du Parti communiste cubain depuis 1953, il en est premier secrétaire depuis avril 2011.

Il fut l'un des membres du mouvement du 26 juillet, et le vice-président du Conseil des ministres et ministre de la Défense de 1959 à 2008.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et jeunesse[modifier | modifier le code]

Des rumeurs persistantes prétendent que Raúl Castro ne serait que le demi-frère de Fidel. Son père biologique aurait été un sergent dans l'armée et commandant de poste de garde de Birán (le village natal des frères Castro), nommé Felipe Miraval, un métis chinois et mulâtre qui aurait entretenu des relations avec sa mère Lina Ruz Gonzalez (épouse de Ángel Castro y Argiz)[1],[2], ce qui pourrait expliquer qu'on le surnomme « le Chinois », en raison de sa petite taille et des traits de son visage très différents de ses frères[3]. Son père officiel est un ancien soldat de la guerre d'indépendance de 1895, sympathisant franquiste et riche planteur sucrier[4]

Il est envoyé dans une école militaire à l'âge de 6 ans[4]. Malgré des études dans des écoles jésuites de Cuba, Raúl Castro n'obtiendra pas de diplôme[5]. Il adhère au Parti communisme en 1953[6], après un voyage derrière le rideau de fer et participe activement aux émeutes estudiantines sous la dictature de Fulgencio Batista.

Marié à Vilma Espín, il est le père de Deborah, Mariela (militante des droits LGBT), Nilsa et Alejandro (colonel et conseiller au ministère de l'Intérieur)[7].

La révolution[modifier | modifier le code]

Raúl Castro et Che Guevara.

Les frères Castro organisent une réaction armée au putsch Batista en attaquant la caserne de Moncada le , mais celle-ci est un désastre et la moitié des assaillants sont exécutés sommairement après leur capture. Raul est emprisonné sur l'île des Pins pendant 22 mois à cause de cette opération manquée[8],[4].

Libéré il s'exile au Mexique, puis aux États-Unis avec son frère Fidel, d'où il réorganise la résistance à Batista, que l'on appelle le mouvement du 26 juillet. Il se lie d'amitié avec Che Guevara, un autre membre de la résistance. Durant son exil à Mexico, il participe aux préparatifs de l'expédition à bord du navire Granma, qui débarque à Cuba le . Après avoir été prise dans une embuscade sanglante des troupes de Batista et harcelée par l'aviation, la petite troupe révolutionnaire est rapidement ébranlée. Il fait partie du petit groupe de survivants qui réussissent à rejoindre un refuge dans la Sierra Maestra d'où ils poursuivent la lutte armée.

En février 1958, il reçoit pour mission de prendre l'ancienne province orientale afin d'ouvrir le front à la colonne des guérilleros au nord-est de ce territoire. Il devient commandant le 27 février 1958[9]. En juin, acculé par les bombardements incessants de l'aviation ennemie, il fait enlever une cinquantaine de citoyens nord-américains, ingénieurs et soldats rentrant à Guantánamo après une permission en territoire cubain. La prise d'otages suscite une vive attention de l’ambassade des États-Unis et dans une certaine mesure de l'opinion publique, que Raúl Castro exploite en publiant des photos démontrant que les avions de Batista prennent leur ravitaillement sur la base de Guantánamo. La manœuvre réussit et les États-Unis font cesser les bombardements dans l'attente de la libération des otages, ce que fait la troupe rebelle tout en se laissant le temps de se redéployer et de se réarmer. L'opération devient aussi un succès médiatique grâce aux prisonniers eux-mêmes, qui témoignent auprès de la presse de leur conditions de détention des plus bienveillantes et de la légitimité de l’insurrection cubaine. Certains iront jusqu'à expliquer qu'ils auraient souhaité rester avec Raúl[10][9].

Au sujets des soldat du gouvernement de Batista capturés, Raúl Castro note dans ses carnets de guerre : « On a apporté à manger aux trois et on leur a dit qu’on les remettrait en liberté et que l’on garderait uniquement leurs armes. Ils avaient de l’argent et des montres dont nous avions besoin, mais suivant nos principes, nous n’y avons pas touché ». Dans les territoires sous contrôle de la guérilla, il crée une structure autonome en établissant des hôpitaux, des écoles et plusieurs usines de fabrication de matériels. En 1958, il est également à l'origine des services de renseignements du.M-26[9].

Arrivée au pouvoir[modifier | modifier le code]

Après la chute de Batista, Il devient ministre de la Défense, et dirige les forces armées cubaines, poste qu'il conservera jusqu'en 2008. En 1964, Raúl Castro participe à la mise en place des unités militaires d'aide à la production, des camps de travail agricole pour les Cubains considérés « asociaux » par le régime castriste et exemptés de service militaire [11],[12].

Il intègre la direction nationale des organisations révolutionnaires et le Parti uni de la révolution socialiste cubaine. Il devient également le second secrétaire du comité central du Parti communiste cubain lors de sa création en octobre 1965. Peut-être sous l'influence de sa femme Vilma Espín, militante pour les droits LGBT, il manifeste des désaccords sur la question de la répression de l’homosexualité dans les années 1960 et 1970[13]. En tant que ministre de la Défense, il contrôle les forces militaires cubaines, ce qui alimente les spéculations selon lesquelles il pourrait conduire un coup d'État après la mort de son frère. Raúl Castro est souvent vu comme plus dur et plus sévère que son frère[réf. nécessaire].

En 1994, il fait preuve de pragmatisme et s'oppose à son frère indiquant : « La principale menace qui pèse sur nous, ce ne sont pas les canons américains, ce sont les haricots. Ceux que les Cubains ne mangent pas », alors que Fidel Castro s'oppose à une libéralisation des marchés agricoles[14].

Présidence[modifier | modifier le code]

Le président Fidel Castro est hospitalisé en raison, d'après le gouvernement cubain, d'une hémorragie gastro-intestinale, que l'on attribue au stress. Plus tard, un message du gouvernement cubain expliquant que son état de santé est stable est diffusé sur la télévision d'État. Le , il délègue ses pouvoirs à son frère Raúl qui assure donc, en tant que vice-président et conformément à la Constitution, la direction conjointe de l'État et du gouvernement. Il occupe également par intérim les fonctions de Premier secrétaire du Parti communiste. Selon certains journalistes de la presse internationale, Raúl Castro n'aurait ni le charisme, ni l'éloquence de Fidel pour assurer une transition de pouvoir[15]. Il définit alors les trois priorités de la politique des années à venir : l'alimentation, les transports et le logement.

En 2007, il engage un débat national, à l'instar de son frère Fidel plusieurs fois dans le passé, afin de débattre sur les problèmes du pays. Les Cubains se réunissent au sein de groupes de discussions pour évoquer des idées et présenter des doléances[16]. Plus d'un million de personnes auraient participé à ce débat, parmi lesquelles le sociologue Aurelio Alonso, sous-directeur de la revue Casa de las Americas, qui dénonce « un système trop étatisé, trop bureaucratisé, avec un niveau de participation populaire trop limité dans la prise de décisions »[17]. Le chanteur Pablo Milanés, à son tour, plaide pour un rajeunissement du Conseil d'État : « Il faut passer le témoin aux nouvelles générations pour que celles-ci fassent un autre socialisme »[17].

Toutes les condamnations à mort (une trentaine) sont commuées entre 2008 et 2010, bien que plus aucune n'avait été exécutée depuis 2003[18].

Le , il est élu président du Conseil d'État (chef de l'État) et du Conseil des ministres par l'Assemblée nationale du pouvoir populaire. Peu après, il signe deux accords sur les droits de l'homme des Nations unies, décide d'attribuer les terres inutilisées de l’État pour l'agriculture, de libérer beaucoup de prisonniers et de desserrer les restrictions de voyage des Cubains[19],[20]

En novembre 2008, Raúl Castro reçoit le président russe Medvedev[21], puis, le mois suivant, le vice-amiral Vladimir I. Koraliov, substitut du chef de la flotte du Nord, à la tête d’un détachement de la marine de guerre de Russie en visite à Cuba[22]. Il espère ainsi avoir de meilleures relations avec ce pays.

À la suite des incidents climatiques de septembre-novembre 2008, Raúl Castro met en place une « politique d'austérité » pour essayer de sortir de la crise économique et financière[23]. De plus, afin d'apaiser les tensions avec les États-Unis et espérant diminuer l'embargo économique, il décide de rencontrer le président américain nouvellement élu, Barack Obama[24]. Il se rapproche des États-Unis et les deux pays rétablissent leurs relations diplomatiques en 2015[4].

Le , Raúl Castro entreprend un rapprochement de plus de 3 milliards de dollars avec le Venezuela[25].

Le , il est élu premier secrétaire du Parti communiste cubain lors du 6e congrès.

Le , il est reconduit à la tête du pays par l'Assemblée, à la suite des élections législatives du 3 février. Il indique à cette occasion que ce sera son dernier mandat, et qu'un nouveau président devra donc être choisi en 2018 au plus tard[26]. Son successeur pressenti est alors Miguel Díaz-Canel, élevé au poste de Premier vice-président du Conseil[27].

Les réformes de Raúl Castro[modifier | modifier le code]

En février 2008, devenu chef du seul régime communiste du continent américain, Raúl Castro, longtemps commandant en chef des armées, est le chef d'un pays d'économie socialiste qui lutte contre la crise qui le touche depuis la chute du bloc communiste, au point d'être parfois décrit comme le « croque-mort du socialisme » au vu des réformes qu'il impose[4]. Pour Raúl Castro, les Etats-Unis ne sont pas les seuls responsables de la situation de Cuba[28].

  • Au niveau institutionnel, le mandat présidentiel est limité à deux périodes de 5 ans. Ainsi Raúl Castro devra quitter le pouvoir en 2018[29].
  • Le tourisme à Cuba, attiré par l'exotisme tropical de l'île aux plages de rêve, au charme désuet des vieilles voitures américaines et à la culture si dynamique, reste très courtisé par le régime à la recherche de devises[réf. souhaitée] (après la chute de l'URSS, Raul Castro avait déjà convaincu son frère Fidel de miser sur le tourisme afin d'éviter une crise économique et la fin du régime. En 25 ans, le nombre de touristes passe de 400 000 à 4 millions[4]).
  • L'achat de lecteurs de DVD, d'ordinateurs ou de scooters, ainsi que l'accès aux hôtels, sont autorisés[30] alors qu'ils furent longtemps réservés aux touristes étrangers. Cependant le salaire des cubains reste très bas et tout le monde ne peut s'offrir ces objets.
  • L'accès à Internet commence à s'élargir peu à peu dans l'île, grâce à l'ouverture notamment de deux cybercafés à La Havane. Il reste cependant très surveillé par le gouvernement [réf. insuffisante]. Des limitations indirectes existent comme le prix très élevé, la faible vitesse de la connexion ainsi que le relevé systématique du nom de chaque utilisateur. Ces limitations n'ont plus court aujourd'hui, des accès WiFi dans les principaux parcs municipaux des grandes villes facilitant la connexion, sans avoir besoin de décliner son identité lors de l'achat des tickets de connexion.
  • Des lopins de terre sont distribués aux fermiers afin d'augmenter la production vivrière ainsi que le rendement des cultures[31].
  • Les restrictions sur les voyages de citoyens hors de l'île sont assouplies[32],[33]. Jusqu'ici, pour obtenir le droit de quitter le territoire cubain, une lettre d'invitation depuis un pays étranger était obligatoire, elle devait être accompagnée de 140 dollars, ainsi que d'un passeport dont les frais d'établissement s'élevait à 50 dollars. Puis le demandeur devait solliciter l'obtention d'une carte blanche (Tarjeta Blanca), qui permettait de sortir du pays, contre 150 dollars.
  • À compter du 10 décembre 2011, il devient possible pour des résidents permanents de l'île d'acheter et de vendre leur maison[34].
  • Raul Castro a également multiplié les partenariats commerçants avec la Russie (en 2009) et la Chine (en 2014), cela dans le but de ne plus être dépendant d'un point de vue énergétique du Venezuela, qui connaît plusieurs crises[4].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par intérim du au .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Article de L'Express du 2/11/2006
  2. Axel Gyldèn, « "Raul Castro a obéi à Fidel toute sa vie" », L'Express,‎ (lire en ligne)
  3. Jean-Pierre Clerc, Fidel Castro, une vie, Archipel, , p. 531
  4. a, b, c, d, e, f et g Hector Lemieux, « Raul Castro, grand oublié de la révolution cubaine », Le Figaro, samedi 3 / dimanche 4 juin 2017, page 7.
  5. (en) José de Córdoba, David Luhnow et Bob Davis, « Castro's Illness Opens Window On Cuba Transition », Wall Street Journal,‎ , p. 1, 12
  6. Sylvie Kauffmann Le bras armé Le Monde, 10 août 2006
  7. Sophie des Déserts, « La First Lady de La Havane », Vanity Fair n°26, août 2015, pages 108-115 et 154-155.
  8. (en) Marta Rojas, « When Raúl Castro assumed responsibility for the assault on the Moncada Garrison »,
  9. a, b et c (pt) « 50 verdades sobre Raúl Castro », sur Opera Mundi
  10. Pierre Kalfon, Che, Points,
  11. Isis Wirth, La Ballerine et El Comandante, Bourin éditeur, 2013, pages 88 et suivantes
  12. Roberto Ampuero Quand nous étions révolutionnaires
  13. (pt) « Sobre homofobia, Fidel sempre assumiu responsabilidades, diz Mariela Castro », sur Opera Mundi
  14. Ainsi vivent les Cubains Le Monde diplomatique, avril 2011
  15. Le Point n°1798, 1er mars 2007, p. 48-53.
  16. « http://www.interet-general.info/article.php3?id_article=9612 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 30 mars 2013)
  17. a et b Il était une fois la révolution, édité par l'Humanité, 2009
  18. lefigaro.fr, « Cuba: dernière peine de mort commuée », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  19. (en) « Raul Castro pushes change for Cubans », (consulté le 26 avril 2008)
  20. (en) « Cuba's Raul Castro commutes most death sentences », (consulté le 28 avril 2008)
  21. http://www.granma.cu/frances/2008/noviembre/vier28/raul.htmlet
  22. http://www.granma.cu/frances/2008/diciembre/mar23/marine-guerre-russe.html
  23. « Raul Castro annonce une période d'austérité à ses concitoyens », sur tempsreel.nouvelobs.com,
  24. Paulo A. Paranagua, « Raul Castro invite M. Obama à une rencontre en « terrain neutre » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  25. « Un rapprochement de plus de 3 milliards », sur radio-canada.ca
  26. "Cuba : "dernier" mandat pour Raul Castro, la transition au menu", Le Monde, 25 février 2013
  27. (en) "Raúl Castro Says His New 5-Year Term as Cuba’s President Will Be His Last", New York Times, 24 février 2013
  28. Dans la tête de Raul Castro L'Express, décembre 2014
  29. Paulo A. Paranagua À Cuba, l'ultime bataille de Raul CastroLe Monde, 15 février 2013
  30. (en) « Consumer electronics in Cuba », sur economist.com,
  31. « Cuba tente de relancer l'agriculture », sur lefigaro.fr,
  32. « Cuba assouplit ses lois sur l'émigration », sur Le Figaro (consulté le 21 décembre 2011)
  33. « Cuba: réforme "lente" de la loi migratoire », sur Le Figaro (consulté le 24 décembre 2011)
  34. « Les Cubains pourront acheter et vendre des maisons », sur Radio-Canada (consulté le 3 novembre 2011)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Juanita Castro, Fidel et Raul, mes frères, l'histoire secrète, Plon, 2011.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :