Attentat de l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Attentat de l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray
Image illustrative de l'article Attentat de l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray
L’église Saint-Étienne, où a eu lieu la prise d'otages.

Localisation Saint-Étienne-du-Rouvray, France
Cible Église Saint-Étienne de Saint-Étienne-du-Rouvray
Coordonnées 49° 22′ 58″ nord, 1° 06′ 25″ est
Date
Vers 10 h (UTC+1)
Type Prise d'otages
Meurtre
Armes Couteaux
Morts 3 (le prêtre et les deux terroristes)
Blessés 4[1] dont 1 grièvement
Auteurs Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean
Participants 2
Organisations Drapeau de l'État islamique État islamique
Mouvance Terrorisme islamiste

Géolocalisation sur la carte : Normandie

(Voir situation sur carte : Normandie)
Attentat de l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

(Voir situation sur carte : Seine-Maritime)
Attentat de l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Attentat de l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray

L’attentat de l'église Saint-Étienne de Saint-Étienne-du-Rouvray est une attaque terroriste islamiste commise le . Deux islamistes radicaux, Adel Kermiche, sous contrôle judiciaire, muni d'un bracelet électronique, et Abdel Malik Nabil-Petitjean, assassinent en égorgeant et poignardant le père Jacques Hamel, un prêtre de l'église Saint-Étienne de Saint-Étienne-du-Rouvray[2], près de Rouen, et blessent grièvement un paroissien de 86 ans. Les assaillants retiennent ensuite trois autres fidèles en otage avant d'être abattus par les forces de l'ordre. L'acte est revendiqué le jour même par l'organisation terroriste État islamique[2].

Contexte[modifier | modifier le code]

Cet assassinat se déroule quelques jours après une série d'autres attaques terroristes commises en Europe et également, pour certaines, revendiquées par l'État islamique, parmi lesquelles, en France, l'attentat du 14 juillet à Nice et, en Allemagne, celles de Wurtzbourg (le 18 juillet) et d'Ansbach (le ).

Déroulement[modifier | modifier le code]

La messe débute à h. L'office comprend cinq fidèles, les Coponet — un couple de paroissiens octogénaires, habitués des offices[3] — et trois religieuses[4] des Sœurs de Saint Vincent de Paul : Hélène Decaux (83 ans), Danièle Delafosse (72 ans) et Huguette Péron (79 ans). Danièle est la supérieure, elle vit à Saint-Étienne-du-Rouvray depuis quatre ans. Ses consœurs Hélène et Huguette sont arrivées depuis huit mois, elles rendent visites aux personnes âgées et animent une école d'aide au devoirs dans le quartier[3].

Au moment de la préface, au début de la prière eucharistique, un jeune homme en polo bleu ciel entre prudemment par la porte donnant sur la sacristie. Huguette, qui est la plus proche, va à sa rencontre[3]. Le jeune homme, Adel Kermiche, lui demande des renseignements sur l'église, notamment les heures d'ouverture. Le prenant pour un étudiant, elle lui demande de revenir à la fin de la messe[3].

Vers h 30, la messe est terminée quand les deux djihadistes pénètrent bruyamment dans l'église en tenue de combat par la porte donnant sur la sacristie, avec chacun un pistolet factice, une fausse ceinture d'explosifs pour l'un, une fausse grenade dans un sac à dos pour l'autre, mais aussi des armes blanches. Huguette reconnaît le jeune homme de tout à l'heure[3]. Ils sont habillés tout en noir. Abdel Malik, l'autre djihadiste, porte une barbe fournie et un calot noir[3]. Les deux hommes scandent à plusieurs reprises « Allahu akbar » et d'autres termes en arabe puis, en français, désignent les chrétiens comme les ennemis des musulmans et ordonnent aux paroissiens de se serrer les uns contre les autres[3]. Ils renversent tout ce qui est posé sur l'autel et y vident leurs sacs[3]. L'un se précipite sur le prêtre Jacques Hamel, tandis que l'autre met un smartphone dans les mains de Guy Coponet, qui fête ses 87 ans ce jour-là, et le contraint à filmer la scène[4].

Jacques Hamel, d'une voix énervée, s'adresse aux deux terroristes : « Mais que faites-vous ? Calmez-vous ! »[3]. L'un d'eux le prend par les mains et essaye de l'agenouiller. Le prêtre résiste, tombe à la renverse et repousse son agresseur à coups de pied[4] en lui criant « Satan, va-t'en ! Va-t'en Satan »[5], il reçoit un premier coup de couteau, puis un deuxième, mortel, à la gorge. C'est à ce moment-là que Danièle prend la fuite par une porte latérale et fait prévenir la police[4] par un automobiliste qui passe[3]. Des minutes passent et les djihadistes, qui visiblement attendent les forces de l'ordre, s'impatientent et, entre deux cris et chants, vandalisent les objets de culte[3]. Puis ils attaquent Guy Coponet, qui ne s'était pas arrêté de filmer. Le paroissien est poignardé au bras, dans le dos et à la gorge sous les yeux de son épouse Janine, âgée également de 87 ans. Pendant 45 minutes, il simule la mort, une main pressant son cou pour retenir le sang[3].

Les terroristes se montrent prévenants vis-à-vis des femmes, leur annoncent qu'elles sont leurs otages et devisent avec elles au sujet de la religion[3]. La conversation s'engage avec Hélène, au sujet de la vie après la mort, de la divinité de Jésus et du Coran. La religieuse, qui a lu le livre sacré des musulmans, insiste sur les passages sur la paix dans l'ouvrage, ce qui fait réagir un des jeunes : « La paix ? Nous aussi on veut la paix ! Quand vous serez à la télévision, vous direz aux autorités : tant qu'il y aura les bombardements en Syrie, il y aura les attentats en France. Tous les jours. »[3]. Janine Coponet est autorisée à s’asseoir et Hélène se fait apporter sa canne[3]. Entendant le bruit au-dehors, signe de l'arrivée de la police, un des djihadistes adresse même un sourire à Huguette, qu'elle ne lui rend pas[3].

La brigade de recherche et d'intervention de Rouen, de la police, arrive sur place et cerne l'église. Toutefois, elle n'est pas en mesure d'intervenir par la porte arrière car les otages sont placés devant elle, « mis en rideau » selon les propos du procureur de Paris François Molins[6]. À l'intérieur, les djihadistes entonnent des chants en arabe puis entraînent Janine et Hélène vers la sortie, laissant Huguette à l'intérieur[3]. Janine est la première à être poussée dehors, puis Hélène suit[3]. Les deux hommes les suivent immédiatement en criant Allahu akbar. La police les abat[1],[7],[8]. Les otages sont installées dans l'épicerie la plus proche. La victime, le prêtre Jacques Hamel[9], âgé de 85 ans, prêtre auxiliaire de la paroisse depuis une vingtaine d'années, et qui assurait les permanences durant le mois de juillet[10], est mort égorgé[11]. Le paroissien Guy Coponet est grièvement blessé[1], mais survivra[3].

Enquête[modifier | modifier le code]

Enquête judiciaire[modifier | modifier le code]

Premières investigations[modifier | modifier le code]

La section antiterroriste du parquet de Paris se saisit de l'enquête de flagrance qu'elle confie à la sous-direction anti-terroriste (SDAT) et à la direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI)[12].

L'attaque fait penser au projet d'attentat déjoué de Sid Ahmed Ghlam, en avril 2015, qui avait listé les églises Saint-Cyr-Sainte-Julitte et Sainte-Thérèse à Villejuif (Val-de-Marne)[13] et la basilique du Sacré-Cœur dans le quartier parisien de Montmartre[14]. Les lieux de culte chrétiens en général étaient donc potentiellement menacés[13].

Succédant avantageusement à une salle de prière insalubre de la cité voisine du Château-Blanc, le principal lieu de culte musulman de la ville, la mosquée Yahia, située à trois kilomètres de l'église attaquée offre une image de coexistence apaisée entre les cultes puisque la paroisse Sainte-Thérèse et la mosquée sont bâties sur une même parcelle, séparées seulement par un grillage[15]. Le terrain paroissial est même ouvert à l'occasion des grandes fêtes musulmanes. Le terrain de la mosquée avait été cédé par la paroisse pour l'euro symbolique. Catholiques et musulmans gèrent une association commune d'aide aux devoirs et d'animations culturelles pour les enfants[15].

Pour autant, des foyers d'islamistes radicaux existent depuis plusieurs années en région Normandie[16],[17]. C'est le cas du converti Maxime Hauchard qui fréquentait une mosquée d’Elbeuf, qui s'est rendu en Syrie où il est soupçonné d’avoir décapité au moins un militaire syrien dans une vidéo de propagande diffusée à l’automne 2014[15]. Ces dérives étant identifiées, les services français ont fourni à l'imam de la mosquée de Saint-Étienne-du-Rouvray, Mohammed Karabila (par ailleurs président du Conseil régional du culte musulman de Haute-Normandie[18]), des moyens de communication lui permettant d'alerter si des radicalisés étaient à signaler[19]. Des mosquées salafistes abriteraient des individus radicalisés[20],[16],[21]. Notamment, la mosquée Yahia est nommée[22]. L'imam de la mosquée déclare : « quand j'entends parler de mosquée salafiste ici je tombe de haut » et affirme qu'« il n'y a pas de jeunes radicalisés » dans les mosquées de la ville, qui sont « clean », tout en reconnaissant que « quelques individus qui viennent prier se disent du courant salafiste »[22].

Les auteurs de l'attaque ont ébauché leur projet avec le système de télécommunication Telegram[23].

Profil du premier auteur[modifier | modifier le code]

Adel Kermiche
Flag of the Islamic State of Iraq and the Levant2.svg Terroriste islamiste
Membre de l'organisation État islamique
Information
Nom de naissance Adel Kermiche
Naissance
Mont-Saint-Aignan (Seine-Maritime)
Décès (à 19 ans)
Saint-Étienne-du-Rouvray
Surnom Abu Jayyed al-Hanafi
Cause du décès Abattu par la BRI
Affaires Attentat de l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray
Victimes Un mort et quatre blessés
Pays Drapeau de la France France
Ville Saint-Étienne-du-Rouvray

Le premier terroriste est Adel Kermiche (qui se faisait parfois appeler Abu Jayyed al-Hanafi[24]). Né le à Mont-Saint-Aignan en Seine-Maritime, il habite chez ses parents, à Saint-Étienne-du-Rouvray. Après les attentats de janvier 2015, il se radicalise via Internet. Mi-, il aide un mineur de Saint-Étienne-du-Rouvray à rejoindre la Syrie. Le , il tente un premier départ pour la Syrie. Arrêté à Munich, puis expulsé vers la France, il est placé sous contrôle judiciaire au domicile de ses parents, à Saint-Étienne-du-Rouvray[25]. Le , il tente un deuxième départ pour la Syrie avec des papiers d'identité empruntés. Devenu majeur, il s'enfuit avec un autre mineur à Genève, d'où ils prennent l’avion le depuis Cointrin pour gagner Istanbul[25]. Le , il est fiché S. Arrêté en Turquie, il est renvoyé vers la Suisse, puis extradé le vers la France, où il est incarcéré[25]. Il est relâché le , après dix mois de détention provisoire [26].

L'ancien juge antiterroriste Marc Trévidic dit de lui : « Il était très suffisant. Il disait : "Libérez-moi, donnez-moi une dernière chance." J'ai rapidement compris qu'il n'y avait pas de discussion possible. J'avais en face de moi quelqu'un qui était déterminé à repartir »[27]. Il partage sa cellule avec un Saoudien et fait la connaissance d’un jeune Français ayant passé dix-huit mois dans les troupes de l'EI. Il réussit à se présenter comme un « musulman modéré » et à faire croire en sa repentance. Ses parents disent préférer « savoir leur fils incarcéré et vivant que libre et en route pour la Syrie. S’ils acceptent de l’accueillir, c’est parce qu’ils pensent sincèrement qu’il sait s’être trompé et qu’il ne tentera plus de partir »[28]. Les juges d'instruction estiment que ce type de double discours, par la technique de dissimulation, appelée Taqîya, encouragée par l'État islamique, est de plus en plus fréquent en prison[29]. La juge d'instruction veut malgré tout croire à un avenir possible pour ce jeune homme « perturbé ». Elle motive son ordonnance par le fait qu’il aurait « pris conscience de ses erreurs », qu’il a eu des « idées suicidaires » durant son incarcération, qu’il serait « déterminé à entamer des démarches d’insertion ». Le parquet fait appel de l’ordonnance de la juge, qu’il considère comme « peu convaincante ». Il estime que les contraintes prévues par le contrôle judiciaire « s’avèrent parfaitement illusoires au vu du contexte du dossier ». « Dans ces conditions, et quoiqu’il fasse état d’une erreur et réclame une seconde chance, il existe un risque très important de récidive en cas de remise en liberté », insiste le ministère public. La chambre de l’instruction ne suit pas l’appel du parquet[30].

Le , il obtient une mesure de contrôle judiciaire sous bracelet électronique, avec assignation à résidence mais droit de sortir du lundi au vendredi entre h 30 et 12 h 30 et samedi, dimanche et jours fériés entre 14 heures et 18 heures dans les limites du département[31]. Il y a, en , treize autres djihadistes présumés qui sont surveillés sous bracelet électronique[32]. C'est précisément pendant sa permission de sortie qu'il commet l'attentat[33],[34]. La veille de l'attaque, une mineure radicalisée, précédemment promise à un djihadiste mort en Syrie, se promet sans l'avoir rencontré à Adel Kermiche via l'application Telegram qu'elle avait installée deux jours plus tôt. Non poursuivie car sans connaissance des intentions du terroriste, elle est placée sous contrôle judiciaire. Elle est promise par la suite à Rachid Kassim , puis à un jeune Belge radicalisé[35].

Juste avant l'attaque, Adel Kermiche écrit aux 200 membres de sa chaîne privée sur l'application de messagerie Telegram[36] : « Tu prends un couteau, tu vas dans une église, tu fais un carnage, bim. Tu tranches deux ou trois têtes et c'est bon c'est fini » et indique que c'est « un guide spirituel » qui l'a inspiré : « en prison avec mon cheikh, il m'a donné des idées »[37]. Le , veille de l'attentat, Adel Kermiche écrit sur Telegram : « Je vous préviendrai à l'avance, 34 minutes avant et quand le truc arrivera, il faudra le partager direct »[37]. Il écrit de nouveau à h 30 : « Téléchargez ce qui va venir et partagez-le en masse !!!!!! »[37].

Le 3 août, la chaîne privée Telegram d'Adel Kermiche a de nouveau émis des messages. Plusieurs documents, parmi lesquels trois photos, un message et un enregistrement audio. Des documents qui sont restés en ligne une dizaine de minutes, avant d'être supprimés, selon L'Express qui a eu accès à l'enregistrement. Sur le premier cliché, on distingue Khaled Kelkal, un terroriste islamiste algérien membre du Groupe islamique armé (GIA) et le principal responsable de la vague d'attentats commise en France à l'été 1995 ; sur le deuxième, une capture d'écran de la vidéo de revendication des assassins ; le troisième représente quant à lui Larossi Aballa, le terroriste qui a tué deux policiers à Magnanville au mois de juin. Ces trois images sont ponctuées par un message : « Qu'Allah bénisse les lions solitaires. On s'est habitué au sang, on s'est habitué à la guerre »[38].

Les habitants de son quartier et l'imam de la mosquée locale connaissaient Adel Kermiche comme un individu totalement radicalisé, qui « ne parlait que de religion ». Des voisins, qui le présentent comme « une bombe à retardement » et un « dingue », disent ne pas être surpris par son acte. Décrit comme un jeune homme au comportement sectaire, « sans aucun ami », il avait, en outre, séduit successivement trois jeunes musulmanes très pieuses en leur promettant un mariage religieux, puis avait répudié ses « épouses » une fois le mariage consommé[39]. En , selon un de ses proches, il aurait dit en sortant de la mosquée « je vais attaquer une église »[40].

Il est inhumé en toute discrétion le dans le carré musulman du cimetière du village de Puiseux-Pontoise (Val-d'Oise) où la famille possédait une concession[41].

Profil du deuxième auteur[modifier | modifier le code]

Abdel Malik Petitjean
Flag of the Islamic State of Iraq and the Levant2.svg Terroriste islamiste
Membre de l'organisation État islamique
Image illustrative de l'article Attentat de l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray
Information
Nom de naissance Abdel Malik Boukezzoula
Naissance
Saint-Dié-des-Vosges (Vosges)
Décès (à 19 ans)
Saint-Étienne-du-Rouvray
Surnom Abu Omar
Cause du décès Abattu par la BRI de la police française
Affaires Attentat de l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray
Victimes Un mort et quatre blessés
Pays Drapeau de la France France
Ville Saint-Étienne-du-Rouvray

Le deuxième terroriste se nomme Abdel Malik Petitjean[42]. Né le à Saint-Dié-des-Vosges (Vosges), il a été reconnu cinq ou six mois après sa naissance devant l'état civil par Franck Petitjean, qui a assuré l'éducation de son fils adoptif jusqu'à son divorce en 2011[43]. Abdel Malik a grandi avec ses deux sœurs dans une famille recomposée. En 2009, vivant chez sa sœur à Montluçon[44], il avait changé de nom en 2009 pour prendre celui de son père adoptif[45]. Après le divorce, Franck Petitjean s'installa à Bordeaux comme soudeur. Il n'avait plus vu son fils depuis 2013[46], mais restait en contact téléphonique avec lui « de temps en temps »[47].

Âgé de 19 ans, Abdel Malik vivait depuis avec une autre de ses sœurs, chez sa mère, Yamina Boukezzoula[48], à Aix-les-Bains dans le quartier Lafin, où il avait décroché son baccalauréat en commerce au lycée de Marlioz en 2015[49]. De à , il est agent de piste et bagagiste à l’aéroport de Chambéry Savoie[50]. Vers mi-avril, l'imam d'Aix-les-Bains informe Yamina que son fils traîne avec des « barbus ». Franck met en garde son fils qui accuse son père d'être raciste[51],[47].

La Turquie alerte alors la France qu'un certain Petitjean a tenté de rallier la Syrie depuis Istanbul le 10 juin[49] sous le nom de guerre Abu Omar[52]. L'autre Français qui l'accompagnait étant déjà fiché S, ils sont repérés et arrêtés : le premier est renvoyé en France via la Suisse alors que Petitjean revient en France le 11 juin, mais les policiers français n'en sont informés que quinze jours après[49]. Bien que possédant toujours un casier judiciaire vierge, Abdel Malik Petitjean est alors fiché S, le [53]

Au début du mois de juillet, Abdel Malik projetait de venir au mois d'août en vacances chez son père à Bordeaux. Le , les Renseignements français reçoivent de l'étranger la photographie d'un homme « prêt à participer à un attentat », mais sans nom ni empreinte[49]. Le , les téléphones des deux tueurs bornent à Saint-Étienne-du-Rouvray, « aux mêmes endroits », notamment dans la zone du domicile de Kermiche[54]. Le , au cours d'une perquisition chez un homme de 19 ans, Omar C., fiché S[55], la police trouve une vidéo dans laquelle une personne prêtant allégeance à l'EI ressemble fortement à la photographie reçue de l'étranger. S’adressant au président François Hollande et au premier ministre Manuel Valls, cette personne dit : « Vous allez souffrir comme nos frères et sœurs souffrent. Nous allons détruire votre pays. Frères, sortez avec un couteau, avec ce que vous trouvez, et attaquez-les, tuez-les en masse[49]. »

Il dit à sa mère qu'il va rejoindre un cousin à Nancy (une autre partie de sa famille réside en Seine-Maritime), puis quitte le domicile sans donner de nouvelles à sa mère jusqu'à son dernier texto le 26 au matin, juste avant l'attentat : « T'inquiète pas. Tout va bien, fais dodo. Je t'aime »[56]. Après l'attentat, son portable et celui de Kermiche sont retrouvés sur l'autel[57]. Ce cousin germain d'Abdel Malik Petitjean, Farid K., un Français de 30 ans résidant à Heillecourt (Meurthe-et-Moselle) dans l'aire urbaine de Nancy, est écroué quelques jours après les faits car il « avait parfaitement connaissance, si ce n’est du lieu et du jour précis, de l’imminence d’un projet d’action violente de son cousin ». Tous deux semblent avoir dissimulé leurs intentions sans rien en laisser paraître à leur entourage[58].

Abdel Malik est identifié par son ADN, car la photographie de sa carte d’identité retrouvée lors d’une perquisition menée le au domicile familial d’Adel Kermiche, n'a pas permis d'identifier son visage défiguré par la fusillade[59].

Interpellations[modifier | modifier le code]

Le , un nouvel homme est interpellé à Toulouse car les enquêteurs ont déterminé qu'il avait effectué un aller-retour entre Toulouse et Saint-Étienne du Rouvray et été en contact téléphonique avec les deux assassins du père Hamel quelques jours avant que celui-ci ne soit égorgé[60].

Revendication[modifier | modifier le code]

L'État islamique revendique l'attentat dès le début de l'après-midi, via Amaq, l'organe de propagande et de communication du groupe djihadiste[2],[61],[62]. Au lendemain de l’attentat, l’EI diffuse une vidéo dans laquelle les deux terroristes font allégeance à Abou Bakr al-Baghdadi[63].

Réactions[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Hommages à Jacques Hamel.

Le président de la République française François Hollande, qui avait rendez-vous à h 30, à l’heure où les assaillants pénétraient dans l’église, avec des représentants des syndicats pénitentiaires en compagnie du garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas, pour discuter entre autres du suivi des personnes placées sous surveillance électronique[64], se rend sur place quelques heures après l'attentat, en compagnie du ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve. À 13 h 40, il prononce devant la presse une allocution dans laquelle il déclare : « Nous sommes face à un groupe, Daech, qui nous a déclaré la guerre. Nous devons mener cette guerre, par tous les moyens, dans le respect du droit, ce qui fait que nous sommes une démocratie. Ce que veulent faire ces terroristes, c’est nous diviser. Aujourd’hui, après la mort de ce prêtre, j’ai pour tous les catholiques de France une pensée, je veux leur exprimer un soutien. […] Ce sont les catholiques qui ont été frappés, ce sont tous les Français qui ont été frappés. […] Les Français doivent savoir qu’ils sont menacés mais qu’ils ne sont pas le seul pays, l’Allemagne l’est aussi et d’autres, mais que leur force tient à leur cohésion »[65],[66]. À 20 heures, François Hollande s'exprime à la télévision et déclare : « Attaquer une église, tuer un prêtre, c'est profaner la République, c'est semer l'effroi. Car les terroristes veulent nous séparer, nous opposer, nous diviser. Notre pays fait la guerre. Une guerre à l'extérieur en Syrie et en Irak. Une guerre à l'intérieur en traquant les djihadistes, les extrémistes, les terroristes. Je vous dois cette vérité : cette guerre sera longue. C'est notre unité qui fera notre force. Nous devons faire bloc pour gagner cette guerre. […] Mais je vous l'assure, cette guerre nous la gagnerons »[67].

Le gouvernement des États-Unis condamne l'attentat en rappelant que « la France et les États-Unis ont un engagement commun pour protéger la liberté religieuse pour tous les cultes, et la violence d'aujourd'hui n'ébranlera pas cet engagement »[68].

Le Vatican annonce en début d'après-midi que le pape François « participe à la douleur et à l’horreur pour cette violence absurde »[69]. La conférence des évêques de France appelle à une « journée de jeûne et de prière » le « pour notre pays et pour la paix dans le monde »[70].

Les derniers mots du prêtre (« Va-t'en Satan ») sont cités par le pape François lors d'une messe à sa mémoire en septembre 2016 comme ceux par lesquels, même à ce moment, il « n’a pas perdu la lucidité d’accuser et de dire clairement le nom de l’assassin », car « tuer au nom de Dieu est satanique »[71],[72].

Réseaux sociaux[modifier | modifier le code]

Très rapidement, le jour même de la prise d’otage, le terme « martyr » s’est imposé sur les réseaux sociaux à propos de la mort de Jacques Hamel. Il apparaît en premier lieu sur une image diffusée par le site Aleteia sur Facebook. Mais c’est, selon Nicolas Vanderbiest, assistant à l’université catholique de Louvain, le message sur un compte catholique, « Madame Michu », qui enclenche une large propagation sur les réseaux sociaux[73].

Suivent des personnalités politiques et des autorités religieuses catholiques[74], mais également la « fachosphère » qui utilise l’expression accolée à des termes guerriers[75],[73].

Le jour de l’attaque, le mot « martyr » sera utilisé plus de 8 000 fois concernant Jacques Hamel sur Twitter, principalement en début d’après-midi[73].

Réactions médiatiques[modifier | modifier le code]

Le lendemain de l'attentat, le visage du prêtre Jacques Hamel apparaît sur les unes de la presse du monde entier[76],[77].

Cet attentat conduit certains médias à modifier leurs pratiques journalistiques. Ainsi, le Monde et BFM TV choisissent de ne plus diffuser de photos des terroristes pour ne pas les glorifier ; la Croix décide de ne donner que le prénom et l'initiale du nom et Europe 1 de ne plus les nommer à l'antenne[78]. Geoffroy Didier, candidat à la élection primaire présidentielle de droite, propose que de telles mesures d’anonymisation s’appliquent à l’ensemble du paysage audiovisuel français et à la Justice[79],[n. 1]. Une pétition en ligne est « Pour l'anonymat des terroristes dans les médias »[80].

Ces décisions font l'objet de nombreuses critiques telles que celles de Michel Field, directeur exécutif chargé de l'information à France Télévisions, qui affirme que « rien ne serait pire que mettre le doigt dans une auto-censure »[81], ou de Libération[82]. Alexis Brézet, directeur des rédactions du Figaro et du Figaro magazine, prend également position contre l'anonymisation[83]. Le Front national dénonce une « censure » tandis que des spécialistes du djihadisme comme David Thomson ou Wassim Nasr font part de leur crainte que ce type de prise de position favorise le développement de théories du complot sans toucher le soi-disant processus de « glorification » assuré par les médias et les réseaux sociaux des terroristes[84]. L'impact limité de choix éditorial est également souligné du fait de la facilité à trouver les informations dans des médias étrangers tels de Morgen[85] ou Het Laatste Nieuws[86] en Belgique ou Sky News au Royaume-Uni[87].

Réactions locales religieuses[modifier | modifier le code]

Dominique Lebrun, archevêque de Rouen, déclare que « l'Église catholique ne peut prendre d'autres armes que la prière et la fraternité entre les hommes. Je laisse ici des centaines de jeunes qui sont l'avenir de l'humanité, la vraie. Je leur demande de ne pas baisser les bras devant les violences et de devenir des apôtres de la civilisation de l'amour »[88], et décide de rentrer de Pologne où il était présent pour les Journées mondiales de la jeunesse[89].

L'imam de Saint-Étienne-du-Rouvray, Mohammed Karabila, fait part de son émotion et de sa stupeur après l'assassinat du père Hamel, avec qui il participait à un comité interconfessionnel et qu'il considérait comme un ami. Les relations entre les cultes sont en effet très bonnes dans la commune et la mosquée de Saint-Étienne-du-Rouvray a été bâtie sur une parcelle de terrain offerte par la paroisse catholique de la ville[90].

L'imam Mohammed Karabila a, par ailleurs, déclaré qu'il refusait une éventuelle inhumation d'Adel Kermiche dans un des deux carrés musulmans des cimetières de la ville : « On ne va pas salir l'islam avec cette personne. Nous ne participerons ni à la toilette mortuaire, ni à l'inhumation »[91].

Agression[modifier | modifier le code]

Au lendemain du meurtre du Père Jacques Hamel, un automobiliste, a insulté et frappé un septuagénaire sénégalais de confession musulmane à Barentin, ville située à quinze kilomètres au nord de Rouen. L'agresseur, avant de frapper sa victime, lui aurait dit : «Sale Noir, si je descends d'ici, c'est pour te taper. Je vais t'égorger pour vous faire comme vous nous faites à nous, c'est pas parce que t'es en robe et avec un chapeau que tu vas faire la loi ici». L'individu a été présenté le vendredi 5 août 2016 à la justice française et son procès aura lieu le [92],[93]. Le parquet, qui requiert 5 mois de prison avec sursis, ne retient finalement pas la connotation religieuse [94].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Monseigneur Vingt-Trois plaide pour sa part contre une certaine médiatisation des auteurs d’attaques terroristes : « je pense qu’il faut que nous interrogions si, par exemple, la médiatisation, excessive, qui est faite autour de ça n’est pas un facteur aggravant parce que c’est Enfin on peut parler de moi, je suis quelqu’un »

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Prêtre tué à Saint-Étienne-du-Rouvray : ce que l’on sait », le Monde,‎ (lire en ligne).
  2. a, b et c Saint-Étienne-du-Rouvray : les deux assaillants fichés S, Le Point, 26 juillet 2016.
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r et s Jan De Volder, Martyr. Vie et mort du père Jacques Hamel, Paris, Éditions du Cerf, , 128 p. (ISBN 978-2-2041-1725-8)
  4. a, b, c et d « Les témoins racontent la dernière messe du père Hamel, tué au pied de l'autel », charentelibre.fr, (consulté le 3 octobre 2016)
  5. « "Va-t'en Satan". Les derniers mots du Père Hamel, prêtre tué près de Rouen, à son assaillant », Normandie-Actu, 3 août 2016.
  6. « Procureur de Paris. Ce qu'il faut retenir de sa conférence de presse », le Télégramme, (consulté le 28 juillet 2016).
  7. Caroline Piquet, « Le point sur la prise d'otages meurtrière dans une église près de Rouen », le Figaro, .
  8. « Prise d’otages dans une église à Saint-Étienne-du-Rouvray : les deux preneurs d’otage abattus, le curé assassiné, un paroissien entre la vie et la mort », Paris Normandie, (consulté le 26 juillet 2016).
  9. Étienne Banzet, « Attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray : le père Hamel, « un homme gentil » », le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  10. Ce que l'on sait de Jacques Hamel, le prêtre égorgé à Saint-Étienne-du-Rouvray, Direct matin, 26 juillet 2016.
  11. « Prise d'otages dans une église près de Rouen : le prêtre tué, deux assaillants abattus », France Info, (consulté le 26 juillet 2016).
  12. « Enquête antiterroriste après l'attaque d'une église en Normandie », Reuters, (consulté le 26 juillet 2016).
  13. a et b Agnès Leclair, « En 2015, Sid Ahmed Ghlam, fiché S, visait le Sacré-Cœur », www.lefigaro.fr, (consulté le 3 août 2016)
  14. « Attaque djihadiste à Saint-Étienne-du-Rouvray : ce que l'on sait », www.lefigaro.fr, 27 juillet 2016= (consulté le 3 août 2016)
  15. a, b et c Elise Vincent et Romain Geoffroy, « À Saint-Étienne-du-Rouvray, la sérénité entre chrétiens et musulmans mise à mal », sur www.lemonde.fr, (consulté le 27 juillet 2016).
  16. a et b « Un « foyer de dérive radicale » en Normandie », sur www.leparisien.fr, (consulté le 27 juillet 2016).
  17. « Que faire face à la radicalisation islamiste en Normandie ? », sur www.paris-normandie.fr (consulté le 27 juillet 2016).
  18. Mohammed Karabila, « Je suis imam à Saint-Étienne-du-Rouvray : j'avais déjà entendu le nom d'Adel Kermiche », leplus.nouvelobs.com, (consulté le 28 juillet 2016).
  19. « Adel Kermiche, « une bombe à retardement », selon un habitant du quartier », sur www.leparisien.fr, (consulté le 27 juillet 2016).
  20. « Saint-Étienne-du-Rouvray : "Mosquée salafiste sur le territoire de la commune" », sur www.francetvinfo.fr, (consulté le 27 juillet 2016).
  21. « Que faire face à la radicalisation islamiste en Normandie ? », sur www.paris-normandie.fr (consulté en 278 juillet 2016).
  22. a et b « Saint-Étienne-du-Rouvray : "Vous croyez qu'on paye un imam pour prêcher la haine ?" », l'Express, (consulté le 27 juillet 2016).
  23. http://www.lexpress.fr/actualite/societe/attentat-de-saint-etienne-du-rouvray-les-derniers-messages-des-tueurs-du-pere-hamel_1930204.html
  24. Drague et terreur : la vie sans entraves d'Adel Kermiche sur les réseaux sociaux, L'Obs, 28 juillet 2016
  25. a, b et c Sophie Roselli, « L’un des terroristes avait été arrêté à Genève et emprisonné un an en France », la Tribune de Genève, (consulté le 28 juillet 2016).
  26. Laurent Geslin, « Adel Kermiche, itinéraire d’un nom connu à Saint-Étienne-du-Rouvray », https://www.mediapart.fr, (consulté le 28 juillet 2016).
  27. « Trévidic : "Avec Kermiche, j'ai vite compris que la discussion était impossible" », sur http://www.lexpress.fr, 27 juillet 2016.
  28. « Le jour où Adel Kermiche a berné la justice française », www.valeursactuelles.com, (consulté le 28 juillet 2016).
  29. « Attentat dans une église près de Rouen : Comment Adel Kermiche, sous contrôle judiciaire, a-t-il pu commettre un tel crime ? », 20 minutes, .
  30. « saint etienne du rouvray, pourquoi l'un des auteurs de l'attentat a été remis en liberté en mars », sur mobile.lemonde.fr, .
  31. Agence France Presse, « Comment Adel Kermiche, "fiché S" sous bracelet électronique, a-t-il pu commettre cet attentat ? », www.huffingtonpost.fr, (consulté le 28 juillet 2016).
  32. Treize jihadistes présumés sont actuellement surveillés sous bracelet électronique, France Télévisions, 27 juillet 2016.
  33. Saint-Étienne-du-Rouvray : le terroriste A.K., en liberté conditionnelle, a agi pendant sa permission de sortie. Marianne, 26 juillet 2016.
  34. Le Point, « EN DIRECT. Saint-Étienne-du-Rouvray : Adel K avait été libéré en mars dernier », (consulté le 26 juillet 2016).
  35. Jean-Michel Décugis, « La « promise » maudite des djihadistes », leparisien.fr, (consulté le 31 juillet 2016).
  36. Benjamin Quénelle, « Telegram, la messagerie préférée des djihadistes », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne)
  37. a, b et c Victor Garcia avec Jérémie Pham-Lê, « "Tu vas dans une église, tu fais un carnage" : l'enregistrement glaçant de Kermiche », sur www.lexpress.fr, (consulté le 28 juillet 2016).
  38. « Saint-Étienne-du-Rouvray : la messagerie d'Adel Kermiche réactivée », le Point,
  39. Saint-Étienne-du-Rouvray : Adel Kermiche, « une bombe à retardement », Le Parisien, 26 juillet 2016.
  40. « Saint-Étienne-du-Rouvray : « Je ne suis pas étonné (…) il m'a dit 'je vais attaquer une église' », raconte un proche d'un assaillant », RTL.
  41. « Prêtre tué. Le djihadiste Adel Kermiche inhumé dans le Val d'Oise », ouest-france.fr, (consulté le 21 août 2016)
  42. « Le second terroriste identifié comme Abdelmalik Petitjean », sur www.7sur7.be, .
  43. « Bordeaux : "J'ai peur pour ma fille", témoigne le père d'un des tueurs du prêtre égorgé », sur www.sudouest.fr, .
  44. « Le deuxième jeune suspecté pour l'attentat contre une église était recherché depuis 5 jours : sa mère continue de le défendre », sur www.rtl.be, .
  45. « Saint-Étienne-du-Rouvray : le second terroriste est bien Abdel-Malik Nabil Petitjean », tempsreel.nouvelobs.com, (consulté le 5 août 2016)
  46. « Bordeaux : le père d'Abdel Malik Petitjean tire la sonnette d'alarme », sur https://www.francebleu.fr, .
  47. a et b Jean-Michel Desplos, « Franck Petitjean : « Mon fils s’est trompé d’islam » », www.estrepublicain.fr, (consulté le 5 août 2016)
  48. Metro news, « "Il est gentil, je n'ai pas fait un diable", assure la mère d'Abdel-Malik Petitjean » (consulté le 29 juillet 2016).
  49. a, b, c, d et e Juliette Demey, « Attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray : le point sur l'enquête », www.lejdd.fr, (consulté le 5 août 2016)
  50. Joël Ricci, « Saint-Étienne-du-Rouvray : un terroriste avait travaillé à l’aéroport de Chambéry », sur www.air-journal.fr, .
  51. « Prêtre égorgé : le père de Petitjean s'est présenté à la police », sur www.lepoint.fr, .
  52. « Saint-Étienne-du-Rouvray : Adel Kermiche et Abdel-Malik Petitjean ont prêté allégeance à Daech », tempsreel.nouvelobs.com, (consulté le 5 août 2016).
  53. La Voix du Nord, « Attaque d’une église : le deuxième tueur était fiché S depuis le  » (consulté le 28 juillet 2016).
  54. www.rtl.be, « Nouvelle vidéo d'Abdel Malik Petitjean, 3 personnes en garde à vue : où en est l'enquête sur l'attaque de l'église en France ? », sur www.rtl.be (consulté le 29 juillet 2016).
  55. « Prêtre assassiné : un homme en possession d'une vidéo de Petitjean écroué », sur www.leparisien.fr, .
  56. BFMTV, « Abdel Malik Petitjean : à Aix-les-Bains, une radicalisation qui étonne », sur www.bfmtv.com (consulté le 29 juillet 2016).
  57. « EN DIRECT. Prêtre assassiné : trois suspects toujours en garde à vue », sur www.leparisien.fr, .
  58. Pascal Salciarini, « Lorraine : Farid, le cousin nancéien de Malik Petitjean qui savait », www.vosgesmatin.fr, (consulté le 2 août 2016)
  59. Le Dauphiné Libéré, « Prêtre égorgé : qui était Abdel Malik Petitjean ? », sur www.ledauphine.com, (consulté le 28 juillet 2016).
  60. Saint-Étienne-du-Rouvray : un homme placé en garde à vue
  61. [vidéo] Le groupe État islamique revendique l'attaque de l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray, France 24, 26 juillet 2016.
  62. [vidéo] "La France est en guerre contre le groupe État islamique, mais la menace est devenue interne", France 24, 26 juillet 2016.
  63. « Attentat à Saint-Étienne-du-Rouvray : Une vidéo montre les suspects prêter allégeance à Daesh », 20 minutes, .
  64. Robin Verner, « Comment peut-on être sous bracelet électronique et commettre un attentat ? », sur Slate, (consulté le 27 juillet 2016).
  65. Prise d’otages à Saint-Étienne-du-Rouvray : ce que l’on sait. Le Monde, 26 juillet 2016.
  66. Saint-Étienne-du-Rouvray, en direct : les auteurs de la prise d’otages se sont réclamés de l’EI, selon Hollande. Le Monde, 26 juillet 2016.
  67. François Hollande : « Tuer un prêtre, c'est profaner la République ». Le Figaro, 26 juillet 2016.
  68. « Prêtre égorgé : la Maison Blanche offre son aide », sur www.laprovence.com, (consulté le 26 juillet 2016).
  69. « Prêtre tué à Saint-Étienne-du-Rouvray  : les réactions religieuses », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne).
  70. Pierre Wolf-Mandroux, « L’Église de France appelle à « une journée de jeûne et de prière » », La Croix,‎ (lire en ligne).
  71. « L'homélie du Pape François sur le martyre du père Jacques Hamel », sur Radio Vatican, .
  72. C. A. et AFP, « Le pape François qualifie le meurtre du père Jacques Hamel de «satanique» », 20 minutes,‎ (lire en ligne).
  73. a, b et c Rue89, « Attentat dans une église : le mot martyr partout sur les réseaux », Le Nouvel Observateur,‎ (lire en ligne)
  74. Jean-Baptiste Duval, « Le Père Jacques Hamel a vécu le martyre à Saint-Étienne-du-Rouvray, mais cela n'en fait pas officiellement un martyr », Le HuffPost,‎ (lire en ligne)
  75. Marion Lefèvre, « St-Etienne-du-Rouvray : le père Jacques Hamel, un « martyr » ? », Radio Londres,‎ (lire en ligne)
  76. « “L’Eglise ciblée par Daesh” : les unes de la presse internationale », Courrier International, (consulté le 27 juillet 2016).
  77. Saint-Étienne-du-Rouvray : le visage du père Jacques Hamel à la « une » de la presse du monde entier. Le Monde, 27 juillet 2016.
  78. Roland Gauron, « Des voix s'élèvent pour réclamer l'anonymisation des terroristes », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  79. Alexandre Piquart, « Des médias ne diffuseront plus les photos d’auteurs d’attentats, d’autres tairont aussi leurs noms », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  80. « Pour l'anonymat des terroristes dans les médias », sur https://www.change.org (consulté le 28 juillet 2016).
  81. « Anonymat des terroristes : la position de France Télévisions », sur www.francetvinfo.fr, (consulté le 28 juillet 2016).
  82. « Débat en France : faut-il identifier les auteurs d'attentats et publier leur photo ? », sur www.rtbf.be, (consulté le 28 juillet 2016).
  83. www.lefigaro.fr, « Alexis Brézet : « Il est important de nommer et d'identifier ceux qui nous combattent » », (consulté le 28 juillet 2016).
  84. « Anonymat des terroristes : débat agité dans les rédactions, le FN crie à la censure », sur www.atlantico.fr (consulté le 28 juillet 2016).
  85. (nl) Bewerkt door: Redactie, « "Tweede dader Franse kerkgijzeling geïdentificeerd" », sur www.demorgen.be (consulté le 28 juillet 2016).
  86. (nl) GVV/redactie, « Hand in hand zweren Adel Kermiche en Abdel-Malik Petitjean trouw aan IS », sur www.hln.be, (consulté le 28 juillet 2016).
  87. (en) « Priest Killers 'Pledge IS Allegiance In Video' », sur news.sky.com (consulté le 28 juillet 2016).
  88. « Jacques Hamel : le prêtre de Saint-Étienne-du-Rouvray, égorgé dans son église, avait 86 ans », l'Internaute, (consulté le 26 juillet 2016).
  89. « Un mort après une prise d’otages dans une église près de Rouen », le Monde, (consulté le 26 juillet 2016).
  90. « À la mosquée de Saint-Étienne-du-Rouvray, l'imam pleure son "ami" », sur www.lexpress.fr, (consulté le 26 juillet 2016).
  91. « À Saint-Étienne-du-Rouvray, la communauté musulmane refuse l’inhumation d’un des terroristes », sur www.lemonde.fr, (consulté le 30 juillet 2016).
  92. Agression anti-musulmane après Saint-Étienne-du-Rouvray: les regrets de l'accusé, Le Figaro, 5 août 2016
  93. Septuagénaire musulman agressé près de Rouen : "Notre père aurait pu mourir", Le Nouvel Observateur, 1er août 2016
  94. Agression d'un musulman en Seine-Maritime. Cinq mois de prison avec sursis requis, Normandie-Actu, 5 octobre 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]