Attentat de Saint-Quentin-Fallavier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Attentat de Saint-Quentin-Fallavier
Image illustrative de l'article Attentat de Saint-Quentin-Fallavier
La zone industrielle est à droite de l'image montrant l'implantation de la commune.

Localisation Saint-Quentin-Fallavier , France
Cible Air Products
Coordonnées 45° 38′ 34″ nord, 5° 07′ 30″ est
Date
Vers h 30 (UTC+1)
Type Attaque à la voiture-bélier, décapitation
Armes Automobile, couteau
Morts 1
Blessés 2
Auteurs Yassin Salhi
Participants 1
Organisations Drapeau de l'État islamique État islamique
Mouvance Terrorisme islamiste

Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes

(Voir situation sur carte : Auvergne-Rhône-Alpes)
Attentat de Saint-Quentin-Fallavier

Géolocalisation sur la carte : Isère

(Voir situation sur carte : Isère)
Attentat de Saint-Quentin-Fallavier

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Attentat de Saint-Quentin-Fallavier

L’attentat de Saint-Quentin-Fallavier est une attaque terroriste islamiste perpétrée par Yassin Salhi le dans une usine de production de gaz industriels. Les locaux appartenant à la société Air Products sont situés dans une zone industrielle de la commune de Saint-Quentin-Fallavier dans l'Isère en région Rhône-Alpes. Le bilan est d'un mort, Hervé Cornara, assassiné avant l’attaque proprement dite, et de deux employés blessés lors de l'explosion ; Yassin Salhi est arrêté sur place. Il se suicide en prison le soir du 22 décembre 2015, à 21h15[1].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le , un attentat a lieu sur un site de la société américaine Air Products dirigée depuis juillet 2014 par Seifi Ghasemi[2]. Le site est une usine de production de gaz industriels et médicaux classée Seveso « seuil bas » située dans une zone industrielle de Saint-Quentin-Fallavier dans l'Isère en région Rhône-Alpes[3]. Sur les 82 personnes employées sur le site, 40 étaient présentes au travail ce matin-là[4].

Selon un point de presse du procureur de la République de Paris François Molins, Yassin Salhi, chauffeur-livreur depuis mars 2015 dans une entreprise de transport, prémédite l'attentat : la veille, il achète deux drapeaux portant la chahada, la profession de foi islamique, et repeint une arme factice imitant un fusil à pompe et appartenant à son fils. Le jour de l'attentat, muni de ces objets et d'un couteau avec une lame de 20 cm, il se rend sur son lieu de travail avec son utilitaire qui contient des bouteilles de gaz. Vers huit heures, prétextant un motif fallacieux, il fait monter son employeur dans sa camionnette et l'assomme d'un coup de cric, puis l'étrangle d'une seule main, selon ses dires. Il repart et, 500 mètres avant d'arriver à l'usine d'Air Products, il s'arrête, toujours selon ses dires, va à l'arrière de la camionnette et décapite son employeur[5]. Selon Yassin Salhi, son acte est motivé par des raisons personnelles : deux jours plus tôt, il a un différend d'ordre professionnel avec son patron qui le réprimande pour avoir fait tomber une palette de matériel informatique. François Molins privilégie la thèse du contentieux personnel sublimé en attentat[6].

Yassin Salhi, au volant de la camionnette Peugeot Boxer siglée de sa société de transport, pénètre dans l'usine à h 28. Effectuant régulièrement des livraisons, le véhicule utilitaire n'attire pas l'attention et Salhi est connu des employés. À h 33, il prend deux clichés, l'un « du corps de la victime enveloppé dans un drapeau, la tête posée sur le tronc », l'autre, un selfie macabre envoyé via l'application WhatsApp à Sébastien Yunes-V, djihadiste français originaire de Lure (Haute-Saône), ayant vécu à Planoise, parti en novembre 2014 en Syrie[7]. À h 35, il projette la camionnette sur un hangar contenant des bonbonnes de gaz et d’acétone, provoquant une explosion. Les pompiers arrivés sur le site repèrent le suspect dans un second hangar en train d'ouvrir des bouteilles d’acétone, qui les accueille au cri de « Allahou Akbar »[8]. Un pompier du service départemental d'incendie et de secours de l'Isère (SDIS38) « avec beaucoup de courage et de sang-froid, a procédé à la mise hors d'état de nuire » du suspect[9] avant qu'il ne soit remis aux gendarmes. Les enquêteurs découvrent le corps décapité à l’aplomb du véhicule puis la tête de la victime accrochée au grillage de l'enceinte du site, entourée de banderoles sur lesquelles est inscrite en arabe la chahada[10]. Yassin Salhi pourrait avoir eu un complice[11].

La victime, Hervé Cornara était gérant de plusieurs entreprises en Martinique[12], il est revenu en Isère pour fonder ATC avec son épouse[13],[14],[15], société de livraison, à laquelle appartient la camionnette qui a servi à l’attaque et où travaillait le suspect[16]. C'est la première décapitation effectuée à l'intérieur des frontières actuelles de la France dans le cadre d'un acte terroriste, pratique souvent utilisée par l'État islamique en Irak et en Syrie[17].

Enquête[modifier | modifier le code]

Le parquet antiterroriste a immédiatement été saisi de l’enquête. Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, révèle le nom du suspect : Yassin Salhi.

Le suspect, Yassin Salhi, est né en mars 1980 d'un père algérien et d'une mère marocaine, résidant à Saint-Priest et originaire de Pontarlier[18]. Il est marié depuis une dizaine d'années[19] et père de famille de trois enfants[20]. Son épouse, qui a clamé son incompréhension après les attaques « Nous sommes des musulmans normaux, j'ai le cœur qui va s'arrêter », a été interpellée[21] puis relâchée[22]. Yassin Salhi n'a pas de casier judiciaire mais a fait l’objet d’une fiche S (pour « Sûreté de l’État ») entre 2006 et 2008, cette procédure permettant de suivre les « personnes suspectées de radicalisation »[23]. Le ministre a précisé que Salhi « était en lien avec la mouvance salafiste »[24]. Yassin Sahli a fait l'objet de deux notes d'information des services d'informations générales du département du Doubs ; la première au sujet de son projet de création d'un Institut musulman, la deuxième au sujet de sa radicalisation[25].

Yassin Salhi aurait été en « relations avec un individu qui apparaît de façon périphérique dans l’entourage du groupe Forsane Alizza »[26].

Yassin Salhi est assisté par Maître Régis Lepetit, avocat au barreau de Lyon commis d'office[27], au cours des 72 premières heures de sa garde à vue, puis par Maître Michel Kohn, avocat au barreau des Hauts-de-Seine, après son transfert en Île-de-France[28].

L’expert psychiatrique, Daniel Zagury, évoque dans son rapport « un mouvement de vengeance personnelle »[29], même si « le crime de Salhi, s'inspire de la "martyrologie radicale islamiste" », des examens psychiatriques supplémentaires restant nécessaires[30].

Yassin Salhi se suicide en prison le 22 décembre 2015 en se pendant aux barreaux de sa cellule[31].

Réactions[modifier | modifier le code]

À la suite de l'attentat, le président de la République, François Hollande, pour qui « la nature terroriste de l’acte ne fait aucun doute », convoque un conseil restreint de sécurité qui a lieu le à 15 h 30 à l’Élysée[32]. Le président a quitté précipitamment une réunion du Conseil européen de Bruxelles concernant la crise de la dette publique grecque, tandis que le Premier ministre Manuel Valls a interrompu son déplacement en Colombie[33].

Le plan Vigipirate a été fixé au niveau alerte attentat en région Rhône-Alpes et ce pour une durée de trois jours[34]. Le président directeur général d'Air Products déclare par voie de presse ses condoléances à la famille de la victime et son soutien aux ouvriers qui travaillent sur le site en France. Il exprime sa gratitude sur la réponse apportée des autorités françaises et la coopération de la société sur l’enquête[35].

L'évêque de Grenoble, Mgr Guy de Kérimel exprime « toute [sa] souffrance à la suite de l’odieux attentat », puis ajoute : « Notre pensée comme notre prière vont aux familles des victimes et à leurs proches, mais aussi à notre pays une nouvelle fois agressé. [...] Aucune idéologie, aucune religion ne peuvent légitimer ces actes barbares : ils vont à l’encontre de l’homme et de sa dignité. [...] Plus Dieu est adoré, moins il y a de place dans les cœurs pour les haines, les divisions »[36]. Le pape François envoie quant à lui ses condoléances à Mgr de Kérimel et « s’associe par la prière à la peine des proches des victimes, particulièrement de ceux qui ont perdu un être cher et confie à la miséricorde de Dieu la personne qui a perdu la vie »[37].

L'attentat est également condamné par le recteur de la grande mosquée de Lyon qui parle d'un « attentat diabolique perpétré en plein mois de ramadan » et ajoute ː « Nous ne pouvons tolérer ce que ces messagers de la haine font au nom de l'islam »[17].

Le 18 mars 2016, la victime, Hervé Cornara, est nommée à titre posthume chevalier dans l'ordre de la Légion d'honneur[38]. Le 14 novembre 2016, son épouse, Madame Cornara, est nommée à titre exceptionnel chevalier dans l'ordre national du Mérite[39].

Attentats simultanés[modifier | modifier le code]

Le jour du , deuxième vendredi du Ramadan, plusieurs attentats sont commis dans le monde par les djihadistes. Trois jours auparavant, l'État islamique avait appelé ses partisans à commettre des attaques lors du ramadan. Selon le chercheur Romain Caillet : « Le ramadan est considéré par les djihadistes comme le mois du djihad ». La nature isolée des actes est cependant avancée[40].

Le 26, des attentats sont commis à Sousse en Tunisie et dans une mosquée chiite au Koweït. En Syrie, l'État islamique mène un raid au cœur de Kobané et massacre au moins 164 civils kurdes. De leur côté, les djihadistes d'Al-Shabbaab, liés à al-Qaïda, prennent d'assaut un camp de l'AMISOM, tuant des dizaines de soldats burundais[41],[42].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Yassin Salhi se suicide », sur BFMTV, .
  2. « Seifi Ghasemi », sur Air Products.
  3. Denis Cosnard, « L’usine d’Air Products en Isère classée Seveso « seuil bas » », sur Le Monde, .
  4. « Bernard Cazeneuve : la France fait face à un risque terroriste "extrêmement élevé" », sur Le Figaro, .
  5. « Attentat en Isère: "un acte terroriste motivé par des raisons personnelles" », sur francesoir.fr, .
  6. « Attaque dans l’Isère : les motivations troubles de Yassin Salhi », sur lemonde.fr/, .
  7. « Le destinataire du selfie de Yassin Salhi un autre franc-comtois », sur L'Est républicain, .
  8. « Ce que l'on sait de l'attentat en Isère », sur Les Échos.
  9. « Attentat en Isère: un pompier du SDIS38 a permis l'arrestation de l'auteur présumé », sur Huffington Post, .
  10. « Attentat en Isère : un corps décapité, trois personnes en garde à vue », sur Le Monde, .
  11. « Attentat en Isère: le principal suspect, Yassin Salhi, père de trois enfants », sur L'Express.
  12. « Hervé Cornara », sur dirigeant.societe.com.
  13. « Laurence Cornara », sur dirigeant.societe.com.
  14. L.DE B., « Hervé Cornara, victime de l’attentat en Isère, était un homme engagé », sur La Croix, .
  15. « Attentat en Isère : à Chassieu, les employés du patron décapité sont sous le choc », sur RTL.
  16. « Attentat en Isère : la victime décapitée était l'employeur du suspect », sur Europe 1.
  17. a et b « Isère : décapitation d'une victime de terrorisme, une première en France », sur Metronews, .
  18. rédaction de FranceSoir, « Yassin Salhi: le salafiste discret », sur France-Soir, .
  19. Alexandre Boudet, « Yassin Salhi : qui est le "criminel" dont Bernard Cazeneuve a annoncé l'arrestation dans l'Isère », sur huffingtonpost, .
  20. « Qui est Yassin Salhi, principal suspect de l'attentat en Isère? », sur lejdd.fr, .
  21. « La compagne du suspect des attentats près de Lyon ne comprend pas: "Nous sommes des musulmans normaux, j'ai le cœur qui va s'arrêter" », sur Sud Info.be.
  22. « Yassine Salhi avoue le meurtre de son patron », sur La Dépêche.
  23. « Qui est Yassin Salhi, le principal suspect de l’attentat en Isère ? », sur Le Monde, .
  24. « Attentat en Isère : le principal suspect lié à “la mouvance salafiste” », sur Le Figaro, .
  25. « Attentat en Isère: le principal suspect, Yassin Salhi, père de trois enfants », sur L'Express.
  26. « Yassin Salhi, la surveillance en pointillés d’un salafiste trop discret », sur Le Monde, .
  27. « Attentat en Isère. Terrorisme, vengeance, selfie : le cas Yassin Salhi », sur Ouest-France.
  28. « Attentat en Isère : Yassin Salhi mis en examen et écroué », sur Europe 1.
  29. Il décapite son patron : le tueur de l’Isère Yassin Salhi aurait agi par vengeance, afrik.com, 16 septembre 2015
  30. « Décapitation en Isère : Yassin Salhi aurait agi "dans un mouvement de vengeance personnelle" », sur Le Figaro,
  31. http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20151223.OBS1840/yassin-salhi-qui-avait-decapite-son-patron-en-isere-se-suicide-ce-que-l-on-sait.html
  32. « Attentat islamiste à Saint-Quentin-Fallavier : un homme interpellé, un autre activement recherché », sur Le Dauphine (consulté le 26 juin 2015).
  33. « Attentat en Isère: un mort décapité, plusieurs blessés, au moins deux personnes arrêtées », sur L'Aisne (consulté le 26 juin 2015).
  34. « François Hollande fait passer Rhône-Alpes en «alerte attentat» », sur Libération.
  35. (en) « News Release Air Products’ CEO Addresses Attack on Facility in France », sur Air Products.
  36. http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/L-eveque-de-Grenoble-s-exprime-apres-l-attentat-de-Saint-Quentin-Fallavier-2015-06-26-1328401
  37. http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Attentat-en-Isere-le-pape-denonce-la-violence-qui-genere-tant-de-souffrances-2015-06-28-1328834
  38. Décret du 18 mars 2016 portant nomination dans l'ordre national de la Légion d'honneur
  39. « legiondhonneur »
  40. « Ce qui fait le lit du djihadisme, c’est le déni de démocratie », sur Mediapart, .
  41. Catherine Gouëset, « Attentats en Isère, Tunisie, Koweït et Somalie: une coïncidence? », sur L'Express, .
  42. « Saint-Quentin Fallavier, Sousse, Kobané, Koweit, Somalie : vague d’attaques djihadistes », sur Le Monde avec AFP, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]