Algérie Presse Service

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Algérie Presse Service
logo de Algérie Presse Service

Création
Forme juridique EPIC
Siège social Avenue des frères Bouadou
Bir Mourad Rais Alger
Drapeau de l'Algérie Algérie
Direction Samir Gaid (DG)
Actionnaires État algérien
Activité Agence de presse
Produits ActualitéVoir et modifier les données sur Wikidata
Société mère Ministère de la CommunicationVoir et modifier les données sur Wikidata
Site web aps.dz

Algérie Presse Service, abrégé APS (en arabe : وكالة الأنباء الجزائرية, en tamazight : Tanegga n Yisalan n Dzayer) est l'agence de presse publique algérienne. Elle a été fondée le , dans le sillage de la guerre de libération nationale, pour en être le porte-drapeau sur la scène médiatique mondiale. Elle publie des dépêches en langue arabe, tamazight et française.

Histoire[modifier | modifier le code]

Guerre d'indépendance[modifier | modifier le code]

Algérie Presse Service est fondée à Tunis le [1]. Ses premières informations sont réunies dans un bulletin quotidien barré aux couleurs de l'emblème national et reprises par les médias étrangers[2]. Support de la Révolution de novembre 1954, l'APS s'installe juste avant l'indépendance nationale, après le cessez-le-feu, à la Casbah d'Alger, ville d'histoire et haut lieu de la résistance. Elle prépare activement l'après-guerre, le combat de l'édification du pays, la consolidation de la souveraineté nationale, sans oublier son devoir de solidarité avec les luttes pour la libération du Tiers-monde.

Développement[modifier | modifier le code]

À l'indépendance, l'APS est logée provisoirement dans un duplex au niveau de l'actuel boulevard Krim Belkacem (Aéro-Habitat). Elle développe sa rédaction, entame l'installation de son réseau sur le territoire national, procède aux premières acquisitions d'équipements techniques et se dote d'un statut lui conférant la mission de service public. Elle entame également la formation de journalistes, techniciens et opérateurs.

Le , l'Agence déménage au boulevard Che Guevara et elle lance la diffusion télégraphique de ses informations et se connecte aux principales agences internationales. Elle étend également son réseau de bureaux régionaux et commence à s'investir dans les représentations à l'étranger. Son service photo, alors en pleine expansion, lui permet de diffuser des images de l'Algérie en construction par « bélino ».

Établissement public[modifier | modifier le code]

Le , l'APS devient un établissement public à caractère économique et à vocation socio-culturelle puis transformée en EPIC avec des prérogatives de service public le .

En , l'agence s'installe à son nouveau siège à Kouba et s'investit entièrement dans la bataille des nouvelles technologies. Ainsi, le , elle lance son premier système rédactionnel informatisé, et le , commence à diffuser automatiquement ses informations.

Organisation[modifier | modifier le code]

L'APS comporte quatre directions régionales en Algérie basées à Blida, Ouargla, Constantine et Oran et a des antennes dans douze capitales à Paris, Bruxelles, Londres, Rome, Madrid, Moscou, Amman, Le Caire, Dakar, Tunis, Rabat et Washington[3].

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

APS Online[modifier | modifier le code]

Le , l'APS inaugure son site internet après avoir hébergé ses pages, durant plus d'une année, au CERIST (Centre de recherche sur l'information scientifique et technique de Ben Aknoun). Le , l'APS lance ses pages web en langue arabe et son produit APS Online. C'est le point de départ d'une nouvelle étape devant insérer l'APS dans les autoroutes mondiales de l'information et de la communication. En novembre de la même année, l'APS commence la diffusion par satellite, ce qui lui permet d'élargir sa gamme de services. Ainsi, ses clients ont la possibilité d'utiliser, à distance et en temps réel, ses banques de données, ses services spécialisés ou à la carte, ses photos numériques et ses produits infographiques. L'APS possède une WebTV et une chaine Youtube, elle envisage à terme de créer sa propre chaîne TV[4].

Directeurs[modifier | modifier le code]

DirigeantsVoir et modifier les données sur Wikidata
IdentitéPériodeDurée
DébutFin
Nacer Mehal (d)[5]
Abdelhamid Kacha (d)[6]1 an
Abdelhamid Kacha (d)[7]8 ans, 7 mois et 26 jours
Fakhredine Beldi (d)[8]2 ans et 21 jours
Samir Gaid (d)[9]En cours2 ans, 5 mois et 28 jours

Coopération[modifier | modifier le code]

Le 3 juillet 2023, l'APS signe un accord de coopération avec l'Agence de presse italienne "Agenzia Nova"[10].

Indépendance éditoriale[modifier | modifier le code]

Officiellement, l’APS est une agence publique dépendant du ministère de l’Information.

Pour Jeune Afrique, « dans les faits toutefois, l’APS est directement dirigée par la présidence de la République et sa cellule de communication, et rien ne peut être publié sans l’aval de celles-ci. »[11].

Polémiques et controverses[modifier | modifier le code]

En , le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme dénonce un article diffusé par l'APS qui contient des informations « complètement fabriquées du début à la fin » à son sujet. Cet article est par la suite retiré du site de l'agence, conformément à la demande du Haut-Commissariat[12].

En décembre 2021, à l'occasion de la parution du rapport de la Banque mondiale sur la situation en Algérie en 2021, l'agence critique violemment le rapport, accusant l'institution de « chercher à déstabiliser l’Algérie ». Elle écrit, sans préciser au nom de qui elle communique, que, « l’Algérie condamne et rejette dans le fond et dans la forme cette immixtion flagrante de la Banque mondiale. Il s’agit d’une vaine tentative de déstabilisation à la soft power d’un pays qui avance mais qui dérange ». Le Premier ministre (et ministre des finances), Aïmene Benabderrahmane, est amené à temporiser, déclarant que « certains médias ont exagéré dans l’analyse de la teneur » du rapport, invitant chacun à « une lecture approfondie du rapport », pour « éviter toute sensibilité entre ces institutions et l’Algérie »[13]. La Banque mondiale publie un communiqué en confirmant les termes du rapport, établi à partir de données officielles[14].

Fin , la chaîne France 24 est violemment critiquée par l'APS, dans le contexte des incendies qui ont touché 17 régions de l'Algérie. Elle l'accuse de cacher une part de vérité sur les secours apportés et les moyens adoptés[15], en se focalisant uniquement sur une seule région, qui est la Kabylie ; l'agence continue ses critiques en qualifiant la chaîne de « grossière, vulgaire, honteuse, sans aucun respect pour la mémoire des victimes ». Elle l'accuse également d'avoir « ciblé l’Algérie, comme si les incendies n’ont affecté que l’Algérie » ; l'article s'adresse à la chaîne en écrivant « messieurs de la chaine poubelle » et dénonce le fait qu'elle recevrait ses « orientations sur l’Algérie d’un des proches de l’Élysée, connu pour ses connections avérées avec l’organisation terroriste MAK »[16]. La direction de France 24 publie un communiqué qualifiant l'article de l'APS « d'une extrême violence » et précise que « les incendies en Algérie ne sont aucunement couverts plus spécifiquement ». Elle déclare qu'« en tirer des conclusions politiques infondées relève d'analyses totalement déraisonnables et contraires à tout bon sens » et estime que « les propos de l'agence algérienne (sont) diffamatoires et disproportionnés, (que) l'emploi d'adjectifs insultants et injurieux sont ridicules » et que « l'outrance disqualifie les auteurs de ce texte »[17].

Attaque informatique[modifier | modifier le code]

En février 2023, le site internet de l'agence de presse a été la cible d'une cyberattaque. Selon l'APS et divers médias publics algériens, une tentative de piratage aurait été lancée contre le site de l'agence, provenant de plusieurs endroits, dont Israël, le Maroc et certains endroits en Europe[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Cinquantenaire de l'APS : Au fil de l’histoire », sur El Moudjahid,
  2. « L'agence de presse algérienne APS fête ses 50 ans », sur Challenges,
  3. A propos de l'APS, site de l'APS.
  4. « La WebTV de l'APS, "un plus" pour le champ de l'audiovisuel algérien » (consulté le )
  5. « Nacer Mehal, un ministre africaniste », Jeune Afrique,
  6. « Abdelhamid Kacha, nouveau directeur général de l’APS », Echourouk Al Yaoumi,
  7. « Abdelhamid Kacha, nouveau directeur général de l’APS », echoroukonline.com (d),
  8. « Fakhredine Beldi nouveau DG de l’APS », Algérie-éco (d),
  9. « Samir Gaïd nouveau DG de l’Agence de presse APS », Dia-Algérie (d),
  10. « Dialogue stratégique algéro-italien: les relations bilatérales et questions politiques et de sécurité globale évoquées » Accès libre, sur Algérie Presse Service, (consulté le )
  11. « Alger qualifie France 24 de « chaîne poubelle » pilotée par l’Élysée – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )
  12. Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme met en lumière des informations fallacieuses concernant l'Algérie, site ohchr.org, 4 septembre 2020
  13. Rapport de la Banque mondiale sur l’Algérie : Benabderrahmane calme le jeu, site tsa-alegerie.com, 31 décembre 2021.
  14. Rapport controversé sur l’Algérie : la Banque mondiale réagit, site tsa-algerie.com, 6 janvier 2022.
  15. A360, « Suite à son acharnement sur l'Algérie, l'APS qualifie France 24 de "chaine poubelle" », sur www.algerie360.com, (consulté le )
  16. France 24, cette chaîne poubelle, site aps.dz, 27 juillet 2023.
  17. Mise au point de la direction de France 24 à la suite d'un article injurieux de l'agence de presse officielle algérienne, site france24.com, 28 juillet 2023.
  18. Maghreb Émergent, « Le site internet de l'APS victime d'une cyberattaque », sur Maghreb Emergent, (consulté le )

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]