Anna Moffo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Anna Moffo
Anna Moffo (droite) à Rome en 1954.

Anna Moffo (27 juin 1932 - 9 mars 2006) est une soprano américaine d'origine italienne, particulièrement associée au répertoire lyrique-colorature italien et français, admirée tant pour ses dons vocaux et dramatiques que pour sa beauté.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Wayne, Pennsylvanie, de parents italiens, Anna Moffo étudie au Curtis Institute de Philadelphie avec Eufemia Giannini-Gregory. Après avoir obtenu une bourse Fulbright en 1954, elle part poursuivre sa formation en Italie à l'Académie nationale Sainte-Cécile à Rome où elle étudie auprès de Mercedes Llopart et Luigi Ricci.

Elle fait ses débuts au festival de Spolète en 1955 dans le rôle de Norina de l'opéra Don Pasquale. L'année suivante, encore inconnue et peu expérimentée, elle participe à une production télévisée de la RAI dans le rôle de Cio-Cio-San de Madama Butterfly, qui fait d'elle une vedette dans toute l'Italie. Les offres affluent dès lors et elle participe à deux autres productions télévisées, Falstaff (Nanetta) et le rôle-titre de La sonnambula. Toujours en 1956, elle fait ses débuts au festival d'Aix-en-Provence dans Don Giovanni (Zerlina). Elle enregistre pour EMI Nanetta dans Falstaff sous la direction d'Herbert Von Karajan et Musetta dans La Bohème aux côtés de Maria Callas et de Giuseppe Di Stefano. En 1957, elle fait ses débuts à Vienne, Salzbourg et Milan, suivi de ses débuts américains au Lyric Opera de Chicago dans le rôle de Mimi de La Bohème auprès de Jussi Björling.

Ses débuts au Metropolitan Opera de New York ont lieu le 14 novembre 1959 dans le rôle de Violetta de La Traviata, qui deviendra très rapidement son rôle-fétiche. Elle chantera régulièrement au Metropolitan Opera pendant dix-sept saisons interprétant entre autres Lucia, Gilda, Adina, Liù, Marguerite, Juliette, Manon, La Périchole, les quatre héroïnes des Contes d'Hoffmann, Pamina, Nedda, Mélisande, etc. Elle est invitée également au San Francisco Opera, où elle débute en 1960 dans La sonnambula. Parallèlement, elle fait de nombreuses apparitions à la télévision américaine tout en poursuivant une carrière internationale, se produisant à Londres, Berlin, Paris, etc.
En 1960 également, elle incarne la cantatrice Giuseppina Grassini dans l'Austerlitz d'Abel Gance

Anna Moffo demeure très populaire en Italie où elle anime une émission hebdomadaire à la télévision The Anna Moffo Show de 1960 à 1973. Elle est également élue l'une des dix plus belles femmes d'Italie. Attirée par le cinéma, elle participe à des versions cinématographiques de La traviata (1968) et Lucia di Lammermoor (1971).

À la suite de sérieux problèmes vocaux en 1974, elle doit interrompre son activité durant deux ans. Ne retrouvant plus le succès d'antan, elle se retire définitivement à la fin des années 1970. Elle passe ses dernières années à New York où elle meurt des suites d'un cancer du sein.

Moffo a enregistré la plupart de ses grands rôles pour la firme RCA, avec laquelle elle était sous contrat exclusif depuis le début des années 1960.

Elle a été mariée à deux reprises, d'abord au metteur en scène et réalisateur Mario Lanfranchi (de 1957 à 1973), puis à Robert Sarnoff, un producteur exécutif de RCA (de 1974 à 1997).

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

  • Falstaff (EMI, 1956)
  • La bohême (EMI, 1956) le rôle de Musetta
  • Don Giovanni (EMI, 1956)
  • Le nozze di Figaro (EMI, 1959)
  • Madama Butterfly (RCA, 1957)
  • La traviata (RCA, 1960)
  • La bohême (RCA, 1961) le rôle de Mimi
  • Rigoletto (RCA, 1963)
  • Luisa Miller (RCA, 1964)
  • Orfeo ed Euridice (RCA, 1965)
  • Lucia di Lammermoor (RCA, 1965)
  • La rondine (RCA, 1966)
  • Hansel und Gretel (Eurodisc, 1971)
  • Iphigenie in Aulis (Eurodisc, 1972)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]