Othello ou le Maure de Venise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Othello.
Othello ou le Maure de Venise
Image illustrative de l'article Othello ou le Maure de Venise
Othello et Desdémone à Venise par Théodore Chassériau

Auteur William Shakespeare
Genre Tragédie
Version originale
Titre original Othello, the Moor of Venice
Langue originale Anglais
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Version française
Fac similé de la première page de l'édition de 1623

Othello, le Maure de Venise (Othello, the Moor of Venice en anglais) est une tragédie de William Shakespeare, jouée pour la première fois en 1604.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Othello, dit le Maure, général vénitien
  • Desdémone (ou Desdémona), sa jeune épouse
  • Iago, officier d'Othello
  • Emilia, épouse de Iago et dame de compagnie de Desdémone
  • Cassio, lieutenant d'Othello
  • Roderigo, noble vénitien et prétendant éconduit de Desdémone
  • Lodovico, parent de Brabantio
  • Bianca, maîtresse de Cassio
  • Gratiano, frère de Brabantio
  • Montano, prédécesseur d'Othello comme gouverneur de Chypre
  • Brabantio, sénateur vénitien et père de Desdémone.
  • Un bouffon au service d'Othello
  • Marin, messager, héraut, officiers, gentilshommes, musiciens, gens faisant suite.

Argument[modifier | modifier le code]

Acte premier[modifier | modifier le code]

Cabanel Alexandre Othello racontant ses batailles étude 1857

C'est le seul à se dérouler à Venise.

Iago et Roderigo se rendent chez Brabantio pour lui apprendre que sa fille, Desdémone, a quitté le toit paternel pour rejoindre Othello. Ils cherchent à discréditer le Maure, qui aurait bafoué l'honneur de Brabantio. Cherchant Othello, ils le trouvent alors qu'il vient de recevoir une convocation chez le Doge. Celui-ci vient d'apprendre que les navires ottomans menacent Chypre. Brabantio accuse Othello d'avoir séduit et déshonoré sa fille, mais celui-ci se défend et révèle qu'il a épousé la jeune fille et que le mariage n'a pas été consommé. Son récit est confirmé par Desdémone. Othello, réhabilité, reçoit pour mission de partir défendre Chypre contre les Ottomans. Ses officiers et sa femme l'accompagnent.

Acte II[modifier | modifier le code]

Desdémone de Frederic Leighton

Une violente tempête sépare les navires et les protagonistes arrivent séparément à Chypre où ils apprennent que la tempête a détruit la flotte ottomane. Iago y voit l'occasion de mettre son plan en œuvre. Lors des festivités organisées pour célébrer la destruction de la flotte ennemie et les noces du Maure, il fait boire Cassio et envoie Roderigo le provoquer. Cassio, qui a trop bu, s'emporte et blesse accidentellement Montano, le gouverneur de Chypre ; Othello est contraint de le dégrader. Cassio regrette aussitôt son geste : "Être à présent un homme sensé, tout à l'heure un fou, et bientôt une brute" (Acte II, scène 3). Iago l'incite à solliciter l'intercession de Desdémone.

Acte III[modifier | modifier le code]

Cassio suit le conseil de Iago qui s'arrange pour qu'Othello assiste de loin à la conversation entre les deux jeunes gens ; avec une habileté diabolique, il fait naître l'inquiétude dans l'esprit d'Othello ; Othello lutte contre ces soupçons, mais Iago suggère que si Desdémone se fait l'avocate de Cassio, cela peut signifier qu'ils ont une liaison. Ironiquement, tous les efforts désintéressés de Desdémone en faveur de Cassio, vont alimenter le doute inspiré par Iago.

Desdémone possède un mouchoir dont Othello lui a fait cadeau. Iago le récupère par l'intermédiaire de sa femme, Emilia, et dit à Othello qu'il l'a vu en possession de Cassio. Othello, de plus en plus soupçonneux, demande à sa femme de lui montrer le mouchoir, ce qu'elle ne peut évidemment pas faire. Il est dès lors convaincu d'avoir été trahi, au point de demander à Iago de tuer Cassio (chez qui Iago est allé déposer le mouchoir).

Acte IV[modifier | modifier le code]

Iago organise une autre mise en scène. À son instigation, Othello observe de loin une discussion entre Cassio et lui-même, à propos de sa maîtresse, Bianca. Othello, trompé par les commentaires de Iago, est persuadé qu'ils parlent de manière désobligeante de sa femme. Le comble est atteint quand Bianca arrive en portant le fameux mouchoir, que Cassio lui a donné après l'avoir trouvé dans ses affaires. Othello réclame de nouveau la mort de Cassio et jure d'empoisonner sa femme que Iago lui conseille d’étrangler dans son lit.

Roderigo, qui a l'impression d'avoir été manipulé par Iago, lui demande des comptes. Ce dernier parvient à le convaincre qu'il agit bien dans son intérêt et qu'il lui faut tuer Cassio pour obtenir Desdémone. Celle-ci, obéissant à son mari, se prépare à se coucher, même si par son attitude elle semble pressentir le sort funeste qui l'attend: "Si je meurs avant toi, je t'en prie, ensevelis-moi dans un de ces draps" dit-elle à Emilia (Acte IV, scène III).

La mort de Desdémone de Alexandre Colin

Acte V[modifier | modifier le code]

Cassio est attaqué et blessé par Iago et Roderigo mais ce dernier est lui-même gravement blessé, Iago l'achève afin qu'il ne puisse pas le dénoncer. Othello, pensant Cassio mort, décide de tuer sa femme. Il hésite car il l'aime encore, et malgré ses dénégations devant les accusations de son mari, il l'étouffe. Emilia le surprend alors qu'elle venait le prévenir de l'agression de Cassio, Othello lui dit qu'il l'a tuée car elle l'avait trompé, chose qu'il confirme devant les nobles attirés par le bruit, prenant comme preuve le mouchoir. Emilia comprend alors que Iago est responsable de tout. Elle le révèle aux nobles présents, Iago la frappe de son épée et s'enfuit. Lorsqu'il est ramené prisonnier, tout son complot est révélé par Cassio, amené sur un brancard, et deux lettres trouvées sur le corps de Roderigo. Othello le blesse en comprenant son erreur, avant de se suicider aux côtés de sa femme.

Sources[modifier | modifier le code]

L'auteur s'est inspiré d'une histoire de Giovanni Battista Giraldi, la septième nouvelle de la troisième décade de l'Ecatommiti.

Abd el-Ouahed ben Messaoud secrétaire du souverain marocain et ambassadeur à la cour de la reine Élisabeth Ire d'Angleterre en 1600 a inspiré Shakespeare pour le personnage d'Othello, une peinture est visible au Shakespeare Institute, à Stratford-upon-Avon.

Impact et adaptations[modifier | modifier le code]

Performances notables[modifier | modifier le code]

  • Ira Aldridge est le premier acteur noir a avoir interprété Othello (Royal Coburg Theatre de Londres, 1825).

Postérité littéraire[modifier | modifier le code]

Le personnage de Iago a inspiré de nombreux écrivains, parmi lesquels Honoré de Balzac avec le personnage de Bette Fischer dans La Cousine Bette. Des universitaires ont fait un rapprochement entre les talents de manipulatrice de Bette et ceux du personnage de William Shakespeare, Iago[1],[2].
Le personnage de Iago a également inspiré Agatha Christie dans son roman Hercule Poirot quitte la scène (titre original : Curtain), avec le personnage de Norton.

À l'opéra[modifier | modifier le code]

La tragédie d'Othello a été adaptée deux fois pour le théâtre lyrique :

  • Otello ossia Il Moro di Venezia de Gioachino Rossini composé en 1817. En dépit d'une musique très inspirée, il n'est presque plus représenté.
  • Otello de Giuseppe Verdi composé en 1887. Le livret d’Arrigo Boito et la musique du maestro italien en font une adaptation qui a la faveur du public. Il est très souvent représenté.

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Othello a été adaptée de nombreuses fois au cinéma. La première adaptation ayant eu lieu en Allemagne en 1907 par Franz Porten. Les adaptations suivantes les plus connues sont :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Stéphane Patrice, "Othello aujourd'hui" in William Shakespeare, "Othello", Descartes & Cie, Paris, 2008.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Fredric Jameson, La Cousine Bette and Allegorical Realism, PMLA, 1971 p.  248
  2. (en) George Saintsbury. The Works of Honoré de Balzac. Vol XI. Poor Relations : Cousin Betty and Cousin Pons. Philadelphie, Avil Publishing Company, 1901, p.  XI

Liens[modifier | modifier le code]