Mario Camerini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Camerini.

Mario Camerini

alt=Description de l'image Mario-Camerini.png.
Naissance 6 février 1895
Rome (Latium)
Italie
Nationalité Drapeau de l'Italie Italienne
Décès 4 février 1981 (à 85 ans)
Gardone Riviera (Lombardie)
Italie
Profession Réalisateur

Mario Camerini (né le 6 février 1895 à Rome - mort le 4 février 1981 (à 85 ans) à Gardone Riviera, en Lombardie) est un réalisateur italien.

Biographie succincte[modifier | modifier le code]

  • Il est d'abord l'assistant d'Augusto Genina, son cousin. Il avait été officier de bersaglieri et fit des études de droit.
  • Son premier film fut un documentaire sur le cirque : Jolly, clown da circo (1923), puis il réalisa l'un des derniers Maciste muets et une œuvre exaltant la présence italienne en Libye, Kiff Tebbi. Il s'affirmera dans des comédies sentimentales, mais point dénuées d'humour et de distanciation. De ce point de vue, il est considéré par les historiens du cinéma, comme le meilleur représentant - avec Alessandro Blasetti - du cinéma italien de l'ère mussolinienne[1]. Il révéla les dons de comédien de Vittorio De Sica dans Les Hommes, quels mufles !.
  • « Ses récits au ton feutré anticipent certains aspects du néo-réalisme et son antifascisme discret lui a permis, mis à part Il grande appello (1936), de résister à l'idéologie dominante. »[2] « Il a été le confesseur des classes moyennes, scrutant avec un art toujours plus prudent le cœur des fidèles pour y trouver de moindres péchés ; il ne s'est jamais préoccupé de raconter leurs fureurs secrètes, de les placer face aux grands problèmes de l'existence », estimait, pour sa part, Carlo Lizzani[3].


Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. voir article sur Alessandro Blasetti. Jean A. Gili écrit également : « Pendant les années trente et au début des années quarante, Mario Camerini a représenté ce que le cinéma italien - compte tenu d'une atmosphère culturelle peu exaltante - pouvait donner de meilleur. » in : Le cinéma italien à l'ombre des faisceaux, (1922-1945), Institut Jean Vigo, 1990.
  2. J. A. Gili : op. cité.
  3. cité par Georges Sadoul in : Dictionnaire des cinéastes, Microcosme/Éditions du Seuil, première édition 1965, à partir de l'ouvrage de C. Lizzani : Storia del Cinema Italiano 1895-1961, Florence, 1961.