Jaurès Alferov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jaurès Alferov

Jaurès Ivanovitch Alferov[note 1], ou Alfiorov (en russe : Жорес Иванович Алфёров), né le 15 mars 1930 à Vitebsk (RSS de Biélorussie, Union soviétique) est un physicien soviétique puis russe d'origine biélorusse. Il est colauréat avec Herbert Kroemer d'une moitié du prix Nobel de physique de 2000[1]. Il est également député communiste à la Douma de Russie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alferov est né à Vitebsk en république socialiste soviétique de Biélorussie, maintenant Biélorussie. En 1952, il est diplômé de l'Institut électrotechnique V. I. Oulianov (Lénine) de Léningrad. À partir de 1953, il travaille à l'Institut physico-technique Ioffe de l'académie des sciences d'URSS[2]. Il devient docteur ès sciences physiques et mathématiques en 1970. Il est directeur de l'institut depuis 1987. Il est élu membre correspondant de l'Académie des sciences en 1972, puis membre de l'académie en 1979. Depuis 1989, il est vice-président de l'Académie des sciences, et président de son centre scientifique de Saint-Pétersbourg.

Domaines de recherche[modifier | modifier le code]

Depuis 1962, il travaille dans le domaine des semi-conducteurs, et plus particulièrement des hétérostructures. Ses travaux dans la physique et la technologie des semi-conducteurs à hétérostructures, et plus particulièrement l'étude des propriétés d'insertions, le développement de lasers, de cellules solaires, de DEL et de procédés d'épitaxie ont contribué à l'avènement de la physique des semi-conducteurs modernes.

Il est colauréat avec Herbert Kroemer d'une moitié du prix Nobel de physique de 2000 (l'autre moitié a été remise à Jack Kilby) « pour des travaux de base dans les technologies de l'information et des communications [...] pour le développement d’hétérostructures semi-conductrices pour l’électronique rapide et l’opto-électronique[1] ».

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

Jaurès Alferov et Vladimir Poutine le 12 octobre 2000

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En URSS, le prénom Jaurès était donné en hommage au socialiste pacifiste français Jean Jaurès.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « for basic work on information and communication technology [...] for developing semiconductor heterostructures used in high-speed- and opto-electronics » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Physics 2000 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 28 juin 2010
  2. Académie des sciences de Russie depuis 1991

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]