Karl Alexander Müller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Müller.
Alex Müller en 2001

Karl Alexander Müller (27 avril 1927 à Bâle en Suisse) est un physicien suisse. Il a partagé le prix Nobel de physique de 1987 pour ses travaux sur les supraconducteurs à haute température[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Karl Müller naît à Bâle en Suisse, le 27 avril 1927. La famille de Müller se déplace fois plusieurs pendant son enfance, d'abord à Salzbourg en Autriche où son père étudie la musique, puis en Suisse à Dornach et enfin à Lugano.

Il se marie durant le printemps 1956 avec Ingeborg Marie Louise Winkler et ont deux enfants, Eric et Silvia.

Études et carrière[modifier | modifier le code]

Après la mort de sa mère en 1938, Müller est envoyé à l'école à Schiers où il étudie jusqu'en 1945. Pendant la Seconde Guerre mondiale il participe à de nombreux des groupes de discussions sur la situation mondiale.

Müller débute ses études universitaires à l'École polytechnique fédérale de Zurich où il envisage une carrière dans l'ingénierie électrique. Il prend des cours donnés par Wolfgang Pauli. Après son diplôme il travaille un an avant de reprendre ses études, il soumet sa thèse de doctorat en 1957.

Müller rejoint le Battelle Memorial Institute à Genève, et prend rapidement la tête du groupe d'études de résonance magnétique nucléaire. En 1963 il accepte un poste dans le laboratoire de recherche zurichois d'IBM à Rüschlikon où il reste jusqu'à sa retraite.

Recherches[modifier | modifier le code]

À l'école polytechnique de Zurich, Müller travaille sur l'effet Hall dans l'étain. Entre son premier diplôme universitaire et sa thèse il travaille pendant un an sur l'Eidophor, un système de projecteur sur des écrans de grandes dimensions.

Ses recherches à IBM se concentrent pendant plus de 15 ans sur le SrTiO3 et les composés de pérovskite. Il étudie leurs propriétés physiques (par exemple, liaisons chimiques et transitions de phases) quand ils sont dopés avec des ions de métaux de transition.

Au début des années 1980, Müller commence à chercher des substances supraconductive à hautes températures. La plus haute température connue est alors de 23 K. En 1983 il recrute Johannes Georg Bednorz pour l'aider à tester systématiquement des oxydes. En 1986, ils obtiennent la supraconductivité dans un oxyde de baryum-lanthane-cuivre à la température de 35 K. Dans les 75 années précédentes, la température critique minimale connue était passé de 11 K en 1911 à 23 K en 1973 pour ne plus être modifiée jusqu'à la percée de Müller et Bednorz. En moins d'un an, d'autres équipes, se basant sur les travaux de Müller, portent le record à 93 K. En 1987, Bednorz et Müller reçoivent le prix Nobel de physique « pour leur importante percée dans la découverte de la supraconduction dans les céramiques[1] ». C'est le laps de temps le plus bref entre une découverte et sa récompense par un prix Nobel depuis sa création.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « for their important break-through in the discovery of superconductivity in ceramic materials » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Physics 1987 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 24 juin 2010

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) Autobiographie sur le site de la Fondation Nobel (la page propose plusieurs liens relatifs à la remise du prix, dont un document rédigé par le lauréat — le Nobel Lecture — qui détaille ses apports)