Murray Gell-Mann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mann.
Murray Gell-Mann

Murray Gell-Mann, né le est un physicien américain. Il est surtout connu pour ses travaux sur la théorie des quarks dont il a fait la découverte. Il a reçu le prix Nobel de physique de 1969[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa première contribution, en 1954, est l'introduction d'un nouveau nombre quantique, l'étrangeté, qui est associé aux nouvelles particules découvertes dans les réactions du rayonnement cosmique[2]. L'étrangeté est conservée par l'interaction nucléaire qui est responsable de leur création par paires mais n'est pas respectée par l'interaction faible qui est responsable de leur désintégration. Cette notion fut également proposée indépendamment par le physicien Kazuhiko Nishijima.

Il établit en 1961 une classification des nouvelles particules découvertes à partir des années 1950 en utilisant les propriétés de symétrie d'ordre trois du groupe SU(3)[2]. Dans la classification, certaines places pour de nouvelles particules étaient encore libres. La découverte en 1963 par un groupe de chercheurs de Brookhaven de la particule Ω-, prévue dans cette classification, confirma la théorie de Gell-Mann[2]. La théorie du groupe de symétrie SU(3) permit à Gell-Mann et indépendamment à George Zweig, de proposer l'existence de nouvelles particules, appelé quarks, particules constituant les neutrons, les protons et toutes les particules massives appelées hadrons. L'existence des quarks sera mise en évidence en 1969 par James Bjorken et Richard Feynman. La théorie de Gell-Mann devint une base fondamentale des théories actuelles de la physique quantique. Il obtint le prix Nobel de physique de 1969 « pour ses contributions et ses découvertes concernant la classification des particules élémentaires et leurs interactions[1] ».

Lors de la guerre du Viêt-Nam, il participe au comité JASON, conseiller de l'administration et à l'origine de la notion de « champ de bataille électronique », ce qui lui vaut d'ailleurs, en 1972, une conférence houleuse au Collège de France à Paris [3].

Il est également lauréat de la médaille Franklin en 1967, du prix Dannie Heineman pour la physique mathématique en 1959 et de la médaille Albert Einstein en 2005. Il est élu membre étranger de la Royal Society le 20 avril 1978.

En 2010, il est professeur au Caltech.

Dans son livre Le Quark et le Jaguar, il montre comment la physique des particules et la théorie de l'évolution sont deux théories intrinsèquement liées : il compare le mécanisme de l'évolution à des particules effectuant de petits sauts quantiques vers des états stables et ce de façon irréversible (voir Attracteur), ce qui selon lui serait à l'origine de la diversité biologique de toutes les espèces vivantes sur notre planète.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « for his contributions and discoveries concerning the classification of elementary particles and their interactions » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Physics 1969 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 19 juin 2010
  2. a, b et c Pour comprendre simplement les origines et l'évolution de la physique quantique de Jean Hladik, 2008 Ed. Ellipses
  3. Comité Berkeley SESPA, Jan Brown, Martin Brown, Chandler Davis, Charlie Schwartz, Jeff Stokes, Honey Well, Joe Woodard Science Against the People. The Story of Jason - The Elite Group Of Academic Scientists Who, As Technical Consultants To The Pentagon, Have Developed The Latest Weapon Against Peoples' Liberation Struggles: "Automated Warfare", décembre 1972

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Voie octuple

Lien externe[modifier | modifier le code]

(en) Biographie sur le site de la Fondation Nobel (la page propose plusieurs liens relatifs à la remise du prix, dont un document rédigé par le lauréat — le Nobel Lecture — qui détaille ses apports)