Institut universitaire de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir IUF.
Institut universitaire de France
Création 26 août 1991
Type Institut
Siège Paris
Drapeau de la France France
Langue(s) Français
Administrateur Michel Cogné
Secrétaire générale Corinne Gadini
Site web http://iuf.amue.fr/

L'Institut universitaire de France (en abrégé IUF) désigne un ensemble d'enseignants-chercheurs sélectionnés par un jury international pour la qualité exceptionnelle de leurs recherches, appelés membres, bénéficiant d'une décharge à hauteur de deux tiers de leurs charges d'enseignement, d'une prime et d'une dotation budgétaire. Il existe deux catégories de membres, les juniors et les seniors, auxquels s'ajoutent des membres invités qui sont des postes spécifiques destinés à l'invitation d'universitaires étrangers. Les membres seniors sont nommés pour cinq ans, renouvelable une fois, les membres juniors pour cinq ans non renouvelable. L'Institut universitaire de France est constitué administrativement comme un service du ministère chargé de l'Enseignement supérieur auprès duquel les enseignants-chercheurs qui en sont membres sont placés en délégation.

Présentation[modifier | modifier le code]

L'Institut universitaire de France a été créé par décret le 26 août 1991[1] sous le ministère de Lionel Jospin. Claude Allègre était alors conseiller spécial de Lionel Jospin et fut nommé membre senior à son départ du ministère en 1992.

L'Institut universitaire de France est un ensemble de membres qui restent en poste dans leur propre université, deux tiers au moins des membres devant appartenir à des universités en dehors de Paris.

Selon la circulaire n°91-301 du 15 novembre 1991, la création du statut de membre de l'Institut universitaire de France s'inscrit dans le "double défi de l'université française [...] d'être à la fois une université de masse mais aussi une université de grande qualité, [rendant indispensable] d'encourager les recherches et l'enseignement de très haut niveau tout en répondant à des besoins plus généraux." La création de ce statut poursuit trois objectifs, "encourager les universités et les universitaires à l'excellence, montrer que l'excellence peut s'épanouir en harmonie avec la politique d'aménagement du territoire, montrer qu'il est possible de créer pour cela une structure légère."

Le statut de membre senior est destiné à des "enseignants-chercheurs dont la qualité des recherches est reconnue internationalement [et à qui] il est important de permettre de créer le savoir dans de bonnes conditions et aussi de le diffuser au sein même de l'université qui les a aidés, là où ils ont développé leur laboratoire et leur équipe de recherche".

Le statut de membre junior est destiné à de "jeunes enseignants-chercheurs, [d'au plus 40 ans au moment de leur désignation], professeurs des universités ou maîtres de conférences, dont la qualité est exceptionnelle et qui sont dans une phase de création pendant laquelle ils ont besoin d'être déchargés partiellement de leurs cours et de certaines obligations administratives"

De plus, environ dix professeurs étrangers peuvent être invités chaque année.

Les membres sont élus pour une durée de cinq ans (non renouvelable pour les juniors, renouvelable une fois pour les seniors).

  • Ils sont placés en position de délégation auprès de l'Institut universitaire de France, mais demeurent dans leur université d'appartenance.
  • Ils bénéficient d'un allégement des 2/3 de leur service statutaire d'enseignement, soit un service de 64 heures d'enseignements équivalent TD annuelles.
  • Des crédits de recherche spécifiques sont versés chaque année à leur équipe ou leur laboratoire. La somme est, depuis la promotion 2009, de 20 000 euros par an.
  • Ils bénéficient automatiquement de la prime d'excellence scientifique.
  • Des moyens matériels (bureau et salles de réunion) sont mis à leur disposition au siège de l'Institut universitaire de France.
  • Un rapport d'activité leur est demandé à mi-parcours et à l'issue des 5 ans de leur délégation.
  • Les membres de l'Institut universitaire de France doivent contribuer au rayonnement scientifique local, national et international dans un souci délibéré d'interdisciplinarité.

Le nombre de postes ouvert chaque année, fixé à l’origine à 40 (15 seniors et 25 juniors), a été régulièrement augmenté depuis 2006. Pour l’année 2010, il a été fixé à 150, 85 membres juniors et 65 membres seniors, ce qui aboutira à terme, en 2015, à un effectif total de 750 membres.

Au 1er septembre 2010, 935 enseignants chercheurs, soit environ 2 % du total des enseignants-chercheurs en poste dans les universités françaises, ont bénéficié ou bénéficient du statut de membres de l'Institut universitaire de France.

Chaque année, un colloque réunit l'ensemble des membres de l'Institut universitaire de France.

Jurys de sélection[modifier | modifier le code]

Les jurys de sélection sont partiellement renouvelés chaque année. Ils comportent de nombreux membres étrangers et ce caractère international est une des spécificités de l’IUF [2]. Le recours aux meilleurs experts mondiaux évite tout risque de cooptation et garantit la haute qualité des nominations à l'IUF.

Depuis 2009, le jury est officiellement composé pour plus de la moitié de personnalités scientifiques étrangères connues pour leur rayonnement international. Ce sont le Collège de France, l’Académie des sciences, Académie des sciences morales et politiques, l’Académie nationale de médecine, la Conférence des présidents d'université, la CP-CNU qui proposent les noms des personnalités pressenties pour composer le jury. Sa composition est ensuite rendue publique ainsi que le CV de ses membres. Le jury fait appel, pour l’évaluation des dossiers de candidatures, à des rapporteurs de haut niveau scientifique, au moins deux par candidat, pour disposer d’un avis disciplinaire éclairé. Si les CV déposés par les rapporteurs garantissent leur excellence scientifique, des déclarations d’intérêt garantissent leur indépendance vis-à-vis des dossiers dont ils ont la charge[3]. Les nouveaux membres de l’Institut, outre la décharge de service et la dotation dédiée à l’environnement scientifique de 15 000 euros (20 000 euros depuis 2009), bénéficient d’une prime de 10 000 euros ce qui représente le double de l’ancienne PEDR.

Ces évolutions sont en partie liées aux nominations à l'Institut Universitaire de France de septembre 2008 qui ont provoqué une vive controverse. La polémique porte sur la nomination de membres supplémentaires, parmi lesquels Michel Maffesoli, dont l'économiste et président du jury Élie Cohen avait déclaré qu'il « n'aurait jamais été retenu par le jury même s'il y avait eu plus de places »[4],[5]. Certains membres des jurys senior et junior de l'Institut avaient protesté contre ces nominations en faisant circuler, le 24 septembre 2008, une déclaration où ils s'indignaient « du manque de transparence et des nominations de 2008 »[6]. Cette contestation avait reçu le soutien de la Société de mathématiques appliquées et industrielles (SMAI)[7] et de l'Association française pour l'information scientifique (AFIS)[8].

Membres actuels[modifier | modifier le code]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

A[modifier | modifier le code]

B[modifier | modifier le code]

C[modifier | modifier le code]

D[modifier | modifier le code]

E[modifier | modifier le code]

F[modifier | modifier le code]

G[modifier | modifier le code]

H[modifier | modifier le code]

I[modifier | modifier le code]

J[modifier | modifier le code]

K[modifier | modifier le code]

L[modifier | modifier le code]

M[modifier | modifier le code]

N[modifier | modifier le code]

O[modifier | modifier le code]

P[modifier | modifier le code]

Q[modifier | modifier le code]

R[modifier | modifier le code]

S[modifier | modifier le code]

T[modifier | modifier le code]

U[modifier | modifier le code]

V[modifier | modifier le code]

W[modifier | modifier le code]

X[modifier | modifier le code]

Y[modifier | modifier le code]

Z[modifier | modifier le code]

Membres honoraires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]