Hannes Alfvén

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hannes Alfvén

Description de cette image, également commentée ci-après

Hannes Alfvén en 1942

Naissance 30 mai 1908
Norrköping (Suède)
Décès 2 avril 1995 (à 86 ans)
Djursholm (Suède)
Nationalité Suédoise
Champs Astrophysique, Physique des plasmas
Institutions Université d'Uppsala
Nobel Institute for Physics
Institut royal de technologie
Université de Californie à San Diego
Université de la Californie méridionale
Renommé pour Magnétohydrodynamique
Distinctions Médaille d'or de la Royal Astronomical Society (1967)
Prix Nobel de physique (1970)
Médaille Franklin (1971)
Médaille Lomonossov (1971)

Hannes Olof Gösta Alfvén (30 mai 1908 à Norrköping, Suède - 2 avril 1995 à Djursholm, Suède) était un astrophysicien suédois qui étudia le déplacement des particules électrisées et la propagation des ondes d'Alfvén dans le plasma de la magnétosphère. Il fut le premier à avoir employé le terme magnétohydrodynamique en 1942[1]. Il est lauréat de la moitié du prix Nobel de physique de 1970 pour ses travaux sur le sujet[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Hannes Alfvén fait ses études à l'université d'Uppsala. Il est professeur à l'Institut royal de technologie à Stockholm.

Il est lauréat de la moitié du prix Nobel de physique de 1970 (l'autre partie a été remise à Louis Néel) « pour des travaux fondamentaux et les découvertes en magnétohydrodynamique menant à de riches applications dans différentes parties de la physique des plasmas[2] ». Il a également reçu la Médaille Franklin en 1971.

L'astéroïde (1778) Alfvén a été nommé en son honneur.

Avec Oskar Klein et Carl-Gunne Fälthammar, Hannes Alfvén a proposé dans les années 1960, dans son livre « Mondes et anti-mondes », un modèle cosmologique alternatif au « Big-Bang » (théorie de l'expansion), précurseur de l'actuelle « théorie des multivers » (multi-univers)[3],[4][5] Klein in 1971 extended Alfvén's Worlds-Antiworlds proposals and developed the "Alfvén-Klein model" of the universe,[6], et appelé par ses détracteurs « théorie de la fatigue de la lumière » (car elle explique l'effet Hubble non par une expansion de l'univers, mais par la distance parcourue à travers l'espace-temps, son champ électromagnétique et sa matière interstellaire[5]).

Ce modèle cosmologique appelé Alfvén-Klein explique l'asymétrie baryonique comme une condition initiale de la symétrie entre matière et antimatière et postule que l'expansion de l'univers, si elle est réelle, n'est qu'un phénomène propre à notre échelle locale et temporelle particulière, partie d'un univers beaucoup plus vaste, peut-être infini dans l'espace et dans le temps[7],[8]. Il commence à combattre les théories de l'abbé belge Georges Lemaître qui, avec le « Big Bang », postule une création de l'univers ex nihilo[9],[10].

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. H. Alfven, Existence of electromagnetic-hydrodynamic waves, Nature, 1942, vol. 150, p. 405-406.
  2. a et b (en) « for fundamental work and discoveries in magnetohydro- dynamics with fruitful applications in different parts of plasma physics » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Physics 1970 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 19 juin 2010
  3. « Matter-Antimatter Annihilation and Cosmology », Arkiv Fysik, vol. 23,‎ 1963, p. 187–194
  4. (en) Cosmic electrodynamics, Oxford, Clarendon Press,‎ 1963
  5. a et b (en) H. Alfvén, Worlds-antiworlds: antimatter in cosmology, Freeman,‎ 1966
  6. O. Klein, "Arguments concerning relativity and cosmology," Science 171 (1971), 339
  7. Hannes Alfvén, "Has the Universe an Origin" (1988) Trita-EPP, 1988, 07, p. 6.
  8. Anthony L. Peratt, "Introduction to Plasma Astrophysics and Cosmology" (1995) Astrophysics and Space Science, v. 227, p. 3-11: "issues now a hundred years old were debated including plasma cosmology's traditional refusal to claim any knowledge about an 'origin' of the universe (e.g., Alfvén, 1988)"
  9. Alfvén, Hannes, "Cosmology: Myth or Science?" (1992) IEEE Transactions on Plasma Science (ISSN 0093-3813), vol. 20, no. 6, p. 590-600
  10. Alfvén, H., « Cosmology - Myth or science? », Journal of Astrophysics and Astronomy, vol. 5,‎ mars 1984, p. 79–98 (ISSN 0250-6335, DOI 10.1007/BF02714974, Bibcode 1984JApA....5...79A, lire en ligne) ; Hannes Alfvén, Cosmic plasma. Taylor & Francis US, 1981,IV.10.3.2, p.109. "Double layers may also produce extremely high energies. This is known to take place in solar flares, where they generate solar cosmic rays up to 109 to 1010 eV." sur "Double layers and circuits in astrophysics", (1986) IEEE Transactions on Plasma Science (ISSN 0093-3813), vol. PS-14, Déc. 1986, p. 779-793 et sur "Double Layers in Astrophysics" (1986)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]