Alain Prochiantz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alain Prochiantz

Naissance 17 décembre 1948
Nationalité Drapeau : France française
Champs Neurosciences
Institutions CNRS, Collège de France
Diplôme École normale supérieure
Distinctions Grand Prix de l'Inserm 2011

Alain Prochiantz, né le 17 décembre 1948, est un chercheur en neurobiologie et professeur au Collège de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alain Prochiantz est un ancien élève de l'École normale supérieure (1969). Après une thèse de science obtenue en 1976 dans le domaine de la traduction génétique, il s'oriente vers la neurobiologie en travaillant avec Jacques Glowinski et devient directeur de recherche au CNRS. Il obtient la direction du département de Biologie de l'École normale supérieure qu'il conserve jusqu'en 2006 pour devenir titulaire de la chaire « Processus morphogénétiques » du Collège de France en 2007.

Il est par ailleurs membre de l'académie des sciences depuis le 18 novembre 2003[1] et président du Comité de la recherche de la Fondation pour la recherche médicale (FRM). En 2011, il reçoit pour l'ensemble de ses travaux le Grand Prix de l'Inserm[2],[3].

Alain Prochiantz est également l'auteur de nombreux articles scientifiques et livres sur le cerveau ; il participe à des mises en scène de théâtre à caractère scientifique avec son ami Jean-François Peyret. Ensemble, ils collaborent à l'écriture de la pièce Ex vivo / In vitro, créée au théâtre de la Colline en novembre 2011.

Apports scientifiques[modifier | modifier le code]

Alain Prochiantz travaille depuis le début des années 1980 dans le domaine de la neurobiologie moléculaire, notamment sur les processus de morphogénèse et de différenciation cellulaire nerveuse. Il réalise ses premiers travaux d'importance au Collège de France avec Jacques Glowinski sur le développement et la maturation in vitro des neurones dopaminergiques du mésencéphale[4],[5],[6].

Son laboratoire ayant déménagé à l'École normale supérieure, il s'intéresse ensuite aux signaux moléculaires responsables de certains processus de morphogénèse neuronale et souligne en particulier dès 1991 le rôle des homeoboxes de certains facteurs de transcription[7],[8] (mais également de différentes protéines de la matrice extracellulaire comme la ténascine[9], les glycoaminoglycanes[10]...) dans ces phénomènes. Comme cela était alors totalement admis dans la communauté scientifique, il propose que des cascades de régulation de gènes homéotiques (de la famille Hox) sont potentiellement impliquées dans de nombreuses étapes de la différenciation neuronale, de la croissance des neurites, de la polarité neuronale... Cependant, allant à l'encontre d'un certain nombres de connaissances, voire de dogmes dans le domaine de la biologie moléculaire, il rapporte que des domaines de facteurs de transcription, voire de protéines entières comme la protéine Hox5, peuvent être internalisés dans une cellule[11],[12] et émet dès lors l'idée de la possible sécrétion d'un facteur de transcription donné par une cellule nerveuse A pouvant être internalisé par une cellule B voisine et avoir un effet biologique sur celle-ci. Pour clairement démontrer cela, il s'intéresse avec son équipe à l'homéoprotéine Engrailed de la famille des gènes Hox impliquée dans la morphogénèse des structures cérébrales et démontre que celle-ci présente également une localisation intracellulaire dans les vésicules de sécrétion[13]. La première publication clé soutenant cette théorie se fait en 1998 avec la démonstration in vitro qu'une grande proportion du facteur de transcription nucléaire Engrailed est effectivement sécrété dans le milieu extracellulaire par des cellules Cos et recapturé par les neurones en coculture agissant comme potentiel messager peptidique intercellulaire[14]. Ces articles ont été publiés dans de bons journaux de biologie mais pas de premier plan car les données étaient relativement contestées par la communauté scientifique[15]. Ces découvertes prendront quelque temps pour être reconnues[16]. Son équipe démontre par la suite l'implication des protéines Engrailed-1/2 dans le développement et la survie des neurones dopaminergiques en utilisant des modèles de souris hétérozygotes (En1+/-) pour celles-ci[17] et en proposant un mécanisme d'action sur l'activation transcriptionnelle des sous-unités Ndufs1 and Ndufs3 du complexe I de la chaîne respiratoire mitochondriale[18].

Alain Prochiantz continue ses travaux en génétique évolutive du développement et oriente ses recherches vers les aspects physiologiques de ses découvertes moléculaires fondamentales notamment pour la compréhension des processus de plasticité neuronale et de guidage axonal[15].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Les Stratégies de l'embryon, Alain Prochiantz, PUF (1987), (ISBN 978-2-13-041422-3)
  • La Construction du cerveau, Alain Prochiantz, Hachette (1989), (ISBN 978-2-01-235028-1)
  • Claude Bernard : la révolution physiologique, Alain Prochiantz, PUF (1990)
  • La Biologie dans le boudoir, Alain Prochiantz, éditions Odile Jacob (1995), (ISBN 978-2-7381-0316-1)
  • Les Anatomies de la pensée - À quoi pensent les calamars ?, Alain Prochiantz, éditions Odile Jacob (1997), (ISBN 978-2-7381-0448-9)
  • Machine-esprit, Alain Prochiantz, éditions Odile Jacob (2001)
  • La Génisse et le Pythagoricien - Traité des formes, Alain Prochiantz & J.-F. Peyret, éditions Odile Jacob (2002), (ISBN 978-2-7381-1210-1)
  • Les Variations Darwin, Jean-François Peyret et Alain Prochiantz, éditions Odile Jacob, coll. « Sciences » (2005), (ISBN 978-2-7381-1559-1)
  • Géométries du vivant, Alain Prochiantz, éditions Fayard, coll. « Leçons inaugurales du Collège de France », (2008), (ISBN 978-2-213-63501-9).
  • Darwin : 200 ans, Alain Prochiantz, éditions Odile Jacob, coll. « Collège de France » (2010), (ISBN 978-2-7381-2522-4).
  • Génétique, évolution, développement, Alain Prochiantz, éditions De vive voix (2010), (ISBN 978-2-84684-099-6).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Prochiantz sur le site de l'Académie des sciences.
  2. Lauréats du Grand Prix de la recherche médical 2011 sur le site de l'Inserm.
  3. Alain Prochiantz, grand prix INSERM émission La Tête au carré du 7 décembre 2011 sur France Inter.
  4. Effect of striatal cells on in vitro maturation of mesencephalic dopaminergic neurones grown in serum-free conditions. par di Porzio U, Daguet MC, Glowinski J, Prochiantz A. dans Nature du 27 novembre 1980;288(5789):370-3.
  5. Specific stimulation of in vitro maturation of mesencephalic dopaminergic neurones by striatal membranes. par Prochiantz A, Daguet MC, Herbet A, Glowinski J. dans Nature du 15 octobre 1981;293(5833):570-2.
  6. Glial heterogeneity may define the three-dimensional shape of mouse mesencephalic dopaminergic neurones. par Denis-Donini S, Glowinski J, Prochiantz A. dans Nature du 16 février 1984;307(5952):641-3.
  7. Antennapedia homeobox peptide regulates neural morphogenesis. par Joliot A, Pernelle C, Deagostini-Bazin H, Prochiantz A. dans PNAS 1991 Mar 1;88(5):1864-8.
  8. [PDF] Antennapedia homeobox peptide enhances growth and branching of embryonic chicken motoneurons in vitro. par Bloch-Gallego E, Le Roux I, Joliot AH, Volovitch M, Henderson CE, Prochiantz A. dans Journal of Cell Biology 1993 Jan;120(2):485-92
  9. [PDF] J1/tenascin in substrate-bound and soluble form displays contrary effects on neurite outgrowth. par Lochter A, Vaughan L, Kaplony A, Prochiantz A, Schachner M, Faissner A. dans Journal of Cell Biology 1991 Jun;113(5):1159-71.
  10. [PDF] In vitro control of neuronal polarity by glycosaminoglycans. par Lafont F, Rouget M, Triller A, Prochiantz A, Rousselet A. dans Development 1992 Jan;114(1):17-29.
  11. Cell internalization of the third helix of the Antennapedia homeodomain is receptor-independent. par Derossi D, Calvet S, Trembleau A, Brunissen A, Chassaing G, Prochiantz A. dans Journal of Biological Chemistry 1996 Jul 26;271(30):18188-93.
  12. Transcription factor hoxa-5 is taken up by cells in culture and conveyed to their nuclei. par Chatelin L, Volovitch M, Joliot AH, Perez F, Prochiantz A. dans Mech. Dev. 1996 Apr;55(2):111-7.
  13. Association of Engrailed homeoproteins with vesicles presenting caveolae-like properties. par Joliot A, Trembleau A, Raposo G, Calvet S, Volovitch M, Prochiantz A. dans Development 1997 May;124(10):1865-75.
  14. Identification of a signal sequence necessary for the unconventional secretion of Engrailed homeoprotein. par Joliot A, Maizel A, Rosenberg D, Trembleau A, Dupas S, Volovitch M, Prochiantz A. dans Current Biology 1998 Jul 16;8(15):856-63
  15. a et b Ariane Poulantzas, entretien avec Alain Prochiantz, « Les bactéries pensent aussi », La Vie des idées, 5 juin 2009
  16. Can transcription factors function as cell-cell signalling molecules? par Prochiantz A, Joliot A. dans Nat Rev Mol Cell Biol. 2003 Oct;4(10):814-9.
  17. (en) Progressive Loss of Dopaminergic Neurons in the Ventral Midbrain of Adult Mice Heterozygote for Engrailed1 par Laure Sonnier1, Gwenaëlle Le Pen2, Andreas Hartmann, Jean-Charles Bizot, Fabrice Trovero, Marie-Odile Krebs, et Alain Prochiantz, dans J Neurosci., 31 January 2007, 27(5): 1063-1071.
  18. (en) Engrailed protects mouse midbrain dopaminergic neurons against mitochondrial complex I insults par Daniel Alvarez-Fischer, Julia Fuchs, François Castagner, Olivier Stettler, Olivia Massiani-Beaudoin, Kenneth L Moya, Colette Bouillot, Wolfgang H Oertel, Anne Lombès, Wolfgang Faigle, Rajiv L Joshi, Andreas Hartmann et Alain Prochiantz dans Nature Neuroscience, 4 septembre 2011, 14:1260–1266.

Liens externes[modifier | modifier le code]