Guerre du Kosovo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec la bataille de Kosovo (1389) ni la bataille de Kosovo (1448).
Guerre du Kosovo
Usine d'armement de Zastava après un bombardement.
Usine d'armement de Zastava après un bombardement.
Informations générales
Date 6 mars 1998 - 10 juin 1999
Lieu République fédérale de Yougoslavie.
Issue mise en place d'une administration provisoire au Kosovo
Belligérants
Flag of Serbia and Montenegro.svg République fédérale de Yougoslavie UCK KLA.png Armée de libération du Kosovo
Flag of NATO.svg OTAN
Commandants
*Drapeau : Yougoslavie Momir Bulatović *Kosovo Liberation Army Adem Jashari
Forces en présence
Flag of Serbia and Montenegro.svg
140 000 soldats
30 000 policiers
16000 volontaires serbes
500 volontaires russes
500 volontaires grecs
UCK KLA.png
40 000 hommes


Flag of NATO.svg 80 avions
Plus de 30 bateaux et sous-marins[3]
près de 50 000 soldats stationnés dans le nord de l'Albanie.

Pertes
Flag of Serbia and Montenegro.svg
Près de 10 000 morts [4],[5],[6]
UCK KLA.png
1200 morts
Flag of NATO.svg
3 morts
Guerre du Kosovo

La guerre du Kosovo a eu lieu en 1999 sur le territoire de la République fédérale de Yougoslavie, opposant l'armée yougoslave à l'armée de libération du Kosovo et l'OTAN.

Origine des revendications nationalistes[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Kosovo et Histoire du Kosovo.

Les conflits entre les deux principales communautés du Kosovo et Métochie (Serbes et Albanais) sont liés à leur conviction mutuelle d’être les seuls occupants légitimes de cette région. Aujourd’hui encore, la composition ethnique du Kosovo du XVe siècle fait l’objet de nombreuses controverses, chaque partie interprétant en sa faveur les documents de l’époque.

Du côté serbe, le Kosovo est décrit comme le « berceau de la Serbie », car il en était, entre le XIe et le XVe siècle, le centre politique (Pristina), économique (mines de Novo Brdo), et spirituel (monastères de Peć, de Dečani, de Gračanica et bien d’autres) du pays inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco. Toutefois, le terme de « berceau de la Serbie », utilisé depuis XIXe siècle seulement, est abusif, car les Serbes, installés dès le VIIe siècle en Bosnie et dans l’ouest de la Serbie actuelle (Rascie), ne s'installèrent au Kosovo et Méthochie qu’au XIe siècle.

De plus, la Serbie considère que le Kosovo et Méthochie était complètement slavisé (et donc Serbe) avant l’occupation turque (prise de Priština en 1454), qui dura jusqu’en 1912. Selon ce point de vue, les Albanais se seraient alors installés au Kosovo après l’écrasement des insurrections serbes par les Turcs (grandes migrations serbes de 1690 et de 1737-1739), les Serbes restés au Kosovo devant soit se convertir, soit accepter le statut de kmet (serf) auprès des notables albanais. En Serbie, les Albanais sont donc perçus comme des étrangers ayant profité de l’occupation ottomane pour coloniser une partie du territoire serbe.

Les Albanais réfutent cette version, estimant que la population albanaise du Kosovo n’a pas été assimilée par les Serbes au Moyen Âge ; les Albanais seraient donc déjà présents au Kosovo à l’arrivée des Turcs. De plus, les Albanais ont tendance à minimiser, voire à nier, l’existence des grandes migrations serbes, ce qui leur permet d’affirmer que les Serbes étaient déjà minoritaires avant 1690.

Ils se considèrent en effet comme les descendants des peuples illyriens qui occupaient la région comprise entre la Grèce et la Slovénie, avant l’arrivée des Slaves, et incluant l’actuel Kosovo (Dardanie, en illyrien). Les Albanais estiment donc avoir été victimes d’une occupation militaire à partir de l’installation des Serbes au Kosovo. Là encore, il faut corriger ce point de vue, les peuples yougoslaves descendant eux aussi des Illyriens, qui furent en grande partie slavisés.

L’histoire du Kosovo, vue par les Serbes et les Albanais, repose donc sur deux mythes fondateurs opposés, qui relèvent en grande partie de la propagande.

Précédents conflits[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, la Serbie, nouvellement indépendante, fera de la récupération du Kosovo l’une de ses revendications principales. La première tentative, lors de la guerre russo-turque de 1877-1878 se solde par un échec, et déclenche de nouvelles persécutions contre les Serbes du Kosovo. Entre 1877 et 1912, le peu de Serbes qui existe au Kosovo (60 000) quitte le Kosovo pour rejoindre la Serbie libre[réf. nécessaire].

Après ce nouveau mouvement de population, les Albanais sont indiscutablement majoritaires dans la région. Le Kosovo (plus étendu que la région actuelle) est alors l'une des 4 divisions administratives ottomanes dont l'autonomie est réclamée par la Ligue de Prizren dès 1877 dans le but de créer une grande Albanie, autonome dans le cadre de l’Empire Ottoman. Ce projet ne voit pas le jour, mais les Albanais obtiennent la reconnaissance d'une autonomie à l'été 1912, quelques mois avant le début de la Première Guerre balkanique.

Finalement, à la suite de celle-ci, le Kosovo est intégré au royaume de Serbie, malgré l’opposition des Albanais qui se révolteront jusqu’en 1924 sous l’impulsion d’Isa Boletini (guérilla kachak). En 1921, l'élite albanaise du Kosovo se plaint des violences, et mentionne le chiffre de 12 000 Albanais tués et 20 000 faits prisonniers depuis 1918. Du côté serbe, la population subit de lourdes pertes pendant la Première Guerre mondiale. Le recensement yougoslave de 1921 (organisé par les Serbes) dénombrera 280 000 Albanophones au Kosovo, sur une population de 439 000 personnes (63,7 %).

Après la guerre, le Royaume de Serbie y mène une politique de colonisation[7].
De nombreuses familles Serbes sont implantées au Kosovo, rééquilibrant un peu la balance entre Serbes et Albanais.

Durant la Seconde Guerre mondiale, le Kosovo est rattaché a l'Albanie fasciste, sous domination italienne. Environ 10 000 Serbes, Jevreja i Roma sont tués et entre 80 000 et 100 000 sont chassés du Kosovo[8]. Les Albanais redeviennent alors[réf. nécessaire] largement majoritaires.

Après la guerre, le Kosovo est de nouveau rattaché à la Yougoslavie en tant que province autonome de Serbie. L’autonomie de la province est accrue par les constitutions de 1960 et 1974, mais elles ne lui confèrent pas pour autant le statut de République. En effet, la Constitution de 1974 prévoit l'existence de six Républiques et deux régions ou provinces autonomes, le Kosovo et la Voivodine qui ont une autonomie moins importante. À plusieurs reprises (en 1970 et en 1981), les Albanais ont réclamé le statut de république à part entière. Entre le recensement de 1948 et celui de 1971, la répartition entre serbes et albanais reste stable : environ 69 % d'albanais pour 26 % de serbes[9]. Les Albanais deviennent encore plus majoritaires par la suite à partir des années 1970, lors du renforcement de l'autonomie de la province et du statut des Albanais dans tous les secteurs de l'administration, en raison principalement du départ d'une partie des Serbes et Monténégrins. Devenus très minoritaires, et craignant de voir tout lien avec la Serbie définitivement coupés, les Serbes protestent contre l’autonomie de la province.

En mars 1989, Slobodan Milosevic réduit drastiquement le statut d'autonomie du Kosovo, par l'apport de modifications à la constitution serbe, aboutissant à une reprise du contrôle direct de la province par la Serbie. Les Albanais se révoltent alors contre la suppression de l’autonomie du Kosovo, d’abord pacifiquement sous l’impulsion d’Ibrahim Rugova, puis violemment en raison de l’inefficacité de cette politique de résistance passive. Lors de l’intervention de l’OTAN en 1999, on estime que le Kosovo compte 1 600 000 Albanais, contre 220 000 Serbes.

Le contexte juridique (droit international)[modifier | modifier le code]

  • Le 31 mars 1998, le Conseil de Sécurité des Nations Unies vote la résolution 1160[10] qui décide d'un embargo sur les armes à destination de la Yougoslavie, y compris sur la province Serbe du Kosovo et Méthochie.
  • Le 23 septembre 1998, le Conseil de Sécurité des Nations Unies vote la résolution 1199[11] qui exige l'application des mesures d'embargo, la fin de l'action des forces de sécurité, l'autorisation de la Mission de vérification de la Communauté européenne, le retour en sécurité des réfugiés, et l'établissement d'un calendrier de reprise du dialogue entre belligérants.
  • Le 13 octobre 1998, l'OTAN adresse un ultimatum à la partie serbe pour le retrait de ses forces et le début de négociations avec la partie albanaise. L'ultimatum est appuyé d'un ordre d'activation de ses forces.

Il faut observer qu'à la suite de la résolution 1199 du Conseil de Sécurité des Nations Unies, c'est l'OTAN qui prend l'initiative malgré les articles 16[12] et 17[13] de la résolution 1199. Ces articles expriment la volonté du Conseil de Sécurité de garder le contrôle de la situation. Mais des divergences existent, la partie Russe a annoncé son intention de mettre son veto à une nouvelle résolution validant une intervention contre la partie Serbe. Ce passage en force est présenté[14] comme une victoire des néoconservateurs par Robert Kagan.

  • Le 24 octobre 1998, le Conseil de Sécurité des Nations Unies vote la résolution 1203[15] qui approuve l'accord négocié entre la Yougoslavie et l'OTAN le 15 octobre 1998.
  • Le 30 janvier 1999, le conseil de l'OTAN autorise son Secrétaire général à engager des actions militaires.

Déroulement de la guerre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Opération Allied Force.
Mosquée de la région de Skënderaj (Srbica) détruite pendant la guerre du Kosovo

Le conflit débute en 1996 avec la création de l'« Armée de libération du Kosovo » (ou UÇK), qui amorce une campagne de révolution en assassinant des dirigeants, des policiers et des gardes-frontières serbes, ainsi que les Albanais collaborant avec le régime. Les Serbes ont alors pris de sévères contre-mesures policières et militaires. Le point tournant est survenu en mars 1997, lorsque le gouvernement de l'Albanie s'est effondré à la suite d'opérations financières pyramidales ratées. Des arsenaux ont été pillés et ces armes se sont invariablement dirigées en grand nombre vers le Kosovo, où l'UÇK naissante livrait aux autorités serbes une véritable guerre d'indépendance.

La communauté internationale a réagi à la crise en 1998, en créant un « groupe de contact » composé de l'Allemagne, des États-Unis, de la France, du Royaume-Uni et de la Russie qui firent d'ultimes efforts diplomatiques en février 1999 lors de la conférence de Rambouillet suite à des allégations de massacres alors que les violences intercommunautaires se multipliaient[17].

Human Rights Watch a estimé que les forces serbes avaient expulsé 862 979 Albanais du Kosovo vers la Macédoine et l'Albanie, et que plusieurs centaines de milliers de plus avaient été déplacés à l'intérieur de leur propre pays ; au total, plus de 80 % de toute la population du Kosovo (ou 90 % des Albanais du Kosovo) avaient été chassée de leurs foyers. Des rumeurs concernant un plan d'épuration ethnique à grande échelle mené au Kosovo (plan Fer-à-cheval) circulèrent dans les médias occidentaux. Ces rumeurs se révélèrent par la suite infondées, bien qu'étant à l'origine de l'intervention militaire de l'OTAN.

L'échec des négociations à Rambouillet et l'éventuelle catastrophe humanitaire poussa l'OTAN à intervenir en effectuant une campagne aérienne de bombardement appelée Opération Allied Force.

Le général Wesley Clark dirigea les opérations depuis le Supreme Headquarters Allied Powers in Europe, qui ont commencé le 24 mars 1999.

Celles-ci auraient dû se limiter à des bombardements symboliques durant 3 ou 4 jours pour ramener Belgrade à la table des négociations comme cela s'était passé pour en terminer avec la guerre de Bosnie mais ces bombardements ont finalement duré 78 jours.

58 574 missions aériennes sur ces 78 jours d’opérations ont causé la perte de deux appareils américains au combat (Un F-117 et un F-16), plus de 800 missiles sol-air ont été tirés par la DCA serbe. On compte 4 397 missions SEAD anti-radar.

Au sol, plusieurs forces spéciales des nations de l'OTAN opéraient dans la discrétion, un membre du Special Air Service a été tué[18].

Des unités terrestres de l'OTAN se sont concentrées en Macédoine tandis qu'une brigade de l'US Army s'est déployée - avec difficulté - en Albanie ; n'ayant pas participé aux combats, elles seront l'avant-garde de la future KFOR à la fin de ceux-ci.

Une guerre de l'information eut lieu entre les parties en conflit. Les forces de l'OTAN avaient préservé les infrastructures du réseau Internet en ex-Yougoslavie tout en tentant de neutraliser les médias serbes, car « un accès libre et ouvert à Internet ne [pouvait] qu'aider le peuple serbe à connaître la vérité au sujet des atrocités » du régime de Milosevic[19].

Ces frappes qui durèrent plus de 70 jours semblent mener à une impasse jusqu’à la conclusion d’un accord entre la République Fédérative de Yougoslavie et les envoyés spéciaux de l’Union européenne, le président finlandais Martti Ahtisaari, et de la Russie, l’ancien premier ministre Viktor Tchernomyrdine, le 3 juin 1999. Ils étaient venus présenter les exigences du G8 pour mettre un terme au conflit du Kosovo à Milosevic. Le cessez-le-feu est accepté par la République Fédérative de Yougoslavie le 9 juin 1999 et met fin à la guerre du Kosovo[20].

Le 10 juin 1999, les frappes s'arrêtent et les forces serbes commencent à se retirer du Kosovo investi par la force internationale mandatée par les Nations unies, la KFOR dans le cadre de l'opération Joint Guardian et placé depuis sous l'administration de la Mission intérimaire des Nations Unies au Kosovo en vertu de la Résolution 1244 du Conseil de sécurité des Nations unies.

Bilan humain[modifier | modifier le code]

Pertes civiles[modifier | modifier le code]

En juin 2000, la croix rouge estima que 3 368 civils (2 500 Albanais, 400 Serbes et 100 Roms) étaient toujours portés disparus, environ un an après la fin du conflit[21]

En 2008, une étude commune du Centre pour la loi humanitaire (en) (Fond za Humanitarno pravo), une ONG de Serbie et Monténégro, la commission internationale des personnes disparues, et la Commission des personne disparues de Serbie a établi une liste de 13 472 noms de victimes tuées dans la periode janvier 1998 à décembre 2000[22],[23]. La liste contient le nom et prénoms des victimes, leur date de naissance, la qualification civile ou militaire et le lieu et la date du décès. Il y a 9 260 victimes albanaises, 2 488 victimes serbes ainsi que 1 254 victimes dont la nationalité n'est pas établie[24].

Civils tués par l'opération Allied Force[modifier | modifier le code]

La République fédérale de Yougoslavie a estimé à 1 200 à 5 700, le nombre de victimes civiles causées par les bombardements de l'OTAN. Le secrétaire général de l'OTAN, Lord Robertson, a écrit après la guerre que le nombre de victimes ne sera jamais précisément connu mais donne les chiffres de l'ONG Human Rights Watch comme une estimation raisonnable. Le rapport de Human Rights Watch compte 488 à 527 victimes civiles serbes dans 90 incidents séparés, le plus important étant la mort de 87 civils lors du bombardement d'une cible militaire à Korisa que les forces serbes auraient fait occuper par des civils[25],[26].

Victimes des forces terrestres yougoslaves[modifier | modifier le code]

Le département d'état américain a utilisé le chiffre de 10 000 victimes pour justifier l'intervention en Yougoslavie[27].

Des experts en statistique mandatés par le TPIY ont estimé le nombre total de victimes à 10 000[28]. Eric Fruits, professeur à l'université de Portland, s'oppose à cette estimation qu'il a jugée être basée sur des données fausses[29].

En août 2000, le TPIY a annoncé avoir exhumé 2 788 corps au Kosovo sans se prononcer sur le nombre de victimes de crimes de guerre parmi ces victimes[30]. La KFOR a annoncé que sur les 2 150 corps découverts jusqu'en 1999, environ 850 seraient des victimes de crimes de guerre[31].

Pertes militaires de l'OTAN[modifier | modifier le code]

Un équipement de pilote de F-16 ainsi que la carcasse d'un F-117 abattu par les forces serbes

Selon les rapports officiels, la guerre n'a fait aucune victime au sein des militaires de l'OTAN lors des opérations militaires. Cependant, le crash d'un AH-64 Apache américain en Albanie [32] a causé la mort de 2 soldats de l'OTAN, David Gibbs et Kevin L. Reichert. Un membre du Special Air Service aurait été tué en Yougoslavie.

Pertes militaires serbes[modifier | modifier le code]

L'OTAN n'a pas fait d'estimation officielle du nombre de victimes militaires. La Yougoslavie a estimé le nombre de victimes militaires à 462 soldats, ainsi que 299 blessés, lors des bombardements de l'OTAN[33].

Pertes militaires de l'UÇK[modifier | modifier le code]

Certains rapports donnent le nombre de 1 000 victimes militaires au sein de l'UÇK[34]. Cependant, les pertes militaires de l'Armée de libération du Kosovo sont difficiles à estimer car il est difficile de savoir qui était un combattant de l'UÇK et qui ne l'était pas. L'armée serbe estimait tout Albanais armé comme membre de l'UÇK, donc une victime comptée comme civile par les Albanais pourrait être comptée comme militaire par les Serbes.

Conséquences[modifier | modifier le code]

À la fin du mois d'avril 2001, les crimes de guerre commençaient tout juste à faire l'objet d'une enquête et à cette date, l'Armée populaire yougoslave avait inculpé 183 militaires et mis en examen 62 autres pour ceux-ci, sans toutefois inclure dans ces investigations les forces spéciales de police ou les forces paramilitaires serbes.

Lui reprochant, outre son autoritarisme, une perte de tous les territoires promis dans ses discours nationalistes, la population serbe vote contre Milosevic et lui fait perdre les élections présidentielles en septembre 2000 ; il fut arrêté le 31 mars 2001 pour être jugé devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, mais il décédera avant la fin du procès en 2006.

La situation reste encore difficile au Kosovo avec le décès de Ibrahim Rugova, président du Kosovo depuis 1989.

Le coût financier des opérations militaires au Kosovo pour (pré et post conflit comprit) a été pour les États-Unis de 3,260 milliards de dollars pour l'année fiscale 1999 et 1,909 milliard pour l'année fiscale 2000[35].

Des négociations étaient toujours en cours concernant le statut final de la région en 2007.

Le 17 février 2008, le Kosovo proclame officiellement son indépendance de la Serbie. Le Kosovo est reconnu par 76 États dont les États-unis et 22 pays de l'Union européenne (au 18 juin 2011).

Chronologie des événements de 1999[modifier | modifier le code]

  • Après l'Incident de Račak, le 15 janvier, Louise Arbour, procureur du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) est empêchée par les forces serbes de se rendre dans la province.
  • 6-23 février : la Conférence de Rambouillet sur le Kosovo est un échec, l'UÇK refusant un simple statut d'autonomie et les Serbes un déploiement international dans la province.
  • 15-19 mars : reprise et nouvel échec des négociations de Rambouillet sur l'avenir du Kosovo, l'UÇK ayant accepté le simple statut d'autonomie pour la province mais les Serbes ayant refusé l'imposition du contingent militaire de l'OTAN et son statut.
  • 23 mars : résolution de l'Assemblée Nationale Serbe condamnant le retrait des observateurs de l'OSCE du 20 mars ordonné par l'OTAN, et demandant à l'ONU et à l'OSCE de faciliter une solution diplomatique par le biais de négociations.
  • 23 mars : l'OTAN ordonne le début de frappes aériennes sur la Serbie.
  • 24 mars : Opération Allied Force. Début des frappes aériennes de l'OTAN sur la Serbie (fin le 9 juin). Immédiatement se déclenche un afflux de réfugiés kosovars vers les pays voisins. La Russie suspend sa coopération avec l'OTAN.
  • 26 mars : début des frappes aériennes de l'OTAN sur les forces serbes stationnées au Kosovo.
  • 2 avril : pour la première fois, des frappes de l'OTAN visent le centre de Belgrade.
  • 6 mai : accord des ministres des affaires étrangères du G8 sur le déploiement de forces internationales au Kosovo.
  • 8 mai : l'ambassade de Chine à Belgrade est touchée lors d'un raid mené par un bombardier furtif B-2 américain.
  • 27 mai : Slobodan Milošević, président yougoslave, est inculpé par le Tribunal Pénal International pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité.
  • 2 juin : la Cour internationale de justice rend son arrêt dans le conflit entre la Yougoslavie et dix pays de l'OTAN concernant la licéité de l'emploi de la force de la part des membres de l'OTAN. La cour se déclare incompétente dans les dix cas, notamment parce que les frappes de l'OTAN sont intervenues avant la signature du traité et parce que la République fédérale de Yougoslavie (RFY) ne faisait pas partie de l'ONU[36].
  • 3 juin : Slobodan Milošević accepte le plan de paix pour le Kosovo.
  • 8 juin : suspension des bombardements de la Serbie par l'OTAN et début du retrait des forces serbes du Kosovo.
  • 9 juin : accord de Kumanovo entre OTAN et Serbes, fin des bombardements au Kosovo, des forces internationales (la KFOR) doivent prendre position au Kosovo.
  • 12 juin : entrée au Kosovo des troupes de la KFOR, mais aussi de troupes russes inattendues, qui prennent position sur l'aéroport de Pristina.
  • 20 juin : fin du retrait des forces serbes du Kosovo.
  • 21 juin : l'UÇK signe un accord de démilitarisation avec la KFOR.
  • Juin: Début de la construction du Camp Bondsteel[37].
  • 2 juillet : le Français Bernard Kouchner est désigné par l'ONU représentant spécial des Nations unies au Kosovo.
  • 23 juillet : massacre de 14 paysans serbes au Kosovo.
  • 25 juillet : débuts de l'« administration Kouchner », dirigeant de la MINUK, mission des nations unies au Kosovo.
  • 6 août : le dirigeant albanais modéré Ibrahim Rugova accepte de participer, avec l'UÇK, au comité de transition au Kosovo dont B. Kouchner est l'instigateur.
  • En août, début de l'exode des Serbes du Kosovo, victimes des représailles des Albanais.
  • 3 septembre : le Deutsche Mark (DEM) remplace le dinar yougoslave comme monnaie officielle du Kosovo.
  • 20 septembre : l'UÇK (armée de libération) se transforme en corps de protection civile (TMK) du Kosovo.
  • 17 novembre : une conférence à Bruxelles permet de débloquer 1 milliard de $ pour la reconstruction du Kosovo.
  • 6 décembre : l'OSCE publie son rapport sur les crimes commis au Kosovo
  • 15 décembre : un accord signé entre l'ONU et les trois principaux partis albanais permet la mise en place d'une administration provisoire au Kosovo.

Critiques de la guerre[modifier | modifier le code]

Véhicule blindé Marder de la Bundeswehr au Kosovo en 1999.
Carte des bombardements ayant utilisé de l'uranium appauvri.

L'intervention de l'OTAN ainsi que les réelles motivations de cette guerre font l'objet de nombreuses discussions. En Europe, les souverainistes, l'extrême droite et les communistes rejettent la guerre.

L'opinion publique des pays de l'OTAN était initialement majoritairement en faveur de cette opération, bien qu'un revirement progressif se soit amorcé suite à la longueur imprévue du conflit et à la multiplication des critiques des bombardements, que ce soit dans les médias yougoslaves ou dans certains rapports d'organisations non gouvernementales (voir par exemple Human Rights Watch).

L'écrivain Vladimir Volkoff dénonce dans Désinformation, flagrant délit, en tant que spécialiste de ces questions, les mécanismes de désinformation dont il pense voir toutes les caractéristiques dans cette opération militaire[38].

Certaines personnalités de gauche s'insurgent contre un retour de la doctrine de la guerre juste, et accusent les médias occidentaux de propagande. Noam Chomsky, par exemple, dans son livre Dominer le monde ou sauver la planète, argue que les massacres serbes ont été provoqués par les frappes de l'OTAN, la majeure partie des victimes antérieures étant du fait de l'UÇK, accusée d'être un groupe terroriste ayant assassiné plusieurs milliers de Serbes comme d'Albanais.

Le mensuel Le Monde diplomatique a publié en mars 2000 un dossier sur le Kosovo très critique envers l'intervention de l'OTAN, insistant notamment sur le rôle des médias dans la diffusion de rumeurs infondées[39] et sur le refus selon lui des pays occidentaux de toute solution diplomatique[40].

Dans leur livre L’opinion, ça se travaille (2000), Serge Halimi, Dominique Vidal et Henri Maler dénoncent la propagande des médias occidentaux en faveur d'une intervention armée de l'OTAN au Kosovo. Il relèvent notamment les rumeurs non fondées de génocide et d'épuration ethnique affichées en une des médias (ainsi que l'absence quasi générale d'excuses publiques une fois les rumeurs démenties), la bienveillance de ces derniers à l'égard des crimes de guerre commis par l'OTAN, ou encore l'association systématique des personnalité critiquant l'intervention de l'OTAN à des alliés du gouvernement serbe.

Le projet d'oléoduc AMBO allant de Bourgas en Bulgarie en mer Noire à Vlora en Albanie sur la mer Adriatique en passant par la Macédoine est aussi présenté par eux comme une importante motivation cachée de ce conflit. Celui-ci n'est toujours pas construit en 2014. C'est par exemple la thèse soutenue par Michel Collon dans son livre Monopoly - l'Otan à la conquête du monde. La construction du camp Bondsteel au Kosovo est parfois avancée pour appuyer cette théorie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Serbian Vlastimir Djordjevic jailed over Kosovo murders », sur bbc.co.uk,‎ 24 fév. 2011 (consulté le 6 mai 2012)
  2. « Europe | Pristina waits for war », BBC News,‎ 1999-02-03 (consulté le 2012-11-08)
  3. « NATO Operation Allied Force », Defense.gov (consulté le 2012-02-28)
  4. « http://www.nytimes.com/1999/06/28/world/crisis-in-the-balkans-the-toll-damage-to-serb-military-less-than-expected.html?pagewanted=all&src=pm » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-08-28
  5. http://www.socialismtoday.org/40/editorial40.html
  6. http://news.bbc.co.uk/2/hi/europe/360071.stm
  7. (en) Elsie, R. (ed.) (2002): "Gathering Clouds. The roots of ethnic cleansing in Kosovo. Early twentieth-century documents". Dukagjini Balkan Books, Peja (Kosovo, Serbia). ISBN 9951-05-016-6
  8. (en) Krizman, Serge. "Massacre of the innocent Serbian population, committed in Yugoslavia by the Axis and its Satellite from April 1941 to August 1941". Map. Maps of Yugoslavia at War, Washington, 1943.
  9. Dusan T. Batakovic Kosovo, la spirale de la haine, l'Âge d'Homme, 1993
  10. Résolution 1160 du conseil de sécurité des Nations Unies
  11. Résolution 1199 du conseil de sécurité des Nations Unies
  12. Décide, au cas où les mesures concrètes exigées dans la présente résolution et la résolution 1160 (1998) ne seraient pas prises, d'examiner une action ultérieure et des mesures additionnelles pour maintenir ou rétablir la paix et la stabilité dans la région
  13. Décide de demeurer saisi de la question
  14. article en anglais dans "The new Republic" du 23 avril 2008
  15. Résolution 1203 du conseil de sécurité des Nations Unies
  16. Résolution 1244 du conseil de sécurité des Nations Unies
  17. (fr) « Rapport du Secrétaire Général des Nations Unies le 17 mars 1999 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-30
  18. Encyclopédie des forces spéciales du monde, tome 2, Jean-Pierre Husson, Histoire & Collections, Paris, 2001, ISBN 2-913903-15-0, p. 95. Le sergent Robert Lyon, du 22nd SAS, trouva la mort durant un accrochage avec les forces serbes. Les autres membres de son équipe purent être exfiltré en Bosnie, où deux d’entre eux, qui avaient été blessés avec lui, furent soignés à l’hôpital de Siporo avant d’être rapatriés en Grande-Bretagne.
  19. PSYOPS et Internet : de l'Irak au Sud-Liban, Revue internationale d'intelligence économique, Vol 1/1 - 2009
  20. « Un cahier spécial sur le Kosovo Les accords de paix », sur Le Monde Diplomatique
  21. (en) « 3,000 missing in Kosovo », BBC,‎ 7 juin 2000
  22. « http://www.hlc-rdc.org/FHPKosovo/KOSOVO-KNJIGA-PAMCENJA/index.1.en.html » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-30
  23. SHQIP « http://www.hlc-rdc.org/FHPKosovo/KOSOVO-KNJIGA-PAMCENJA/index.1.sq.html » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-30
  24. http://www.mondo.rs/v2/tekst.php?vest=112784
  25. « Kosovo One Year On: Achievement and Challenge, by Lord Robertson of Port Ellen, Secretary General of NATO », NATO,‎ mars 2000
  26. « Civilian Deaths in the NATO Air Campaign », Human Rights Watch,‎ février 2000
  27. « Ethnic Cleansing in Kosovo: An Accounting », U.S. Department of State
  28. « Killings and Refugee Flow in Kosovo » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 2002-01-03
  29. Expert Report to the International Criminal Tribunal for the former Yugoslavia, Milutinovic et al., Case No. IT-05-87 PT
  30. (en) Steele, « Serb killings 'exaggerated' by west », The Guardian, Londres,‎ 18 août 2000 (lire en ligne)
  31. Agence France Presse -- English; August 3, 1999 11:05 GMT; Top UN official in Kosovo sparks storm over mass grave body count
  32. « Officially confirmed/documented NATO helicopter losses » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  33. (en) Heike Krieger, The Kosovo Conflict and International Law: An Analytical Documentation 1974-1999, Cambridge University Press,‎ 2001 (ISBN 978-0521800716, lire en ligne), p. 323
  34. The War Street Journal Invents Kosovo (KLA casualties)
  35. (en) Costs of Major U.S. Wars and Recent U.S. Overseas Military Operation, 3 octobre 2001
  36. Résumé des arrêts, avis consultatifs et ordonnances de la Cour Internationale de Justice 1997-2002, Publications des Nations-Unies, pp. 75-135
  37. Bondsteel: Détails
  38. Vladimir Volkoff, Désinformation, flagrant délit, Monaco, Éditions du Rocher, 1999.
  39. Serge Halimi et Dominique Vidal Médias et désinformation, Le Monde diplomatique, mars 2000
  40. Noam Chomsky Au Kosovo, il y avait une autre solution, Le Monde diplomatique, mars 2000

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Analyses[modifier | modifier le code]

  • Xavier Pacreau, De l'intervention au Kosovo en 1999 à l'intervention en Irak de 2003 : Analyse comparative des fondements politiques et juridiques, LGDJ, 2006 (ISBN 2275027629)
  • La guerre du Kosovo, Revue Strategique 74-75, Economica, 2000 (ISBN 2717841342)
  • Jean-Arnault Dérens, Catherine Samary, Les conflits yougoslaves de A à Z, Éditions de l'Atelier, 2000 (ISBN 70823532X[à vérifier : isbn invalide])
  • Jean-Yves Potel, Les cent portes de l'Europe centrale, Éditions de l'Atelier, 1998
  • Bernard Adam, La guerre du Kosovo: éclairages et commentaires, Éditions Complexe, 1999 (ISBN 2870277172)
  • Dusan T. Batakovic, Kosovo : La spirale de la haine, les faits, les acteurs, l'histoire, L'Âge d'Homme, 1998 (ISBN 2825111325)

Justification de la guerre[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :