Rassemblement des gauches républicaines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Rassemblement des gauches républicaines (RGR), est une coalition électorale de la IVe République, située au centre-droit[1]. À la sortie de la guerre, ce rassemblement permet au Parti radical, en s'alliant à la jeune UDSR, de retrouver une place sur l'échiquier politique français.

Les composantes du RGR[modifier | modifier le code]

Le Rassemblement des gauches républicaines comptait également de nombreux adhérents directs, membres d'aucune des formations précédentes. Ainsi, François Mitterrand fut lui-même membre du RGR avant de rejoindre l'UDSR.

Historique[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

À l'origine conçu pour permettre aux radicaux et à l'UDSR de survivre au scrutin proportionnel, le RGR accueille de nombreuses formations conservatrices microscopiques afin d'entretenir l'illusion d'un vaste rassemblement. Il est incontestable que cette opération réussit parfaitement, le Parti radical ayant retrouvé une grande partie de son influence politique à la suite de la création du RGR. De fait, ce rassemblement est composé d'individualités et plutôt orienté à droite, en dépit de son nom. Le RGR est subventionné par le patronat français[2], qui voyait en lui (avant la création du CNIP) le meilleur rempart contre le communisme et l'étatisme, et le meilleur défenseur du libéralisme économique dans un contexte marqué par de nombreuses nationalisations.

Jean-Paul David, secrétaire général[1], dirige le rassemblement selon des principes d'organisation politique moderne.

Le RGR obtient un score de 11,6 % des suffrages aux législatives du 2 juin 1946, puis de 12,4 % (70 élus) à celles du 10 novembre 1946. Le RGR s'affirme surtout lors des sénatoriales de 1948 en devenant le principal groupe de la Haute assemblée avec 83 élus. Aux législatives de 1951, le RGR fait 11,1 %.

Grâce à sa participation à la Troisième force (avec la SFIO et le MRP), le RGR permet aux personnalités du parti radical et de l'UDSR de peupler de nombreux gouvernements de la première législature (1946-1951).

Le RGR autonome[modifier | modifier le code]

Aux législatives de 1956, le RGR n'obtient que 3,9 % des suffrages (12 élus) car de nombreux radicaux et UDSR s'étaient alors présentés sous l'étiquette du Front Républicain (mendèsiste). Après ce semi-échec, le RGR se constitue en parti autonome de centre-droit sous la conduite d'Edgar Faure, réunissant les radicaux hostiles à Pierre Mendès France et exclus du Parti Radical.

Le RGR éclate en 1958 : plusieurs de ses membres retournent au Parti radical, tandis que Jean-Paul David créé le Parti libéral européen.

Organisation[modifier | modifier le code]

En 1951, le RGR compte 17 500 adhérents[1].

Plusieurs organisations étaient affiliées aux RGR, comme le Rassemblement des Femmes Républicaines et l'Assemblée des Jeunes RGR, devenue ensuite les Jeunesses Européennes Libérales.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Présidents[modifier | modifier le code]

Autres personnalités[modifier | modifier le code]

Henri Queuille, Jean Médecin, François Mitterrand, Félix Gaillard, Jean-Paul David, René Mayer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Article "RGR", in. Dictionnaire historique de la vie politique française, sous la direction de Jean-François Sirinelli, 1995, PUF, Paris
  2. Jean-Pierre Rioux, La France de la Quatrième République, tome 1 : l'ardeur et la nécessité, 1944-1952, Paris, Seuil, 1980, p.224-225