Stade Buffalo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

48° 48′ 42″ N 2° 19′ 19″ E / 48.811583, 2.322038

Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Vélodrome Buffalo.
Stade Buffalo
{{#if:
Généralités
Adresse Montrouge
Construction et ouverture
Ouverture 24 septembre 1922
Démolition 1957
Utilisation
Équipement
Capacité 20 000

Le stade Buffalo était un stade vélodrome parisien situé non loin de la Porte des Ternes. Il fut inauguré le 24 septembre 1922, transféré à Montrouge en 1923 et détruit en 1957.

Il pouvait accueillir 20 000 spectateurs pour les matchs de football et 20 000 pour les matchs de boxe. Équipé d'une piste cycliste en ciment, l'enceinte reçut également des compétitions mineures de cyclisme.

Histoire[modifier | modifier le code]

En matière de football, le Stade Buffalo a vu se disputer trois matches de l'équipe de France de football : le 13 janvier 1924 contre l'équipe de Belgique de football (victoire française 2-0 devant 20 000 spectateurs), le 21 février 1928 contre l'équipe d'Irlande de football (victoire française 4-0) et le 7 décembre 1930 contre la Belgique (nul 2-2). En juin 1930, un tournoi de football baptisé « Tournoi du Stade Buffalo » mit aux prises le Racing Club de France, le CASG Paris, les Espagnols du Real Unión Irún et les Hongrois du MTK Budapest. Les Hongrois remportent ce tournoi.

Le 15 avril 1934, le stade Buffalo fut aussi le théâtre du 2e match international de Rugby à XIII ayant lieu en France ; c'était aussi le 1er match de l’équipe de France de rugby à XIII dont la constitution faisait suite à celle de la fédération française de rugby à XIII (6 avril 1934) dénommée Ligue française de rugby à XIII.
Ce match qui mit aux prises l'équipe nationale de France contre l'équipe nationale d'Angleterre vit, devant environ 20 000 spectateurs payants qui découvraient aussi ce nouveau/néo rugby, l'Angleterre battre la France 32 à 21. (De 1935 à 1939, le XIII de France y élu domicile, une à deux fois par an, pour ses matchs internationaux à Paris).
Et, le 18 avril 1934 le Stade Buffalo fut interdit aux clubs de Rugby à XV par la Fédération française de rugby à XV car il avait accueilli un autre jeu de rugby non reconnu, non accepté par elle.

Durant la 2e moitié des années 1930, à la fin des années 1940 et au début des années 1950, le stade Buffalo fut aussi le cadre de nombreux meetings politiques rassemblant chaque fois des milliers de personnes de la gauche française anti-fasciste, anti-impérialiste ou pour des fêtes pour la Paix.

Il fut pendant la Seconde Guerre mondiale un Centre de Rassemblement des Étrangers.

Le dimanche 19 mai 1947, le coureur cycliste Louison Bobet gagnait à Buffalo (cité comme vélodrome Buffalo dans son livre Champion cycliste Bibliothèque verte) sa première grande course professionnelle, le circuit des Boucles de la Seine, long de 280 km (Maisons-Alfort-Villeneuve-St-Georges-Melun-Corbeil-Fresnes-Versailles-St-Germain-Mantes-Vernon-Meulan-Pontoise-Bezons-Porte Maillot-Montrouge). Cette victoire lui valut de courir son premier Tour de France en 1947.

Entre 1953 et 1957, le stade Buffalo a accueilli les premières courses automobiles de stock-cars en Europe.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Le film Fric-Frac (1939) de Maurice Lehmann avec Fernandel, Arletty et Michel Simon s'ouvre sur une épreuve cycliste à Buffalo.

Attention à ne pas confondre le Stade Buffalo, également parfois appelé Stade vélodrome Buffalo, avec le Vélodrome Buffalo, enceinte sportive construite à la fin du XIXe siècle à Neuilly-sur-Seine.

Notes et références[modifier | modifier le code]