Étoile nord-africaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir ENA et Ena.

L'Étoile nord-africaine (ENA) est une association fondée en France en 1926 par un noyau de travailleurs émigrés, devenue par la suite un parti politique dont les membres les plus connus sont : Salah Bouchafa, Messali Hadj, Amar Imache, Hadj Ali Abdelkader, Mohammed Djefel, Si Djilani Mohammed, Belkacem Radjef, Ahmed Belghoul, qui en jouèrent les principaux rôles. L'émir Khaled El-Hassani Ben El-Hachemi, petit-fils de l'émir Abd El-Kader), exilé en Égypte en fut le président d'honneur.

Premières années[modifier | modifier le code]

Hadj ali Abd el-Kader est membre du comité directeur du Parti communiste français (PCF) quand le Komintern demande que l'action du parti se développe parmi les travailleurs nord-africains. Hadj ali Abd el-Kader fonde alors l'Étoile nord-africaine dans ce but. Cette organisation, selon la volonté de Hadj ali Abd el-Kader, est fondamentalement laïque et compte se battre en complète collaboration avec la classe ouvrière française. Elle recrute la majeure partie de ses militants dans l'émigration ouvrière algérienne, militants qui sont placés sous haute surveillance par le Service des affaires indigènes nord-africaines de la Préfecture de police de Paris. Les buts de cette association sont « la défense des intérêts sociaux, matériels et moraux » des travailleurs de cette région.

En 1927, elle accueille Messali Hadj. Ce jeune Tlemcenien a des points de vue qui divergent de ceux de Hadj ali abdel-Kader. moins préoccupé par la laïcité et faisant état de points de vue nationalistes, il veut engager le mouvement sur le terrain politique en se faisant porte-parole d'une revendication d'indépendance de l'Afrique du Nord (Maroc, Algérie et Tunisie au sein d'un ensemble national que serait l'Algérie). Il est membre et permanent du parti communiste et il est adhérent et militant de la CGTU. Le parti comprenait 4000 membres en 1924 [réf. nécessaire].

L'avocat communiste Robert-Jean Longuet, fils de Jean Longuet, qui a défendu des Marocains à Paris et cofondé, en 1932, la revue Maghreb à Paris, participe pour le compte de l'Association juridique internationale (AJI) à la défense des militants de l’Étoile nord-africaine, inculpés à la suite des massacres de Constantine[1].

Discours de Messali Hadj[modifier | modifier le code]

Le Parti communiste prépare un congrès anticolonial de Bruxelles du 10 au 15 février 1927 et compte beaucoup sur cette manifestation.

Messali Hadj prépare un discours dans lequel il annonce vouloir dénoncer l'« odieux code de l'Indigénat ».

Il s'exprime le 10 février, son texte lui a été subtilisé, il résumera son propos par une intervention de quinze minutes. Ce discours scellera son engagement, il devient la référence de la lutte anticoloniale en Afrique du Nord. Le discours s'organise en deux parties formant un double programme, il déclare d'emblée : « le peuple algérien qui est sous la domination française depuis un siècle n'a plus rien à attendre de la bonne volonté de l'impérialisme français pour améliorer notre sort. »


Première partie, les mesures immédiates[modifier | modifier le code]

  1. Abolition immédiate du Code de l'indigénat et de toutes les mesures d'exception.
  2. Amnistie pour tous ceux qui sont emprisonnés, en surveillance spéciale ou exilés pour infraction au Code de l'indigénat ou pour délit politique.
  3. Liberté de voyage absolue pour la France et l'étranger.
  4. Liberté de presse, d'association, de réunions, droits politiques et syndicaux.
  5. Remplacement des délégations financières élues au suffrage restreint, par un parlement national algérien élu au suffrage universel.
  6. Suppression des communes mixtes et des territoires militaires, remplacement de ces organismes par des assemblées municipales élues au suffrage universel.
  7. Accession de tous les Algériens à toutes les fonctions publiques sans aucune distinction, fonction égale, traitement égal pour tous.
  8. L'instruction obligatoire en langue arabe accession à l'enseignement à tous les degrés; création de nouvelles écoles arabes. Tous les actes officiels doivent être simultanément rédigés dans les deux langues.
  9. Application des lois sociales et ouvrières. Droit au secours de chômage aux familles algériennes en Algérie et aux allocations familiales.

Deuxième Partie, les revendications politiques[modifier | modifier le code]

  1. L'indépendance totale de l'Algérie.
  2. Le retrait total des troupes d'occupation.
  3. Constitution d'une armée nationale, d'un gouvernement national révolutionnaire, d'une assemblée constituante élue au suffrage universel. Le suffrage universel à tous les degrés et l'éligibilité dans toutes les assemblées pour tous les habitants de l'Algérie. La langue arabe considérée comme langue officielle.
  4. La remise en totalité à l'État algérien des banques, des mines, des chemins de fer, des forts et services publics accaparés par les conquérants.
  5. La confiscation des grandes propriétés accaparées par les féodaux alliés des conquérants, les colons et les sociétés financières et la restitution aux paysans des terres confisquées. Le respect de la moyenne et petite propriété. Le retour à l'État algérien des terres et forêts accaparées par l'État français.
  6. L'instruction gratuite obligatoire à tous les degrés en langue arabe.
  7. La reconnaissance par l'État algérien du droit syndical, de coalition et de grève, l'élaboration des lois sociales.
  8. Aide immédiate aux fellahs pour l'affectation à l'agriculture de crédits sans intérêts pour l'achat de machines, de semences, d'engrais ; organisation de l'irrigation et amélioration des voies de communications.

Le discours et la faconde de son auteur frappent l'auditoire, le jeune tlemcenien sort de l'ombre, il vient de passer une épreuve, il devint sur le champ un dirigeant politique dont on saisit le rôle majeur qui sera le sien.

La rupture avec le PCF[modifier | modifier le code]

En 1928, l'Étoile nord-africaine se sépare du Parti communiste français (PCF) dont la « bolchevisation » voulue par le Komintern l'éloigne de ce qui sera sa revendication principale, l'autodétermination.

Les autorités françaises dénoncent la « menace pour l'autorité de l'État ». L'ENA est dissoute le 20 novembre 1929.

Le 28 mai 1933 une assemblée générale secrète se tient et élit Messali Hadj, président, Amar Imache, secrétaire général, Belkacem Radjef, trésorier général, et désigne Si-Djilani comme directeur du périodique El-Ouma (« La Nation ») dont Imache sera rédacteur en chef. La double appartenance avec le PC est interdite.

Lors des grèves du Front populaire, l'ENA adhère aux revendication des mouvements sociaux et se solidarise avec les ouvriers.

L'ENA s'oppose au projet Blum-Viollete qui prévoit l'attribution de la citoyenneté française à une minorité d'Algériens.

Le Front populaire dissout à nouveau l'ENA en janvier 1937 et poursuit ses dirigeants pour reconstitution de ligue dissoute. Ses dirigeants sont condamnés puis amnistiés. Selon des informations policières, l'ENA avait 5 000 membres à ce moment.

Cette dissolution conduira Messali Hadj à la constitution du Parti du peuple algérien (PPA) à Nanterre en mars 1937, qui poursuit les mêmes objectifs que ceux de l'ENA, revendiquant une émancipation et une autonomie totale de l'Algérie au sein de la République française. Mais Messali ne revendique plus l'indépendance.

Membres de l’Étoile nord-africaine[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voir Marguerite Rollinde, Le mouvement marocain des droits de l'homme, éd. Karthala, 2002, p.51, qui cite le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mahfoud Kaddache, Histoire du nationalisme algérien , éditions MEDITERRANEE, 2004
  • Jacques Simon, L'Étoile nord-africaine (1926-1937), Cahiers du CREAC.
  • Jacques Simon, L'Étoile nord-africaine (1926-1937), Cahiers du CREAC.
  • Messali Hadj par les textes, textes choisis et présentés par Jacques Simon, éditions Bouchéne, 2000.
  • Les Archives de la révolution algérienne, rassemblées et commentées par Mohammed Harbi, postface de Charles-Robert Ageron, Paris, Éditions Jeune Afrique, 1981.
  • Benjamin Stora, Les Sources du nationalisme algérien. Parcours idéologiques. Origines des acteurs, éd. L'Harmattan.
  • Banjamin Stora, Nationalistes algériens et révolutionnaires français au temps du Front populaire. Histoires et perspectives méditerranéennes, éd. L'Harmattan.
  • Jacques Simon, Le PPA - (Le Parti du peuple algérien): (1937-1947), L'Harmattan, 2005 ISBN 2-7475-8528-X.
  • Omar Carlier, "Mémoire, mythe et doxa de l'Etat en Algérie", in Raphaëlle Branche (dir.), La guerre d'indépendance des Algériens," Paris, Perrin, "tempus", pages 19-33.

Liens externes[modifier | modifier le code]