France au Concours Eurovision de la chanson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
France au Concours Eurovision
Pays Drapeau de France France
Radio diffuseur RTF (1956-1964)
ORTF 1re (1965-1974)
TF1 (1975-1981)
A2 (1983-1992)
France 2 (1993-1998)
France 3 (1999-2014)
France 2 (2015-)
Participations
1re participation Eurovision 1956
Participations 58 (en 2015)
Meilleure place 1er (en 1958, 1960, 1962, 1969, 1977)
Moins bonne place Dernier (en 2014)
Liens externes
Page officielle du diffuseur
Page sur Eurovision.tv

La France participe au Concours Eurovision de la chanson, depuis sa première édition, en 1956, et l'a remporté à cinq reprises : en 1958, 1960, 1962, 1969 et 1977[1].

La France fait partie des cinq plus importants contributeurs financiers de l'UER, avec l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et le Royaume-Uni. Ensemble, ils constituent le groupe dit des « Big Five ». Depuis l'édition 1999 du concours, ceux-ci ont la garantie d’une place automatique en finale, indépendamment de leur résultat, l'année précédente[2].

Participation[modifier | modifier le code]

La France est un des sept pays fondateurs du Concours Eurovision de la chanson, avec l’Allemagne, la Belgique, l'Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas et la Suisse[3].

Le pays participe donc depuis 1956 et n'a manqué que deux éditions du concours : en 1974 et en 1982.

En 1974, l'ORTF avait sélectionné la chanson La Vie à 25 Ans, interprétée par Dani, pour la représenter. Cependant, le décès inopiné du président Georges Pompidou, le mardi 2 avril 1974, entraîna le retrait du pays. En effet, les obsèques du président avaient lieu le jour même de la finale, le samedi 6 avril 1974. Pour les mêmes raisons, Anne-Marie David, la gagnante de l'année précédente, ne put se déplacer à Brighton pour remettre la médaille du grand prix. Le concours fut finalement diffusé en différé, une semaine plus tard, le samedi 13 avril 1974, avec le commentaire de Pierre Tchernia[4].

En 1982, le nouveau directeur des variétés de TF1, Pierre Bouteiller, estima que le concours n’était plus qu’un « monument à la bêtise », dont l’intérêt avait été dissipé par « l’absence de talent et la médiocrité des chansons ». Il décida donc du retrait français[5]. Comme il prit sa décision en octobre, juste avant la date officielle d’enregistrement des candidatures, les autres chaînes publiques françaises ne purent s’organiser et trouver une alternative. Il n’y eut au final aucune retransmission télévisée du concours en France. Ce fut la seconde et dernière fois que le pays manqua une édition de l’Eurovision[6].

Seule l’Allemagne a participé plus souvent au concours, n’ayant manqué qu’une seule édition, en 1996[7]. Et seul le Royaume-Uni a participé aussi souvent, n’ayant manqué également que deux éditions, en 1956 et en 1958[8].

Organisation[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1973, le concours fut retransmis par la RTF, devenue ORTF en 1965. De 1975 à 1981, la diffusion fut reprise par TF1. Mais en 1982, la chaîne décida de se retirer.

À partir de 1983, la retransmission fut donc assurée par France Télévisions. Tout d'abord Antenne 2 de 1983 à 1992, puis France 2 de 1993 à 1998, ensuite France 3 de 1999 à 2014, et de nouveau France 2 à partir de 2015.

Résultats[modifier | modifier le code]

La France a remporté le concours à cinq reprises.

La première fois, en 1958, avec la chanson Dors, mon amour, interprétée par André Claveau[1].

La deuxième fois, en 1960, avec la chanson Tom Pillibi, interprétée par Jacqueline Boyer[9]. Tom Pillibi avait été en réalité écrit pour Marcel Amont, qui se désista au dernier moment[10]. Elle fut la première chanson gagnante du concours à devenir un succès dans plusieurs pays européens : l’Allemagne, la France, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la Suède notamment[11]. Jacqueline Boyer était la fille des chanteurs Jacques Pills et Lucienne Boyer. Son père avait représenté Monaco à l’édition 1959 du concours mais avait terminé dernier. Jacqueline connut ensuite une longue carrière, comme chanteuse et actrice[9]. De sa victoire au concours, elle dit : « A mon retour à Paris, j’ai été traitée comme une héroïne nationale, revenant d’avoir vaincu l’ennemi dans quelque bataille sanglante[12]. » et « J’ai fait le tour du monde et toute une carrière grâce à une seule chanson[10]. »

La troisième fois, en 1962, avec la chanson Un premier amour, interprétée par Isabelle Aubret[1].

La quatrième fois, en 1969, avec la chanson Un jour, un enfant, interprétée par Frida Boccara[1]. Pour la première fois de l’histoire du concours, le vote se termina sur un ex aequo, l’Espagne, la France, les Pays-Bas et le Royaume-Uni obtenant chacun 18 votes. Cette possibilité n’ayant pas été envisagée par le règlement, ces quatre pays furent déclarés vainqueurs. Il y eut donc quatre chansons gagnantes : Vivo cantando, interprétée par Salomé pour l'Espagne ; Un jour, un enfant, interprétée par Frida Boccara pour la France ; De troubadour, interprétée par Lenny Kuhr pour les Pays-Bas et Boom Bang-a-Bang, interprétée par Lulu pour le Royaume-Uni. Il n’y eut ni deuxième, ni troisième place[13].

La cinquième fois, en 1977, avec la chanson L'Oiseau et l'Enfant, interprétée par Marie Myriam[1]. Par la suite, Myriam confia qu’elle était tellement nerveuse, lors de sa prestation, qu’elle ne put empêcher ses mains de trembler[14]. Son retour sur scène, après la proclamation de sa victoire, prit plus de temps que prévu. Marie Myriam, en pleurs, embrassait tous les autres participants. Mais alors qu’elle se dirigeait vers la porte des coulisses, le caméraman qui la filmait fit une chute spectaculaire dans les escaliers, lui barrant le passage. Myriam s’arrêta alors net de pleurer et lui vint en aide[15].

Le pays a terminé à la deuxième place, à quatre reprises (en 1957, 1976, 1990 et 1991) et à la troisième place, à sept reprises (en 1959, 1965, 1967, 1968, 1978, 1979 et 1981). La France est le pays participant à avoir le plus souvent terminé aux troisième et quatrième places. A contrario, le pays a terminé à une reprise à la dernière place, en 2014. La France demeure le seul pays fondateur du concours et le seul des « Big Five » à n’avoir jamais obtenu de nul point[1].

Pays hôte[modifier | modifier le code]

La France a organisé le concours à trois reprises : en 1959, 1961 et 1978.

En 1959, l'évènement se déroula le mercredi 11 mars 1959, au Palais des Festivals de Cannes. La présentatrice de la soirée fut Jacqueline Joubert et le directeur musical, Franck Pourcel[16]. Ce fut la première fois que le concours débuta par une vidéo introductive. Jacqueline Joubert fut la première présentatrice de l’histoire du concours à ouvrir une finale par la phrase rituelle : « Bonsoir l’Europe[17] ! » Enfin, ce fut la première et unique fois de l’histoire du concours que les chansons ayant terminé en deuxième et troisième position furent rejouées à l’issue du vote, avant la reprise traditionnelle de la chanson gagnante[18].

En 1961, l'évènement se déroula le samedi 18 mars 1961, à nouveau au Palais des Festivals de Cannes. La présentatrice de la soirée fut Jacqueline Joubert et le directeur musical, Franck Pourcel[19]. Jacqueline Joubert avait également présenté l'édition 1959 et devint ainsi la première personne à présenter une deuxième fois le concours[20].

En 1978, l'évènement se déroula le samedi 22 avril 1978, au Palais des Congrès, à Paris. Les présentateurs de la soirée furent Denise Fabre et Léon Zitrone, le directeur musical, François Rauber. Ce fut la toute première fois que deux personnes présentèrent ensemble le concours[21]. Cette année-là, le déroulement et le résultat du concours posèrent problème à de nombreux télédiffuseurs d’Afrique du Nord et du Proche-Orient. Tous passèrent des spots publicitaires durant la prestation d’Israël. Puis, lorsque la victoire israélienne devint évidente, tous mirent fin prématurément à la retransmission. La Jordanie se fit particulièrement remarquer. La télévision jordanienne interrompit le déroulement du vote, pour faire un gros plan sur un bouquet de jonquilles. Le lendemain, les journaux jordaniens proclamèrent la victoire de la Belgique, qui avait en réalité terminé deuxième[22].

Faits notables[modifier | modifier le code]

En 1981, l’épouse du représentant français, Jean Gabilou, un artiste d'origine polynésienne, décéda à Tahiti durant la semaine des répétitions. Malgré tout, le chanteur décida de concourir et termina à la troisième place[23].

En 1983, la chanteuse Corinne Hermès présenta d'abord sa chanson, Si la vie est cadeau, à la sélection française. N'ayant pas été retenue pour représenter la France, elle se tourna vers la télévision luxembourgeoise, qui la retint. Hermès remporta au final le concours pour le Luxembourg, lui offrant ainsi sa cinquième victoire.

En 1989, la représentante française, Nathalie Pâque, était à peine âgée de onze ans, ce qui suscita une vaste controverse. L'UER décida alors de modifier le règlement de l'Eurovision. Dès l'année suivante, il fut imposé aux candidats d'avoir seize ans révolus, le jour du concours. Par conséquent, Nathalie Pâque demeure la plus jeune artiste à avoir jamais concouru[24].

En 1990, la chanson française, White and Black Blues, avait été écrite par Serge Gainsbourg. C'était sa troisième participation au concours, après sa victoire en 1965, avec Poupée de cire, poupée de son, et sa cinquième place en 1967, avec Boum badaboum. Mais c'était sa première participation pour la France, les deux précédentes étant respectivement pour le Luxembourg et pour Monaco. Il y avait eu cette année-là, un changement de direction à la tête du département des divertissements de la télévision publique française. La nouvelle directrice, Marie-France Brière, au vu des mauvais résultats français des années précédentes, avait initialement décidé d'un retrait d'Antenne 2. Mais après réflexion, elle opta pour une approche professionnelle. Ce fut elle qui décida Serge Gainsbourg et Joëlle Ursull, alors membre du groupe Zouk Machine et qui souhaitait lancer sa carrière solo. White and Black Blues termina à la deuxième place mais fut le véritable succès commercial du concours[25].

En 1991, pour la deuxième fois dans l’histoire du concours, après 1969, le vote se conclut sur un ex aequo. La France et la Suède avaient en effet obtenu chacune 146 points à l'issue du vote. Le superviseur décida alors de mettre en application la règle ad hoc, introduite en 1989. Il fit procéder au décompte des "douze points". Il apparut alors que la France et la Suède en avaient reçu chacune quatre. Le superviseur décompta alors les "dix points". La France en avait reçu deux et la Suède, cinq. Par conséquent, la Suède fut proclamée vainqueur[26]. Ce fut la toute première fois que le vainqueur fut désigné en recourant à la règle des ex aequo[27]. Après le concours, de nombreuses rumeurs de fraude se répandirent dans les médias. La délégation française en demeura convaincue et estima imméritée la victoire suédoise. La controverse trouve en réalité son origine dans la nouvelle règle des ex aequo, instaurée en 1989 sans la moindre publicité. Deux ans plus tard, elle demeurait toujours inconnue du grand public et même des commentateurs, dont le français Léon Zitrone, qui avoua à l’antenne, durant la retransmission, qu’il en prenait connaissance en même temps que les téléspectateurs[28].

En 1992, ce fut la toute première fois que la chanson représentant la France fut interprétée dans une autre langue que le français, en l’occurrence le créole. Il s’agissait en fait de la langue maternelle du chanteur Kali, qui était originaire de La Martinique[29].

En 1994, la représentante française, Nina Morato, fut la première artiste de l’histoire du concours à jurer durant sa prestation[30].

En 1999, la représentante française, Nayah, suscita une vaste controverse, dès sa sélection. Pour la première fois depuis 1987, la télévision publique française avait organisé une finale nationale. Après sa victoire, les médias découvrirent que la chanteuse avait appartenu à une secte religieuse apocalyptique. Cette secte croyait que la fin du monde surviendrait avec l’avènement du deuxième millénaire : chaque membre serait alors sauvé par des vaisseaux extraterrestres qui partiraient de Jérusalem. Nayah se défendit du mieux qu’elle put, arguant qu’elle avait quitté la secte depuis longtemps déjà. Elle termina finalement à la dix-neuvième place[31].

En 2001, ce fut la toute première fois que la chanson représentant la France fut interprétée dans une langue étrangère. En effet, Natasha Saint-Pier décida de passer à l’anglais pour la seconde partie de son interprétation[32].

En 2008, ce fut la toute première fois qu’une finale ne vit concourir aucune chanson en français. Même la chanson représentant la France était rédigée quasi intégralement en anglais. Cela avait suscité une telle controverse lors de sa sélection, que son auteur et interprète, Sébastien Tellier, avait dû ajouter deux phrases supplémentaires en français[33].

En 2014, pour la première fois, la France termina à la dernière place, ne recevant que deux points de la Finlande et de la Suède.

Représentants[modifier | modifier le code]

Année Artiste(s) Chanson Traduction française Place
(en finale)
Points
(en finale)
1956 Mathé Altéry Le Temps perdu - - -
Dany Dauberson Il est là - - -
1957 Paule Desjardins La Belle amour - 02 17
1958 André Claveau Dors, mon amour - 01 27
1959 Jean Philippe Oui, oui, oui, oui - 03 15
1960 Jacqueline Boyer Tom Pillibi - 01 32
1961 Jean-Paul Mauric Printemps, avril carillonne - 04 13
1962 Isabelle Aubret Un premier amour - 01 26
1963 Alain Barrière Elle était si jolie - 05 25
1964 Rachel Le Chant de Mallory - 04 14
1965 Guy Mardel N'avoue jamais - 03 22
1966 Dominique Walter Chez nous - 16 01
1967 Noëlle Cordier Il doit faire beau là-bas - 03 20
1968 Isabelle Aubret La Source - 03 20
1969 Frida Boccara Un jour, un enfant - 01 18
1970 Guy Bonnet Marie-Blanche - 04 08
1971 Serge Lama Un jardin sur la terre - 10 82
1972 Betty Mars Comé-comédie - 11 81
1973 Martine Clémenceau Sans toi - 15 65
1974 retrait
1975 Nicole Rieu Et bonjour à toi l'artiste - 04 91
1976 Catherine Ferry Un, deux, trois - 02 147
1977 Marie Myriam L'Oiseau et l'Enfant - 01 136
1978 Joël Prévost Il y aura toujours des violons - 03 119
1979 Anne-Marie David Je suis l'enfant-soleil - 03 106
1980 Profil Hé, hé m'sieurs dames - 11 45
1981 Jean Gabilou Humanahum - 03 125
1982 retrait
1983 Guy Bonnet Vivre - 08 56
1984 Annick Thoumazeau Autant d'amoureux que d'étoiles - 08 61
1985 Roger Bens Femme, dans ses rêves aussi - 10 56
1986 Cocktail Chic Européennes - 17 13
1987 Christine Minier Les Mots d'amour n'ont pas de dimanche - 14 44
1988 Gérard Lenorman Chanteur de charme - 10 64
1989 Nathalie Pâque J'ai volé la vie - 08 60
1990 Joëlle Ursull White and Black Blues Blues blanc et noir 02 132
1991 Amina Le Dernier qui a parlé - 02 146
1992 Kali Monté la riviè' Monter la rivière 08 73
1993 Patrick Fiori Mama Corsica - 04 121
1994 Nina Morato Je suis un vrai garçon - 07 74
1995 Nathalie Santamaria Il me donne rendez-vous - 04 94
1996 Dan Ar Braz & l'Héritage des Celtes Diwanit bugale Puissiez-vous fleurir, enfants 19 18
1997 Fanny Sentiments songes - 07 95
1998 Marie Line Où aller - 24 03
1999 Nayah Je veux donner ma voix - 19 14
2000 Sofia Mestari On aura le ciel - 23 05
2001 Natasha St-Pier Je n'ai que mon âme - 04 142
2002 Sandrine François Il faut du temps - 05 104
2003 Louisa Baïleche Monts et merveilles - 18 19
2004 Jonatan Cerrada À chaque pas - 15 40
2005 Ortal Chacun pense à soi - 23 11
2006 Virginie Pouchain Il était temps - 22 05
2007 Les Fatals Picards L'Amour à la française - 22 19
2008 Sébastien Tellier Divine - 19 47
2009 Patricia Kaas Et s'il fallait le faire - 08 107
2010 Jessy Matador Allez ola olé - 12 82
2011 Amaury Vassili Sognu Je rêve 15 82
2012 Anggun Echo (You and I) Écho (Toi et moi) 22 21
2013 Amandine Bourgeois L'Enfer et Moi - 23 14
2014 Twin Twin Moustache - 26 02
2015


  •      Première place
  •      Deuxième place
  •      Troisième place
  •      Dernière place

Chefs d'orchestre, commentateurs et porte-paroles[modifier | modifier le code]

Depuis ses débuts en 1956, la télévision française a souvent recouru à ses présentateurs les plus célèbres pour commenter le concours : Pierre Tchernia, Léon Zitrone, Georges de Caunes ou encore Michel Drucker. Il est à noter que, jusqu'en 1979, Monaco retransmettait lors de chaque finale, les commentaires de la télévision française.

Année Chef d'orchestre Commentateur(s) (en finale) Commentateur(s) (en demi-finale) Porte-parole(s)
1956 Franck Pourcel Michèle Rebel - -
1957 Paul Durand Robert Beauvais Claude Darget
1958 Franck Pourcel Pierre Tchernia
1959 Claude Darget Marianne Lecène
1960 Pierre Tchernia ?
1961 Guy Lux
1962 Pierre Tchernia
1963
1964 Robert Beauvais
1965 Pierre Tchernia
1966 François Deguelt
1967 Pierre Tchernia
1968 Alain Goraguer
1969 Franck Pourcel
1970
1971 Georges de Caunes -
1972 Pierre Tchernia
1973 Jean Claudric
1974 retrait retrait
1975 Jean Musy Georges de Caunes ?
1976 Tony Rallo Jean-Claude Massoulier
1977 Raymond Donnez Georges de Caunes
1978 Alain Goraguer Léon Zitrone & Denise Fabre
1979 Guy Mattéoni Marc Menant Fabienne Égal
1980 Sylvano Santorio Patrick Sabatier
1981 David Sprinfield
1982 retrait retrait
1983 François Rauber Léon Zitrone Geneviève Moll
1984 Gillette Aho
1985 Michel Bernholc Patrice Laffont Élisabeth Tordjman
1986 Jean-Claude Petit Patricia Lesieur
1987 Patrick Simpson-Jones Lionel Cassan
1988 Guy Mattéoni Lionel Cassan Catherine Ceylac
1989 Marie-Ange Nardi
1990 Régis Dupré Richard Adaridi Valérie Maurice
1991 Jérôme Pillement Léon Zitrone Marie-France Brière
1992 Magdi Vasco Noverraz Thierry Beccaro Laurent Romejko
1993 Christian Cravero Patrice Laffont
1994 Alain Goraguer
1995 Michel Bernholc Olivier Minne Thierry Beccaro
1996 Fiachra Trench Laurent Broomhead
1997 Régis Dupré Frédéric Ferrer & Marie Myriam
1998 Martin Koch Chris Mayne & Laura Mayne Marie Myriam
1999 - Julien Lepers
2000
2001 Marc-Olivier Fogiel & Dave Corinne Hermès
2002 Marie Myriam
2003 Laurent Ruquier & Isabelle Mergault Sandrine François
2004 Laurent Ruquier & Elsa Fayer Alex Taylor
2005 Julien Lepers & Guy Carlier Peggy Olmi Marie Myriam
2006 Michel Drucker & Claudy Siar Peggy Olmi & Eric Jeanjean Sophie Jovillard
2007 Julien Lepers & Tex Peggy Olmi & Yann Renoard Vanessa Dolmen
2008 Julien Lepers & Jean-Paul Gaultier Cyril Hanouna
2009 Cyril Hanouna & Julien Courbet Yann Renoard
2010 Cyril Hanouna & Stéphane Bern Audrey Chauveau
2011 Laurent Boyer & Catherine Lara Audrey Chauveau & Bruno Berberes Cyril Féraud
2012 Cyril Féraud & Mireille Dumas Amaury Vassili
2013 Marine Vignes
2014 Cyril Féraud & Natasha St-Pier Élodie Suigo
2015

Galerie[modifier | modifier le code]

Historique de vote[modifier | modifier le code]

Depuis 1975, la France a attribué le plus de points à :

Rang Pays Points
1 Drapeau d’Israël Israël 152
2 Drapeau de la Turquie Turquie 151
3 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 146
4 Drapeau du Portugal Portugal 136
5 Drapeau de l'Espagne Espagne 129

Depuis 1975, la France a reçu le plus de points de la part de :

Rang Pays Points
1 Drapeau de la Suisse Suisse 145
2 Drapeau de la Norvège Norvège 134
3 Drapeau de la Grèce Grèce 126
4 Drapeau de l'Irlande Irlande 123
5 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 119

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f http://www.eurovision.tv/page/history/by-country/country?country=2
  2. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=314#About%20the%20show
  3. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=273#About%20the%20show
  4. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=290#About%20the%20show
  5. KENNEDY O’CONNOR John, The Eurovision Song Contest. 50 Years. The Official History, Londres, Carlton Books Limited, 2005, p.88.
  6. HAUTIER Jean-Pierre, La folie de l’Eurovision, Bruxelles, Editions de l’Arbre, 2010, p.55.
  7. http://www.eurovision.tv/page/history/by-country/country?country=9
  8. http://www.eurovision.tv/page/history/by-country/country?country=6
  9. a et b http://www.eurovision.tv/page/news?id=50963&_t=52_years_ago_today_-_bbc_staged_their_first_contest
  10. a et b HAUTIER Jean-Pierre, op.cit., p.24.
  11. KENNEDY O’CONNOR John, op.cit., p.17.
  12. FEDDERSEN Jan & LYTTLE Ivor, Congratulations. 50 Years of The Eurovision Song Contest. The Official DVD. 1956-1980, Copenhague, CMC Entertainement, 2005, p.11.
  13. KENNEDY O’CONNOR John, op.cit., p.36.
  14. KENNEDY O’CONNOR John, op.cit., p.68.
  15. KENNEDY O’CONNOR John, op.cit., p.71.
  16. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=276#About%20the%20show
  17. KENNEDY O’CONNOR John, op.cit., p.14.
  18. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=276#About%20the%20show
  19. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=278#About%20the%20show
  20. KENNEDY O’CONNOR John, op.cit., p.18.
  21. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=294#About%20the%20show
  22. KENNEDY O’CONNOR John, op.cit., p.75.
  23. HAUTIER Jean-Pierre, op.cit., p.54.
  24. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=305#About%20the%20show
  25. HAUTIER Jean-Pierre, op.cit., p.74.
  26. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=307#About%20the%20show
  27. FEDDERSEN Jan & LYTTLE Ivor, op.cit., p.12.
  28. HAUTIER Jean-Pierre, op.cit., pp.74-75.
  29. HAUTIER Jean-Pierre, op.cit., p.75.
  30. http://www.diggiloo.net/?1994fr
  31. KENNEDY O’CONNOR John, op.cit., p.157.
  32. KENNEDY O’CONNOR John, op.cit., p.166.
  33. HAUTIER Jean-Pierre, op.cit., p.159.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]