André Claveau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Claveau (homonymie).

André Claveau

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

André Claveau, lors du concours Eurovision de la chanson 1958, à Hilversum.

Informations générales
Naissance 17 décembre 1911
Paris, Seine, France
Décès 4 juillet 2003 (à 91 ans)
Agen, Lot-et-Garonne, France
Activité principale Chanteur
Genre musical Ballade
Instruments Voix
Années actives 1936-1969

André Claveau, né le 17 décembre 1911 à Paris, et mort le 4 juillet 2003 à Agen, (Lot-et-Garonne) est un chanteur et acteur français. Il est inhumé au cimetière de Brassac en Tarn-et-Garonne.

Il a connu l'apogée de sa carrière du début des années 1940 au début des années 1960[1]. Il a remporté le Concours Eurovision de la chanson, en 1958, pour la France, avec la chanson Dors, mon amour[2].

André Claveau était surnommé Le Prince de la chanson. Durant sa carrière, il a interprété près de 1500 chansons.

Débuts[modifier | modifier le code]

André Claveau naît à Paris, le 17 décembre 1911[3]. Il est le fils unique d'un tapissier et dès son plus jeune âge, décide de devenir ébéniste. Ainsi, il entre comme apprenti à la Compagnie des arts français, qui vient d'être fondée par André Mare et Louis Süe, rue du Faubourg-Saint-Honoré. Il y étudie le travail du bois et l'ébénisterie, avant de poursuivre sa formation à l'École Boulle[4].

André travaille ensuite comme graphiste et dessinateur de bijoux. Il réalise des décors de théâtre (notamment pour L'Hermine, de Jean Anouilh), ainsi que des affiches de spectacles (notamment pour Damia et Jean Lumière)[4].

Sa carrière de chanteur débute en 1936, lorsqu'il participe à un concours amateur, intitulé Premières chances et organisé par la radio Le Poste parisien. Il en sort vainqueur, avec la chanson Chez moi[4]. Il se lie avec le pianiste et compositeur Alec Siniavine, qui l'accompagnera dans ses spectacles ultérieurs[5]. Durant les six années suivantes, André passe en troisième, deuxième, puis première partie de programme dans différents music-halls. Il se produit au Théâtre Mogador en 1939, au Concert Pacra en 1940 et à L'Européen en 1941[1].

En 1942, durant l'Occupation, André est remarqué par l'imprésario Marc Duthyl et sa renommée s'accroît[1]. Sa voix et son charisme lui permettent de devenir l'animateur d'une émission de variétés sur Radio Paris[4].

Apogée[modifier | modifier le code]

Après la Libération, André est banni durant deux années des antennes pour ses activités durant la guerre[4]. Il anime à nouveau des émissions de variétés à la radio, mais c'est en tant que chanteur qu'il atteint l'apogée de sa carrière professionnelle. Surnommé le « Prince de la chanson de charme », il enchaîne les succès commerciaux et devient l'un des chanteurs français les plus célèbres de son temps[5].

Ses titres les plus connus demeurent Marjolaine (tiré de l'album Le Bal de la victoire) et Deux petits chaussons (inspiré de la musique originale du film Les Feux de la rampe, de Charles Chaplin). Il est également le premier à interpréter Bon anniversaire. Cette chanson, écrite par Jacques Larue sur une musique de Louiguy, faisait partie de la bande-originale du film Un jour avec vous, sorti en 1951 et dirigé par Jean-René Legrand. André y partageait l'affiche avec Simone Logeart et André Gabriello et prononçait le célèbre : « Bon anniversaire, nos vœux les plus sincères, que ces quelques fleurs vous apportent le bonheur… »[1].

Charlie Chaplin disait d'André Claveau qu'il lui rappelait Bing Crosby.

De 1947 à 1955, André apparaît dans de nombreux films, dans lesquels il interprète ses succès.

Participation au Concours Eurovision de la chanson[modifier | modifier le code]

Le chef d'orchestre Franck Pourcel, la présentatrice Hannie Lips et André Claveau, après la remise de la médaille du Grand Prix.

Le 7 février 1958, André fait partie des candidats de la sélection nationale française pour la troisième édition du Concours Eurovision de la chanson, présentée par Marianne Lecène. Un jury d'experts composé de 13 professionnels de la musique et de la télévision dont Eddy Barclay est chargé d'élire la chanson et son interprète. Lors de cette sélection, les auteurs de chaque chanson ont tout d'abord interprété eux-mêmes leur titre. La chanson Dors, mon amour, écrite par Pierre Delanoë, composée par Hubert Giraud, interprétée pour l'occasion par Giraud est choisie[6]. Après la sélection de la chanson, André Claveau l'interprète à l'aide d'une partition.

Le mercredi 12 mars 1958, à Hilversum, aux Pays-Bas, André représente la France au Concours Eurovision de la chanson nommé cette année-là Grand Prix Eurovision de la chanson européenne 1958. Il le remporte, offrant au pays sa première victoire[2]. Après avoir reçu la médaille du Grand Prix, il remercia tous les pays ayant voté pour lui (tous les pays à l'exception des Pays-Bas lui donnèrent des points), ainsi que Frank Pourcel, son chef d'orchestre, et les auteurs de sa chanson, Delanoë et Giraud. Il conclut en disant : « Croyez bien que mon cœur bat très fort et que je suis très heureux. »

Retraite[modifier | modifier le code]

La vague du Yéyé, au début des années soixante, affecte sa popularité et son succès va en diminuant. Finalement, à la fin des années soixante, André décide de mettre un terme définitif à sa carrière. Il prend sa retraite et se retire totalement des médias. Il ne remontera plus sur scène, ni n'apparaitra en public[4].

André Claveau décède d'une embolie cérébrale, le 4 juillet 2003, à Agen, en Lot-et-Garonne. Il est inhumé à Brassac, en Tarn-et-Garonne. Il était resté célibataire et sans enfant[7].

Discographie non exhaustive[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Opérettes[modifier | modifier le code]

Animateur[modifier | modifier le code]

  • C'est pour rire sur Radio Luxembourg
  • Bonjour la chance sur Radio Luxembourg

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2014 : André Claveau, ne m'oubliez pas, de Pierre-Yves Paris, ABM Editions, préface de Pierre Bellemare.

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :