Concours Eurovision de la chanson 1968

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Concours Eurovision de la chanson 1968
Illustration.
Dates
Finale 6 avril 1968
Retransmission
Lieu Royal Albert Hall
Londres, Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Présentateur(s) Katie Boyle
Directeur musical Norrie Paramor
Superviseur exécutif Clifford Brown
Télédiffuseur hôte BBC
Ouverture Vues du Royal Albert Hall
Entracte Impressions from London
Participants
Nombre de participants 17
Débuts Aucun
Retour Aucun
Retrait Aucun
Résultat
Chanson gagnante La, la, la
par Massiel
Drapeau d'Espagne Espagne
Système de vote Un jury par pays, composé de 10 membres. Chaque membre attribuait un vote à sa chanson préférée.
Nul point Aucun
Précédent Vienne 1967 Concours Eurovision de la chanson Madrid 1969 Suivant

Le concours Eurovision de la chanson 1968 fut la treizième édition du concours. Il se déroula le samedi 6 avril 1968, à Londres, au Royaume-Uni. Il fut remporté par l'Espagne, avec la chanson La, la, la, interprétée par Massiel. Le Royaume-Uni, pays hôte, termina deuxième et la France, troisième[1].

Organisation[modifier | modifier le code]

Le Royaume-Uni, qui avait remporté l'édition 1967, se chargea de l'organisation de l'édition 1968[2].

Pays participants[modifier | modifier le code]

Dix-sept pays participèrent au treizième concours.

Il n'y eut ni abstention, ni retour. Le premier jour des répétitions, des personnes se présentèrent à l'Albert Hall, prétendant être la délégation albanaise. La rumeur circula alors des débuts de l’Albanie. Il s’avéra ensuite qu’il s’agissait d’une plaisanterie, montée par des comédiens[1].

Format[modifier | modifier le code]

Le concours eut lieu au Royal Albert Hall[2], salle de concert inaugurée en 1871 par la reine Victoria.

Pour la toute première fois, le concours fut filmé et diffusé en couleurs. Mais seuls six pays tirèrent bénéfice de cette innovation technique : l'Allemagne, la France, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. Les autres pays le diffusèrent en noir et blanc[2].

L'orchestre était installé dans une fosse, au pied de la scène. Celle-ci comportait trois podiums distincts, un au centre pour les artistes, un autre à gauche pour les choristes et un dernier à droite pour la présentatrice. Les artistes firent leur entrée par le fond de la scène, en passant au travers d'un agrandissement métallique et doré du logo de l'Eurovision, qui servait d'arrière-fond. Derrière le logo, un écran montrait un portrait des artistes, avant de prendre des teintes bleutées. Le tableau de vote était situé à la droite de la scène. Le tout était entouré de tentures bleues claires.

Le programme dura près d'une heure et trente-sept minutes.

Déroulement[modifier | modifier le code]

La vidéo introductive débuta par une vue de la scène, qui allant en s'élargissant, dévoila l'orchestre puis le public. L'orchestre joua alors une reprise de la chanson gagnante de l'année précédente, Puppet on a String.

La présentatrice de la soirée fut à nouveau Katie Boyle[2]. Ce fut la troisième fois qu'elle présenta le concours, après les éditions 1960 et 1963. Elle raconta par la suite, avoir dû prendre sur elle durant toute la cérémonie. Son mariage traversait alors une phase difficile et elle avait tellement pleuré ce jour-là qu’elle dut rester allongée plusieurs heures auparavant avec de pommes de terre crues sur les yeux[3].

L'orchestre était dirigé par Norrie Paramor[2].

Chansons[modifier | modifier le code]

Dix-sept chansons concoururent pour la victoire.

Les bookmakers étaient certains de la victoire du représentant britannique, Cliff Richard, qui avait déjà remporté de nombreux succès auparavant, en musique et au cinéma. Le titre de sa chanson était à l’origine « I think I love you », mais fut changé en « Congratulations » à la dernière minute. Après le concours, ce fut elle qui remporta le plus grand succès commercial[4]. En 2005, lors de l'émission spéciale Congratulations, elle fut élue huitième meilleure chanson jamais présentée au concours[5].

À l'origine, la chanson espagnole devait être interprétée par Joan Manuel Serrat. Mais celui-ci insista pour la chanter en catalan. Or cette langue et son usage étaient réprimés dans l’Espagne franquiste. Les dirigeants de la télévision publique espagnole remplacèrent d’autorité Serrat par Massiel. Cette dernière ne fut prévenue que quelques jours avant le début des répétitions, alors qu’elle était en tournée au Mexique. Elle chanta donc en espagnol, après que La, la, la eut reçu un nouvel arrangement par Bert Kaempfert[4].

Les représentants yougoslaves, Luciano Kapurso et Hamo Hajdarhodžić, faisaient partie du groupe Dubrovački Trubaduri, les troubadours de Dubrovnik. Trois autres membres du groupe les accompagnèrent sur scène comme choristes. Ils interprétèrent tous leur chanson, costumés en troubadours médiévaux[3].

Chefs d'orchestre[modifier | modifier le code]

Joaquim Luís Gomes Dolf van der Linden Henri Segers Robert Opratko André Borly Mario Robbiani
Michel Colombier Mats Olsson Ossi Runne Alain Goraguer Giancarlo Chiaramello Norrie Paramor
Øivind Bergh Noel Kelehan Rafaele Ibarbia Horst Jankowski Miljenko Prohaska

Entracte[modifier | modifier le code]

Le spectacle d'entracte fut une vidéo intitulée « Impressions from London »[2]. Elle consistait en plusieurs prises de vues touristiques de la capitale britannique, de jour puis de nuit. Apparurent ainsi à l'écran le Palais de Westminster, Big Ben, Tower Bridge, la Tour de Londres, Buckingham Palace, Hyde Park, la Cathédrale Saint-Paul, l'Abbaye de Westminster, Trafalgar Square et Piccadilly Circus. L'accompagnement musical fut joué en direct par l'orchestre.

Coulisses[modifier | modifier le code]

Dès qu’il eut quitté le podium, Cliff Richard, tenaillé par l’angoisse, alla s’enfermer dans les toilettes. Il y resta jusqu’au bout du vote et ce fut donc là que son manager lui apprit sa défaite[6].

Vote[modifier | modifier le code]

Le vote fut décidé entièrement par un panel de jurys nationaux. Les différents jurys furent contactés par téléphone, selon l'ordre de passage des pays participants.

Le système de vote fut le même que l'année précédente. Les jurys se composaient de dix personnes. Chaque juré attribuait un vote à la chanson qu'il estimait la meilleure. Les votes des jurés étaient ensuite additionnés, chaque jury national attribuant finalement dix votes[2].

Les résultats des votes furent annoncés oralement, selon l'ordre de passage des pays participants.

Le superviseur délégué sur place par l'UER fut Clifford Brown[2]. Il n'intervint qu'une seule fois, à l'issue du vote. Celui-ci vit tout d'abord la France mener en tête, avant d'être dépassée à la mi-temps par le Royaume-Uni, sous les vivats du public. L'Espagne rattrapa progressivement son retard et remporta la victoire, à la suite d'un dénouement surprenant. L’avant-dernier jury, le jury allemand, attribua en effet deux votes au Royaume-Uni et six à l’Espagne. L'Espagne totalisa alors 29 votes et le Royaume-Uni, 28. Mais le dernier jury, le jury yougoslave, n’attribua aucun point à ces deux pays. Il y eut des cris de surprise dans la salle. À cet instant, Clifford Brown pria Katie Boyle de rappeler le jury yougoslave qui avait attribué un vote surnuméraire. Après une communication confuse avec Skopje, les résultats furent validés par le superviseur et l'Espagne proclamée vainqueur.

Résultats[modifier | modifier le code]

L'Espagne remporta le concours pour la première fois. Seuls dix pays sur dix-sept lui attribuèrent des votes. Le Royaume-Uni, lui, reçut des votes de la part de douze pays[7].

La médaille du grand prix fut remise par Sandie Shaw, la gagnante de l'année précédente. Massiel commença sa reprise par ces mots : « Thank you all the Europe ! Merci beaucoup ! » Elle interpréta ensuite La, la, la en espagnol et en anglais. Sa reprise reçut un accueil réservé du public de l’Albert Hall et certains spectateurs quittèrent la salle avant la fin de la retransmission[8].

Le lendemain, la presse britannique se répandit en récriminations sur les résultats et la défaite du Royaume-Uni. Massiel, quant à elle, retourna en Espagne où elle fut accueillie en héroïne nationale[8].

Pour la première fois depuis 1961, aucun pays ne termina le vote avec « nul point »[7].

Ordre Pays Langue Artiste(s) Chanson Traduction française Place Points
01 Drapeau du Portugal Portugal Portugais Carlos Mendes Verão L'été 11 5
02 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Néerlandais Ronnie Tober Morgen Demain 16 1
03 Drapeau de Belgique Belgique Français Claude Lombard Quand tu reviendras - 7 8
04 Drapeau d'Autriche Autriche Allemand Karel Gott Tausend Fenster Mille fenêtres 13 2
05 Drapeau du Luxembourg Luxembourg Français Chris Baldo & Sophie Garel Nous vivrons d'amour - 11 5
06 Drapeau de Suisse Suisse Italien Gianni Mascoio Guardando il sole En regardant le soleil 13 2
07 Drapeau de Monaco Monaco Français Line & Willy À chacun sa chanson - 7 8
08 Drapeau de Suède Suède Suédois Claes-Göran Hederström Det börjar verka kärlek, banne mej Cela commence à ressembler à de l'amour, bon sang 5 15
09 Drapeau de Finlande Finlande Finnois Kristina Hautala Kun kello käy Quand le temps passe 16 1
10 Drapeau de France France Français Isabelle Aubret La Source - 3 20
11 Drapeau d'Italie Italie Italien Sergio Endrigo Marianne - 10 7
12 Drapeau de Grande-Bretagne Royaume-Uni Anglais Cliff Richard Congratulations Félicitations 2 28
13 Drapeau de Norvège Norvège Norvégien Odd Børre Stress - 13 2
14 Drapeau d'Irlande Irlande Anglais Pat McGeegan Chance of a Lifetime Chance de toute une vie 4 18
15 Drapeau d'Espagne Espagne Espagnol Massiel La, la, la - 1 29
16 Drapeau d'Allemagne Allemagne Allemand Wencke Myhre Ein Hoch der Liebe Un toast à l'amour 6 11
17 Drapeau Yougoslavie Serbo-croate Dubrovački Trubaduri Jedan dan Un jour 7 8

Controverse[modifier | modifier le code]

Selon un documentaire espagnol, intitulé « 1968. Yo viví el mayo español » et diffusé en mai 2008 sur la chaîne La Sexta, le résultat du concours et la victoire de l'Espagne auraient été truqués par le général Franco en personne. Le dictateur aurait envoyé des émissaires officiels de la télévision publique, partout en Europe, pour promettre de l'argent et des contrats en l'échange de votes pour son pays. Cette affirmation se base sur le témoignage de José María Íñigo, employé à l'époque de la TVE[9]. Massiel fut offensée par le documentaire. Elle accusa son auteur, Montse Fernández Villa, et la chaîne La Sexta d'avoir forgé de toutes pièces ces allégations. José María Íñigo finit par s'excuser publiquement. Il affirma n'avoir fait que répéter une rumeur répandue à l'époque[10].

Anciens participants[modifier | modifier le code]

Artiste Pays Année(s) précédente(s)
Isabelle Aubret Drapeau de France France 1962 (vainqueur)

Tableau des votes[modifier | modifier le code]

Votes attribués
Drapeau du Portugal Drapeau des Pays-Bas Drapeau de la Belgique Drapeau de l'Autriche Drapeau du Luxembourg Drapeau de la Suisse Drapeau de Monaco Drapeau de la Suède Drapeau de la Finlande Drapeau de la France Drapeau de l'Italie Drapeau du Royaume-Uni Drapeau de la Norvège Drapeau de l'Irlande Drapeau de l'Espagne Drapeau de l'Allemagne Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Total
Pays Portugal   2 3 5
Pays-Bas   1 1
Belgique 1   1 1 3 1 1 8
Autriche   2 2
Luxembourg 1 1   1 1 1 5
Suisse   2 2
Monaco 2 1   3 1 1 8
Suède 1 1   1 2 6 4 15
Finlande   1 1
France 3 6 2 3 3 1   2 20
Italie 1 2   2 2 7
Royaume-Uni 1 2 2 1 4 5 3 2 4 1   1 2 28
Norvège 1   1 2
Irlande 1 1 1 4 1 4   6 18
Espagne 4 2 1 4 3 4 3 1 1   6 29
Allemagne 1 1 2 5 2   11
Yougoslavie 1 1 1 1 3 1   8
Le tableau suit l'ordre de passage des candidats.
  •      Jury

Télédiffuseurs[modifier | modifier le code]

Pays Télédiffuseur(s) Commentateur(s) Porte-parole
Drapeau d'Allemagne Allemagne ARD Deutsches Fernsehen Hans-Joachim Rauschenbach Hans-Otto Grünefeldt
Drapeau d'Autriche Autriche ORF Emil Kollpacher  ?
Drapeau de Belgique Belgique RTB Janine Lambotte André Hagon
BRT Herman Verelst
Drapeau d'Espagne Espagne TVE1 Federico Gallo Joaquín Prat
Drapeau de Finlande Finlande TV-Ohjelma 2 Aarno Walli Poppe Berg
Drapeau de France France Première Chaîne ORTF Pierre Tchernia  ?
Drapeau d'Irlande Irlande Radio Éirann Kevin Roche Gay Byrne
RTÉ Television Brendan O'Reilly
Drapeau d'Italie Italie Secondo Programma Renato Tagliani Mike Bongiorno
Drapeau du Luxembourg Luxembourg Télé-Luxembourg Jacques Navadic  ?
Drapeau de Monaco Monaco Télé Monte Carlo Pierre Tchernia  ?
Drapeau de Norvège Norvège NRK Roald Øyen Sverre Christophersen
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Nederland 1 Elles Berger Willem Duys
Drapeau du Portugal Portugal RTP Fialho Gouveia Maria Manuela Furtado
Drapeau de Grande-Bretagne Royaume-Uni BBC1 pas de commentateur Michael Aspel
BBC Radio 1 Pete Murray
Drapeau de Suède Suède Sveriges Radio-TV Christina Hansegård Edvard Matz
Drapeau de Suisse Suisse TSR Georges Hardy Alexandre Burger
TV DSR Theodor Haller
TSI Giovanni Bertini
Drapeau Yougoslavie Televizija Beograd Miloje Orlović Snežana Lipkovska-Hadžinaumova
Televizija Zagreb Mladen Delić
Televizija Ljubljana Tomaž Terček

Le concours fut également diffusé en direct dans huit autres pays : l'Allemagne de l'Est, la Bulgarie, la Hongrie, la Pologne, la Roumanie, la Tchécoslovaquie, la Tunisie et l'Union soviétique.

Carte[modifier | modifier le code]

  •      Pays participants
  •      Pays ne participant pas cette année

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b KENNEDY O’CONNOR John, The Eurovision Song Contest. 50 Years. The Official History, Londres, Carlton Books Limited, 2005, p.32.
  2. a, b, c, d, e, f, g et h http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=285#About the show
  3. a et b KENNEDY O’CONNOR John, op.cit., p.33.
  4. a et b FEDDERSEN Jan & LYTTLE Ivor, Congratulations. 50 Years of The Eurovision Song Contest. The Official DVD. 1956-1980, Copenhague, CMC Entertainement, 2005, p.6.
  5. http://www.eurovision.tv/page/history/congratulations-show
  6. KENNEDY O’CONNOR John, op.cit, p.34.
  7. a et b http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=285#Scoreboard
  8. a et b KENNEDY O'CONNOR John, op.cit., p.35.
  9. http://www.publico.es/culturas/77345/massiel-si-madelman-no-asi-fue-el-mayo-del-68-en-espana
  10. http://www.elmundo.es/elmundo/2008/05/05/television/1210021065.html