Jacqueline Boyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ducos et Boyer.

Jacqueline Boyer

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Jacqueline Boyer en 1960

Informations générales
Nom de naissance Éliane Ducos
Naissance 23 avril 1941 (73 ans)
Paris, Seine, France
Activité principale Chanteuse, actrice
Instruments Voix
Site officiel http://www.jacqueline-boyer.com/

Jacqueline Boyer (née Éliane Ducos, le 23 avril 1941, à Paris) est une chanteuse française. Elle est la fille des chanteurs Jacques Pills et Lucienne Boyer[1]. Elle a remporté le Concours Eurovision de la chanson pour la France, en 1960, avec la chanson Tom Pillibi[2].

Débuts[modifier | modifier le code]

Jacqueline Boyer naît le 23 avril 1941, à Paris. Son père est le chanteur Jacques Pills (né René Ducos), célèbre artiste de music-hall. Sa mère est la chanteuse Lucienne Boyer, l'une des plus célèbres interprètes de l'Entre-deux-guerres, qui connut un immense succès en 1930, avec Parlez-moi d'amour[1].

Jacqueline passe son enfance dans les milieux artistiques et musicaux parisiens. Dès son plus jeune âge, elle suit ses parents dans leurs carrières et assiste à leurs spectacles depuis les coulisses. Elle fait d'ailleurs quelques apparitions dans les récitals de sa mère, dans les music-halls et cabarets des Buttes Montmartre[1].

Ses parents divorcent et en 1952, son père épouse la chanteuse Édith Piaf. Ils divorceront quatre ans plus tard, en 1956.

Jacqueline décide très rapidement de poursuivre, comme sa mère, une carrière de chanteuse. À quinze ans, elle chante pour la première fois sur une scène, au Théâtre de l'Étoile, aux côtés de Marlène Dietrich. Encouragée par les critiques positives, elle décide de persévérer dans son choix et prend des cours de chant[3].

En 1959, son père participe au Concours Eurovision de la chanson pour Monaco. Il termine cependant dernier, avec un seul point[4]. La même année, Jacqueline publie son tout premier disque[3].

Participation au Concours Eurovision de la chanson[modifier | modifier le code]

En 1960, Jacqueline est sélectionnée par la télévision publique française pour représenter la France lors de la cinquième édition du Concours Eurovision de la chanson[5]. Sa chanson, Tom Pillibi, avait été en réalité écrite pour Marcel Amont. Mais celui-ci se désista au dernier moment[6]. La musique a été composée par André Popp et les paroles, écrites par Pierre Cour.

Le mardi 29 mars 1960, à Londres, Jacqueline remporte le concours pour la France. Il s'agit de la deuxième victoire du pays, après celle de 1958. Pour la première fois, le trophée est remis par le gagnant de l’année précédente. Cette nouveauté devint bientôt une tradition[7]. Jacqueline reçut ainsi la coupe, des mains de Teddy Scholten, qui lui dit : « Mes sincères félicitations ! Et pour l'avenir, bonne chance !»

Par la suite, Tom Pillibi devint la première chanson gagnante du concours à obtenir un succès commercial dans plusieurs pays européens : l’Allemagne, la France, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la Suède notamment[7]. De sa victoire au concours, Jacqueline avoua : « À mon retour à Paris, j’ai été traitée comme une héroïne nationale, revenant d’avoir vaincu l’ennemi dans quelque bataille sanglante[8]. » et « J’ai fait le tour du monde et toute une carrière grâce à une seule chanson[6]. »

Apogée[modifier | modifier le code]

En 1960, Jacqueline enregistre une version allemande de Tom Pillibi, qui rencontre le succès et lui permet de lancer sa carrière en Allemagne. Parallèlement, elle participe au Festival du Coq d'or, avec la chanson Comme au premier jour. En novembre de la même année, elle épouse le chanteur française François Lubiana[1].

Dès lors, Jacqueline mène une double carrière, en France et en Allemagne. Elle enregistre en français et en allemand et effectue tournées, spectacles et galas dans les deux pays. Elle apparaît régulièrement à la télévision[3].

Toujours en 1960, Jacqueline chante en première partie de Charles Aznavour, à l'Alhambra. Elle entame une tournée aux États-Unis et apparaît dans plusieurs émissions télévisées, chez Pat Boone, Perry Como et Ed Sullivan[1].

En 1961, Jacqueline effectue des tournées avec Jacques Brel et Georges Brassens et enchaîne les succès commerciaux. En 1963, elle connaît son plus grand triomphe en Allemagne avec la chanson Mitsou[3].

En 1964, Jacqueline participe au Festival de la Rose d'or d'Antibes, avec la chanson Le temps de la vie. L'année suivante, elle fait une tournée en compagnie de Tino Rossi[1].

En 1966, Jacqueline est victime d'un grave accident de voiture. Elle subit un violent choc cérébral, qui lui causera des pertes de mémoire provisoires. Elle doit interrompre sa carrière et s'arrêter de chanter, trois années durant. Elle divorce dans la foulée[3].

Réorientations[modifier | modifier le code]

En 1969, Jacqueline reprend sa carrière. Elle publie un nouvel album et en 1970, repart en tournée. Son père, Jacques Pills, décède la même année. En 1972, elle est invitée par Bruno Coquatrix à chanter à l'Olympia. Elle y partage l'affiche avec Charles Trenet[3].

Dans les années qui suivent, Jacqueline effectue de nouvelles tournées en Allemagne, aux États-Unis, au Japon et au Royaume-Uni. En 1976, elle revient à l'Olympia, pour un spectacle en duo avec sa mère, Lucienne Boyer, à l'occasion des cinquante ans de carrière de cette dernière[1].

En 1979, Jacqueline quitte la France et part s'installer à New York. Elle décide de réorienter sa carrière, de chanter en anglais et d'américaniser ses spectacles. Elle change d'apparence physique et vestimentaire et se choisit le pseudonyme de « Barbara Benton ». Elle publie en 1983, sa première chanson en anglais, Life Is New, et en 1984, son premier album, Time And Time Again. Celui-ci ne rencontre cependant pas le succès escompté[1].

En 1983, la mère de Jacqueline, Lucienne Boyer, décède. En 1988, Jacqueline abandonne son alter ego et publie un nouvel album en français, à nouveau sous le nom de « Jacqueline Boyer ». Elle continue d'effectuer des tournées, de faire des apparations à la télévision et d'enregistrer des disques[1].

En 2005, Jacqueline quitte Neuilly et s'installe dans le sud de la France, près de Saint-Gaudens. Elle donne un spectacle en hommage à sa mère, intitulé « Parlez-moi d'amour ».

En 2008 et 2009, Jacqueline publie deux compilations, reprenant ses plus grands succès et des chansons inédites. La première est destinée au marché allemand ; la seconde, au marché français. En 2010, elle publie un nouvel album inédit en français[1].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • 1959 : Tu es le soleil de mon coeur
  • 1960 : Tom Pillibi
  • 1960 : Comme au premier jour
  • 1961 : Cou-couche panier
  • 1961 : Pépé
  • 1961 : Il fait gris dans mon coeur
  • 1962 : Pianissimo
  • 1962 : Le pont vers le soleil
  • 1962 : Excusez-moi si j'ai vingt ans
  • 1963 : D'autres avant toi
  • 1964 : Typhon
  • 1964 : Le temps de la vie
  • 1966 : La mer, la plage
  • 1984 : Time and Time Again (en tant que Barbara Benton)
  • 1990 : Parlez-moi d'amour
  • 1991 : Goldene Schlager Erinnerungen
  • 2000 : Nuances
  • 2002 : Tous les visages de Jacqueline Boyer
  • 2004 : Si quelqu'un vient vous dire
  • 2008 : Vier kleine Seiten meines Lebens
  • 2009 : Quatre petites pages de ma vie
  • 2010 : Chagrin d'amitié

Singles[modifier | modifier le code]

  • 1960 : Tom Pillibi
  • 1960 : Comme au premier jour
  • 1963 : Mitsou
  • 1963 : In der kleinen Bar auf dem Grand-Boulevard
  • 1963 : Der Pianist hat keine Ahnung (avec Peter Weck et Dany Mann)
  • 1963 : Regenschirm-Song (avec Paul Kuhn)
  • 1963 : Oui, oui, oui
  • 1964 : Hongkong Mädchen
  • 1964 : Suleika
  • 1965 : Butterfly
  • 1965 : Hör das Signal, Korporal
  • 1965 : Little Little China-Girl
  • 1968 : Oh, Cheri Je t'aime
  • 1968 : Der Mond vom Fudschijama
  • 1969 : Mein Herz sagt oui
  • 1969 : Mucho Amore
  • 1969 : Very Good, C'est Si Bon
  • 1969 : Moi Moi Moi j'ai de la Chance
  • 1971 : Nimm dir einen Mann
  • 1971 : Fang jeden Tag mit Liebe an
  • 1971 : Il était une fois dans l'ouest
  • 1971 : Tu as choisi de vivre seul
  • 1971 : Quentin Durward
  • 1971 : Kalispera
  • 1971 : L'eau de la piscine
  • 1971 : L'amour se porte bien
  • 1972 : Parlez-vous francais Monsieur
  • 1972 : Monsieur le Gendarme
  • 1972 : Mélodie de Paris
  • 1976 : C'est la vie
  • 1983 : Life Is New (en tant que Barbara Benton)
  • 1984 : Time and Time Again (en tant que Barbara Benton)
  • 1985 : Parlez-moi d'amour (en tant que Barbara Benton)
  • 1989 : Tour Eiffel
  • 2004 : La roue tourne

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 1946 : Caravan
  • 1960 : Das Rätsel der grünen Spinne
  • 1960 : Soldatensender Calais
  • 1960 : Schlager-Raketen
  • 1960 : Gauner-Serenade
  • 1966 : Der Nächste Urlaub kommt bestimmt
  • 1968 : Auf den Flügeln bunter Träume
  • 1977 : Diabolo menthe
  • 1979 : Flotte Formen - Kesse Kurven
  • 1981 : So schön wie heut', so müßt' es bleiben

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j http://www.jacqueline-boyer.com/the%20carrier.htm
  2. KENNEDY O’CONNOR John, The Eurovision Song Contest. 50 Years. The Official History, Londres, Carlton Books Limited, 2005, p.16.
  3. a, b, c, d, e et f http://www.jacqueline-boyer.com/mein%20leben.htm
  4. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=276#About%20the%20show
  5. http://www.esc-history.com/nf-entries.asp?country=France&year=1960&order=ItemNr
  6. a et b HAUTIER Jean-Pierre, La folie de l’Eurovision, Bruxelles, Editions de l’Arbre, 2010, p.24.
  7. a et b KENNEDY O'CONNOR John, op.cit., p.17.
  8. FEDDERSEN Jan & LYTTLE Ivor, Congratulations. 50 Years of The Eurovision Song Contest. The Official DVD. 1956-1980, Copenhague, CMC Entertainement, 2005, p.11.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :