Tom Pillibi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tom Pillibi est la chanson (paroles de Pierre Cour et musique d'André Popp) qui a remporté le Concours Eurovision de la chanson 1960, chantée en français par Jacqueline Boyer, marquant la deuxième victoire de la France dans les premières années du concours.

Elle est intégralement interprétée en français, langue nationale, comme le veut la coutume avant 1966.

La chanson était passée treizième du concours, après Renato Rascel qui représentait l'Italie avec Romantica. À l'issue du vote, elle a obtenu 32 points, première sur treize.

La chanson est un up-tempo modéré, où la chanteuse parle de son amoureux (c'est lui dont le nom donne son titre à la chanson). Elle parle de tout ce qu'il possède (deux châteaux, des navires, les autres femmes qui veulent être à lui) avant de révéler qu'il « n'a qu'un défaut » : il est « si menteur », si bien que rien de ce qu'elle avait déjà dit à son sujet n'est vrai. Et pourtant, chante-t-elle, elle l'aime toujours.

Conformément à ce qui deviendra de plus en plus la norme dans l'histoire du concours, la version anglaise de la chanson, tout en parlant du même personnage nous laisse sur une tout autre impression. Tom y apparaît comme un coureur de jupons à qui l'on ne peut pas du tout faire confiance. C'est pour cela peut-être que le livre de Mangan[1] sur l'histoire du concours va encore plus loin dans la confusion en disant que la chanson nous parle « d'un homme avec deux châteaux et deux bateaux, qui se conduit comme un vrai salopard, mais que de toute façon elle aimera toujours[2]. »

La chanson suivante lauréate du Concours, en 1961, était Nous Les Amoureux interprétée par Jean-Claude Pascal qui représentait le Luxembourg. La chanson suivante qui représentait la France était Printemps, avril carillonne interprétée par Jean-Paul Mauric.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. This is Sweden calling: everything you've ever wanted to know about the Eurovision song contest but were laughing too hard to ask! (2004)
  2. On trouvera ici le texte anglais