Gérard Lenorman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lenormand.

Gérard Lenorman

Description de cette image, également commentée ci-après

Gérard Lenorman en 1982

Informations générales
Naissance 9 février 1945 (69 ans)
Bénouville, Calvados
Activité principale auteur-compositeur-interprète-producteur
Genre musical Variétés
Années actives 1967 - Présent
Labels Sony Music Media
Play On
Site officiel www.gerard-lenorman.com

Gérard Lenorman, né Gérard Christian Éric Lenormand le 9 février 1945 à Bénouville dans le Calvados, est un auteur-compositeur-interprète français.

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Gérard Lenorman est né au château de Bénouville alors tenu par des religieuses qui y accueillaient alors des jeunes femmes en difficulté. Sa mère Madeleine Lenormand, alors âgée de 16 ans, y met au monde le jeune Gérard, né de père inconnu. 35 ans plus tard, il apprendra qu'il est le fils d'un soldat allemand prénommé « Erich », violoniste et chef d’orchestre dans le civil qui faisait partie des troupes d'occupation. Il ne fera jamais sa connaissance (le lendemain de cette révélation, dans l'avion qui l'emmènera à Berlin pour un concert, il écrira la chanson Warum mein Vater — « pourquoi mon père » — sur ce sujet)[1].

Il passe son enfance à Paris, puis à Issoire en Auvergne dans un désert affectif et intellectuel et joue en secret de l'harmonium dans les églises dès l'âge de 5 ans[2]. Il confie sa volonté de devenir chanteur à sa grand-mère maternelle qui ne le découragera pas. Un temps nommé « Gérard Aumard », il a repris son nom de naissance à l'âge de 9 ans. À cette époque il passe aussi de nombreux mois à l'orphelinat de Saint Vincent de Paul. Sa mère, femme violente et autoritaire, se marie alors qu'il est âgé de 10 ans[3].

À 12 ans, il écrit sa première chanson qui deviendra quelques années plus tard son premier disque : Le vagabond. Vers ses 14 ans, il intègre quelques orchestres locaux en tant que chanteur. À 16 ans, il s'émancipe et travaille à l'usine tout en se produisant en soirée dans les bals régionaux puis au Club Med où il commence à se faire un nom.

À 18 ans, alors qu'il monte voir sa grand-mère normande, un grave accident de voiture l'immobilise une année. Il en gardera de nombreuses séquelles. Il profite de ce repos forcé pour écrire des chansons.

Sa fille Clémence, née en 1980 (troisième enfant), est comédienne. Il a eu précédemment un fils Mathieu (né en 1974) et une fille Justine (1977) avec son épouse Caroline, dont il a divorcé en 1989, puis un fils Victor (né en 1985)[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1968, il se décide à enregistrer ses propres 45 tours et l’année suivante, il fait la première partie de Johnny Hallyday et part en tournée avec Sylvie Vartan notamment.

En 1968, il rencontre Brigitte Bardot. Il lui écrira deux chansons : La fille de paille et Je voudrais perdre la mémoire. En 1969, avec quelques titres en poche, il part en tournée avec Sylvie Vartan[3].

À partir de 1970, sa carrière démarre véritablement. Remplaçant Julien Clerc, il reprend le premier rôle principal de la comédie musicale Hair à la Porte Saint-Martin et y triomphe jusqu’en avril 1971, date à laquelle il signe avec le label CBS Disques et enregistre Il, son premier succès grâce à sa voix originale, haut placée et légèrement voilée[5].

Il sort ensuite De toi, qui s’accroche en tête des hits-parades. Viendront par la suite Les matins d’hiver en 1972, Si tu ne me laisses pas tomber, Les jours heureux, Le petit prince et La fête des fleurs en 1973, Quelque chose et moi en 1974, La ballade des gens heureux et Si j'étais président en 1975, Michèle, Gentil dauphin triste et Voici Les Clés (traduction d'un succès italien écrit par Cutugno-Pallavicini) en 1976, Un ami et L’enfant des cathédrales en 1977.

Gérard Lenorman en mars 2012.

Son album Nostalgies, sorti en 1978, lui vaudra deux disques d’or. La Ballade des gens heureux figure dans un grand nombre de listes des plus belles chansons françaises. Les médias qui voient en lui un jeune artiste éternellement candide le baptisent « le petit prince » de la chanson[4].

Alors qu’il sort de nouveaux titres à succès, son public s’internationalise. Plusieurs de ses chansons seront enregistrées en anglais, allemand, espagnol et italien. Il publie encore les albums Boulevard de l'océan en 1979, La clairière de l'enfance en 1980, D'amour ! en 1981, Le soleil des tropiques en 1983, Fière et Nippone en 1985, Heureux qui communique en 1988 et Il y a en 1993.

Sa carrière connaît son apogée en 1981 lorsqu'il produit dès le 1er album le groupe Imagination et ensuite en 1983 lorsqu'il remplit le Palais des congrès de Paris pendant cinq semaines[5]. En 1986, suite à des déboires conjugaux et des problèmes professionnels avec sa maison de disque et dépassé avec ses propres chansons par la vague disco-funk, il décide alors d'arrêter pendant un certain temps[4].

Il tente de relancer sa carrière en 1988 en sortant un nouvel album Heureux qui communique qui passe relativement inaperçu. La même année, Antenne 2 le choisit pour représenter la France au Concours Eurovision de la chanson, généralement réservé à des artistes inconnus et débutants. Ce choix a été largement orienté par la Sacem. Il interprètera le titre Chanteur de charme dont il a composé la musique et co-écrit les paroles avec Claude Lemesle. Le 30 avril 1988, au terme du 33e Concours Eurovision de la chanson à Dublin en Irlande, il décroche une discrète dixième place (sur vingt et un concurrents). Céline Dion remporte le concours pour la Suisse avec Ne partez pas sans moi, Lara Fabian se classe 4e pour le Luxembourg avec le titre Croire. Après sa participation au concours, Gérard Lenorman a critiqué le concours Eurovision dans la presse, notamment sur le déroulement des votes entres pays.

Par la suite, il enregistre quelques compilations, continue à donner des spectacles et devient producteur des groupes Indochine et Imagination[3].

En 1995, il sort une compilation intitulée Vos plus belles chansons, avec certains titres réenregistrés. Il revient sur scène en France et au Québec. Il se place no 1 au hit-parade, l’album lui valant un nouveau disque d’or. En l'an 2000, il présente au public un nouvel album intitulé La raison de l'autre qui contient la chanson La force d'aimer, titre qu'il présente toujours sur scène depuis.

Il continue de se produire de manière régulière sur scène, sa dernière tournée ayant eu lieu en 2010.

En octobre 2011, à l'instar de ce qu'a fait Michel Delpech, il sort Duo de mes chansons où il chante ses chansons en duo avec des chanteurs de la nouvelle variété française qui lui rendent ainsi hommage, à l'exception de Si j'étais président chanté façon flamenco par Chico et les Gypsies. L'album est triple disque de platine (trois cent mille albums vendus) en janvier 2012[6].

Fin 2011, il collabore avec la chanteuse Anggun et apparaît sur le titre Il, présent sur l'album Echoes.

En 2012, il participe au single caritatif Je reprends ma route en faveur de l'association Les voix de l'enfant[7].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

En concert[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Documentaire[modifier | modifier le code]

L'occupation intime 2010, de Daniel Costelle et Isabelle Clarke.

Il y apparaît quelques minutes, vers la fin du documentaire, où il apporte son témoignage sur la relation entretenue par sa mère avec un soldat allemand durant la Deuxième Guerre mondiale.

Il y déclare : « Je ne peux pas en vouloir à ma mère… C'est une rencontre entre une môme et un jeune mec… et je suis une conséquence… Et alors ? Quel est le problème ? Il faut la brûler sur une place publique ? »

À la Libération, son père s'enfuit après de brefs adieux et sa mère ira se cacher dans son village où on la protégera.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • En 1975, Gérard Lenorman est invité par Philippe Bouvard pour son émission Bouvard en liberté. Le présentateur commente en direct une démonstration de trampoline effectuée par Richard Tison, alors champion du monde de la spécialité. À la fin de celle-ci, le sportif rate sa sortie et heurte violemment le sol. Philippe Bouvard tente d'enchaîner sur son émission alors que Gérard Lenorman paraît bouleversé par l'accident auquel il vient d'assister. Fort heureusement, il y aura plus de peur que de mal.
  • Le 16 mai 1981 lors d'une émission de Maritie et Gilbert Carpentier, Gérard Lenorman a joué la dernière scène de l'Acte IV de L'Avare de Molière dans un décor rappelant Venise avec des figurants costumés et masqués. Une douce musique est jouée pendant la scène.
  • Il joue son propre rôle dans la comédie Les Sous-doués en vacances (1982) où il vient, accompagné de son garde du corps, participer à une soirée organisée par Memphis (Guy Marchand), un chanteur à succès. Croyant participer à un jeu organisé par Memphis, Bébel (Daniel Auteuil) lui adresse des menaces par téléphone depuis une cabine téléphonique avant de se faire arrêter par la police.
  • La Ballade des Gens Heureux, classée 3e des chansons françaises du XXe siècle.

Décoration[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « J’ai appris que mon père était un soldat allemand. » Par Gérard Lenorman. Article de Paris Match du 29 novembre 2007
  2. Gérard Lenorman dans La Parenthèse inattendue de Frédéric Lopez sur France 2, 7 mai 2014
  3. a, b et c Jean-Paul Billo, « Les vertiges secrets de Gérard Lenorman », sur France Bleu,‎ 24 février 2014
  4. a, b et c « Gérard Lenorman », sur RFI,‎ décembre 2011
  5. a et b Louis-Jean Calvet, Cent ans de chansons française, Archipel,‎ 2006, p. 257
  6. www.nostalgie.fr
  7. « Les voix de l'enfant », sur mymajorcompany.com (consulté le 28 novembre 2013)
  8. Décret du 14 mai 2010 portant promotion et nomination

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]