Lynx

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lynx (homonymie).

Le genre Lynx de la famille des Félins (Felidae) et de la sous-famille des félinés abrite quatre espèces de lynx. Parmi les félins, les lynx sont aisément reconnaissables à leur face ornée de favoris et d'oreilles triangulaires surmontées d'une touffe de poil, et leur corps doté d'une courte queue et de longues pattes. Parmi les caractéristiques moins visibles, les lynx ne possèdent que 28 dents, au lieu des 30 dents habituelles chez les félins.

Descendants du Lynx d'Issoire, les lynx ont connu de nombreuses classifications taxinomiques différentes et les diverses espèces ont tour à tour été sous-espèces puis espèces à part entière. Depuis la fin du XXe siècle, seules quatre espèces sont reconnues : le Lynx du Canada (Lynx canadensis), le Lynx boréal (Lynx lynx), le Lynx pardelle (Lynx pardinus) et le Lynx roux (Lynx rufus). Le Caracal, qui morphologiquement ressemble aux lynx, a longtemps fait partie du genre Lynx et est encore appelé « Lynx du désert ».

Prédateurs de l'hémisphère nord, les lynx ont pour habitat préféré la forêt boréale. Considérés comme très largement répandus, exception faite du Lynx pardelle gravement menacé, ils font partie des rares félins dont on estime les populations stables. Alors qu'ils tenaient une place importante dans la mythologie amérindienne, les lynx étaient fort méconnus en Europe et y ont souffert d'une réputation de bête féroce.

Caractères communs aux lynx[modifier | modifier le code]

Morphologie[modifier | modifier le code]

Corps[modifier | modifier le code]

Les lynx ont une silhouette caractéristique avec leur courte queue et leurs longues pattes. Ici, Lynx boréal d'un zoo suédois.

Les lynx ont un physique très reconnaissable parmi les félins, et peuvent difficilement être confondus avec les membres d'un autre genre, hormis peut-être le Caracal. Le corps est caractérisé par une démarche chaloupée du fait de leurs membres postérieurs très développés, ce qui est une particularité du genre, les félins ayant plutôt la partie antérieure du corps plus puissante[1]. Les jambes sont longues et les pattes volumineuses en comparaison du reste du corps ; il s'agit d'une adaptation au déplacement dans la neige : les longues pattes permettent de se dégager plus facilement dans un épais manteau neigeux et les pieds très larges agissent comme des raquettes afin de ne pas s’enfoncer dans la neige[2],[3]. De plus, les coussinets très larges ont pour effet d'étouffer le bruit des pas et d'assurer une démarche totalement silencieuse. Les lynx exercent une pression très faible sur le sol, même en comparaison avec d'autres carnivores : ainsi le Lynx boréal exerce une pression sur le sol trois fois plus faible que celle du Chat sauvage (Felis silvestris)[Note 1] et on estime ce ratio entre 4,1 et 8,8 pour le Lynx du Canada et le Coyote (Canis latrans). L'empreinte des lynx, aussi longue que large, ressemble à celle du chat domestique, la piste est quasiment rectiligne, surtout lorsqu'ils avancent au pas[2].

La queue est courte, comme tronquée et se termine en manchon[4] ; elle mesure à peine 20 à 25 cm de long[5]. La taille totale varie selon les espèces, mais reste dans les mêmes proportions : seul le Lynx boréal se différencie cependant par son gabarit pouvant être deux fois plus élevé que celui des autres espèces. Le dimorphisme sexuel est important : les mâles sont en moyenne un quart plus gros que les femelles[2].

La quantité de taches et la couleur de la robe des lynx varient selon les espèces et la latitude. Quatre types de robes sont reconnus : tacheté, rayé, uni et à rosettes[2]. Chaque individu a une disposition particulière des marques. Parmi les quatre espèces de lynx, le Lynx pardelle a une fourrure très tachetée, tandis que le Lynx du Canada a peu ou pas de taches, notamment parce que sa longue fourrure a tendance à atténuer les marques. Au nord, les robes des lynx sont plutôt de couleur grise tandis qu’au sud elles tendent vers le roux[5]. En règle générale, les joues, le ventre, l'intérieur des pattes, le menton et le tour des yeux sont de couleur crème. Le Lynx du Canada et le Lynx boréal ont une fourrure particulièrement dense, notamment sur le dos où la concentration de poils atteint 9 000 poils/cm2 contre 4 600 sur le ventre ; on compte également de douze à treize poils de bourre pour un poil de jarre[2].


Taille et poids des différentes espèces du genre Lynx
Lynx boréal[6] Lynx du Canada[7] Lynx pardelle[8] Lynx roux[9]
Longueur 77 à 135 cm 85 à 114 cm 85 à 110 cm 76 à 124 cm
Hauteur au garrot 65 à 75 cm 60 à 65 cm 42 à 47 cm 45 à 68 cm
Poids 9 à 35 kg 8 à 14 kg 9 à 13 kg 6 à 13 kg

Tête[modifier | modifier le code]

La tête d'un lynx est munie d'oreilles triangulaires surmontées de pinceaux noirs et de favoris autour des joues. Ici, un Lynx pardelle.

La tête des lynx, de forme arrondie et portée par un cou court, est également assez caractéristique. Les oreilles sont triangulaires, longues et ornées d'une touffe de poils noirs appelée « pinceau ». Ces pinceaux auriculaires ne se trouvent que chez les espèces du genre Lynx et également chez le Caracal, le Chat des marais[10] et certaines races de chat domestique[Note 2]. Il se pourrait que cela permette de capter la direction du vent[10]. De longs poils le long des joues, appelés « favoris », forment une collerette qui leur donne un air un peu joufflu[4]. L’utilité de la forme du visage des lynx, notamment des pinceaux auriculaires, a été discutée. Matjuschkin a proposé une analogie avec la face du hibou, très ronde, avec des petites plumes dressées sur la tête[Note 3] : les favoris autour des joues du lynx formeraient un miroir parabolique permettant de mieux capter les sons, tandis que les pinceaux amélioreraient la localisation sonore[11].

Les lynx ont pour caractéristique de n'avoir que 28 dents au lieu des 30 habituelles chez les félins[1] : ils ne possèdent que deux prémolaires sur la mâchoire supérieure, ce qui est une caractéristique du genre Lynx[12]. Le raccourcissement des mâchoires conduit à l’augmentation de la puissance de la morsure[5]. Parmi le genre Lynx, seul le Lynx boréal possède comme caractéristique de pouvoir avoir une dent surnuméraire[13]. La dentition lactéale des lynx ne comprend pas de molaires, l'ordre d'apparition des dents est canine - incisive - prémolaire, puis, pour la dentition finale incisive - canine - prémolaire - molaire[14].

Comparaison des formules dentaires du genre Lynx et de sa famille Felidae
 v · d · m  Formule dentaire
mâchoire supérieure
1 2 1 3 3 1 2 1
1 2 1 3 3 1 2 1
mâchoire inférieure
Total : 28 dents
Lynx
 v · d · m  Formule dentaire
mâchoire supérieure
1 3 1 3 3 1 3 1
1 2 1 3 3 1 2 1
mâchoire inférieure
Total : 30
Denture commune aux Felidae

Capacités physiques[modifier | modifier le code]

Comme tous les félins, les lynx ont une vision très sensible en faible luminosité et très précise pour détecter le mouvement. L’odorat est puissant, mais il ne sert qu’à la communication intraspécifique (marquage du territoire par exemple), et jamais pour la chasse comme pour les canidés[5]. Les vibrisses, souvent appelées « moustaches », se trouvent sur le museau, au-dessus des yeux, sur les joues et au niveau des pattes : comme pour tous les félins, elles sont un organe du toucher très sensible[15]. Les lynx ne réagissent pas à la cataire (herbe à chat) en captivité, mais seraient attirés par son odeur en liberté[16].

Les lynx sont tous des nageurs quand il le faut, et d’excellents sauteurs et grimpeurs[17], grâce à leurs membres postérieurs particulièrement adaptés au bond[2]. Des lynx captifs se sont par exemple évadés en sautant par-dessus leur clôture de trois[18] à quatre[19] mètres. Comme tous les félins, les lynx sont de très mauvais coureurs de fond. Cette faible endurance peut être corrélée à la petite taille du cœur : le poids du cœur d'un lynx ne représente que 3,4 à 6,4 ‰ de sa masse totale[Note 4]. Les lynx connaissent trois allures : le pas, qui est l'allure la plus utilisée, le trot et le bond[2].

Comportement[modifier | modifier le code]

Solitaire et territorial[modifier | modifier le code]

Les lynx parcourent leur territoire à la recherche de proies.
Ici, un Lynx roux.

Comme tous les félins, les lynx sont territoriaux. Le territoire du mâle recouvre celui d'une ou plusieurs femelles. Les territoires, tous sexes confondus, comportent cependant des « zones neutres » où il est possible de circuler sans qu’il y ait affrontement : les limites du territoire sont fréquemment des zones neutres chez les lynx. La taille du territoire dépend de la densité de proies et de l’espèce de Lynx considérée[20]. Le territoire du mâle peut atteindre 300 km2 en Amérique du Nord. Le lynx mâle est intolérant envers les autres mâles traversant son territoire, même si ce sont les femelles qui restent les plus vindicatives entre elles[21].

Les marquages olfactifs, qui permettent de signaler sa présence sur le territoire, sont le plus souvent effectués sur un support facilement repérable. Il s'agit le plus souvent de jets d'urine et de marques de griffures[Note 5]. Les marquages sont plus fréquents au centre du territoire que sur sa périphérie[22].

Les lynx sont généralement solitaires, excepté pour les femelles avec leurs petits. Les seules rencontres entre mâle et femelle se déroulent durant la période de reproduction, pendant laquelle le mâle suit la femelle dans tous ses déplacements[20].

Extrêmement discrets, les lynx sont rarement aperçus. Dans le parc national de Bavière, où le Lynx boréal a été réintroduit, 10 000 promeneurs annuels empruntent un sentier à 300 mètres du lieu de reproduction du lynx ; l’ensemble du parc de 13 000 hectares, contenant six lynx résidant, était visité par 1,3 million de visiteurs en 1976. Pourtant, seules six à huit observations annuelles ont été rapportées[11].

Chasse[modifier | modifier le code]

Les lynx sont surtout actifs au crépuscule et au lever du soleil. Ils chassent principalement à l'affût. Les lynx, comme la plupart des félins, asphyxient généralement leurs proies par une morsure ciblée au niveau de la gorge[5], et ne se servent absolument pas de leurs grosses pattes pour les assommer[2]. Les lynx peuvent parcourir leur territoire à la recherche de proies sur plusieurs kilomètres. La fréquence de chasse est d’une proie tous les deux à trois jours[23]. Le taux de réussite de la chasse varie énormément selon les individus. Pour le Lynx boréal, on estime que les femelles accompagnées de leurs petits réussissent leur chasse dans 60 à 70 % des cas, les mâles dans 40 à 60 % des cas et les subadultes dans 10 à 20 % des cas. La distance entre l’attaque et la mise à mort est généralement de moins de vingt mètres. Les lynx ne poursuivent leur proie sur plus de deux cents mètres que dans 1 à 5 % des attaques[11].

Les proies capturées sont différentes selon les espèces. La plupart du temps, les lynx mangent de petites proies comme les lagomorphes ou les oiseaux. Le Lynx boréal est le seul à s’attaquer de préférence aux petits ongulés comme le chevreuil ou le chamois, bien qu'il arrive que le Lynx roux s’attaque aux Cerfs de Virginie et que le Lynx du Canada chasse le Caribou. Le lynx n’est pas un charognard et refuse toute nourriture en état de décomposition trop avancée[5]. Les lynx peuvent s'attaquer au bétail : la pression de prédation sur les animaux domestiques est très variable selon les régions. Des cas de lynx spécialisés dans la chasse au mouton ont été rapportés. Lors de réintroductions de lynx, on constate une augmentation brusque des attaques sur le bétail suivie d'une période de stabilisation. En Europe, l'action des lynx sur le bétail est considérée comme mineure en comparaison avec celles du loup et de l'ours[24]. Les lynx n'attaquent pas l'être humain, pas même lorsque celui-ci s'approche de sa progéniture[25].

Les lynx mangent en position accroupie en commençant par les parties charnues de leur prise, comme les cuisses ou les épaules et n'attaquent jamais l'estomac et les intestins. La peau et les poils sont repoussés peu à peu durant le repas et la peau retroussée finit souvent par « empaqueter » les parties du corps non mangées[26]. Les oiseaux sont plumés[11]. Les lynx peuvent également tirer leur proie sous le couvert des arbres afin de manger au calme[26].

Les attaques du lynx sur les troupeaux de cervidés favoriseraient la dispersion des groupements de cervidés permettant une meilleure répartition de l'espèce sur l'ensemble du territoire [27]. Cela pourrait avoir un impact sur les jeunes pousses préférentiellement mangées par les chevreuils et garantir un meilleur équilibre des écosystèmes.

Cycle de vie[modifier | modifier le code]

Malgré la protection apportée par la mère, la mortalité des jeunes est importante.
Une mère et ses petits (ici, Lynx boréal au Domaine des grottes de Han en Belgique.)

Le cycle de reproduction des lynx est soumis à de grandes variations. Ainsi, le cycle du Lynx du Canada est en étroite connexion avec celui du Lièvre à raquettes (Lepus americanus) et sa population fluctue environ tous les dix ans[28]. De même, les observations menées sur le Lynx boréal montrent que selon les années, seules 43 à 64 % des femelles donnent naissance à des jeunes[14].

La saison des amours se situe majoritairement à la fin de l'hiver. Après une parade amoureuse de plusieurs jours, le mâle retourne à ses occupations tandis que la femelle part en quête d'un gîte pour mettre bas après une gestation d'environ deux mois. Elle élève seule ses petits et leur apprend à chasser. Ils quitteront leur mère quelques semaines avant la naissance de la génération future. Ces subadultes chercheront un nouveau territoire : la dispersion est assez faible puisque les jeunes s'installent sur des territoires proches de ceux déjà occupés[22].

Statistique de la reproduction des différentes espèces du genre Lynx
Lynx boréal[29] Lynx du Canada[30] Lynx pardelle[31] Lynx roux[32]
Gestation 63 à 68 jours 63 à 70 jours 63 à 68 jours 50 à 70 jours
Taille de la portée 1 à 4 jeunes 1 à 8 jeunes 1 à 5 jeunes 1 à 8 jeunes
Âge d'émancipation 10 mois 10 mois 7 à 10 mois 12 mois
Maturité sexuelle ♂ : 30 mois
♀ : 20 à 24 mois
♂ : 24 mois
♀ : 22 à 23 mois[Note 6]
♂ : 33 mois
♀ : 21 mois
♂ : 18 mois
♀ : 9 à 12 mois


Les lynx sont très peu vecteurs de la rage. Sur mille lynx de Slovaquie capturés ou tués sur dix ans, seuls 0,6 % étaient infectés par le virus rabique. De plus, les lynx ne développent pas la forme agressive de la maladie et ont tendance à faire diminuer les populations de renards (très sensibles à la rage) par pression de prédation[11]. Cependant, les décès par maladie ne représentent qu'un quart des décès totaux. Les trois-quarts des décès des adultes sont dus à l'activité humaine, soit par une pression de chasse et/ou de braconnage, soit par le trafic routier[Note 7]. Pour les jeunes, c'est avant tout la famine et les maladies parasitaires qui déciment les populations (80 % des jeunes n'atteignent pas l'âge de procréer chez le Lynx boréal)[33]. Les lynx ont assez peu de prédateurs naturels en dehors de l'Homme. Selon les espèces, ours, loups, pumas et gloutons peuvent attaquer et tuer un lynx[34]. La longévité est d'une quinzaine d'années dans la nature et d'environ trente ans en captivité[29],[30],[31],[32].

Taxonomie et évolution[modifier | modifier le code]

Histoire de la taxonomie du genre Lynx[modifier | modifier le code]

La classification des lynx a fait l'objet d'un débat : les lynx devaient-ils être classés dans leur propre genre Lynx ou être un sous-genre de Felis ? En effet, jusque dans les années 1980, presque tous les félins étaient inclus dans le genre Felis, excepté les grands félins du genre Panthera et le guépard du genre Acinonyx : c’est la classification de Simpson. La taxonomie actuelle admet à présent que les lynx appartiennent à leur propre genre, mais les synonymes Felis lynx, Felis rufus ou encore Felis pardinus subsistent dans la littérature[35].

Le nombre d’espèces de lynx a beaucoup varié, du fait de la grande fluctuation morphologique, tant au niveau de la taille que de la couleur, des différents individus : jusqu’à sept espèces de lynx ont été proposées par Pocock et Balestri. Dans les années 1980, on comptait uniquement deux espèces : le Lynx boréal et le Lynx roux. Un autre modèle à deux espèces a existé qui admettait uniquement le Lynx boréal et le Lynx pardelle. Au sein de l’ensemble des différents modèles à deux espèces, la seule variation était l’aire de distribution du Lynx boréal qui tour à tour englobait celle du Lynx du Canada ou du Lynx pardelle[13] : les espèces actuelles, surtout le Lynx du Canada et le Lynx pardelle devenaient alors des sous-espèces du Lynx boréal Lynx lynx canadensis ou Felis lynx canadensis[35] et Lynx (Felis) lynx pardinus[36].

Le Caracal, du fait de similitude morphologique (tête, denture, queue) a longtemps été classé dans le genre Lynx. L’absence totale de taches, puis, plus tard, les analyses génétiques, l’ont écarté du genre Lynx vers son propre genre Caracal[13]. Le Manul (Otocolobus manul) a lui aussi temporairement fait partie du genre Lynx[37].

Phylogenèse[modifier | modifier le code]

Analyse génétique[modifier | modifier le code]

La phylogénie s'est longtemps basée sur l'étude des fossiles d'un animal afin de préciser l'apparition et l'évolution d'une espèce. La phylogénie moderne s'appuie essentiellement sur les analyses génétiques en raison du nombre peu important de fossiles de félins. Le premier félin daterait d'il y a 11 millions d'années. L’ancêtre commun des lignées Leopardus, Lynx, Puma, Prionailurus et Felis aurait traversé la Béringie et colonisé l’Amérique du Nord il y a environ 8 à 8,5 millions d’années[38]. Il y a 7,2 millions d’années, la lignée des lynx diverge de celle des pumas. Le dernier ancêtre commun à tous les lynx date d’il y a 3,2 millions d’années au Pliocène[38].

Le Lynx d'Issoire[modifier | modifier le code]

Ossements de lynx dans une grotte en Espagne.
Article détaillé : Lynx d'Issoire.

Bien que les fossiles soient rares chez les félins, les lynx font office d'exception[39]. Le Lynx d'Issoire (Lynx issodoriensis) est généralement considéré comme l'ancêtre commun du genre Lynx. Possédant une aire de répartition très large, Lynx issiodorensis présentait une morphologie proche des félinés tout en ayant les caractéristiques des lynx[37],[40] : une queue courte et la dentition à 28 dents. Plusieurs hypothèses d'« apparitions » des lynx modernes au travers de la forme intermédiaire du Lynx d'Issoire ont été proposées. Une première hypothèse suggère une divergence en trois lignées distinctes : L. pardinus, L. lynx, et L. rufus ; dans cette première hypothèse, L. canadensis descend de L. lynx[37].

Le Lynx d’Issoire aurait migré en Amérique du Nord par le détroit de Béring durant la glaciation du Pléistocène il y a cinq à deux millions d’années : des preuves de sa présence il y a 2,5 à 2,4 millions d’années ont été découvertes au Texas. Le Lynx d’Issoire aurait ensuite évolué en une forme intermédiaire Lynx issiodorensis kurteni puis vers l'actuel Lynx roux (Lynx rufus)[39].

Les premières formes de Lynx pardinus pourraient dater de fossiles attribués à Lynx issiodorensis du Pléistocène moyen selon Argant (1996). Le Lynx des cavernes Lynx pardinus speleus[41] ou Lynx spelaea[37], dont des traces ont été retrouvées dans les grottes de l’Observatoire à Monaco et de Grimaldi en Italie, possède des caractéristiques intermédiaires entre Lynx lynx et Lynx pardinus. Il est possible que le Lynx d’Issoire ait évolué vers le Lynx des cavernes qui par la suite a évolué vers le Lynx pardelle[41]. Des études menées tant sur la morphologie que sur le squelette du Lynx pardelle ont mis en évidence la sympatrie entre le Lynx pardelle et le Lynx boréal au sud-ouest de l’Europe durant le Pléistocène. Les deux espèces sont à présent considérées comme allopatriques[36].

Le Lynx d'Eurasie Lynx lynx est plus éloigné de Lynx issiodorensis que le Lynx pardelle. La dentition de cette espèce est différente de celle des autres lynx et il est également plus grand que les autres espèces de lynx[41] ; une hypothèse proposée est que le Lynx boréal, originaire d'Asie, aurait repoussé le Lynx pardelle sur la péninsule espagnole[37]. Le Lynx du Canada et le Lynx boréal sont en fait issus du même ancêtre commun asiatique[35]. Bien après la première colonisation ayant abouti au Lynx roux, une forme de Lynx d'Issoire a effectué une nouvelle colonisation des Amériques depuis l’Asie qui serait à l’origine du Lynx du Canada moderne (Lynx canadensis)[42],[43].

Systématique[modifier | modifier le code]

Classification classique[modifier | modifier le code]

La classification classique range le genre Lynx dans la sous-famille des Felinae, qui contient historiquement tous les félins qui ne rugissent pas[44].

─oCarnivora
 └─o Feliformia
   └─o Felidae
     ├─o Pantherinae
     └─o Felinae
       ├─o Nombreux genres tels que Prionailurus, Felis, Caracal, …
       └─o Lynx
         ├─o Lynx canadensis
         ├─o Lynx lynx
         ├─o Lynx pardinus
         └─o Lynx rufus

Classification phylogénétique[modifier | modifier le code]

La classification phylogénétique divise les félins en huit lignées distinctes ; les lynx constituent la cinquième lignée. Les quatre espèces auraient évolué dans cet ordre : Lynx roux, Lynx du Canada, Lynx boréal et Lynx pardelle[38].

   Felidae   

Panthera, Neofelis




Pardofelis




Caracal, Leptailurus




Leopardus




Lynx




Puma, Acinonyx




Prionailurus, Otocolobus



Felis









   Lynx   

 Lynx rufus - Lynx roux




 Lynx canadensis - Lynx du Canada




 Lynx lynx - Lynx d’Eurasie



 Lynx pardinus - Lynx pardelle





Espèces et sous-espèces[modifier | modifier le code]

Le genre Lynx est subdivisé en quatre espèces distinctes : le Lynx du Canada (Lynx canadensis), le Lynx boréal (Lynx lynx), le Lynx pardelle (Lynx pardinus) et le Lynx roux (Lynx rufus). La validité des sous-espèces est fortement débattue, notamment celle du Lynx roux : il n'existe pas moins de douze sous-espèces[45] divisées selon des critères géographiques et morphologiques (taille et couleur)[46]. Selon Mammal Species of the World, le Lynx du Canada n'admet que trois sous-espèces, le Lynx boréal cinq et le Lynx pardelle aucune[44]. Pour le Lynx boréal, il est possible que le Lynx de Sardaigne (Lynx lynx sardiniae) ne soit en fait qu'une sous-espèce de Chat sauvage (Felis silvestris)[37].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Hybridations[modifier | modifier le code]

Article connexe : Félin hybride.

L’hybridation naturelle entre le Lynx roux et le Lynx du Canada existe[47] : aux États-Unis, on appelle le résultat d’un tel croisement un « Blynx » ou un « Lynxcat », contraction du terme « Bobcat » désignant le Lynx roux et « Lynx » désignant le Lynx du Canada. En 2004, des études génétiques menées sur ces deux espèces ont confirmé que trois spécimens sauvages du Minnesota à l’origine ambiguë étaient issus de l’hybridation. L’ensemble des hybrides étudiés avait un Lynx du Canada pour mère[48]. Les signalements d’hybrides sauvages sont, pour l’instant, confinés au sud de l’aire de répartition du Lynx du Canada. Ces hybrides naturels partagent les caractéristiques morphologiques des deux espèces dont ils sont issus[49].

Des hybridations en captivité avec l’Ocelot, le Caracal et le Serval ont été signalées[50]. Une légende, probablement colportée par la créatrice de la race dans les années 1980 aux États-Unis, veut également que le pixie-bob soit une race de chat issue du croisement naturel entre un Lynx roux et un chat domestique[51]. C'est également le cas pour le bobtail américain[52] et le lynx domestique[53] ; bien que des observations d'accouplement entre le chat domestique et un lynx aient été rapportées, aucun test génétique n'a jamais confirmé ce genre d'hybridation[52].

Chorologie[modifier | modifier le code]

Habitat[modifier | modifier le code]

Les forêts boréales, comme ici en Sibérie, constituent l'habitat préféré des lynx.

Les lynx vivent préférentiellement dans les forêts boréales et mixtes à feuillage caduc ; le Lynx roux accepte un plus large panel d'habitats qui vont des aires semi-désertiques aux marécages humides de Floride bien qu'il préfère les forêts, mais contrairement aux autres espèces de lynx, il n’en dépend pas exclusivement[54]. Le Lynx pardelle préfère les forêts de pins et la garrigue[8].

Distribution et effectifs[modifier | modifier le code]

Répartition des lynx.

L'ensemble des espèces de lynx est situé dans l'hémisphère nord. Le Lynx roux et le Lynx du Canada vivent en Amérique du Nord[7],[9], le Lynx pardelle se trouve exclusivement sur de petites portions de la péninsule ibérique[8] et le Lynx boréal possède la plus large distribution qui s'étend sur toute l'Europe et l'Asie[6].

L'aire de répartition des lynx s'est réduite plus ou moins fortement selon les espèces, mais c'est en Europe que la réduction a été la plus importante. Le Lynx boréal était présent partout en Europe, sauf en Grande-Bretagne[40] puis il a disparu de l’ouest de l’Europe et des Alpes avant l’ours et le loup, bien qu’il ait été persécuté moins intensivement[Note 8],[5]. Les populations de lynx régressèrent partout en Europe, puis eurent tendance à s’accroître au milieu du XXe siècle, du fait de sa protection légale[40]. Le lynx pardelle, extrêmement menacé, a vu ses populations chuter drastiquement durant la fin du XXe siècle en raison des épidémies de myxomatose qui a décimé sa proie principale, le lapin, et d'importants réseaux routiers qui ont fragmenté son habitat et augmenté le nombre de collisions avec des véhicules[55] : les populations de lynx pardelle ont diminué de 80 % en l'espace de vingt ans[56]. En Amérique, les populations ont moins régressé ; toutefois, en raison de changements d’habitat dus aux pratiques agricoles modernes, le Lynx roux n’est plus présent dans le Middle West des États-Unis et dans le sud du Minnesota, l’est du Dakota du Sud, l’Iowa et une grande partie du Missouri[57]. Le Lynx du Canada est encore présent sur 95 % de son aire de répartition historique au Canada mais a régressé aux États-Unis[58].

Excepté pour le Lynx pardelle, l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) considère que les populations de lynx sont stables et abondantes ; par conséquent, elles sont classées en « Préoccupation mineure » (LC). Le Lynx pardelle est en « danger critique d'extinction » (CR)[59],[60],[56],[58].

Protection[modifier | modifier le code]

Statut légal[modifier | modifier le code]

Le commerce des animaux sauvages est régi par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES). À part le Lynx pardelle qui est classé en Annexe I (toutes formes de commerce interdites) depuis 1990, l'ensemble des espèces de lynx sont en Annexe II de la CITES depuis 1977[61]. Les États-Unis ont lancé une demande de retrait du Lynx roux de l’appendice II à la CITES en raison de l'accroissement des populations[46], mais celle-ci fut refusée[59].

La chasse au Lynx boréal est réglementée en Russie, en Norvège, en Finlande, en Pologne, en Roumanie, en Turquie[62], en Estonie, en Lettonie, en Slovaquie jusqu'en 2001 date à laquelle il fut totalement protégé, en Croatie et en Slovénie[63]. En France et en Suisse, les lynx à problème sont déplacés[63]. Le Lynx pardelle est protégé sur l'ensemble de son aire de répartition. La chasse au Lynx roux et au Lynx du Canada est réglementée au Canada, aux États-Unis et au Mexique, mais la législation peut varier selon les États[64].

Élevage conservatoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Élevage conservatoire.

Seul le Lynx boréal fait l'objet d'un studbook européen (ESB) visant à créer un arbre généalogique fiable des individus détenus par les zoos[65]. Selon l'Association mondiale des zoos et des aquariums, les lynx sont gardés dans les parcs zoologiques à des fins d'éducation et pour la sympathie nouvelle du public[66],[67]. Selon l'International Species Information System (ISIS), 667 lynx sont détenus par des zoos le 1er octobre 2009, les espèces les plus représentées étant le Lynx boréal et le Lynx roux[68].

Un programme d'élevage du Lynx pardelle a été décidé en urgence en juin 2003. Le parc national de Doñana met en place plusieurs systèmes permettant de fournir aux lynx sauvages de quoi se nourrir sans émousser leur instinct de chasseur : des lapins sont contenus dans des enclos spéciaux, difficiles d'accès et proposant de nombreuses cachettes[55]. En parallèle, le centre de reproduction permet d'accroître rapidement la population : toutes les naissances devraient, à terme, être réintroduites[69].

Réintroductions[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Réintroduction et Lynx boréal en France.

Quatorze projets de réintroduction du lynx ont été mis en œuvre en Europe de 1970 à 2006, qui ont donné les meilleurs résultats en Slovénie, dans les Alpes suisses et dans le Jura. Le Lynx boréal a été réintroduit en Slovénie, en Croatie, dans le parc national de Bavière en Allemagne, dans le Jura suisse, le canton de Vaud, le canton d'Obwald, le parc national des Grisons et le parc national du Grand-Paradis en Italie[40]. Des tentatives de réintroduction du Lynx du Canada ont été menées dans l’État de New York et dans le Colorado[7] ; pour ce dernier la réintroduction semble être un succès[58]. Le Lynx roux a été réintroduit sur l’île de Cumberland et dans le New Jersey[9].

Pour capturer des lynx à des fins de réintroduction, les scientifiques utilisent la tendance des félins à emprunter toujours les mêmes passages. Une cage à deux portes coulissantes est placée de telle manière que le félin puisse voir sa piste au-delà du piège, sur un chemin fréquemment utilisé. Le lynx est souvent capturé au début ou à la fin de l’hiver, il subit ensuite une période de quarantaine avant d’être relâché, de préférence en couple, à la belle saison. Les individus capturés sont souvent des jeunes, généralement des mâles[11].

Les lynx et l’Homme[modifier | modifier le code]

Étymologie et sémantique[modifier | modifier le code]

Le terme « lynx » [lε̃:ks ] est directement issu du latin « lynx », lui-même tiré du grec ancien « λύγξ » qui désigne tout simplement l'animal. Il existe quelques variations orthographiques telles que « linz » durant le XIIe siècle ou « lins » au XIIIe siècle. Au sens figuré, un lynx est une personne très rusée[70]. « Avoir des yeux de lynx » signifie avoir une très bonne vue[71] ; cette expression est issue d'une confusion avec « avoir des yeux de Lyncée », en référence à l’argonaute Lyncée qui possédait une vision perçante, et a été à l'origine de la légende sur les bons yeux du lynx[40]. Ainsi, la constellation du Lynx aurait été appelée ainsi par Hevelius au XVIIe siècle car il faut avoir les yeux de lynx pour l'apercevoir[72]. Le terme « Lynx du désert » ou « Lynx désertique » fait référence au Caracal (Caracal caracal), qui était autrefois placé dans le genre Lynx.

Le Lynx boréal est anciennement nommé « loup-cervier » ou « loup cervier » [lusɛʀvje ], du latin Lupus cervarius qui signifie littéralement « loup qui attire les cerfs ». Au départ, ce terme ne désignait que la femelle du lynx et le féminin « louve-cervière » est antérieur au masculin. Une forme féminine « loup-cerve » est proposée dans certains dictionnaires[73]. Le Lynx du Canada est encore appelé « loup-cervier » en français du Canada[35]. Outre la désignation de l'animal, le terme loup-cervier peut symboliser un homme sans scrupule, travaillant dans le secteur de l'économie (banquier par exemple)[73].

Lynx et mythologies[modifier | modifier le code]

Mythologie amérindienne[modifier | modifier le code]

Dans la mythologie amérindienne, la figure du lynx est souvent associée à celle du Coyote, dans un thème de gémellité[Note 9]. Le lynx et le coyote sont respectivement associés au vent et au brouillard, deux éléments opposés dans le folklore amérindien. Les légendes varient légèrement entre les peuples nord-américains, et des mythes équivalents existent en Amérique du Sud, comme au Brésil par exemple. Les figures du Lynx et du Coyote dans les mythes des Indiens d’Amérique ont été étudiées par Claude Lévi-Strauss, dans son livre Histoire de Lynx. Selon lui, ces jumeaux opposés et de force inégale représentent un monde en perpétuel déséquilibre. Cette analyse lui permet d’interpréter les comportements amicaux des Amérindiens lors de leurs premiers contacts avec des Européens : pour les Amérindiens, l’existence de leur peuple impliquait l’existence d’autres peuples dont ils attendaient la venue. Toujours selon Lévi-Strauss, les versions plus tardives sont le résultat du contact régulier avec les Européens[74],[75].

Dans une légende Shawnee, le lynx, un des quatre protecteurs de l’étoile du matin, se fait entourlouper par un lapin : alors que ce dernier est acculé dans un arbre, prêt à être attrapé par le lynx, il suggère à son prédateur de faire un feu pour le rôtir ; le lapin saute alors de l’arbre, et les braises s’éparpillent sur la fourrure du lynx et dessinent des taches marron foncé sur sa robe[76]. Les Mojaves croient que rêver souvent d’un objet ou d’un être vivant leur donne leurs caractéristiques. S’ils rêvent des deux divinités que représentent le lynx et le puma, ils pensent que cela va leur donner des compétences à la chasse supérieures à celles des autres tribus[77]. Les colons européens ont aussi admiré ce félin, et aux États-Unis, il reste prééminent dans les anthologies du folklore national.

Mythologie européenne[modifier | modifier le code]

Un animal imaginaire aux bons yeux[modifier | modifier le code]

Le Lynx boréal est quasiment absent des mythologies européennes ; toutefois, il a fait l’objet de nombreuses superstitions colportées dans les bestiaires. Le lynx apparaît comme un loup aux taches de panthère, dont la femelle ne peut enfanter qu'une seule fois[78].

Une autre superstition veut que le lynx aient de bons yeux. Cette croyance est née d’une confusion avec l’argonaute Lyncée qui possédait une vision perçante[40]. On pensait également que les yeux brillants du lynx[Note 10] éclairaient la route et pouvaient rendre aveugle tant la lumière était intense[79]. Ses yeux étincelants avaient prétendument la faculté de voir à travers les murs[71]. La légende du loup-cervier raconte que le lynx peut se transformer en loup pour se nourrir de cervelle humaine[80].

Le lyncurius, une pierre fabuleuse[modifier | modifier le code]
L'urine du lynx se solidifie pour former le lyncurius. Bestiaire médiéval du XIIIe siècle.

L’urine de lynx avait la propriété de se solidifier pour former une pierre précieuse rouge, le lyncurium[71], lyncurius ou lapis lyncurius[78]. Afin de cacher cette pierre et par jalousie, le lynx recouvre son urine de terre. La pierre fabuleuse est capable de soigner l’ictère et de faire disparaître les calculs de la vessie[40]. Selon Theophrastus (Ve siècle av. J.-C.), la pierre attire à elle la paille, les copeaux de bois, le cuivre et le fer ; elle est de meilleure qualité si elle provient d'individus sauvages et masculins[78]. Bien que personne n'ait jamais vu cette pierre fabuleuse, les écrits de Theophrastus seront repris par plusieurs auteurs classiques comme Ovide (Ier siècle), Pline l'Ancien (Ier siècle) et Isidore de Séville (VIIe siècle)[78] jusqu'au XVIIe siècle où il disparaît progressivement des lapidaires, sans que les croyances de Theophrastus ne soient jamais remises en doute[81].

Représentations[modifier | modifier le code]

Un félin très peu connu jusqu'au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Représentation d'un lynx sur le schiste de la Madeleine, en Dordogne.
Les félins dans le Livre de Chasse de Gaston Phoebus (1331-1391)

La première description du Lynx boréal nous vient de Pline l'Ancien, qui n'hésita pas à le comparer au loup : « Effligie lupi, pardorum macullis », c'est-à-dire « Ressemblant au loup, tacheté comme une panthère ». De plus, selon Pline l'ancien, il existe deux formes de lynx, le « loup-cervier » utilisé à Rome lors des jeux du cirque, et le « lynx », créature fabuleuse venue d'Éthiopie[79]. Ces descriptions, pourtant très peu précises, servirent de base à l'ensemble des travaux et écrits sur le lynx. Combiné à l'extrême discrétion de ce félin que personne ou presque ne rencontrait, il devint un animal fantasmagorique, réputé féroce. Ainsi, au Moyen Âge, le loup-cervier est toujours assimilé au loup. On appelait ainsi le lynx « loup à robe zébrée ou mouchetée », et tout le monde était terrifié par cet animal. Le lynx était très méconnu, absent de la Bible[40]. Il apparaît dans le livre de Marco Polo, le Devisement du monde[82] et pour la première fois illustré dans le Livre de chasse de Gaston Phoebus[40]. Au Moyen Âge, les griffes et les dents du Lynx boréal servaient d’amulettes et il était également chassé pour sa fourrure[80].

Pendant longtemps, le lynx et le loup-cervier sont considérés comme deux espèces différentes. Bien que les premières superstitions soient écartées, les connaissances sur cet animal sont erronées ; par exemple, au XIXe siècle, Pierre Boitard écrit que « [Le loup-cervier] fait ensuite un trou derrière le crâne [de ses proies], et leur suce la cervelle par cette ouverture, au moyen de sa langue recouverte de petites épines[83]. ». L'animal est considéré comme féroce et sanguinaire. Ainsi, la bête de la Gargaille, sorte de bête du Gévaudan jurassienne, aurait terrorisé la population durant l'année 1819. Les descriptions très contradictoires pointent l'action d'un lynx. Cependant, l'histoire aurait été gonflée en véritable massacre par le préfet tandis que le louvetier décrivait de simples vêtements déchirés[79]. Le félin est si méconnu que les véritables dépouilles de lynx capturés en Europe de l'Ouest sont prises pour quelques « animaux exotiques » et cela jusqu'au XIXe siècle. Les écrits à propos du lynx restent empreints de légendes jusqu'au XXe siècle où des recherches sérieuses ne sont entreprises qu'à partir des années 1980[79].

Emblèmes et personnages de fictions[modifier | modifier le code]

Article connexe : Armorial au lynx.

En héraldique, lynx et loup-cervier sont deux figures différentes. Le lynx est passant dans l'écu et tout comme le loup-cervier symboliserait la perspicacité[84],[85]. Le loup-cervier, représenté comme une panthère tachetée avec la queue d'un chat et la face d'un lynx, est très peu présent. Le lynx peut être représenté passant ou de front[86], et peut être confondu avec le loup bien qu'il ait le plus souvent la queue entre les jambes[87].

Le lynx est considéré comme un symbole de la Macédoine et est présent sur le côté pile de la pièce de 5 denars[88]. Le lynx est choisi comme emblème par de nombreuses universités et équipes sportives d’Amérique du Nord, comme les Bobcats de Charlotte, ou les Lynx de Toronto[89].

Les lynx sont assez peu présents dans les œuvres de fiction. À la télévision, Bonkers D. Bobcat est un Lynx roux anthropomorphique créé par les studios Disney. Le Lynx roux Bubsy est un personnage de jeux vidéo ; une série de dessins animés consacrée au personnage a été produite, mais seul un épisode existe[90].

Utilisations du lynx[modifier | modifier le code]

Peaux de Lynx roux.

Au Moyen Âge, les griffes et les dents du Lynx boréal servaient d’amulettes et il était également chassé pour sa fourrure[80]. La fourrure du Lynx du Canada est recherchée depuis le début de la colonisation du Canada par les Européens. Les trappeurs de la côte nord du Canada et les peuples autochtones mangent sa chair[35].

La peau de Lynx roux est la plus vendue parmi celles des félins. La fourrure de Lynx roux sert à faire des manteaux, des tapis ou des décorations murales ; c’est la fourrure du ventre qui est la plus recherchée[91]. La plupart des exportations viennent des États-Unis, dont les exportations annuelles moyennes sont passées de plus de 13 000 dans les années 1990 à un peu moins de 30 000 dans les années 2000[59].

Attitudes et connaissances de l'humain[modifier | modifier le code]

Le changement de mentalité de l'humain envers la nature et plus particulièrement envers les carnivores a été profitable au lynx. 70 à 80 % des personnes des pays d'Europe de l'Ouest sont favorables au retour des lynx, les citadins étant bien plus favorables au retour du lynx que les habitants des milieux ruraux. Les principaux détracteurs des lynx sont les chasseurs, qui l'accusent de faire diminuer la population de gibier, et les éleveurs, préoccupés par les prélèvements sur leurs troupeaux[92]. Pourtant, l'impact du lynx est considéré comme bénéfique au gibier[Note 11] et dans certains pays, les lynx tuent beaucoup moins que les chasseurs, comme en Suisse, où le Lynx boréal attaque 6 000 chevreuils et l'Homme plus de 40 000[25]. De nombreux moyens ont été testés pour minimiser l'impact du lynx sur le bétail  : les plus efficaces restent l'emploi du chien patou, le gardiennage et l'utilisation de clôtures. De plus, si la présence des lynx est parfois mal vécue lors de leur réintroduction, on constate que dans les pays où les lynx n'ont jamais disparu aucune accusation ni demande d'extermination n'est effectuée[93].

Selon une étude menée au Cumberland Island National Seashore où le Lynx roux a été réintroduit, l’évaluation des connaissances a une note moyenne de 3,8/10, les chasseurs ayant obtenu les meilleurs scores (5,1/10). Selon les auteurs, ce score si faible peut être corrélé avec la nature discrète du Lynx roux : les opportunités d’apprentissage par contact direct sont faibles[94]. De plus, peu de reportages animaliers lui sont dédiés, à l’inverse de ce qu’on peut voir pour le lion, le tigre, ou encore le puma[95].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le Lynx boréal est de trois à dix fois plus gros que le Chat sauvage.
  2. Les races telles que le maine coon peuvent être sélectionnées pour avoir ce type de pinceaux.
  3. Il ne s’agit pas d’oreilles.
  4. À titre de comparaison, ce ratio est de 0,43 % chez l'Homme.
  5. Le rôle des fèces dans le marquage du territoire est encore assez mal identifié, la plupart étant enterrées.
  6. Lorsque les proies sont abondantes, la maturité sexuelle peut être acquise dès dix mois.
  7. Afin d'éviter les collisions mortelles avec un véhicule, la création d'écoducs complète la mise en place de corridors biologiques.
  8. L’explication réside dans une plus grande sensibilité du lynx face à la destruction de son habitat et à la diminution des effectifs de ses proies naturelles.
  9. « Lynx » est un terme générique dans les descriptions mythologiques, mais implique très souvent le Lynx roux sur la majorité du territoire nord-américain.
  10. Les yeux des félins reflètent la lumière dans la nuit en raison du tapetum lucidum.
  11. Les prédateurs s'attaquent aux individus les plus faibles et les écartent donc de la reproduction.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) Peter Jackson et Adrienne Farrel Jackson (trad. Danièle Devitre, préf. Dr Claude Martin, ill. Robert Dallet et Johan de Crem), Les Félins : Toutes les espèces du monde, Turin, Delachaux et Niestlé, coll. « La bibliothèque du naturaliste »,‎ 15 octobre 1996, relié, 272 p. (ISBN 978-2603010198 et 2-603-01019-0), p. 10
  2. a, b, c, d, e, f, g et h (fr) Patrice Raydelet, Le lynx boréal, Les sentiers du naturaliste (ISBN 2-603-01467-6), « Sentier physiologique », p. 42-57
  3. (fr) Rémy Marion (dir.), Cécile Callou, Julie Delfour, Andy Jennings, Catherine Marion et Géraldine Véron, Larousse des félins, Paris, Larousse,‎ septembre 2005, 224 p. (ISBN 2-03-560453-2 et 978-2035604538, OCLC 179897108), p. 19
  4. a et b Peter et Adrienne Farrel Jackson, op. cit., p. 195
  5. a, b, c, d, e, f et g (fr) KORA, « Documentation Lynx préparée à la demande de l'Office fédéral de l'environnement, des forêts et du paysage (OFEFP) », sur http://www.bafu.admin.ch/, KORA (Projets de recherches coordonnés pour la conservation et la gestion des carnivores en Suisse) (consulté le 21 septembre 2009)
  6. a et b Rémy Marion, op. cit., « Lynx boréal Lynx lynx », p. 43-46
  7. a, b et c Rémy Marion, op. cit., « Lynx du Canada Lynx canadensis », p. 40-42
  8. a, b et c Rémy Marion, op. cit., « Lynx pardelle Lynx pardinus », p. 47
  9. a, b et c Rémy Marion, op. cit., « Lynx roux Lynx rufus », p.48-51
  10. a et b Peter et Adrienne Farrel Jackson, op. cit., p. 14
  11. a, b, c, d, e et f (fr) C. Kempf, A. Balestri, U. Wotschikowsky et M. Fernex, Chez nous Le Lynx ? Mythes et réalité, Les guides Gesta,‎ 1979 (ISBN 2-903191-01-8), op. cit., « Écologie du lynx », p. 33-74
  12. (en) Michael R. Peterson, « The Biogeography of Bobcat (Lynx rufus) », sur http://bss.sfsu.edu/, Université d’État de San Francisco,‎ Automne 2000 (consulté le 7 mai 2009)
  13. a, b et c C. Kempf, op. cit., « Zoologie » p. 17-32
  14. a et b Patrice Raydelet, op. cit., « Sentier de la vie », p. 78 - 89
  15. Rémy Marion, op. cit., p.128
  16. Peter et Adrienne Farrel Jackson, op. cit., p. 16
  17. Rémy Marion, op. cit., p. 135
  18. (fr) « Un lynx s'échappe de Jura Parc à Vallorbe », sur http://www.tdg.ch/lynx-echappe-jura-parc-2009-09-21, La tribune de Genève,‎ 21 septembre 2009 (consulté le 6 octobre 2009)
  19. (fr) « ESPAGNE: un Lynx pardelle s’évade en sautant une clôture électrifiée de 4 mètres de haut », sur http://actulynx.wordpress.com, Actu'Lynx,‎ 17 juin 2008 (consulté le 6 octobre 2009)
  20. a et b Rémy Marion, op. cit., p. 149
  21. Rémy Marion, op. cit., p. 165
  22. a et b Patrice Raydelet, op. cit., « Sentier du quotidien », p. 58-77
  23. Rémy Marion, op. cit., p. 151
  24. Patrice Raydelet, op. cit., « Sentier gastronomique », p. 114 - 133
  25. a et b (fr) « Huit questions, huit réponses », sur http://www.pronatura.ch, Pronatura
  26. a et b Patrice Raydelet, op. cit., « Sentier de la chasse », p. 90-113
  27. Stratégie panalpine de conservation du lynx, P.12 (2003)
  28. (fr) Robert E. Ricklefs,Gary L. Miller, Écologie, De Boeck Université,‎ 2005, 821 p. (ISBN 9782744501456, lire en ligne), p. 350
  29. a et b Peter et Adrienne Farrel Jackson, op. cit., p. 84
  30. a et b Peter et Adrienne Farrel Jackson, op. cit., p. 206
  31. a et b Peter et Adrienne Farrel Jackson, op. cit., p. 88
  32. a et b Peter et Adrienne Farrel Jackson, op. cit., p. 200
  33. Patrice Raydelet, op. cit., « Sentier de la mort », p. 134
  34. Peter et Adrienne Farrel Jackson, op. cit., p. 82, 198 et 204
  35. a, b, c, d et e (fr) Clément Fortin et Josée Tardif, « Situation du Lynx du Canada (Lynx canadensis) au Québec », sur http://www.fapaq.gouv.qc.ca, Direction du développement de la faune,‎ Janvier 2005 (consulté le 21 septembre 2009)
  36. a et b (en) Rosa Garcia-Perea, « Phylogeny and Conservation of Iberian Lynxes », CAT NEWS, no 27,‎ Automne 1997 (lire en ligne)
  37. a, b, c, d, e et f Patrice Raydelet, op. cit., « Sentier généalogique », p. 8-41
  38. a, b et c Stephen O'Brien et Warren Johnson, « L'évolution des chats », Pour la science, no 366,‎ Avril 2008 (ISSN 0 153-4092) basée sur (en) W. Johnson et al., « The late Miocene radiation of modern felidae : a genetic assessment », Science, no 311,‎ 2006 et (en) C. Driscoll et al., « The near eastern origin of cat domestication », Science, no 317,‎ 2007
  39. a et b (en) Kevin Hansen, Bobcat: master of survival, Oxford University Press US,‎ 2007, 212 p. (ISBN 0195183037 et 9780195183030, lire en ligne), p.16
  40. a, b, c, d, e, f, g, h et i C. Kempf, op. cit., « Historique des populations », p. 83-120
  41. a, b et c Les lynx, essai de paléontologie et formes actuelles sur FERUS.
  42. (en) William J. Zielinski, Thomas E. Kuceradate, American Marten, Fisher, Lynx, and Wolverine: Survey Methods for Their Detection, DIANE Publishing,‎ 1998, 77–78 p. (ISBN 0788136283)
  43. (en) Carron Meaney, Gary P. Beauvais, « Species Assessment for Canada lynx (Lynx Canadensis) in Wyoming », United States Department of the Interior, Bureau of Land Management,‎ septembre 2004 (consulté le 8 avril 2009)
  44. a et b Référence Mammal Species of the World : Lynx (en)
  45. Référence Mammal Species of the World : Lynx rufus (en)
  46. a et b (fr) « Examen des propositions d’amendement des annexes I et II : suppression de Lynx rufus de l’annexe II », CITES,‎ octobre 2004 (consulté en 1er octobre 2009)
  47. (en) Mills, L. Scott, Conservation of Wildlife Populations: Demography, Genetics, and Management, Blackwell Publishing,‎ novembre 2006 (ISBN 1405121467), p. 48
  48. (en) M.K. Schwartz, K.L. Pilgrim, K.S. McKelvey, L.F. Ruggiero, E.L. Lindquist, S. Loch, J.J. Claar, « Hybridization between Canada lynx and bobcats: Genetic results and management implications », Conservation Genetics, no 5,‎ 2004, p. 349-355 (lire en ligne)
  49. (en) J.A.Homyack, J.H. Vashon, C. Libby, E.L. Lindquist, S. Loch, D.F. McAlpine, K.L. Pilgrim, M.K. Schwartz, « Canada lynx-bobcat (Lynx canadensis × L. rufus) hybrids at the southern periphery of lynx range in Maine, Minnesota and New Brunswick », American Midland Naturalist, no 159,‎ 2008, p. 504-508 (lire en ligne)
  50. (en) « Lynx and bobcat hybrids », sur http://www.messybeast.com/ (consulté le 9 avril 2009)
  51. (en) Jessi Clark-White, « Bobcat Hybrids - Myth or Reality ? », sur http://www.exoticcatz.com/ (consulté le 9 avril 2009)
  52. a et b (en) Sarah Hartwell, « Domestic hybrids with bobcat and lynx », sur http://www.messybeast.com/, Messybeast (consulté le 25 septembre 2009)
  53. (fr) « Lynx domestique », sur http://www.royalcanin.fr/, Royal Canin,‎ 2006 (consulté le 25 septembre 2009)
  54. Peter et Adrienne Jackson, op. cit., p. 196
  55. a et b (fr) François Moutou et Vincent Vignon, « Le lynx pardelle », sur http://ferus.org/, FERUS,‎ 2005 (consulté en 1er octobre 2009)
  56. a et b Référence UICN : espèce Lynx pardinus Temminck, 1827 (en)
  57. (en) John O. Whitaker, W. J. Hamilton, Mammals of the Eastern United States, Cornell University Press,‎ janvier 1998 (ISBN 0801434750), p. 493–496
  58. a, b et c Référence UICN : espèce Lynx canadensis Kerr, 1792 (en)
  59. a, b et c Référence UICN : espèce Lynx rufus Schreber, 1777 (en)
  60. Référence UICN : espèce Lynx lynx Linné, 1758 (en)
  61. (fr) « Annexes I, II et III valables à compter du 22 mai 2009 », sur http://www.cites.org/, CITES (consulté en 1er octobre 2009)
  62. Peter et Farrel Jackson, op. cit., p. 84
  63. a et b (en) « Legal status », sur http://www.kora.ch/, Eurasian Lynx Online Information System for Europe (consulté en 1er octobre 2009)
  64. Peter et Farrel Jackson, op. cit., p. 200 et 204-205
  65. (en) « European Studbook Programmes (ESBs) », sur http://www.quantum-conservation.org/,‎ 4 janvier 2005 (consulté en 1er octobre 2009)
  66. (en) Silvia Geser et Peter Dollinger, « Eurasian lynx », sur http://www.waza.org/, WAZA,‎ juillet 2008 (consulté en 1er octobre 2009)
  67. (en) Silvia Geser et Peter Dollinger, « North American Lynx », sur http://www.waza.org/, WAZA,‎ mai 2008 (consulté en 1er octobre 2009)
  68. (en) ISIS, Lynx sur le site d'ISIS Species Holdings. Consulté le 26 mars 2009
  69. (es) « Programa de Conservacion Ex-Situ », sur http://www.lynxexsitu.es/ (consulté en 1er octobre 2009)
  70. Définitions lexicographiques et étymologiques de « Lynx » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales .
  71. a, b et c Dictionnaire des locutions françaises, 1957.
  72. (fr) « Les Constellations », sur http://www.ueaf.net/, UEAF (consulté le 2 octobre 2009)
  73. a et b Définitions lexicographiques et étymologiques de « Loup-cervier » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales .
  74. (en) Nur Yalman, « Lévi-Strauss in Wonderland: Playing Chess with Unusual Cats: The Story of Lynx », American Ethnologist, vol. 23, no 4,‎ novembre 1996, p. 902 (DOI 10.1525/ae.1996.23.4.02a00120)
  75. (fr) Claude Lévi-Strauss, Histoire de Lynx, Pocket,‎ 1er janvier 2005, 358 p. (ISBN 2266147447)
  76. (en) « Florida Bobcat Bio Facts », Jacksonville Zoo and Gardens,‎ 2005 (consulté le 8 avril 2009)
  77. (en) Kroeber, A. L., « Preliminary Sketch of the Mohave Indians », American Anthropologist, vol. 4, no 2,‎ Avril-Juin 1908, p. 279
  78. a, b, c et d (en) « Lynx », sur www.bestiary.ca, The Medieval Bestiary (consulté le 13 novembre 2011)
  79. a, b, c et d Patrice Raydelet, op. cit., « Sentier de l'imaginaire », p. 158-167
  80. a, b et c Rémy Marion, op. cit., « La réintroduction du lynx en France », p. 212-213
  81. (en) Steven A. Walton, « Theophrastus on Lyngurium: Medieval and Early Modern Lore from the Classical Lapidary Tradition », Annals of Science, vol. 58, no 4,‎ 2001, p. 357-379 (DOI 10.1080/000337900110041371, lire en ligne)
  82. « Il a encore bien grant quantité de leus cerver que tuit sunt afaités à beste prandre » (1298, ch. 92)
  83. (fr) Pierre Boitard, Le jardin des plantes : description et mœurs des mammifères de la ménagerie et du Museum d'histoire naturelle, Paris, G. Barba,‎ 1851 (lire en ligne), p. 90
  84. (fr) « Lynx », sur http://www.blason-armoiries.org/, Au blason des armoiries (consulté le 3 octobre 2009)
  85. (fr) « Loup-cervier », sur http://www.blason-armoiries.org/, Au blason des armoiries (consulté le 3 octobre 2009)
  86. (fr) « Glossaire, dictionnaire héraldique: évolution de 1679 à 1905 - lettre L », sur http://www.euraldic.com/, Euraldic.com (consulté le 3 octobre 2009)
  87. (en) Arthur Charles Fox-Davies, A Complete Guide to Heraldry, Skyhorse Publishing Inc.,‎ 2007, 647 p. (ISBN 9781602390010, lire en ligne)
  88. (en) Konstantin Testorides, « Macedonia Wildcats Fight for Survival », sur http://www.washingtonpost.com, Washington Post
  89. Kevin Hansen, op. cit., p. 10
  90. (en) « What is Bubsy ? », sur http://www.bluies-island.com/BubsyHQ/ (consulté le 11 avril 2009)
  91. Peter et Adrienne Farrel Jackson, op. cit., p. 198
  92. (en) ELOIS, « Lynx and humans », sur http://www.kora.ch/en/proj/elois/online/index.html, Kora (consulté le 7 octobre 2009)
  93. Patrice Raydelet, op. cit., « Sentier de la cohabitation », p. 148 - 158
  94. (en) J.J. Brooks, R.J. Warren, M.G. Nelms, M.A. Tarrant, « Visitor attitudes toward and knowledge of restored bobcats on Cumberland Island National Seashore, Georgia », Wildlife Society Bulletin, vol. 27,‎ 2000, p. 1089-1097 (lire en ligne)
  95. Kevin Hansen, op. cit., p. 4

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Caracal : faisant anciennement partie du genre Lynx, il est encore appelé « Lynx du désert ».

Liens externes[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]

  • (fr) Association FERUS association nationale de protection des grands carnivores ayant pour but de favoriser le retour et le maintien des populations de lynx (dossiers, actus, actions...)
  • (en) ELOIS : Eurasian Lynx Online Information System

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]


Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 10 novembre 2009 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.