Histoire de la Roumanie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’histoire de la Roumanie (en tant qu'État) ne commence qu'en 1859. Cependant, l'histoire des pays où évoluent les roumanophones remonte à l'Antiquité et comprend des territoires plus vastes que la Roumanie actuelle.

Les historiens distinguent quatre périodes dans l'histoire des pays formant la Roumanie actuelle :

Chronologie[modifier | modifier le code]

  • XIIIe siècle : Invasion occidentale à Byzance lors de la quatrième croisade). Les Occidentaux attaquent la Valaquie mais leur chef Baudouin des Flandres est tué. Grande invasion mongole en 1223 (Tatars) : la Valaquie comme ses voisins est ravagée. En 1247, les Slavons succèdent aux roumanophones : la seconde Bulgarie remplace la Valaquie. Les Grecs reprennent Byzance en 1261 mais déjà les turcs s'installent en Anatolie. Les peuples de confession orthodoxes sont pris entre les catholiques à l'ouest et les musulmans à l'est : tout est déjà en place pour les futures guerres des Balkans. Au nord du Danube les "canesats" sont vassaux de la Hongrie, de la principauté slave de Galicie ou des Tatars. Entre les canesats vivent des populations slavonnes et iranophones (Iasses).
  • XVIe siècle : La vassalité turque remplace la hongroise en Transylvanie. Apparition du servage. Développement du protestantisme aux dépens du catholicisme (mais les Roumains restent orthodoxes à 80 %).
  • XVIIe siècle : La vassalité autrichienne remplace la turque en Transylvanie. Une partie des orthodoxes de Transylvanie accepte l'autorité de Rome : ce sont les uniates ou gréco-catholiques.
  • Après la guerre de Crimée, sous la protection française, fondation en 1859 de la « Petite Roumanie » par l'union entre la Moldavie occidentale et la Valachie et l'élection aux deux trônes du prince Alexandre Jean Cuza.
  • Le 5 février 1862, les deux principautés fusionnent officiellement. Elles dépendent toujours en théorie de l'empire ottoman.
  • En 1866, le prince est déposé par une révolte. Les puissances européennes le remplacent par un prince d'origine allemande, Karl von Hohenzollern-Sigmaringen, ce qui met l'autonomie de la Roumanie sous "garantie" des puissances européennes.
  • 1878 Avec le soutien de la Russie, la petite Roumanie gagne totalement son indépendance et aide la troisième Bulgarie à gagner la sienne contre l'Empire ottoman.
  • XXe siècle : En 1918, les territoires austro-hongrois et russes peuplés de roumanophones (Transylvanie, Bucovine, Moldavie orientale, dite Bessarabie) élisent des députés, proclament leur indépendance puis leur union à la Roumanie, qui avait combattu au côté des Alliés.
  • 1921-1923 : Réformes (droit de vote aux femmes, naturalisation des Tziganes et des réfugiés juifs, partage des grandes propriétés).
  • 1938 Dictature antifasciste du roi Charles II, qui réprime la Garde de fer fasciste et le P.C. La Garde de fer organise des attentats, tue plusieurs ministres et intellectuels démocrates, et s'en prend aux Juifs et aux Tsiganes.
  • Août 1944 : Michel Ier, fils de Charles II, renverse Antonescu et déclare la guerre à l'Allemagne.
  • Mars 1945-Déc.1989 : Staline reprend à nouveau la Moldavie orientale. Régime totalitaire communiste.
  • Janvier 1990 : rétablissement de la démocratie parlementaire.

La Préhistoire[modifier | modifier le code]

Le couple de penseurs de Hamangia

Située dans l'Europe du Sud-Est, la Roumanie se trouve dans la zone où l'agriculture a pénétré en premier sur ce continent, dès le 8e millénaire avant notre ère. Plusieurs civilisations préhistoriques différentes, reconnaissables au style de leurs sépultures, poteries, sculptures, bijoux et outils, s'y sont succédé : aux 4e et 3e millénaires avant notre ère, celles de Sălcuța, Hamangia, Gumelnița, Cucuteni-Tripolie ; au début du 2e millénaire celles de Delul Melcilor-Glina et de Cucuteni II...

Faute de connaître les noms qu'elles se donnaient et leurs langues, ces populations sont appelées d'après Hérodote et Homère, mais un peu abusivement (car ces deux auteurs se réfèrent à la Grèce seulement) : Pélasges. Au XIIe siècle avant notre ère, une crise climatique[1] se manifeste (comme ailleurs en Europe) par l'abandon d'un certain nombre de sites : à ce moment, cela faisait plusieurs siècles déjà que de nouvelles populations, venues d'Anatolie et du nord de la mer Noire, étaient en train de s'installer à leur tour dans la région : ce sont les Indo-Européens, auxquels on doit la civilisation de Tei-Monteoru et celle des « tombes à ocre rouge »[2].

L'Antiquité[modifier | modifier le code]

Thraces, Scythes, Celtes et Romains[modifier | modifier le code]

La ligne Jireček

Les populations indo-européennes de la région : Illyres et Thraces, parlaient des langues illyriennes et daco-thraces. Les Thraces étaient présents dans la partie orientale de la péninsule des Balkans ainsi que dans le bassin du bas-Danube au nord du fleuve, jusqu'au Boug méridional ; à l'est des Carpates, ils s'entremêlaient de Scythes. Les Thraces vivant au nord du Danube étaient appelés Gètes par les auteurs grecs et Daces par les auteurs romains. Au IVe siècle avant notre ère s'ajoutèrent les Celtes, représentés ici par des Scordisques (ou Scordices) et des Bastarnes (ces derniers, mêlés de Germains), et appelés par les auteurs grecs : Galates[3]. Enfin, à partir du Ier siècle avant notre ère au sud du Danube, et du IIe siècle de notre ère au nord, l'Empire romain étend sa domination sur la région et, procédant à de nombreux transferts de populations et de colons, romanisa les populations au nord d'une ligne correspondant en gros au Grand Balkan actuel (au sud, elles furent hellénisées[4]).

Les Thraces[modifier | modifier le code]

Les Thraces sont mentionnés par Homère dans L'Iliade, mais en l'absence d'autres écrits, seuls les trésors des rois et des aristocrates permettent une approche de la culture thrace. Les royaumes thraces étaient des États religieux gouvernés par des dynasties de rois-prêtres (polistes) à la tête de troupes de cavaliers aristocrates (tarabostes) et de paysans guerriers (comates c'est-à-dire chevelus). Les nombreuses résidences fortifiées (dava) correspondent à des capitales temporaires, quand le roi y réside. Les Thraces sont refoulés vers l'est et coupés de l'Adriatique par les Illyriens puis par les Macédoniens. À partir du VIe siècle av. J.-C. l'aristocratie thrace, surtout les Besses, les Daces et les Odryses ont des échanges avec les Grecs, utilisent l'alphabet grec pour leur langue et constituent de puissants royaumes. La monarchie n'y est pas héréditaire et ces royaumes se fragmentent souvent à la mort de leur souverain. Les côtes (mer Égée au sud, mer Noire à l'est) sont colonisées par les Grecs au VIe siècle avant notre ère, conquises par les Perses de Darius Ier en -515 et reprises par Philippe II de Macédoine en -342.

Selon Hérodote (livre V), « la nation des Thraces est, après celle des Indiens, la plus importante du monde. S'ils avaient un seul roi et s'ils pouvaient s'entendre entre eux, ils seraient invincibles et, d'après moi, beaucoup plus puissants que toutes les nations ».

Sitalcès, le roi des Odryses (le plus puissant des royaumes thraces de cette période) est l'allié des Athéniens dans la guerre du Péloponnèse. Après sa mort commence une période de déclin malgré les essais d'unification des Thraces sous Cotys Ier, Kersobleptès et Burebista.

Le Ier siècle av. J.-C. est considéré comme l'âge d'or de la civilisation thrace, avec les royaumes des Odryses (au sud du Danube) et de Burebista (au nord du Danube).

Les Géto-Daces[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Daces.

Les Géto-Daces étaient des Thraces septentrionaux. Illyres, Thraces, Phrygiens étaient des Indo-Européens de langues thraco-illyriennes[5]. La première mention de Géto-Daces est faite par Hérodote en -513 : au sud du Danube, une confédération tribale des Gètes a été défaite par l'empereur perse Darius le Grand pendant sa campagne contre les Scythes.

Selon Hérodote, « Parmi les Thraces, les plus vaillants sont sans conteste les Gètes. »

Premier roi de la confédération dace, Burebista accède au trône vers -82 et règne jusqu'en -44. Son royaume fédéra tous les Thraces du nord, à cheval sur le bas-Danube, jusqu'aux monts Haemos. La capitale politique et religieuse du nouvel État, Sarmizegetusa, se trouvait dans les monts d'Orăștie, en Transylvanie, à Grădiștea de Munte. Les Géto-Daces croyaient en deux mondes et en l'immortalité de l'âme, sous forme d'une continuation du "soi" après la mort dans un autre monde où Zalmoxis les attend (Zalmoxis étant apparemment un Poliste pythagoricien, prophète du dieu créateur Gabeleisos). De grands calendriers circulaires et parfois des sacrifices humains ont été les marques de cette religion.

La seconde moitié de ce siècle a vu naître un État dace centralisé grâce à plusieurs rois, dont le plus connu est aussi le dernier : Décébale (87-106 apr. J.-C.).

Dans l'historiographie roumaine moderne, la Dacie joue le même rôle que la Gaule dans l'historiographie française, et la plupart des Roumains considèrent les Daces comme leurs ancêtres directs. Les Aroumains, eux considèrent descendre des Thraces vivant au sud du Danube[6].

Les Romains[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Empire romain.
La colonne Trajane à Rome

En 29 avant J.-C., la Thrace septentrionale le long du Danube passe sous domination romaine et forme la province de Mésie. Le royaume des Odryses reste fidèle à Rome, mais d'autres s'y opposent et sont soumis par la force. De nombreux Thraces sont pris comme esclaves: leur caractère rebelle et combatif les destine fréquemment à la carrière de gladiateurs (le plus connu d'entre eux est Spartacus). Le royaume odryse sera intégré à son tour en 45. La puissance militaire des rois daces, leurs campagnes hivernales de pillage en Mésie inquiètent et exaspèrent Rome. Le nouvel empereur Trajan (98-117) décide d'attaquer Décébale et de le soumettre. Il y parvient au bout de deux guerres sanglantes, relatées sur les bas-reliefs de la colonne Trajane. Ce monument d'art romain, qui s'élève dans le Forum de Trajan à Rome, est une chronique impressionnante des guerres daces.

Pendant la première guerre dace (101-102), Trajan engage près de la moitié de l'armée romaine. Après deux ans de combats, il occupe le territoire. Les Daces s'engagent à fournir des hommes à l'armée romaine et à raser leurs fortifications, mais ne s'y tiennent pas. La seconde guerre dace (105-106 de notre ère) commence par une attaque des Romains durant l'été de l'an 105, et s'achève par le suicide de Décébale et la mise en place du contrôle de Rome sur les deux tiers du territoire actuel de la Roumanie (Dacia Felix), en laissant le nord aux Daces libres (Costoboces et Carpiens : ces derniers ont laissé leur nom aux monts Carpates).

Au sud du Danube, l'occupation romaine a duré six siècles ; au nord, 165 ans. En 271 apr. J.-C. l'empereur Aurélien décide de retirer l'armée et les provinciaux (en latin provinciales chez les historiens Eutrope et Flavius Vopiscus) pour les répartir au sud du Danube, du fait de la pression des Germains migrants venus du Nord, les Goths. La province de Dacia est transférée au sud du Danube (Dacia ripensis et Dacia mediterranea).

La romanisation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Thraco-Romains.
Évolution des langues romanes orientales avec les trois phases de formation, de dispersion et de différenciation.
L'empereur Constantin Ier

En 332, l'empereur Constantin Ier prend le parti d'établir une nouvelle capitale aux confins de l'Europe et de l'Asie, sur l'emplacement d'une ancienne colonie grecque nommée Byzance, et lui donne le nom de Nova Roma, Nouvelle Rome, mais on l'appellera plutôt Constantinople. Au cours des siècles suivants, Constantinople et l'Empire romain d'Orient (dit byzantin) maintiennent l'Empire et l'influence romaine dans la moitié orientale des possessions de Rome, tandis que la moitié occidentale est remplacée par des royaumes barbares (Suèves, Vandales, Wisigoths, Francs, Burgondes, Ostrogoths et Lombards).

L'Empire, dont le nom officiel est Romania, est désormais chrétien et demeure un État de droit régi par le code justinien. Les empereurs, ou basileus, non héréditaires même s'il y eut des dynasties, règnent « par la volonté du Sénat et du Peuple romain »: ils ne sont pas les « représentants » de Dieu sur terre mais ses « esclaves ». Le christianisme du premier millénaire ne connaît ni direction unique (il y a 5 Patriarches: à Jérusalem, à Rome, à Constantinople, à Antioche et à Alexandrie), ni célibat des prêtres, ni purgatoire, et le Saint-Esprit provient seulement de Dieu, non du Christ, ce qui implique que Dieu peut sauver toute âme humaine, chrétienne ou non, et que toute âme est sacrée : il n'est dont pas question de convertir qui que ce soit par force, et il n'y a ni inquisition, ni expansion militaire. Après le Schisme, les quatre autres Patriarches restent fidèles à cette théologie et à ce droit canon initial et forment l'Église orthodoxe.

Autour des Carpates se succèdent divers peuples migrateurs poussés par les changements climatiques des Ve, VIe et VIIe siècles. Au VIIIe siècle, un nouvel état se met en place sur le bas-Danube, tant au nord qu'au sud du fleuve. C'est la Bulgarie danubienne (il y en a une autre sur la Volga). À l'origine, les Bulgares sont des cavaliers turcophones, comme les Avars avant eux ; les populations de leur royaume sont des Albanais, des Serbes, des Slavons et des Romans. Les Bulgares adoptent le slavon comme langue usuelle et officielle, bientôt écrite à l'aide de l'alphabet cyrillique; et la Bulgarie danubienne devient un tzarat chrétien. Dans ce royaume, les Romans, mentionnés dès 586 dans les chroniques byzantines de Théophane le Confesseur et de Théophylacte Simocatta, habitent plutôt le pourtour des montagnes, alors que les plaines sont à majorité slave et les côtes: grecques.

Le Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Période byzantine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Langues de l'Empire byzantin.

À partir du VIIe siècle les Romans apparaissent dans les documents sous leur nom germanique de Valaques. Le slavon reste leur langue officielle, liturgique et diplomatique jusqu'au XVIIe siècle.

Au Ve siècle, les chroniques de Procope mentionnent au sud de Danube des lieux nommés Sceptecasas (sept maisons), Purgulatu (cours large), Loupofontana (fontaine du loup) et Gemellomountes (montagnes jumelles). S'y ajoutent les innombrables toponymes, encore visibles sur toutes les cartes d'état-major des XIXe et XXe siècles[7] qui outre la Roumanie et la Moldavie actuelles, parsèment aussi la Bosnie, la Dalmatie, la Serbie, la Macédoine, la Grèce du nord et la Bulgarie actuelles.

Ce que les historiens roumains appellent Vatra straromână (le foyer ancestral roumain) est une vaste zone à cheval sur tout le bas-Danube, qui dépasse les frontières des états-nations actuels et où les Romans vivaient mêlés à d'autres peuples, dont des Slaves.

Les Valaques sont présents au nord et au sud du bas-Danube, par groupes épars (que les historiens nomment « Romanies populaires », et que les chroniques nomment « Valachies », en grec Valacheia, en allemand Walchengaue, en magyar Vlachföldek, en slave Vlashiny ou Volokhiny). De 971 à 1020, le basileus Basile II le Voulgarochtone (tueur de Bulgares) détruit le royaume de Bulgarie au sud du Danube: de nombreux Slavons et Valaques se réfugient alors auprès de leurs compatriotes vivant au nord du Danube, et se placent sous la protection du royaume de Hongrie. Mais il en reste assez au sud du Danube, pour qu'en 1186, les Valaques de Bulgarie fondent, avec les dynasties Deleanu, Caloianu et Asen, un Royaume des Bulgares et des Valaques (Regnum Bulgarorum et Valachorum selon les documents d'époque, mais que les historiens bulgares le nomment « Second Empire bulgare »)[8]. Ce royaume s'étend de l'Albanie à la mer Noire et du Pinde aux Carpates méridionales. Il dure 60 ans et est remplacé, au sud du Danube, par les tzarats bulgares d'Ohrid, Vidin et Trnovo, et au nord du Danube par des banats valaques vassaux de la Hongrie : Severin, Litovoi, Arges, Muscel. À partir de 1256, le destin des Valaques se joue exclusivement au nord du Danube, tandis qu'au sud, ce sont les Slaves et les Turcs qui dominent.

La domination nominale hongroise et catholique[modifier | modifier le code]

Les Magyars forment une confédération de sept tribus, originaires de l'Oural. Au VIIIe siècle ils sont en Ukraine qu'ils appellent Ételköz. En 895, ils s'installent sur le moyen-Danube, dans l'ancienne province romaine de Pannonie. Ils ne font d'abord que piller l'Occident : leurs campagnes les amènent en Italie, en Allemagne et en France, mais après la défaite de Lechfeld en Bavière (coalition du roi Othon II), en 955, ils se sédentarisent en Pannonie et assimilent les populations locales roumaines, germaniques et slaves (Slovaques au nord, Voïvodats slovènes de Pribina et Kozel à l'ouest, Slavons de l'est).

Lors du schisme de 1054, le royaume de Hongrie choisit l'obédience politique de Rome, d'où la papauté tente d'étendre sa zone d'influence vers l'est. Cela aura une incidence importante sur l'histoire des Roumains soumis à la couronne hongroise : orthodoxes, il n'auront pas d'aristocratie propre (forcée de s'exiler au-delà des Carpates ou de se convertir au catholicisme et se magyariser pour intégrer la noblesse hongroise), et ils devront attendre 1918 pour accéder à l'égalité de droit avec les Magyars et les Allemands.

Pour désigner les populations latinophones qu'ils rencontrent à l'ouest (italiques) et à l'est (valaques), les Hongrois adoptent le terme germanique de walah, qui en magyar donne olasz pour les Italiques, et olah pour les Valaques.

En Transylvanie, (en roumain Transilvania ou Ardeal, en hongrois Erdély), la conquête hongroise des XIIe et XIIIe siècles se fait en ordre dispersé. Par les conflits armés, les mariages et les alliances, les chefs magyars, tels Ahtum ou Tuhutum, prennent progressivement le pouvoir dans les duchés (canesats ou cnézats) valaques et bulgaro-valaques, tandis que les bénédictins de l'abbaye de Morisena (aujourd'hui Cenad dans le Banat) se plaignent que ces magyars adoptent la langue, les mœurs et la foi des « Valaques schismatiques ». Quelques canesats gardent leur autonomie : ce sont les Vlachfölds (Pays valaques, soit pays roumains) du Nord (Maramureș) et du Sud (Hațeg, Făgăraș...); les autres (Crasna, Lăpuș, Năsăud, Gurghiu, Vlăhița, Buzău, Bârsa, Cibin, Montana, Zărand...) sont intégrés soit aux Comitats mis en place par la Couronne, soit aux fiefs donnés aux colons Saxons germanophones (la Bârsa est même fief des Chevaliers teutoniques de 1211 à 1225), soit encore aux fiefs sicules (les Szeklers ou Székelys sont des tribus d'origine turque, ultérieurement magyarisées, installées dans l'est de la Transylvanie). Finalement la Transylvanie est organisée en Voévodat autonome, vassal du royaume de Hongrie.

Ravagée par les Tatars en 1241, la Transylvanie voit alors les Valaques et les Saxons confirmés dans leurs droits de désigner leurs juges, les Saxons pouvant en outre élire aussi leur comte (chef régional militaire et civil, dépendant directement du roi). En allemand, Transylvanie se dit Siebenbürgen (Sept citadelles) : il s'agit des sept fiefs saxons représentés par sept tours sur les armes de la Transylvanie.

Seule une minorité de nobles Roumains s'intègrent dans la noblesse des Ispans magyars. Le plus célèbre cas est celui de la famille Corvin, qui donnera un voïvode à la Transylvanie et un roi à la Hongrie, respectivement Iancu de Hunedoara et son fils Matei Corvinu. Quelques autres boyards roumains seront aussi intégrés : Banu, magyarisé en Bannfy, Bornemisa/Bornemisza, Micu/Mik, Boteanu/Bathiany, etc.

Le pacte Unio Trium nationum de 1437 admet comme nations catholiques, les Magyars, les Saxons et les Sicules ; les orthodoxes roumains, bien que majoritaires dans le pays, sont déclarés « nation tolérée » et, par suite, privés de tout droit social ou politique.

Afin de s'émanciper et soutenue par l'Autriche, une partie des Roumains de Transylvanie se rallient au catholicisme en 1698 : c'est la naissance de l'Église gréco-catholique. Mais il faudra attendre l'influence des Lumières[9] pour voir une vraie émancipation et affirmation de la conscience nationale roumaine.

Évolutions politiques sur le territoire de l'actuelle Roumanie avant 1859:
  •      Territoires voisins
  •      Pour comparaison, territoire de la Roumanie en 1918-1940
  •      Formations politiques ayant une population roumaine ("valaque") attestée
  •      Formations politiques à population et aristocratie roumaines ("valaques") attestées : Valachie (sud) et Moldavie (nord-est)

L'époque des voïvodes[modifier | modifier le code]

Il ne faut pas confondre les Woïwodies polonaises et leurs woïwodes, qui sont des provinces et leurs gouverneurs, avec les Voévodats ou Voïvodats roumains et leurs Voïvodes, qui sont des principautés et leurs princes. Le terme est cependant d'origine slave dans les deux cas (voir voïvode).

L'aristocratie roumaine orthodoxe sortie de Transylvanie (descălecarea : la « descente de cheval » en revenant de la montagne où ils se sont retirés pendant les invasions) a formé les voïvodats de Moldavie à l'est des Carpates, et de Valachie au sud des Carpates Posada. Les campagnes des voïvodes valaques et moldaves contre les Tatars les ont menés jusqu'à la mer Noire, où le commerce avec la république de Gênes du XIVe siècle leur permet de s'émanciper de la tutelle hongroise, qui pesait sur les canesats antérieurs. Parmi ces canesats (Knezats), Curtea de Argeș est figuré dans un diplôme des Chevaliers de Saint-Jean de 1247. D'autres sources historiques mentionnent une Ungro-Valachie nord-danubienne encore vassale des Hongrois, et le nom de son prince, grand voévode et seigneur Besserem-Bem, nommé par la suite Basarab I le Fondateur (Basarab Intemeitorul), qui est à l'origine aussi du terme de Bessarabie. Selon Petre Năsturel, Besserem-Bem pourrait être une déformation turque de Bessarion-Ban, Ban signifiant duc en magyar. Mais selon la plupart des historiens roumains, ce nom viendrait de Besar-Ata (père sévère) en langues turque et serait d'origine coumane comme une partie de l'aristocratie valaque et moldave, les Coumans ayant dominé ces deux pays de 1176 à 1223.

En 1223, les Tatars s'y imposent à leur tour, mais dans la seconde moitié du XIIIe siècle, les canesats se dégagent progressivement de leur tutelle en devenant vassaux de la principauté Galicie ou de la Hongrie. La Valachie s'émancipe en 1330 à la bataille de Posada, la Moldavie en 1359 à la bataille de Baia, tandis qu'aux bouches du Danube, la Dobrogée (Scythie mineure) sera indépendante de 1341 à 1402 avant de faire partie de la Valachie.

Sous l'influence ottomane[modifier | modifier le code]

À peine la Valachie et la Moldavie se sont-elles émancipées au XIVe siècle, que les Ottomans arrivent par le sud, où ils ont encerclé Constantinople et conquis les derniers tzarats bulgares (1396). La Moldavie et la Valachie doivent accepter la vassalité et payer un tribut aux sultans. Elles doivent aussi céder aux Turcs la Dobrogée (1421) et le littoral moldave en 1484 : les Ottomans font de la mer Noire un lac turc et en expulsent les Génois.

Toutefois, la vassalité envers l'Empire ottoman ne fait pas de la Valachie et de la Moldavie des provinces turques. Les deux principautés restent des États chrétiens pourvus de leurs propres lois, leurs propres assemblées (Sfat), leurs voïvodes, ambassadeurs, armées, politiques. Maintes fois elles mèneront une politique contraire à l’Empire ottoman. Au XVe siècle les voïvodes Étienne III le Grand (Ștefan cel Mare) en Moldavie et Vlad III l'Empaleur (Vlad Țepeș ) en Valachie vaincront à plusieurs reprises l'Empire ottoman. Impressionné par ces réussites, le Vatican proclame Étienne le Grand « athlète du Christianisme », en lui promettant soutien complet.

Mais la prise de Constantinople en 1453 isole encore davantage les deux voïvodats, qui dès lors cherchent des appuis du côté de la Pologne et de la Russie. En 1526, la Transylvanie devient à son tour vassale de la Sublime Porte, qui vient de conquérir la Hongrie à la suite de sa victoire dans la bataille de Mohács. Entre le XVIe siècle et le XIXe siècle, les principautés de Transylvanie, Moldavie et Valachie louvoient entre l'Empire ottoman et les puissances rivales de celui-ci. Vers 1600, le voïvode de Valachie Michel Ier le Brave (Mihai Viteazul) envahit avec une armée hétéroclite de paysans et de mercenaires les voïvodats de Transylvanie et Moldavie, et réalise la première réunion des pays roumains. Toutefois, aucun sentiment unitaire n'anime encore les masses rurales que Michel a liées à la glèbe pour se concilier les boyards : sa politique échoue et il finit assassiné par ses propres alliés, dont le général Basta. L'absence de sentiment unitaire au Moyen Âge ne signifie pas pour autant que la conscience d'être "Roumains" soit un artifice lié à l'émergence de la Roumanie moderne, comme l'affirment des historiens occidentaux, soviétiques et "moldavistes": en effet, elle est attestée dès le XVIe siècle[10].

En 1683, l’échec du siège de Vienne par les Turcs marque le début du reflux de l’Empire ottoman. Entre 1685 et 1690, les Habsbourg conquièrent la Hongrie et la Transylvanie. En 1718, les Autrichiens conquièrent le Banat, peuplé de Roumains et de Serbes. En 1775, ils annexent la Bucovine partie nord de la Moldavie. Pour assurer leur pouvoir, les Habsbourg catholiques entament dans ces nouvelles régions de leur empire une politique de colonisation systématique : Slaves, Allemands et Ukrainiens gréco-catholiques en Bucovine, Italiens, Souabes, Alsaciens, Lorrains dans le Banat... À la fin du XVIIe siècle s'ajoute la colonisation germanophone et une importante immigration juive en provenance des territoires anciennement polonais. Ces bouleversements démographiques s'accompagnent d'un développement économique et intellectuel qui profite aux nouveaux-venus.

Entre tsar et sultan[modifier | modifier le code]

Les principautés de Moldavie et Valachie en 1786, carte italienne de G. Pittori, d'après le géographe Giovanni Antonio Rizzi Zannoni.

Transformée en grande puissance européenne par Pierre le Grand, la Russie entre aussi dans le jeu géostratégique dont la mer Noire et le delta du Danube sont l'enjeu. Le voïvode de Moldavie, Dimitrie Cantemir, joue la carte russe et perd : les Ottomans, échaudés par la politique fluctuante des principautés roumaines, imposent à la place des familles princières autochtones des aristocrates byzantins (parfois descendants de familles impériales), qui résident dans le quartier grecs de Constantinople, le Phanar. Ces voïvodes, appelés aussi Hospodars, sont les Phanariotes. Au XVIIIe siècle la paysannerie roumaine serve était exploitée à l'extrême, et de nombreuses jacqueries éclatent. Certains des Phanariotes, pétris de l'esprit des Lumières, vont tenter d'y remédier : Constantin Mavrocordato abolit le servage en 1749. D'autres ouvrent écoles et hôpitaux ou modernisent la législation. En Transylvanie autrichienne, c'est seulement après la révolution transylvaine de 1784 que l'empereur Joseph II abolit le servage.

Après une nouvelle guerre en 1806, la Russie obtient de l'Empire ottoman, par le Traité de Bucarest de 1912, la partie de la Moldavie située entre le Dniestr et le Prut, nommée depuis lors Bessarabie (auparavant, la Bessarabie n'était que le littoral moldave, appelé par les Turcs Boudjak). L'influence russe va, dès lors contrer celle des Turcs dans les Balkans. Une société secrète, l'Hétairie, se constitue à Odessa autour du prince Ypsilanti : elle groupe de nombreux révolutionnaires de toute origine sociale et religieuse, et son but est de substituer à l'Empire ottoman autocratique, une « République hétairique » multinationale et multiconfessionnelle.

Lors de la révolution de 1821 en Moldavie et Valachie, le voïvode est brièvement chassé de son trône par Tudor Vladimirescu. Mais au lieu de proclamer la République, ce dernier tente de s'asseoir sur le trône et finit exécuté par ses « frères hétairistes ». Une nouvelle convention entre Russes et Turcs est établie en 1826. La révolution échoue en Roumanie, et débouchera au bout de huit ans de guerre sanglante sur l'indépendance d'une Grèce diminuée et monarchique, et sur l'établissement d'un protectorat russe en Moldavie et Valachie (régime Paul Kisseleff, « Règlement organique »). L'idée hétairique a vécu : les révolutionnaires se divisent en mouvements nationalistes rivaux (turc, grec, bulgare, serbe, albanais, roumain) qui luttent séparément, chacun pour ses propres réformes, sa propre indépendance.

Durant la révolution roumaine de 1848, les révolutionnaires (Nicolae Bălcescu, Avram Iancu) tentent à nouveau de proclamer la République en Valachie, Moldavie et Transylvanie (en même temps que dans la plupart des capitales européennes), mais l'insurrection est durement réprimée par les Ottomans et les Russes, leur mouvement échoue à nouveau.

En 1853, la Russie envahit une nouvelle fois la Moldavie et la Valachie. Soutenu cette fois par la France et le Royaume-Uni, l'Empire ottoman entre en guerre contre la Russie. Commence alors la guerre de Crimée : les forces franco-britanniques prennent Sébastopol en 1855. Le traité de Paris de 1856 oblige les Russes à rendre la Bessarabie méridionale (Boudjak) à la Moldavie, et le delta du Danube à l'Empire ottoman, mais avec une forte autonomie.

La Roumanie comme État[modifier | modifier le code]

Naissance de la Roumanie[modifier | modifier le code]

Après l'échec des révolutions et devant des invasions à répétition, les réformateurs de Valachie et de Moldavie, instruits en France auprès des mêmes cercles humanistes qu'Émile Ollivier, Jules Michelet et Edgar Quinet, décident de former une union politique durable. Napoléon III, en partie par conviction (soutien aux nationalités), en partie pour déstabiliser l'Autriche soutient les deux assemblées qui choisissent en 1859 le même candidat pour conduire leur pays, un militaire de carrière, Alexandru Ioan Cuza. Celui-ci réalise l'union des deux principautés, sous le nom de Principautés unies de Moldavie et de Valachie (ou Petite Roumanie), libère les Roms du servage, sécularise les biens ecclésiastiques et rend obligatoire l'enseignement primaire. Sa politique est contestée par les conservateurs et par les libéraux, les uns la trouvant trop réformiste, les autres pas assez ambitieuse. Il est renversé par leur coalition en 1866.

Cherchant un soutien international suffisant pour faire entendre la voix de leur petit pays au carrefour des empires des Habsbourg, des tsars et des Ottomans, la classe politique roumaine cherche alors un candidat lié aux grandes maisons régnantes en Europe. Leur choix se tourne vers les princes allemands de la famille des Hohenzollern-Sigmaringen.

Le château de Peleș, résidence de Charles Ier à Sinaia

Ainsi, en mai 1866, Charles Ier de Roumanie (Carol Ier) est proclamé prince-régnant sur la principauté de Roumanie, dans laquelle un régime de monarchie constitutionnelle est instauré. Un tel soutien est un pas vers la reconnaissance par les puissances d'une indépendance complète.

En 1867, craignant l'irrédentisme roumain, l'empereur François-Joseph qui institue la monarchie austro-hongroise, soumet les Roumains de l'ancien Voïvodat de Transylavanie à la Hongrie : l'autonomie de la Transylvanie, où les Roumains avaient commencé à s'émanciper, est supprimée. Une politique de magyarisation forcée s'ensuit, dressant contre la monarchie des Habsbourg les non-allemands et les non-magyars, dont les Roumains.

De son côté, la Roumanie vise toujours à s'émanciper totalement de l'Empire ottoman. Lorsque l'empire de Russie entre à nouveau en guerre contre les Ottomans, à la suite de massacres en Bulgarie, la Roumanie se range aux côtés des Russes. La campagne militaire est victorieuse et l'indépendance du pays est reconnue au Congrès de Berlin en 1878, en même temps que celle de la Principauté de Bulgarie. Le nouvel État perd cependant à nouveau le Boudjak au profit de la Russie, mais acquiert les deux tiers de la Dobrogée, la Bulgarie recevant l'autre tiers. Carol est couronné roi du nouveau royaume de Roumanie en mai 1881.

Le royaume de Roumanie de 1881 à 1918[modifier | modifier le code]

Animation montrant l'évolution territoriale de la Roumanie (1859-2013):
  •      Territoires n'ayant jamais appartenu à l'État roumain
  •      Territoires ayant appartenu à un moment ou un autre à l'État roumain ou ayant été administrés par celui-ci
  •      État roumain

Au début du XXe siècle, les paysans sont maintenus dans la misère par un système d’usure et des contrats de fermage abusifs. En mars 1907, alors que sécheresse et disette sévissent, une révolte éclate dans les campagnes de Moldavie, touche les villes, et s’étend en Valachie. Des fermiers et des propriétaires sont tués, des récoltes incendiées, des boutiques pillées… Le 18 mars 1907, l’état d'urgence est décrété. Les libéraux s’allient aux conservateurs alors au pouvoir et le gouvernement fait appel à l’armée qui réprime la jacquerie dans le sang. La censure ayant été instaurée pendant cette période, on ne connaît pas avec précision le nombre de paysans tués, mais les historiens l’estiment à 11 000. L’événement marque considérablement les consciences et la question agraire s’impose désormais comme une priorité[11].

Une longue période de paix et de modernisation s'ensuit. En 1913, la Roumanie s'engage dans la seconde Guerre balkanique contre la Bulgarie au côté des Serbes, ce qui empêche la création d'une "grande Bulgarie" (les Serbes, en effet, s'étaient emparés de la Macédoine bulgarophone). La Roumanie obtient le troisième tiers de la Dobrogée (que les Roumains nommaient « quadrilatère »), à la population majoritairement turque et bulgare. Cet épisode dresse durablement les Bulgares contre les Roumains et a de graves conséquences lors de la Première Guerre mondiale.

En août 1914, le gouvernement roumain choisit la neutralité, alors que le roi Carol penche en faveur de la Triplice. Mais ce dernier meurt peu après et son successeur, Ferdinand Ier se joint aux Alliés de la Première Guerre mondiale, qui lui promettent la Transylvanie et la Bucovine comme prix de son ralliement.

Le 27 août 1916, les troupes roumaines pénètrent en Transylvanie et parviennent à prendre brièvement une partie du territoire austro-hongrois. Mais, dès le 15 septembre, avec l'envoi sur le front de troupes allemandes entraînées et bien armées et les erreurs commises par l'armée roumaine en Dobrogée (désastre de Turtucaïa) et la multiplication des fronts, l'armée roumaine doit reculer, évacuer même Bucarest (décembre 1916) avant de réussir à stabiliser le front en Moldavie (ligne du Siret) au début de 1917. En 1917, les tranchées roumaines résistent à Mărășești aux assauts austro-allemands. Mais l'abandon du front de l'Est par les troupes russes après la Révolution russe, oblige la Roumanie à signer le traité de Bucarest de 1918, et à accepter l'occupation d'une partie du pays par les Empires centraux. Toutefois, malgré la défaite, le Roumanie sort agrandie de cette épreuve, car la république démocratique de Moldavie, proclamée en Bessarabie en décembre 1917, décide en avril 1918 de s'unir à la Roumanie.

À la suite de la victoire des Alliés en 1918, les Quatorze points du président américain Woodrow Wilson imposent en Europe le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. La Bucovine et la Transylvanie votent alors leur rattachement à la Grande Roumanie, dont la population passe subitement de 7,77 à 14,67 millions d'habitants[12]. L'unification du pays est reconnue (sauf par la Russie révolutionnaire) au traité de Saint-Germain-en-Laye (1919). La nouvelle frontière entre Hongrie et Roumanie est tracée par une commission de l'Entente, présidée par le géographe français Emmanuel de Martonne. Cette « question des frontières », considérée par la Hongrie comme une injustice, crée un contentieux durable avec ce pays et qui s’aggrave au printemps 1919 lorsque le gouvernement bolchévique hongrois de Béla Kun tente de reprendre la Transylvanie. Ce gouvernement est vaincu par les armées serbes, tchécoslovaques et roumaines, cette dernière encadrée par les officiers français de la mission Berthelot. Les Franco-Roumains occupent Budapest le 6 août 1919. Finalement, le Traité de Trianon attribue la Transylvanie et la moitié orientale du Banat, ainsi que divers territoires de la Hongrie orientale à la Roumanie. La frontière est tracée par une commission internationale coordonnée par un géographe français, Emmanuel de Martonne.

La période de l'entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

La démocratie parlementaire[modifier | modifier le code]

Grâce notamment à sa production de pétrole et à un début d'industrialisation, la Roumanie connaît une croissance économique importante. En 1938, le PIB était au-dessus de celui du Portugal ou de la Grèce et à peine inférieur à celui de la France, soit 270 dollars/habitant[13]. C'est une démocratie parlementaire dans le cadre de la monarchie constitutionnelle dominée par le parti libéral et le parti conservateur. Les libertés fondamentales y sont respectées. En 1929, les Roumaines obtiennent le droit de vote aux élections locales et en 1921, la réforme agraire permet à 1,4 million de familles paysannes de recevoir quelque 6 millions d'hectares de terres agricoles, ce qui provoque la disparition des grands propriétaires terriens. L'enseignement obligatoire dès sept ans devient gratuit en 1924.

Une reconnaissance internationale s'ensuit. Le Roumain Nicolae Titulescu devient président de la Société des Nations et quelques Roumains connaissent une renommée européenne : Constantin Brâncuși, Paul Celan, Emil Cioran, Henri Coandă, Mircea Eliade, Eugène Ionesco, Elvire Popesco, Emil Racoviță, Tristan Tzara, etc.

Le montée de la xénophobie[modifier | modifier le code]

Les minorités magyare, allemande, juive, ukrainienne, russe, turque, rom ou grecque (28 % de la population totale) ont désormais les mêmes droits que la majorité roumaine, inscrits dans la Constitution de 1923 et dans la loi électorale de 1926[14]. Cependant, des tensions se font jour et s'aggravent, car l'ascenseur social profite désormais surtout aux masses rurales et urbaines roumaines ; toutes les minorités, jadis dominantes (sauf les Roms), perdent progressivement leur situation privilégiée d'avant 1918 : leurs plaintes auprès de la Société des Nations se multiplient à la fin des années 1920.

« Légionnaires » fascistes abattus par ordre du roi Carol II en 1939. La banderole proclame : ainsi périssent les assassins traîtres à leur pays.

Sous l'impulsion de Corneliu Zelea Codreanu et de son « Mouvement légionnaire » surnommé Garde de fer, un courant nationaliste et antisémite émerge sur la scène politique après les manifestations étudiantes de l'automne 1922 (les étudiants roumains pauvres, boursiers de l'état, pour la plupart venus de province, exigent alors un numerus clausus limitant le nombre d'étudiants juifs, hongrois et allemands) mais reste marginal jusque dans les années 1930. Ce sont la crise économique de 1929 et la corruption qui décrédibilisent la démocratie parlementaire (pas seulement en Roumanie) et profitent aux idées extrémistes. En décembre 1937, un gouvernement xénophobe dirigé par Octavian Goga inaugure une politique de roumanisation qui prive 120 000 Roumains magyars ou juifs de leur nationalité[15], révoque une partie des fonctionnaires « non-roumains-de-souche » de certaines administrations (justice, police, chemins de fer), impose des quotas dans l'encadrement industriel et l'enseignement universitaire... Le gouvernement Goga est renversé peu après, mais ses successeurs n'osent pas révoquer tous ses décrets.

En 1938, pour lutter contre ce mouvement, le roi anglophile Carol II se dote d'une constitution autoritaire, la « dictature royale » (ou « dictature carliste ») qui met fin à la démocratie parlementaire. Contrairement à ce qu'affirment maints ouvrages occidentaux de vulgarisation[16], il ne s'agit pas d'une dictature "fasciste", mais d'une dictature anti-fasciste : la police reçoit l'ordre de tirer à vue sur les rassemblements nationalistes, et Corneliu Zelea Codreanu est arrêté, jugé et exécuté pour sédition. Toutefois, Charles II non plus n'ose révoquer en bloc tous les décrets Goga. En politique étrangère, après avoir hésité sur la conduite à tenir face à l'Axe, il fait garantir les frontières roumaines par le Royaume-Uni et la France : Hitler considère alors que la Roumanie est pour l'Allemagne « un État hostile »[17].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1939, la Roumanie, encore neutre, fait transiter par son territoire les restes de l'armée polonaise, le gouvernement et le trésor de la banque de Pologne, que la flotte roumaine amène à Alexandrie, en territoire britannique, où les divisions polonaises sont reconstituées. Le roi Charles II, fermement pro-allié à ce moment, réprime violemment le fascisme à l'intérieur de ses frontières, faisant tirer à vue sur les rassemblements de la Garde de fer[17].

La fin de la Grande Roumanie[modifier | modifier le code]

La Roumanie en août 1940 avec en rouge les territoires cédés à l'URSS, en jaune ceux cédés à la Hongrie, et en vert à la Bulgarie.
Frontières de la Roumanie entre 1941 et 1944, avec la Transnistrie à l'est.

La Grande Roumanie (România Mare) désigne le territoire du Royaume de Roumanie dans les années séparant la Première Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale. Au lendemain de l'effondrement de la France en juin 1940, le Royaume-Uni reste le seul pays encore en lutte contre les pays de l'Axe Rome-Berlin. Ainsi isolé, Charles II change de politique, offre des privilèges économiques à l'« Axe », fait des concessions à l'extrême-droite[18], et laisse Hitler trancher le conflit territorial entre la Roumanie et la Hongrie au sujet de la Transylvanie[19] à son détriment. La "Grande Roumanie" a vécu : les forces de l'« Axe » et du Pacte Hitler-Staline procèdent alors au démembrement du pays qui doit céder la Bessarabie à l'URSS le 28 juin 1940, le nord de la Transylvanie à la Hongrie le 30 août 1940 (« Diktat de Vienne ») et la Dobroudja du Sud à la Bulgarie le 7 septembre 1940 (Traité de Craiova). Dans les deux premiers de ces territoires, les roumanophones étaient largement majoritaires, et l'opinion tient le roi pour responsable de ce démembrement par lequel 1/3 du territoire passe sous domination étrangère. Pour complaire à l'« Axe », le gouvernement Gigurtu donne, le 8 août 1940, une dimension raciste aux discriminations contre les Juifs, car les chrétiens d'origine juive sont considérés comme Juifs au même titre que les personnes de religion juive[20].

Le régime du maréchal Ion Antonescu « Conducător » de l'État Roumain[modifier | modifier le code]

Le « Pétain roumain » Ion Antonescu en 1942 : sur cinq décorations arborées, quatre sont allemandes...
L'« État national légionnaire »[modifier | modifier le code]

Le général Ion Antonescu était un militaire conservateur, héros de la Première Guerre mondiale contre l'Allemagne, au parcours et à l'aura assez semblables à celles de Philippe Pétain, auquel il s'identifiait (dans ses interviews aux journaux, il se qualifie de "Pétain roumain"). Le 5 septembre 1940 Ion Antonescu devient premier ministre, nommé par un Décret Royal du roi Charles II (il sera arrêté et destitué par un autre Décret Royal, par le roi Michel Ier, le 23 août 1944). Devenu un homme politique d'extrême droite, Ion Antonescu, par un coup d'État mené avec Horia Sima et sa « Garde de Fer », met en place le lendemain 6 septembre 1940, un régime ultra-nationaliste et xénophobe : l'« État national légionnaire »[21],[22]. Antonescu en devient le « Conducător » ("guide", titre qui sera aussi utilisé par le dictateur communiste Nicolae Ceaușescu), est auto-promu maréchal, chef d'état-major des forces armées et « Chef de l'État national-légionnaire », avec Horia Sima et Mihai Antonescu comme vice-présidents du Conseil. Le roi Charles II est détrôné et chassé du pays : le trône revient au fils de Charles II, Michel Ier, encore mineur et qui ne conserve qu'un rôle purement honorifique. En novembre 1940, le « Conducător » fait adhérer la Roumanie aux pactes l'tripartite et antikomintern et l'engage aux côtés de l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale. Pour ses crimes de guerre, comme son modèle Pétain, il fut jugé et condamné à mort en 1945. Il fut exécuté en 1946.

Antonescu chasse la Garde de Fer et affermit sa dictature[modifier | modifier le code]
Juifs tués dans la rue, lors du pogrom de Iași

Dans la nuit de 26 novembre 1941 les « Légionnaires » de la Garde de fer pérpètrent un massacre dans la prison de Jilava (ro), où le régime détenait des intellectuels et des leaders politiques démocrates. En 1941, la Garde de fer qui trouve Antonescu trop « modéré » tente de le renverser, mais le putsch échoue et les « Légionnaires » sont internés. Le régime avait pourtant institué une politique de pogroms contre les Juifs et les Roms : par exemple en février 1941, il avait laissé impunis les « Légionnaires » de la Garde de fer auteurs d'un pogrom sanglant à Bucarest même : 118 des Juifs assassinés ont été identifiés, tous atrocement mutilés[23]. Mais Antonescu sait que l'opinion est révulsée par ces crimes (l'idée la plus répandue à cette époque est qu'il faut emmener les Juifs en Palestine, comme on a emmené les Polonais à Alexandrie), il doute à juste titre de la fidélité des « Légionnaires », et préfère se débarrasser d'eux[24]. Contrairement à Miklós Horthy en Hongrie, et peut-être sur les instances de son ami de jeunesse Wilhelm Filderman (président des communautés juives de Roumanie), Antonescu refuse de livrer les juifs roumains aux nazis, mais en revanche, il met en place sa propre politique de déportation et d'extermination, notamment en Transnistrie (Filderman lui-même y sera déporté et n'en réchappera que de justesse)[25].

En Roumanie comme ailleurs, l'historiographie évalue ces tragédies selon trois thèses.

  • La thèse du « hiatus historique » est explicite chez les témoins directs comme Matatias Carp, Wilhelm Filderman ou Marius Mircu[26], qui considèrent la Shoah en Roumanie comme une parenthèse de bestialisation due à la disparition de la démocratie et de l'état de droit, dans une histoire par ailleurs proche de celle des autres pays européens.
  • La thèse de l'« antisémitisme intrinsèque » est explicite chez des exégètes comme Raul Hilberg, Serge Klarsfeld, Carol Iancu, Radu Ioanid ou Florence Heymann[27], qui considèrent la Shoah en Roumanie comme une conséquence logique de l'identité roumaine elle-même, qui, selon eux, serait intrinsèquement pétrie d'antisémitisme (et, pour étayer cette thèse, ils citent tous les antisémites roumains et relativisent l'action des « justes », d'ailleurs pour la plupart restés inconnus, car, sous le régime communiste, très peu de citoyens avaient entendu parler de Yad Vashem et encore moins ont osé prendre contact). L'extrême-droite roumaine adhère à cette thèse[28].
  • Enfin la thèse de l'« antisémitisme atténué » développée par certains média roumains d'extrême-droite comme România Mare, affirme qu'Antonescu aurait cherché à éviter au maximum le mauvais sort que son allié nazi aurait voulu faire subir aux juifs roumains, en permettant à l'organisation « Aliyah » basée à Bucarest et présidée par Eugène Meissner et Samuel Leibovici, d'affréter trains et bateaux pour évacuer les juifs vers Istanbul (la Bulgarie étant favorable à l'opération et la Turquie, neutre)[29], thèse qui fait fi des déclarations explicites du dictateur, du reste de sa politique et du fait qu'« Aliyah » devait verser de fortes sommes pour pouvoir fonctionner malgré d'incessantes chicanes.

L'historien Neagu Djuvara, pour sa part, a estimé[30] que la première position (celle de l'hiatus) est cathartique, car elle suscite l'horreur chez les jeunes générations, et les incite à prendre des moyens pour que cela ne recommence pas, tandis que la deuxième position (celle de l'antisémitisme comme partie intégrante de l'identité) est génératrice de nouvelles formes de xénophobie, car le jeune lecteur se trouve accusé et culpabilisé d'être antisémite par le seul fait d'être né roumain, ce qui ne l'incite pas à ressentir de l'empathie pour les victimes, et peut le pousser à adhérer aux fantasmes des bourreaux; il ajoute que si l'on appliquait cette position à la France, il faudrait considérer Gobineau, Maurras, Darnand, Doriot et le régime vichyste comme une part incontournable l'identité française.

Quoi qu'il en soit, à l'encontre de la politique d'Ion Antonescu, des citoyens roumains, avec humanité et courage, en exposant leurs vies, ont résisté. Dans l’armée roumaine, la guerre était loin de faire l’unanimité : de juin 1941 à août 1944, 86 000 condamnations en cour martiale sont prononcées pour refus d’obéissance et/ou tentative de passage aux Alliés[31]. Comme en France, l'attaque contre l'URSS a fait sortir le P.C. de l’expectative et lui fait rejoindre l’opposition au fascisme. Deux divisions roumaines, nommées « Tudor Vladimirescu » et « Horia-Closca-Crisan », se sont constituées du côté Allié : elles sont l’équivalent roumain des forces françaises libres et combattirent en URSS contre les nazis. « Yad Vashem » étant inconnu dans les pays de l'est pendant la période communiste (1946-1990), la plupart des « justes » moururent sans apprendre son existence et seuls 139 Roumains ont été comptés par Israël comme « Justes » (dont 79 en Moldavie moderne et 60 en Roumanie moderne). Enfin Joseph Goebbels rapporte dans son journal personnel : « Antonescu est au gouvernement avec l'aide des francs-maçons et des ennemis de l'Allemagne. Nos minorités [allemandes en Transylvanie] ont la vie dure. Le Reich a fait un tel effort pour rien. » (19 février 1941).

La conquête d'Odessa et de la Crimée[modifier | modifier le code]

Pendant l'Opération Barbarossa, Antonescu engage l'armée roumaine au côté des Allemands, Hongrois, Italiens et Français de la division Charlemagne jusqu’à la Stalingrad. Il ordonne à l'Armée roumaine (le groupe d'armées « Maréchal Antonescu ») de conquérir la Crimée, et aussi Odessa « en passant ». Le 3 août 1941, les Corps IV et V de l'Armée roumaine, commandés par le général Nicolae Ciupercă ont traverse le Dniestr, par Tighina et Dubăsari (« L'Ordre Opératif du Grand État-Major » nr. 31 de le 8 août 1941). Ce plan d'attaque formulé par Antonescu personnellement s'est avéré désastreux : les pertes furent très importantes. Mais Odessa fut occupée par les armées roumaines alliées de l'Allemagne, souffrit d'importants dommages, et devînt le théâtre de crimes de guerre commis par le régime Antonescu contre les populations locales, les partisans et les juifs[32].

L'opposition au régime Antonescu et les forces roumaines alliées[modifier | modifier le code]
Les maquis de la résistance en Roumanie.
Chasseurs alpins roumains en guerre contre l'Axe en Transylvanie en 1944.
En rouge, la guerre de la Roumanie contre l'Axe du côté Allié du 24 août 1944 au 7 mai 1945 aux côtés des armées soviétiques (en vert).

Le sentiment anti-allemand était resté très vif en Roumanie, tant chez les civils que les militaires, à cause de la dureté de l'occupation allemande pendant la Première Guerre mondiale, et parce que depuis son arrivée en Roumanie en octobre 1940, la Wehrmacht s'y comportait en pays conquis, multipliant les réquisitions, bien que le régime Antonescu fût l'allié du Reich. Dans ce contexte, des maquis de résistance se forment, les divisions Tudor Vladimirescu et Horia-Cloșca-Crișan se constituent du côté allié, et les humanistes du Service maritime roumain feront tourner tout au long de la guerre les paquebots Transilvania, Medeea, Impăratul Traian et Dacia, ainsi qu'une douzaine de navires plus petits entre Constanza et Istanbul, sauvant plus de 60 000 proscrits et persécutés. Quelques centaines périrent à cause des torpilles soviétiques ou du refus des autorités turques de les laisser débarquer (tragédie du Struma)[33].

Les divisions „Vladimirescu” et „Horia-Cloșca-Crișan” furent l’équivalent roumain de la division française Leclerc et combattirent en URSS contre les nazis. Elles grossirent pendant la campagne de l'armée roumaine contre l'URSS (juin 1941-août 1944) d'un grand nombre de déserteurs et de prisonniers roumains faits par l'Armée rouge[34]. Le choix, pour les prisonniers roumains faits par les Soviétiques, entre la captivité en Sibérie et l'engagement dans les divisions „Vladimirescu” ou „Horia-Cloșca-Crișan”, a déterminé un grand nombre d'entre eux à choisir la seconde option, même s'ils n'avaient pas de convictions politiques arrêtées. Au sein des ces divisions, il leur était donné une éducation politique de gauche sous les auspices des commissaires politiques membres du PCR : le colonel Mircea Haupt pour la division „Vladimirescu” et le colonel Walter Roman (ancien des brigades internationales en Espagne et père du premier ministre roumain Petre Roman) pour la division „Horia-Cloșca-Crișan”. Après la guerre, le 9 février 1946, 58 officiers de ces deux divisions reçurent l'ordre soviétique de la „Victoire”[35].

La Roumanie devient une cible pour les bombardiers américains de la 15th USAAF, qui visent les raffineries de pétrole de Ploiești[36]. Alors que les Juifs déportés en Transnistrie (une partie de l'Ukraine occupée par la Roumanie) meurent de froid, de faim et d'épidémies, l'armée de son côté enregistre d'énormes pertes sur le front de l'Est, où la Convention de Genève ne s'applique pas et où règne, des deux côtés, une inhumanité totale. Le Conseil national de la Résistance, secrètement formé par le jeune roi Michel Ier de Roumanie (Mihai ) et par les leaders des anciens partis démocratiques, tente de négocier en Suède (par l'ambassadeur Frederic Nanu et son agent Neagu Djuvara) et en Turquie (par le prince Barbu Știrbei, petit-fils de Barbu Démètre Știrbei) un changement d'alliance au profit des Alliés, et demande un débarquement anglo-américain dans les Balkans. Mais malgré le Premier ministre britannique Winston Churchill, qui prône un débarquement dans les Balkans pour prévenir leur soviétisation, le président américain Franklin Delano Roosevelt s'en tient aux plans prévus de débarquement dans le midi de la France.

La guerre aux côtés des Alliés[modifier | modifier le code]

Nommé par Décret Royal du roi Charles II, le 23 août 1944 Ion Antonescu fut arrêté et destitué par un autre Décret Royal, celui du roi Michel Ier, qui nomme le général Constantin Sănătescu Premier ministre. Le 24 août, le gouvernement déclare la guerre à l'Axe et dirige ses 550 000 soldats contre l'Allemagne[37]. Le front se déplace de 700 km vers l'ouest et le sud en moins d'une semaine. Selon des estimations d'historiens occidentaux, l'entrée en guerre de la Roumanie aux côtés des Alliés a permis d'éviter la mort de centaines de milliers de soldats russes et a accéléré la fin de la Seconde Guerre mondiale de six mois[38]. Toutefois, l'URSS attendra jusqu'au 12 septembre 1944 pour signer l'armistice demandé par la Roumanie. Durant ces trois semaines, l'armée roumaine, qui subit la contre-attaque allemande, continue à être attaquée par l'Armée rouge, bien qu'elle ait reçu l'ordre de ne pas se défendre. Les Soviétiques s'emparent de nombreux armements et continuent à faire des prisonniers, tout comme les Allemands. Les raffineries et Bucarest sont bombardés, selon les jours, aussi bien par les bombardiers lourds américains venus de Foggia, que par les Stukas allemands basés à Băneasa, au nord de Bucarest et par les Antonov soviétiques venus de Moldavie[39].

Une fois l'armistice signé, l'armée roumaine est mise sous commandement soviétique, lance ses offensives contre la Hongrie et progresse jusqu'en Slovaquie. Du 24 août 1944 au 6 mars 1945, les institutions démocratiques tentent de se remettre en place sous le gouvernement Rădescu, alors que l'Armée rouge laisse deux divisions la Roumanie et s'y comporte comme en pays ennemi, vivant de réquisitions, occupant tous les services publics, les centres de production industriels et les sites militaires, et contrôlant tous les déplacements.

Conservé à la Bildarchiv der Österreichischen Nationalbibliothek de Vienne, le fameux accord des « zones d'influence » contresigné par Churchill et Staline à Moscou le 9 octobre 1944.

L'Union Soviétique n'a nulle raison de ménager la Roumanie: des « zones d'influence » ont été discutées le 9 octobre 1944 à Moscou entre Churchill et Staline, prévoyant les « taux d'influence » suivants, respectivement pour les Alliés occidentaux et pour l'URSS : Hongrie et Yougoslavie : 50 - 50 %, Roumanie : 10 % - 90 %, Bulgarie: 25 % - 75 % et Grèce : 90 % - 10 %, nonobstant le poids respectif des non-communistes et des communistes dans les mouvements de résistance et les opinions (par exemple, les communistes étaient très minoritaires en Hongrie, Roumanie et Bulgarie, mais majoritaires en Grèce à la tête de l'ELAS)[40]. La contribution de la Roumanie aux côtés des Alliés est généralement ignorée dans l'historiographie occidentale grand public, qui présente l'entrée des Soviétiques dans les Balkans en août 1944 comme la conséquence d'une offensive de l'armée rouge contre les Roumains et les Allemands, sans mentionner le changement préalable d'alliance à Bucarest[41].

Le régime communiste[modifier | modifier le code]

La monarchie communiste[modifier | modifier le code]

Le régime communiste débute par le coup d'État organisé le 6 mars 1945 par le ministre soviétique des affaires étrangères Vychinski en visite à Bucarest, avec la logistique de l'Armée rouge et du NKVD. La Roumanie reste une monarchie, mais le coup d'État place les communistes à l'Intérieur, aux Finances et à la Justice. Ce coup d'État renverse Rădescu et met les communistes (ultra-minoritaires) au pouvoir ; c'est alors seulement que l'URSS commence à considérer la Roumanie comme un allié. Le roi Michel reçoit même de Staline l'Ordre soviétique de la Victoire. Toutefois, le Royaume-Uni et les États-Unis protestent et exigent la tenue d'élections libres. Les élections ont lieu le 19 novembre 1946 et donnent 71 % des voix aux communistes, dans un contexte de terreur où les candidats des autres partis qui ont osé se maintenir, sont au mieux rossés et pillés, parfois assassinés, tandis qu'en milieu rural ou dans les banlieues, les électeurs sont menés aux urnes sous la menace des armes[42]. Ainsi les communistes s'emparent du Parlement, de la plupart des préfectures et des mairies, tandis que l'Armée rouge se charge de réprimer toute forme de protestation. Bien que la Roumanie fût encore une monarchie officiellement pluraliste, le régime est déjà en voie de devenir totalitaire : les membres des autres partis politiques, ainsi que ceux des syndicats indépendants et du monde associatif, sont arrêtés et emprisonnés en masse, sauf l'aile gauche des socialistes qui se rallient au P.C. pour former le « Parti ouvrier roumain ». Devenue une monarchie communiste, la Roumanie est dans une situation instable qui prend fin le 30 décembre 1947, lorsque le roi Michel Ier, menacé dans son bureau de représailles contre ses partisans par le ministre soviétique Andreï Vychinski en personne, abdique et quitte le pays.

La République populaire de Roumanie (R.P.R.)[modifier | modifier le code]

La République populaire est proclamée le jour même du départ du roi, le 30 décembre 1947. Fait remarquable, les maquis qui avaient lutté contre le fascisme reprennent le combat contre le communisme dans les montagnes et le Delta du Danube jusqu'à la mort de tous leurs membres, au milieu des années 1950.

En 1947, le traité de Paris ne reconnaît pas à la Roumanie le statut de co-belligérant : elle y est traitée en ennemie vaincue, car seul le régime Antonescu est pris en compte, bien qu'il ait pris le pouvoir par un coup d'État et non investi par l'Assemblée nationale comme son homologue français. La Bessarabie et la Bucovine du nord sont définitivement cédées à l'URSS et sont partagées entre la République socialiste soviétique moldave et celle d'Ukraine. De plus, la Roumanie doit d'immenses dommages de guerre à l'URSS qui déménage par trains entiers usines, machines, biens publics et particuliers, confisque les automobiles, les camions, les avions et la quasi-totalité de la flotte, exploite les mines, les forêts et les ressources agricoles par le biais des Sovrom (entreprises mixtes à capital roumain et à bénéfices soviétiques).

La famine de 1946-1947 tue plusieurs milliers de personnes (elle sera ultérieurement mise sur le compte de la seule sécheresse, alors que les réquisitions visant aussi à briser la résistance de la paysannerie en sont la principale cause)[43]. La Roumanie sort de la guerre diminuée de près de 60 000 km2, de 3 millions d'habitants et de nombreux biens, équipements et ressources. Toutefois, l'engagement militaire de des divisions „Vladimirescu” et „Horia-Cloșca-Crișan” et du gouvernement Sănătescu contre l'Axe, permet que la Transylvanie du nord (cédée le 30 août 1940 à la Hongrie) soit rendue à la Roumanie, sous réserve d'y créer une Région autonome magyare dans les deux départements (Județ) où les Hongrois sont majoritaires[44].

En 1948, bien que la Roumanie et l'URSS soient désormais des pays frères et alliés et que leur frontière ait été fixée et ratifiée au Traité de paix de Paris de 1947, les Soviétiques annexent encore six îles au détriment de la Roumanie, le long du bras de Chilia dans le delta du Danube[45] et en Mer Noire (île des Serpents).

Le communisme en Roumanie connaît trois périodes.

Le communisme d'épuration[modifier | modifier le code]

Sous l'égide du « Parti ouvrier roumain », c'est d'abord un « communisme d'épuration » qui, de 1945 à 1953, persécute des centaines de milliers de paysans rétifs à la collectivisation des terres et aux réquisitions, mais aussi les intellectuels et même des « communistes idéalistes » (c'est-à-dire partisans d'un socialisme à visage humain) tels Lucrețiu Pătrășcanu, et emprisonne la totalité de la classe dirigeante du régime pluraliste d'avant-guerre et du régime fasciste d'Ion Antonescu, ainsi que de nombreux membres du clergé. Pendant cette période très stalinienne, le Parti communiste recrute à tour de bras quiconque veut le rejoindre (du moment que le candidat n'avait pas exercé de responsabilités auparavant) et passe de 1 200 à 90 000 membres, tandis que la nouvelle Securitate remplace la Sûreté royale en « nationalisant la pègre » selon l'expression de Gheorghe Gheorghiu-Dej, le Secrétaire général du Parti. L'Académie Stefan Gheorghiu, un ensemble de centres de formation du Parti, applique les principes de « réhabilitation de la pègre » de Friedrich Engels et forme en un an des juges, des policiers et des préfets. Bientôt, le régime ne rencontre plus aucune opposition. Ayant nationalisé la pègre, il a réduit ainsi à zéro la délinquance privée et individuelle: la violence est désormais monopole de l'état. En 1949, la République populaire de Roumanie adhère au Comecon. Pendant cette période, les Présidents de la Roumanie sont successivement Mihail Sadoveanu, Constantin Parhon et Petru Groza, mais le pouvoir réel appartient d'abord à Ana Pauker, puis à Gheorghe Gheorghiu-Dej.

Le réseau de prisons et de camps en Roumanie (et Moldavie) sous le régime communiste
Le second « Conducător » de la Roumanie Nicolae Ceaușescu

Le communisme de consolidation[modifier | modifier le code]

Après la mort de Joseph Staline, le 5 mars 1953, c'est un « communisme de consolidation » qui s'instaure de 1953 à 1965 sous l’égide de Gheorghe Gheorghiu-Dej, ami de Nikita Khrouchtchev. De 1954 à 1955 Gheorghe Gheorghiu-Dej est remplacé à la tête du Parti communiste roumain par Gheorghe Apostol avant de reprendre la tête du Parti communiste en 1955. Cette même année, la Roumanie adhère au pacte de Varsovie. Un an plus tard, en 1956, Khrouchtchev lance la déstalinisation lors du XXe congrès du Parti communiste de l'Union soviétique. Gheorghiu Dej suit la nouvelle ligne. À partir de 1963, la République populaire de Roumanie établit des relations diplomatiques et économiques avec les États-Unis et Israël, qui font de la Roumanie un « pays communiste privilégié ». Le Parti passe de 100 000 à plus de 300 000 membres et devient majoritairement un parti de roumains d'origine rurale, alors qu'auparavant, la majorité des communistes étaient des citadins, souvent issus des minorités nationales.

Le national-communisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : République socialiste de Roumanie.

Sous Nicolae Ceaușescu, qui succède à Gheorghiu-Dej à la mort de ce dernier en 1965, un « national-communisme » officiellement indépendant de l'URSS à l'extérieur, mais strictement totalitaire à l'intérieur, se met en place. Le 21 août 1965, cinq mois après son arrivée au pouvoir, Ceaușescu fait voter une nouvelle constitution qui donne naissance à la République socialiste de Roumanie. En 1966, devant la forte diminution de la natalité, Ceaușescu fait voter le décret 770 interdisant l'avortement en Roumanie (sauf impératif médical). À partir de 1971, au retour d'un voyage en Chine et en Corée du Nord, Nicolae Ceaușescu instaure une « révolution culturelle » en Roumanie et un culte de la personnalité calqué sur celui de Mao et du dirigeant nord-coréen Kim Il-sung. Durant cette période, la Securitate fusille beaucoup moins que lors de la période stalinienne, mais la misère, la pénurie, le froid et le manque de soins tuent beaucoup de citoyens. Ceaușescu accentue l’industrialisation à marche forcée, ce qui provoque l'explosion de la dette extérieure, dont le remboursement implique des restrictions drastiques.

Obor, principal marché de Bucarest dans les années 1980.
Dans les années 1980, la pénurie d'énergie et de carburant rend les transports en commun rares et difficilement accessibles.
Seuls les ouvrages signés Ceaușescu remplissent les vitrines des librairies dans les années 1980.
Dans les années 1980, la politique de systématisation du territoire se traduit par 320 000 expulsions, la démolitions de quartiers historiques entiers, et environ 3 000 morts par froid et carences.

Le régime communiste est alors soutenu de l'extérieur par une partie des opinions occidentales, notamment par de nombreux intellectuels ; en outre Ceaușescu se rendra populaire aux yeux des démocraties occidentales en refusant en 1968 de participer à l'écrasement du printemps de Prague par les troupes du pacte de Varsovie.

Mais à partir de 1985, le vaste programme de Systématisation dans un style architectural qualifié de « mégalomaniaque » (pour créer « l'homme communiste nouveau ») conduit à la destruction des monuments historiques et des quartiers ou des villages anciens, puis à la reconstruction de la capitale Bucarest. Le fameux « Palais du Peuple », aujourd'hui siège du Parlement roumain, est le deuxième plus grand bâtiment au monde après le Pentagone à Washington. La politique de regroupement de villages commença à partir de 1987. Des centaines de villages sont détruits et la population est relogée dans des immeubles collectifs à la campagne, où sanitaires, cuisines et points d'eau sont collectifs. Le but de cette opération était de mieux contrôler la population et notamment l'économie parallèle (les ruraux vendaient aux citadins les produits de leurs jardins, hors des circuits de l'économie d'état). Touchant au seul revenu intéressant pour les paysans et à la seule source d'alimentation fiable pour les citadins, cette politique acheva de révolter l’ensemble de la population (émeutes de la faim en 1987), et d'aliéner l'image de Ceaușescu à la fois en Occident et à Moscou, et ce d'autant plus qu'il refusa de suivre la ligne plus ouverte de Mikhaïl Gorbatchev.

La Libération de 1989

Le déclin et la chute du régime[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Révolution roumaine de 1989.

Alors qu'à Moscou, Gorbatchev inaugure la politique de glasnost (transparence) et de perestroïka (réforme), Ceaușescu maintient une stricte orthodoxie communiste. En 1986, Gorbatchev s'était rendu à Bucarest sans parvenir à le convaincre, et le17 mars 1989, six anciens hauts responsables du P.C. publient une lettre ouverte à Ceaușescu dans le journal français Le Monde pour lui demander en vain de changer de politique. Une partie du P.C. (la nomenklatura) décide alors de ne plus le suivre. Un soulèvement éclate en décembre 1989 à Timișoara : les manifestants s’opposaient au déplacement arbitraire d’un pasteur protestant hongrois. Le 17 décembre, la police tire sur la foule ; le 21, Ceaușescu est conspué pour la première fois lors d’un discours à l’occasion d’un meeting à Bucarest, par ceux-là mêmes qui étaient censés contrôler la foule. Alors que les manifestations se multiplient dans plusieurs villes, Ceaușescu prend peur, évente le complot, fait fusiller le général Vasile Milea, emploie à la télévision le mot « frères » (fraților en roumain) au lieu de « camarades » (tovarăși en roumain) et le 22 décembre, décrète l’état de siège. Mais l’armée refuse de le défendre et la troupe fraternise avec la population. Prenant la fuite, il est arrêté peu après avec son épouse et fusillé le 25 décembre 1989 après un simulacre de procès dont les communistes avaient eux-mêmes fixé la procédure.

La foule manifeste dans les rues, mais le pouvoir est saisi par les conjurés de l'aile réformatrice de la nomenklatura, acquise à Gorbatchev. Au début, celle-ci pense simplement appliquer la perestroïka en Roumanie et Ion Iliescu, successeur de Ceaușescu, déclare à la télévision vouloir instaurer un « socialisme scientifique à visage humain ». Mais rapidement, la panique gagne les conjurés affolés par des rapports alarmistes faisant état de foules assoiffées de vengeance contre les communistes. Ils décident alors d'abolir le communisme, de dissoudre le PC, et pour se poser en défenseurs de la nouvelle démocratie, ils déclarent à la télévision que Ceaușescu s'est échappé, qu'il dispose des troupes fidèles, et appellent l'armée et la foule à défendre la révolution par les armes. Pendant plusieurs jours, les Roumains se tirent dessus, chaque groupe de manifestants ou unité militaire pensant défendre la liberté contre des sbires de Ceaușescu. Lorsque la ficelle est éventée, les conjurés annoncent que les sbires seraient en fait des Libyens prêtés par Mouammar Kadhafi. Mais finalement, les combats s’arrêtent et l’exécution de Ceaușescu est officiellement annoncée ; le film de son procès et de son exécution sera même passé à la télévision.

Faite de soulèvements de désespoir mais aussi de manipulations politiques qui ont gravement ébréché la crédibilité du nouveau régime tant à l’intérieur qu’à l'extérieur, mais ont préservé le pouvoir de la nomenklatura, ce qui en était le but, la révolution roumaine de 1989 a coûté aux Roumains 689 morts, que le président Traian Băsescu compte parmi les deux millions de morts officiellement recensés comme victimes du communisme roumain[46].

La transition démocratique[modifier | modifier le code]

Graffiti humoristique à Bucarest : € U ("je" en roumain) dois voter pour qui ?

La réapparition des anciens partis démocratiques (PNL libéral, PNTCD démocrate-chrétien), interdits par les communistes, ne menace pas le pouvoir du Front de salut national fondé par Ion Iliescu, qui est élu président en mai 1990 avec 85 % des voix.

En effet, la révolution la plus mise en scène permit l’émergence d’un régime qualifié par ses adversaires politiques de « néo-communiste ». À la fin de l’époque de Ceaușescu, le PC roumain comptait près de 4 millions de membres et, après la chute du régime, l’essentiel de la classe politique sortit de ses rangs et de l’ancienne haute administration, dont les dirigeants bénéficiaient des faveurs du régime. Même les dirigeants du parti libéral étaient d’anciens membres de la « nomenklatura ». Quant à la population, elle était privée depuis 1938 de toute vie démocratique et très mal informée, tandis que les personnes les plus instruites, comme les enseignants, étaient non seulement étroitement surveillées, mais aussi dénigrées en tant que « sympathisants de l’étranger » et même persécutées (mutations abusives, salaires inférieurs à la moyenne...), ce qui avait provoqué, depuis un demi-siècle, une importante « fuite des cerveaux ». Dans ce contexte, une manifestation étudiante pour la démocratie est réprimée brutalement par des milliers de mineurs venus à Bucarest à l’appel d'Iliescu (dans des cars et des trains affrétés par le gouvernement) pour soutenir le pouvoir. Iliescu traite les manifestants de « voyous » et les accuse de vouloir « brader le pays » et « céder aux injonctions du FMI ». Les images de cette « minériade », les affrontements inter-ethniques provoqués en Transylvanie par les gros-bras du régime s’opposant au bilinguisme magyar/roumain revendiqué par les Hongrois (revendication présentée par le pouvoir comme une tentative de sécession), la guerre menée en République de Moldavie voisine par la 14e armée russe, l’éclatement de la Yougoslavie voisine (présenté par les média roumains comme une agression étrangère venue d’Occident) et la persistance de la pénurie, inquiètent profondément une population dont la majorité ne perçoit pas que ses problèmes viennent précisément du maintien des « féodalités » héritées de la dictature. Se présentant en protectionniste sur tous les plans, Ion Iliescu sait utiliser ces craintes et est réélu en 1992 avec une large majorité sur un programme mi-nationaliste, mi-socialiste[47].

Mais la société civile qui se reconstitue lentement, et la liberté de la presse, qui permet la parution de média critiques envers le pouvoir, changent la donne. La lutte politique gagne en intensité, provoquant une scission à l’intérieur du FSN, qui profite au jeune Premier ministre Petre Roman représentant l’aile la plus réformatrice de la nomenklatura. Suite logique, en novembre 1996, le peuple roumain finit par choisir l’alternance et permet l’arrivée au pouvoir d’Emil Constantinescu, professeur d’université, candidat d’une large et hétéroclite coalition anti-Iliescu où se côtoient d’authentiques démocrates, des libéraux qui veulent en finir avec le protectionnisme, et des néo-communistes réformateurs.

La transition difficile vers l’économie de marché, l’incapacité du nouveau président à imposer son leadership sur la coalition au pouvoir, la corruption rampante et d’incessantes rivalités à l’intérieur même du gouvernement, provoquent la colère et le désespoir des couches populaires, directement touchées par la pauvreté. Une nouvelle « minériade » échoue en 1999, mais, aux élections 2000, Ion Iliescu et son Parti Social-Démocrate(PSD) gagnent grâce à un tour de passe-passe électoral : les anciens chantres de Ceaușescu, Corneliu Vadim Tudor et Adrian Păunescu, passés du communisme à l’ultra-nationalisme, se sont présentés contre lui en épouvantails d’extrême-droite, prenant à ses adversaires la partie la plus désespérée de leurs électeurs, et le faisant passer pour démocrate par contraste. Le PSD profite des réformes commencées par les partis démocrates et change son orientation idéologique pour devenir un parti de gauche à l’image des travaillistes britanniques ; il devient ainsi membre de droit du Parti des socialistes européens ce qui est encore un grand succès politique, car par contraste cela place ses adversaires à droite, ce qui continue d’effrayer beaucoup d’électeurs[47].

Entre 2000 et 2004, le PSD applique pourtant une politique économique libérale (larges privatisations, indépendance de la Banque centrale), se rapproche fortement de l’OTAN et de l’Union européenne, tandis que la composante sociale reste très limitée. Le gouvernement social-démocrate obtient des résultats incontestables (croissance économique moyenne de 5 % par an, réduction de l’inflation, réduction du déficit budgétaire, premier accord avec le FMI, négociations réussies en vue de l'adhésion à l'UE, adhésion à l'OTAN), mais son image reste plombée par les innombrables "affaires" de corruption à un haut niveau, par le non-respect de l’état de droit et par le mépris des humbles hérité de l’époque communiste. Aux élections de novembre 2004, la majorité relative gagnée par le PSD n’est pas suffisante pour former un gouvernement et c’est une coalition de quatre partis de centre-droit qui prend le pouvoir[47].

Le nouveau président de la Roumanie est Traian Băsescu, un ancien capitaine de la marine marchande, chef du Parti démocrate (PD) issu du FSN, mais allié du Parti national libéral. Il a moins été élu sur son programme que sur son franc-parler : il est le premier à assumer clairement son passé communiste et à admettre officiellement que le communisme et les manipulations de 1989 ont été criminels (deux millions de morts en 45 ans officiellement recensés). La coalition au pouvoir s'efforce d’achever les réformes nécessaires (instauration d’un taux d'imposition très bas, à 16 %, aide à la concentration des terres agricoles, réforme d’un appareil de justice peu efficace, lutte contre la « grande » corruption, modernisation de la sécurité sociale) mais elle se heurte aux contradictions politiques internes et à une forte résistance de la part des vieux apparatchiks de la nomenklatura.

L’adhésion en janvier 2007 à l’Union européenne est considérée comme un très bon signe pour la poursuite de la transition démocratique vers un État de droit, une économie de marché moins sauvage, intégrée à celle de l’UE, et peut-être même, au bout, une société de liberté et prospérité. Mais, le 23 juillet 2008, la Commission européenne rend public son troisième rapport sur l’évolution de la démocratie en Roumanie, dans le cadre du Mécanisme de coopération et de vérification qui vise à évaluer les progrès de nouveaux membres de l’Union européenne, et ce rapport conclut à un bilan très mitigé : parmi les points positifs on note une nette amélioration des infrastructures, la liberté des média, les progrès des libertés publiques ; parmi les points négatifs la lourdeur et la lenteur des administrations, des choix énergétiques et de modes de transport à contre-courant (tout-hydrocarbures, tout-routier), le faible niveau de vie des retraités, la faiblesse des systèmes de solidarité, une législation qui peine à s’aligner sur les nomes européennes, une corruption endémique à tous niveaux et l’absence de mesures prises pour y remédier. La Commission appelle la Roumanie a poursuivre ses efforts dans tous ces domaines[48]. Même si les média occidentaux ne lui accordent pas la même attention qu’à la Grèce, la Roumanie est touchée de plein fouet par la crise financière des années 2010, et le gouvernement de Traian Băsescu prend des mesures drastiques d’austérité (réduction des salaires de 25 %, réduction de 20 % des retraites déjà très faibles, passage de la TVA de 19 % à 24 %, augmentation de toutes les taxes et impôts, licenciement sans indemnité de 200 000 fonctionnaires) ce qui mène à la chute de deux gouvernements et oblige le président à confier l’exécutif à l’opposition (une alliance entre les socialistes, les libéraux et un petit parti conservateur dirigé par Dan Voiculescu, patron d’un empire médiatique et reconnu par la justice comme un collaborateur de l’ancienne police politique, la Securitate). Tout ceci débouche, le 6 juillet 2012, sur une nouvelle tentative de destitution du président Băsescu par le parlement, via un référendum qui ne donne pas les résultats escomptés, et en attendant de nouvelles élections qui, comme en Grèce, ne résoudront pas la question économique[49]...

Cartes historiques[modifier | modifier le code]

Atlas historique des roumanophones et de la Roumanie
Imperium et Barbaricum en 250
Les "Valaques" en Europe en 850, d'après Anne Le Fur
Le "royaume des Bulgares et des Valaques" en 1250, d'après Anne Le Fur
Les Valachies au nord du Danube avant le XIIIe siècle
Les principautés roumaines lors de la fondation de la Valachie (1330) et de la Moldavie (1359)
Les principautés roumaines lors de l'apparition de l'Empire ottoman au XVe siècle
Les principautés roumaines vassales de l'Empire ottoman au XVIe siècle
Les principautés roumaines libérées et réunies par Michel le Brave en 1600
Les principautés roumaines de la Renaissance au XVIIe siècle
Les principautés roumaines lors de l'expansion de l'Empire d'Autriche au XVIIIe siècle
Les principautés roumaines de 1793 à 1812
Les principautés roumaines lors de l'expansion de l'Empire russe de 1812 à 1829
Les principautés roumaines sous influence de l'Empire russe de 1839 à 1856
Les principautés roumaines après la Guerre de Crimée de 1856 à 1878
La Roumanie après son indépendance (« Vieux Royaume ») jusqu'à la Deuxième Guerre balkanique
Le « Vieux Royaume » agrandi en 1918, à l'issue de la Première Guerre mondiale
La géographie physique de la "Grande Roumanie" de 1918 à 1940
La Roumanie en août 1945 avec en violet le territoire conservé à l'issue de la Seconde Guerre mondiale (territoire actuel) et en vert-jaune les territoires perdus
Les divisions administratives de la Roumanie et de la Moldavie depuis 2001. La première est membre de l'UE et de l'OTAN, la seconde de la CEI

[50]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon le Thomas Litt, palynologue de l'université de Bonn (Allemagne), il s'agit d'une sécheresse sévère et prolongée qui serait aussi à l'origine de la migration des peuples de la mer - bibliographie sur [t.litt@uni-bonn.de]
  2. (de) Westermann Grosser Atlas zur Weltgeschichte, p.  2 à 5, 1985, (ISBN 3-14-100919-8)
  3. Nicolae Iorga, Histoire des Roumains et de la romanité orientale, université de Bucarest, 1945
  4. E. Beau de Loménie, Naissance de la nation roumaine, p. 36
  5. Radoslav Katičić : Ancient Languages of the Balkans, Ed. Mouton, Den Haag 1976. 2 vol.
  6. Ion Barnea et Ștefan Ștefănescu, Byzantins, roumains et bulgares sur le Bas-Danube, Bucarest, Editura Academiei Române,‎ 1971 (lien OCLC?)
    • Gilles De Rapper, Pierre Sintès et Kira Kaurinkoski, Nommer et classer dans les Balkans : les Valaques, E.F.A. [www.efa.gr] et De Boccard, Paris, ISBN 978-2-86958-202-6.
    • Jean-François Gossiaux : Valaques et/ou Aroumains en Bulgarie. CNRS-IDEMEC, Aix, 2003.
    • Nicolae Iorga : Histoire des (A)roumains de la péninsule des Balkans. Université de Bucarest, 1919.
    • Nicolas Trifon : Les Aroumains. Un peuple qui s'en va. Paris. ISBN 2-909899-26-8.
    • Dimitris Michalopoulos, "Les fils de la Louve", Revue Roumaine d'Histoire, tome XLVI (2007), p. 321-334.
  7. Par exemple, Campolongo, Codru, Cojeni, Custura, Florina, Montana, Monteroš, Petrossa, Romania Planina, Stari Vlah, Rionegro, Taurli, Valaška, Vlahina, Vlahitsa, Vlašina, Vlasia, Vlasić, etc.
  8. Grigori Jitar, Contributions about the coats of arms of the Assenid and Bassarab dynasties, in : Annales of the Moldovan national Museum of History, Chisinau, I, pp.: 27-36 (1992) and II (1995) pp.: 19-40; История на България (Histoire de la Bulgarie) т. III, София 1982, pp.: 140-149, 272, 334 and Царевград Тырново (la ville impériale de Tirnovo) София 1973, p.: 55.
  9. manifestée entre autres par le Supplex Libellus Valachorum de 1784, traduit dans le Mercure de France et très proche de la Déclaration d'indépendance américaine et de la Déclaration de Droits de l'Homme et du Citoyen
  10. Bien qu'Ernest Gellner ait écrit que "ce sont les états qui créent les nations", la notion de Roumain (pour roumanophone) n'apparaît pas avec la Roumanie moderne, mais la précède. Les premières attestations des roumains se désignant eux-mêmes avec le nom de “romain” datent du XVIe siècle, alors que des humanistes italiens commencent à rendre des récits écrits sur leurs voyages en Transylvanie, Valachie et Moldavie. Ainsi:
    • Tranquillo Andronico écrit en 1534 que les roumains ("Valachi") "s’appellent eux-mêmes romains" ("nunc se Romanos vocant" in: A. Verress, Acta et Epistolae, I, p. 243).
    • En 1532 Francesco della Valle accompagnant le gouverneur Aloisio Gritti à travers la Transylvanie, Valachie et Moldavie note que les roumains ont préservé leur nom de romains et qu'"ils s’appellent eux-mêmes roumains (Romei) dans leur langue". Il cite même une phrase en roumain : "Sti rominest ?" ("sais-tu roumain ?", roum. :"știi românește ?"): "…si dimandano in lingua loro Romei...se alcuno dimanda se sano parlare in la lingua valacca, dicono a questo in questo modo: Sti Rominest ? Che vol dire: Sai tu Romano,..." (in: Cl. Isopescu, Notizie intorno ai romeni nella letteratura geografica italiana del Cinquecento, in Bulletin de la Section Historique, XVI, 1929, p. 1- 90).
    • Ferrante Capeci écrit vers 1575 que les habitants des "provinces valaques de Transsylvanie, Moldavie, Honfro-valaquie et Mésie" s’appellent eux-mêmes roumains (romanesci) (“Anzi essi si chiamano romanesci, e vogliono molti che erano mandati quì quei che erano dannati a cavar metalli...” in Maria Holban, Călători străini despre Țările Române, vol. II, p. 158 – 161).
    • Pierre Lescalopier remarque en 1574 que "Tout ce pays la Wallachie et Moldavie et la plus part de la Transilvanie a esté peuplé des colonies romaines du temps de Trajan l’empereur…Ceux du pays se disent vrais successeurs des Romains et nomment leur parler romanechte, c'est-à-dire romain …" (Voyage fait par moy, Pierre Lescalopier l’an 1574 de Venise a Constantinople, fol 48 in Paul Cernovodeanu, Studii și materiale de istorie medievală, IV, 1960, p. 444).
    • Le saxon transylvain Johann Lebel note en 1542 que les roumains se désignent eux-mêmes sous le nom de « Romuini“: "Ex Vlachi Valachi, Romanenses Italiani,/Quorum reliquae Romanensi lingua utuntur.../Solo Romanos nomine, sine re, repraesentantes./Ideirco vulgariter Romuini sunt appelanti" (Ioannes Lebelius, De opido Thalmus, Carmen Istoricum, Cibinii, 1779, p. 11 – 12).
    • Le chroniqueur polonais Orichovius (Stanislaw Orzechowski) observe en 1554 qu’ «en leur langue les roumains s’appellent romin, selon les romains et valaques en polonais, d’après les italiens» ("qui eorum lingua Romini ab Romanis, nostra Walachi, ab Italis appellantur" in: St. Orichovius, Annales polonici ab excessu Sigismundi, in I. Dlugossus, Historiae polonicae libri XII, col 1555).
    • Le croate Anton Verancsics remarque vers 1570 que les roumains vivant en Transylvanie, Moldavie et Valachie se nomment eux-mêmes romains (roumains): „…Valacchi, qui se Romanos nominant...„ “Gens quae ear terras (Transsylvaniam, Moldaviam et Transalpinam) nostra aetate incolit, Valacchi sunt, eaque a Romania ducit originem, tametsi nomine longe alieno...“ (in: De situ Transsylvaniae, Moldaviae et Transaplinae, in Monumenta Hungariae Historica, Scriptores; II, Pesta, 1857, p. 120).
    • Le hongrois transylvain Martinus Szent-Ivany cite en 1699 les expressions roumaines: "Sie noi sentem Rumeni" ("nous aussi, nous sommes roumains", pour le roum. : "Și noi suntem români") et "Noi sentem di sange Rumena" ("nous sommes de sang roumain", pour le roum.: "Noi suntem de sânge român"): Martinus Szent-Ivany, Dissertatio Paralimpomenica rerum memorabilium Hungariae, Tyrnaviae, 1699, p. 39.
    • À la même époque, Grigore Ureche (Letopisețul Țării Moldovei, p. 133-134) écrit : " În Țara Ardealului nu lăcuiesc numai unguri, ce și sași peste seamă de mulți și români peste tot locul…".
    • Dans son testament littéraire, Ienăchiță Văcărescu écrit: "Urmașilor mei Văcărești!/Las vouă moștenire:/Creșterea limbei românești/Ș-a patriei cinstire." Enfin dans une "Istoria faptelor lui Mavroghene-Vodă și a răzmeriței din timpul lui pe la 1790" un Pitar Hristache versifie: "Încep după-a mea ideie/Cu vreo câteva condeie/Povestea mavroghenească/Dela Țara Românească.
    • Stelian Brezeanu (Romanitatea Orientalǎ în Evul Mediu, Editura All Educational, București, 1999, p. 229-246) signale deux graphies du mot «roumain» : "român" et "rumân". Durant plusieurs siècles, les deux formes coexistent et sont employées d’une manière interchangeable, parfois dans le même document: "am scris aceste sfente cǎrți de învățături, sǎ fie popilor rumânesti... sǎ înțeleagǎ toți oamenii cine-s rumâni creștini" ("Întrebare creștineascǎ", 1559, Bibliografia româneascǎ veche, IV, 1944, p. 6), ou encore: "…că văzum cum toate limbile au și înfluresc întru cuvintele slǎvite a lui Dumnezeu numai noi românii pre limbă nu avem. Pentru aceia cu mare muncǎ scoasem de limba jidoveascǎ și greceascǎ și sârbeascǎ pre limba româneascǎ 5 cărți ale lui Moisi prorocul și patru cărți și le dăruim voo frați rumâni și le-au scris în cheltuială multǎ... și le-au dăruit voo fraților români,... și le-au scris voo fraților români (" Palia de la Orǎștie, 1582). Il remarque qu'après l’abolition du servage par le Prince Constantin Mavrocordato en 1746, la forme "rumân", restant sans support socio-économique disparaît graduellement alors que la forme "român, românesc" s’établit définitivement.
  11. Selon Florin Constantiniu dans Une histoire sincère du peuple roumain, éd. Univers Enciclopedic, Bucarest 2008, il existe trois interprétations historiographiques de la grande révolte paysanne de 1907 : encyclopédique, communiste et nationaliste. Pour la première, il s'agit d'une révolte sociale sans lendemain due à la sécheresse, la faim, l'endettement des paysans et le système latifundiaire en vigueur avant les réformes agraires de 1921-1923. Pour la deuxième, officielle à l'époque communiste, il s'agit d'une pré-révolution prolétarienne spécifiquement dirigée contre le « régime monarchique bourgeois-latifundiaire » (Regimul monarhist burghezo-moșieresc), annonçant le triomphe de la Révolution russe et s'inscrivant dans le « processus d'éveil du prolétariat mondial ». Pour la troisième il s'agit d'une « action de la nation roumaine contre les Juifs », qualifiée de « sursaut patriotique défensif contre des parasites » par les antisémites (par exemple de la Garde de fer) et de « pogrom » par les roumanophobes, les deux étant d'accord pour affirmer que « l'identité roumaine elle-même est pétrie d'antisémitisme ». L'étude des documents d'époque montre que les paysans désespérés ont tué des administrateurs de grands domaines (arendași) et des usuriers (cǎmǎtari) sans se soucier de leurs origines ou religions, qui étaient diverses, parfois juives en Moldavie, surtout dans le nord, mais pas en Valachie.
  12. Livezeanu, Cultural Politics in Greater Romania, p.8
  13. François Caron, Histoire économique de la France XIXe - XXe siècle, 1995
  14. Les Juifs dreptari (citoyens roumains de longue date, pour la plupart Romaniotes et Sephardim Ladinos de l'Empire Ottoman) étaient intégrés depuis longtemps à la société phanariote roumaine, mais les Ashkenazim venus au XIXe siècle d'Allemagne, d'Autriche (Galicie), de Pologne et de Russie n'obtiennent l'égalité des droits qu'en 1919
  15. Raul Hilberg, La Destruction des Juifs d'Europe, La destruction des Juifs d'Europe, tome II, p. 1409/1410
  16. Un exemple parmi beaucoup d'autres: l'Atlas historique universel de Jacques Bertin aux éditions Minerva)
  17. a et b Grigore Gafencu, Préliminaires de la guerre à l'Est, Éditions Egloff et L.U.F. (Librairie de l'Université de Fribourg), Fribourg - Paris, 1944
  18. Le 4 juillet 1940, Carol II nomme le nationaliste Ion Gigurtu premier ministre (deux mois avant le coup d'état d'Antonescu et de la Garde de Fer) ; lors de son investiture, Gigurtu déclare son orientation pro-nazie, pro-Axe, totalitaire et antisémite : voir (en)NYT 5 Iulie 1940, NYT 7 Iulie 1940, NYT 30 Iulie 1940, NYT 9 August 1940
  19. (fr)Le Figaro, 6 juillet 1940 p. 2 et (fr)Le Figaro 9 juillet 1940, p. 1: Ion Gigurtu a déclaré à la radio : La Roumanie est prête à des sacrifices territoriaux pour prouver son orientation fasciste et son adhésion totale à l'Axe (fr)Le Figaro, 9 août 1940, (en) NYT, 9 August 1940. Fin août 1940, lors d'une rencontre entre Gigurtu et Hitler, la Roumanie consent donc à « l'arbitrage » d'Hitler : voir (ro)Florin Constantiniu : Între Hitler și Stalin; România și pactul Ribbentrop - Molotov, éd. Danubius, Bucarest, 1991, et Hitler, Stalin și România - România și geneza Operațiunii „Barbarossa”, éd. Univers Enciclopedic, Bucarest 2002, ainsi que (fr)Le Figaro 31 août 1940, 1er septembre 1940, Le Figaro, 23 août 1940
  20. Seuls les Juifs qui possédaient déjà la nationalité roumaine au 30 décembre 1918, leurs descendants, et les Juifs qui avaient combattu pendant la Première Guerre mondiale (environ dix mille personnes) sont exemptés des mesures discriminatoires : la définition raciste roumaine est moins extensive que la définition nazie de 1935 car une personne ayant quatre grands-parents juifs n'est pas considérée comme juive du moment que ses deux parents sont chrétiens: Raul Hilberg, La Destruction des Juifs d'Europe, p:1410-1411
  21. (ro)Florin Constantiniu : Între Hitler și Stalin : România și pactul Ribbentrop-Molotov, București, Danubius, 1991
  22. (ro)Florin Constantiniu : Hitler, Stalin și România - România și geneza Operațiunii „Barbarossa”, București, Univers Enciclopedic, 2002
  23. Raul Hilberg : La Destruction des Juifs d'Europe, op. cit., p. 1414-1415
  24. (ro)Florin Constantiniu : Între Hitler și Stalin; România și pactul Ribbentrop-Molotov, București, Danubius, 1991
  25. Antonescu affirme vouloir mettre en place une « solution finale à la roumaine » au « problème juif » (nom de code : Curățirea terenului = « nettoyage ethnique du terrain »), et ce plan débute par le Pogrom de Iași, le « Train de la mort » (Iași, 26 juin 1941), se poursuit par les massacres d'Odessa et par la déportation des Juifs en Transnistrie, où beaucoup sont massacrés sur les ordres du régime
  26. Matatias Carp: Le livre noir, Bucarest 1948; Wilhelm Filderman: Le développement local de la population juive de Roumanie, éd. F. Falli, Rome 1957; Marius Mircu : Ce qui est arrivé aux Juifs de Roumanie, rééd. Glob-Papyrus-Holon 1997, Bat Yam, Israël
  27. Raul Hilberg : La destruction des Juifs d'Europe, Fayard 1988; Radu Ioanid: La Roumanie et la Shoah, MSH Paris 2002; Carol Iancu: La Shoah en Roumanie, Montpellier 1999
  28. [1]
  29. Sous une forme romancée, ces voyages de sauvetage sont évoqués dans le film Train de vie de Radu Mihaileanu
  30. Conférence-débat à l'initiative de l'institut Erudio, le 11 nov. 2009, au Novotel Rive droite de Paris
  31. (ro) Duțu A., Dobre F., Loghin L., Armata română în al doilea război mondial (1941-1945) (L'Armée roumaine dans la seconde guerre mondiale) - Dicționar enciclopedic, Ed. enciclopedică, 1999
  32. Hilberg, Raul: La destruction des Juifs d'Europe, Tome 1, Foliohistoire, p. 545, 2006
  33. Grigore Gafencu, Préliminaires de la guerre à l’est : de l’accord de Moscou (21 août 1939) aux hostilités de Russie (22 juin 1941). Egloff, Fribourg/Suisse, 1944.
  34. Nicolette Frank, La Roumanie dans l’engrenage, Elsevier-Sequoia, Paris 1977
  35. Articles du journal Ziua ("Le Jour") no 3723 du vendredi 8 septembre 2006, du Jurnalul Național du mardi 5 décembre 2006, et du Ziarul Financiar du 23 juin 2006 sur Ziarul Financiar, 23 iunie 2006 - Războiul din Est
  36. Dugan et Stewart, Opération raz de marée sur les pétroles de Ploesti, Livre de poche, 1964, 448 p., et Vasile Tudor, La guerre aérienne en Roumanie, 1941-1944, Piteşti, Ed. Tiparg, 2006.
  37. Le Figaro du vendredi 25 août 1944, article La Roumanie se range aux côtés des Alliés, pp. 1 et 2 ; cet article contient une info erronée : il affirme qu'Antonescu se serait enfui en Allemagne.
  38. Winston Churchill, The Second World War, Bantam Books, N.Y. 1977 ; Documents on German foreign policy 1938-1945, Her Majesty’s stationary office, Londres 1956; Nicolette Frank, La Roumanie dans l’engrenage, Elsevier-Sequoia, Paris 1977
  39. Un jour pour se retourner, Le Monde du 25 août 1984 ; Nicolette Frank, La Roumanie dans l’engrenage
  40. Cet accord avait été préparé au printemps 1943 lorsque Winston Churchill et Anthony Eden s'étaient rendus à Moscou pour conférer avec Joseph Staline et Viatcheslav Molotov. Selon Diane S. Clemens, "Yalta Conference" World Book. 2006 ed. vol. 21. 2006, p. 549 et “Yalta Conference” Funk & Wagnells New Encyclopedia, World Almanach Education Group, 2003, Philadelphie, États-Unis; Mot-clef: Yalta Conference et Pierre de Senarclens, Yalta, que sais-je ?, PUF, 1990, p.50-52, Churchill aurait dit : "Ne nous disputons pas pour des choses qui n'en valent pas la peine" puis prit une demi-feuille de papier, griffonna ses propositions et tendit le papier à Staline, qui sortit de sa vareuse un crayon bleu de charpentier et traça un "V" pour marquer son approbation.
  41. C'est le cas entre autres de la série "La deuxième guerre mondiale en couleur" de Nick Davidson, 8-ème épisode.
  42. « Un jour pour se retourner », Le Monde du 25 août 1984 ; ; Paul Quilan, Clash Over Romania : British and American policies toward Romania 1938 - 1947, American-Romanian Academy of Arts and Sciences, Oakland 1977; Nicolette Frank, La Roumanie dans l’engrenage
  43. Nicolette Frank, La Roumanie dans l’engrenage
  44. Paul Quilan, Clash Over Romania : British and American policies toward Romania 1938 - 1947, American-Romanian Academy of Arts and Sciences, Oakland 1977, et Stefan Lache & Gheorghe Tutui, La Roumanie à la Conférence de la Paix, 1946. Dacia, Cluj 1978
  45. Îles de Dalerul Mare, Dalerul Mic, Coasta-Dracului (dite Tataru Mic), Maican et Limba.
  46. Catherine Durandin et Guy Hoedts : La mort des Ceaușescu, la vérité sur un coup d’état communiste, Bourin, 2009, ISBN 978-2849411483.
  47. a, b et c Catherine Durandin et Zoe Petre : La Roumanie post 1989, L'Harmattan, 2008, ISBN 978-2-296-05493-6.
  48. Communiqué de presse de la Commission européenne
  49. Voir source sur [2] consulté le 8 juillet 2012.
  50. La série de cartes est une synthèse du Westermann Grosser Atlas zur Weltgeschichte, 1985, ISBN 3-14-100919-8, du DTV Atlas zur Weltgeschichte, 1987 traduit chez Perrin, ISBN 2-7242-3596-7, du Putzger historischer Weltatlas Cornelsen 1990, ISBN 3-464-00176-8, de l'atlas Europe centrale de la série « Atlas des Peuples » d'André et Jean Sellier à La Découverte : 1992, ISBN 2-7071-2032-4 et de l’Atlas pour l'histoire de la Roumanie de Ştefan Pascu (dir.), éd. Didactică și pedagogică, Bucarest 1983, avec des détails pris dans le Történelmi atlasz de l’Académie hongroise, 1991, ISBN 963-351-422-3 CM et dans l’Atlas istorico-geografic de l'Académie roumaine, 1995, ISBN 973-27-0500-0.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages généraux
  • Dicționar enciclopedic român, Ed. politică, Bucarest, 1966.
  • Istoria lumii în date (Histoire du monde par dates), Ed. Enciclopedică Română, Bucarest, 1972.
  • Georges Castellan, Histoire des Balkans, Paris, Fayard, 1991 ; 2e éd. 1999.
  • Georges Castellan, Histoire de la Roumanie, Paris, PUF, coll. "Que sais-je ?", no 2124 (plusieurs rééd.).
  • Florin Constantiniu : Une histoire sincère du peuple roumain, Univers, Bucarest 2002.
  • Catherine Durandin : Histoire des Roumains, Fayard, Paris, 1995. ISBN 2-213-59425-2.
  • Constantin C. Giurescu et Dinu C. Giurescu, Histoire des roumains des origines à nos jours, Ed. Albatros, Bucarest, 1971.
  • Jules Michelet : Légendes démocratiques du nord, P.U.F. Paris, 1968.
  • Traian Sandu Histoire de la Roumanie, Perrin, Paris (2008) (ISBN 9782262024321).
  • Alexandru Dimitrie Xenopol Histoire des Roumains de la Dacie trajane : depuis les origines jusqu'à l'union des principautés, Ed. Ernest Leroux Paris (1896).
Les Daces
  • Eugen Cizek, Epoca lui Traian (L'époque de Trajan), Bucarest, Ed. Scientifique et encyclopédique, 1980.
  • Constantin Petolescu, Scurta istorie a Daciei romane (Courte histoire de la Dacie romaine), Bucarest, Ed. Didactique et Pédagogique, 1995.
  • Alexandre Xenopol, Histoire des Roumains de la Dacie Trajane, Bucarest, Cartea Româneasca, 1925.
L'âge pastoral, la domination hongroise et l'époque des voïvodes
  • Gheorghe I. Brătianu, Marea Neagră de la origini până la cucerirea otomană, ediția a II-a rev., Ed. Polirom, Iași, 1999.
  • Georges Castellan, Histoire du Peuple roumain, Crozon, Éditions Armeline, 2002. ISBN 2-910878-19-8
  • Ileana Cazan, Eugen Denize, Marile puteri si spatiul românesc în secolele XV-XVI (Les grandes puissances et l'espace roumain aux XVe-XVIe siècles), Bucarest, Ed. Universitaires.
  • Nicolae Iorga : Histoire des Roumains et de la romanité orientale, Université de Bucarest, 1945.
  • M. Manea, A. Pascu, B. Teodorescu, Istoria românilor din cele mai vechi timpuri până la revoluția din 1821, Ed. Didactică și Pedagogică, București, 1997.
  • Karl Sanfeld : Linguistique balkanique, Klincksieck, Paris, 1930.
Entre tsar et sultan
  • Mihnea Berindei et Gilles Veinstein : L'Empire ottoman et les pays roumains, EHESS, Paris, 1987.
  • Neagu Djuvara : Les pays roumains entre orient et Occident P.U.F., Paris, 1989.
  • Mihai Maxim, L'Empire ottoman au nord du Danube et l'autonomie des principautés roumaines au XVIe siècle. Étude et documents, Istanbul, 1999.
  • Viorel Panaite, The Ottoman Law of War and Peace. The Ottoman Empire and Tribute Payers, New York, 2000.
Naissance de la Roumanie
  • Dan Berindei, Revolutia Româna din 1848-1849 (La Révolution roumaine de 1848-1849), Bucarest, Fondation culturelle roumaine, 1997.
  • Dimitrie Cantemir, Chronique de l'ancienneté des Romano-Moldo-Valaques, (1708, réédité Bucarest 1901).
  • Claude Karnoouh, L'Invention du peuple, chroniques de la Roumanie, Arcantère, Paris, 1990; seconde édition revue, corrigée et augmentée d'une longue postface sur les années 1989-2007, L'Harmattan, Paris, 2008.
  • Keith Hitchins, The Rumanian National Movment in Transylvania, 1780-1849, Harvard UP, 1969.
De 1881 à 1918
  • Jean-Noël Grandhomme, Michel Roucaud, Thierry Sarmant, La Roumanie dans la Grande Guerre et l'effondrement de l'armée russe. Édition critique des rapports du général Berthelot, chef de la mission militaire française en Roumanie, 1916-1918, Paris, L'Harmattan, 2000.
  • Keith Hitchins, Rumania, 1866-1947, Oxford UP, 1994.
L'entre-deux-guerres
La Seconde Guerre mondiale
  • Boisdron Matthieu, «La Roumanie succombe à l'Axe», dans, Histoire(s) de la Dernière Guerre, no 9, janvier 2011, p. 42 à 47.
  • Dennis Deletant, Hitler's Forgotten Ally. Ion Antonescu and his Regime, Romania, 1940-1944, Basingstoke, Palgrave, 2006.
  • Stefan Lache & Gheorghe Tutui, La Roumanie à la Conférence de la Paix, 1946. Dacia, Cluj 1978.
La République « populaire »
  • Alexandru Cretzianu, La politique de la Roumanie à l’égard de l’U.R.S.S., Paris 1954.
  • Dennis Deletant, Ceausescu and the Securitate. Coercion and Dissent in Romania, 1965-1989, Londres, Hurst, 1995. ISBN 973-28-0882-9.
  • Dennis Deletant, Communist Terror in Romania. Gheorghiu-Dej and the Police State, 1948-1965, Londres, Hurst, 1999.
  • Pierre du Bois de Dunilac, «Politique étrangère roumaine de 1944 à 1947», dans, Revue d'histoire moderne et contemporaine, tome 29, 1982, p. 411 à 441
  • Nicolette Frank, La Roumanie dans l’engrenage, Elsevier-Sequoia, Paris 1977
  • Victor Frunza, Histoire du communisme en Roumanie, E.V.F., Bucarest 1999. ISBN 973-9120-05-9.
  • Lilly Marcou, Une enfance stalinienne, Col. “ Questions ”, P.U.F., Paris 1982
La Transition démocratique
  • Tom Gallagher, Thelf of a Nation. Romania since Communism, Londres, Hurst, 2005.
  • Eric Scavennec, La conquête de l'Est, Les dessous de Bruxelles, 2010.
Le mythe de Dracula
  • Denis Buican, Dracula et ses avatars. De Vlad l'Empaleur à Staline et Ceaucescu, La Garenne-Colombes, L'Espace européen, 1991.
  • Matei Cazacu, Dracula, Paris, Tallandier, 2004.