Marmatie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le voïvodat médiéval de Marmatie. Pour l'ancien comitat hongrois, voir Máramaros. Pour le județ roumain, voir Județ de Maramureș.

Marmatie

1320 – 1402

Blason
Description de cette image, également commentée ci-après

Le voïvodat de Marmatie et ses armoiries, "de gueules portant tête d'aurochs entre soleil et lune"[1].

Démographie
Population Roumains, Ukrainiens, Ruthènes, Magyars, Tsiganes

Cet article traite de la région historique de Marmatie (en roumain Țara Marmației ou Voievodatul Marmaţiei, en hongrois Máramaros ou Máramarosi vajdaság) qui est un ancien voïvodat du Moyen Âge, vassal de la couronne hongroise, situé au pied des Carpates, dans le haut bassin de la rivière Tisza, aujourd’hui à cheval sur la Roumanie, au nord de la Transylvanie (județ de Maramureș) et l’Ukraine (oblast d’Ukraine subcarpatique).

Ce voïvodat, considéré comme une « Romanie populaire » par l'historiographie roumaine (Al. Xenopol, N. Iorga, C. Giurescu et F. Constantiniu) et comme une « Sklavinie » par l'historiographie ukrainienne (O.D. Boïko, V.I. Borisenko, R. Ivantchenko, A. Kotsur, V. M. Litvine, V.M. Mordvintsev et A.G. Slyousarenko), était un duché slavo-roumain du XIIIe siècle dont la capitale historique était la cité d’Ostrovu Marmației, aujourd’hui Sighetu Marmației (Sighet en français, Острів-Мармароський en ukrainien : Ostriv-Marmaroski, Sihota en rusyn, Máramarossziget en hongrois) en Roumanie, sur les bords de la Tisza, à la frontière roumano-ukrainienne.

Pour le comitat hongrois qui lui a succédé et pour le judeţ roumain qui a succédé au comitat, voir respectivement Máramaros et Maramureș.

Histoire[modifier | modifier le code]

Carte détaillée de la Marmatie (atlas austro-hongrois Andrees), XIXe siècle).

Le voïvodat de Marmatie s’est constitué lors de la reconnaissance par la couronne hongroise des droits des joupans locaux valaques auxquels est alors conféré le titre de voïvodes. La présence de ces joupans montre une continuité entre les anciennes (et peut-être légendaires) principautés slavo-roumaines (dites de Gelou, Glad et Menumorout) antérieures à la conquête hongroise, et le Maramureș dont l’existence comme voïvodat de Marmatie est parfaitement attestée par des sources multiples et concordantes[2].

Selon ces sources, la charte octroyée au voïvodat par les rois de Hongrie garantissait aux "Valaques" le droit de choisir eux-mêmes leur voïvode, des exemptions d'impôts (en échange du devoir de défendre la frontière orientale du royaume et de garder les cols des Carpates) et le droit d'être jugés selon le "droit valaque" (ius valachicum dans la charte des privilèges de 1383).

Selon les chroniques hongroises[2], des seigneurs valaques du Maramureș seraient à l'origine de la fondation de la principauté de Moldavie au XIVe siècle.

Au XIVe siècle, face à la pression des Tatars, la couronne hongroise cherche à intégrer les aristocrates marmatiens dans son système féodal. Pour cela, elle tente de substituer, au système byzantin des charges et des offices (les joupans, les cnèzes et les voïvodes des valaques et des slaves), le système occidental et hongrois de titres héréditaires (en l'occurrence, celui de comte). Parallèlement, elle cherche à faire passer l'aristocratie slave et roumaine, orthodoxe, au catholicisme. Certains acceptent et sont ainsi magyarisés et intégrés à la noblesse hongroise ; d'autres refusent et quittent la Marmatie pour le pays du Lăpuș (au sud) où ils fondent des domaines et villages comme Cupșeni ou Măgoaja, ou encore pour la marche de Moldavie qu'ils détachent de la dépendance hongroise pour fonder, en 1359, la principauté indépendante de Moldavie.

Église marmatienne traditionnelle en bois du monastère historique de Săpânța-Peri, haute de 38 m.

En ce sens, la Marmatie est à l'origine de la Moldavie. Dans le détail, Dragoș de Bedeu, après ses victoires sur les Tatars lors de l'expédition à l'est des Carpates du roi Louis d'Anjou, est tout d'abord chargé, en 1351, de réorganiser la marche vassale de Moldavie, et notamment de reconstruire et de remettre en route, à l'aide de maîtres maçons, charpentiers et mineurs allemands, les forteresses de Baia, Suceava, Străşineţ, Hotin et Piatra-Neamţului ainsi que les mines environnantes. Huit ans plus tard, en 1359, Bogdan de Cuhea, qui s'opposait aux changements voulus en Marmatie par la couronne hongroise, passe en Moldavie, en chasse Balc, fils de Dragoș de Bedeu, puis rallie à sa cause les voïvodes d'Onut, de Soroca, d'Orhei, de Tighina et de Cetatea-Albă (sur le Nistre, face aux Tatars) ainsi que ceux de Bârlad et les chefs des Iasses (dont la capitale, Aski, s'appelle aujourd'hui Iaşi) : fort de toutes ces allégeances, il se proclame alors voïvode indépendant, inaugurant ainsi l'existence de la Principauté de Moldavie. Naturellement les rois de Hongrie réagissent, mais ils sont battus en 1395 à la bataille de Kendö/Chindăoani, d'autant que le voïvode de Moldavie, Pierre I-er, avait pris la précaution d'offrir sa vassalité au roi de Pologne, Ladislas II Jagellon, qui lui avait envoyé des contingents.

En Marmatie même, en 1381, Balc et Drag de Bedeu, restés fidèles à la couronne hongroise, tentent tout de même de résister au changement de système en s'appuyant sur le Patriarcat de Constantinople : ils se rendent pour cela à Constantinople et obtiennent du patriarche Néilos Kérameus le titre de stavropégie pour le principal centre monastique marmatien, celui de Peri, dont l'exarchat s'étend désormais sur les régions voisines du Bereg, de Satu Mare, Sălaj, Ciceu et Bistrița.

Carte hongroise de la Hongrie et ses vassaux, dont la Marmatie, au XIIe siècle.
Carte hongroise de la Hongrie et ses vassaux au XIIIe siècle - la Transylvanie et la Marmatie en rose, les Sicules en orange, les Saxons en vert pâle.

Malgré ces efforts, à la fin du XIVe siècle le voïvodat autonome de la Marmatie disparaît (celui de Transylvanie subsiste, lui, jusqu’en 1867). Il est remplacé par le comté (en hongrois : megye) de Máramaros, qui n’est qu’une division administrative du royaume magyar, sans autonomie. Celui-ci subsistera, dans les mêmes limites que le voïvodat, jusqu’en 1918.

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Voïvodes de Marmatie

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. En héraldique, "gueules" = rouge.
  2. a et b János Mihályi de l’université de Budapest : Máramarosi diplomák a XIV és XV századbol (Chartes de Marmatie des XIVe et XVe siècles), Sighet, 1900, pp. 619 et suiv.; Alexandru Filipașcu de l’université de Cluj: L’ancienneté des Roumains de Marmatie (en français), éd. du Centre d’études et de recherches transylvaines de l'Université "Ferdinand I-er" de Sibiu, Bibliotheca rerum Transsilvaniae, 1945, pp. 8 à 33.