Valaques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Valaques est un nom désignant, en français, deux réalités différentes, l'une géographique, l'autre historique, culturelle et ethnographique :

  • historiquement, avant le milieu du XIXe siècle, « Valaques » était l'exonyme qui désignait les populations locutrices des langues romanes orientales descendant des populations de langues thraces et illyriennes (Daces, Gètes, Thraces, Illyres, Dalmates...) romanisées du Ier au VIe siècle dans les Balkans et le bassin du bas-Danube[1]. Il est encore employé dans ce sens par les historiens non spécialistes et notamment dans de nombreux atlas historiques[2]. Les historiens roumains préfèrent employer le terme de « Proto-roumains » (jusqu'au XIe siècle) et de « Roumains » (depuis le XIIe siècle), d'une part parce qu'à l'instar des autres populations romanophones issues de la désagrégation de l'Empire romain, les « Valaques » se désignaient eux-mêmes par des endonymes comme romani, români, rumâni, rumâri, armâni ou arumâni[3], d'autre part parce que « Valaques » pouvait aussi être localement employé (notamment dans l'espace ex-yougoslave) pour désigner des montagnards, des bergers ou des fidèles de l'Église orthodoxe non romanophones, ou qui ont cessé de l'être depuis des générations.
Parmi les « Valaques » du bas-Danube et des Balkans (langues romanes de l'Est) les linguistes reconnaissent une zone de rencontre inter-linguistique (transhumance) en gris, le daco-roumain en blanc, l'aroumain en jaune, le mégléno-roumain en orange et l'istro-roumain en vert-jaune ; certains y comptent aussi le dalmate en bleu-vert (disparu).

D'autres historiens et linguistes préfèrent les termes, plus neutres et plus précis, de « Thraco-Romains » (du Ier au VIe siècle), de « Romans orientaux » (VIe au XIIIe siècle) et de « Roumains » ou « Aroumains » et autres (à partir du XIIIe siècle)[4]. Mais, en règle générale, le passé et l'existence de ces populations avant le XIVe siècle est largement ignorée, et très rarement figurée sur les cartes historiques d'Europe sud-orientale et des Balkans (et lorsqu'elle l'est, elle est souvent réduite à un tout petit territoire placé tantôt au sud du Danube[5], tantôt au centre de l'actuelle région roumaine de Valachie[6], tantôt en Transylvanie[7]).

Étymologie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire du terme Valaque.

Selon O. Bloch[8], l'origine de Valaques est Walh, nom par lequel les Germains (et notamment les Goths lorsqu'ils sont entrés en contact avec le monde romain) désignaient les locuteurs celtiques et puis latins et romans (dans le Norique par exemple). Walh lui-même, toujours selon O. Bloch vient, semble-t-il, des Volques, peuple celtique avec lequel les Germains furent en contact sur leurs marges méridionales, et signifiait en germanique « étranger ». Il est possible que Walh et Volques soient reliés, à travers les langues indo-européennes à Wala, personne en sanskrit.

Selon R. Rohlfs[9], Walh- a également donné Galles (pour Wales) et Gaule (Walha) en français d'oïl, car dans cette langue l'élément wa- initial et l'élément -alh aboutissent respectivement ga- (*wardan > garder, *waidanjan > gagner) et -aule (salha > saule): Gaule n'est donc pas issu du latin savant Gallia qui en français courant aurait donné *Geaille, Jaille (car les latins ga- initial et li devant voyelle donnent en langue d'oïl respectivement ja- ou gea- comme dans galbinum > jaune, gaiium > geai ou gabatam > jatte, et -ill comme dans alium > ail ou filiam > fille). Ce mot a également donné les mot Wallon et Wallonie dont la région fut l'une des zones frontières entre les anciens territoires celtes et germaniques (voir l'Histoire du terme wallon).

Polysémie, paranymes, synonymes[modifier | modifier le code]

Les régions traditionnelles transylvaines (rose), marmatienes (bleu), satmariennes (vert), crisaniennes (jaune) et Banatéennes (violet) : celles fondées au Moyen Âge par les Roumains et se gouvernant selon le jus valachicum sont des « valachies » (țări românești, oláhszegek, wlachenländer)[10].
Miklos Barabas : Famille valaque descendant au marché, 1844.
Carte hongroise du XIXe siècle figurant les « Valaques » ((hu) Oláh) ; en rouge, la frontière roumaine tracée en 1918 sous les auspices d'Emmanuel de Martonne.

Le mot « Valaques » a aussi un sens historique plus large, et désigne en français les habitants de :

  • ce que les historiens nomment des « Romanies populaires » : des communautés latinophones restées sans couverture politique romaine après le retrait des légions face aux Germains: il y en eut de nombreuses entre la mer du Nord (île de Walcheren aux Pays-Bas) et la mer Noire (pays « valaques », c'est-à-dire roumanophones) en passant par les Ardennes (Wallons), les Vosges et le Jura suisse (Welsches), les Alpes (Walchenthal, Walchengau, Walchensee), les Carpates (Valaquie morave en Moravie tchèque, Vlachfölds en Hongrie), les monts Dinariques (Romanija Planina, Vlašina, Vlašić en Bosnie) et les Balkans (Vlahina, Vlashina, Vlachoklissoura). Les habitants de ces Valachies se nommaient eux-mêmes Romans, Romanches, Ladini, Friulani, Istriani, Dinari, Dicieni, Armâni ou Români : ces deux derniers termes ont donné les mots modernes « Aroumains » et « Roumains », qui ont remplacé le terme antérieur « Valaques » devenu archaïque et parfois péjoratif.
  • la Valachie blanche - en Mésie le long du bas-Danube du Ve siècle au VIIe siècle.
  • la Valachie noire ("Morlaques", ou Mavro-valaques) - en Dalmatie au VIIIe siècle.
  • la Grande Valachie (Megali Valacheia) - en Macédoine et Thessalie au IXe siècle.
  • le royaume bulgaro-valaque (Regnum Bulgarorum et Valachorum) de la dynastie Assénide, dit « deuxième État bulgare » dans l'historiographie actuelle, aux XIIe et XIIIe siècles.
  • la principauté de Transylvanie ou « Valachie intérieure » au XIIe siècle, issue de la réorganisation des Vlachfölds roumains de Hongrie, qui a fusionné avec le Royaume de Hongrie en 1867 avant de devenir roumaine en 1918.
  • la principauté de Valachie ou « Hongro-Valachie » au XIVe siècle, issue de l'émigration des chefs des Vlachfölds de Hongrie vers le Danube, qui a fusionné avec la principauté de Moldavie pour former la Roumanie en 1859.
  • la principauté de Moldavie ou « Bogdano-Valachie » au XIVe siècle, qui a fusionné avec la principauté de Valachie pour former la Roumanie en 1859.
  • la région de Valachie en Roumanie actuelle, (en roumain : Țara Românească), composée de l'Olténie et de la Munténie.

Le mot français Valaques a pour équivalents dans d'autres langues les mots Wallachians (angl.), Walachen (all.), Wlachs, Wallachs, Olahs (hongr.), Ulahs, Vlah(i), Vlaques, Vlachs, Blahs, Valacchi (ital.), Koutso-Vlaques, Tsintsares, Zinzares, qui tous devraient être traduits en français par : Valaques romanophones. En histoire, il désigne plus spécifiquement les Roumains (populations de langue romane du bassin danubien) et les Aroumains (populations de langue romane des Balkans). Les historiens A. Xenopol, N. Iorga, T. Capidan et E. Petrović utilisaient le terme historique de « Valachies » pour désigner les « Romanies populaires » par opposition aux « Esclavonies », autre terme historique désignant des communautés à majorité slave. C. Giurescu et A. Niculescu, eux, soulignent que beaucoup de ces cnésats et voévodats antérieurs au XIVe siècle, étaient en fait slavo-roumains, iasso-roumains ou albano-aroumains. Aujourd'hui, selon la convention du « politiquement correct » qui stipule que l'on doit appeler les peuples par un ethnonyme non péjoratif issu du nom qu'ils se donnent eux-mêmes et correspondant à la langue qu'ils emploient, les Valaques du nord du Danube et de Dobrogée, comme les Moldaves ou les Transylvains, doivent être appelés Daco-Roumains, et ceux du sud du Danube : Aroumains[11].

Pour distinguer les Valaques du nord du Danube et ceux du sud du Danube, les premiers Turcs les appelaient kara-iflak (du nom de la couleur noire qui pour eux désignait le nord : c'est aussi l'origine du nom de mer Noire pour le Pont-Euxin), et ak-iflak, "ak" désignant le blanc, donc le sud.

Leurs voisins hongrois nommaient les Valaques : Olah, tandis qu'ils nommaient les Italiens : Olasz.

Au Moyen Âge, le mot Vlah est utilisé aussi par les Croates catholiques pour désigner leurs voisins orthodoxes. À l'époque les Grecs utilisaient le mot vlahos avec un sens péjoratif et il n'est pas rare d'entendre aujourd'hui en Grèce des histoires où le personnage du Vlahos joue le rôle du simplet. Toutefois, en Grèce, c'est aussi un nom de famille répandu.

Vlahos est utilisé également par les Grecs pour désigner les Aroumains.

Un cocher « valaque » dessiné par D. Lancelot au milieu du XIXe siècle.
Drapeau des Daco-roumains
Drapeau des Aroumains

Dans certains pays, ce nom a changé de sens et signifie "berger", témoignant du pastoralisme, occupation principale des nombreux Valaques au cours de l'histoire.

En Albanie, le sens du mot s'est complètement inversé et c'est çoban (« berger » en turc et en roumain) qui signifie « valaque » tandis que vlah signifie « berger ».

On retrouve le terme valaque dans les langues européennes ("Walach", "Wallach", "Wolokh", "Valach", "Olah", "Vlah", "Vlas", "Vlachos", "Iflak", etc.) avec les sens suivants :

  • italien et/ou roumain en polonais, tchèque, slovène (et hongrois sous la forme Olah pour les Roumains et Olasz pour les Italiens),
  • berger ou cheval hongre en slovaque moderne (écrit en minuscule),
  • habitant de la Valachie morave ou de la Valachie roumaine en slovaque moderne (écrit en majuscule),
  • italien en ancien slovaque et en ancien tchèque (écrit en majuscule),
  • immigré serbe (péjoratif) en slovène,
  • aroumain en grec, bulgare, serbe, croate, bosniaque,
  • roumain ancien en allemand, ukrainien, russe moderne,
  • latinophone (tous latinophones confondus) en russe ancien,
  • habitant de l'ancienne principauté de Valachie,
  • immigré, métèque ou chrétien orthodoxe (péjoratif) chez les croates,
  • non musulman ou mécréant (péjoratif) chez les bosniaques,
  • habitant de la Valaquie morave en tchèque moderne,
  • roumain (Woloch) et italien (Wloch) en ancien polonais,
  • aroumain, berger en bulgare et en macédonien,
  • aroumain en grec,
  • langue roumaine parlé dans la Krajina de l'est de la Serbie (Portes de Fer),
  • serbe (péjoratif) chez les croates et les bosniaques
  • valacchi, Velacia en italien : aroumains, habitants de Valachie, nom médiéval des pays roumanophones.

En revanche, les Saracatsanes ne sont pas des Valaques, bien que Theodor Capidan et Take Papahagi aient supposé que ces bergers hellénophones puissent être d'origine initialement aroumaine.

Enfin, les anglophones distinguent les Wallachians (habitants de la région roumaine de Valachie et plus largement roumanophones) des Vlachs (Aroumains et plus largement romanophones sud-danubiens), tandis que les germanophones font la même distinction mais en appelant Walachen les roumanophones et Aromunen les Aroumains et les Mégléno-Roumains.

Article connexe : Histoire du terme Vlach.

Aux bouches du Danube[modifier | modifier le code]

Guillaume Lejean (1861): carte des langues aux bouches du Danube. Bleu: Roumains (Mocans, Diciens, etc). Vert foncé: Russes (Grands-russiens, Lipovènes); Vert clair: Bulgares; Jaune: Albanais (guègues); Rouge: Turcs (osmanlis, Gök-Oguzes); Rose: Tatars (Nogays); Violet: Circassiens (tcherkesses).
En bleu les roumanophones de la Serbie du Nord-Est en 1935[12] tels qu'ils figurent sur tous les Atlas avant Tito.
En bleu les communes de la Serbie du Nord-Est où les roumanophones sont majoritaires, selon la reconnaissance officielle du 30 juillet 2007[13].
Armoiries des Valaques de Serbie
Le défilé des Cazane (« chaudrons »)
Les populations valaques dans les Balkans aujourd'hui
Évolution des langues romanes orientales parmi les autres langues des Balkans, avec les trois phases (de bas en haut) de la formation, de la cohabitation et de la différenciation.

Autour des bouches du Danube, diverses sources (notamment ottomanes) mentionnent l'existence des Valaques Diciens dont le parler a disparu, mais en laissant des traces lexicales dans la toponymie (ville de Vicina) et dans les patronymes locaux (Dicianu). Ces diciens (en roumain : dicienii) étaient les roumanophones autochtones de Dobrogée, dont le parler, appelé Dicien, fait partie de la langue daco-roumaine[14]. Il était utilisé surtout autour de Tulcea, dans le massif du Măcin, à l'époque plus boisé qu'aujourd'hui, où une population roumanophone a vécu, parfois isolée aux époques des invasions (notamment tatares) et des guerres ottomanes. Selon George Vâlsan[15] le nom de ce parler est en relation avec la cité médiévale de Vicina qui a donné à la Valachie son premier évêque métropolitain, Hyacinthe, en 1359. Les études régionales toponymiques, étymologiques et onomastiques semblent indiquer une forte influence grecque médiévale sur ce parler local. Certains noms d'outils semblent indiquer qu'à son tour, le roumain dicien ait influencé le parler russe des Lipovènes venus s'installer dans la région au XVIIe siècle. Au XVIIIe siècle la population dicienne s'est maintenue en partie grâce à l'immigration peu nombreuse, mais continue de roumanophones moldaves du Boudjak fuyant les persécutions des Tatars. Au XIXe siècle elle a été submergée par les roumanophones venus du reste de la Roumanie. Les archéologues ne savent toujours pas si l'ancienne Vicina se trouvait sous l'actuelle Tulcea, sous l'actuelle Isaccea, sous l'actuelle Măcin ou ailleurs (la plupart des localités du județ de Tulcea regorgent de ruines antiques et médiévales).

En ex-Yougoslavie[modifier | modifier le code]

En ex-Yougoslavie, le terme français Valaques concerne six ethnies :

– les Istroromuni, Istriens ou Istro-roumains en Croatie ;
– les Karavlasi, Dalmates, Mavro-Vlaques, Morlaques ou Valaques noirs au Monténégro, en Dalmatie et Bosnie-Herzégovine. Aujourd'hui, les Serbes en Bosnie-Herzégovine sont appelés Vlasi de façon péjorative par les Bosniaques et les Croates ;
– les Aroumains (Cincari, Tsintsars ou Zinzares) et les Méglénoroumains en Macédoine et en Serbie ;
– les Valaques de l'Est de la Serbie centrale (Vlasi).

Les Istro-roumains ne sont plus que quelques dizaines, en Istrie, à l'ouest de Rijeka. Les Karavlasi ou Morlaques ont disparu au XVIIIe siècle, assimilés aux Vénitiens ou aux Croates. Ces deux populations, catholiques, sont, selon la plupart des historiens, issues des Valachies du centre de l'ancienne Yougoslavie, désignées encore aujourd'hui par des toponymes tels que Vlasić, Stari Vlah, Romanija Planina ou Durmitor : vers 1530, deux seigneurs croates, les comtes Zrinski et Frankopan, accordèrent à « leurs frères serbes » l'autorisation de s'installer sur leurs terres[16]. La majorité de ces réfugiés sont des Serbes de Rascie, mais aussi des Valaques de la Romanija Planina, du Stari Vlah et du Durmitor, ainsi que des Albanais du Kosovo (à l'époque encore chrétiens orthodoxes sous obédience de l'Église orthodoxe serbe : 200 000 Serbes, Valaques et Albanais s'installèrent dans ces confins entre 1690 et 1694, fuyant l'Empire ottoman. Le statut de ces réfugiés fidèles à l'Église orthodoxe serbe est alors plus enviable que celui des serfs croates (donc catholiques). Cela qui provoque une fuite de la population croate vers les confins militaires de l'Empire d'Autriche (suzerain des seigneurs croates) ainsi que son adhésion à l'Église serbe dans le but d'avoir les mêmes avantages que les réfugiés. La fuite de leurs serfs provoque la colère des nobles croates, d'autant que lorsque les confins militaires autrichiens furent en majorité peuplés d'orthodoxes, vers 1559, l'empereur et le conseil militaire de Vienne retirèrent aux nobles croates toute autorité sur la région. Progressivement la langue serbo-croate se généralise alors dans les confins, tandis que le valaque et l'albanais y disparaissent[17], non sans laisser des traces dans le lexique local ; dès lors, le terme de Valaque n'y désigne plus des populations latinophones, mais devient chez les Croates un terme péjoratif pour les bergers transhumants des Balkans et plus généralement pour les orthodoxes, qu'ils fussent Slaves ou réellement Valaques. Par la suite, l'appellation sera récupérée par les nationalistes croates pour disqualifier spécifiquement les Serbes de Croatie.'[18]

Dans la Yougoslavie moderne, seuls les Vlasi vivant en Serbie centrale et le long de la frontière bulgare, ainsi que les Roumains de Voïvodine, étaient reconnus et comptés comme minorités nationales (séparément), et figuraient sur les cartes linguistiques. Les roumanophones de la Krajina orientale (aux Portes de Fer et autour de Negotin), majoritaires dans 156 communes et présents dans 48 autres, plus nombreux que les Vlasi et que les Roumains de Voïvodine réunis, n'ont été officiellement reconnus que le 30 juillet 2007. En 2002, sur 284 112 habitants de cette région[19], 243 148 (85,58 %) étaient déclarés Serbes, 23 604 (8,31 %) étaient déclarés Valaques et 2 723 (0,96 %) étaient déclarés Roms[20], mais depuis la reconnaissance de 2007, il s'avère que 58 % des Serbes soit près de 141 000 seraient usuellement roumanophones[21]. Dans cette communauté, de langue daco-roumaine, comme celle de Voïvodine, deux tendances identitaires coexistent : l'une, « roumaniste », s'identifie au peuple roumain et se considère comme une minorité roumaine en Serbie ; l'autre, « valaquiste » (en roumain vlahistă), s'en distingue au contraire et se considère comme une communauté est-romane de Serbie, roumanophone mais non roumaine. On retrouve ici le même débat qu'en Moldavie, en Macédoine ou au Monténégro entre droit du sang et droit du sol : selon le premier, l'identité se fonde sur la langue et l'origine commune ; selon le second, elle se fonde sur le territoire et l'habitat (ou la citoyenneté) communes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Valaques en Europe en 850, d'après Anne Le Fur
Les Valaques en Europe orientale en 1020, carte de Ferdinand Lot
Le Regnum Bulgarorum et Valachorum en 1250, d'après Anne Le Fur

Depuis l'Antiquité, les locuteurs des langues romanes orientales vivent éparpillés dans tous les Balkans. Les Valaques actuels (dans le sens d'Aroumains) défendent leur culture et leur langue, mais n'ont jamais revendiqué d'État.

La première mention des populations de langue romane des Balkans est faite en 579 par Théophane le Confesseur et Théophylacte Simocatta dans la chronique d'une bataille contre les tribus des Avars, les romanophones combattant dans les rangs de l'armée romaine d'orient dite Byzantine.

Sous la forme Volokhs ou Bolohovènes, le terme a été aussi utilisé par les peuples slaves pour désigner les populations situées au sud de leurs frontières, lors de leur arrivée dans la région.

Lors de la fondation de la Bulgarie, la plupart des Valaques, ainsi que les Slaves des Balkans orientaux et les Grecs des côtes de la Mer Noire, se retrouvent au sein de ce nouvel état, qui adopte leur religion (chrétienne orthodoxe) en 864. Le chroniqueur byzantin Kedrenos est le premier à employer le terme de Valaques quand il raconte l'assassinat par ceux-ci du frère du tsar bulgare Samuel, en 976. Auparavant, les Byzantins n'utilisaient pas de terme spécifique pour les désigner, mais les incluaient dans le terme générique de Ῥωμαίοι (« Romains ») donné à tous les habitants aborigènes de l'ancienne Ῥωμανία (l'Empire), y compris hellénophones ou albanophones[22].

En 1018, au terme d'une guerre longue et sanglante, l'empereur byzantin Basile II parvient à reconquérir la péninsule des Balkans en anéantissant la Bulgarie. Cela provoque de grands déplacements de populations, et notamment d'une partie des Valaques de Bulgarie qui se dispersent : une partie d'entre eux migre vers les pays tchèques où ils forment la "Valaquie morave", d'autres vers la Transylvanie où ils grossissent les rangs de ceux qui s'y trouvaient déjà[23], mais un grand nombre s'installe en Thessalie qui est alors appelée la "Grande Valachie" (Μεγάλη Βλαχία) par les auteurs byzantins[24].

Avant la Roumanie moderne, la seule formation politique d'envergure montrant une participation des Valaques, est le Regnum Bulgarorum et Valachorum (Royaume des Bulgares et des Valaques, 1186-1280), issu de leur révolte contre l'Empire byzantin en 1180-1186[25].

Contrairement à ceux de Valachie, Moldavie et Transylvanie (les Roumains), les Valaques des Balkans (les Aroumains) n'ont plus d'histoire politique après 1280 : ils vivront en bergers, cultivateurs et commerçants au sein des états grecs, serbes ou bulgares, puis de l'Empire ottoman. Une petite partie d'entre eux, quelques villages de Mégléniotes, s'est d'ailleurs convertie à l'islam.

Lors de l'éveil des nationalismes au XIXe siècle, les Valaques Aroumains des Balkans ne revendiquent aucun territoire, et la majorité d'entre eux choisira de se déclarer membres de l’Elleniki ethniki koinonia (communauté nationale hellénique) mais de langue aroumaine. Une autre partie de la communauté a émigré en Roumanie (pays qui avait financé leur système scolaire de 1866 à 1940, mais en tentant de substituer la langue roumaine à l'aroumain) avant et après la Première Guerre mondiale, pour peupler notamment la Dobroudja du sud que la Roumanie avait enlevée à la Bulgarie en 1913.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'Italie mussolinienne a tenté d'embrigader les Valaques d'Albanie et de Grèce en leur faisant miroiter un pays aux confins de ces deux pays (l'éphémère Principauté du Pinde, plus ou moins l'actuelle région grecque de Macédoine occidentale et le district de Korce ou Koritsa en Albanie) : les Valaques n'ont pas répondu à ces avances, pas plus qu'à celles des communistes pendant la guerre civile grecque (1946-49) qui leur promirent une région autonome sur le modèle soviétique.

Aujourd'hui les Aroumains ne revendiquent aucune structure territoriale ou politique au sein des pays où ils vivent, mais ont une vie culturelle intense, cultivent leur langue et maintiennent leurs liens d'un pays à l'autre.

Dans leur culture populaire, les Valaques ont trois mythes de leurs origines. Au nord du Danube, l'un de ces mythes (dont il existe des récits en vers) gardait le souvenir de « Trajan, venu il y a bien des ans », fondateur et bâtisseur. Au sud, une légende rapporte que les Valaques ont jadis vécu au nord de l'actuelle Serbie, dans la région de Sirmium (Srem), d'où ils ont fui vers le sud-ouest devant les invasions (mais aussi vers le nord-ouest, vers les montagnes transylvaines); d'autres légendes les font descendre des « caravaniers des Romains » chargés de construire, défendre et entretenir la Via Egnatia (reliant Dyrrhachium, aujourd'hui Durrës en Albanie, à Constantinople).

Controverses[modifier | modifier le code]

La polysémie du nom « Valaques » induit des confusions dans son utilisation en français. La quasi-totalité des Atlas historiques occidentaux l'utilise pour désigner indistinctement les Roumains et les Aroumains antérieurement à l'émergence de la Roumanie, mais sans préciser qu'il s'agit de Roumains et d'Aroumains, ce qui laisse penser au lecteur non averti qu'il s'agit, peut-être, d'une tribu slave ou turcophone (c'est notamment le cas de l'un des Atlas historiques les plus largement diffusés en Europe, le DTV, qui, page 106 les place parmi les Slaves, et page 201 en fait des « immigrants vassaux des Mongols »[26]). Des auteurs tels Jacques Bertin prennent le parti d'utiliser « Moldo-Valaques », ce qui en exclut les Transylvains. Ne connaissant pas le mot français « Valaques », ou souhaitant le réserver pour désigner les habitants actuels de la région géographique roumaine de Valachie, certains historiens roumains et grecs utilisent pour les Aroumains des formes telles que Vlachs (forme anglaise), « Vlaques », Aromounes (forme allemande Aromunen) ou « Macédo-Roumains » (dénomination roumaine), tandis que des auteurs aroumains tels Iancu Perifan souhaiteraient au contraire réserver « Valaques » en français pour désigner exclusivement leur communauté.

Par ailleurs, l'existence deux histoires antagonistes des Valaques induit de controverses qui perdurent en raison des positions protochronistes d'auteurs balkaniques, hongrois ou roumains, qui débattent sans tenir compte des études récentes, en continuant à se répondre selon des postulats hérités du XIXe siècle :

  • Les thèses roumaines[27], bulgares et yougoslaves affirment que les ancêtres romanophones de tous les Valaques sont apparus au nord du Danube, dans l'ancienne Dacie, d'où certains auraient migré vers le sud du Danube pour donner les Aroumains et les Mégléno-Roumains, et vers l'ouest pour donner les Istro-Roumains. Cette thèse est en cohérence avec la position de la majorité des linguistes roumains qui considèrent l'istro-roumain, l'aroumain et le mégléno-roumain comme des des dialectes du roumain, et avec les historiographies bulgare et yougoslave qui affirment que les Slaves ont trouvé dans les pays qui sont aujourd'hui les leurs, des populations Thraces et Illyres non-romanisées, affirmant que le Royaume des Bulgares et des Valaques n'avait qu'une « composante valaque négligeable », étant un État bulgare au sens actuel national du terme, nommé par eux « Second Empire bulgare ».
  • La thèse austro-hongroise, et plus tard allemande, hongroise et russe[28], affirme au contraire la disparition des latinophones en Dacie après les 170 ans de présence romaine, et leur retour après mille ans d'absence, à l'appel des rois de Hongrie, depuis la Macédoine. Selon cette thèse, ce sont les Roumains qui descendent des Aroumains. Cette thèse est en cohérence avec l'histoire hongroise de la Transylvanie, qui affirme que les populations magyares y ont précédé les populations roumaines, et aussi avec les thèses grecques affirmant que les Aroumains ne descendent pas des Roumains, mais de populations hellénophones latinisées (la synthèse des thèses grecques et « rössleriennes » ferait donc descendre tous les Roumains de « Grecs latinisés »).

Entre ces deux écoles contradictoires qui interprètent toutes deux l'archéologie et la toponymie de manière à valider leurs positions, toute synthèse est impossible, et c'est pourquoi quelques chercheurs[29] qui s'appuient surtout sur la linguistique comparée, pensent que Daco-Roumains d'un côté, et Istro-roumains, Aroumains et Mégléno-roumains de l'autre, ont, à partir du IXe siècle, évolué à part les uns des autres, comme les francophones d'oïl et les occitanophones d'oc dans l'espace gallo-romain. Selon leurs recherches, les latinophones, les slavophones et les autres ont vécu étroitement mêlés sur un territoire plus vaste que les états actuels, allant de l'Adriatique à la mer Noire et de l'actuelle Ukraine au centre de l'actuelle Grèce, où les roumanophones étaient, à la manière des Romanches, des Ladins, des Frioulans et des Dalmates, localement majoritaires autour de certains massifs montagneux ou forestiers tels que les chaînes Dinariques, le Pinde, les Balkans occidentaux, le massif du Bihor, les Carpates, le Codru et le Măcin. Autour de ces massifs constituant des « Romanies populaires »[30], la population était majoritairement slave. Au nord de la ligne Jireček[31] les Daco-roumains se sont formés le long du bas-Danube, par osmose entre roumanophones et slavophones, tandis que les Aroumains et les Mégléno-roumains, qui ont subi beaucoup moins d'influences slaves, ont évolué à part au sud de la Mésie et de la Dacie aurélienne avant de franchir la ligne Jireček vers la Macédoine et la Thessalie à la suite des guerres bulgaro-byzantines du Xe siècle ; les Istro-roumains pour leur part descendent peut-être des anciennes populations romanes de l'actuelle Bosnie (les « Mavro-Valaques », « Morlaques » ou « Karavlaques »), chassées vers l'ouest par les Slaves et/ou les Turcs.

Mais cette troisième école « médiane » reste minoritaire, et les controverses entre les deux autres aboutissent dans les atlas historiques actuels[32] à ignorer toute présence romanophone entre l'an 270 et le XIVe siècle dans le bassin du bas-Danube et les Balkans, ce qui a fait dire à l'historien Neagu Djuvara, dans une interview de 2008, que « les arguments des thèses antagonistes peuvent tous être contestés, mais ils ont le mérite d'exister, tandis qu'aucun fait archéologique et aucune source écrite n'étayent l'hypothèse d'une disparition pure et simple des romanophones pendant mille ans, de 276 à 1276, qu'ils se soient envolés avec les hirondelles pour migrer en Afrique, ou qu'ils soient allés hiberner avec les ours dans les grottes des Carpates ou des Balkans... »[33]. Quoi qu'il en soit, même s'il n'y avait aucune preuve archéologique ou toponymique et aucune mention écrite, la simple existence des langues romanes orientales suffit à prouver que les Thraco-Romains, locuteurs romanophones, ont survécu à l'arrivée des Slaves et des Bulgares dans la région, et que les Valaques ne sont pas apparus par « génération spontanée » au XIIe siècle[34].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ion Barnea et Ștefan Ștefănescu, Byzantins, roumains et bulgares sur le Bas-Danube, vol. 3, Bucarest, Editura Academiei Române,‎ 1971 (OCLC 1113905)
    résumé français
  • Mihnea Berindei et Gilles Veinstein : L'Empire Ottoman et les pays roumains. EHESS, Paris, 1987
  • Dimitrie Cantemir : Chronique de l'ancienneté des Romano-Moldo-Valaques (1708, réédité Bucarest 1901).
  • Georges Castellan : Histoire des Balkans. Fayard, Paris 1991.
  • Georges Castellan : Histoire des Roumains. PUF, Paris (plusieurs rééditions).
  • Gilles De Rapper, Pierre Sintès et Kira Kaurinkoski, Nommer et classer dans les Balkans : les Valaques, EFA [www.efa.gr] et De Boccard, Paris, (ISBN 978-2-86958-202-6).
  • Pierre Sintès, «Les Valaques du Sud de l'Albanie et la Grèce», in Gilles de Rapper & Pierre Sintès (dir.), Nommer et classer dans les Balkans, École française d'Athènes, Athènes, 2008, p. 23-43.
  • Dejan Dimitrijevic : Les Valaques et la serbité. CNRS-IDEMEC, Aix-en-Provence, 2003.
  • Neagu Djuvara : Les pays roumains entre orient et Occident. PUF, Paris, 1989.
  • Catherine Durandin : Histoire des Roumains. Fayard, Paris. (ISBN 2-213-59425-2).
  • Jean-François Gossiaux : Valaques et/ou Aroumains en Bulgarie. CNRS-IDEMEC, Aix, 2003.
  • Nicolae Iorga : Histoire des (A)roumains de la péninsule des Balkans. Université de Bucarest, 1919.
  • Dimitris Michalopoulos, "Les fils de la Louve", Revue Roumaine d'Histoire, tome XLVI (2007), p. 321–334.
  • Jules Michelet : Légendes démocratiques du nord. PUF. Paris, 1968.
  • Adrian Rădulescu et Ion Bitoleanu, Histoire de la Dobrogée, Constanța, Editura Ex Ponto,‎ 1998 (ISBN 973-9385-32-X)
    résumé français
  • Alexandru Rosetti, Histoire de la langue roumaine des origines à nos jours, Mouton, Paris, 1973.
  • Karl Sanfeld : Linguistique balkanique. Klincksieck, Paris, 1930.
  • Nicolas Trifon : Les Aroumains. Un peuple qui s'en va. Paris. (ISBN 2-909899-26-8).
  • George Vâlsan, Graiul românesc, I, 1927, nr. 7, p. 142 et Œuvres posthumes, Bucarest, 1936, p. 49
  • Tom Winnifruth : Romanized Illyrians & Thracians, ancestors of the modern Vlachs. Badlands-Borderland, 2006 (ISBN 0-7156-3201-9).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les populations valaques ou « Valachies » sont mentionnées dans des chroniques byzantines telles celles de Théophane le Confesseur, Théophylacte Simocatta, Constantin VII Porphyrogénète, Anne Comnène, Jean Skylitzès, Georges Kédrénos ou Cécaumène, arabes comme celes d'Aboul Féda ou de Rashid al-Din, occidentales comme Geoffroi de Villehardouin ou Robert de Clari, hongroises comme la Gesta Hungarorum ou les diplômes du roi Béla IV
  2. Westermann Grosser Atlas zur Weltgeschichte, 1985, ISBN 3-14-100919-8 ; DTV Atlas zur Weltgeschichte, 1987 traduit chez Perrin, ISBN 2-7242-3596-7 ; Putzger historischer Weltatlas Cornelsen, 1990, ISBN 3-464-00176-8 ; Atlas historique Georges Duby chez Larousse 1987, ISBN 2-03-503009-9 ; Série des "Atlas des Peuples" d'André et Jean Sellier à La Découverte : "Europe occidentale" : 1995, ISBN 2-7071-2505-9, "Europe centrale" : 1992, ISBN 2-7071-2032-4, "Orient" : 1993, ISBN 2-7071-2222-X ; Történelmi atlasz de l'Académie hongroise, 1991, ISBN 963-351422-3 CM
  3. Bien qu'Ernest Gellner ait écrit que « ce sont les États qui créent les nations », la notion de Roumain ou Aroumain n'apparaît pas avec la Roumanie moderne (comme l'affirment les historiens occidentaux, soviétiques et grecs) mais la précède. Les premières attestations des Valaques se désignant eux-mêmes avec le nom de “romain” datent du XVIe siècle, alors que des humanistes italiens commencent à rendre des récits écrits sur leurs voyages dans les zones habitées par des Valaques. Ainsi :
    • Tranquillo Andronico écrit en 1534 que les Roumains (Valachi) « s’appellent eux-mêmes romains » (« nunc se Romanos vocant » in: A. Verress, Acta et Epistolae, I, p. 243).
    • En 1532 Francesco della Valle accompagnant le gouverneur Aloisio Gritti note que les roumains ont préservé leur nom de romains et qu'« ils s’appellent eux-mêmes roumains (Romei) dans leur langue ». Il cite même une phrase : « Sti rominest ? » (« sais-tu roumain ? », roum. : « știi românește ? ») : «...si dimandano in lingua loro Romei...se alcuno dimanda se sano parlare in la lingua valacca, dicono a questo in questo modo: Sti Rominest ? Che vol dire: Sai tu Romano, ... » (in: Cl. Isopescu, « Notizie intorno ai romeni nella letteratura geografica italiana del Cinquecento », in Bulletin de la Section historique, XVI, 1929, p. 1- 90).
    • Ferrante Capeci écrit vers 1575 que les habitants des « provinces valaques de Transsylvanie, Moldavie, Hongro-valaquie et Mésie » s’appellent eux-mêmes roumains (romanesci) (« Anzi essi si chiamano romanesci, e vogliono molti che erano mandati quì quei che erano dannati a cavar metalli... » in Maria Holban, Călători străini despre Țările Române, vol. II, p. 158 – 161).
    • Pierre Lescalopier remarque en 1574 que « Tout ce pays la Wallachie et Moldavie et la plupart de la Transilvanie a esté peuplé des colonies romaines du temps de Trajan l’empereur…Ceux du pays se disent vrais successeurs des Romains et nomment leur parler romanechte, c'est-à-dire romain … » (Voyage fait par moy, Pierre Lescalopier l’an 1574 de Venise a Constantinople, fol 48 in Paul Cernovodeanu, Studii și materiale de istorie medievală, IV, 1960, p. 444).
    • Le Saxon transylvain Johann Lebel note en 1542 que les Valaques se désignent eux-mêmes sous le nom de Romuini : « Ex Vlachi Valachi, Romanenses Italiani,/Quorum reliquae Romanensi lingua utuntur.../Solo Romanos nomine, sine re, repraesentantes./Ideirco vulgariter Romuini sunt appelanti » (Ioannes Lebelius, De opido Thalmus, Carmen Istoricum, Cibinii, 1779, p. 11 – 12).
    • Le chroniqueur polonais Orichovius (Stanislaw Orzechowski) observe en 1554 qu’«en leur langue ils s’appellent romains, selon les Romains et valaques en polonais, d’après les Italiens» (« qui eorum lingua Romini ab Romanis, nostra Walachi, ab Italis appellantur » in: St. Orichovius, Annales polonici ab excessu Sigismundi, in I. Dlugossus, Historiae polonicae libri XII, col 1555).
    • Le Croate Anton Verancsics remarque vers 1570 que les Valaques se nomment eux-mêmes romains (roumains) : «...Valacchi, qui se Romanos nominant… » “Gens quae ear terras (Transsylvaniam, Moldaviam et Transalpinam) nostra aetate incolit, Valacchi sunt, eaque a Romania ducit originem, tametsi nomine longe alieno...“ (in: De situ Transsylvaniae, Moldaviae et Transaplinae, in Monumenta Hungariae Historica, Scriptores; II, Pesta, 1857, p. 120).
    • Le hongrois transylvain Martinus Szent-Ivany cite en 1699 les expressions : « Sie noi sentem Rumeni » (« nous aussi, nous sommes roumains », pour le roum. : « Și noi suntem români ») et « Noi sentem di sange Rumena » (« nous sommes de sang roumain », pour le roum. : « Noi suntem de sânge român ») : Martinus Szent-Ivany, Dissertatio Paralimpomenica rerum memorabilium Hungariae, Tyrnaviae, 1699, p. 39.
    • À la même époque, Grigore Ureche (Letopisețul Țării Moldovei, p. 133-134) écrit : « În Țara Ardealului nu lăcuiesc numai unguri, ce și sași peste seamă de mulți și români peste tot locul... ».
    • Dans son testament littéraire, Ienăchiță Văcărescu écrit : « Urmașilor mei Văcărești!/Las vouă moștenire:/Creșterea limbei românești/Ș-a patriei cinstire. ».
    • Enfin dans son Istoria faptelor lui Mavroghene-Vodă și a răzmeriței din timpul lui pe la 1790, Pitar Hristache versifie : « Încep după-a mea ideie/Cu vreo câteva condeie/Povestea mavroghenească/Dela Țara Românească ».
  4. Gilles De Rapper, Pierre Sintès et Kira Kaurinkoski, Nommer et classer dans les Balkans : les Valaques, EFA [www.efa.gr] École française d'Athènes, Athènes, 2008, et De Boccard, Paris, ISBN 978-2-86958-202-6 ; Dejan Dimitrijevic : Les Valaques et la serbité CNRS-IDEMEC, Aix-en-Provence, 2003 ; Jean-François Gossiaux : Valaques et/ou Aroumains en Bulgarie, CNRS-IDEMEC, Aix, 2003 ; K. Sanfeld : Linguistique balkanique Klincksieck, Paris, 1930 ; Nicolas Trifon : Les Aroumains, un peuple qui s'en va, Paris, ISBN 2-909899-26-8 et Tom Winnifruth : Romanized Illyrians & Thracians, ancestors of the modern Vlachs, Badlands-Borderland, 2006 ISBN 0-7156-3201-9.
  5. Exemple: Карта расселения славян и их соседей на конец VIII века. Границы некоторых государств показаны начиная с VII в (Carte des Slaves au VII-e siècle, par l'historien Youri Korjakov sur [1]).
  6. Exemple : Euratlas historique, carte de l'Europe en 1100, sur [2].
  7. Exemple : Školski istorijski atlas, Zavod za izdavanje udžbenika SR Srbije (Atlas historique, Belgrade 1970).
  8. Dictionnaire étymologique PUF, Paris, 1950
  9. Également dans le Dictionnaire étymologique PUF, Paris, 1950
  10. János Mihályi de l’université de Budapest : Máramarosi diplomák a XIV és XV századbol (Chartes de Marmatie des XIVe et XVe siècles), Sighet, 1900, p. 619 et suiv.; Alexandru Filipașcu de l’université de Cluj : L’ancienneté des Roumains de Marmatie (en français), éd. du Centre d’études et de recherches transylvaines de l'Université "Ferdinand I-er" de Sibiu, Bibliotheca rerum Transsilvaniae, 1945, p. 8 à 33.
  11. À noter que pour des raisons politiques, les Daco-Roumains sont appelés « Roumains » en Roumanie (y compris ceux de Moldavie, qu'il s'agisse de la province roumaine de Moldavie ou de la république indépendante de Moldavie), mais « Moldaves » en République de Moldavie (sans qu'il y ait accord pour savoir si ce nom concerne uniquement les Moldaves de la république indépendante, ou bien également ceux de la Moldavie roumaine).
  12. Edgar Lehmann, Meyers Handatlas, 6a, Leipzig 1935.
  13. Comunitatea Românilor din Serbia, Raport de activitate, Vršac, 28.02.2009.
  14. George Vâlsan : Œuvres choisies (dir. : Tiberiu Morariu), Ed. științifică, Bucarest 1971 - 693 pages, p. 123, et Thede Kahl, Rumänien: Raum und Bevölkerung, Geschichte und Gesichtsbilder, Kultur, Gesellschaft und Politik heute, Wirtschaft, Recht und Verfassung, Historische Regionen, 976 p.
  15. George Vâlsan, „Graiul românesc”, I, 1927, nr. 7, p. 142 et „Opere postume”, Bucarest, 1936, p. 49
  16. Thierry Mudry Guerre de religions dans les Balkans éditions Ellipses 2005 (ISBN 2-7298-1404-3), page 110
  17. Thierry Mudry Guerre de religions dans les Balkans éditions Ellipses 2005 (ISBN 2-7298-1404-3), page 111
  18. (en) (en) Michael Hochedlinger, Austria's Wars of Emergence: War, State and Society in the Habsburg, Autriche, Pearson Education,‎ 2003, 466 p. (ISBN 0582290848)
  19. Bureau des statistiques de la République de Serbie
  20. Књига 1, Становништво, национална или етничка припадност, подаци по насељима, Републички завод за статистику, Београд, фебруар 2003, ISBN 86-84433-00-9
  21. Recensement serbe de 2002 sur Official Results of Serbian Census 2002–Population by ethnic groups et Official Results of Serbian Census 2002–Population by language, et Comunitatea Românilor din Serbia, Raport de activitate, Vršac, 28.02.2009.
  22. Cornelia Bodea, Ștefan Pascu, Liviu Constantinescu : România : Atlas Istorico-geografic, Académie roumaine 1996, ISBN 973-27-0500-0, chap. II, "Repères".
  23. Selon le chroniqueur byzantin Ioannis Skylitzès, in : Petre Ș. Năsturel : Études d'Histoire médiévale, Inst. d'Histoire "Nicolae Iorga", vol. XVI, 1998, et aussi d'après T.J. Winnifruth : Badlands-Borderland, 2003, page 44, Romanized Illyrians & Thracians, ancestors of the modern Vlachs, ISBN 0-7156-3201-9, un échange de populations aurait eu lieu en 976 entre l'Empire byzantin et le royaume slave de Grande-Moravie : une partie des Serbes de la Serbie blanche, dont les descendants actuels sont les Sorabes de l'Allemagne orientale, seraient alors venus s'installer dans le bassin d'un affluent du Danube, le Margos, qu'ils nommèrent Morava, tandis que les "Valaques" de cette région, ayant résisté à la conquête byzantine de l'empereur Basile II qui avait confisqué leurs terres, seraient partis s'installer en Moravie septentrionale, où ils auraient formé la "Valachie morave". Mais sur place, en Moravie, il n'y a ni mention écrite, ni preuve archéologique d'une telle immigration à cette date, et surtout, sur le plan linguistique, le dialecte aujourd'hui slave des Valaques de Moravie, mélange des langues slovaque et tchèque, comprend un lexique latin d'origine daco-roumaine lié au pastoralisme, avec des mots roumains comme bača (roum. „baci”: berger), brynza (roum. „brânză”: fromage, mot passé aussi en slovaque et en tchèque), cap (roum. „țap”: bouc), domikát (roum. „dumicat”: produit laitier), galeta/geleta (roum. „găleată” : baratte), pirt’a (roum. „pârtie”, chemin de transhumance), kurnota (roum. „cornută”: cornue) ou murgaňa/murgaša (roum. „murgașă”: brebis noire). C'est pourquoi les spécialistes tchèques comme Jan Pavelka, Jiří Trezner (dir.) : Příroda Valašska, Vsetín 2001, ISBN 80-238-7892-1, pensent que les Valaques chassés de la vallée de la Margos comme le rapporte Skylitzès, ont plus probablement rejoint leurs congénères du Banat, de la Crişana et de Transylvanie, d'autant que les chroniques du moine russe Nestor y font allusion : Jean-Pierre Arrignon, Chronique de Nestor, Naissance des mondes russes, ed. Anacharsis, 2008, ISBN 2-914777-19-1, cite :

    « Depuis longtemps, les Slaves s'étaient installés sur les rives du Danube où vivent aujourd'hui les Bulgares et les Hongrois. [...] Venant de l'est, ils [les Magyars] traversèrent difficilement les grandes montagnes et commencèrent à affronter les Valaques voisins et les Slaves, car les Slaves s'y étaient installés les premiers mais les Valaques s'étaient emparés du territoire des Slaves »

     ; voir aussi Alexandru Madgearu dans The Romanians in the Anonymous Gesta Hungarorum: truth and fiction, Romanian Cultural Institute, Center for Transylvanian Studies, 2005, ISBN 973-7784-01-4, Victor Spinei dans The Great Migrations in the East and South East of Europe from the Ninth to the Thirteenth Century, 2003, ISBN 973-85894-5-2, p. 52 et The Romanians and the Turkic Nomads North of the Danube Delta from the Tenth to the Mid-Thirteenth century, Koninklijke Brill NV, 2009, ISBN 978-90-04-17536-5, p.73. Selon ces spécialistes, c'est bien plus tard, du XVe siècle au XVIIe siècle, que les groupes de bergers roumains seraient partis du Banat et de la Crişana pour s'installer en Moravie orientale.
  24. Théophane le Confesseur et Cédrène, in : Nicolae Iorga, Teodor Capidan, Constantin Giurescu : Histoire des Roumains, ed. de l'Académie Roumaine
  25. Le terme de Regnum Bulgarorum et Valachorum est officiellement utilisé par les papes Innocent III en 1205 et Grégoire IX en 1232 dans leur correspondance avec le roi Caloian (1197-1207) à qui était attribué le titre rex Bulgarorum et Blachorum (« roi des Bulgares et des Valaques ») et avec Ioan Asan II (1218-1241), ainsi que dans les armoriaux de l'époque (par exemple le Wijnbergen cité par Nicolae Serban Tanasoca, « La signification historique du blason du Regnum Valachorum et Bulgarorum dans l'armoirial Wijnbergen », Annales de l'Inst. d'hist. et d'archéol. A.D. Xenopol, vol. 24, Iasi 1987. Selon les récits d'Anne Comnène, Nicétas Choniatès et Jean Skylitzès dans (en) Averil Cameron, The Byzantines, Blackwell Publishing,‎ 2006 (ISBN 978-1-4051-9833-2 et 1405198338, OCLC 429601392, LCCN 2010291662, présentation en ligne), p. 170, après avoir conquis la Bulgarie, le basileus byzantin Basile II permit à la noblesse bulgare et valaque de conserver ses privilèges et à l’archevêché d'Ohrid d’être autonome. Selon Anne Comnène, lorsque les Coumans attaquent l’Empire byzantin en 1094, le valaque Pudilă vint à Constantinople avertir l’empereur que les barbares étaient en train de passer les Monts Haemus et en 1166, le basileus, Manuel Comnène recruta ces mêmes valaques pour arrêter une invasion hongroise. Mais ultérieurement, sous le règne d’Isaac II Ange, l’accroissement des impôts, des corvées et de la conscription provoqua, selon Anne Comnène, Nicétas Choniatès et Jean Skylitzès, plusieurs révoltes des Valaques des Balkans, menées successivement par Drăgaș, par Niculiță Delfinul (Νικουλιτζάς Δελφινάς dans les sources) puis, en 1185, par trois frères valaques : Asan, Ioaniţă Caloian et Petru Deleanu (Επανάσταση του Πέτρου Δελεάνου dans les sources. C'est de ces soulèvements valaques que naît le Regnum Bulgarorum et Valachorum. Outre Anne Comnène, Choniatès et Skylitzès, Geoffroi de Villehardouin et son contemporain Robert de Clari citent aussi « Joanisse, roi de Blaquie et de Bougrie », « Johans rois de Blaquie » (Villehardouin : chapitres 78 et 79) ou encore « Jehans li Blakis ». Les révoltes valaques sont appelées „Révoltes bulgares contre l’Empire byzantin (1040-1041)” par l’historiographie moderne bulgare et, à sa suite, internationale (comme on peut le lire dans « Istoriya na Balgariya », tome 3, Sofia, 1973, p. 140 à 272). Les historiens roumains ou bulgares protochronistes l'appellent respectivement « Empire roumano-bulgare » ou « Second Empire bulgare », chaque « camp » s'évertuant à nier ou relativiser le caractère composite et multiculturel de cet état. Côté bulgare, les protochronistes slavisent systématiquement tous les noms de lieux ou de personnes, engagement militant qui s'explique par le fait que l'Empire ottoman et la Roumanie ont jadis occupé des territoires bulgares, susceptibles d'être encore revendiqués par les ultra-nationalistes de ces pays voisins.
  26. Atlas historique publié en français par Stock, Perrin et France-loisirs, ISBN 2-7242-3596-7 ; la vassalité envers les Mongols et Tatars est en fait attestée pour les Roms, voir Stéphane Zweguintzow, article Les Roma de l'ex-URSS dans « Échos de Russie et de l'Est », éd. B. de Saisset, 1994 et Régis Blanchet, Un peuple-mémoire, les Roms, éd. du Prieuré, ISBN 2-9096-7281-6, mais la confusion entre Roumains et Roms est fréquente dans les média et certains politiciens la propagent sciemment, tel Vladimir Jirinovski qui considère que « les Roumains sont un mélange de colons italiens venus sur les nefs génoises et de Tziganes danubiens, qui a envahi des terres appartenant légitimement à la Bulgarie, à la Hongrie et à la Russie », cité sur : [3] et sur : [4].
  27. Ovid Densușianu, Sextil Pușcariu, Alexandru Rosetti, Theodor Capidan, A.D. Xenopol, Gustav Weigand
  28. Développée par Edouard Robert Rössler qui s'appuie sur les récits d'Eutrope.
  29. Catherine Asdracha, G. Giuglea, Alexandru Graur, Ion Coteanu, Alexandru Niculescu, Karl Sanfeld, Pierre Sintès.
  30. Selon les historiens Giurescu et Iorga, il y a eu historiquement une quinzaine de « Valachies populaires » : les "Vlašina", "Vlašić", "Vlahina", "Stari Vlah" et "Romanja Planina" de l'ancienne Yougoslavie, la "Megali Valacheia" de Grèce septentrionale et de Macédoine, la « Valaquie morave » (Moravsko Valaško) à l'est de l'actuelle République tchèque, et les "pays" (nommées țări ou ținuturi en roumain et Vlachföldek en hongrois) à majorité roumanophone de Transylvanie, Moldavie, Valachie et Dobrogée (jadis respectivement cartographiées « Valachie intérieure », « Bogdano-Valachie », « Hongro-Valachie » ou « Bulgaro-Valachie ») telles que les voïvodats, caneats, jupanats ou pays de Maramureș, Oaș, Crasna, Lăpuș, Năsăud, Gurghiu, Bihor, Montana, Amlaș, Cibin et Făgăraș en Transylvanie, Onutul, Strășinețul, Baia (Mulda), Soroca, Hansca, Bârladul et Tințul (Tigheciul) en Moldavie, Severin, Motru, Jaleș, Gilort, Lotru, Argeș et Muscel en Valachie, ou encore Măcin (Jupân Demetrios, Vicina) en Dobrogée.
  31. Konstantin Jireček était un épigraphiste et historien tchèque, qui a montré que les Illyres, Thraces et Daces ont été latinisés en Macédoine occidentale, en Mésie et en Dacie, mais hellénisés dans le reste de la Macédoine et au sud des Balkans.
  32. A une seule exception près : André et Jean Sellier : Atlas des peuples d'Europe centrale, La Découverte, ISBN 2-7071-2032-4, carte de l'expansion des Slaves, p. 12, par Anne Le Fur
  33. Neagu Djuvara sur [5]
  34. Concernant l'histoire des Valaques, il faut systématiquement privilégier les sources primaires citées dans les ouvrages de spécialité (voir notes et bibliographie) et utiliser les encyclopédies ou les atlas historiques "grand public" avec précaution, car ils fourmillent de gros manques et d'erreurs dans ce domaine. Or, comme "sources encyclopédiques", ces ouvrages et ces cartes "grand public" sont reproduits à l'infini... avec leurs erreurs. Voici les principaux problèmes avec ces sources "grand public" :
    • Concernant l'ethnogénèse des Valaques, dans l'immense majorité des livres et des cartes historiques non-roumaines, la présence des langues romanes orientales n'est tout simplement pas mentionnée avant le XIIIe siècle au plus tôt (et souvent, rien avant l'émergence de la Roumanie en 1859), comme si ces langues apparaissaient subitement plusieurs siècles après la fin de l'empire romain le long du bas-Danube. S'il n'y avait pas de locuteurs de langues romanes orientales avant le XIIIe siècle, d'où peuvent bien provenir les Valaques ? d'Italie ? c'est en contradiction avec toutes les données linguistiques et toponymiques, sans parler de Théophane le Confesseur, de Théophylacte Simocatta ou de Jean Skylitzès ! Dans les cartes roumaines, l'ethnogénèse des Valaques est montrée, mais souvent de manière très chargée et confuse car elles couvrent une période de mille ans. Il existe aussi des cartes, souvent inspirées des atlas scolaires russes, serbes ou bulgares, qui montrent de tout petits noyaux Valaques sur des aires uniques et extrêmement restreintes, soit dans le sud de la Transylvanie (cartes serbes), soit dans les actuels Judete d'Olt et Teleorman (cartes bulgares), soit encore autour de Sofia en Bulgarie ou de Nish en Serbie (cartes russes). Si ces cartes étaient exactes, nous devrions rester abasourdis par l'extraordinaire et soudaine prolificité démographique et linguistique de ces noyaux valaques, qui, d'une aire initiale grande comme deux départements français, finissent par s'étendre et par diffuser leurs langues du nord de la Grèce jusqu'au nord de la Hongrie et jusqu'à l'Ukraine, en recouvrant au passage le territoire des actuelles Roumanie et Moldavie... C'est peut-être flatteur pour les Valaques, mais physiologiquement et géographiquement peu vraisemblable...
    • Entre la Rus' de Kiev et le Danube, dans les ouvrages et les cartes concernant les traditions religieuses (par exemple toutes les cartes des croisades sans exception) la Transylvanie est montrée comme intégralement catholique, les futures Moldavie et Valachie comme païennes. Or, dans les futures Moldavie et Valachie, l'archéologie décrit des ruines d'églises et de nécropoles clairement chrétiennes. Et du point de vue ecclésiastique, tant en Transylvanie que sur les territoires des futures Moldavie et Valachie, les patriarcats orthodoxes (de Pec, d'Okhrid ou directement Constantinople selon les époques) avaient des éparchies (Severin, Vicina...) ce qui implique qu'il y avait là des orthodoxes (peu importe qu'ils aient été slaves ou valaques ou les deux). Il y avait donc entre la Rus' de Kiev et les Balkans une continuité orthodoxe (populations slaves et/ou valaques), qu'aucune carte "grand public" ne figure, comme s'il n'y avait que des Magyars et des Allemands (catholiques) en Transylvanie, et comme s'il n'y avait que des Pétchénègues et des Coumans (païens) dans les futures Moldavie et Valachie.
    • Concernant l'émergence des premières Valachies, là aussi leur présence n'est absolument pas mentionnée dans les ouvrages non-roumains, tandis que dans les roumains, une période allant du VIIIe siècle au XIVe siècle est couverte, mêlant confusément des "Valachies" d'âges différents, et mêlant aussi des duchés valaques fictifs, ou, en tout cas, très incertains, cités dans la "Gesta Hungarorum" (qui est plus une chanson de geste qu'un récit historique), avec des Valachies dont l'existence réelle est admise par tous les historiens (comme Seneslau ou Bârlad), tout en en oubliant certaines (Onut, Strășineț).
    • Concernant les trois principautés de Transylvanie, Valachie et Moldavie, là aussi la majorité des sources "grand public" non roumaines ne les mentionnent pas : elles figurent comme simples parties et provinces des états voisins (Hongrie, Pologne, Empire ottoman) alors qu'elle en ont été les vassales, mais non des provinces, et qu'elles ont même souvent combattu leurs "suzerains" par les armes.
    • À ces erreurs s'ajoute une tendance générale à occulter ou minimiser la présence des Valaques dans l'espace balkanique, soit par ignorance (une ignorance bien sourcée, si on ne connaît et cite que des sources qui nient ou minimisent leur présence), soit par paresse (il est facile de recopier des sources secondaires, que de rechercher des sources primaires), soit encore par mauvaise foi délibérée (par exemple en utilisant la polysémie du terme valaque pour nier à ces populations tout caractère ou origines romanophones). Ces distorsions sont aussi l'héritage des controverses nationalistes des XIXe siècle et XXe siècle, où la recherche historique, tant roumaine que des pays voisins, s'est trouvée engagée au service de revendications et de réfutations politiques, où les Roumains et les Aroumains tentaient de démontrer leur ancienneté historique, tandis que leurs voisins se faisaient un devoir de la nier.
    Toutes ces distorsions dans les « sources usuelles » donnent une image fragmentaire et confuse de l'histoire des Valaques, qui, de ce fait, éprouvent eux-mêmes des difficultés à se situer sur l'échiquier culturel, social et politiques des pays dont ils sont les citoyens.