Sinaia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sinaia
Blason de Sinaia
Héraldique
Le château de Peleș à Sinaia
Le château de Peleș à Sinaia
Administration
Pays Roumanie Roumanie
Région Valachie
Département Prahova
Maire
Mandat
Vlad-Gheorghe Oprea PNL
2012-2016
Code postal 106 100
Indicatif téléphonique international +(40)
Démographie
Population 9 975 hab. (2011)
Densité 123 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 21′ 00″ N 25° 32′ 58″ E / 45.350084, 25.549324 ()45° 21′ 00″ Nord 25° 32′ 58″ Est / 45.350084, 25.549324 ()  
Altitude 815 m
Superficie 8 100 ha = 81 km2
Divers
Cours d'eau Prahova
Localisation
Localisation de Sinaia dans le județ de
Localisation de Sinaia dans le județ de

Géolocalisation sur la carte : Roumanie (administrative)

Voir la carte administrative de Roumanie
City locator 14.svg
Sinaia

Géolocalisation sur la carte : Roumanie (relief)

Voir la carte topographique de Roumanie
City locator 14.svg
Sinaia
Liens
Site web http://www.primariasinaia.ro
Sinaia
Vue aérienne de la station.
Administration
Pays Roumanie
Géographie
Coordonnées 45° 21′ Nord 24° 36′ Est / 45.35, 24.6 ()  
Massif Carpates
Altitude 798-1 055 m[1]
Ski alpin
Remontées
Nombre de remontées 12
Téléphériques 6
Télécabines 3
Télésièges 2
Téléskis 1
Débit 1 440 (personnes/heure)
Pistes
Nombre de pistes 6
     Noires 1
     Rouges 3
     Bleues 2
Total des pistes 14,05 km km

Sinaia est une ville de Roumanie (du nord-ouest du județ de Prahova, dans la région historique de Valachie et dans la région de développement du Sud).

Géographie[modifier | modifier le code]

À la limite du județ de Dâmbovița, cette ville est située dans la vallée de la Prahova, entre les Monts Bucegi à l'ouest et les Monts Baiu à l'est.

Sinaia, à 45 km au sud de Brașov et à 63 km au nord-ouest de Ploiești (le chef-lieu du județ), lieu de villégiature réputé, a accueilli à la suite de la famille royale les plus illustres personnalités du pays.

Distante de 142 km de Bucarest, Sinaia est souvent surnommée la perle des Carpates pour les beautés naturelles qui l'entourent.

La température moyenne y est de 8 °C (janvier : -4 °C, juin : 15 °C). Il tombe en moyenne 900 mm de pluie par an (étés assez pluvieux). La neige est présente de novembre à avril en général.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention écrite de la localité date de 1581 quand est signalé la présence de l'ermitage Saint-Nicolas. À partir de 1690, le prince Mihail Cantacuzino fait construire un monastère nommé Sinaia d'après le mont Sinaï, en Égypte où il a effectué un pèlerinage à titre de remerciement d'avoir échappé à une tentative d'assassinat dans la région de la Prahova[2]. La fondation du monastère a lieu en 1695.

C'est à la fin du XIXe siècle que Sinaia prend réellement son essor, lorsque le roi Carol Ier de Roumanie y fait édifier un château de plaisance, le château de Peleș, qu'il consacre résidence royale estivale et lorsqu'en 1880, Sinaia obtient le statut de ville. De nombreuses résidences y sont édifiées, dont le château de Pelișor pour le prince héritier Ferdinand et son épouse Mary, un casino, une gare sur la toute nouvelle ligne de chemin de fer.

Après la prise du pouvoir par les communistes et le départ en exil du roi Mihai Ier, le château royal et ses dépendances deviennent propriété de l'État et sont réservés aux dignitaires du nouveau régime. À la suite de la révolution roumaine de 1989, le château de Peleș, devenu musée et redevenu propriété de l'ancien roi est accessible au public.

Politique[modifier | modifier le code]

Le Conseil municipal de Sinaia compte dix-sept sièges de conseillers municipaux. À l'issue des élections municipales de juin 2008, Vlad-Gheorghe Oprea (PNL) a été élu maire de la commune[3].

Élections municipales de 2008[4]
Parti Nombre de conseillers
Parti national libéral (PNL) 9
Parti social-démocrate (PSD) 5
Parti démocrate-libéral (PD-L) 3

Religions[modifier | modifier le code]

En 2002, la composition religieuse de la commune est la suivante[5] :

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2002, la commune compte 12 218 Roumains (97,65 %), 134 Tsiganes (1,07 %) et 113 Hongrois (0,90 %)[5].

Évolution démographique
1912 1930 1948 1956 1966 1977 1992 2002 2007
3 919 4 072 6 537 9 006 11 976 13 822 15 465 12 512 11 935[6]
2011 - - - - - - - -
9 975 - - - - - - - -


Économie[modifier | modifier le code]

L'économie[7] de la commune repose notamment sur le tourisme (une petite station de ski y a été développée avec une capacité d'hébergement d'environ 4 300 lits en 2011), sur le thermalisme et sur l'activité forestière. Par ailleurs, l'activité industrielle est assurée par une usine de fabrication de pièces de moteurs qui compte 1 800 salariés et par l'usine SC Salsi SA, spécialisée dans la charcuterie.

Communications[modifier | modifier le code]

Routes[modifier | modifier le code]

Sinaia est située sur la route nationale DN1 (route européenne 60) Bucarest-Ploiești-Brașov et constitue le point de départ de la route nationale DN71 qui rallie Târgoviște, en traversant les Monts Bucegi.

Voies ferrées[modifier | modifier le code]

La ville est desservie par la ligne no 300 Bucarest-Ploiești-Brașov des Chemins de fer roumains .

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Peleș, l'ancienne résidence royale édifiée de 1875 à 1883 pour le roi Carol Ier de Roumanie, d'une valeur inestimable, représente la plus grande attraction touristique de la région.
  • Le château de Pelișor qui se trouve tout près de là, bâti de 1875 à 1902 pour le prince héritier Ferdinand.
  • Le monastère de Sinaia, qui a donné son nom à la ville.
  • La villa Luminiș, (1923-1926), lieu de villégiature de Georges Enesco, compositeur.
  • Le Casino, de 1912.
  • La Gare royale, de 1913, halte sur la ligne de l'Orient-Express, où fut assassiné en 1933, le Premier ministre roumain, Ion Duca par les légionnaires fascistes de la Garde de fer.
  • Le parc naturel des Monts Bucegi.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]