Juniperus communis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Genièvre.

Le Genévrier commun ou Genièvre (Juniperus communis L.) est une espèce d'arbuste de la famille des Cupressacées, à cônes bleu violacé ressemblant à des baies (cônes bacciformes), et aux feuilles épineuses. Il est parfois appelé Peteron ou Petrot. Il correspond aussi à un jour du calendrier républicain : le 9 de Frimaire, soit le 29 novembre.

Description[modifier | modifier le code]

Aiguilles de genévrier commun : une seule bande blanche
Fruits mûrs de genévrier commun

Appareil végétatif[modifier | modifier le code]

La taille de cet arbuste ou arbrisseau peut varier de 4 à 10 mètres de hauteur[1].

Les feuilles sont des aiguilles persistantes, très piquantes, qui présentent une carène sur la face supérieure et une épaisse bande blanche de stomates sur la face supérieure.

Appareil reproducteur[modifier | modifier le code]

Cette espèce produit des cônes mâles très petits et des cônes femelles constitués d'écailles charnues qui se soudent au cours de leur développement (concrescence). Le cône femelle, une fois fécondé et développé, a l'apparence d'une baie. D'abord vert, il devient sombre et bleuâtre en murissant. Il est indifféremment appelé « genièvre », « baie de genièvre » ou « baie de genévrier ». Il se développe durant deux ans[2].

Espèces proches[modifier | modifier le code]

Le genévrier commun se distingue du genévrier cade (Juniperus oxycedrus) par ses aiguilles n'ayant qu'une seule large bande blanche (alors que les aiguilles du cade ont deux bandes parallèles plus étroites), et par des fruits plus petits et plus sombres.

Habitat et répartition[modifier | modifier le code]

Cette espèce pousse dans les landes et bois calcaires. Elle apprécie les rocailles sèches.

Elle est commune en France où elle est disséminée de l'étage collinéen à l'étage subalpin.

Systématique[modifier | modifier le code]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Juniperus vient du celtique Juneperus qui signifie "âpre" ; allusion à la saveur des fruits, et communis est un terme latin signifiant "commun". Le terme "genévrier" dérive de genièvre et du suffixe -ier*. Du latin classique juniperus « genévrier » devenu *jeniperus[3].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Utilisation alimentaire[modifier | modifier le code]

On appelle également genièvre une eau-de-vie (appelée peket en wallon) proche du gin britannique que l'on parfume comme cette dernière à l'aide de ces baies. Ces dernières entrent aussi dans la composition du gin, du sahti scandinave, du Borovička d'Europe centrale ou de l'aquavit.

Les baies de genévrier parfument la choucroute et les pâtés, et entrent dans la recette de certains plats de gibier ou viandes grasses, notamment en raison de leurs propriétés digestives.

Dans toutes les Alpes on faisait couramment un "Estre de genièvre": extrait de genièvre. Il donnait beaucoup de travail au cours du mois de décembre. Les graines étaient cuites à l'eau puis pressées avec une presse puissante. Détails des opérations :

  1. Les graines noirs sont récoltées en automne parfois novembre, alors qu'elles ont subit plusieurs fois le gel. La récolte ce fait souvent avec un bâton en ayant mis un drap au pied et rarement baie par baie.
  2. Cette pratique de battre l'arbuste conduit à avoir une récolte mélangée d'épines. On est obligé donc de trier. Sur une table on utilise une planchette légèrement bordée et inclinée à environ 20° pour les séparées.
  3. Elles sont alors lavées, puis cuites en ayant été recouvertes d'eau par une ébullition douce et lente pendant 5 heures.
  4. Elles sont rassemblées dans un sac de toile très solide puis enfin, dans la foulée, mis sous presse assez longtemps (au moins 15 minutes).
  5. Pour finir, le jus est réduit (concentration par ébullition lentement sans faire coller) jusqu'à obtenir une pâte noir de la consistance d'un miel liquide. il est mis en pot de confiture.
  6. Avant on ne rajoutait pas de sucre, mais les vendeurs actuels en mettent.

Cet "Estre" se conservait très longtemps. Il s'utilisait pour:

  • sucrer en donnant un gout particulier.
  • sur des tartines avec un peu de crème fraiche.
  • dans du lait chaud.

Utilisation horticole[modifier | modifier le code]

Le genévrier est utilisé pour réaliser des haies en raison de sa robustesse. Il peut également être utilisé dans l'art du bonsaï.

Propriétés médicinales[modifier | modifier le code]

Les baies et les jeunes pousses, préparées en infusion, ont des effets diurétiques, stomachiques et digestifs[réf. nécessaire]. Ils auraient été utilisés contre l'asthme[réf. nécessaire].

Plus qu'un traitement des digestions difficiles et des gaz intestinaux, les baies de genièvres sont ajoutées préventivement lors de la préparation de plats un peu lourds afin de faciliter leur digestion.

Un usage abusif du genévrier peut provoquer des troubles rénaux ; de ce fait, il ne doit pas être utilisé durant les grossesses. Des empoisonnements de chèvres dus à une consommation trop importante de rameaux de ce genévrier ont été rapportés[4].

Quant aux jeunes pousses de feuilles, elles sont utilisées en gemmothérapie.

Culture[modifier | modifier le code]

Le musée national du genièvre à Hasselt, en Belgique, est consacré au genévrier en général et au genévrier commun en particulier, ainsi qu'à leurs cônes et à l'utilisation qu'il est possible d'en faire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D. Streeter et al., Guide Delachaux des fleurs de France et d'Europe, Delachaux et Niestlé, Paris 2011, 704 p. (ISBN 978-2-603-01764-7) p. 44
  2. R. Fitter, A. Fitter, M. Blamey, Guide des fleurs sauvages, Delachaux et Niestlé, Paris (1re éd. 1976), 7e éd. 2011, 352 p. (ISBN 978-2-603-01054-9) p. 24
  3. CNRTL
  4. R. Auger, J. Laporte-Cru, Flore du domaine atlantique du Sud-ouest de la France et des régions des plaines, CNDP,‎ 1982, 516 p. (ISBN 2 86617 225 6), p. 48

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Didier Lanterborn, Mémoires d'un herboriste, équinoxe (ISBN 2-84135-423-7)
  • François Couplan, Eva Styner, Guide des plantes sauvages comestibles et toxiques, Les guides du naturaliste, Delachaux et Niestlé (ISBN 978-2-603-00952-4[à vérifier : isbn invalide])