Dace

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la langue dace. Pour le peuple dace, voir Daces.
Les langues thraco-illyriennes, dont le dace.
Selon des études linguistiques sur l'origine du roumain et de l'albanais, la romanisation des Daces s'est faite à cheval sur le bas-Danube (zone violette), la romanisation des Thraces et des Illyriens au sud du Danube est un processus séparé qui a donné respectivement les Aroumains (seconde zone violette) et les Dalmates (zone rose), tandis que les Daces non-romanisés (zones bleues) migrèrent vers la péninsule des Balkans lors des invasions des Goths, des Huns et des Gépides, se mêlant aux Illyriens non-romanisés et apportant aux ancêtres des Albanais (zone orange) le lexique commun au roumain et à l'albanais.

Le dace (dit « gète » par les Grecs) est une langue centum des langues thraco-illyriennes de l'antiquité (langue morte), qui reste très peu connue en raison l'absence de tout document écrit (le « Rohonczi Codex » étant apocryphe[1]). Les « langues thraco-illyriennes » forment un regroupement avant tout géographique de deux branches (l'illyrienne et la daco-thrace) des langues indo-européennes. Ces deux branches étaient linguistiquement distinctes, l'une étant satem, l'autre centum.

Une langue orale[modifier | modifier le code]

Comme les Gaulois, quand les Daces écrivent, c'est en grec. En dace, la transmission orale reste privilégiée : très peu de traces écrites nous sont parvenues. Une des rares inscriptions en langue dace ne comporte que trois mots, dont deux noms propres, et se rencontre sur un vase cérémoniel : « Decebalus Per Scorilo », ce qui pourrait signifier « Décébale, fils de Scorilo »[2].

Le dace est donc connu surtout à partir de la toponymie, par des noms propres (notamment dans les listes militaires romaines et sur les pierres tombales), par des noms de divinités, d'animaux et de 40 plantes médicinales.

Selon la légende protochronique roumaine, le poète romain Ovide aurait écrit deux poèmes en dace pendant son exil en Scythie mineure, à Tomis, mais rien n'étaye cette légende. En revanche Décébale, roi des Daces, a envoyé des missives en latin à Dioclétien et à Trajan, contenant des noms propres daces. Quelques inscriptions en alphabet grec ancien se rencontrent sur les murs de quelques forteresses, ainsi que sur des bijoux.

L'existence d'un lexique commun à l'aroumain, au roumain (langues romanes orientales) et à l'albanais (langue non romane) a fait l'objet de nombreuses études et d'explications parfois divergentes :

  • l'origine partiellement dace des ancêtres des Albanais, rejoints par les « Daces libres » lors des invasions ;
  • le simple contact géographique dans l'actuelle Serbie avant l'arrivée des Slaves ;
  • le peuplement roman de l'actuelle Roumanie à partir des Balkans, où les proto-Roumains auraient initialement été voisins des proto-Albanais.

Les débats continuent, d'autant qu'au XIXe siècle et au début du XXe siècle, tout mot du lexique commun roman oriental d'origine inconnue se voyait attribuer d'office une origine dace, ce qui concerne environ 160 mots. Or il été ultérieurement démontré que 70 sont en réalité d'origine albanaise, langue satem balkanique d'origine non daco-thrace, mais illyrienne, et à phonétisme distinct.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La présence de signes d'origine cyrillique et de symboles chrétiens a démontré que le « Rohonczi Codex » fait partie du corpus des faux du XIXe siècle, qui nourrissent les hypothèses et les phantasmes « protochroniques » actuellement en vogue en Albanie, Bulgarie, Macédoine et Roumanie : voir sur [1]
  2. http://www.geocities.com/cogaionon/small/16.jpg

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

  • Mircea-Mihai Rădulescu : Illyrian, Thracian, Daco-Mysian, the substratum of Romanian and Albanian in "Journal of Indo-European Studies" 12.77-131 (1984), The Indo-European position of Illyrian, Daco-Mysian and Thracian: A historica-methodological approach in "Journal of Indo-European Studies" 15.239-271 (1987).
  • Ion I. Russu : Les langues des thraco-daces, Bucarest, Edit. Stiinţifică 1969.
  • Karl Sanfeld : Linguistique balkanique, Klincksieck, Paris, 1930.
  • Bernard Sergent : Les Indo-Européens, Paris: Payot 1995.
  • Calvert Watkins : The Indo-European linguistic family: genetic and typological perspectives in Giacalone, Anna & Paolo Ramat, eds (1998) : The Indo-European languages London: Routledge.
  • Tom Winnifruth : Romanized Illyrians & Thracians, Badlands-Borderland, 2006 (ISBN 0-7156-3201-9).

Articles connexes[modifier | modifier le code]