Antoine de Maximy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Antoine de Maximy

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Antoine de Maximy, au Festival interceltique de Lorient, le 10 août 2013

Naissance 21 mai 1959 (55 ans)
Lyon, Drapeau de la France France
Nationalité Drapeau : France Française
Pays de résidence Drapeau de la France France
Profession
Activité principale

Antoine de Maximy est un routard, animateur de télévision et réalisateur français né le 21 mai 1959 à Lyon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille assez bohème avec deux parents artistes peintres soixante-huitards vivant à Lyon puis à Paris, Antoine de Maximy est l'aîné de quatre enfants[1]. Il redouble sa troisième et arrête ses études de seconde au lycée dont il se fait exclure, puis rejoint les rangs du cinéma des armées comme ingénieur du son pendant trois ans et y fait ses premiers pas dans la réalisation[2].

En 1980, il est engagé comme grand reporter par la chaîne CBS news pendant trois ans. Il est notamment envoyé à Beyrouth pendant la guerre civile, y réalisant un documentaire sur les Casques Bleus. Il couvre aussi la guerre Iran-Irak. Il y découvre son attrait pour l'aventure, le reportage de guerre, le voyage vers l'inconnu[3].

Mais voyager dans un pays sans le visiter ne lui plaît pas. En 1983, il est engagé par une équipe de la Guilde européenne du raid pour réaliser le film de leur expédition en Amazonie[4]. Après cette expérience, il se dirige alors vers le journalisme scientifique et animalier où aventure, plaisir, culture et fascination sont mêlés, apprenant au fil des expéditions tous les métiers, cadreur, monteur, réalisateur. En 1994, en collaboration avec le réalisateur Jean-Yves Collet et l'aéronaute Dany Cleyet-Marrel, il invente la cinébulle, une montgolfière motorisée biplace de 1 400 ou 1 500 m3, spécialement conçue pour faire des prises de vue aériennes et adoptée par Nicolas Hulot[5].

Réalisateur, présentateur et cameraman, il s'est rendu dans quatre-vingts pays en vingt ans de carrière. Spécialiste des voyages à l'étranger – actualités internationales, films animaliers et expéditions scientifiques – il a réalisé ou présenté une trentaine de documentaires, dont Animal Zone, Zone sauvage, Un radeau sur la forêt, Les nouveaux mondes et Emmenez-moi sur France 2 (coproduite avec le Guide du Routard), ainsi que Au-delà des dunes et J'irai dormir chez vous sur France 5[3].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Dans ses reportages filmés de J'irai dormir chez vous, le téléspectateur vit au plus près d'Antoine de Maximy, préservant sa vie privée hors-caméras. Il est père d'une fille prénommée Lucie. Il appartient, par ailleurs, à une famille noble du Dauphiné, anoblie par « Lettres de relief » de décembre 1654[6].

Émissions présentées ou réalisées[modifier | modifier le code]

Les nouveaux mondes (8 juillet 1999)
J'irai dormir chez vous
Zones sauvages 
Un péquin à Pékin 
Pendant les Jeux olympiques d'été de 2008, il réalise Un péquin à Pékin, composé des petits épisodes tournés à Pékin et diffusés sur France 2.
J'irai faire le tour chez vous 
Pendant le Tour de France 2009, il réalise J'irai faire le tour chez vous, où il va à la rencontre des gens sur la route du tour. Composé de petits épisodes, ils sont diffusés sur France 2 dans L'après tour.
Givré à Vancouver 
Pendant les Jeux olympiques d'hiver de Vancouver, il réalise Givré à Vancouver, où il visite avec sa caméra Vancouver sous toutes ses formes, allant à la rencontre autant des touristes que des Canadiens. Cette émission est diffusée tous les jours durant les JO dans l'émission Avancouver.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur
Scénariste
Acteur
Figurant

Auteur[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alexandre Comte, « Je suis allé dormir chez Antoine de Maximy », sur Les Inrockuptibles,‎ 23 mai 2013
  2. Emmanuelle Dasque, « L'aventure sur un plateau. Antoine de Maximy présente « les Nouveaux Mondes » sur France 2. Le look globe-trotteur comme caution d'image », sur Libération,‎ 29 juillet 1999
  3. a et b « Interview d'Antoine de Maximy », Guide été 2012 de clubaventure, no 17,‎ 2012, p. 28
  4. Benjamin Polle, « Antoine de Maximy ressort ses caméras », sur Le Monde,‎ 26 avril 2013
  5. Cinébulle
  6. Dictionnaire de la noblesse française, Tome 1 - Page 707, par Étienne de Seréville et F. de Saint Simon

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :