Râmnicu Vâlcea

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Râmnicu Vâlcea
Blason de Râmnicu Vâlcea
Héraldique
La rue Tudor Vladimirescu
La rue Tudor Vladimirescu
Administration
Pays Roumanie Roumanie
Région Olténie
Département Stema Valcea.svg Vâlcea
Maire
Mandat
Mircia Gutău PD-L
2008
Code postal 240xxx
Indicatif téléphonique international +(40)
Démographie
Population 111 342 hab. (2007)
Densité 1 244 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 06′ 07″ N 24° 22′ 19″ E / 45.101944, 24.37194445° 06′ 07″ Nord 24° 22′ 19″ Est / 45.101944, 24.371944  
Superficie 8 952 ha = 89,52 km2
Divers
Cours d'eau l'Olt
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Roumanie (administrative)

Voir la carte administrative de Roumanie
City locator 14.svg
Râmnicu Vâlcea

Géolocalisation sur la carte : Roumanie (relief)

Voir la carte topographique de Roumanie
City locator 14.svg
Râmnicu Vâlcea
Liens
Site web www.primariavl.ro

Râmnicu Vâlcea est une ville roumaine. En 2011, elle est surnommée « hackerville », car plusieurs de ses citoyens s'adonnent au cybercrime[1],[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Râmnicu Vâlcea ou Rimni-Vilcea en français est une ville située au centre-sud de la Roumanie, dans le județ de Vâlcea, sur la rive droite de la rivière Olt. Elle est au confluent de l'Olt — qu'elle longe — et de son petit affluent : l'Olănești[3].

Elle dispose d'une position stratégique majeure : sur les contreforts collinéens des Carpates méridionales, elle est incontournable sur la E81 (La route nationale 7 appelée en Roumanie la DN7), route qui relie la capitale Bucarest à la ville de Sibiu. Cet axe principal du territoire roumain emprunte l'étroite vallée du cours moyen de l'Olt appelée « le defilé de la Tour rouge ». Râmnicu Vâlcea en est la porte sud.

À 185 kilomètres de Bucarest et 100 kilomètres de Sibiu, la ville abrite une population de 111 437 habitants selon le référendum du 1er juillet 2004.

Elle constitue une ville carrefour de moyenne importance dont l'activité urbaine repose essentiellement sur sa fonction administrative de chef-lieu de « département » et sur la présence du groupe industriel Oltchim. Elle est aussi proche de plusieurs stations de cure thermale dont les plus réputées sont celles de Călimănești-Căciulata et celles de Băile Govora.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il n'existe aucune source historique témoignant d'une occupation humaine sur le site de Râmnicu Vâlcea pendant les débuts de l'Antiquité[3].

Le site dace de Buridava le long de la Via Traianus semble constituer la première trace d'implantation humaine dans le secteur de Râmnicu Vâlcea. Dès la conquête de la Dacie par les romains en 105-106 apr. J.-C., Buridava constitue un castrum pour les troupes auxiliaires de l'empire.

La ville est citée pour la première fois le 4 septembre 1388.

La ville est considérée comme la capitale du cybercrime, elle est surnommée Hackerville[4].

Vie culturelle et sportive[modifier | modifier le code]

En 2007, l'équipe féminine de handball du C.S. Oltchim Vâlcea, Râmnicu Vâlcea a remporté la Coupe des vainqueurs de Coupe de handball féminin[5]. Également finaliste en 2010 de la ligue des champions, le club confirme ses ambitions en recrutant pour les saisons 2012-2013 et 2013-2014 la demi-centre de Metz et de l'équipe de France Allison Pineau, élue meilleure joueuse du monde en 2009 à seulement 20 ans et Amandine Leynaud, gardienne de Metz et de l'équipe de France.

Personnages en relation avec ce lieu[modifier | modifier le code]

Éclipse solaire du 11 août 1999[modifier | modifier le code]

Billet de 2 000 lei spécial, pour l'éclipse totale de Soleil de 1999, montrant la bande de l'éclipse au travers de la carte de la Roumanie.

Râmnicu Vâlcea (45° 06′ N 24° 18′ E / 45.1, 24.3) était sur le point maximum de la ligne de centralité du passage de l'ombre de l'éclipse solaire de 1999 à midi, le 11 août.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Yudhijit Bhattacharjee, « How a Remote Town in Romania Has Become Cybercrime Central », Wired,‎ 31 janvier 2011 (lire en ligne)
  2. Mirel Bran, « Les pirates roumains d'Hackerville tiennent tête aux polices du monde entier », Le Monde, no 20820,‎ 29 décembre 2011, p. 6 (ISSN 0395-2037, lire en ligne)
  3. a et b Site de la ville
  4. How a Remote Town in Romania Has Become Cybercrime Central
  5. (en) C.S. Oltchim Rm. Valcea
  6. Nominis : Saint Callinique de Cernica

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :