San (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir San.
San
(Sanok)
La rivière San.
La rivière San.
Caractéristiques
Longueur 433 km
Bassin 16 861 km2
Bassin collecteur Vistule
Débit moyen 125 m3/s
Cours
Confluence Vistule
Géographie
Pays traversés Drapeau de la Pologne Pologne

Le San (en ukrainien : Сян ; en allemand : Saan) est une rivière du sud-est de la Pologne et un affluent de la Vistule.

Géographie[modifier | modifier le code]

San près de Sobień, en Pologne

Avec une longueur de 433 km, c'est le sixième plus long cours d'eau de Pologne. Son bassin hydrographique couvre une surface de 16 861 km2, dont 14 390 km2 en Pologne. Le San prend sa source dans les Carpates, près du petit village de Sianky [1] - 49° 00′ 10″ N 22° 52′ 30″ E / 49.0028, 22.875. Pendant 55 km environ, il marque la frontière entre la Pologne et l'Ukraine.

Le San, le Wisłok, la Wisloka avec la Ropa, partant des contreforts les moins élevés des Carpates (de la base du col de Dukla) présentent une force motrice très inférieure, qu'on peut évaluer à 8,5 HP par km².

Étymologie[modifier | modifier le code]

En langue gauloise le mot "San" signifie "rivière"[1],[2],[3],[4]. Sur les cartes anciennes, on trouve les dénominations : 1097 Sanъ, reku Sanъ, k Sanovi, nad Sanomъ (1152), Sanu (1287), San (1339), Szan (1406), Sanok (1438), Saan (1439), Sayn (1445), San (1467), Szan (1517) ou Schan (1526).

Histoire[modifier | modifier le code]

San, rivière qui prend sa source le versant, septentrional des Carpates, en Galicie, l'extrémité S.O. du cercle de Sambor, sur la limite du comitat hongrois d'Unghvar, coule au N.N.E., en baignant Sanok (sur la rive opposée du San, les ruines d'un château du XIIIe siècle, sur le sommet d'une hauteur dont un abrupt s'élève de la rivière) et Dynów, où elle tourne à l'Est, jusqu'au-dessous de Przemyśl, qu'elle arrose, reprend alors sa première direction, passe à Jarosław, se grossit du Wisłok à gauche, et atteint ensuite la Pologne, où elle sépare la voïvodie de Lublin du cercle gallicien de Rzeszów jusqu'à son confluent avec la Vistule, dans laquelle elle se jette par la droite, après un cours très sinueux, d'environ 90 l., à 1 l.1/2 N.E. de Sandomir[5].

« Les Lechs (Lestko) s'emparèrent rapidement de tout le triangle situé entre le San et la Vistule; ils passèrent la Vistule, et, laissant à leur droite les grandes forêts qui formaient la frontière de la Polèsie, peu accessibles à la cavalerie, ils s'étendirent dans les plaines de la Grande-Pologne. […] D'abord, les princes ruthènes envahirent le pays polonais, ils se répandirent jusqu'au Bug et au San, chassèrent les garnisons des châteaux de la Chrobatie-Rouge, et ne pouvant conserver leurs conquêtes, ils emmenèrent avec eux, dans les steppes d'au-delà du Dniepr, une foule immense de captifs »

— Adam Mickiewicz, Les premiers siècles de l'histoire de la Pologne[6].

Pendant la « Campagne polonaise de septembre » (1939), lors de la Seconde Guerre mondiale, des forces polonaises ont tenté de tenir une ligne de défense le long du San le 6 septembre 1939, jusqu'à ce que les forces allemandes avancent leur tête de pont, le 12 septembre 1939.

Sur le versant septentrional extérieur[modifier | modifier le code]

Le Dniester-San. Les sources de ces deux cours d'eau sont séparées par une ramification qui quitte le faîte au Sud-Est de Lutowiska, se porte au Nord-Est vers Lviv, et va expirer au bord des plaines de la Pologne.

Ce rameau sépare en deux branches par le cours du Wisłok, qui se jette dans la San court principalement au Nord vers Łańcut et Kolbuszowa, et finit, à l'Ouest de cette dernière ville, par les plaines qui s'étendent jusqu'au confluent de la Wisloka et de la Vistule.

Principales villes traversées[modifier | modifier le code]

De l'amont vers l'aval, le San traverse les villes suivantes :

Principaux affluents[modifier | modifier le code]

Par ordre alphabétique :

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Akta Grodzkie i Ziemskie, Lwów 1868
  • prof. Adam Fastnacht: Osadnictwo Ziemi Sanockiej, 1946
  • prof. Adam Fastnacht - Slownik Historyczno-Geograficzny Ziemi Sanockiej w Sredniowieczu, Krakau 2002, (ISBN 83-88385-14-3)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Puisqu'il est impossible de les énumérer tous citons moins : Brda, Brenna, Bzoura, Drwęca, Mroga, Nida, Raba, San, etc. Bzoura selon Jan Rozwadowski correspond avec Brigulos, Drwęca aves Druentia, Durance, Nida avec Nidder, Raba avec Raab, San avec Sadne et Sein." [in:] Ethnologia Polona. Instytut Historii Kultury Materialnej (Polska Akademia Nauk). 1981. p. 49.
  2. "An adouci en san, eau, rivière; stach, sinueux, qui tourne. Allusion au cours sinueux de la Charente". op. cit. Antiq. de France. [in:] Revue des études historiques. Société des études historiques. 1835. p. 242.; Senne, nom propre de rivière. - Scène, ». Le lieu on l'on joue. — Seine, sf, sorte de «lot. 17. Cen», sm, impôt. — San, np Sen», sm, jugement […]". [in:] Dictionnaire de pédagogie et d'instruction primaire. Ferdinand Édouard Buisson. 1883. p. 980.
  3. "Le terme sawn « cleft, gully » est rapproché du breton san, saon s.f. « aqueduct, san-dour »." Études celtiques. Société d'Éditions "Les Belles Lettres", 1985 p. 337.
  4. "La racine san est à la base des patronymes : Sangnier, Sagne, Sagnolle, Lassassaigne et Delassassaigne dont un ancêtre a habité près d'un marais." [in:] Paul Bailly. Toponymie en Seine-et-Marne: noms de lieux. Éditions Amatteis, 1989. p. 77.
  5. Dictionnaire géographique universel. A.J. Kilian. 1831. p. 781
  6. Adam Mickiewicz, Władysław Józef Mickiewicz, Les premiers siècles de l'histoire de Pologne, par Adam Mickiewicz. Traduit du polonais par les fils de l'auteur sur le manuscrit inédit. Librairie du Luxembourg, 1868.