Pinus mugo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pinus mugo

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Rameau et cônes.

Classification
Règne Plantae
Division Pinophyta
Classe Pinopsida
Ordre Pinales
Famille Pinaceae
Sous-famille Pinoideae
Genre Pinus

Nom binominal

Pinus mugo
Turra, 1764

Classification phylogénétique

Ordre Pinales
Famille Pinaceae

Synonymes

  • Pinus montana (Miller, 1768)
  • Pinus mughus (Scopolino, 1772)
Description de l'image Image:Pinus mugo.PNG.

Répartition du complexe.

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Le Pin de montagne, Pin des montagnes, Pin mugho ou Pin mugo[1] (Pinus mugo Turra, syn. Pinus mughus Scopolino, Pinus montana Miller) est une espèce de Conifères du genre Pinus et de la famille des Pinaceae. Cette espèce renferme en réalité un complexe d’espèces agrégées regroupant entre autres Pinus mugo Turra et Pinus uncinata Ramond ex DC. et leurs intermédiaires. Endémique aux montagnes d’Europe, il pousse à l’étage subalpin des sierras espagnoles, des Pyrénées, des Alpes, du Jura, des Apennins, des Tatras, des Sudètes, des Carpates et des Balkans, mais peut descendre jusqu’à 200 mètres d’altitude en Europe Centrale (voir carte).


Description (pour Pinus mugo sensu stricto)[modifier | modifier le code]

Morphologie[modifier | modifier le code]

Feuillage.

Ce pin est un arbuste buissonnant ou prostré ne dépassant que rarement 3 mètres de hauteur[réf. nécessaire]. Son écorce est brun-gris foncé et son feuillage vert intense. Les jeunes rameaux sont verts, luisants et deviennent gris-noir avec l'âge.

Les feuilles sont des aiguilles disposées par deux, mesurant de 3 à 8 cm de long[réf. nécessaire], vert foncé, disposées densément tout autour du rameau. Elles sont persistantes et peuvent durer de 4 à 6 ans[réf. nécessaire].

Les cônes mâles sont jaune clair, denses, situés sur le rameau de l’année précédente ; les cônes femelles sont jaune-vert à rouge carmin. Ces derniers sont groupés par deux ou trois, insérés perpendiculairement au rameau et mesurent de 3 à 5 cm de long pour 2,5 cm de large[réf. nécessaire]. Le cône mature ouvert est ovoïde, symétrique, de couleur brun-orangé ; l'apophyse est losangique, pointue, l'écusson est gris, centré.

Aspect d'un peuplement dans les Tatras, Pologne.

Écologie[modifier | modifier le code]

Il forme des brousses denses à la limite supérieure des forêts, entre 1500 et 2 500 mètres d’altitude, ou en mélange avec Picea abies ou Larix decidua. Espèce héliophile, il est donc limité à des sols pauvres tels que des lapiaz ou parfois des tourbières, en bords de torrents.

Systématique[modifier | modifier le code]

Christensen (1987) reconnaît deux sous-espèces, Pinus mugo subsp. mugo et Pinus mugo subsp. uncinata, avec une forme intermédiaire, Pinus mugo nothosubsp. rotundata. Certains auteurs distinguent trois espèces différentes (Businsky, 1999) :

Pinus mugo Turra (1764) (décrit ci-dessus), absent de la péninsule Ibérique,

  • Pinus mughus Scopoli (1772),
  • Pinus montana Miller (1768),
  • Pinus mugo var.pumilio, (Haenke) Willk. est parfois décrit comme une forme distinguable par son port plus grand (3-5 m[réf. nécessaire]) et ses cônes à écailles déprimés aux écussons excentrés.
Pinus rotundata.

Pinus uncinata Ramond in Lamarck & De Candolle (1805) (pin à crochets) : Arbre de 15-25 mètres de haut[réf. nécessaire], différentiable par son port et ses cônes asymétriques, brun-jaunâtre luisants à écailles recourbées en crochets.

  • Pinus mugo var. rostrata (Antoine 1840) Hoopes, 1941,

Pinus rotundata Link (1827) (pin de tourbière) : Arbre ou arbuste de 5-20 mètres[réf. nécessaire] poussant uniquement sur sol tourbeux. Cette forme semble n’être pas « pure » et semble posséder des caractères résultants d’hybridations et d’introgressions passées entre Pinus uncinata et Pinus mugo, ainsi qu’avec Pinus sylvestris pour les populations d’Europe Centrale et de la partie Occidentale de l’aire[réf. nécessaire],

  • Pinus uliginosa Neumann ex Wimmer (1837).

Hybridations internes et externes au complexe[modifier | modifier le code]

Pinus xpseudopumilio.

Les trois espèces, génétiquement très proches, sont non seulement capables de s’hybrider et de s’introgresser entre elles, mais le peuvent également avec le pin sylvestre Pinus sylvestris, qui est considéré comme sympatrique au complexe des pins de montagnes. On distingue une forme intermédiaire entre Pinus mugo et Pinus uncinata, une seconde entre Pinus uncinata et Pinus rotundata et une troisième entre Pinus mugo et Pinus rotundata[réf. nécessaire].

Cône de Pinus uncinata.

Cette dernière forme, présente surtout en Bohème, est nommée par les auteurs Pinus xpseudopumilio (Willk.) Beck (1888), et forme de larges peuplements sur les tourbières d’Europe Centrale.

On distingue quatre formes d’hybrides avec le pin sylvestre, dénommées généralement sous le nom de Pinus xrhaetica Brügger (1864). La première, présente surtout en Europe Centrale, est nommée Pinus xcelakovskiorum Ascherson & Graebner (1897) (mugo × sylvestris), la seconde est nommée Pinus xdigenea Beck (1888) (rotundata × sylvestris), l’hybride entre Pinus uncinata et Pinus sylvestris est désigné comme Pinus xbougeti (Flous) Gaussen (1960), mais n’a pas été décrit dans une publication valide, on signale également des intermédiaires entre Pinus xpseudopumilio et Pinus sylvestris.

Pinus xmugodermis Fuk. (Pinus mugo × Pinus heldreichii var. leucodermis) et Pinus xwettsteinii Richter (Pinus mugo × Pinus nigra) ont déjà été signalés.


Utilisations[modifier | modifier le code]

Aspect d'un peuplement de Pinus mugo.
Feuillage et cône de Pinus mugo.

L’espèce Pinus mugo est largement utilisée en horticulture, il existe une dizaine de cultivars. Elle est utilisée pour certains reboisements (ex : dunes) ou pour faire une transition pour d’autres essences. Le pin à crochets est exploité pour son bois surtout dans les Pyrénées, bois qui serait plus intéressant s’il n’était pas aussi noueux.

Un certain nombre de cultivars ont été sélectionnés pour l'horticulture des jardins et des parcs d'ornement. Les cultivars P. mugo 'Mops'[2] et 'Pumilio' [3] ont remporté plusieurs prix, dont l'Award of Garden Merit de la Royal Horticultural Society.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Référence Tela Botanica (France métro) : Pinus mugo Turra, 1764 (fr)
  2. (en) Pinus mugo ' Mops' (Plants selector)
  3. (en) Pinus mugo 'Pumilio' (Plants selector)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :