Langues finno-ougriennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Langues finno-ougriennes
Région Hongrie, Pays baltes, Scandinavie, Finlande, Russie
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-2 fiu
ISO 639-5 fiu
IETF fiu
Distribution des langues fenniques, ougriennes, samoyèdes, et youkaguire.
Carte des langues parlées dans l'ouest de l'actuelle Russie vers l'an mil.

Les langues finno-ougriennes sont parlées en Europe, sur une vaste aire géographique qui va de la mer Baltique et du nord de la Scandinavie jusqu'à l'Oural et au Don. Le nombre total de locuteurs de ces langues est estimé à 25 millions de personnes. Toutefois, le nombre de locuteurs varie très fortement selon les langues, allant de 14 millions pour le hongrois jusqu'à quelques locuteurs isolés pour le live. Un certain nombre de langues finno-ougriennes ont disparu au cours du XXe siècle et plusieurs autres sont menacées d'extinction.

Les langues finno-ougriennes ne font pas partie de la famille des langues indo-européennes.

Les langues finno-ougriennes étaient autrefois considérées comme l'une des deux grandes branches de la famille des langues ouraliennes, l'autre branche étant celle des langues samoyèdes. Cette dichotomie a été fortement remise en question ces dernières années, la branche samoyède étant désormais placée par certains au même niveau de ramification que les autres sous-familles. Avec l'effacement de cette dichotomie, le sens du terme « finno-ougrien » s'est élargi et le mot est de plus en plus souvent utilisé pour désigner l'ensemble de la famille, y compris les langues samoyèdes. Depuis leur création dans les années 1960, les congrès mondiaux rassemblant tous les cinq ans les spécialistes des langues ouraliennes ont pour nom officiel « Congrès mondial des finno-ougristes ».

Selon la théorie la plus communément admise par les spécialistes, les langues finno-ougriennes (ou ouraliennes) sont issues d'une langue mère commune, le proto-ouralien (en), qui aurait été parlée il y a au moins 6 000 ans. L'une des grandes tâches de la linguistique finno-ougrienne a été pendant longtemps de reconstituer cette protolangue et les diverses étapes de son évolution qui ont donné naissance aux langues actuelles. Les finno-ougristes ont également tenté de déterminer, en croisant différentes approches (linguistique, archéologie, paléobotanique, génétique des populations), le territoire où résidaient les locuteurs de cette protolangue.

Cette théorie de la protolangue est contestée depuis la fin des années 1980 par quelques linguistes (Ago Künnap, Kalevi Wiik (en), János Pusztay), qui ont tenté de la remplacer par l'idée que les langues finno-ougriennes actuelles seraient issues d'une ancienne lingua franca.

Morphologie[modifier | modifier le code]

La plupart des langues finno-ougriennes sont agglutinantes et recourent aux suffixes plutôt qu'aux prépositions. Elles sont généralement dépourvues de genre. Les adjectifs et pronoms possessifs sont rarement employés et la possession est exprimée au moyen des déclinaisons. Les langues qui ont évolué vers une forme flexionnelle emploient le génitif du pronom personnel, d'autres utilisent un suffixe pronominal, parfois combiné au génitif d'un pronom.

Vocabulaire commun[modifier | modifier le code]

Les nombres[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous indique les noms des nombres de 1 à 10 dans les principales langues finno-ougriennes et leur reconstitution en proto-finno-ougrien.

Nombre Finnois Estonien Võro Live Same du nord Same d'Inari Erzya Mari des prairies Mokcha Mansi Hongrois Proto-F.-Ougrien
1 yksi üks ütś ikš okta ohta vejke ikte fkä akva egy *ykte
2 kaksi kaks katś kakš guokte kyeh´ti kavto kokət kaftə kityg kettő *kakte
3 kolme kolm kolm kuolm golbma kulma kolmo kumət kolmə hurum három, harm- *kolme
4 neljä neli nelli nēļa njeallje nelji ńiľe nələt nilä nila négy *neljä
5 viisi viis viiś vīž vihtta vitta veƭe wizət vetä at öt *vitte
6 kuusi kuus kuuś kūž guhtta kutta koto kuδət kotə hot hat *kutte
7 seitsemän seitse säidse seis čieža čiččam śiśem šəmət sisäm sat hét N/A
8 kahdeksan kaheksa katõsa kōdõks gávcci käävci kavkso kandaš(e) kafksə ńololov nyolc N/A
9 yhdeksän üheksa ütesä īdõks ovcci oovce vejkse indeš(e) veJksə ontolov kilenc N/A
10 kymmenen kümme kümme kim logi love kemeń lu keməń lov tíz N/A

Une reconstruction possible pour les nombres 8 et 9 est *kak+teksa, soit « dix moins deux » et *yk+teksa « dix moins un », où *teksa (cf. deka) serait un emprunt indo-européen ; la différence entre /t/ et /d/ n'est pas phonémique, contrairement à l'indo-européen.

Classification[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]