Bram Stoker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stoker.

Bram Stoker

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Bram Stoker ca. 1906.

Nom de naissance Abraham Stoker
Activités Écrivain
Naissance 8 novembre 1847
Clontarf, Dublin, Irlande, Royaume-Uni
Décès 20 avril 1912 (à 64 ans)
Londres, Angleterre, Royaume-Uni
Langue d'écriture Anglais
Genres Fantastique, roman gothique, horreur

Œuvres principales

Dracula

Signature

Signature de Bram Stoker

Abraham Stoker dit Bram Stoker, né le 8 novembre 1847 à Clontarf (un quartier nord de Dublin) et mort à Londres le 20 avril 1912, est un écrivain britannique d'origine irlandaise, auteur de nombreux romans et de nouvelles, qui a connu la célébrité grâce à son ouvrage intitulé Dracula.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père était Abraham Stoker (1799-1876) et sa mère, la féministe Charlotte Matilda Thornley (1818-1901). Bram est le troisième d'une famille de 7 enfants. Enfant maladif jusqu'à l'âge de 13 ans, il écoute lors de sa longue convalescence, racontés par sa mère, la Bible, les légendes irlandaises, ou encore le récit de l'épidémie de choléra du début du XIXe siècle, à laquelle la famille de sa mère avait échappé. Ces récits le marqueront toute sa vie.

En 1863, il intègre le Trinity College (Dublin) pour suivre les traces de son père : il obtient son diplôme en sciences et mathématiques en 1870.

En 1867, il assiste à une représentation d'Henry Irving au Théâtre royal de Dublin (en). Bram Stoker entame une correspondance avec l'écrivain américain Walt Whitman.

En 1871 paraît son premier article, dans la rubrique théâtrale du Dublin Mail. Ces articles signés, écrits en marge de sa profession de fonctionnaire, l'amènent à fréquenter la société culturelle londonienne. Cette même année paraît Carmilla de l'écrivain irlandais Sheridan Le Fanu, roman vivement apprécié par Stoker. En 1872 est publié le premier récit de Stoker, La Coupe de cristal, dans la revue London Society.

En 1875, il publie son premier roman The Chain of Destiny. En 1876, il se lie d'amitié avec Henry Irving, un acteur influent. Cette amitié les mène au Lyceum Theatre de Londres, duquel Stoker est nommé administrateur. Il prend alors sa place dans la société culturelle britannique. En 1876, son père meurt ; Stoker adopte définitivement le surnom de Bram. Il épouse une ancienne voisine d'enfance, Florence Balcombe, en 1878. Leur fils Noel Thornley naît en 1879. En 1881 paraît Under the Sunset, recueil de contes pour enfants.

Le Lyceum Theatre est en tournée aux États-Unis en 1883. Stoker y rencontre Walt Whitman. Une seconde tournée a lieu en 1886, année où Stoker fait paraître un essai sur les États-Unis, A Glimpse of America. À Londres, il assiste à une conférence de Charcot sur l'hypnotisme. En 1890 il rencontre Arminius Vambery, orientaliste et spécialiste des légendes de l'Europe de l'Est et Richard Francis Burton. Il commence des recherches au British Museum en vue d'écrire Dracula et fait paraître The Snake's Pass. En 1895 paraît son troisième roman, The Shoulder of Shasta, suivi de Dracula en 1897.

En 1902 paraît The Mystery of the Sea. Le Lyceum Theatre ferme ses portes. The Jewel of the Seven Stars est publié en 1903, puis le roman The Man en 1905.

Henry Irving meurt en 1905. L'année suivante, Stoker fait paraître un recueil de souvenirs sur l'acteur, Personnal Reminiscenses of Henry Irving. Suivent en 1909 Snowbound, recueil de nouvelles inspirées des tournées du Lyceum Theatre aux États-Unis, et un roman fantastique, The Lady of the Shroud. En 1911, il publie The Lair of the White Worm (Le Repaire du ver blanc) [Note 1].

Bram Stoker meurt le 20 avril 1912, à son domicile londonien, 32 St. Brake's Avenue.

Œuvre[modifier | modifier le code]

La nouvelle L'Homme de Shorrox est rédigée par Bram Stoker en 1893 à Cruden Bay, village d'Écosse où il est en vacances avec sa famille. Il y exploite le thème de « l'homme venu d'ailleurs », dont l'irruption perturbe le monde dans lequel se déroule le récit. Ce thème se retrouve dans d'autres œuvres de Stoker, comme The Snake's Pass ou L'Invité de Dracula. L'Homme de Shorrox, l'une des rares nouvelles de Stoker dont l'histoire se déroule en Irlande, est publiée en février 1894 par The Pall Mall Magazine (en). Le portrait de bourgeois ridicule que Stoker fait d'un Anglais représentant d'une firme de textile, Shorrox, peut être compris comme une satire de la politique de l'Angleterre envers l'Irlande. Le développement de l'histoire rattache cependant aussi la nouvelle au genre du fantastique[1].

La nouvelle La Palissade rouge paraît en 1894 dans la revue américaine Cosmopolitan Magazine. Elle se rattache au genre du roman d'aventure et témoigne du soin de Bram Stoker pour se documenter, sur les heures des marées ou la topographie par exemple, soin que l'on retrouve dans son roman Dracula[2].

Dracula[modifier | modifier le code]

Urne de Bram Stoker et de son fils au crématorium de Golders Green.

Dracula, l'œuvre majeure de Bram Stoker, paraît en 1897. Il travaille dix ans sur Dracula, ayant pris connaissance de l’histoire de Vlad Tepes, grâce à l’orientaliste hongrois Ármin Vámbéry, membre de la Royal Geographical Society. Alors que Stoker se projette dans le personnage du clerc Jonathan Harker, il s'est grandement inspiré de l'acteur et directeur du Lyceum Theater de Londres Henry Irving pour le personnage du Comte Dracula[3].

Stoker se révèle très perfectionniste, et son ouvrage s’apparente autant à un roman qu’à une étude ethnologique, historique, géographique ou folklorique : il décrit de manière précise la Transylvanie sans jamais y être allé en se documentant dans des bibliothèques. Cette œuvre ne connut pas de succès immédiat et il fallut attendre la mort de l'auteur pour que le nom de « Dracula » accède à la postérité grâce au dramaturge Hamilton Deane (en) qui obtient de la veuve de Stoker les droits de l'œuvre.

Bram Stoker, en créant le personnage littéraire de Dracula, suit la lignée des auteurs dits gothiques, tels que Mary Shelley et Sheridan Le Fanu. Toutefois son œuvre s'inscrit dans un style néogothique, qui regroupe des œuvres contemporaines des siennes telles que L'Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde (1886) de Robert Louis Stevenson ou Le Portrait de Dorian Gray (1890) d'Oscar Wilde. Dracula est cependant le seul à respecter rigoureusement les codes du genre gothique et à s'en affranchir. Dracula est également marqué par le contexte historique avec la fin de l'époque victorienne qui voit sa dignité et sa prestance ébranlées. Les meurtres des prostituées commis par Jack l'Éventreur s'inscrivent également dans un climat de terreur et de tabous de la Grande-Bretagne de la fin du XIXe siècle. Ce contexte s'avère donc propice à la remise en question des codes établis par la littérature. En ce sens, Stoker peut être considéré comme un écrivain moderne.

Bram Stoker se serait largement inspiré d'un roman de Marie Nizet, intitulé Le Capitaine Vampire[4], le vampire littéraire naissant au milieu du XVIIIe siècle dans une Europe ravagée par les pestes, fièvres jaunes et choléras[3]. Mais même s'il y a eu plagiat, c'est bien la plume de Stoker qui permit à Dracula de devenir le vampire par excellence.

Cette œuvre a connu maintes adaptations au cinéma (voir article « Dracula (films) »). En 2009, l'arrière-petit-neveu de Bram Stoker, Dacre Stoker, a coécrit la suite de Dracula intitulée Dracula l'Immortel. Bram Stoker y apparaît en tant qu'administrateur du Lyceum Theatre.

Liste des œuvres[modifier | modifier le code]

Première édition de Dracula, 1897

Romans[modifier | modifier le code]

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Under the Sunset (Au-delà du crépuscule) (1881)
    • Under the Sunset
    • The Rose Prince
    • The Invisible Giant (Le géant invisible)
    • The Shadow Builder
    • How 7 Went Mad
    • Lies and Lilies
    • The Castle of the King
    • The Wondrous Child
  • Dracula's Guest (L'Invité de Dracula) (1914) (publié après son décès par Florence Stoker)
    • Dracula's Guest (version alternative du premier chapitre de Dracula)
    • The Judge's House
    • The Gipsy Prophecy
    • The Coming of Abel Behenna
    • The Burial of the Rats
    • A Dream of Red Hands
    • Crooken Sands
    • The Secret of the Growing Gold

Autres nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Bridal of Dead (qui est une fin alternative de The Jewel of Seven Stars)
  • Buried Treasures
  • The Chain of Destiny
  • La Coupe de cristal (The Crystal Cup, 1872)
  • The Dualitists; or, The Death Doom of the Double Born
  • The Fate of Fenella
  • The Gombeen Man
  • In the Valley of the Shadow
  • L'Homme de Shorrox (The Man from Shorrox, 1894)
  • Midnight Tales
  • The Red Stockade
  • The Seer

Essais[modifier | modifier le code]

  • The Duties of Clerks of Petty Sessions in Ireland (1879)
  • A Glimpse of America (1886)
  • Famous Impostors (1910)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. The Lair of the White Worm (Le Repaire du ver blanc) connait un succès considérable mais bien moins important que celui de Dracula.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Pozzuoli, « Face à la peur », dans Bram Stoker, L'Homme de Shorrox,, Éditions Mille et une nuits, 2001, pp. 83-86.
  2. Alain Pozzuoli, « Face à la peur », dans Bram Stoker, L'Homme de Shorrox,, p. 89.
  3. a et b Alain Pozzuoli, Bram Stoker - Dans l'ombre de Dracula, Decitre,‎ 2012, 314 p. (ISBN 978-2-35593-207-6)
  4. Matei Cazacu, Dracula, Tallandier,‎ 2004, 632 p. (ISBN 2847341439)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :