Dadonville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dadonville
Dadonville
Le château de Denainvilliers.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loiret
Arrondissement Pithiviers
Canton Pithiviers
Intercommunalité Communauté de communes du Pithiverais
Maire
Mandat
Marc Petetin
2014-2020
Code postal 45300
Code commune 45119
Démographie
Gentilé Dadonvillois[1]
Population
municipale
2 434 hab. (2016 en augmentation de 3,14 % par rapport à 2011)
Densité 134 hab./km2
Population
aire urbaine
16 811 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 08′ 35″ nord, 2° 15′ 11″ est
Altitude Min. 96 m
Max. 125 m
Superficie 18,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
Dadonville

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Dadonville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dadonville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dadonville

Dadonville est une commune française située dans le département du Loiret, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Dadonville et des communes limitrophes.

La commune de Dadonville se trouve dans le quadrant nord du département du Loiret, dans la région agricole de la Beauce riche[2] et l'aire urbaine de Pithiviers[3]. À vol d'oiseau, elle se situe à 39,2 km d'Orléans[4], préfecture du département, à 2,1 km de Pithiviers[5], sous-préfecture, et à 2,1 km de Pithiviers, ancien chef-lieu du canton dont dépendait la commune avant mars 2015. La commune fait partie du bassin de vie de Pithiviers[3].

Les communes les plus proches sont : Bondaroy (2 km), Pithiviers (2,1 km), Ascoux (3,8 km), Yèvre-la-Ville (4,2 km), Pithiviers-le-Vieil (4,6 km), Estouy (5 km), Laas (6 km), Bouzonville-aux-Bois (6,8 km), Escrennes (7 km) et Marsainvilliers (7 km)[6].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique de Dadonville.

La commune est traversée par l'Essonne (0,579 km). Le réseau hydrographique communal, d'une longueur totale de 1,95 km, comprend également divers petits cours d'eau dont un bras de l'Essonne (0,514 km) et Vallée de Solvin (0,854 km)[7].

L'Essonne, d'une longueur totale de 97,1 km, prend sa source dans la commune de Chilleurs-aux-Bois et se jette dans la Seine à Corbeil-Essonnes, après avoir traversé 44 communes[8]. Sur le plan piscicole, l'Essonne est classée en deuxième catégorie piscicole. L'espèce biologique dominante est constituée essentiellement de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche)[9].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Zones nationales d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Le territoire communal de Dadonville ne comprend pas de ZNIEFF[10].

Zone Natura 2000[modifier | modifier le code]

La commune de Dadonville est intégrée depuis 2004 au réseau Natura 2000. Le site « Vallée de l'Essonne et vallons voisins », qui concerne 19 communes du Loiret, est en effet déclaré site d'importance communautaire (SIC) au titre de la directive directive habitats (92/43/CEE)[11] le 7 décembre 2004 puis zone spéciale de conservation (ZSC) le 29 novembre 2011[12],[13].

Le site, très éclaté, se compose d’une multitude d’îlots plus ou moins isolés, qui se répartissent sur une surface de plus de 60 000 hectares, entre la vallée de la Juine à l’ouest et la vallée de l’Essonne à l’est, dans la petite région naturelle du Pithiverais. Le site lui-même ne couvre qu’une surface de 969 hectares[14]. Il s’agit d’un ensemble formé par les coteaux et les vallées qui constituent l’entité la plus étendue et la plus remarquable du Loiret au titre de la flore calcicole. On recense plusieurs espèces végétales en limite de leur aire de répartition (cardoncelle douce, baguenaudier). Les fonds de vallée de la ZSC renferment plusieurs vastes mégaphorbiaies et stations marécageuses[15]. Outre les espèces thermophiles des pelouses, sont intégrées au site des espèces est-européennes également en limite d’aire de répartition comme l’inule hérissée et les pétasites. De manière complémentaire dans l’intérêt floristique, un très important cortège mycologique, lichenique et entomologique a été identifié[15].

Selon le FSD (Formulaire Standard des Données), le site Natura 2000 est occupé par une diversité d’habitats inscrits a l’annexe 1, dont on retiendra tout particulièrement les pelouses sèches seminaturelles et faciès d’embroussaillement sur calcaire[15]. La présence de populations d'espèces d'insectes inscrites à l’annexe II de la directive 92/43/CEE comme le lucane cerf-volant (Lucanus cervus) ou l'écaille chinée (Euplagia quadripunctaria) et de poissons comme le chabot commun (Cottus gobio), la bouvière (Rhodeus amarus ) ou la lamproie de Planer (Lampetra planeri) caractérisent le site[15].

Le secteur de Dadonville comprend plusieurs noyaux du site Natura 2000 situés dans la vallée de l'Essonne, aux abords de la vallée de Solvin, où sont présents des éléments de forêt à aulne glutineux et frêne[16],[17].

Histoire[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier principal de la commune de Dadonville (avec indication du trafic routier 2014).

Infrastructures routières[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par cinq routes départementales : la RD 928, la RD 2152, la RD 950, la RD 921 et la RD 123.

La RD 928 (7 937 véhicules/jour) constitue la déviation sud de Pithiviers et supporte 7 937 véhicules/jour[18].

La RD 2152, qui constitue une limite séparative avec la commune de Pithiviers-le-Vieil, correspond à l'ancienne route nationale 152. À sa création, en 1824, la RN 152 succède à la Route impériale 172 et relie Briare à Angers par la rive droite de la Loire[19]. La route est déclassée en 1972 en RD 952 entre Briare et Châteauneuf-sur-Loire et, en contrepartie, elle récupère l'ancienne section de la RN 51 entre Orléans et Fontainebleau[20]. En 2014, elle supporte un trafic de 6 183 véhicules/jour[18].

La RD 921, qui constitue l'artère principale du bourg, est l'ancienne route nationale 721, qui reliait avant 1973 Étampes (RN20), Pithiviers, Jargeau et La Ferté-Saint-Aubin (RN20). Elle a été transférée au département du Loiret par arrêté du 22 décembre 2012[20]. En 2014, elle supporte un trafic de 6 152 véhicules/jour[18].

La RD 950 est l'ancienne RN 450 qui, créée en 1933, reliait Pithiviers à Avallon[21]. Elle a également été transférée au département du Loiret en 2012[20]. En 2014, elle supporte un trafic de 6 142 véhicules/jour[18].

La RD 123 (1 242 véhicules/jour) relie quant à elle la commune à Boësses.

Complétant ces voies, la commune est sillonnée de plusieurs voies communales et chemins ruraux desservant ses fermes et hameaux et les bourgs environnants.

Transports en commun routiers[modifier | modifier le code]

En 2016, Dadonville est desservie par la ligne régulière no 11 du réseau d'autocars interurbains Ulys qui relie Pithiviers à Montargis[22]. Cette ligne propose un nombre de dessertes variable en fonction des jours ouvrables de la semaine[23]. Des correspondances SNCF avec le Transilien et le réseau Amelys sont assurées à la gare de Montargis. À compter du , la compétence des services de transports routiers interurbains, réguliers et à la demande est transférée des départements aux régions, et donc localement du département du Loiret à la région Centre-Val de Loire, consécutivement à la loi NOTRe du 7 août 2015[24].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune de Dadonville est vulnérable à différents aléas naturels : climatiques (hiver exceptionnel ou canicule), mouvements de terrains ou sismique (sismicité très faible). Elle est également exposée à un risque technologique : le risque de transport de matières dangereuses [25]. Entre 1989 et 2019, deux arrêtés ministériels ayant porté reconnaissance de catastrophe naturelle ont été pris pour le territoire de la commune pour des inondations et coulées de boues[26].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune peut être concerné par un risque d'effondrement de cavités souterraines non connues. Une cartographie départementale de l'inventaire des cavités souterraines et des désordres de surface a été réalisée. Il a été recensé sur la commune plusieurs effondrements de cavités[27].

Par ailleurs le sol du territoire communal peut être faire l'objet de mouvements de terrain liés à la sécheresse. Le phénomène de retrait-gonflement des argiles est la conséquence d'un changement d'humidité des sols argileux. Les argiles sont capables de fixer l'eau disponible mais aussi de la perdre en se rétractant en cas de sécheresse[28]. Ce phénomène peut provoquer des dégâts très importants sur les constructions (fissures, déformations des ouvertures) pouvant rendre inhabitables certains locaux. Celui-ci a particulièrement affecté le Loiret après la canicule de l'été 2003. Une grande partie du territoire de la commune est soumise à un aléa « moyen » face à ce risque, selon l'échelle définie par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM)[29].

Depuis le , la France dispose d’un nouveau zonage sismique divisant le territoire national en cinq zones de sismicité croissante [30]. La commune, à l’instar de l’ensemble du département, est concernée par un risque très faible[26].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est exposée au risque de transport de matières dangereuses, en raison du passage sur son territoire d'itinéraires structurants supportant un fort trafic (les routes départementales D2152et D950)[25],[31].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Bloc communal : Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La paroisse de Dadonville acquiert le statut de municipalité avec le décret du de l'Assemblée Nationale[32] puis celui de « commune », au sens de l'administration territoriale actuelle, par le décret de la Convention nationale du 10 brumaire an II ()[33]. Il faut toutefois attendre la loi du sur l'organisation municipale pour qu'un régime juridique uniforme soit défini pour toutes les communes de France, point de départ de l’affirmation progressive des communes face au pouvoir central[34].

Aucun événement de restructuration majeure du territoire, de type suppression, cession ou réception de territoire, n'a affecté la commune depuis sa création[35].

Localisation de la commune de Dadonville dans la communauté de communes du Pithiverais.

La commune est membre de la communauté de communes Le Cœur du Pithiverais depuis sa création le [36] jusqu'au , date à partir de laquelle elle fait partie de la communauté de communes du Pithiverais.

La loi du portant nouvelle organisation territoriale de la République (dite loi NOTRe), visant une réduction du nombre d'intercommunalités en France, fait en effet passer le seuil démographique minimal de 5 000 à 15 000 habitants, sauf exceptions, et a un impact sur les périmètres des différentes intercommunalités. Le schéma départemental de coopération intercommunale du Loiret est arrêté sur ces bases le et le nombre d'établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre passe dans le département du Loiret de 28 (2 communautés d'agglomération et 26 communautés de communes) à 16 (deux communautés d'agglomération et 14 communautés de communes dont une interdépartementale)[37]. Les communautés de communes de Beauce et du Gâtinais, du Cœur du Pithiverais et du Plateau Beauceron fusionnent ainsi à compter du en une seule entité : la communauté de communes du Pithiverais, dont le siège est à Pithiviers. Cette nouvelle intercommunalité comprend 31 communes dont Dadonville[38].

Circonscriptions de rattachement[modifier | modifier le code]

La loi du divise le pays en 83 départements découpés chacun en six à neuf districts eux-mêmes découpés en cantons regroupant des communes. Les districts, tout comme les départements, sont le siège d’une administration d’État et constituent à ce titre des circonscriptions administratives. La commune de Dadonville est alors incluse dans le canton de Pithiviers, le district de Pithiviers et le département du Loiret[39].

La recherche d'un équilibre entre la volonté d'organiser une administration dont les cadres permettent l'exécution et le contrôle des lois d'une part, et la volonté d'accorder une certaine autonomie aux collectivités de base (paroisses, bourgs, villes) d'autre part, s’étale de 1789 à 1838[40]. Les découpages territoriaux évoluent ensuite au gré des réformes visant à décentraliser ou recentraliser l'action de l'État. La régionalisation fonctionnelle des services de l'État (1945-1971) aboutit à la création de régions[41]. L'acte I de la décentralisation de 1982-1983 constitue une étape importante en donnant l'autonomie aux collectivités territoriales, régions, départements et communes[42]. L'acte II intervient en 2003-2006[43], puis l'acte III en 2012-2015.

Le tableau suivant présente les rattachements, au niveau infra-départemental, de la commune de Dadonville aux différentes circonscriptions administratives et électorales ainsi que l'historique de l'évolution de leurs territoires.

Circonscription Nom Période Type Évolution du découpage territorial
District Pithiviers 1790-1795 Administrative La commune est rattachée au district de Pithiviers de 1790 à 1795[35],[39]. La Constitution du 5 fructidor an III, appliquée à partir de vendémiaire an IV (1795) supprime les districts, rouages administratifs liés à la Terreur, mais maintient les cantons qui acquièrent dès lors plus d'importance[44].
Canton Pithiviers 1790-1801 Administrative et électorale Le 10 février 1790, la municipalité de Dadonville est rattachée au canton de Pithiviers[45],[35]. Les cantons sont supprimés, en tant que découpage administratif, par une loi du 26 juin 1793, et ne conservent qu'un rôle électoral[44]. Ils permettent l’élection des électeurs du second degré chargés de désigner les députés[46]. Les cantons acquièrent une fonction administrative avec la disparition des districts en 1795.
Pithiviers 1801-2015 Sous le Consulat, un redécoupage territorial visant à réduire le nombre de justices de paix ramène le nombre de cantons dans le Loiret de 59 à 31[47]. Dadonville est alors rattachée par arrêté du 9 vendémiaire an X (30 septembre 1801) au canton de Pithiviers, sous le nom de tée[48],[35].
Pithiviers 2015- Électorale La loi du [49] et ses décrets d'application publiés en février et [50] introduisent un nouveau découpage territorial pour les élections départementales. La commune est alors rattachée au nouveau canton de Pithiviers[50]. Depuis cette réforme, plus aucun service de l'État n'exerce sa compétence sur un territoire s'appuyant sur le nouveau découpage cantonal. Le canton a disparu en tant que circonscription administrative de l'État ; il est désormais uniquement une circonscription électorale dédiée à l'élection d'un binôme de conseillers départementaux siégeant au conseil départemental[51].
Arrondissement Pithiviers 1801-1926 Administrative La commune est rattachée à l'arrondissement de Pithiviers par arrêté du 9 vendémiaire an X (30 septembre 1801)[35],[48]. La commune n'apparaît formellement pas dans l'arrêté en question, mais figure dans la Nouvelle géographie de la France ou Géographie de la France d'après a division actuelle de son territoire de 1802. Elle fait ainsi partie des 293 communes omises au niveau national dans cet arrêté et la seule pour le département du Loiret[52].
Orléans 1926-1942 Sous la Troisième République, en raison d'un endettement considérable et de l'effort nécessaire pour la reconstruction post-Première Guerre mondiale, la France traverse une crise financière. Pour réduire les dépenses de l’État, Raymond Poincaré fait voter plusieurs décrets-lois réformant en profondeur l’administration française : 106 arrondissements sont ainsi supprimés, dont ceux de Gien et de Pithiviers dans le Loiret par décret du 10 septembre 1926[53]. Dadonville est ainsi transférée de l'arrondissement de Pithiviers à celui d'Orléans[54],[55].
Pithiviers 1942- La loi du 1er juin 1942 rétablit l'arrondissement de Pithiviers[55]. Dadonville est alors rattachée à l'arrondissement de Pithiviers[56].
Circonscription législative 5e circonscription 2010- Électorale Lors du découpage législatif de 1986, le nombre de circonscriptions législatives passe dans le Loiret de 4 à 5. Un nouveau redécoupage intervient en 2010 avec la loi du . En attribuant un siège de député « par tranche » de 125 000 habitants, le nombre de circonscriptions par département varie désormais de 1 à 21[57],[58]. Dans le Loiret, le nombre de circonscriptions passe de cinq à six[59]. La réforme n'affecte pas Dadonville qui reste rattachée à la cinquième circonscription[60].

Collectivités de rattachement[modifier | modifier le code]

La commune de Dadonville est rattachée au département du Loiret et à la région Centre-Val de Loire[56], à la fois circonscriptions administratives de l'État et collectivités territoriales.

Politique et administration municipales[modifier | modifier le code]

Conseil municipal et maire[modifier | modifier le code]

Depuis les élections municipales de 2014, le conseil municipal de Dadonville, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[61], pour un mandat de six ans renouvelable[62]. Il est composé de 19 membres[63]. L'exécutif communal est constitué par le maire, élu par le conseil municipal, parmi ses membres, pour un mandat de six ans, c'est-à-dire pour la durée du mandat du conseil. Marc Petetin est maire depuis 2011.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 juin 2011 Claude Laurent PS Conseiller général (1998-2004)
juin 2011 En cours Marc Petetin DVG  

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Gestion des déchets[modifier | modifier le code]

En 2016, la commune est membre du SITOMAP de la région Pithiviers, créé en 1968. Celui-ci assure la collecte et le traitement des ordures ménagères résiduelles[Note 1], des emballages ménagers recyclables et des encombrants en porte à porte et du verre en points d’apport volontaire[64]. Un réseau de huit déchèteries accueille les encombrants et autres déchets spécifiques (déchets verts, déchets dangereux, gravats, ferraille, cartons…). La déchèterie la plus proche de la commune est située sur la commune de Pithiviers[65]. L'élimination et la valorisation énergétique des déchets ménagers et de ceux issus de la collecte sélective sont effectuées dans l'outil de traitement appelé BEGEVAL[66], installé à Pithiviers et géré par le syndicat de traitement Beauce Gâtinais Valorisation (BGV) qui regroupe le territoire des trois syndicats de collecte : SMETOM, SITOMAP et SIRTOMRA. Cet outil est composé d’un centre de valorisation matière qui trie les emballages issus de la collecte sélective, les journaux-magazines et les cartons de déchèteries, et d’un centre de valorisation énergétique qui incinère les ordures ménagères résiduelles et le tout-venant incinérable des déchèteries ainsi que les refus du centre de tri[67].

Depuis le , la « gestion des déchets ménagers » ne fait plus partie des compétences de la commune mais est une compétence obligatoire de la communauté de communes du Pithiverais en application de la loi NOTRe du [68].

Production et distribution d'eau[modifier | modifier le code]

Le service public d’eau potable est une compétence obligatoire des communes depuis l’adoption de la loi du 30 décembre 2006 sur l’eau et les milieux aquatiques[69]. Au , la production et la distribution de l'eau potable sur le territoire communal sont assurées par le syndicat intercommunal d'alimentation en eau potable de Dadonville - Ascoux, un syndicat créé en 1925 desservant trois communes (Ascoux, Dadonville, Douchy-Montcorbon)[70],[71],[72]. La loi NOTRe du 7 août 2015 prévoit que le transfert des compétences « eau et assainissement » vers les communautés de communes sera obligatoire à compter du . Le transfert d’une compétence entraîne de facto la mise à disposition gratuite de plein droit des biens, équipements et services publics utilisés, à la date du transfert, pour l'exercice de ces compétences et la substitution de la communauté dans les droits et obligations des communes[73],[74].

Assainissement[modifier | modifier le code]

La compétence assainissement, qui recouvre obligatoirement la collecte, le transport et l’épuration des eaux usées, l’élimination des boues produites, ainsi que le contrôle des raccordements aux réseaux publics de collecte[75], est assurée par la commune elle-même[76]. La commune est raccordée à la station d'épuration située sur le territoire de la commune de Pithiviers, mise en service le et dont la capacité nominale de traitement est de 35 000 EH, soit 2 900 m3/jour. Cet équipement utilise un procédé d'épuration biologique dit « à boues activées »[77],[78].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[79]. La Communauté de communes de Beauce et du Gâtinais a créé en 1999 un service public d'assainissement non collectif (SPANC) qui a pour missions la vérification de la conception et de l’exécution des ouvrages pour les installations neuves ou réhabilitées et la vérification périodique du bon fonctionnement et de l’entretien des installations existantes[80],[81]. Depuis le , c'est la communauté de communes du Pithiverais qui assure ce service, suite à la fusion des communautés de communes de Beauce et du Gâtinais, du Cœur du Pithiverais et du Plateau Beauceron.

Prix de l'eau[modifier | modifier le code]

Le « prix de l’eau » doit permettre de financer l’ensemble des investissements (mise en place de nouveaux ouvrages, mise aux normes du patrimoine existant, renouvellement du patrimoine,...) mais aussi les frais de fonctionnement du service (frais de personnel du service, électricité, produits de traitement, renouvellement du matériel, analyses, élimination des déchets,...)[82]. L'observatoire national des services d'eau et d'assainissement publie la description actualisée des services publics d'eau potable et d'assainissement, qu’il s’agisse de leur organisation, de leur tarif ou de leur performance[83]. Le prix au m3 est calculé pour une consommation annuelle de 120 m3 (référence INSEE)[84].

Domaine Commune 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Eau potable Dadonville 1,69[85] NC[86] NC[87] 2,04[88] 2,04[89] 2,04[90]
Loiret 1,76[91] 1,7[92] 1,66[93] 1,69[94]
France 1,93[91] 1,96[92] 2,00[93] 2,03[94]
Assainissement Dadonville NC[85] NC[86] NC[87] 2,05[89] 2,05[90]
Loiret 2,07[91] 2,19[92] 2,25[93] 2,38[94]
France 1,73[91] 1,82[92] 1,85[93] 1,89[94]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Dadonville.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[95]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[96].

En 2016, la commune comptait 2 434 habitants[Note 2], en augmentation de 3,14 % par rapport à 2011 (Loiret : +2,24 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
840691681694732761704717727
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
723703694680677634600613619
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
609616631558596550570616616
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
6137358541 2491 7151 8732 0002 3602 434
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[54] puis Insee à partir de 2006[97].)
Histogramme de l'évolution démographique

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Denis.
  • Château de Denainvilliers.

Commencée dès la levée des séquestres qui grevaient la terre, en 1622, la reconstruction du corps de logis s’achevait en 1625. D’après les comptes manuscrits de Claude Duhamel, celle des pavillons latéraux, chapelle et grand pavillon, fut menée de 1632 à 1638.

Les façade, côtés et toitures du bâtiment principal du château de Denainvilliers, les pièces ci après désignées, avec leurs décors : au rez-de-chaussée, la salle à manger, salon de compagnie et petit salon attenant, à l’étage, la chambre ovale, furent inscrits sur l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques : arrêté du 9 octobre 1969.

Les communs XVIIe s., le moulin à la polonaise, à l’intérieur du château : méridienne du rez-de-chaussée, cadran solaire de l’escalier, furent inscrits sur l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques : arrêté du 20 décembre 1985. Les façade, côtés et toitures du château de Denainvilliers, les intérieurs du rez-de-chaussée du château, la cage d’escalier du château avec son cadran solaire, les communs, les façade, côtés et toitures du moulin à la polonaise sont classés parmi les Monuments historiques : arrêté du 23 juin 1988.

La chambre ovale, au 1er étage, avec son décor, reste inscrite sur l’Inventaire des Monuments Historiques : arrêté du 9 octobre 1969. Les murs et les piliers de l’entrée, la tour ronde XIVe s., la tour carrée XVIIIe s. sont inscrits sur l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques : arrêté du 23 juin 1988.

Le château fut la demeure de Henri Louis Duhamel du Monceau (1700-1782), savant du Siècle des Lumières, ami et voisin de Malesherbes. Il est l'inventeur du premier silo de conservation des grains par une ventilation artificielle fournie par un moulin à vent. Denainvilliers est de nos jours la demeure de la famille de Pelet.

Citation

13 septembre 1787. Ici mes compagnons, désirant retourner aussi rapidement que possible à Paris, ont pris la route qui y mène directement ; moi, qui l’avais déjà suivie, j’ai préféré celle qui, par Pétivier [Pithiviers], conduit à Fontainebleau. L’un de mes motifs pour la prendre, c’est qu’elle passe à Denainvilliers, la résidence de feu le célèbre M. Duhamel, où il a fait les expériences d’agriculture qu’il a décrites dans plusieurs de ses œuvres. À Pithiviers, j’en étais tout près et je m’y rendis à pied pour voir les terres dont j’avais lu si souvent la description, les considérant avec une sorte de respect classique. Son homme d’affaires, qui dirigeait la ferme étant mort, je ne pus me procurer les renseignements sur lesquels je comptais. M. Fougeroux, le propriétaire actuel, n’étais pas chez lui, sans quoi, sans aucun doute, j’aurais eu toutes les indications que je désirais. J’examinai le sol, point essentiel pour toutes les expériences, quand il y a des conclusions à en tirer, et je prix aussi des notes sur l’agriculture usuelle. L’ouvrier qui m’accompagnait m’ayant appris que les charrues-semoirs [drill-ploughs] se trouvaient encore dans le grenier de l’un des communs, je les vis avec plaisir et je trouvai, autant que je pouvais me le rappeler, qu’ils étaient représentés très exactement dans les planches que leur ingénieux inventeur avait données. J’étais heureux de les trouver à l’abri, en un endroit où ils pourraient être conservés jusqu’au jour où un autre agriculteur en voyage, aussi enthousiaste que moi-même, pourrait voir les reliques d’un génie bienfaisant. Il y a un poêle et une étuve pour sécher le blé, qu’il a décrits également.Dans un enclos derrière la maison, se trouve une plantation de divers arbres exotiques, curieux, bien venus, et aussi des rangées de frênes, d’ormes et de peupliers, le long des routes, près du château, tous plantés par M. Duhamel.Ce fut encore pour moi un grand plaisir de voir que Denainvilliers est un domaine considérable. L’étendue des champs, le château important, les communs, les jardins, etc., tout cela montre que c’est la résidence d’un homme fortuné ; on voit par là que cet infatigable inventeur, bien que quelques-unes de ses entreprises aient échoué, reçut de son gouvernement la récompense qu’à son honneur il ne lui marchanda pas, et qu’il ne fut pas, comme d’autres, laissé dans l’obscurité, sans autres récompenses que celles que peut leur conférer leur seul talent (Arthur Young, Voyages en France, p. 170-171, traduction Henri Sée, édition Armand-Colin, 1931).


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les déchets ménagers résiduels comprennent les déchets obtenus après extraction des autres fractions, valorisables, de déchets.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Gentilés des communes du Loiret », sur www.habitants.fr (consulté le 9 septembre 2010)
  2. « Zonage en petites régions agricoles », sur http://agreste.agriculture.gouv.fr/ (consulté le 30 juillet 2015)
  3. a et b « Fiche communale », sur http://www.insee.fr/ (consulté le 30 juillet 2015).
  4. « Orthodromie entre "Dadonville" et "Orléans" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 30 juillet 2015).
  5. « Orthodromie entre "Dadonville" et "Pithiviers" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 30 juillet 2015).
  6. « Villes les plus proches de Dadonville », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 30 juillet 2015).
  7. « Fiche SIGES de la commune », sur le site du Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le 23 janvier 2019)
  8. « Fiche Sandre - l'Essonne », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 23 janvier 2019)
  9. (id) « Décret n°58-873 du 16 septembre 1958 déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 23 janvier 2019)
  10. « Liste des ZNIEFF de la commune de Dadonville », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 8 août 2015).
  11. Directive habitats
  12. « Arrêté du 29 novembre 2011 portant désignation du site Natura 2000 vallée de l'Essonne et vallons voisins », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 8 août 2015)
  13. « Site Natura 2000 FR2400523 - - fiche de synthèse », sur le site de l'Atelier technique des espaces naturels du ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie (consulté le 8 août 2015).
  14. « Site Natura 2000 n°2400523 « Vallée de l'Essonne et vallons voisins » - Document d'objectifs - Introduction présentation », sur le site de la DREAL Centre (consulté le 8 août 2015), p. 7
  15. a b c et d « Site Natura 2000 n°FR2400523 - - fiche détaillée », sur le site de l'Atelier technique des espaces naturels du ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie (consulté le 8 août 2015).
  16. « Site Natura 2000 n°2400523 « Vallée de l'Essonne et vallons voisins » - Atlas cartographique - secteur de Dadonville - Habitats », sur le site de la DREAL Centre, (consulté le 8 août 2015)
  17. « Site Natura 2000 n°2400523 « Vallée de l'Essonne et vallons voisins » - Atlas cartographique - secteur de Dadonville - état de conservation », sur le site de la DREAL Centre, (consulté le 8 août 2015)
  18. a b c et d « Carte du trafic 2014 sur le réseau routier du Loiret », sur le site d'information géographique du Loiret, (consulté le 6 mai 2016)
  19. « Route nationale française 152 », sur http://routes.wikia.com/ (consulté le 27 avril 2016)
  20. a b et c « Arrêté du 22 décembre 1972 transférant une partie du réseau routier national au département du Loiret », sur http://routes.wikia.com/ (consulté le 25 avril 2016)
  21. « Route nationale française 450 », sur http://routes.wikia.com/ (consulté le 27 avril 2016)
  22. « Plan du réseau Ulys », sur http://www.ulys-loiret.com/ (consulté le 6 mai 2016)
  23. Fiche horaire de la ligne Pithiviers-Montargis pour la période du au 31 août 2016, [lire en ligne][PDF].
  24. Aloïs Ramel, Alexandra Aderno, « Loi NOTRe et transports publics », sur http://web.lexisnexis.fr/, (consulté le 16 mai 2016)
  25. a et b [PDF]« Le Dossier Départemental des Risques Majeurs (DDRM) du Loiret- Liste des risques par commune », sur http://www.loiret.gouv.fr/ (consulté le 28 juin 2019)
  26. a et b « Risques recensés sur la commune de Dadonville », sur http://www.georisques.gouv.fr/.
  27. « Dadonville - Recensement des cavités souterraines », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le 28 juin 2019)
  28. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Description du phénomène », sur le site « Géorisques » du ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le 28 juin 2019).
  29. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Carte d'aléa pour le secteur de Dadonville », sur le site « Géorisques » du ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le 28 juin 2019).
  30. Décret no n°2010-1255 du 22 octobre 2010 portant délimitation des zones de sismicité du territoire français
  31. « Dossier départemental des risques majeurs - le risque de transport de matières dangereuses. », sur http://www.loiret.gouv.fr/ (consulté le 28 juin 2019)
  32. Motte 2003, p. 24
  33. Motte 2003, p. 23
  34. « Les grands principes de la loi municipale de 1884 », sur le site du sénat, (consulté le 10 novembre 2015)
  35. a b c d et e « Notice communale de Dadonville », sur le site de l'EHESS (consulté le 10 novembre 2015).
  36. « CC le Cœur du Pithiverais (Siren : 200023562) - fiche signalétique Banatic », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le 10 novembre 2015)
  37. « Schéma départemental de coopération intercommunale du Loiret », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le 28 octobre 2016)
  38. « Arrêté portant fusion de la Communauté de Communes Beauce et du Gâtinais, de la Communauté de Communes « Le cœur du Pithiverais » et de la Communauté de Communes du Plateau Beauceron et portant création de la Communauté de Communes du Pithiverais - Recueil des actes administratifs spécial n°45-2016-051 », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le 28 novembre 2016)
  39. a et b Prudhomme 1798, p. 162.
  40. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 3.
  41. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 41-46.
  42. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 61-72.
  43. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 118-138.
  44. a et b Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.3. : l’œuvre révolutionnaire », sur http://projetbabel.org/, (consulté le 10 novembre 2015).
  45. Denis Jeanson, « Cantons de la région Centre-Val de Loire », sur Dictionnaire toponymique de la région Centre - Val de Loire (consulté le 10 novembre 2015)
  46. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/ (consulté le 10 novembre 2015), p. 6.
  47. Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.4. : le Consulat et l'Empire », sur http://projetbabel.org/, (consulté le 10 novembre 2015)
  48. a et b « Arrêté du 9 vendémiaire an X portant réduction des justices de paix du département du Loiret - Bulletin des lois de 1801 - page 43 », sur https://gallica.bnf.fr (consulté le 10 novembre 2015)
  49. « LOI no  2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral », JORF no 0114 du 18 mai 2013 p. 8242, (consulté le 10 novembre 2015).
  50. a et b « Décret n° 2014-244 du 25 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Loiret », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 10 novembre 2015).
  51. « Question no 460 de M. Jean-Jacques Cottel », sur http://questions.assemblee-nationale.fr/, (consulté le 10 novembre 2015).
  52. Motte, Séguy, Théré 2003, p. 178
  53. Masson 1984, p. 395.
  54. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  55. a et b Denis Jeanson, « Arrondissements dans la région Centre », sur Dictionnaire toponymique de la région Centre - Val de Loire (consulté le 10 novembre 2015)
  56. a et b « Rattachements administratifs de la commune de Dadonville », sur le site de l'Insee (consulté le 10 novembre 2015)
  57. « Législatives 2012 : élections selon des modalités révisées. », sur http://www.vie-publique.fr/ (consulté le 22 septembre 2015).
  58. « Délimitation des circonscriptions législatives - Loi ratifiant l'ordonnance n° 2009-935 du 29 juillet 2009 portant répartition des sièges et délimitation des circonscriptions pour l'élection des députés », sur le site du sénat (consulté le 22 septembre 2015).
  59. « Carte du découpage législatif du Loiret », sur http://www.elections-legislatives.fr/ (consulté le 22 septembre 2015).
  60. « Rattachements dans le Loiret avant et après la réforme de 2010 », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le 10 novembre 2015).
  61. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51 et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013.
  62. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL (consulté le 10 novembre 2015)
  63. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  64. « SITOMAP de la région Pithiviers - Rapport annuel 2015 », sur www.sitomap.fr (consulté le 5 mai 2017), p. 4
  65. « SITOMAP de Pithiviers - horaires de ramassage et déchèteries. », sur https://www.sitomap.fr/ (consulté le 5 mai 2017)
  66. site officiel de BEGEVAL
  67. « SIRTOMRA- rapport annuel 2015 », sur http://sirtomra.fr/ (consulté le 5 mai 2017), p. 8
  68. « Schéma de coopération intercommunale du Loiret », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le 5 mai 2017), p. 4
  69. [PDF]« Les services publics d'eau et d'assainissement. », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 9 juillet 2017)
  70. « SIAEP de Dadonville - Ascoux », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le 19 juillet 2017)
  71. « SIAEP de Dadonville - Ascoux », sur http://www.services.eaufrance.fr/ (consulté le 19 juillet 2017)
  72. « composition communale des services d'eau potable pour l'année 2016 », sur http://www.services.eaufrance.fr, (consulté le 19 juillet 2017)
  73. Article L1321-1 du Code général des collectivités territoriales et suivants
  74. AMF, « Loi NOTRe : transfert des compétences « eau et assainissement » aux EPCI à fiscalité propre », sur http://amf83.fr/, (consulté le 19 juillet 2017)
  75. Les services publics d'eau et d'assainissement ", p. 16
  76. « composition communale des services d'assainissement collectif pour l'année 2016 », sur http://www.services.eaufrance.fr, (consulté le 19 juillet 2017)
  77. « Catalogue des stations d'épuration en service dans le Loiret au 21 juin 2016 », sur http://www.eau-loire-bretagne.fr/ (consulté le 19 juillet 2017)
  78. « Station d'épuration de Dadonville », sur http://www.sandre.eaufrance.f (consulté le 19 juillet 2017)
  79. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le 18 juillet 2017)
  80. « composition communale des services d'assainissement non collectif pour l'année 2016 », sur http://www.services.eaufrance.fr, (consulté le 18 juillet 2017)
  81. « CC Plaine de Beauce et du Gâtinais - SPANC », sur http://www.communaute-communes-beauce-gatinais.fr (consulté le 19 juillet 2017)
  82. « Note sur la tarification des services de l’eau et de l’assainissement », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le 19 juillet 2017)
  83. « Observatoire national des services d'eau et d'assainissement », sur http://www.services.eaufrance.fr/ (consulté le 19 juillet 2017)
  84. « Prix TTC du service au m³ pour 120 m³ », sur http://www.services.eaufrance.fr/ (consulté le 19 juillet 2017)
  85. a et b Prix de l'eau en 2010 à Dadonville.
  86. a et b Prix de l'eau en 2011 à Dadonville.
  87. a et b Prix de l'eau en 2012 à Dadonville.
  88. Prix de l'eau en 2013 à Dadonville.
  89. a et b Prix de l'eau en 2014 à Dadonville.
  90. a et b Prix de l'eau en 2015 à Dadonville.
  91. a b c et d Prix de l'eau en 2010 dans le Loiret.
  92. a b c et d Prix de l'eau en 2011 dans le Loiret.
  93. a b c et d Prix de l'eau en 2012 dans le Loiret.
  94. a b c et d Prix de l'eau en 2013 dans le Loiret.
  95. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  96. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  97. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Directive  92/43/CEE du Conseil concernant la conservation des habitats naturels ainsi que de la faune et de la flore sauvages, 31992L0043, adoptée le 21 mai 1992, JO du 22 juillet 1992, p. 7–50, entrée en vigueur le 10 juin 1992 [consulter en ligne, notice bibliographique]
  • Louis Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en 120 départements, volume 1, Paris, Louis Marie Prudhomme, , 673 p. (lire en ligne).
  • Camille Bloch, Cahiers de doléances du bailliage d'Orléans pour les États généraux de 1789 - tome 1, Orléans, Ministère de l'Instruction publique, (lire en ligne)
  • Camille Bloch, Cahiers de doléances du bailliage d'Orléans pour les États généraux de 1789 - tome 2, Orléans, Ministère de l'Instruction publique, (lire en ligne)
  • Collectif, Loiret : un département à l'élégance naturelle, Paris, Christine Bonneton, , 319 p. (ISBN 978-2-86253-234-9)
  • Abbé Patron, Département du Loiret - Dictionnaire des communes, Paris, Comédit, 1991, réédition de 1870 (ISBN 2-909112-01-2)
  • Claude Motte, Isabelle Séguy & Christine Théré, avec la collaboration de Dominique Tixier-Basse, Communes d’hier, communes d’aujourd’hui - Les communes de la France métropolitaine, 1801-2001. Dictionnaire d’histoire administrative, Paris, Institut National d’Études Démographiques,, , 408 p. (ISBN 978-2-7332-1028-4)
  • Jean-Louis Masson, Provinces, départements, régions : l'organisation administrative de la France, Fernand Lanore, , 703 p. (ISBN 285157003X, lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]