Barbagia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Région qui a résisté aux Phéniciens, aux Carthaginois et aux Romains.

La Barbagia ( Barbàgia ou Barbaza en sarde ) est une grande zone montagneuse du centre de la Sardaigne qui s'étend sur le versant du massif montagneux du Gennargentu. La zone se compose de l'aire de répartition du Gennargentu et de l'Ogliastra, du Supramonte (en) et de toute la province de Nuoro jusqu'à Bitti . Elle borde les régions de Gallura , Baronia et la province d'Oristano , la vallée de Tirso et la région de Sarcidano et couvre une superficie de près de 1 300 km2 avec une population d'environ 120 000 habitants. La ville la plus peuplée est Nuoro.

Histoire[modifier | modifier le code]

Son nom vient du latin, Barbaria, parce qu'elle est historiquement moins soumise à l'Empire romain que la côte : de ce fait, ses habitants recalcitrants étaient considérés comme « barbares ». Selon une thèse de l'archéologue Giovanni Lilliu, l'histoire sarde a été de tout temps caractérisée par ce qu'il a appelé la constante de la résistance sarde, opposée aux envahisseurs[1].

L'emplacement géographique de cette région aidant, ils ont souvent fait preuve d'une capacité à résister. En conséquence c'est dans cette région que l'on trouve le plus fort pourcentage de toponymes (nom de lieux) d'origine pré-romaine que l'on peut rapprocher par exemple d'une langue comme le Basque[2].

Les sept Barbagie[modifier | modifier le code]

La région est traditionnellement divisée en sept zones :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Manlio Brigaglia, Salvatore Tola, Dizionario storico-geografico dei Comuni della Sardegna, 1 (A-D), Sassari, Carlo Delfino editore, (ISBN 88-7138-430-X, lire en ligne).
  • (it) Francesco Floris, Grande Enciclopedia della Sardegna, Sassari, Newton&ComptonEditori, (lire en ligne).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Antonello Mattone (a cura di), « La Costante Resistenziale sarda » [PDF], sur sardegnacultura.it, Ilisso (consulté le ).
  2. Travaux et recherches de Eduardo Blasco Ferrer et Michel Morvan.

Liens externes[modifier | modifier le code]