Département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le département des Cartes et Plans se trouve dans l'hôtel Tubeuf, sur le site Richelieu de la BnF

Le département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France est par ordre historique le cinquième département de collections de la Bibliothèque nationale de France réunissant ses collections cartographiques. Situé sur le site Richelieu (5 rue Vivienne, dans le 2e arrondissement de Paris), il fait partie des trois premières collections mondiales de documents cartographiques – atlas, cartes, cartes en série, globes, jeux géographiques, plans de ville, plans de bâtiment, plans relief confondus.

L'histoire du département[modifier | modifier le code]

Les collections cartographiques anciennes et modernes de la Bibliothèque nationale de France dépendent une première fois (1828-1858) d'une unité de conservation distincte du département des Imprimés grâce aux initiatives d'Edme François Jomard, ancien de l’expédition d’Égypte. Ingénieur géographe, il émit le principe d’ouvrir au public un lieu unique propice au développement des sciences géographiques et à la conservation des atlas, des cartes et des globes terrestres et célestes, ainsi que des plans de villes – non de bâtiments – et de forêts. Tantôt autonome des Imprimés (1828-1858 et depuis 1942), tantôt rattaché comme section des cartes et plans de ce grand département de collections (1858-1942), le département des cartes et plans détient de nos jours la plus considérable collection ancienne mondiale dans ce domaine.

Le noyau est composé des anciennes collections rassemblées par le département des Estampes : « portefeuilles du roi » qui contiennent les pièces déposées par les éditeurs français depuis le milieu du XVIIe siècle ; les portefeuilles de l’abbaye de Saint-Victor, entrés au titre des confiscations révolutionnaires. Jomard s’intéressa autant aux publications modernes qu’aux collections anciennes telles les « cartes-portulans ».

Au XXe siècle, les dépôts successifs de la collection Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville (1697-1782), du fonds du Service hydrographique et océanographique de la Marine (des origines à 1940) et de la bibliothèque de la Société de géographie accrurent considérablement la part des documents patrimoniaux. Depuis 1954, les collections sont installées dans le corps central de l’hôtel Tubeuf (XVIIe siècle), entièrement aménagé pour permettre une conservation correcte et une consultation agréable et fonctionnelle, où le public peut en outre admirer le plafond à caissons aux armes de Mazarin.

Liste des directeurs et des chefs de section[modifier | modifier le code]

Les collections géographiques ont été administrativement placées sous la responsabilité d'un directeur de département encore appelé conservateur en chef jusqu'aux années 1980-1990 ou bien, entre 1858 et 1942, sous celle d'un conservateur adjoint chef de la section des cartes et plans

Liste des chefs de section, conservateurs en chef puis directeurs du département
Titre Année Titulaire
Directeur 1828 - 1858 Edme François Jomard
Chef de section (département des imprimés) 1858 - 1862
1862 - 1881 Eugène Cortambert
1881 - 1909 Gabriel Marcel
1910 - 1919 Léon Vallée
1920 - 1926 Albert Isnard
1926 - 1939 vacance de poste
1939 - 1942 Myriem Foncin
Conservateur en chef 1942 - 1964
1965 - 1976 Edmond Pognon
Directeur 1976 - 1999 Monique Pelletier
1999 - 2009 Hélène Richard
2010 - 2016 Jean-Yves Sarazin
2017 - Ève Netchine

Les collections[modifier | modifier le code]

Les cartes et plans sont manuscrits ou imprimés, en feuilles ou reliés, sur papier, sur parchemin ou en matière plastique et, depuis peu, sous la forme de données numériques. Le fonds ancien du département, sans cesse enrichi par des dons et des acquisitions, est représentatif de la production européenne gravée du XVIe au XIXe siècle et contient la majeure partie des publications françaises. Dans le fonds moderne, les principaux ensembles documentaires sont :

  • Cartes topographiques
  • Cartes géologiques, cartes pédologiques, cartes de la végétation, cartes marines (hydrographie française, britannique, japonaise, australienne, néo-zélandaise, norvégienne etc.), cartes touristiques et autres cartes thématiques françaises et étrangères, des images de télédétection.
  • Les collections de la Société de géographie (livres, périodiques, cartes, manuscrits, photographies) ont été constituées aux XIXe et XXe siècles et comprennent la partie géographique de la bibliothèque du prince Bonaparte.
  • Le département bénéficie du dépôt légal des cartes, plans et globes qui s’applique à la production éditée, imprimée ou diffusée en France.
Une carte-portulan de 1541

Pièces remarquables[modifier | modifier le code]

Le département conserve un superbe ensemble de 435 cartes nautiques sur vélin ou « portulans », où sont représentées toutes les « écoles » de cartographes, de la fin du XIIIe siècle jusqu’au XVIIIe siècle : y figurent la Carte dite pisane (fin XIIIe siècle) d’origine génoise – la plus ancienne carte marine occidentale connue – et l’Atlas Miller, document enluminé de l’école portugaise, antérieur aux voyages de Magellan (1521). Parmi les documents de grand format, on peut citer les cartes murales hollandaises et françaises. Les deux plus célèbres sont la mappemonde de Sébastien Cabot (Anvers, 1544) et celle de Gérard Mercator (Duisburg, 1569). Parmi les globes anciens, on relève la présence de sphères du XVIe siècle de grande valeur – le Globe vert attribué à Martin Waldseemüller (Saint-Dié, 1507), le Globe doré (allemand, 1527) –, et celle d’un globe céleste arabe qu’on peut dater de 1080. Dans les collections de la Société de géographie figurent des manuscrits de voyageurs, comme ceux d'Henry de Monfreid, des notes sur l’histoire des séismes réunies par Montessus de Ballore, 600 photographies du Japon de Felice Beato, etc.

Mappemonde extraite d'une édition incunable de la Cosmographie de Ptolémée au XVe siècle

Collections complémentaires[modifier | modifier le code]

Le regroupement à l’origine du département est resté inachevé et l’on pourra poursuivre ses recherches au département des Estampes et de la photographie dans la série Topographie, dans les collections d’imprimés du site François-Mitterrand (atlas), au département des Manuscrits (Atlas catalan, 1375, les Géographies de Ptolémée, etc.), ou encore à la Bibliothèque de l’Arsenal (cartes militaires).

Les champs d'étude à partir des documents cartographiques[modifier | modifier le code]

Les riches fonds du département permettent de multiples recherches en histoire des techniques cartographiques ; en histoire de la cartographie, des découvertes, de la colonisation ; de la géographie historique ; de la toponymie historique ; de l'histoire militaire ; des histoires urbaine et rurale ; de l'occupation des sols, des littoraux, des îles et des archipels ; de l'implantation des forêts ; de l'étude des côtes et des milieux marins ; de l'histoire et de l'étude de la géologie ; de l'histoire de l'urbanisme, des jardins, des chemins, des routes ; de l'histoire de la photographie.

Sur les îles et les archipels, les usagers ont à leur disposition des milliers de cartes manuscrites et imprimées à partir du fonds général et du fonds du Service hydrographique et océanographique de la Marine.

En dehors de la BnF[modifier | modifier le code]

Les photographies aériennes sont conservées à l’Institut national de l'information géographique et forestière et les plans cadastraux, à l’exception de celui de Paris, que l’on peut consulter aux Cartes et plans, sont conservés dans les départements ou dans les communes.

Les missions[modifier | modifier le code]

Accroissements[modifier | modifier le code]

La production française entre au département par dépôt légal. Grâce aux autres types d’acquisitions (achats, dons, échanges), le département s’efforce de couvrir le monde par des cartes topographiques d’échelles diverses, par des grands atlas nationaux et par des documents de caractère historique. Les collections de la Société de géographie, s’accroissent par le dépôt des publications reçues en échange de son bulletin La géographie.

Bibliographie et catalogues[modifier | modifier le code]

Les cartes et les ouvrages sont catalogués directement dans le catalogue informatisé consultable à distance sur le site de la Bibliothèque nationale de France[1]. Certains fonds sont décrits dans des inventaires particuliers : Service hydrographique de la Marine, manuscrits et photographies de la Société de géographie ; ou dans des catalogues sur fiches : cartes en série (XIXe et XXe siècles), ouvrages et périodiques avant 1990. La bibliographie courante des documents cartographiques (cartes, atlas et CD-ROM cartographiques) reçus par dépôt légal depuis 2004, avec mise à jour, est en ligne sur le site web de la BnF[2].

Conservation[modifier | modifier le code]

Les cartes en feuilles réunies en portefeuille et les volumes de grand format sont conservés à plat. Ceux de très grand format sont roulés ou suspendus. Par ailleurs le département dispose d’un atelier spécialisé dans la restauration des grands formats et des globes. Les collections les plus précieuses (d’Anville, Service hydrographique de la Marine) font l’objet d’une politique de reproduction et de numérisation. Les fichiers sont consultables dans la bibliothèque numérique Gallica.

Communication[modifier | modifier le code]

La salle de consultation du département comporte 14 places. Environ 2 000 livres, tirés à part et titres de périodiques, sélectionnés pour une meilleure compréhension des documents cartographiques, forment une bibliothèque de documentation à la disposition des lecteurs.

Expositions et publications[modifier | modifier le code]

Le département met en valeur ses collections par la publication de catalogues, de bibliographies et d’études qui peuvent être étendus à d’autres établissements. Le catalogue des cartes nautiques sur vélin (1963) ne concerne que le département ; celui des Atlas français XVIe - XVIIe (1984) par Mireille Pastoureau tient à la fois de la bibliographie commentée et du catalogue collectif, de même que Les Plans de Paris des origines (1493) à la fin du XVIIIe siècle par Jean Boutier avec la collaboration de Jean-Yves Sarazin et de Marine Sibille. L’Afrique au cœur : carnets d’explorateurs français au XIXe siècle par Olivier Loiseaux et France Duclos souligne la complémentarité entre les fonds propres au département et ceux déposés par la Société de géographie. On peut citer également Les trésors photographiques de la Société de géographie (octobre 2006). En 2006, a paru le CD-ROM des documents cartographiques (cartes, atlas et CD-ROM cartographiques) reçus par dépôt légal de 1987 à 2003. Le département prête de nombreux documents et participe à la conception d’expositions : en 1995, Le globe et son image ; en 1998, Figures du ciel, Couleurs de la terre, Les voyageurs photographes (1850-1914) ; en 2003, Rêves de capitale : Paris et ses plans d’embellissement ; en 2004, La mer, terreur et fascination ; en 2007, Les trésors photographiques de la Société de géographie. Depuis octobre 2005, les grands Globes de Coronelli sont à nouveau présentés dans une exposition permanente qui replace la production des globes dans le contexte de l'histoire des représentations de l'espace. Le CD-ROM Les Globes de Louis XIV (1999) et le livre Les Globes de Coronelli par Hélène Richard (2006) complètent l'exposition (Hall Ouest, site François-Mitterrand).

Le département a réalisé l'agenda 2012 de la Bibliothèque nationale de France sur le thème de la cartographie insulaire[3].

Les grands projets[modifier | modifier le code]

Catalogue[modifier | modifier le code]

Achever le signalement entier des documents soit par des opérations de conversions rétrospectives, soit par du catalogage rétrospectif.

Projet Richelieu[modifier | modifier le code]

Implantation et déploiement des collections dans de nouveaux magasins modernes, projet pour les années 2015-2018.

Expositions[modifier | modifier le code]

Le département consacre une exposition rétrospective aux cartes marines appelées « cartes portulans » produites en Europe entre le XIIIe et le XVIIIe siècle, site François-Mitterrand, du 23 octobre 2012 au 27 janvier 2013 et intitulée L'âge d'or des cartes marines, quand l'Europe découvrait le monde[4].

Quelques chiffres (en 2010)[modifier | modifier le code]

  • Effectifs du département : 35 personnes
  • Collections du département :
    • Cartes : 800 000 feuilles
    • Atlas : 10 000 volumes
    • Globes et sphères : 180
    • Ouvrages de référence : 30 000 volumes dont 1000 en usuels
    • Périodiques en cours : 77
  • Collections de la Société de Géographie :
    • Livres : 100 000 volumes
    • Photographies : 145 000 environ
    • Cartes : 70 000
    • Périodiques : 2 000, dont de très rares périodiques du XIXe siècle
    • Périodiques en cours : 345 titres
  • Rythme annuel d’accroissement
    • cartes françaises : 4 200 feuilles par an au titre du dépôt légal
    • acquisitions, échanges, dons : 2 600 documents
  • Communication
    • Lecteurs : 2 000 par an
    • Documents communiqués : 12 000 par an environ

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]