Région italienne à statut spécial

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Régions italiennes à statut spécial

Une région italienne à statut spécial (regione italiana a statuto speciale en italien) est l'une des cinq régions d'Italie visées par les conditions particulières d'autonomie attribuées par l'article 116 de la constitution italienne :

Aspects de l'autonomie[modifier | modifier le code]

Une loi constitutionnelle définit les statuts de chacune de ces régions. Grâce à leur statut spécial, elles ont de larges pouvoirs législatifs et une considérable autonomie financière. La Vallée d'Aoste retient plus de 90 % de tous les impôts, la Sicile parfois 100 %.

Dans les cas de la Vallée d'Aoste et du Trentin-Haut-Adige, les institutions locales disposent d'une compétence générale. L'État a conservé la compétence en matière de justice, d'ordre public et de défense.

Raisons de l'autonomie[modifier | modifier le code]

Cinq régions autonomes sont reconnues en .

Quatre ont été créées en 1948 :

Le Frioul-Vénétie julienne est créé en 1963 (après le retour à l'Italie de la province de Trieste) pour protéger la minorité slovène et soutenir un territoire frontalier du bloc de l'Est.

Un cas particulier[modifier | modifier le code]

Le cas du Trentin-Haut-Adige est particulier, parce qu'en 1972, à la suite des pressions de la population de langue allemande du Haut-Adige (province de Bolzano), l'autonomie régionale a été largement transférée aux deux provinces autonomes de Trente et de Bolzano. Dans les faits, le Conseil régional du Trentin-Haut-Adige ne dispose donc que de pouvoirs très limités, l'essentiel des compétences étant aux mains des conseils provinciaux de Trente et de Bolzano.

L'article 116 de la Constitution dispose, au deuxième alinéa, que « la région autonome du Trentin-Haut-Adige/Südtirol se compose des provinces autonomes de Trente et de Bolzano ».

Évolution[modifier | modifier le code]

Le 22 octobre 2017 ont lieu deux référendums : l'un en Lombardie, l'autre en Vénétie. Les autorités de ces deux régions feront une demande au gouvernement central sur le transfert de davantage de compétences à la suite de la victoire du « oui ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Zanotto, Histoire de la Vallée d’Aoste, Musumeci éditeur, Quart, (1980).

Articles connexes[modifier | modifier le code]