Judicat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les quatre Judicats Sardes.

Les Judicats (en italien, Giudicati, du latin médiéval, Judex Provincae) étaient les quatre royaumes (en sarde Rennus)[1] de la Sardaigne médiévale, et disposaient d'une grande autonomie entre les VIIIe et XIIIe siècles. Leur date de création est incertaine. Ils étaient des États souverains avec summa potestas.

Historique[modifier | modifier le code]

Les quatre Judicats sardes étaient les Cagliari, Torres ou Logudoro, Arborée (ou Oristano) et Gallura. L'absence quasi totale de sources historiques ne permettent pas d'avoir une certitude sur le passage de l'autorité centrale byzantine à la naissance des quatre États. Toutefois dès 864, une lettre du pape pape Nicolas Ier demande aux Iudices d'éviter la consanguinité; il est le premier témoin de l'existence d'une multiplicité de seigneurs locaux[2].

Leur structure reposait sur un découpage administratif de l'Empire byzantin, pendant que la Sardaigne dépendait de l'exarchat d'Afrique, situé à Carthage. Le magistrat résidant à Cagliari était appelé Praeses ou Judex Provincae et disposait du gouvernement civil tandis qu'un commandement militaire était confié à un Dux, installé à Forum Traiani pour contrôler la Barbagia. Ce sont les razzias incessantes et la lutte permanente contre les Sarrasins, qui finirent par isoler l'île et provoquèrent une autonomie croissante des judicats du pouvoir byzantin, trop lointain, à tel point qu'ils se considéraient comme indépendants et souverains.

Rapidement, chaque judicat, contrairement aux systèmes féodaux continentaux, reposait sur un territoire administré, nommé Logu (lieu) ou Rennu (règne), avec des terres d'État, et était gouverné selon les règles de droit romano-byzantines.

Leurs chefs en étaient les Juges (en sarde, Iudici, en italien, Giudici), élus par la Corona de Logu (un parlement sarde). Leurs noms étaient du nord au sud :

Chacun des quatre États avait des frontières fortifiées pour protéger leurs intérêts politiques et commerciaux, ainsi que leurs propres lois, administrations et emblèmes[3].

Ils perdirent progressivement leur indépendance entre 1258 et 1420 en raison de la présence croissante de la République de Pise, de la République de Gênes et du Royaume d'Aragon.

Le plus célèbre judicat est celui d'Arborée qui maintint son indépendance jusqu'en 1420, notamment grâce aux personnages que furent Mariano IV d'Arborée et sa fille Éléonore d'Arborée.

Événements historiques majeurs[modifier | modifier le code]

Château du Monreale, Sardara
  • 851, le pape Léon IV demande à les iudex Sardiniae l'envoi d'une unité militaire à Rome et la fourniture de laine marine, le byssus, pour faire les vêtements du pape.
  • 864, le pape Nicolas Ier condamne les mariages consanguins qui existent depuis des années entre les iudices de Sardaigne (au pluriel implique une multiplicité de seigneurs locaux).
  • 872, le pape Jean VIII envoye une lettre au Principes Sardiniae.
  • 915, l'empereur Constantin VII Porphyrogénète cite un Archonte de Sardaigne.
  • 1015, Mujāhid al-‘Āmirī envahit le nord de la Sardaigne afin de créer une tête de pont pour l'attaque de la péninsule italienne.
  • 1016, le pape Benoît VIII demande aux républiques de Pise et de Gênes à intervenir dans la défense de l'île, ainsi que les royaumes judicals.
Basilique de San Gavino, Porto Torres, la plus ancienne église romane en Sardaigne
église de Santa Maria de Uta
Tour de Mariano II en Oristano
  • 1164, Barisone II est couronné roi de Sardaigne (nominalement) le 10 août à Pavie de l'empereur Frédéric Barberousse.
  • 1187, Oberto Obertenghi, marquis de Massa et Corse, et son fils Guillaume, occupent le judicat de Cagliari en vertu des liens de mariage. Il est né de la dynastie des Lacon-Massa.
  • 1197, les Génois ravagent la capitale de Cagliari Santa Igia.
  • 1206, Elena de Gallura épouse le pisan Lamberto Visconti di Eldizio.
  • 1215, Lamberto et Ubaldo Visconti envahissent le judicat de Cagliari et usurpent le pouvoir de Benedetta de Cagliari et de son mari Barisone III d'Arborée. Après la mort de ce dernier Benedetta est forcé de se marier avec Lamberto Visconti.
  • 1232, il est mort Benedetta de Lacon-Massa. Sa sœur Agnès de Massa épouse Ranieri della Gherardesca par opposition à Visconti. Dans le jugicat de Torres, Barisone III de Torres et son tuteur Orzocco de Serra sont tués lors d'un soulèvement de la noblesse qui a conduit à la création de la commune autonome de Sassari.
  • 1238, Adelasia de Torres esposè Enzio Hohenstaufen a été nommé roi de Sardaigne (nominalment) par le Père Frédéric II
  • 1250, Guillaume de Capraia obtenu la reconnaissance pontificale au trône judiciaire de Arborea.
  • 1256, Pise, avec Arborea et Gallura, attaque Santa Igia et le juge Giovanni de Cagliari, coupable d'une alliance avec Gênes.
  • 1258, fin officielle du judicat de Cagliari qui est démembré et ses territoires affectés aux Pisa, Capraia (Arborea), Visconti (Gallura) et della Gherardesca
  • 1259 fin officielle du judicat de Torres qui va en partie au Doria, le Malaspina, l'Arborea et la ville libre de Sassari.
  • 1265, Mariano II d'Arborée conclut une alliance entre Arborea et Pise.
  • 1288, fin officielle du judicat de Gallura avec le contrôle direct par la république de Pise.
Mariano IV d'Arborée
  • 1297, le pape Boniface VIII crée le Regnum Sardiniae et Corsicae, inféode à Jacques II d'Aragon en échange de son renoncement au trône de Sicile.
  • 1323-1326, l'Infant Alphonse d'Aragon, le fils aîné du roi Jacques II, arrive à Palma de Sulcis pour commencer la conquête de la Sardaigne pisane en accord avec Arborea, Doria, le Malaspina et la municipalité de Sassari.
  • 1353 Mariano IV d'Arborée, en alliance avec Matteo Doria, rompe l'alliance avec Pierre IV d'Aragon et déclare la guerre aux Catalans.
  • 1354, les victoires de l'Arborea dans les batailles forcent Pierre IV d'Aragon à intervenir personnellement en Sardaigne avec une expédition militaire coûteuse qui a pris fin avec un traité de paix avec Arborea.
  • 1364, Mariano IV Arborea entreprend de nouveau une guerre contre les Aragonais. Les actions militaires mènent efficacement à la conquête de l'île, sauf les villes de Alghero et Cagliari et les châteaux de San Michele, Gioiosaguardia, Acquafredda, Quirra
  • 1388, Éléonore d'Arborée signe une paix forcée et accepte de revenir à la division territoriale du 1353 (avant les campagnes militaires de son père Mariano).
  • 1390 Brancaleone Doria, mari d'Éléonore, déclare la guerre aux Catalans et reconquête les territoires perdus avec la paix du 1388.
  • 1408-9, arrive en Sardaigne, le prince Martin Ier de Sicile pour commencer la reconquête des territoires perdus par la couronne d'Aragon. Arboré, guidé par le juge français Guillaume II de Narbonne, est lourdement battu dans Sanluri le 30 juin 1409.
  • 1420, fin officielle du judicat d'Arborée, Guillaume III de Narbonne transfère ses droits dynastiques au roi Alphonse le Magnanime en échange de 100.000 florins d'or.

Administration[modifier | modifier le code]

Curadorias

Le juge ou roi (judex sive rex[1]) n'était pas un chef absolu de la tradition féodale, du moins sous forme: il ne pouvait déclarer la guerre ni signer un traité de paix sans le consentement de la Corona de Logu. Cependant, cela était composé principalement de la famille de son aristocratie et, par conséquent, lié par des intérêts communs. La succession au trône était dynastique mais, dans certains cas, il y avait la possibilité d'élection par la Corona De Logu.

Le territoire de divers judicats a été divisé en curadorias ou curatorie, districts administratifs de différentes tailles formés par des villages urbains et ruraux, dépendent d'une capitale qui abritait le curadore. Ceux-ci, aidés principalement par les Jurados et un conseil dit Corona de curatoria, représentaient localement l'autorité du juge et prenaient en charge les biens publics de la Couronne. Le curadore désigné pour chaque village fait partie de la curatoria un majore de bidda ou villa (l'équivalent d'un maire)[4].

Les limites de ces districts ont été définies pour être sûr que les populations résidant dans chaque curadoria étaient à peu près égales; par conséquent, les limites étaient fluides et dépendaient des taux locaux de la croissance démographique[5].

Culture[modifier | modifier le code]

L'église sarde fut une institution autocéphale pendant cinq siècles, indépendante de la Curie byzantine et de la Curie romaine[6]. Au XIe siècle, après le schisme de 1054, les judikes, selon le pape Alexandre II, ont commencé une politique pour le développement du monachisme occidental sur l'île[7], dans le but d'une diffusion plus large de la culture, mais aussi de nouvelles techniques pour cultiver la terre.

Le grec byzantin a été utilisé comme langue administrative pendant la période byzantine, mais est tombé en désuétude. Le latin, qui était depuis longtemps la langue de la population indigène, s'est transformé en langue sarde et est devenu la langue officielle[8]. Il a également été utilisé dans des documents juridiques et administratifs tels que le condaghe, les lois municipales et les lois des royaumes tels que la Carta de Logu.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Francesco Cesare Casùla, Il Regno di Sardegna-Vol.01
  2. Casula 1994, p. 163.
  3. Francesco Cesare Casula, La politica religiosa del giudicato di Torres, ne I Cistercensi in Sardegna, Nuoro, 1990
  4. Casula 1994, p. 176.
  5. Casula 1994, p. 173.
  6. Casula 1994, p. 158.
  7. Casula 1994, p. 179.
  8. Casula 1994, p. 181.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (it) Francesco Cesare Casula, La Storia di Sardegna, Sassari, Delfino, 1994
  • (it) Gian Giacomo Ortu, La Sardegna dei Giudici, Nuoro, 2005 (ISBN 88-89801-02-6)
  • (it) Arrigo Solmi, Studi storici sulle istituzioni della Sardegna nel Medioevo - Cagliari - 1965
  • (it) Giulio Paulis, Studi sul sardo medioevale, Nuoro, Ilisso, 1997.

Voir aussi[modifier | modifier le code]